3690 – 1°/Couvre-feu en Hongrie du 28 mars au 11 avril… 2°/Non, la Pologne n’a pas refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie… 3°/Épidémie Covid-19 : situation au 27 mars dans le V4 et en Autriche

  • 1°/Couvre-feu en Hongrie du 28 mars au 11 avril…

  • 2°/Non, la Pologne n’a pas refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie…

  • 3°/Épidémie Covid-19 : situation au 27 mars dans le V4 et en Autriche

VPOST_ban

  • 1°/Couvre-feu en Hongrie du 28 mars au 11 avril…

HONGRIE 20190601_113704-740x431

27 mars 2020 – VisegradPost – La Rédaction

Hongrie – Comme il était à attendre, le confinement de la population fait également son apparition en Hongrie à partir de demain 28 mars et au moins jusqu’au 11 avril, comme le premier ministre Viktor Orbán l’a annoncé lui-même ce matin à la radio.

La décision en a été prise très tôt ce matin par l’état-major de crise mis en place pour coordonner l’action des autorités hongroises face à l’épidémie de coronavirus. Le but de cette mesure contraignante est – comme dans les autres pays – de réduire drastiquement le nombre de contacts physiques entre les personnes et ainsi, de ralentir sensiblement la propagation de la maladie.

« Mieux nous coopérons, plus de vies nous sauverons »

Dans une intervention radiophonique à l’accent martial, au cours de laquelle Viktor Orbán a estimé que la Hongrie était en guerre contre l’épidémie, les nouvelles mesures ont été annoncées.

  • Les gens sont autorisés à sortir de chez eux mais il leur est interdit de se regrouper.
  • Dans les lieux publics, une distance 1,5 mètre entre les individus est à respecter.
  • La police a été chargée de faire respecter les règles en douceur.
    • Néanmoins le non respect des règles demeure un délit, a tenu à rappeler M. Orbán. « Mieux nous coopérons, plus de vies nous sauverons, » a-t-il encore ajouté.
  • Cela fait plusieurs semaines maintenant que la communication d’État ainsi que les médias et les personnalités incitent chacun à rester chez soi ; une consigne informelle bien respectée dans tout le pays, ce qui explique la stratégie de l’état-major de crise qui souhaite miser sur la bonne volonté et le civisme de sa population.
  • Ayant pu observer ce qui se fait ailleurs en Europe, la cellule de crise hongroise a préféré se focaliser sur les personnes les plus à risque, à savoir les seniors.
  • Ainsi, les horaires des magasins (alimentation, pharmacie, droguerie) devront réserver la plage horaire 9h-12h aux seniors. Ces derniers ne pourront fréquenter les magasins que sur ce créneau, évitant ainsi plus de contact avec les jeunes et la population active.

Également interrogé sur les retombées économiques de la crise, Viktor Orbán a répondu que la priorité du moment était avant tout la question sanitaire et tenu à saluer tous ceux qui permettent quotidiennement au pays d’agir.

Aucune date de sortie de crise prévue pour le moment, mais mardi, le porte-parole du gouvernement estimait que le pic de contagion pourrait être atteint en juillet, ce qui ferait craindre que la crise sanitaire en Hongrie pourrait durer jusqu’aux derniers mois de l’année 2020.


source/https://visegradpost.com/fr/2020/03/27/couvre-feu-en-hongrie-du-28-mars-au-11-avril/

VPOST_ban

2°/Non, la Pologne n’a pas refusé le survol de l’aide russe pour l’Italie…

avion russe 26471766078_c2ec899b12_o-740x431

27 mars 2020 – VisegradPostPar Olivier Bault.

Pologne – Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 qui sévit fortement en Europe, la Russie a envoyé de l’aide médicale militaire à l’Italie, pays européen le plus durement frappé à l’heure actuelle. Mais selon un sénateur russe relayé par les médias russes destinés aux étrangers, la Pologne aurait refusé le survol des avions porteurs de l’aide médicale pour l’Italie. Olivier Bault explique pourquoi il s’agit d’un bobard.

Avec 840 cas diagnostiqués et seulement 3 morts au 26 mars, la Russie bénéficie de la sage décision prise par ses dirigeants dès le mois de janvier de fermer la frontière avec la Chine.

Les Européens ayant refusé d’interdire de concert les vols depuis la Chine en janvier-février, puis de fermer leurs frontières avec les pays contaminés, tous les grands pays d’Europe occidentale sont aujourd’hui en proie à une épidémie incontrôlée de Covid-19.

Si bien que ce sont aujourd’hui la Chine, la Russie et Cuba qui envoient en Italie des avions avec des équipes de médecins et des matériels qui font tant défaut (respirateurs, masques, etc.).

Les 22 et 23 mars, sur la base d’un accord passé au téléphone entre le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre italien Giuseppe Conte, la Russie a ainsi envoyé quatorze avions de transport militaires Iliouchine II-76 à destination de l’Italie.

RUSSIE sénateur Alekseï Pouchkov, 1034650213_0 290 2713 1757_1000x541_80_0_0_cd0e12ecd3953ba73e5fed6ac09ef0b4  sénateur Alekseï Pouchkov

Lundi, le média du gouvernement russe destiné aux publics internationaux publiait, sur la base d’un tweet rageur du sénateur Alekseï Pouchkov, ancien président de la Commission des Affaires internationales de la Douma et auteur-animateur de l’émission politique Post-Scriptum à la télévision publique TV Tsentr, un article où il était affirmé que la Pologne avait refusé de laisser passer les avions envoyés par Moscou pour secourir les Italiens en proie à l’épidémie.

Dans ce tweet, le sénateur russe écrivait, selon la traduction publiée par Sputnik France :

« La Pologne n’a pas laissé transiter via son espace aérien les avions russes apportant de l’aide pour l’Italie. C’est une bassesse au plus haut sommet de l’État. D’autant plus que l’aide était destinée à un pays allié de la Pologne dans le cadre de l’UE et de l’Otan. La Russie ne doit désormais en rien aller à la rencontre de la Pologne. En rien ».

Le média Sputnik enchaînait :

« Au lieu de voler via la Biélorussie, la Pologne, la République tchèque et l’Autriche ou l’Allemagne, les Il-76 russes ont mis le cap sur la mer Noire et se sont posés à Rome après avoir survolé la Turquie, la Grèce et l’Albanie. Une escale a été faite à Sotchi, au bord de la mer Noire, pour se ravitailler. En suivant cet itinéraire, ils ont parcouru une distance de 1.000 kilomètres de plus que prévu. »

L’article de Sputnik, publié en plusieurs langues, a été modifié depuis pour contenir la réaction polonaise à ce bobard médiatique. On peut supposer que si le média russe a choisi de mettre à jour un article vieux de plusieurs jour plutôt que d’en publier un nouveau, c’est qu’il n’avait pas envie que cette mise à jour soit lue par un trop grand nombre de ses lecteurs.

En effet, l’affirmation du sénateur-commentateur de télévision est la seule et unique source citée par les journalistes de Sputnik et de RT qui ont accusé la Pologne d’avoir refusé le passage des avions par son espace aérien.

En revanche, le ministère de la Défense polonais, contacté par le site defence24.pl, a répondu par écrit qu’aucune demande de survol du territoire polonais n’avait été formulée par la Russie pour ces transports humanitaires vers l’Italie.

Le porte-parole de l’Agence polonaise de navigation aérienne, lui aussi contacté par les journalistes polonais, a assuré que l’espace aérien polonais reste ouvert et que le transit aérien civil depuis la Russie au-dessus de la Pologne n’a à aucun moment été interrompu.

On peut donc supposer qu’une demande de survol pour des avions transportant de l’aide médical à destination de l’Italie n’aurait pas été refusée par la Pologne. Mais encore aurait-il fallu qu’une telle demande soit faite.

Même après avoir mis à jour son article avec la réaction polonaise, le site Sputnik n’a pas apporté d’autres sources que le tweet de Pouchkov à l’appui de ses affirmations de lundi concernant l’attitude de la Pologne.

Le site polonais defence24.pl fait aussi remarquer que les avions russes ayant décollé de Moscou auraient pu choisir un trajet nettement  plus court que celui retenu (par la Turquie, la Grèce et l’Albanie) y compris en évitant la Pologne, en survolant la mer Baltique puis l’Allemagne et l’Autriche.

Si la Russie a choisi de faire prendre à ses avions un détour par le sud, c’est sans doute pour avoir à demander moins d’autorisations de survol (car il y aurait eu d’autres pays que la Pologne à survoler) et aussi pour prendre une route moins fréquentée par l’aviation civile. Cette opération de propagande montée par des médias publics russes à l’encontre de la Pologne montre que l’aide envoyée par la Russie à l’Italie, si elle est louable, n’a peut-être pas uniquement un but humanitaire.


source/ https://visegradpost.com/fr/2020/03/27/pologne-pas-refus-survol-aide-russe-pour-italie/

VPOST_ban

3°/Épidémie Covid-19 : situation au 27 mars dans le V4 et en Autriche

21088487

Par la Rédaction.- 27 mars 2020 – VisegradPost

Hongrie

Pologne

  • 1 289 infections confirmées (+6% par rapport à hier et 3,35 cas pour 100 000 hab.), 16 morts et 13 guérisons au 27 mars 2020.
  • La Pologne met en place un pont aérien entre la Chine et Varsovie pour acheminer du matériel médical.

Slovaquie

  • Au 27 mars 2020, 269 cas de personnes contaminées sont recensés (+19% par rapport à hier et 4,94 cas pour 100 000 hab.) et 7 guérisons.

Tchéquie

  • La Tchéquie est toujours le pays le plus touché au sein du V4. Au 27 mars 2020, il y a 2 279 cas recensés (+12% par rapport à hier et 21,4 cas pour 100 000 hab.), neuf morts et 10 guérisons.
  • La Tchéquie espère pouvoir porter à 10 000 le nombre de tests effectués quotidiennement.

Autriche

  • Au 27 mars 2020, il y a 7 610 cas recensés (+19% par rapport à hier et 85,9 cas pour 100 000 hab.), 58 morts – le nombre de guérisons n’est plus communiqué.
  • Les provinces les plus touchées sont le Tyrol (232 cas pour 100 000 hab.), le Vorarlberg (126) et la province de Salzbourg (123) – en comparaison, la France est aujourd’hui en moyenne à 43 cas pour 100 000 hab.
  • Le ministre autrichien de la Santé estime que le pic de l’épidémie en Autriche arrivera entre mi-avril et mi-mai.
  • D’importantes livraisons de gants et de masques de protection sont attendus pour cette fin de semaine en provenance de Chine.
  • Au Tyrol, de nombreux employés de l’hôtellerie auraient tout simplement été mis à la rue par leurs patrons alors qu’ils ne peuvent pas quitter les localités où ils se trouvent pour cause de quarantaine.
  • Le ministère de l’Intérieur annonce à nouveau l’arrêt de l’accueil de nouveaux réfugiés, ce qui semblent néanmoins être en contradiction avec ce dont témoignent de nombreux internautes et des élus locaux – notamment de gauche.
  • Plus de 170 000 personnes ont perdu leur emploi depuis le début du confinement.

source/ https://visegradpost.com/fr/2020/03/27/epidemie-covid-19-situation-au-27-mars-dans-le-v4-et-en-autriche/

VPOST_ban