5284 – Russie – Le président a tenu une réunion par vidéoconférence sur les questions économiques. -17.01.2023 à 14H20 de Novo-Ogaryovo


La réunion a été suivie par

  • le Premier ministre Mikhail Mishustin,
  • le chef de cabinet du bureau exécutif présidentiel Anton Vaino,
  • le premier vice-premier ministre Andrei Belousov,
  • le vice-premier ministre – chef de cabinet du gouvernement Dmitry Grigorenko,
  • le vice-premier ministre Marat Khusnullin,
  • l’assistant présidentiel Maxim Oreshkin ,
  • le ministre du Développement économique Maxim Reshetnikov,
  • le ministre des Finances Anton Siluanov
  • le gouverneur de la Banque centrale Elvira Nabiullina.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour chers collègues,

Nous avons convenu de nous rencontrer aujourd’hui pour discuter de l’agenda économique.
De hauts responsables du Gouvernement et de la Banque Centrale sont présents à cette réunion. Nous parlerons des principaux indicateurs et tendances de l’économie russe et des marchés mondiaux. Nous examinerons également des mesures spécifiques pour s’attaquer aux tâches de développement prioritaires – plus précisément, les objectifs pour 2023 que nous avons longuement discutés en décembre lors d’une réunion du Conseil pour le développement stratégique et les projets nationaux et lors d’une récente réunion avec des membres du gouvernement.
Je commencerai par revenir sur certains aspects de la performance de l’économie russe l’année dernière.

Comme indiqué précédemment, sa dynamique réelle s’est avérée meilleure que de nombreuses prévisions d’experts. Le ministère du Développement économique estime, comme nos collègues le rapporteront dans un instant, que le PIB de la Russie a diminué entre janvier et novembre 2022, mais seulement de 2,1 %. Comme vous vous en souvenez, certains de nos experts locaux, sans parler des experts étrangers, prévoyaient une baisse de 10, 15 ou même 20 %.

Le résultat annuel global attendu est une baisse de 2,5 % du PIB. Je tiens à souligner qu’il s’agit du résultat annuel, car aux troisième et quatrième trimestres, nous avons enregistré une croissance économique, mais contre la forte baisse du deuxième trimestre. Notre tâche est de renforcer et de maintenir cette tendance positive.
Je dois noter que dans de nombreuses industries de base essentielles telles que la construction, l’agriculture, la production industrielle, l’industrie de la défense et quelques autres, le périmètre de production est non seulement resté au même niveau mais, au contraire, malgré la pression extérieure sans précédent, élargi, créant de nouveaux emplois, contribuant à maintenir la stabilité sur le marché du travail et ramenant le taux de chômage au niveau le plus bas de l’histoire moderne.
Cependant, des problèmes d’emplois à temps partiel subsistent dans certaines régions et dans certaines branches, ainsi que de bas salaires, en particulier dans les régions et les villes où se concentrent les industries économiques en difficulté. Vous savez que la plus forte baisse a été enregistrée dans l’industrie automobile et dans certains autres secteurs. Le gouvernement devrait travailler en collaboration avec les régions pour redresser cette situation. L’essentiel est que nous ayons toutes les chances de le faire – nous devons encourager l’emploi et la croissance des salaires – des salaires réels.
Par ailleurs, l’industrie de défense contribue largement à la dynamique des filières de transformation. Au cours de l’année écoulée, il a pris un élan important et continue de renforcer ses capacités. Les usines travaillent en plusieurs équipes et même 24 heures sur 24. Dans ce contexte, je tiens à remercier tous les travailleurs de l’industrie de la défense pour leur travail intensif et responsable. Son importance globale et maintenant en particulier est très élevée.
En même temps, comme je l’ai déjà dit, la situation de certaines industries requiert une attention particulière, tant de la part du gouvernement fédéral que de nos collègues des régions, sur le terrain. Je fais principalement référence à des productions qui étaient principalement orientées vers le marché extérieur.
Ainsi, la situation dans le complexe de l’industrie du bois reste difficile. En novembre, la transformation du bois et la fabrication de produits en bois ont diminué de 21,4 %. Les usines du nord-ouest de la Russie ont été les plus durement touchées. Je crois que nous devons discuter de cette question lors d’une réunion distincte.
Maintenant, je voudrais souligner une fois de plus qu’il est nécessaire de maintenir le fonctionnement de cette industrie et d’autres qui ont été touchées, de conserver leurs équipes de travail et de donner une impulsion à leur développement en encourageant la demande intérieure et en intensifiant la transformation des matières premières dans notre pays, dans nos usines et nos installations de fabrication.
Franchement, nous en avons parlé à maintes reprises lorsque nous avons limité l’exportation de bois rond. C’était notre objectif, mais tout n’était pas finalisé. Nous parlions de la nécessité de renoncer à l’exportation de bois rond et de bois brut et de tout approvisionner sur le marché intérieur et, plus tard, de fournir des produits à plus grande valeur ajoutée. Maintenant, il est nécessaire d’accélérer ce processus autant que possible. Comme je l’ai dit, nous avons la base objective et toutes les possibilités pour cela.
Permettez-moi de vous rappeler que nous avons pris de nombreuses mesures spéciales pour soutenir plusieurs industries de l’économie nationale. Ainsi, les entreprises et les instances gouvernementales aident déjà de manière constante et méticuleuse ces entreprises non seulement à atteindre les niveaux d’avant la crise, mais aussi à assurer leur développement stratégique à long terme en s’appuyant sur de nouvelles solutions technologiques et de production. Je voudrais demander au gouvernement de toujours garder un doigt sur le pouls de cela.
Je voudrais mentionner en particulier le secteur pétrolier et gazier. Malgré la pression des sanctions, en 2022, la production de pétrole en Russie a augmenté d’environ 2 %. Au total, la Russie a produit 535 millions de tonnes de pétrole.

Dans le même temps, l’extraction de gaz naturel a diminué de 11,8 %. J’aimerais souligner que, comme vous le savez, les prix de l’essence ont considérablement augmenté en raison des actions des pays occidentaux. En conséquence, les producteurs et exportateurs de gaz russes ont réalisé de bons bénéfices au cours des deux dernières années et ont considérablement augmenté leur contribution au budget national.

Dans l’ensemble, les recettes du budget fédéral de l’année dernière ont augmenté de 10 % pour atteindre 27 800 milliards de roubles. Cela dit, nos dépenses ont également augmenté et à un rythme beaucoup plus élevé, plus sensiblement – de 25 %, dépassant 31 000 milliards de roubles.
En conséquence, le déficit budgétaire fédéral s’est élevé à 3 300 milliards de roubles, soit 2,3 % du PIB. Nous l’avons mentionné, et j’ai également dit que ce niveau de déficit est toujours l’un des meilleurs chiffres du G20. Néanmoins, il est important de travailler de manière cohérente pour préserver la soutenabilité des finances de l’État. Aujourd’hui, nous devons également en parler.
Passons maintenant à l’inflation. Il s’élevait à 11,9 % à la fin de 2022, ce qui est inférieur aux prévisions de la Banque centrale et du gouvernement et devrait tomber en dessous de l’objectif de 4 % au deuxième trimestre.
Chers collègues, il n’y a pas longtemps, j’ai cité vos estimations selon lesquelles nous pourrions voir l’inflation tomber à 5 % au premier trimestre et peut-être même en dessous de 4 % au deuxième trimestre. Ceci est d’une importance cruciale pour les revenus individuels réels et l’économie en général, car une dynamique des prix prévisible et modérée est un facteur clé lors de la prise de décisions concernant l’intensification des activités d’investissement ou des prêts plus abordables pour les entreprises et les entreprises du secteur réel.
Pour rappel, l’inflation affecte directement les revenus individuels. Cette année, nous devons parvenir à une croissance sensible et tangible des salaires réels et améliorer le bien-être des ménages russes.
Aussi, la construction de logements et d’infrastructures est essentielle pour améliorer la qualité de vie, favoriser l’activité économique et développer les territoires. Nous avons plutôt bien réussi en 2022 à cet égard. Un volume record de logements – 101,5 millions de mètres carrés – a été mis en service, ce qui, je crois, est quelque chose que nous n’avons pas vu dans l’histoire récente, et probablement même en Union soviétique.
L’an dernier, plus de 27 000 kilomètres de routes ont été réparés et 1 600 kilomètres ont été construits ou rénovés. Notre objectif pour les années à venir est de mettre aux normes 85 % des autoroutes fédérales et régionales les plus fréquentées, soit 136 000 kilomètres au total. Les listes de projets connexes, estimées à 13 000 milliards de roubles, ont été approuvées et devraient, comme nous le savons, être achevées dans un délai de cinq ans, de 2023 à 2027.

Il est important non seulement de mettre en œuvre les plans dans leur intégralité, mais de les mettre en œuvre plus tôt que prévu. Des routes de haute qualité et sûres sont la base pour lancer de nouveaux projets d’investissement supplémentaires dans l’industrie, l’agriculture, la construction d’équipements sociaux et de quartiers résidentiels, l’amélioration de la connectivité de nos territoires, y compris les nouvelles entités onstitutives de la Fédération.

Le programme de développement des infrastructures régionales s’accélère. Les prêts budgétaires d’infrastructure sont essentiels au financement de ce programme. Le Conseil des projets nationaux, que j’ai mentionné plus tôt aujourd’hui, a décidé d’étendre la limite de ces prêts de 250 milliards de roubles supplémentaires cette année. En outre, le financement de projets avec des obligations d’infrastructure devrait augmenter à 300 milliards de roubles.
Permettez-moi d’ajouter que, tout comme pour les routes, le mécanisme de financement avancé devrait être utilisé ici aussi et les installations devraient être mises en service plus tôt que prévu.
J’aimerais qu’on en discute aujourd’hui, qu’on me fasse rapport sur la façon dont ces décisions seront mises en œuvre. Mettons-nous au travail.
Mr. Reshetnikov est notre prochain orateur. Veuillez continuer.

<…>


Vladimir Poutine : Résumons les choses.
Dans l’ensemble, comme nous en avons discuté plus tôt, je pense que nous avons plutôt bien réussi. Je l’ai dit publiquement plus tôt, et nous en sommes conscients de toute façon.
Écoutez, 2022 a été une année difficile pour nous, mais nous avons réussi à gérer les risques qui se sont présentés en grande partie de manière inattendue. Je n’entrerai pas dans les détails ni ne spéculerai sur ce qui aurait pu être mieux fait, mais nous avons réussi à surmonter ces risques dans l’ensemble.
Je dirai maintenant la chose la plus importante, et nous entrerons dans les détails plus tard : nous comprenons globalement à quel type de risques nous serons confrontés en 2023. C’est-à-dire qu’en 2022, nous ne les connaissions pas et ne les comprenions pas, ces risques financiers, budgétaires, structurels et logistiques, pour n’en nommer que quelques-uns. Mais nous avons traversé cette « crise » sans savoir ce qui allait se passer ensuite, prenant des décisions en cours de route.
Nous pouvons mieux voir 2023 avec la connaissance de ces risques. Les risques liés à la technologie et les risques liés aux infrastructures qui n’ont pas été surmontés. Nous avons une idée claire de ce qui se passe et du type de complexités qui se présenteront à nous.
Donc, si nous comprenons cela, nous devrions être en mesure de gérer cela bien mieux, mieux même qu’en 2022. Surtout, nous devons voir les développements pour ce qu’ils sont. Il est important de ne pas exagérer ou minimiser les choses – nous devons être réalistes dans nos estimations.
Heureusement, nous avons de bons résultats en agriculture grâce à un certain nombre de décisions antérieures. Sans aucun doute, il faut donner à ce secteur une chance de gagner de l’argent afin qu’il puisse investir dans la récolte 2023, la transformation alimentaire et l’élevage.
Mr. Mishustin l’a mentionné tout à l’heure, et je voudrais le souligner à nouveau. Je veux que le Premier ministre s’en occupe personnellement et, si nécessaire, assure les résultats financiers des entreprises agro-industrielles. Nous ne pouvons pas nous permettre que tout soit exporté à l’extérieur du pays. Il peut être exporté en un clin d’œil malgré les restrictions logistiques liées au fret et à l’assurance, compris ? C’est déjà fait.
Donc, nous avons certainement besoin de réserves. Nous n’avons aucun moyen de savoir à quoi ressembleront les résultats agricoles en 2023. Regardez ce qui se passe : il fait chaud en Europe, mais au Turkménistanj’ai parlé avec le président [Serdar Berdimuhamedov] aujourd’hui et il fait moins 25 degrés Celsius là-bas. . Au Turkménistan, attention. En Ouzbékistan, il fait moins 23 degrés. Quel temps allons-nous avoir ici ? Nous ne pouvons pas non plus le dire avec certitude, ce qui signifie que nous devons absolument avoir des réserves stables. Nous devons les garder ici.
Nous progressons dans les infrastructures et l’agriculture. La construction affiche une très forte croissance. Combien ça coûte, Mr. Khusnullin ? 5,6% ?
Vice-Premier ministre Marat Khusnullin : Monsieur le Président, je pense que ce sera autour de 6 à 6,5 %.
Vladimir Poutine : Vous voyez. Les chiffres provisoires étaient de 5,6 %, mais nous avons maintenant 6,5 %, ce qui est une excellente nouvelle.
Le tourisme et le secteur de l’énergie dans son ensemble se portent bien. L’ingénierie des infrastructures et des transports – ce que nous voyons en surface – est exactement ce dont nous avons besoin en ce moment. J’espère vivement que Mr. Belousov continuera à travailler sur la substitution des importations dans les industries de haute technologie. Bien sûr, c’est en fait ce que nous faisons : nous allouons des fonds pour les objectifs de développement national et constatons de bons progrès. Les routes et les industries connexes sont en bon état et certains secteurs du secteur de l’énergie, comme l’industrie du charbon, sont en expansion. Mais nous devons garder un œil dessus.
Merci beaucoup. Meilleurs vœux à vous.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/70364

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s