5280 – « Et comment va-t-on redresser notre pays ? » Ch.Sannat du 19.01.23 sur Insolentiae…

  • 1°/ « Et comment va-t-on redresser notre pays ? ».
  • 2°/Davos pleure la mondialisation et quand Davos pleure… les peuples rient !
  • 3°/Le Wyoming veut interdire les voitures électriques en 2035 !
  • 4°/Immobilier. Effondrement du nombre de prêts. Baisse des prix. Pire crise depuis 2008.
  • 5°/Milliardaires Français… 544 milliards soit 8 000 euros par Français !

1°/« Et comment va-t-on redresser notre pays ? ». L’édito de Charles SANNAT
par Charles Sannat | 19 Jan 2023 | Chronique de l’effondrement


Mes chères impertinentes, chers impertinents,
Je parle beaucoup d’effondrement, non pas pour nuire au moral des masses, mais parce qu’il faut nommer ce que nous vivons.
Oui.
Nous vivons un effondrement systémique spécifiquement en France.
Le système scolaire ne s’effondre pas en Chine où TikTok est utilisé pour diffuser des vidéos d’expériences scientifiques aux jeunes Chinois et interdit au moins de 14 ans. Chez nous, c’est un outil de lobotomisation de notre jeunesse avec la lâcheté des parents qui ne veulent plus lutter ou qui n’ont rien compris aux dangers des écrans. Je ne vous parle même pas des enseignants eux-mêmes contaminés.
Le système sécuritaire français s’effondre. Ce n’est pas le cas au Portugal ou en Espagne. Je ne vous parle même pas de la Suisse ou de l’Autriche. C’est un effondrement sécuritaire français. Spécifiquement. Remerciez la couardise et la démagogie de la plus grande partie de la gauche tellement permissive que les excès d’aujourd’hui préparent un terrible retour de bâton.
Le système judiciaire, le système énergétique, le système de transport et nos trains, tout, je dis bien tout s’effondre et je ne vous parle même pas à nouveau de l’hôpital pour lequel seule Brigitte Macron trouve encore que « nous avons de la chance ».
Cet effondrement rampant depuis 40 ans s’accélère d’une part et s’accompagne d’autre part d’une explosion des déficits et de la dette de notre pays le soumettant aux oukases des financiers internationaux.
Alors posons cette question très importante et qui est symétrique à nos réflexions sur l’effondrement de notre pays, patrimoine de ceux qui n’en aucun quelle que soit leurs origines.
Comment redresser la France ?
J’ai beaucoup d’idées à partager avec vous sur ce sujet, cela fait des années que je réfléchis à ces thématiques.
Commençons nos réflexions en partant par ce qu’il ne faut pas faire pour redresser la France.
Croyez-vous que l’on redressera la France en restant dans l’Europe qui détricote et désarme systématiquement notre Etat. L’idée très logique à comprendre quand on analyse l’histoire, c’est que jamais, jamais un Etat ne s’est créé autrement qu’en détruisant ce qui lui pré-existait ! Si l’Europe veut devenir les Etats-Unis d’Europe alors il faut détruire les états-nations. C’est l’une des grandes causes de notre effondrement. Il n’y aura pas de redressement de la France possible dans cette conception-là de l’Europe. Cela ne veut pas dire pas d’Europe, cela veut dire le retour à l’Europe des nations basée sur le principe de la subsidiarité et du volontariat. Bref, une Europe des coopérations, pas une Europe des obligations avec des Institutions vendues aux lobbys mondiaux.
  • Croyez-vous que l’on redressera le pays en restant démagogues, permissifs, et sans courage ? Je parle ici de valeurs morales.
  • Croyez-vous que l’on redressera le pays en faisant croire que l’on peut réussir sans travailler, ne pas avoir de sélection, laisser croire que tout se vaut, que tout est pareil ?
  • Croyez-vous que l’on redressera notre pays sans travailler ? Beaucoup. Dur. Plus !
Cela ne veut pas dire que nous devons nous transformer en immense camps de travail. Non, cela veut dire que nous devons tous travailler et participer au redressement. Il n’y aura aucun redressement spontané, comme il n’y a eu aucune reconstruction de notre pays après la Seconde guerre mondiale qui est venue du Saint-Esprit ! Il a fallu travailler, beaucoup. Bâtir, innover, réfléchir, investir et se serrer la ceinture ! Il n’y avait pas les 35 heures par semaine ni le « harcèlement moral ».
  • Croyez-vous que l’on redressera le pays en faisant fuir les riches et les milliardaires ?
  • Le pensez-vous un seul instant ?
  • Avec la pression fiscale la plus élevée au monde après la Corée du Nord, pensez vous que c’est en mettant encore plus d’impôts pour avoir encore plus de dettes et de déficits que nous redresserons la nation ?
  • Vous croyez que l’assistanat se finance comment ?
Par les impôts que payent les riches ! Et par la capacité de l’état à lever l’impôt et donc à rassurer les marchés financiers sur sa capacité à rembourser les dettes !
Enfin, croyez-vous que c’est en dépensant encore et toujours plus de l’argent que nous n’avons pas que nous allons redresser la situation .
La réponse est non à toutes ces questions.
Si nous voulons parler du redressement de notre pays et des idées ou des politiques qui permettraient de le faire, alors il faut d’abord évoquer et penser le cadre conceptuel du redressement, ce que je viens de faire dans les grands traits ici.
Aucun redressement ne sera possible sans la conviction partagée par la majorité qu’il va falloir travailler dur, travailler fort et oui… se serrer considérablement la ceinture car vous ne pouvez pas avoir de redressement avec 3 000 milliards d’euros de dette et des déficits budgétaires astronomiques depuis maintenant plus de 40 ans !
Redresser le pays ne pourra se faire que si tout le monde comprend que l’on doit dépenser moins que ce que l’on gagne et qu’il n’y a pas d’argent magique. Jamais.
Taxer plus n’est pas possible, même Bruno le Maire était terriblement ironique hier à la télé à propos des « millionnaires » des pays sans impôts qui veulent être taxés plus .
Ecoutez-le, c’est tordant de rire

POUR VOIR LA VIDEO SUR >> https://insolentiae.com/et-comment-va-t-on-redresser-notre-pays-ledito-de-charles-sannat/


Il n’y a pas de richesse magique. Jamais.
N’oublions pas la pensée magique et comme le disait Hollande président, « cela ne coûte pas cher c’est l’État qui paye ».
Mais l’État c’est vous. C’est nous.
Nous payons tout par la misère, l’effondrement, l’endettement, les impôts ou l’inflation.
Il n’y a rien de gratuit.
Plus précisément, il n’y a rien sans effort. Individuel ou collectif.
C’est pour cela que je dis et répète que l’essentiel n’est pas de faire travailler plus longtemps ceux qui travaillent déjà mais de mettre tout le monde au travail.
Pas uniquement pour « gagner » de l’argent mais parce qu’il y a un pays à reconstruire, des barrages à bâtir, des centrales électriques à construire, des usines à rouvrir, des routes à réparer et à refaire, des hôpitaux qui ont besoin de bras, des malades qui ont besoin de tenir une main. Nous avons besoin de tous pour construire l’avenir collectif et le pays de demain.
Rien ne se fera assis dans notre canapé en regardant Netflix et en vomissant les logorrhées qui se pensent généreuses en taxant les « riches ». Tout ceci, en réalité, cache 40 années de paresse collective.
D’abandon.
De lâcheté.
De permissivité.
Vous voulez que l’on redresse ce pays ?
Alors il va d’abord falloir que tout le monde comprenne qu’il va falloir travailler.
Mon analyse personnelle me conduit en l’état actuel des choses, que cette prise de conscience arrivera, nécessité faisant loi, après l’effondrement.
Les hommes forts créent les périodes de paix. Les périodes de paix créent les hommes faibles. Les hommes faibles créent les temps difficiles.
Lorsqu’il n’y aura plus d’argent magique alors nous pourrons parler de redressement.
Nous sommes, chacun de nous le redressement.
Le redressement est une idée collective.
Une vision partagée.
Un objectif commun pour un avenir meilleur pour tous.
Mais… il nécessite du travail et de l’engagement.
Beaucoup de travail.
Le travail de tous, loin de Netflix, du canapé, du RSA et des chèques cadeaux de Noël ou de ceux des CCAS !
Nous n’y sommes pas encore.
Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.
Préparez-vous !
Charles SANNAT

https://insolentiae.com/et-comment-va-t-on-redresser-notre-pays-ledito-de-charles-sannat/


2°/Davos pleure la mondialisation et quand Davos pleure, les peuples rient !
par Charles Sannat | 19 Jan 2023 | Démondialisation Déglobalisation,


Ce n’est pas parce que j’affirme que le problème ce n’est pas les riches et que ce n’est pas parce qu’ils sont riches que nous sommes pauvres que je suis naïfs.
Je sais le danger que représente le pouvoir de corruption des forces de l’argent.
Et c’est bien là évidemment le vrai sujet sur les milliardaires. C’est le pouvoir considérable qu’ils peuvent développer pour leurs intérêts propres et le plus souvent contre ceux des peuples .
C’est là que le pouvoir politique élu par le peuple doit être en mesure de servir de contre-pouvoir aux milliardaires. Force est de constater que cela n’est plus le cas depuis maintenant 20 ans.
Que s’est-il passé depuis 20 ans ?
La mondialisation qui a été le cadre à l’émergence de multinationales largement plus puissantes désormais que de nombreux Etats.
La grande messe de ces puissants se tient à Davos chaque année.
Et disons-le, cette année, les hommes de Davos pleurent, de quoi, nous faire rire, nous les peuples, nous les hommes de bonne volonté attachés au bien commun et au bonheur de tous.
Ils pleurent la fin de leur mondialisation et de leur rêve globaliste !
Au Forum économique de Davos, la fin de la mondialisation est dans toutes les têtes
Voici ce qu’écrit le Monde.
« La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, ainsi que la course aux subventions pour maintenir ou rapatrier des usines, seront les thèmes principaux de la rencontre dans la station alpine des Grisons, en Suisse.
Devant les bâtiments en construction, sur la terre sèche de l’Arizona, Morris Chang, 91 ans, voit à la fois son passé et son avenir. Le fondateur du fabricant de puces électroniques TSMC ne peut masquer son amertume. « La mondialisation est morte, le libre-échange est mort, et je ne pense pas qu’ils reviendront de sitôt. » Il était pourtant là, ce 6 décembre 2022, pour célébrer un moment joyeux. En compagnie du président des Etats-Unis, Joe Biden, et des patrons d’Apple, AMD ou Nvidia, parmi ses principaux clients, il assistait à la cérémonie d’ouverture d’une usine électronique géante, une première depuis longtemps sur le sol américain.
Les deux acteurs du drame qui se joue aujourd’hui étaient à la tribune. Le créateur Chang, qui a théorisé et lancé, durant les années 1980, la grande vague de mondialisation de l’industrie électronique, et le fossoyeur Biden. Amplifiant la guerre commerciale contre la Chine déclenchée par son prédécesseur, Donald Trump, l’actuel locataire de la Maison Blanche a porté le coup de grâce, en interdisant les exportations de technologie vers la Chine, et en déversant des torrents de subventions pour attirer les usines sur son territoire. Désormais, deux clans s’affrontent, et pas seulement dans l’électronique. Pour Morris Chang, dont les clients majeurs se trouvent dans les deux camps, c’est un déchirement. »
Le thème de Davos ? « Coopérer dans un monde fragmenté »
« Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que le 53e Forum économique de Davos, qui se tient du lundi 16 au vendredi 20 janvier, ait choisi comme thème principal « Coopérer dans un monde fragmenté ». Autrement dit, peut-on encore recoller les morceaux d’une ère bénie des entrepreneurs comme Morris Chang ? La rencontre annuelle dans la paisible station alpine des Grisons, en Suisse, se veut le point de convergence du monde des affaires et de la politique de tous les pays du monde. Une sorte d’« ONU du business », où pouvaient se croiser Vladimir Poutine, Xi Jinping et Donald Trump, face aux PDG de la planète entière.
Ce n’est plus vraiment le cas. Cette année, pas de Russes et peu de Chinois sur les quelque 2 700 dirigeants et experts de 130 pays. Seuls parmi les grandes nations, les Allemands, qui semblent être les derniers à y croire, ont envoyé une délégation fournie emmenée par le chancelier Olaf Scholz et comportant ses ministres des finances et de l’économie, Christian Lindner et Robert Habeck. Le vice-premier ministre chinois, Liu He, les premiers ministres espagnol, Pedro Sanchez, finlandais, Sanna Marin, et grec, Kyriakos Mitsotakis, ainsi que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, seront également de la partie ».
Le dernier carré des mondialistes.
Vous ne serez donc pas surpris de découvrir dans ce dernier carré des mondialistes, avant tout les Europathes qui nous dirigent à commencer par la mamamouchette de la Grosse Commission européenne Cruelle Von Der Leyen et la clique au pouvoir en Allemagne qui n’a qu’un seul objectif… réduire, ruiner et dominer son voisin français.
Notre survie et notre redressement passera par plus de souveraineté.
Les hommes de Davos pleurent mes amis, alors rions un peu même si nous risquons de ne pas rire longtemps.
Charles SANNAT

Source Le Monde.fr ici



https://insolentiae.com/davos-pleure-la-mondialisation-et-quand-davos-pleure-les-peuples-rient/

3°/Le Wyoming veut interdire les voitures électriques en 2035 !
par Charles Sannat | 19 Jan 2023 | Environnement,


Vous savez toutes les craintes qui sont les miennes concernant la pérennité de la voiture électrique dans les 10 ans qui viennent.
La voiture électrique nécessite des investissements massifs en termes de capacité de production d’énergie et les éoliennes risquent d’être un peu courtes pour recharger 30 millions de voitures en France !
Je ne vous parle même pas de l’électrification de nos capacités de transport, je pense à nos poids lourds qui font manger Paris et les 12 millions de Franciliens.
Je n’évoque pas plus les temps de reachargement un week-end de grands départs en vacances avec 25 000 véhicules attendant une borne… il va falloir recréer des relais de poste sur les aires d’autoroute et des capacités de couchage.
Bref, tout ceci est très compliqué et cette volonté du tout électrique a de grande chance de tourner au désastre économique, social et environnemental pour la simple et bonne raison que les sujets complexes sont toujours nuancés.
Oui à la voiture électrique pour certains usages.
Pour d’autres il faut du thermique.
Ou encore de l’hydrogène ou du « gazogène » et autre GPL qui peuvent être même produit localement et pas en Russie !
La transition écologique ce n’est pas UNE solution lancée depuis Bruxelles, mais c’est une pluralité de solutions formant un tout cohérent.
Nous finirons pas nous en rendre compte.
Mon avis personnel est de ne pas acheter de voiture électrique (préférer le leasing et rendre les clefs si nécessaire) et de faire durer le plus longtemps possible sa voiture thermique. D’ici 2035 la raison sera revenue.
Et justement un État américain jette un pavé dans la marre !
Aux Etats-Unis, le Wyoming veut interdire les voitures électriques en 2035 !
Alors que l’Europe vise l’interdiction des voitures thermiques d’ici 2035, un Etat américain prend le contrepied total et veut interdire les voitures électriques. Le but ? Protéger son industrie pétrolière et les emplois qui vont avec.
Vous le savez, l’Europe planche actuellement sur l’interdiction de la vente de voitures thermiques neuves en 2035. Les conditions exactes de cette interdiction restent à préciser mais ce principe a déjà été accepté par les membres de l’Union Européenne. Aux Etats-Unis aussi, l’électrification de l’automobile est en marche : le gouvernement vient de mettre en place d’importantes aides à l’achat de voitures électriques neuves (sous forme de crédits d’impôts), la construction d’un réseau de recharge plus dense est actée et certains Etats comme la Californie visent à limiter la vente des voitures neuves aux seuls modèles électrifiés d’ici la prochaine décennie.
Mais dans le Wyoming, l’heure n’est pas du tout à l’électrification. Cet Etat du centre des Etats-Unis veut même carrément interdire la vente de voitures électriques neuves d’ici l’année 2035 ! Dans sa proposition numéro SJ0004, les parlementaires de l’État proposent en effet de retirer les voitures électriques du commerce en 2035 au motif de la protection de son économie locale, dépendant notamment de la production de pétrole et de gaz.
La proposition de loi explique que « la production de pétrole et de gaz fait la fierté du Wyoming », que cette industrie a créé « d’innombrables emplois » et « assure l’équilibre économique de l’Etat ». Elle affirme que « les voitures électriques sont difficiles à recycler, dépendent de minéraux dont l’extraction pose problème et nécessiteraient de trop coûteux investissements pour bâtir des infrastructures de recharge ». En conclusion du projet de loi, les rédacteurs demandent ainsi d’interdire la vente de voitures électriques neuves en 2035 pour protéger son industrie pétrolière et gazière, sauvegarder les emplois et même « limiter l’extraction des minéraux dans l’état aux seules activités vitales ». Précisons qu’il ne s’agit que d’un projet de loi qui n’a pas encore été validé.
Le législateur du Wyoming osera-t-il aller jusqu’au bout de cette démarche totalement unique au monde ?
De quoi faire réfléchir ici, alors que nous sommes en Europe en train de suicider l’industrie automobile du vieux continent et les centaines de milliers d’emplois qui allaient avec sans vous parler de la richesse technologique de nos constructeurs.
Charles SANNAT

Source Caradisiac.com ici


https://insolentiae.com/le-wyoming-veut-interdire-les-voitures-electriques-en-2035/


4°/Immobilier. Effondrement du nombre de prêts. Baisse des prix. Pire crise depuis 2008.
par Charles Sannat | 19 Jan 2023 | Immobilier


L’immobilier monte toujours…
Et bien non.
Cette affirmation est totalement fausse et du haut de mes presque 50 ans je sais que l’immobilier peut valoir, beaucoup, beaucoup moins cher.
J’ai connu un temps avant les années 2000 où l’immobilier était profondément ringard, où être propriétaire était synonyme de fil à la patte !
J’ai connu le m² à Paris dans le 16ème arrondissement à 10 000 francs, soit 1500 euros d’aujourd’hui.
Puis j’ai connu la hausse de l’immobilier concomitante à la baisse des taux.
Lorsque les taux montent l’immobilier,  acheté presque toujours à crédit, baisse.
C’est le principe de vases communicants.
Pas de crédit immobilier = pas d’acheteurs solvables = crise immobilière = baisse des prix = baisse des mises en chantiers = baisse de l’emploi dans le BTP et = à terme à une crise du logement !
La hausse des taux s’amplifie, les prêts chutent de près de 20 %.
« 2022, année exceptionnelle pour l’immobilier. Mais plutôt en termes de baisse. La production de crédits immobiliers a chuté de 19,9 % en 2022 et le nombre de prêts accordés a diminué de 20,5 % par rapport à l’année précédente, selon les chiffres de l’observatoire CSA/Crédit Logement communiquées ce mardi 17 janvier.
« Une telle chute ne s’était pas constatée depuis l’automne 2008, au plus profond de la crise financière internationale venue des États-Unis », pointent les auteurs de cette étude, référence dans le secteur. Ce fort recul est à mettre en perspective avec l’augmentation observée en 2021 de 3,8 %, selon la même source.
Une revalorisation insuffisante du taux d’usure.
Cette dégradation est notamment liée aux « relèvements successifs » du principal taux de refinancement de la BCE mi-septembre, début novembre et dans une moindre mesure le 21 décembre, et à une revalorisation insuffisante du taux d’usure le 1er octobre.
Un taux moyen de 2,22 %
Le taux moyen des crédits accordés par le secteur privé était de 2,22 % au quatrième trimestre 2022, contre 1,05 % pour la même période en 2021 et 1,17 % en 2020. En octobre, il a franchi pour la première fois depuis sept ans les 2 %, à 2,05 %, selon l’observatoire.
Il faut remonter à 2016 pour constater un taux comparable, à hauteur de 2,07 %. La durée des nouveaux prêts immobiliers en 2022 court en moyenne sur près de 21 ans (248 mois).
Et… ils montent toujours les taux !!
Enfin, 65,2 % des prêts bancaires concernant l’accession à la propriété ont été octroyés sur une durée comprise entre 20 et 25 ans, contre 55,2 % l’année dernière.
Apport personnel en augmentation (il a progressé de 43,5 % en 4 ans, ce qui correspond à un supplément d’apport de 7 mois pour les ménages emprunteurs dont les revenus n’excèdent pas trois fois le montant du smic), hausse des taux, inadéquation du taux d’usure qui entraîne une impossibilité de prêts par les banques, baisse des prix, effondrement de volumes, incertitudes, blocages et encadrement des loyers, sans oublier l’inflation et la terrible fiscalité pesant sur les propriétaires et vous avez toutes les conditions réunies pour déclencher une terrible crise immobilière en France.
Charles SANNAT
« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source Ouest-France.fr ici


https://insolentiae.com/immobilier-effondrement-du-nombre-de-prets-baisse-des-prix-pire-crise-depuis-2008/

5°/Milliardaires Français, 544 milliards soit 8 000 euros par Français !
par Charles Sannat | 19 Jan 2023 | Investir son argent


On déteste les riches en France.
On déteste encore plus les plus riches.
Et non, je ne suis pas payé pour aimer ou défendre les riches, et je ne suis pas milliardaire, ne vendant pas des rouge à lèvres sur Youtube mais parlant d’économie je peux vous assurer que cela n’attire pas les foules en délire !
Suite au rapport d’Oxfam, comme le rapporte le magazine Challenges, « 544,5 c’est en milliards d’euros, le montant cumulé de la fortune des milliardaires français. Selon notre classement Challenges publié à l’été 2022, la France possède plus de cent milliardaires. Tout le classement des milliardaires Français ici sur le site Challenges.
Volons tout cet argent.
« Abolissons les milliardaires ».
Vous obtiendrez en gros sur la base de 68 millions de personnes, la somme énorme, astronomique de 8 000 euros par Français. Soit 666 euros par mois pendant un an.
Alors quand nous aurons tous dépensé notre RSA milliardaires, que ferons-nous ?
Combien d’années allons-nous tenir avec 8 000 euros chacun.
Avec notre rente milliardaires de 8 000 balles et une inflation de 10 % en moyenne et de 20 % dans les rayons nourriture ?
Encore une fois, le problème n’est pas de détester les riches, fussent-ils même milliardaires.
Il était important de poser ces chiffres, juste pour montrer que même si c’est indécent prendre l’argent des milliardaires ne rendra pas personne plus riche.
C’est faux.
Par contre on peut émettre un jugement moral.
Dans ce cas, alors vous vous situez dans un rejet moral mais pas dans une réalité économique.
Le problème c’est d’encadrer leur puissance pour éviter les dérives, et de permettre au plus grand nombre de vivre la vie qu’il souhaite et de préférence une vie de confort et d’abondance.
D’ailleurs, le confort par exemple s’est largement amélioré pour tous.
La lutte contre les riches c’est l’idée sociale facile de ceux qui n’ont aucune idée pour améliorer la vie et le quotidien des gens et qui n’ont pas le courage de dire la vérité .
La vérité c’est que nous sommes la somme de nos décisions et de nos efforts.
C’est aussi simple que cela.
Nos vies sont la somme de nos décisions et de nos efforts.
Toujours.
Parfois il y a un accident de la vie. Dans ce cas la nécessaire et juste solidarité doit prendre en charge ceux qui viennent de chuter et cela peut arriver à tous. Maladie, accident etc…
Enfin, dernière considération.
« De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins »
« De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » — existant également sous des variantes comme De chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins ou De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins — est un adage résumant de manière générale les principes d’une société socialiste — ou communiste, au sens premier du terme.
Cette maxime est d’une naïveté confondante et jamais vous ne pourrez fonder une politique là-dessus pour la simple et bonne raison que c’est parfaitement non-objectif et qu’il n’y a aucune mesure possible.
En effet mes besoins sont aussi subjectifs que mes moyens !
Je considère toujours que le type d’à côté doit travailler plus que moi, ou payer plus d’impôts que moi. Je n’ai jamais de gros moyens. Si vous posez la question à un Normand, vous êtes sur d’avoir l’impression de ne parler qu’aux plus pauvres parmi les pauvres et dans le pays de Caux c’est le cas, mais alors dans le pays d’Ouche (ou je suis) c’est encore pire ! Nous sommes encore plus pauvres que tous les pauvres. Nous n’avons donc aucun moyen. Ici nous n’avons pas de financiers ! Nous n’avons que des économes moi le premier !
Quant à nos besoins, ils sont immenses. J’ai besoin d’une datcha.. .pardon d’une maison de campagne pour me sentir mieux, j’ai besoin d’une belle auto pour me sentir arrivé, j’ai besoin d’un chalet à Megève pour me sentir rassuré et m’aérer la tête l’hiver. J’ai besoin d’une grosse piscine, j’ai aussi besoin d’un avion particulier, j’ai besoin du plus gros modèle Tesla aux performances ébouriffantes (si, si je l’ai essayé, celle d’un copain achetée d’occasion c’est incroyable). Essayez-là aussi et vous en aurez besoin également. J’ai besoin de la dernière PS4 ou 5 et je ne parle pas du Parti Socialiste hein mais de la console de jeux. J’ai besoin du dernier écran plat et du nouvel i-phone. Si, si. Ils ont tous besoin de ce genre de choses. Tous.
Le bons sentiments ne font jamais, jamais les bonnes politiques !
Commencez par abolir la publicité les vedettes de gauche et par conséquence vous abolirez une grande partie des milliardaires ! Et aussi la consommation inutile, et aussi la pollution, et vous préserverez la planète et les matières premières !
Être de gauche ce n’est pas vomir les riches.
Être de gauche c’est comprendre comment les « riches » captent la richesse des pauvres.
La réponse est simple.
En leur vendant des trucs dont ils n’ont pas besoin qu’ils achètent avec de l’argent qu’ils n’ont pas et que des banques vont leur prêter, aliénant le pauvre à jamais et le forçant à vendre à vil prix sa force de travail.
Abolissez la pub, après nous pourrons commencer à parler égalité, et répartition des richesses ou d’environnement.
Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/milliardaires-francais-544-milliards-soit-8-000-euros-par-francais-ruinez-les-vous-resterez-pauvres-quand-meme/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s