5285 – La journée du 18 Janvier 2023 de V.Poutine à Leningrad… Saint Pétersbourg … 3 Rendez-vous…

  • 1°/Vladimir Poutine a participé à des événements commémoratifs dédiés au 80e anniversaire de la rupture du siège de Leningrad – 18 janvier 2023 – 11H20 – Région de Léningrad
  • 2°/Rencontre avec le gouverneur de Saint-Pétersbourg Alexander Beglov le 18 janvier 2023 à Midi à Saint-Pétersbourg
  • 3°/Visite de l’usine d’Oboukhov 18.01.2023 à 15H35 à Saint-Pétersbourg

1/3Vladimir Poutine a participé à des événements commémoratifs dédiés au 80e anniversaire de la rupture du siège de Leningrad – 18 janvier 2023 – 11H20 – Région de Léningrad

Le chef de l’État a visité le complexe militaire et historique du mémorial Nevsky Pyatachok dans la région de Leningrad, où il a déposé des fleurs sur le monument Landmark Stone. Plus tard, le président a pris part à une cérémonie de dépôt de gerbes au monument de la patrie au cimetière commémoratif de Piskaryovskoye.

18 janvier 2023 – 11H20 – Région de Léningrad
1/8 Vladimir Poutine a déposé des fleurs au monument Landmark Stone alors qu’il visitait le complexe historique et militaire du mémorial Nevsky Pyatachok.

2/8 Vladimir Poutine a déposé des fleurs au monument Landmark Stone alors qu’il visitait le complexe historique et militaire du mémorial Nevsky Pyatachok. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

3/8 Vladimir Poutine a déposé des fleurs au monument Landmark Stone alors qu’il visitait le complexe historique et militaire du mémorial Nevsky Pyatachok. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

4/8 Vladimir Poutine a déposé des fleurs au monument Landmark Stone alors qu’il visitait le complexe historique et militaire du mémorial Nevsky Pyatachok.

5/8 En marchant vers le monument de la Patrie au cimetière commémoratif de Piskaryovskoye, Vladimir Poutine a déposé des fleurs sur une fosse commune.

6/8 Pour marquer le 80e anniversaire de la levée du siège de Leningrad, Vladimir Poutine a pris part à une cérémonie de dépôt de gerbes au monument de la Patrie au cimetière commémoratif de Piskaryovskoye. Photo : Alexander Demianchuk, TASS

7/8 Pour marquer le 80e anniversaire de la levée du siège de Leningrad, Vladimir Poutine a pris part à une cérémonie de dépôt de gerbes au monument de la Patrie au cimetière commémoratif de Piskaryovskoye.

8/8 Pour marquer le 80e anniversaire de la levée du siège de Leningrad, Vladimir Poutine a pris part à une cérémonie de dépôt de gerbes au monument de la Patrie au cimetière commémoratif de Piskaryovskoye.

Les forces de l’Allemagne nazie assiègent Leningrad du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944. Le siège est rompu le 18 janvier 1943.

2/3Rencontre avec le gouverneur de Saint-Pétersbourg Alexander Beglov le 18 janvier 2023 à Midi à Saint-Pétersbourg

Vladimir Poutine a tenu une réunion de travail avec le gouverneur de Saint-Pétersbourg Alexander Beglov.
18 janvier 2023 à Midi à Saint-Pétersbourg

Le gouverneur a informé le président des événements consacrés au 80e anniversaire de la rupture du siège de Leningrad par l’Allemagne nazie et des préparatifs de l’anniversaire de la levée complète du siège l’année prochaine. Mr. Belov a remercié le président pour l’attention qu’il porte à la ville.
Alexander Beglov a également fait rapport au président sur le soutien à l’opération militaire spéciale. Trois bataillons – Neva, Kronstadt et Pavlovsk – et un bataillon de chars, Aurora, ont été créés avec le district ouest. Le Gouverneur a également informé le Président des avantages pour les familles du personnel mobilisé.
Le Gouverneur a parlé des changements qui améliorent la vie dans la ville, notamment une meilleure exploitation des transports publics, l’achat de nouveaux tramways et trolleybus et de feux de signalisation intelligents, et la création d’une nouvelle société municipale pour le développement et la construction du métro en coopération avec VTB Bank .
Selon le Gouverneur, la ville est en train d’éliminer le déséquilibre entre la construction résidentielle et sociale. En 2019, la ville manquait d’équipements sociaux – 100 écoles, 60 établissements médicaux et 200 jardins d’enfants. Aujourd’hui, ce déséquilibre a été atténué de près des deux tiers et sera complètement éliminé en 2025. La ville modernise les soins de santé primaires. L’année dernière, des mises à niveau ont été effectuées dans 77 cliniques externes et cette année dans 81 autres cliniques. Ce programme sera donc presque terminé. La ville modernise également son parc d’ambulances.
Le Gouverneur a également passé en revue la construction de logements, la croissance de la production industrielle et l’augmentation des investissements. Le développement de la construction navale et des sciences appliquées a également été abordé. Saint-Pétersbourg est une zone métropolitaine relativement petite. La construction de grandes usines n’est pas nécessairement une bonne alternative. Il est plus logique d’investir dans des lignes de production à forte intensité scientifique qui génèrent des revenus importants et développent le potentiel scientifique de la ville.
Les questions environnementales ont été prises en compte, notamment la collecte et le recyclage des déchets. Une usine moderne d’une capacité de traitement de 220 000 tonnes de déchets a été lancée à titre expérimental. Des résultats positifs ont été obtenus dans le traitement des eaux usées. L’année dernière, la ville a lancé l’Okhta Collector, et maintenant environ 99,7 % des eaux usées sont propres. La ville devra effectuer un travail sérieux pour porter ce chiffre à 100 % d’ici 2030. Mais même au niveau actuel de 99,7 %, Saint-Pétersbourg s’est améliorée au-delà de la plupart des villes européennes. La ville a mis en place un service environnemental 24 heures sur 24 pour surveiller les émissions de pollution atmosphérique dans la zone métropolitaine, qui a un potentiel industriel complexe et important. Le président a noté la nécessité de réduire le nombre de centrales électriques fonctionnant au charbon et au mazout. Mr. Beglov a déclaré que la ville achèvera cette année la transition vers un carburant écologiquement propre. La protection de l’environnement concerne aussi les espaces naturels protégés car la ville doit avoir des poumons pour respirer. Seize aires spécialement protégées ont été créées.
Mr. Beglov a également rendu compte de la construction de la plus grande patinoire de la ville avec 22 000 places, qui accueillera son premier match cet été ; la restauration du fort historique de Cronstadt ; et de nouveaux itinéraires d’excursions en mer entre Saint-Pétersbourg et Cronstadt.

 

Vladimir Poutine a noté que les revenus de la ville ne cessaient de croître. Mr. Beglov a confirmé qu’en 2022, ils avaient atteint 1,16 billion de roubles. Ce résultat était initialement prévu pour 2024, bien qu’il ne s’agisse que du niveau de vie moyen de la ville. Les principaux problèmes de la ville doivent être résolus d’ici 2025.

Mr. Beglov a également parlé au président du soutien à la ville jumelle de Saint-Pétersbourg, Marioupol, dans la République populaire de Donetsk. Saint-Pétersbourg a tenu l’année dernière tous ses engagements envers les habitants de Marioupol et fera de même cette année. Un monument à Alexandre Nevsky a été déplacé de Saint-Pétersbourg à Marioupol ; une grande fontaine de la ville a été restaurée et des bâtiments résidentiels sont en cours de reconstruction. Le premier tramway entrera en service au printemps. Les habitants de la ville l’attendent avec impatience. L’été dernier, Saint-Pétersbourg a organisé des vacances pour 1 500 habitants et une centaine d’enseignants de Marioupol. Aujourd’hui, environ 200 écoliers passent leurs vacances d’hiver à Saint-Pétersbourg.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/70369

3/3Visite de l’usine d’Oboukhov 18 janvier 2023 à 15H35 à Saint-Pétersbourg

 

Vladimir Poutine a visité l’usine Obukhov, qui fait partie d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Le président s’est entretenu avec les travailleurs de l’usine.

18 janvier 2023 à 15H35 à Saint-Pétersbourg
1/14 Visite du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. De gauche à droite : Mikhail Podvyaznikov, directeur de l’usine d’Obukhov, Yan Novikov, directeur d’Almaz-Antey Corporation, et Denis Manturov, vice-Premier ministre et ministre de l’Industrie et du Commerce. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

Le président a également inspecté les magasins de l’entreprise et a vu des produits militaires et civils.

 

Le président a vu un prototype de crossover électrique E-NEVA et le camion civil à quatre roues motrices BAZ-S36A11 de fabrication russe. Le président a vu du matériel médical, dont un exosquelette robotique modulaire, fabriqué à l’usine, et la radiobalise mobile Mangust pour diriger et contrôler le trafic au sol sur les aérodromes. Le Président a également pu découvrir des imprimantes 3D et des simulateurs pour la formation et le recyclage des contrôleurs aériens.

* * *

2/14 Visite du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Mikhail Podvyaznikov, directeur de l’usine d’Obukhov, explique. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour.
Je suis très heureux de vous voir et je voudrais féliciter tous les habitants de Saint-Pétersbourg et de Leningrad pour l’événement d’aujourd’hui, à savoir le 80e anniversaire de la levée du siège de Leningrad. Je viens de rencontrer des anciens combattants et j’ai dit que cet événement est important non seulement pour notre ville, mais pour tout le pays.
Bien sûr, je n’ai pas pu m’empêcher de visiter des entreprises de Saint-Pétersbourg qui fabriquent des produits de défense essentiels dont le pays a toujours eu besoin, et il en a plus que jamais besoin aujourd’hui. Cette année marque le 160e anniversaire de l’usine d’Obukhov, une grande entreprise leader de l’industrie de la défense nationale. Il fonctionne de manière très fiable, stable et affiche de bons résultats. J’espère que ce sera également le cas à l’avenir.
C’est un plaisir de vous voir. Je serais heureux de parler si vous voulez entendre quelque chose de moi.
3/14 Visite du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

Anton Kochkin : Je m’appelle Anton ; Je travaille dans cet atelier en tant qu’électricien de construction.

 

Depuis l’été dernier, nous travaillons en trois équipes. Nous avons travaillé dur, probablement comme les gens l’ont fait dans les premières périodes du plan quinquennal si nous nous souvenons de l’histoire. Cependant, dans les années 1990, le pôle de production a été pratiquement détruit. Cela ne se reproduira-t-il pas ou, pour être plus précis, ne se répétera-t-il pas après que les tâches de l’opération militaire spéciale auront été résolues ?

Vladimir Poutine : Mais vous avez dit vous-même que l’usine a traversé des moments difficiles dans les années 1990. De plus, si l’on prend ce cluster, il est historique d’une part, mais a beaucoup de nouveautés, d’autre part. Depuis 2013, des décisions supplémentaires ont été prises pour restaurer et développer l’usine. Nous avons commencé à restaurer notre industrie de la défense, y compris l’usine Obukhov et l’ensemble de la société, bien avant l’opération militaire spéciale que nous menons actuellement.
La société fabrique des produits indispensables. Comme vous le savez, il y a une forte demande pour eux sur les marchés mondiaux de l’armement, mais en ce moment, ils sont principalement nécessaires à l’armée russe. Rien de tel, aucun plantage n’est à prévoir, d’autant plus que cet équipement a un gros cycle et que tous les contrats et accords ont été signés.

 

En même temps, il y a une tâche qui ne disparaît jamais, quoi qu’il arrive, c’est que les entreprises de défense doivent produire non seulement des équipements militaires mais aussi civils. Tout à l’heure, lors de ma conversation avec vos cadres, l’un d’eux m’a dit : « Nous nous sentons plus stables lorsque nous nous tenons sur nos deux pieds, nos deux appuis. Et le second est l’équipement civil. Oui, la tâche est d’atteindre 30% – 30% de ce que les entreprises de défense produisent devraient être civils. En 2021, le chiffre était de 27 %, ce qui est proche de l’objectif de 30 %.

Probablement, maintenant, la part des équipements de combat augmente, mais nos besoins augmentent également. Cependant, nous résoudrons progressivement cette tâche de production d’équipements civils. Il y aura des ordres militaires, tout en développant le côté civil. Je suis sûr que des entreprises aussi importantes qu’Almaz-Antei et l’usine d’Obukhov se tiendront debout en toute confiance.
Savez-vous ce qui se passe d’autre maintenant ? Nous venons d’examiner quelques échantillons d’équipement que vous produisez après que certains de nos soi-disant partenaires ont quitté notre marché. Il semble que notre niveau de production soit devenu suffisamment élevé. Nos entreprises interceptent assez facilement ce qui a été laissé par ces partenaires. En d’autres termes, nous avons appris à produire ce que nous ne pouvions pas faire hier. Bien sûr, cela ne signifie pas que nous pouvons produire 100 % de ce qu’ils ont fait, mais nous atteindrons le niveau de production dont nous avons besoin. L’usine d’Obukhov se sentira en confiance. Cela ne fait aucun doute.

 

Anton Kochkin : Merci.

4/14 Lors de sa visite au centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation, Vladimir Poutine a inspecté un prototype de croisement électrique E-NEVA. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

Vladimir Poutine : Autre chose ? Oui, allez-y, s’il vous plaît.
Artyom Bogdanov : Artyom Bogdanov, ingénieur procédé.
Monsieur le Président, l’usine d’Obukhov joue un rôle actif dans le programme de formation de spécialistes pour les entreprises de l’industrie de la défense dans le cadre de contrats de formation ciblés. Est-il prévu de différer la conscription pour les emplois dans l’industrie de la défense ou de reconnaître le travail dans l’industrie comme un service alternatif au niveau législatif ?
Vladimir Poutine : Vous savez, en ce qui concerne le projet dans le cadre de la mobilisation partielle, tous les travailleurs de l’industrie de la défense ont eu cette possibilité, c’est-à-dire qu’ils ont été exemptés du projet. Et dans l’économie en général, comme l’a rapporté le ministère de la Défense, ce nombre était d’environ 830 000, je pense.
C’est la première chose.
La seconde concerne les conscrits qui sont mobilisés pour le service régulier. Étant donné que l’industrie de la défense fonctionne à pleine capacité et que vous travaillez en trois équipes, ainsi que la demande urgente pour ses produits, nous envisageons également d’accorder le report du service militaire à ceux qui doivent être appelés au service militaire obligatoire. Je pense que ce problème sera également résolu bientôt.
Artiom Bogdanov : Merci.
5/14 Crossover électrique prototype E-NEVA. Photo : Alexei Danichev, RIA Novosti

Vladimir Poutine : De rien.
Andrei Novikov : Je suis Andrei Novikov, un ouvrier d’atelier de montage. Dites-moi s’il vous plaît, est-il possible de fixer l’indexation des salaires au moins au niveau de l’inflation officielle du pays ?
Vladimir Poutine : C’est l’une des questions les plus urgentes, une question clé, on peut dire qu’elle concerne le niveau de bien-être de nos citoyens, de notre peuple. Il est abordé de différentes manières, je dirai, il y a deux éléments principaux.
Dans le secteur public, comme indiqué dans les soi-disant décrets exécutifs de mai 2012, beaucoup a été fait, mais malheureusement, beaucoup n’a pas encore été fait au niveau prévu. Mais nous continuerons certainement à travailler dans ce domaine. A cet égard, le gouvernement a été chargé d’achever l’indexation des salaires dans le secteur public dès janvier.
Quant au secteur privé et aux entreprises publiques opérant sur le marché, c’est ici une toute autre histoire car dicter les niveaux de salaire aux entreprises de manière administrative est très dangereux car cela peut déséquilibrer leurs finances. En fin de compte, si vous empruntez cette voie, une entreprise pourrait devenir non rentable, elle fermerait tout simplement et ce serait tout, les emplois disparaîtraient. Il faut donc être très prudent à cet égard dans une économie de marché.
Mais cela ne signifie pas du tout qu’il ne faut pas y penser. Au contraire, nous devons y penser tout le temps. D’autres mécanismes sont utilisés dans ce cas, en tout cas aujourd’hui, par exemple une augmentation du salaire minimum. Pourquoi? Parce que le salaire minimum affecte de nombreuses autres composantes liées aux salaires et traitements dans les secteurs public et privé, ou dans les secteurs d’une économie de marché dynamique.
L’année dernière, nous avons augmenté le salaire minimum à deux reprises. Je pense que dans l’ensemble, il s’agit d’une augmentation de 19,5 %. Je peux me tromper, mais c’était certainement au-dessus du taux d’inflation qui s’est avéré être inférieur à 12 % dans ce pays. Cela dit, nous devons réaliser que malgré un taux d’inflation moyen inférieur à 12 %, la situation de certains produits, de certains groupes de produits, en particulier des aliments, était assez différente, surtout au milieu de l’année dernière. Les gens, les citoyens moyens, subissent parfois de fortes pressions.
Ainsi, avec ces mécanismes et d’autres, nous surveillerons certainement le niveau des salaires et la corrélation entre les processus d’inflation, c’est-à-dire la hausse des coûts des biens et services avec les salaires réels. Pour cette année, j’ai de nouveau demandé au gouvernement d’ajuster le salaire minimum pour maintenir l’augmentation au-dessus du taux d’inflation.
Comme je l’ai dit, j’espère qu’il y a une tendance à la baisse de l’inflation (l’inflation est en fait l’augmentation des prix). C’est moins que ses indicateurs cibles et moins que ne le pensaient nos experts, leurs collègues étrangers aussi. L’inflation annuelle est inférieure à 12 %.
Je rappelle que dans certaines économies dites développées, l’inflation est supérieure à 20, 21 et même 25 %. Dans certains pays que je ne nommerai pas maintenant, mais qui semblent également bien se porter, l’inflation est proche de 70 %. Le nôtre est inférieur à 12 % – c’est aussi un peu trop, mais il y a une tendance à la baisse. Nous pensons qu’au premier trimestre, ce sera environ 5%. On s’attend même à ce qu’il baisse à nouveau.
Pour faire simple, il y a certains pièges, comme nous en avons discuté hier avec le gouvernement. Si l’inflation est complètement réduite, l’économie pourrait connaître quelques échecs. C’est pourquoi la politique de la Banque centrale est basée sur la prémisse que l’inflation devrait se situer autour de 5 à 7 %. Mais les ajustements du salaire minimum et des autres prestations de paiement liés au revenu réel doivent rester en tête de la courbe ; il devrait être supérieur à l’inflation.
Andreï Novikov : Merci.
6/14Visite du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

Vladimir Poutine : Oui, s’il vous plaît.
Irina Yashina : Bonjour. Irina Yashina, ingénieure de conception.
Les allocations familiales sont versées jusqu’à ce que l’enfant ait 18 mois. Les jardins d’enfants n’accueillent pas toujours des enfants aussi jeunes. Est-il possible de verser des allocations jusqu’à ce qu’un enfant atteigne l’âge de 3 ans si un jardin d’enfants ne peut pas prendre l’enfant ?
Vladimir Poutine : Dans quel quartier habitez-vous ?
Irina Yashina : Lastochkino Gnezdo, district de Nevsky.
Vladimir Poutine : Quartier Nevski ? Et vous ne pouvez pas y placer votre enfant dans une école maternelle ?
Irina Yashina : Mon enfant a commencé à aller à la maternelle à l’âge de deux ans et demi.
Vladimir Poutine : Alors, il y est allé ?
Irina Yashina : Oui, il l’a fait.
Vladimir Poutine : La raison pour laquelle je pose la question est que Mr. Beglov m’a rapporté que la ville de Saint-Pétersbourg répond à 100 % de la demande d’établissements préscolaires. Il existe 64 régions de ce type dans la Fédération de Russie. Je pense que cette année – l’année prochaine, bien sûr – mais de préférence cette année, toutes les régions devraient s’assurer que toutes les familles qui souhaitent que leurs enfants aillent à la maternelle et à l’école maternelle puissent le faire.
Alors, encore une fois, Monsieur Beglov, ces besoins sont-ils couverts à 100 % à Saint-Pétersbourg ?
Gouverneur de Saint-Pétersbourg Alexander Beglov: Il n’y a aucun problème à placer des enfants âgés de deux ans et demi dans des jardins d’enfants. Si certains quartiers connaissent encore une pénurie, nous les résoudrons complètement cette année. Donc, s’il y a des problèmes, nous sommes prêts à les examiner et à les résoudre.
Vladimir Poutine : Écoutez, selon les rapports officiels, vous avez couvert 100 % de la demande, mais maintenant vous dites que certains districts connaissent des pénuries. Veuillez examiner cela.
Alexander Beglov : Dans le cas des logements nouvellement construits, lorsque les projets de construction sont transférés et acceptés…
Vladimir Poutine : Jetez-y un autre coup d’œil. Vous venez de me dire que vous avez personnellement commencé à accorder plus d’attention aux infrastructures sociales, y compris les écoles, les cliniques externes et les jardins d’enfants, lors de la construction de nouveaux quartiers résidentiels. Jetez-y un autre coup d’œil.
Alexandre Beglov : Oui, monsieur.
Vladimir Poutine : Quelle est la situation générale dans le pays ? En effet, les pensions alimentaires pour enfants sont versées jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 18 mois, puis rien n’est versé jusqu’à l’âge de 3 ans. De toute évidence, les jardins d’enfants sont importants.
À cet égard, je voudrais dire que d’autres mesures de soutien peuvent être utilisées. Par exemple, nous avons décidé que les enfants issus de familles à faible revenu, c’est-à-dire les familles dont le revenu moyen par habitant est inférieur au minimum vital, ont droit à des prestations d’un montant pouvant aller jusqu’à un minimum vital par enfant jusqu’à l’âge de 17 ans inclus. C’est une chose.
La deuxième. En effet, les allocations familiales sont versées jusqu’à ce que l’enfant ait 18 mois, puis aucune allocation n’est versée jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 3 ans. Cependant, les familles dont le revenu par habitant est égal ou inférieur à deux salaires minimums peuvent tirer des fonds du capital maternité. Ça peut être fait. Cependant, le plus important est de s’assurer que tous ceux qui souhaitent voir leur enfant aller à la maternelle puissent le faire. Nous y parviendrons.

À Saint-Pétersbourg, si quelque chose n’est pas conforme au code, le gouverneur dit qu’il mettra les choses au code. En effet, cela a été fait dans presque tous les districts. Peut-être que quelque chose ne fonctionne pas comme prévu dans certains endroits, ou peut-être que certaines choses ne conviennent pas à certaines personnes, mais c’est un problème différent qui nécessite notre attention.
Irina Yashina : Merci.
7/14 Produits fabriqués par le centre régional du nord-ouest de l’usine d’Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

Vladimir Poutine : S’il vous plaît, allez-y.
Vladimir Viru : Bonjour, je m’appelle Vladimir Viru, je suis électricien.
Ma question est la suivante: un soutien supplémentaire sera-t-il accordé au secteur de la défense et, en particulier, à notre usine, compte tenu de la situation actuelle en matière de politique étrangère?
Vladimir Poutine : Un soutien est fourni en permanence. Vos cadres supérieurs, Mr. Mikhail Podvyaznikov [directeur général de l’usine d’Obukhov] vous confirmeront que nous travaillons sur plusieurs axes. Des fonds sont alloués pour répondre aux besoins financiers actuels, augmenter la capacité de l’usine, fabriquer des produits à jour qui sont les plus nécessaires et passer de la production d’articles individuels à la production de masse. De manière générale, de très nombreux domaines sont soutenus.
Nous venons tout juste de discuter avec les hauts dirigeants de la société d’une énième opportunité d’apporter un soutien, en gardant à l’esprit que le marché extérieur est évidemment passé au second plan car nous devons répondre aux besoins des forces armées russes. Par conséquent, certaines questions qui se posent nécessitent une attention particulière de la part du gouvernement et nous allons les examiner mais maintenant je n’entrerai pas dans les détails – le directeur général ainsi que le ministre et le vice-premier ministre [en charge de ces questions] viennent de me parler de cela.
Il y a une autre question qui doit être considérée. Nous avons récemment rencontré à Tula les directeurs généraux de diverses usines et en avons également parlé. Je parle de l’usine Obukhov, Almaz-Antey : malheureusement, certains de nos clients étrangers n’ont pas entièrement rempli leurs obligations et n’ont pas payé les produits qu’ils ont reçus de notre part. Bien sûr, dans ce cas, nous devons soutenir l’usine et nous le ferons.
Vladimir Viru : Merci.
8/14 Entretien avec des travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

Vladimir Poutine : Y a-t-il d’autres questions ? Non?
S’il vous plaît, allez-y.
(La discussion s’est poursuivie sur une question soulevée par Taras Tkachenko, un employé du service de contrôle de la qualité, qui a posé des questions sur les soins de santé pour les employés de l’usine. Le président a promis que les problèmes existants seraient résolus.)
9/14 Entretien avec des travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

Vladimir Poutine : Allez-y, s’il vous plaît.
Vladimir Ivasenko : Bonjour, Monsieur le Président. Je suis Vladimir Ivasenko, chef de bureau.
Beaucoup d’argent a été investi dans la reconstruction de notre complexe sportif et le développement du club de football pour enfants Almaz-Antei après votre visite en 2013. Nous aimerions vous inviter à visiter à nouveau notre complexe sportif. Peut-être que le financement pour la reconstruction du Palais de glace sera trouvé et que nous jouerons au hockey avec vous en l’honneur de l’anniversaire de l’usine ?
Vladimir Poutine : Où aimeriez-vous construire ce palais de glace ?
Vladimir Ivasenko : Au jardin du Spartak.
Vladimir Poutine : Au Spartak Garden ?
Vladimir Ivasenko : Près de l’usine.
Vladimir Poutine : Monsieur Beglov, je pense qu’il y a une route circulaire qui passe par Spartak Garden, n’est-ce pas ?
Vladimir Ivasenko : Oui, c’est vrai. C’est derrière
Vladimir Poutine : Derrière. Si quelque chose y est construit en plus, en particulier une installation sportive comme celle-ci, je ne suis pas sûr de sa sécurité. Il devait aussi y avoir un pont. A-t-il déjà été construit ?
Alexandre Beglov : Oui.
Vladimir Poutine : Le pont Obukhov a été construit et la route circulaire l’utilise. Comment construiriez-vous sous le pont? Ou peut-être pourriez-vous construire une installation sportive près de la route ? Je ne pense pas que ce soit la meilleure solution. Nous devons y réfléchir. Nous devrions demander à Mr. Beglov et à la direction de l’usine de chercher un bon site pour cela.
Alexander Beglov : On va le faire, nous le chercherons ensemble, certainement.
Vladimir Poutine : Oui, s’il vous plaît, regardez autour de vous parce que ce n’est pas très bon de le construire sous la route, sous le pont. Cela dit, l’idée est généralement très bonne. Je jouerai au hockey avec plaisir.
Vladimir Ivasenko : Merci.
10/14 Travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

Vladimir Poutine : Allez-y, s’il vous plaît.
Sergei Ryabinin : Je m’appelle Sergei Ryabinin, je suis électricien du bâtiment.
Aujourd’hui, nous assistons à la levée du siège de Leningrad. C’est une histoire personnelle pour chaque habitant de Leningrad, Saint-Pétersbourg. L’usine Obukhov faisait partie de la ligne de front et plus de 6 500 de ses employés ont perdu la vie dans la Grande Guerre patriotique. Aujourd’hui, nous sommes à nouveau confrontés au nazisme. Selon vous, qu’est-ce qui peut nous aider à gagner dans cette confrontation ?
Vladimir Poutine : Vous savez, je viens de rencontrer des vétérans et nous en avons parlé. Je voudrais souligner qu’il est tout à fait justifié de dire que nous luttons contre les néonazis.
Après tout, ils ont élevé Bandera au rang de héros national. Il a collaboré avec Hitler et exécuté des civils. Ses complices ont également exécuté des civils. Pouvez-vous même l’imaginer? Mais tout le monde est silencieux. Ils ne remarquent pas. Ils font semblant de ne rien remarquer. Mais c’est un fait et ils continuent ces pratiques d’utilisation d’escouades anti-retraite et d’exécution de civils. En fait, ils continuent d’abuser des civils dans le Donbass et dans les territoires adjacents.
Par conséquent, nous sommes tout à fait justifiés de l’appeler un régime néo-nazi. Et nous avons toutes les raisons d’aider, y compris par l’utilisation des forces armées, les personnes qui se considèrent comme faisant partie de la culture russe et les russophones, qui les chérissent comme leur propre culture et traditions. Nous n’avons d’autre choix que de les protéger.
Maintenant, qu’est-ce qui pourrait nous aider dans ce domaine, compte tenu de ce que vous avez dit – notre mémoire historique et les épreuves que notre peuple a bravées. Vous savez, dans ce sens, conceptuellement, en termes d’obtention du résultat final et de la victoire qui est inévitable, il y a plusieurs choses qui n’ont abouti à rien et qui jettent les bases de notre victoire. C’est l’unité du peuple russe, le peuple multiethnique de Russie, le courage et l’héroïsme de nos soldats dans l’opération militaire spéciale et, bien sûr, le travail de l’industrie de la défense, des entreprises comme la vôtre, et de l’ensemble de l’économie parce que chacun de ces maillons de la chaîne – l’industrie, l’état des finances de l’État et la sphère sociale, qui comprend le soutien aux familles et requiert une attention particulière de l’État, la santé – chacun d’eux pose les bases de notre développement effectif et de notre la victoire. La victoire est assurée. Je n’en doute pas. Elle est assurée, en partie, par ce sur quoi vous travaillez, comment vous vous y prenez et a ce que vous faites.
Voici un exemple. Nous venons d’échanger avec nos collègues, vos top managers. Par exemple, nous produisons chaque année trois fois plus de missiles de défense aérienne que vous fabriquez que les États-Unis. Dans l’ensemble, notre industrie de la défense fabrique à peu près le même nombre de missiles de défense aérienne de différentes désignations que tous les fabricants de défense du monde réunis. Notre production est comparable à la production mondiale. Nous avons donc quelque chose sur quoi nous appuyer. Tout cela ne peut que nous remplir de confiance que la victoire sera nôtre.
Sergueï Riabinine : Merci.
Vladimir Poutine : Merci.
11/14 Visite du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Vice-Premier Ministre – Ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov. Photo par Iliya Pitalev

12/14 Entretien avec des travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

13/14 Entretien avec des travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev

14/14 Avec des travailleurs du centre régional du nord-ouest de l’usine Obukhov d’Almaz-Antey Aerospace Defence Corporation. Photo par Iliya Pitalev



http://en.kremlin.ru/events/president/news/70368


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s