3706 – 1/Migrants : le bras de fer continue entre l’UE et Visegrád… 2/Le bobard sur la Pologne qui aurait refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie discrètement démenti par Sputnik… 3/Épidémie de Covid-19 : situation au 3 avril dans le V4 et en Autriche + Biélorussie

  • 1/Migrants : le bras de fer continue entre l’UE et Visegrád…

  • 2/Le bobard sur la Pologne qui aurait refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie discrètement démenti par Sputnik2…

  • 3/Épidémie de Covid-19 : situation au 3 avril dans le V4 et en Autriche + Biélorussie

cropped-FR-Logo-Visegrad-Post-1

  • 1/Migrants : le bras de fer continue entre l’UE et Visegrád…

– VisegradPost – la Rédaction

european-union-flag

Luxembourg – Les autorités de l’Union européenne démontrent à nouveau une grande prédilection pour le timing. En pleine crise – paneuropéenne, et même mondiale –  du coronavirus et alors que la Hongrie est pour la n-ième fois accusée de devenir une dictature, la Cour de justice de l’Union européenne a publié hier son arrêt dans trois affaires opposant depuis 2015 la Commission européenne à la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie.

«… ne peuvent invoquer [le] maintien de l’ordre public et [...] de la sécurité intérieure… »

Par ce jugement, la cour de Luxembourg édicte qu’en « refusant de se conformer au mécanisme temporaire de relocalisation de demandeurs de protection internationale, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont manqué à leurs obligations découlant du droit de l’Union » et enfonce encore le clou en précisant que « ces États membres ne peuvent invoquer ni leurs responsabilités en matière de maintien de l’ordre public et de sauvegarde de la sécurité intérieure, ni le prétendu dysfonctionnement du mécanisme de relocalisation pour se soustraire à la mise en œuvre de ce mécanisme ».

La Pologne et la Hongrie n’avaient accueilli aucun migrant

La CJUE estime donc que la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie auraient dû se conformer à la « décision que le Conseil avait adoptée en vue de la relocalisation, sur une base obligatoire, à partir de la Grèce et de l’Italie, de 120 000 demandeurs de protection internationale » et que « la Pologne et la République tchèque avaient également manqué à leurs obligations découlant d’une décision antérieure que le Conseil avait adoptée en vue de la relocalisation, sur une base volontaire, à partir de la Grèce et de l’Italie, de 40 000 demandeurs de protection internationale ». En effet, la Pologne et la Hongrie n’avaient accueilli aucun migrant dans ce cadre tandis que la Tchéquie en avait accepté douze.

«… examen au cas par cas…  » 

La cour de Luxembourg reconnaît certes en théorie l’argument invoqué par la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie concernant le « maintien de l’ordre public et [la] sauvegarde de la sécurité intérieure » en vertu de l’article 72 du TFUE, mais estime que cela doit « s’appuyer, au terme d’un examen au cas par cas, sur des éléments concordants, objectifs et précis, permettant de soupçonner que le demandeur en cause représente un danger actuel ou potentiel », c’est-à-dire qu’un État membre pourrait certes récuser individuellement un demandeur d’asile si des faits concrets pouvaient lui être reprochés mais ne pourrait pas pour autant récuser tout un groupe sur une base générale et « de manière péremptoire ».

En vertu du droit européen, la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie devront à présent « se conformer à [cet] arrêt dans les meilleurs délais » sous peine de se voir infliger des « sanctions pécuniaires ». Tout semble indiquer qu’a priori lesdits contrevenants préfèreront payer l’amende.


source/https://visegradpost.com/fr/2020/04/03/migrants-le-bras-de-fer-continue-entre-lue-et-visegrad/

cropped-FR-Logo-Visegrad-Post-1

  • 2/Le bobard sur la Pologne qui aurait refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie discrètement démenti par Sputnik…

– VisegradPost – la Rédaction.

PL-RU-flags

Le 24 mars dernier le site d’information du gouvernement russe Sputnik reprenait une « information » diffusée par le sénateur russe Alekseï Pouchkov, ancien président de la Commission des Affaires internationales de la Douma et auteur-animateur de l’émission politique Post-Scriptum à la télévision publique TV Tsentr, selon laquelle la Pologne avait refusé de laisser passer [1] les avions de transport militaires envoyés par Moscou pour secourir les Italiens en proie à l’épidémie de Covid-19.

« Au lieu de voler via la Biélorussie, la Pologne, la République tchèque et l’Autriche ou l’Allemagne, les Il-76 russes ont mis le cap sur la mer Noire et se sont posés à Rome après avoir survolé la Turquie, la Grèce et l’Albanie. Une escale a été faite à Sotchi, au bord de la mer Noire, pour se ravitailler. En suivant cet itinéraire, ils ont parcouru une distance de 1 000 kilomètres de plus que prévu », commentait Sputnik dans son article publié en plusieurs langues, dont le français.

Le ministère de la Défense polonais avait alors fait savoir qu’aucune demande de survol du territoire polonais n’avait été formulée par la Russie pour ces transports humanitaires envoyés les 22 et 23 mars vers l’Italie, après quoi le site Sputnik avait choisi, plutôt que de publier un nouvel article, de mettre à jour son article (deux jours après sa publication initiale) pour y inclure la réaction polonaise.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2018/10/russie-valentina-matvienko-1030796235.jpg?w=848 la présidente du Conseil de la Fédération de Russie Valentina Matvienko

Le 2 avril, le site Sputnik informait ses lecteurs[2], mais uniquement en version polonaise, que la présidente du Conseil de la Fédération de Russie Valentina Matvienko avait appelé les sénateurs à être plus scrupuleux dans leurs propos et à mieux vérifier leurs informations. Sputnik Pologne précise : « C’est une réaction à une fausse information publiée dans les médias selon laquelle les dirigeants de la Pologne n’avaient pas donné leur accord au survol d’avions transportant de l’aide humanitaire pour l’Italie dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ». Plus loin, Sputnik explique que c’est bien Alekseï Pouchkov qui était la cible de la critique de Matvienko, et que l’accusation du Pouchkov contre la Pologne avait été officiellement démentie par le ministère des Affaires étrangères russe : « la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova a expliqué que la Russie n’avait pas demandé l’accord des autorités polonaises pour le survol des avions transportant de l’aide humanitaire en Italie, c’est une autre route qui a été choisie ».

Mais si Sputnik ne publie pas cet article dans les langues où il avait publié le premier, son bobard de la semaine dernière continuera de vivre dans les esprits de bien des lecteurs, portant ainsi atteinte à l’image de la Pologne. C’est d’ailleurs une technique classique de diffusion de fake news dans les grands médias, et certainement pas que russes.

 


LIENS

  1. https://sansapriori.net/2020/03/28/1-couvre-feu-en-hongrie-du-28-mars-au-11-avril-2-non-la-pologne-na-pas-refuse-le-survol-de-laide-russe-pour-litalie-3-epidemie-covid-19-situation/
  2. https://pl.sputniknews.com/swiat/2020040212185478-Sputnik-matwijenko-pomoc-humanitarna-wlochy-rosja-polska-fejk-zakaz-przestrzen-powietrzna/

SOURCE/https://visegradpost.com/fr/2020/04/03/le-bobard-de-la-pologne-qui-aurait-refuse-le-survol-de-laide-russe-pour-litalie-discretement-dementi-par-sputnik/

cropped-FR-Logo-Visegrad-Post-1

  • 3/Épidémie de Covid-19 : situation au 3 avril dans le V4 et en Autriche + Biélorussie

– VisegradPost – la Rédaction.

Cornovirusv2

Hongrie

  • Au 3 avril 2020, il y a 623 personnes contaminées (+6,5% par rapport à hier et 6,37 cas pour 100 000 hab.), 26 morts et 43 guérisons.
  • Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a répondu aujourd’hui par lettre au secrétaire général du PPE – qui s’inquiétait de la démocratie en Hongrie – qu’il n’avait « pas le temps pour ça » pour le moment car il réservait actuellement toute son énergie à la lutte contre l’épidémie de coronavirus en Hongrie.
  • Viktor Orbán a annoncé ce matin sur Kossuth Rádió que les personnels soignants recevront une prime de 500 000 forints (env. 1 400€) d’ici la fin de l’année ; d’autres mesures seront annoncées demain.
  • Le Premier ministre – qui a appelé à  « se battre pour sauver chaque vie humaine », a notamment présenté un plan de mobilisation générale des personnels sanitaires : cette mobilisation concerne 110 dortoirs pouvant accueillir 19 820 personnes et 58 hôtels pouvant accueillir 5 661 personnes, ainsi que 3 543 véhicules et 203 770 personnes.
  • Au sujet des récentes critiques virulentes contre la Hongrie, Viktor Orbán a ainsi déclaré : « Je ne sais pas quel genre de gens sont assis là-bas [à Bruxelles], mais je sais qu’ici à Budapest, la perte de toute la vie hongroise nous blesse. […] Il ne peut pas être plus important pour un homme que de se soucier de la façon de sauver des vies ».
  • Enfin, Viktor Orbán a annoncé pour mardi prochain le plus grand plan de relance économique de l’histoire de la Hongrie.

Pologne

  • 3 149 infections confirmées (+6% par rapport à hier et 8,19 cas pour 100 000 hab.), 59 morts et 47 guérisons au 3 avril 2020.

Slovaquie

  • Au 3 avril 2020, 450 cas de personnes contaminées sont recensés (+6% par rapport à hier et 8,27 cas pour 100 000 hab.) un mort et 7 guérisons.

Tchéquie

  • La Tchéquie est toujours le pays le plus touché au sein du V4. Au 3 avril 2020, il y a 4 091 cas recensés (+7,5% par rapport à hier et 38,5 cas pour 100 000 hab.), 46 morts et 7 guérisons.

Autriche

  • Au 3 avril 2020, il y a 11 489 cas recensés (+3,7% par rapport à hier et 130 cas pour 100 000 hab.), 168 morts et 2 022 guérisons.
  • Les provinces les plus touchées sont le Tyrol (344 cas pour 100 000 hab.), la province de Salzbourg (187) et le Vorarlberg (179) – en comparaison, la France est aujourd’hui en moyenne à 88 cas pour 100 000 hab.
  • Dans une allocution télévisée hier soir, le président autrichien Alexander Van der Bellen a exhorté les Autrichiens à « tenir bon » dans le cadre d’une crise s’inscrivant dans la durée.
  • De son côté, la présidente du Parti social-démocrate (SPÖ), Pamela Rendi-Wagner, a demandé au gouvernement de dire comment le pays reviendra à la normale une fois la crise surmontée et réclamé une « boussole ».
  • Enfin, le président du Parti national-libéral (FPÖ), Norbert Hofer, a exigé aujourd’hui lors d’un entretien sur la chaîne privée Oe24 que les commerces puissent rouvrir immédiatement.

Biélorussie

  • Nous apprenons ce soir que les hôpitaux de la ville de Vitebsk en Biélorussie (un pays frontalier de la Pologne) seraient désormais débordés de patients atteints du coronavirus.

SOURCE/https://visegradpost.com/fr/2020/04/03/epidemie-de-covid-19-situation-au-3-avril-dans-le-v4-et-en-autriche-bielorussie/

visegradpost-12729155_1288126031201413_4764648679983496384_n