4371 – Chine – 4 Conférences de presse des 21, 24, 25 et 26 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

  • Conférence de presse du 21 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

  • Conférence de presse du 24 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

  • Conférence de presse du 25 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

  • Conférence de presse du 26 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

img_quelle_est_la_longueur_de_la_muraille_de_chine_7148_orig

 

Conférence de presse du 21 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

1/65

Agence de presse Xinhua : Aujourd’hui marque le 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan. La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégique de tout temps. Vous avez été en poste au Pakistan pendant de nombreuses années, quels sont vos commentaires sur le développement des relations Chine-Pakistan à l’occasion de cet anniversaire ? Quelles sont vos perspectives concernant la coopération entre la Chine et le Pakistan dans différents domaines ? Les deux parties organiseront-elles des célébrations ?

Monde_Daech_2015

Zhao Lijian : Aujourd’hui, nous sommes le 21 mai, le 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi ont respectivement échangé des lettres de félicitations avec le Président pakistanais Arif Alvi, le Premier Ministre pakistanais Imran Khan et le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi. Dans la soirée, les deux parties organiseront respectivement à Beijing et à Islamabad des réceptions de célébration auxquelles participeront des dirigeants des deux pays. Les deux gouvernements ont convenu d’organiser conjointement plus de 120 séances de célébration au cours de l’année, couvrant un large éventail de domaines : politique, diplomatique, économique, scientifique, éducatif, culturel et sanitaire et entre les collectivités, afin de créer une atmosphère chaleureuse et conviviale de célébration tout au long de l’année et de donner plus d’élan aux relations amicales entre la Chine et le Pakistan.

Au cours des 70 dernières années depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan, les deux pays se sont toujours respectés, fait confiance et se sont soutenus l’un et l’autre, ont résisté aux épreuves et ont travaillé de concert pour forger une solide amitié de « fer » et établir un partenariat de coopération stratégique de tout temps. Ces dernières années, les deux pays ont activement coopéré dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » et le Corridor économique Chine-Pakistan (CECP), permettant d’approfondir la coopération pratique et mutuellement bénéfique dans divers domaines, d’apporter de plus grands avantages aux peuples des deux pays, et d’insuffler un fort élan à la paix et au développement régionaux et de contribuer activement au maintien de l’équité et de la justice internationales. Depuis l’année dernière, face à l’épidémie de COVID-19, la Chine et le Pakistan se sont entraidés et ont surmonté ensemble les difficultés, et l’amitié de tout temps entre les deux pays s’est davantage consolidée.

La Chine attache une grande importance à ses relations avec le Pakistan et souhaite profiter du 70e anniversaire des relations diplomatiques pour renforcer la communication stratégique, intensifier la coopération mutuellement bénéfique, développer les échanges humains et culturels et construire une communauté d’avenir partagé Chine-Pakistan encore plus étroite dans la nouvelle ère. Nous accueillons et encourageons les personnalités amies de tous horizons, notamment les jeunes, à participer activement à la série d’activités de célébration du 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan, à transmettre l’amitié, à renforcer la coopération, et à contribuer davantage à la promotion de la cause de l’amitié Chine-Pakistan.

Que l’amitié entre la Chine et le Pakistan soit pérenne !

Chin-Pakistan Dosti Zindabad (Vive l’amitié entre la Chine et le Pakistan en urdu) !

2

The Paper : La 74e Assemblée mondiale de la Santé se tiendra du 24 mai au 1er juin. À notre connaissance, les autorités de Taiwan n’ont pas reçu de lettre d’invitation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Récemment, de nombreux pays ont écrit à l’OMS pour exprimer leur soutien à la décision du gouvernement chinois de ne pas approuver la participation de la région chinoise de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé de cette année, indiquant qu’ils ne voulaient aucune discussion sur les questions liées à Taiwan lors de l’Assemblée de cette année. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

OMS 20190524-wha2019-tardy-hd-631

Zhao Lijian : Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine, et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Le principe d’une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales et un consensus de toute la communauté internationale. Les questions liées à la participation de la région chinoise de Taiwan aux activités des organisations internationales, y compris celles de l’OMS, doivent être traitées conformément au principe d’une seule Chine. La résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé ont entériné ce principe fondamental.

Avant 2016, sur la base du respect du principe d’une seule Chine par les deux rives du détroit de Taiwan, la partie chinoise a pris des dispositions spéciales pour la participation de la région chinoise de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Mais depuis sa prise de fonctions, le Parti démocrate progressiste (PDP) a placé ses conspirations politiques au-dessus du bien-être de la population de la région de Taiwan, s’est obstiné dans la position séparatiste visant à l’« indépendance de Taiwan », et a refusé de reconnaître le Consensus de 1992 incarnant le principe d’une seule Chine, ce qui a détruit la base politique de la participation de la région de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé.
Le gouvernement central chinois attache une grande importance à la santé et au bien-être de nos compatriotes à Taiwan. En se conformant au principe d’une seule Chine, il a pris des dispositions appropriées permettant à Taiwan de participer aux affaires sanitaires mondiales. Depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19, le gouvernement central de la Chine a notifié 260 fois à Taiwan la situation sur la COVID-19 et a approuvé 16 fois la participation d’experts sanitaires de Taiwan aux activités techniques de l’OMS.
Taiwan a reçu plusieurs notifications d’informations sur la pandémie de la part du Secrétariat de l’OMS. La prétendue « lacune du système international de prévention de la pandémie » est une pure ineptie. Au mépris de la volonté générale de la communauté internationale de se concentrer sur la coopération dans la lutte contre le virus, et de la vie de la population de Taiwan, les autorités du PDP se sont livrées à des manipulations politiques en profitant de la pandémie. Elles ont violé la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé, s’entêtant à lancer des propositions liées à Taiwan au prix de perturber le processus de l’Assemblée et de saper la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie. Leur véritable objectif est de créer « deux Chine » ou « une Chine, un Taiwan » sur la scène internationale.
Afin de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays et de défendre la solennité et l’autorité des résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies et de l’Assemblée mondiale de la Santé, la Chine ne peut pas accepter la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé de cette année. Cette décision de la partie chinoise a été largement soutenue et comprise par la communauté internationale. Jusqu’à hier, plus de 150 pays ont exprimé leur soutien à la décision de la Chine par la voie diplomatique. Les représentants de près de 80 États membres ont spécifiquement écrit à l’OMS pour affirmer leur position consistant à adhérer au principe d’une seule Chine et à s’opposer à la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Cela prouve une fois de plus que le principe d’une seule Chine correspond à l’aspiration des peuples et à la tendance générale de la communauté internationale, et reflète pleinement le fait que la grande majorité des pays adhèrent à une position juste et correcte sur les questions liées à Taiwan au sein de l’Assemblée mondiale de la Santé. Les gens du monde entier sont clairvoyants. Les États-Unis et quelques autres pays sont engagés dans toutes sortes de tactiques pour soutenir les autorités du PDP en faisant du battage autour de la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Leurs tentatives sont vouées à l’échec !

3

Bloomberg : Le gouvernement canadien a déclaré qu’il avait reçu jusqu’au 18 mai 5 700 demandes de visa en provenance de Hong Kong. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Je tiens à souligner que depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, la société de Hong Kong a retrouvé la stabilité et les habitants de Hong Kong peuvent désormais mieux exercer leurs droits légaux et jouir pleinement de leurs libertés dans un environnement sûr. C’est un fait évident pour toute la communauté internationale.

4

AFP : Le Parlement européen a adopté une motion visant à geler la ratification de l’accord d’investissement entre la Chine et l’Union européenne (UE), faisant du retrait des sanctions chinoises contre la partie européenne une condition préalable à la ratification de l’accord. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ? Quelle est l’attitude de la Chine vis-à-vis de la perspective de l’accord ?

1200px-Europarl_logo.svg

Zhao Lijian : Malgré la position solennelle et la forte opposition de la Chine, l’UE a inversé le vrai et le faux au mépris des faits, et s’est entêtée à prendre une décision erronée de sanction unilatérale contre la Chine en s’appuyant sur des mensonges et de fausses informations.

Ce que l’UE a fait constitue une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, viole de manière flagrante le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et porte gravement atteinte aux relations Chine-UE.

Les sanctions imposées par la Chine sur les institutions et individus concernés de l’UE qui ont répandu de manière malveillante des mensonges et de fausses informations liés au Xinjiang et qui ont gravement sapé la souveraineté et les intérêts de la Chine répondent à la nécessité de sauvegarder nos intérêts.

Il s’agit aussi d’une réaction nécessaire et légitime face aux sanctions imposées et à la confrontation lancée par l’UE.

Les sanctions déraisonnables de l’UE sont à l’origine des difficultés actuelles des relations Chine-UE. C’est ce que la Chine ne veut pas voir, et ce dont elle n’est pas responsable. Nous espérons que l’UE y réfléchira sérieusement. Nous avons la sincérité de faire progresser les relations avec l’UE, mais nous sauvegarderons aussi fermement notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts de développement.
Les sanctions et la confrontation n’aideront pas à résoudre les questions, et ne représentent pas une voie d’entente entre des partenaires stratégiques globaux. Le dialogue et la coopération sont la bonne voie à suivre. Comme le dit un proverbe chinois, « c’est à celui qui a fait un nœud de le défaire ». L’UE doit cesser immédiatement de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, abandonner les actions antagonistes, gérer adéquatement les divergences par le dialogue et la communication afin que les relations Chine-UE surmontent les difficultés actuelles et reviennent sur la bonne voie du dialogue et de la coopération.
Je tiens également à souligner que l’accord d’investissement Chine-UE est un accord équilibré, mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant, et non une « faveur » accordée par une partie à l’autre. La Chine travaille toujours sincèrement à faire progresser la coopération entre les deux parties. Nous espérons que l’UE ira dans la même direction que la Chine et prendra la bonne décision conforme à ses propres intérêts, en s’appuyant davantage sur une réflexion rationnelle et moins sur les émotions.

5

China Daily : Selon des reportages, l’Association de la Diplomatie publique de Chine a tenu hier à Kashgar, au Xinjiang, un forum international ayant pour thème « Le Xinjiang à mes yeux », pourriez-vous présenter des informations concernées ?
e Président de l'Association de la Diplomatie publique de Chine Wu Hailong unnamed le Président de l’Association de la Diplomatie publique de Chine Wu Hailong
Zhao Lijian : Du 17 au 21 mai, le Président de l’Association de la Diplomatie publique de Chine Wu Hailong a dirigé une délégation au Xinjiang pour effectuer une visite. Le 20 mai, à Kashgar, la délégation a tenu un forum international ayant pour thème « Le Xinjiang à mes yeux », auquel ont participé en ligne plus de 40 personnes, dont d’anciens hommes politiques étrangers, des experts et universitaires chinois et étrangers ainsi que des représentants des médias.
Les membres de la délégation ont raconté ce qu’ils avaient vu et entendu lors de leurs visites sur le terrain à Urumqi, à Hotan et à Kashgar sous différents angles, tels que le développement économique, la prospérité sociale, l’enseignement élémentaire, la liberté religieuse et le statut des femmes. Ils ont salué vivement l’harmonie et la stabilité sociales du Xinjiang qui les avaient impressionnés profondément, ainsi que le développement vigoureux des industries locales spécifiques contribuant à la lutte contre la pauvreté, la vie heureuse de la population locale et l’indice élevé de bonheur.
Les participants étrangers au forum ont pris la parole avec enthousiasme pour critiquer et réfuter les faux reportages des États-Unis et de l’Occident sur le Xinjiang et les mensonges du siècle comme le soi-disant « génocide ».
  • L’expert en relations internationales aux États-Unis William Jones,
  • l’expert en arbitrage international au Royaume-Uni Graham Perry,
  • et le Directeur exécutif de l’Institut Chine-Pakistan du Pakistan Mustafa Hyder Sayed,
ont décrit la situation marquée par la paix, la stabilité et le développement du Xinjiang à leurs yeux en se fondant sur leur propre expérience de visite au Xinjiang.
  • L’ancien Président du Monténégro Filip Vujanović,
  • l’ancien Président de la Slovénie Danilo Türk
  • et le célèbre économiste des États-Unis Jeffrey Sachs

ont réfuté les attaques malveillantes des États-Unis et de l’Occident contre le Xinjiang du point de vue du droit international et du multilatéralisme.

Il y a quelques jours, j’ai aussi présenté les informations de la visite au Xinjiang de diplomates de l’Amérique latine et des Caraïbes en Chine. Ils ont eux aussi apprécié hautement les réalisations de développement du Xinjiang en matière de stabilité sociale, de solidarité ethnique, d’harmonie religieuse et d’amélioration du bien-être du peuple. Nous souhaitons la bienvenue à plus d’amis internationaux qui prennent une position juste et impartiale pour découvrir eux-mêmes par la visite sur le terrain un vrai et beau Xinjiang sans le « filtre » occidental.

6

AFP : En ce qui concerne l’annonce du cessez-le-feu entre la Palestine et Israël, quels sont les commentaires de la Chine ?

hqdefault

Zhao Lijian : La Chine se félicite du cessez-le-feu entre les parties du conflit palestino-israélien et espère que les parties concernées pourront observer le cessez-le-feu et arrêter la violence de façon effective. La Chine apprécie les efforts de médiation déployés par l’Égypte, l’ONU et d’autres parties, et elle a également beaucoup fait pour promouvoir les pourparlers de paix. La Chine est prête à continuer de travailler avec la communauté internationale pour atténuer davantage les tensions entre la Palestine et Israël.
Le conflit qui traînait depuis plus de 10 jours a entraîné une grave situation humanitaire dans la bande de Gaza, qui nécessite une aide urgente de la communauté internationale. La Chine fournira une assistance humanitaire d’urgence en espèces d’un million de dollars à la Palestine, continuera de fournir un soutien humanitaire en matériel dans la mesure de ses capacités en répondant aux besoins de la Palestine et prendra une part active dans la reconstruction de la bande de Gaza.
Nous fournirons également un million de dollars en dons et 200 000 doses de vaccins contre la COVID-19 à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) en vue d’apporter une aide substantielle pour le peuple palestinien.
Afin d’éviter la reproduction de la tragédie du conflit entre la Palestine et Israël, la communauté internationale devra promouvoir la reprise des négociations de paix entre les deux parties et le règlement de la question palestinienne de manière globale, juste et permanente sur la base de la « solution à deux États ». La Chine poussera le Conseil de Sécurité des Nations Unies à examiner de manière exhaustive la question palestinienne et à réaffirmer la « solution à deux États ». Elle invitera les défenseurs de la paix israéliens et palestiniens en Chine pour organiser des séminaires en temps opportun et accueillera les représentants palestiniens et israéliens à venir en Chine pour mener des négociations directes.

7

NHK : Ma question porte toujours sur le cessez-le-feu entre la Palestine et Israël. Les États-Unis ont souligné le rôle qu’ils avaient joué. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : La Chine espère que les États-Unis assumeront les responsabilités qui leur incombent, prendront une position juste, pratiqueront un véritable multilatéralisme et soutiendront le Conseil de Sécurité, comme la plupart des membres de la communauté internationale, dans ses efforts visant à jouer un rôle qui lui revient dans le règlement à une date rapprochée de la question palestinienne de manière globale, juste et permanente.

8

RCI : Selon des reportages, l’Assemblée nationale du Venezuela a récemment annoncé la nomination de 5 membres et 10 membres suppléants au nouveau Conseil national électoral, dont plusieurs représentants de partis d’opposition. Les principaux leaders de l’opposition vénézuélienne ont exprimé leur soutien, tandis que les États-Unis et quelques autres pays ont exprimé des réserves, voire des critiques à cet égard. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://s.rfi.fr/media/display/534ae630-b4c2-11eb-a1f7-005056a917b9/w:980/p:16x9/2021-05-13T233800Z_819499385_RC2BFN9YC5YJ_RTRMADP_3_VENEZUELA-POLITICS.webp  Le nouveau président du Conseil électoral vénézuélien Pedro Calzadilla a annoncé la tenue des élections régionales et municipales le 21 novembre. © REUTERS/Léonardo Fernandez Viloria DU 14/05/2021


Zhao Lijian : La Chine félicite le Venezuela pour la mise en place d’un nouveau Conseil national électoral conformément à la Constitution et à la loi du pays. La Chine espère que toutes les parties au Venezuela saisiront cette occasion pour renforcer le dialogue et la consultation et aplanir les divergences dans le cadre constitutionnel, de manière à promouvoir conjointement la stabilité et le développement. La Chine s’est toujours opposée à l’ingérence de forces extérieures dans les affaires intérieures du Venezuela, et appelle la communauté internationale à respecter le droit à l’autodétermination du Venezuela et à jouer un rôle constructif dans le règlement politique des dossiers vénézuéliens.

9

Bloomberg : Lors du forum sur le Xinjiang que vous venez de mentionner, j’ai noté que Jeffrey Sachs avait déclaré que la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies discutaient avec la partie chinoise au sujet d’une « enquête indépendante » au Xinjiang. Pourriez-vous nous en dire plus sur les progrès réalisés dans ce domaine ?
Zhao Lijian : La Chine a déclaré à plusieurs reprises sa position sur la visite au Xinjiang de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. La Chine a déjà invité la Haute-Commissaire à se rendre au Xinjiang et dans d’autres régions de Chine, et les deux parties sont en contact à ce sujet. L’objectif de cette visite est de renforcer les échanges et la coopération bilatéraux plutôt que de mener de prétendues « enquêtes » avec une présomption de culpabilité. Nous souhaitons la bienvenue à toutes les personnes qui ont une position juste et impartiale pour visiter le Xinjiang. Ce à quoi nous nous opposons, c’est la diffamation du Xinjiang par ceux qui ont des préjugés idéologiques sous une optique tendancieuse.

10

Reuters : Le Parlement lituanien a adopté un projet de loi qualifiant de « génocide » l’action de la Chine à l’égard des Ouïgours du Xinjiang et a demandé l’abrogation de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Parliament House in Vilnius, Lithuania
Parliament House in Vilnius, Lithuania
Zhao Lijian : Le prétendu « génocide » au Xinjiang est un mensonge pur et simple, et son véritable objectif est de saper la stabilité sociale du Xinjiang et de freiner le développement de la Chine. Les questions relatives à Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, et aucune force extérieure n’est autorisée à s’y immiscer. La volonté et la détermination de la Chine à sauvegarder sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement sont inébranlables. Nous nous opposons fermement à l’ingérence grossière des parties concernées en Lituanie dans les affaires intérieures de la Chine et les exhortons à corriger immédiatement leurs erreurs et à éviter de nuire à l’intérêt général des relations sino-lituaniennes

11.

HRTN : Selon des reportages, alors que la Maison Blanche et les deux partis américains travaillent à promouvoir plusieurs projets de loi anti-chinois, 66 groupes anti-guerre et progressistes, ainsi qu’au moins quatre membres du Congrès américain ont fait entendre leur contestation. Ils ont publié une déclaration commune, s’opposant à la stratégie de la Maison Blanche et de certains membres du Congrès américain appartenant à tous les deux partis visant à diaboliser la Chine, et estimant que cela ne contribuera pas à résoudre les problèmes nationaux des États-Unis et ne fera que susciter la haine et la violence à l’encontre des Asiatiques. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Zhao Lijian : Nous avons remarqué que depuis quelque temps, de plus en plus de personnes clairvoyantes de tous les milieux aux États-Unis ont élevé des voix objectives et rationnelles contre la diabolisation de la Chine. C’est sans aucun doute dans l’intérêt des États-Unis et du peuple américain.
En tant que deux plus grandes économies du monde, la Chine et les États-Unis ont des intérêts étroitement liés. La coopération entre la Chine et les États-Unis contribuera grandement au bien-être des deux peuples et sera également propice à la réponse conjointe aux défis mondiaux tels que le changement climatique, les maladies infectieuses et la reprise économique mondiale post-épidémique, alors que la confrontation entre la Chine et les États-Unis n’apportera que des catastrophes aux deux pays et au monde.
Il y a toujours des personnes aux États-Unis qui s’accrochent à l’idée du jeu à somme nulle de la guerre froide et aux préjugés idéologiques. Ils créent la « théorie de la menace chinoise », prônent une compétition stratégique globale avec la Chine, et provoquent même un « découplage » et une confrontation entre la Chine et les États-Unis, ce qui va à l’encontre de l’aspiration commune des peuples des deux pays et du monde entier à des échanges et coopération entre la Chine et les États-Unis.
Je tiens à réaffirmer que la voie de développement et les politiques internes et externes de la Chine sont claires et constantes. Les objectifs du développement de la Chine sont de permettre au peuple chinois de mener une vie plus heureuse et plus agréable, et non de concurrencer les États-Unis pour la suprématie. La Chine s’engage à développer avec les États-Unis une relation marquée par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant.

Dans le même temps, elle continuera de sauvegarder fermement sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Nous espérons que l’administration et le Congrès des États-Unis écouteront attentivement les voix objectives et rationnelles de tous les secteurs aux États-Unis, examineront correctement le développement de la Chine et les relations sino-américaines, cesseront de lancer des calomnies et des accusations sans fondement contre la Chine, arrêteront de fabriquer toutes sortes de projets de loi négatifs impliquant la Chine, et feront davantage de choses favorables au développement des relations sino-américaines et à la paix, à la stabilité et à la prospérité mondiales.

12

South China Morning Post : Selon des reportages, le Ministre japonais de la Défense Nobuo Kishi a déclaré que vu les puissances militaires croissantes de la Chine, le Japon devait accélérer les efforts pour renforcer ses capacités d’autodéfense. Les propos concernés de Nobuo Kishi montrent que le Japon est disposé à supprimer le plafond budgétaire annuel de défense nationale de longue date, soit 1% du produit intérieur brut (PIB). Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Nobuo_Kishi_CTBT_Regional_Conference_2014_crop
Japan Parliamentary Senior Vice Minister for Foreign Affairs Nobuo Kishi, delivers his speech during CTBT in Jakarta , Indonesia, Monday, May 19, 2014.
 

 

Zhao Lijian : J’ai lu les reportages concernés. J’ai également noté que certains fonctionnaires japonais avaient déclaré de manière absurde que le Japon allait prendre la croissance des capacités militaires de la Chine comme la raison la plus importante de l’augmentation du budget japonais de la défense nationale, qu’il prendrait la situation dans la région de Taiwan comme ses propres affaires et qu’il discuterait avec les États-Unis des révisions des « Lignes directrices pour la coopération entre le Japon et les États-Unis en matière de défense ». Ces propos irresponsables tenus par la partie japonaise visent à prêcher publiquement la course aux armements, à créer des tensions régionales et à inciter à la confrontation militaire interétatique. Le Japon a tenté même d’interférer dans la question de Taiwan et de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, ce qui est extrêmement déplorable. La Chine y exprime son fort mécontentement et son opposition résolue. Je tiens à souligner les points suivants :
Premièrement, la Chine s’engage toujours dans la voie du développement pacifique et poursuit fermement la politique de défense nationale de nature défensive. Le développement des capacités de défense nationale de la Chine est nécessaire non seulement pour sauvegarder sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement, mais aussi pour protéger la paix internationale et régionale. La Chine demeurera bâtisseur de la paix mondiale, contributeur au développement dans le monde ainsi que défenseur de l’ordre international. Quel que soit son niveau de développement, la Chine ne prétendra jamais à l’hégémonie, à l’expansion ou à la conquête de sphère d’influence. La partie chinoise n’est point intéressée par la course aux armements.
Deuxièmement, la question de Taiwan est une affaire purement intérieure de la Chine. La partie chinoise ne tolérera aucune ingérence extérieure, par quelque pays que ce soit et de quelque manière que ce soit. La Chine doit être et sera réunifiée. Pourtant, il existe toujours quelques groupes japonais animés par le rêve militariste qui refusent de se repentir et poursuivent une ambition impossible. Jusqu’à aujourd’hui, ils tentent toujours de mettre la main sur Taiwan. Nous tenons à avertir sévèrement le Japon une fois de plus que la détermination et la volonté du gouvernement chinois et de l’armée chinoise pour défendre sa souveraineté nationale, sa sécurité et sa réunification sont solides comme le roc. Le Japon doit se garder d’étendre leur emprise si loin.
Troisièmement, l’agression et l’expansion du militarisme japonais ont causé de graves désastres aux populations des pays asiatiques, y compris la Chine. Pays vaincu dans la Seconde Guerre mondiale, le Japon, en menaçant de violence et en montrant des muscles de manière arbitraire, ne cherche qu’à briser les contraintes de l’après-guerre et qu’à se réengager dans l’ancienne voie de l’expansion militaire. Le Japon, s’alliant avec les États-Unis dont les dépenses militaires représentent environ 40% du total mondial, étale partout sa force militaire tout en critiquant le développement militaire normal d’autres pays. C’est un acte extrêmement déraisonnable. Nous exhortons le Japon à réfléchir sur lui-même, à cesser de détruire la situation de paix et de stabilité dans la région, et à arrêter de diffamer la Chine.

13

Reuters : Le « Ministre de la Santé » de Taiwan a déclaré qu’il avait eu un entretien téléphonique avec le Secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux pour demander aux États-Unis de lui fournir de l’assistance en matière de vaccins. Quelle est votre réponse à ce sujet ?
Zhao Lijian : Tout d’abord, je dois corriger ce que vous avez dit : nous ne reconnaissons pas son soi-disant titre de « ministre ». Les autorités taiwanaises profitent de l’épidémie pour rechercher l’indépendance et faire des manipulations politiques. Cela n’a aucun sens

14.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le Premier Ministre singapourien Lee Hsien Loong a indiqué le 19 mai que la détérioration des relations sino-américaines nuirait aux deux pays ainsi qu’au monde entier et que la Chine et les États-Unis devaient rechercher ensemble des domaines de coopération. Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances de Singapour Heng Swee Keat a également indiqué le 20 mai que la compétition entre la Chine et les États-Unis sous un mécanisme bien construit contribuerait à résoudre les problèmes planétaires. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://s.rfi.fr/media/display/2808b95a-157e-11ea-ab2c-005056bf7c53/w:1280/p:16x9/2017-06-14t044717z_879404864_rc136bbf0040_rtrmadp_3_singapore-politics.webp

le Premier Ministre singapourien Lee Hsien Loong
Zhao Lijian : Une relation sino-américaine saine et stable est non seulement dans l’intérêt fondamental des deux peuples, mais aussi correspond à l’attente commune des pays de leur région et de la communauté internationale. La Chine s’engage à développer avec les États-Unis une relation marquée par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant. Dans le même temps, elle défendra fermement sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement. Les États-Unis doivent suivre la tendance de l’époque, écouter attentivement les voix des pays de leur région, évaluer correctement la Chine, travailler dans le même sens que la Chine, renforcer les dialogues, se concentrer sur la coopération et bien gérer les divergences, afin de promouvoir un développement sain et régulier des relations sino-américaines.

15

CCTV : Selon des reportages, face à l’allégation selon laquelle le Cambodge dépend trop de la Chine, le Premier Ministre cambodgien Hun Sen a dit le 20 mai lors de la conférence internationale sur l’avenir de l’Asie : « Sur qui peut compter le Cambodge si ce n’est la Chine ? » Il a également indiqué que les investissements chinois dans les infrastructures étaient indispensables à la croissance économique du Cambodge. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

le Premier Ministre cambodgien Hun Sen a dit le 20 mai

le Premier Ministre cambodgien Hun Sen
Zhao Lijian : Nous apprécions hautement les remarques concernées faites par le Premier Ministre Hun Sen. Le Premier Ministre Hun Sen est un homme politique chevronné de la région et un bon et vieil ami respecté du peuple chinois. Avec une perspicacité politique et une clairvoyance stratégique, il adopte toujours une position objective et impartiale sur des questions majeures, contribuant non seulement au développement et à la sauvegarde de la dignité nationale du Cambodge, mais aussi à la démocratisation des relations internationales et à la préservation de la paix, de la stabilité et du développement régionaux et internationaux.

71ybduJ7FnL._AC_SY679_

La Chine attache depuis toujours une grande importance à sa relation avec le Cambodge. Les deux pays s’engagent à promouvoir leur amitié traditionnelle et à construire activement la communauté d’avenir partagé Chine-Cambodge. Comme l’a dit le Premier Ministre Hun Sen, l’assistance offerte par la Chine au Cambodge est sincère et n’est assortie d’aucune condition. La Chine a déjà apporté et continuera d’apporter dans la mesure de son possible de l’aide au Cambodge dans son développement économique et dans l’amélioration des conditions de vie de sa population, afin que les deux peuples, en particulier le peuple cambodgien, puissent bénéficier réellement de la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et le Cambodge.

16

Reuters : Selon des informations, des employés d’institutions gouvernementales chinoises auraient été avisés qu’ils ne pouvaient plus garer leurs voitures électriques Tesla dans les zones de travail. Êtes-vous au courant de la situation concernée ?
Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de cette situation.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1878129.shtml

ob_dd336e_gw9

Conférence de presse du 24 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

17

JoongAng Ilbo : J’ai deux questions. Premièrement, le 21 mai, le Président de la République de Corée Moon Jae-in et le Président américain Joe Biden ont eu une réunion en face à face à Washington, et les deux Chefs d’État ont publié une déclaration conjointe sur le renforcement de leur alliance. Quelle est la position de la Chine à cet égard ? Deuxièmement, quand la Chine envisage-t-elle d’organiser une réunion en face à face entre deux Chefs d’État et avec quel pays, et y a-t-il des plans concernés pour le moment ?

https://www.arabnews.fr/sites/default/files/styles/670x395/public/2021-05/000_9AH8BV_0.jpg?h=0a365b51&itok=0YJg53LX  Le président américain Joe Biden lors d’une conférence de presse avec le président sud-coréen Moon Jae-In dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC, le 21 mai 2021. (Photo, AFP)


 Zhao Lijian : En ce qui concerne la première question, la Chine a noté la déclaration conjointe entre les États-Unis et la République de Corée et en exprime sa préoccupation. Nous pensons que le développement des relations entre les États-Unis et la République de Corée devrait profiter à la promotion de la paix, de la stabilité, du développement et de la prospérité de la région, et non l’inverse, et ne devrait pas nuire aux intérêts des tierces parties, y compris la Chine.
La déclaration conjointe États-Unis-République de Corée a abordé des questions comme celles de Taiwan et de la Mer de Chine méridionale. La question de Taiwan relève purement des affaires intérieures de la Chine, touche à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine et ne tolérera l’ingérence d’aucune force extérieure. Nous exhortons les pays concernés à faire preuve de prudence dans leurs paroles et actions et à ne pas « jouer avec le feu » sur la question de Taiwan. En ce qui concerne la question de la Mer de Chine méridionale, tous les pays jouissent de la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale conformément au droit international. Il n’y a aucun problème en la matière. Les pays concernés en ont une idée bien claire.
Concernant l’ordre international, je voudrais souligner qu’il n’y a qu’un seul système dans le monde, et c’est celui qui est centré sur l’ONU, et qu’il n’y a qu’un seul ensemble des règles, et c’est les normes fondamentales régissant les relations internationales basées sur la Charte des Nations Unies. Un ou quelques pays ne sont pas qualifiés pour définir unilatéralement l’ordre international, et encore moins pour imposer leurs propres normes aux autres. La Chine s’oppose toujours aux « petits clans » tels que le « Quad » et la « stratégie indo-pacifique » créés par les pays concernés pour viser d’autres pays. Ces actions impopulaires ne réussiront pas et n’aboutiront qu’à une impasse.
Quant à la deuxième question, je n’ai pas d’information à vous fournir pour le moment.

18

CCTV : Le 21 mai, le Président Xi Jinping a participé, par liaison vidéo, au Sommet mondial sur la Santé et y a prononcé un discours important, dans lequel M. Xi a partagé ses réflexions en cinq points pour renforcer la coopération internationale contre l’épidémie. Le Président Xi a également annoncé une série de mesures concrètes de la Chine pour soutenir la solidarité mondiale contre la COVID-19. Le monde extérieur accorde une attention générale sur notamment l’engagement de la Chine d’offrir une aide internationale supplémentaire de 3 milliards de dollars d’ici trois ans. Pourriez-vous présenter les informations concernées ?

£¨Ê±Õþ£©Ï°½üƽ³öϯȫÇò½¡¿µ·å»á²¢·¢±íÖØÒª½²»°

Zhao Lijian : Le 21 mai, le Président Xi Jinping a été invité à participer par liaison vidéo au Sommet mondial sur la Santé, et y a prononcé un discours important. M. Xi a avancé une proposition en cinq points pour promouvoir la coopération internationale contre l’épidémie, annoncé cinq mesures pour soutenir la solidarité mondiale contre la COVID-19 et indiqué la voie à suivre pour la victoire rapide du monde sur le virus et la reprise rapide de l’économie mondiale, ce qui revêt une grande signification pour redresser le multilatéralisme, promouvoir la coopération internationale contre la COVID-19 et diriger la réforme du système de la gouvernance sanitaire mondiale.
Premièrement, le Président Xi a partagé sur tous les plans l’expérience chinoise dans la lutte contre la COVID-19 lors du Sommet. Il a souligné que pour vaincre définitivement le virus, il nous fallait mettre la vie et la santé de nos peuples au centre de nos préoccupations, et respecter effectivement la vie et la dignité de chacun. Nous devons privilégier l’esprit scientifique, adopter une approche scientifique et respecter les lois scientifiques.
Nous avons à associer les interventions pharmaceutiques et non-pharmaceutiques, mesures ciblées régulières et gestion des urgences, contrôle sanitaire et développement économique et social. Ces idées et propositions, qui ont été prouvées efficaces par la pratique chinoise et qui correspondent aux besoins des pays dans leur lutte actuelle contre l’épidémie, ont suscité un large retentissement.
Deuxièmement, face aux nouveaux défis posés par le rebond et la propagation de la pandémie sur la coopération internationale contre la COVID-19, le Président Xi Jinping a souligné une fois de plus lors du Sommet que les hommes étaient interdépendants. Nous devons porter la vision d’une communauté de santé pour tous et renforcer la solidarité et la coopération pour surmonter ensemble l’épreuve. Nous devons nous opposer fermement à toute tentative de politisation, d’étiquetage et de stigmatisation. Les manipulations politiques n’aident en rien à la riposte sanitaire au niveau national, mais au contraire perturbent la coopération internationale contre l’épidémie et portent davantage atteinte aux peuples du monde.
En effet, la « solidarité » et la « coopération » sont les mots utilisés le plus souvent par le Président Xi dans la présentation de sa proposition sur la lutte contre la COVID-19. Le Président Xi a indiqué clairement que la solidarité et la coopération étaient l’arme la plus puissante pour vaincre le virus, et qu’il fallait dissiper la pandémie par la coopération.
Troisièmement, en réponse à la question aiguë croissante de la vaccination inégale à l’échelle mondiale, le Président Xi a souligné sans équivoque qu’il fallait rejeter le « nationalisme vaccinal », résoudre les problèmes de production et de distribution des vaccins et en renforcer l’accessibilité et l’abordabilité dans les pays en développement. Les grands pays de la recherche et de la production de vaccins ont à assumer leurs responsabilités de fournir plus de vaccins aux pays en développement qui en ont un besoin urgent. Les institutions financières multilatérales doivent soutenir par la finance inclusive les pays en développement pour faciliter leurs achats de vaccins.
M. Xi a annoncé que la Chine fournirait davantage de vaccins au reste du monde au mieux de ses capacités, soutenait ses entreprises de vaccins dans le transfert des technologies vers les autres pays en développement et la production conjointe avec eux. La Chine a annoncé son soutien à la levée des droits de propriété intellectuelle (DPI) sur les vaccins contre la COVID-19 et soutient l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) et d’autres organisations internationales dans une prise de décision rapide sur ce sujet. La Chine propose de créer un forum international sur la coopération en matière de vaccins, où les pays et entreprises lancés dans la production et le développement de vaccins et les autres parties prenantes pourront discuter ensemble d’une distribution juste et équitable des vaccins dans le monde. Ces initiatives et mesures concrètes ont démontré la volonté ferme de la Chine de surmonter les difficultés et de vaincre ensemble le virus avec les autres pays, et promouvront énergiquement la coopération internationale sur les vaccins et combleront le « fossé vaccinal », afin de faire des vaccins un réel bien public accessible et abordable aux peuples des pays du monde.
La Chine a montré des résultats remarquables dans l’accomplissement de son engagement consistant à faire des vaccins un bien public mondial, qui font un contraste frappant avec certains pays égoïstes au mépris des responsabilités et de la morale et leurs paroles et actes visant à politiser la pandémie, à stigmatiser le virus et à pratiquer le « nationalisme vaccinal ».
Quatrièmement, le Président Xi Jinping a souligné lors du Sommet qu’il fallait renforcer et valoriser le rôle de l’ONU et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et perfectionner le système mondial de prévention et de contrôle des maladies pour améliorer la préparation et la réponse aux épidémies futures. Il nous faut poursuivre l’esprit d’amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfice partagé, prêter une oreille attentive aux pays en développement et mieux refléter leurs revendications légitimes. Il est aussi important de renforcer nos capacités de surveillance, d’alerte et de réaction rapide, de traitement en cas de grandes épidémies, de gestion du stock du matériel d’urgence et du soutien logistique, de lutte contre la désinformation et de soutien aux pays en développement.
Cinquièmement, M. Xi a poussé la communauté internationale à prendre en compte les préoccupations des pays en développement et à leur fournir un plus grand soutien par des mesures telles que la suspension de la dette, l’aide au développement et le renforcement des capacités.
Le Président Xi a annoncé que la Chine accorderait d’ici trois ans une aide supplémentaire de 3 milliards de dollars US pour soutenir les autres pays en développement dans la riposte sanitaire et la reprise économique et sociale. Toutes ces mesures ont considérablement amélioré les capacités et la confiance des pays en développement dans leur réponse à l’impact épidémique, et ont mis en exergue la position juste de la Chine visant à défendre l’équité et la justice et à sauvegarder toujours les intérêts communs des pays en développement.

Comme les pratiques de la coopération au sein de la communauté internationale contre l’épidémie l’ont démontré, l’établissement d’une communauté de santé pour tous a répondu à l’aspiration commune des peuples de tous les pays et au courant historique. Il représente une voie juste à suivre pour lutter contre les défis communs auxquels fait face l’humanité et construire un monde meilleur. La Chine travaillera avec le reste de la communauté internationale pour approfondir la solidarité et la coopération et vaincre la pandémie, afin d’apporter une nouvelle et plus grande contribution à promouvoir la croissance stable de l’économie mondiale et à créer une communauté de santé pour tous.

19

Bloomberg : Selon des reportages, en novembre 2019, trois chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan étaient tombés malades et ont reçu des soins médicaux. Quels sont les commentaires de la partie chinoise à ce sujet ? Pour les déclarations antérieures concernant l’origine du virus faites par la Chine, souhaitez-vous en ajouter quelque chose ? La deuxième question, le « Ministre des Affaires étrangères » et le « Ministre de la Santé » de Taiwan ont déclaré que la partie taiwanaise avait formulé une protestation contre le fait qu’elle n’était pas autorisée à participer à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant qu’observateur et exhortait l’OMS à s’en tenir à sa position neutre et professionnelle, et à rejeter l’ingérence de la Chine afin que Taiwan puisse participer à l’Assemblée mondiale de la Santé. Quels sont les commentaires de la partie chinoise à cet égard ?

l'Institut de virologie de Wuhan de l'Académie chinoise des sciences  La laboratoire de virologie de Wuhan, en mai 2020. Hector RETAMAL/AFP

Zhao Lijian : Concernant la première question, l’Institut de virologie de Wuhan de l’Académie chinoise des sciences a publié une déclaration concernée le 23 mars de cette année. Selon la déclaration, l’Institut de virologie de Wuhan n’a pas été exposé au nouveau coronavirus avant le 30 décembre 2019, et aucune infection par le nouveau coronavirus n’a été signalée parmi son personnel et ses étudiants-chercheurs jusqu’à présent.
En janvier dernier, la mission conjointe Chine-OMS a visité des institutions telles que le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) de la province du Hubei, le CDC municipal de Wuhan et l’Institut de virologie de Wuhan, ainsi que divers laboratoires de biosécurité, tout en menant des échanges scientifiques approfondis et francs avec des experts des institutions concernées. Après les visites sur le terrain et des études approfondies en Chine, le groupe d’experts est convenu à l’unanimité que l’hypothèse selon laquelle le virus se serait échappé d’un incident d’un laboratoire chinois était extrêmement improbable. Peter Daszak, membre du groupe d’experts, a dit lors d’une interview accordée à un média américain que dans un contexte où l’« hypothèse de la fuite de laboratoire » était gravement politisée, les membres du groupe d’experts avaient pu communiquer de manière approfondie avec des sommités de l’Institut de virologie de Wuhan, avec un niveau d’ouverture même qu’il n’avait pas prévu. Les experts sont allés à tous les endroits qu’ils voulaient visiter et ont vu toutes les personnes qu’ils voulaient rencontrer. La visite a été un grand succès.
En même temps, je tiens également à souligner qu’il y a de plus en plus de reportages selon lesquels le virus et la COVID-19 sont apparus dans divers endroits du monde pendant la seconde moitié de l’année 2019, et les points douteux autour de Fort Detrick et les intentions réelles des États-Unis dans l’établissement de plus de 200 laboratoires biologiques à travers le monde ont attiré une grande attention au sein de la communauté internationale.
En créant sans cesse des histoires sur l’« hypothèse de la fuite de laboratoire », les États-Unis se soucient-ils vraiment du traçage de l’origine du virus ou tentent-ils simplement de détourner l’attention ?
J’espère que les autorités américaines concernées clarifieront ce point le plus tôt possible et donneront une explication satisfaisante au reste du monde. Nous espérons que toutes les parties concernées adopteront, comme la Chine, une attitude scientifique et coopérative dans la coopération avec l’OMS sur le traçage de l’origine du virus, afin d’apporter une contribution positive à la victoire rapide de l’humanité contre l’épidémie et à une meilleure réponse aux futures urgences de santé publique.

chine-taiwan

En ce qui concerne votre deuxième question, la participation de la région chinoise de Taiwan aux activités des organisations internationales, y compris celles de l’OMS, doit être gérée conformément au principe d’une seule Chine. La résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé ont entériné ce principe fondamental. Depuis son entrée en fonction, le Parti démocrate progressiste (PDP) a placé ses conspirations politiques au-dessus du bien-être de la population de la région de Taiwan, s’est obstiné dans la position séparatiste visant à l’« indépendance de Taiwan », et a refusé de reconnaître le Consensus de 1992 incarnant le principe d’une seule Chine, ce qui a détruit la base politique de la participation de la région de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé.
Afin de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays et de défendre la solennité et l’autorité des résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies et de l’Assemblée mondiale de la Santé, la Chine ne peut pas accepter la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé de cette année. Cette décision de la partie chinoise a reçu un large soutien et une large compréhension de la communauté internationale. Jusqu’à hier, plus de 150 pays ont exprimé leur soutien à la décision de la Chine par la voie diplomatique. Plus de 80 États membres de l’OMS ont spécifiquement écrit à l’OMS pour affirmer leur position consistant à adhérer au principe d’une seule Chine et à s’opposer à la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Cela prouve une fois de plus que le principe d’une seule Chine correspond à l’aspiration des peuples de la communauté internationale, et reflète pleinement le fait que l’écrasante majorité des pays adhèrent à une position juste et correcte sur les questions liées à Taiwan au sein de l’Assemblée mondiale de la Santé.
Les autorités du PDP ont fait du tapage autour de la soi-disant participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Son objectif réel est de « rechercher l’indépendance en profitant de l’épidémie ». Nous nous y opposons fermement. Comme les faits l’ont prouvé à maintes reprises, le principe d’une seule Chine correspond à la tendance générale de la communauté internationale, et les tentatives du PDP sont vouées à l’échec. Nous exhortons les autorités du PDP à cesser d’utiliser la pandémie pour faire des manipulations politiques et de s’attirer la honte.

20

Bloomberg : Pourriez-vous confirmer que trois membres du personnel de l’Institut de virologie de Wuhan étaient tombés malades et ont été hospitalisés en novembre 2019 ? Pourriez-vous donner plus de détails ?
Zhao Lijian : Je viens de citer la déclaration de l’Institut de virologie de Wuhan du 23 mars et d’exposer la position de la Chine. Le fait est qu’avant le 30 décembre 2019, l’Institut de virologie de Wuhan n’a pas été exposé au nouveau coronavirus. Avant le 23 mars de cette année, aucune infection par le nouveau coronavirus n’a été signalée parmi son personnel et ses étudiants-chercheurs. Le reportage que vous avez mentionné selon lequel trois membres du personnel de l’Institut de virologie de Wuhan sont tombés malades est donc totalement faux.

21

Beijing Daily : Le 22 mai, le Conseil de Sécurité a adopté par consensus une déclaration du Président sur le cessez-le-feu entre la Palestine et Israël. La Chine, en tant que Président tournant du Conseil de Sécurité, peut-elle présenter les informations concernées ?

hqdefault

Zhao Lijian : En tant que Président tournant du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour le mois de mai, la Chine, ensemble avec la Norvège, la Tunisie et la France, a pris l’initiative de publier une déclaration du Président du Conseil de Sécurité sur le cessez-le-feu palestino-israélien et a promu son adoption par consensus de tous les membres du Conseil de Sécurité.
Dans la déclaration, les membres du Conseil de Sécurité ont salué le cessez-le-feu palestino-israélien, reconnu le rôle important joué par l’Égypte, d’autres pays de la région, les Nations Unies, le Quartet pour le Moyen-Orient et d’autres partenaires internationaux, appelé au respect complet du cessez-le-feu, souligné la nécessité immédiate de fournir une aide humanitaire à la population civile palestinienne, plus particulièrement à la bande de Gaza, émis le souhait que la communauté internationale travaille avec les Nations Unies pour élaborer un programme complet et solide visant à promouvoir une reconstruction et un redressement rapides et durables, et réaffirmé l’importance de parvenir à une paix complète basée sur la vision selon laquelle deux États démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte en paix avec des frontières sûres et reconnues.

La Chine continuera de jouer son rôle actif et constructif au Conseil de Sécurité, et poussera la Palestine et Israël à reprendre sans tarder les pourparlers de paix et à parvenir à un règlement global, juste et permanent de la question de la Palestine dès que possible sur la base de la « solution à deux États ».

22

Agence de presse Xinhua : Nous avons remarqué que depuis des jours, le compte Weibo officiel des Nations Unies, le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Président de la Fondation pour le Prix mondial de l’alimentation avaient publié des articles pour saluer la mémoire de l’académicien Yuan Longping. Des médias et internautes à l’étranger lui avaient aussi rendu hommage par différents moyens pour le remercier de sa contribution remarquable au renforcement de la sécurité alimentaire, à l’élimination de la pauvreté et au bien-être des populations. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

décès de Yuan Longping, scientifique chinois é

Yuan Longping.
Zhao Lijian : Après le décès de Yuan Longping, scientifique chinois renommé, membre de l’Académie d’ingénierie de Chine et lauréat de la « Médaille de la République », tous les milieux chinois et étrangers ont exprimé leurs profondes condoléances. Cela montre pleinement que sa contribution au développement du riz hybride en Chine et même dans le monde est largement reconnue et hautement appréciée. Sa disparition est une grande perte pour la Chine et le monde. On se souviendra toujours de lui et lui rendra hommage pour toujours.
À l’heure actuelle, la superficie plantée annuelle en riz hybride en Chine a dépassé 240 millions de mu, dont l’augmentation de la production annuelle à elle seule peut nourrir 80 millions de personnes. Dotée de moins de 9% des terres arables mondiales, la Chine a réussi à nourrir environ un cinquième de la population mondiale, permettant aux Chinois de tenir leur bol de riz fermement entre leurs propres mains. Cela n’aurait pu être possible sans les efforts durs de l’académicien Yuan Longping.
Tout en assurant l’augmentation de la production et de meilleures récoltes, nous partageons nos techniques du riz hybride avec de divers pays dans le monde avec une attitude toujours ouverte et responsable. La diffusion des techniques du riz hybride va presque de pair avec l’ouverture sur l’extérieur de la Chine. En 1979, la Chine a offert pour la première fois des semences de riz hybride au monde. 40 ans après, le riz hybride chinois est cultivé dans des dizaines de pays et régions en Asie, en Afrique et en Amérique, avec une superficie plantée de 8 millions hectares chaque année.
Au cours des 4 dernières décennies, l’académicien Yuan Longping et son équipe de chercheurs se sont rendus en Inde, au Pakistan, au Viet Nam, au Myanmar, au Bangladesh, au Sri Lanka, à Madagascar et aux États-Unis pour offrir des conseils et des services consultatifs aux chercheurs du riz, et ont formé plus de 14 000 professionnels spécialisés en riz hybride pour plus de 80 pays en développement à travers des ateliers de formation internationaux. Ces efforts ont énormément contribué à éliminer la faim et la pauvreté dans le monde. Le riz à haut rendement a permis à d’innombrables personnes d’avoir le ventre plein et l’espoir d’une vie meilleure.

décès de Yuan Longping, scientifique chinois

L’académicien Yuan Longping appartient non seulement à la Chine, mais aussi au monde entier. Le rêve de sa vie est de voir le riz hybride planté à travers le monde de sorte que personne ne souffre de la faim. Après avoir créé un miracle d’autosuffisance alimentaire, la Chine a la volonté et la capacité d’apporter une plus grande contribution à la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire. Nous sommes convaincus que le rêve de l’académicien Yuan Longping se réalisera grâce aux efforts concertés de toutes les parties et que le monde entier sera à l’abri de la faim et de la pauvreté.

23

China Daily : Selon des médias japonais, la Compagnie d’électricité de Tokyo (TEPCO) a admis récemment que les masses de gel trouvées sur le sol de la centrale nucléaire de Fukushima étaient en effet causées par la fuite de déchets radioactifs. En même temps, comme une augmentation de la concentration de substances radioactives a été détectée dans les tranchées de drainage près de ces masses de gel, il est soupçonné qu’une partie de la fuite est déjà entrée dans la mer avec la pluie, mais TEPCO insiste que la fuite n’a eu aucun impact sur l’environnement. Le monde extérieur a généralement mis en question les allégations de TEPCO. Que pense la Chine de ce sujet ?

tepco

Zhao Lijian : Ce n’est pas la première ou la deuxième fois qu’un incident similaire se produit chez TEPCO. Il semble que la falsification des données et la dissimulation des risques restent son premier choix. Comme d’habitude, la compagnie TEPCO n’admet la vérité à contrecœur que lorsque celle-ci a été exposée et qu’elle ne peut plus la dissimuler. Peu importe à quel point les résultats sont choquants, TEPCO les attribue tout simplement à une « négligence » tout en laissant les conséquences désastreuses au public innocent.
Nous nous inquiétons inévitablement qu’une telle entreprise se charge du traitement de l’accident nucléaire de Fukushima qui touche à l’environnement écologique mondial et à la santé humaine. Ce qui inquiète encore plus la communauté internationale, c’est l’attitude du gouvernement japonais. Au lieu de corriger les erreurs et de prévenir de nouveaux dommages à temps, le Japon a toléré la reproduction de tels événements graves, ce qui a aggravé les fautes commises. Il a pris la décision unilatérale de rejeter l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima dans la mer au mépris des doutes et des oppositions au pays et à l’étranger, sans avoir épuisé les moyens sûrs du traitement, sans avoir divulgué les informations concernées de façon complète et sans amples consultations avec les pays voisins et la communauté internationale. C’est extrêmement irresponsable.
Une fois de plus, nous exhortons vivement le Japon à répondre sérieusement aux graves préoccupations de la communauté internationale, des pays voisins et de leur propre peuple, et à traiter, dans une attitude hautement responsable vis-à-vis de l’intérêt public international, la question de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima de manière prudente, ouverte et transparente. Avant que le Japon et toutes les parties prenantes et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) aient pleinement négocié et soient parvenus à un consensus, la partie japonaise ne doit pas entamer arbitrairement le rejet de l’eau contaminée dans la mer.

24

Shenzhen TV : Selon des reportages, la situation frontalière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est tendue depuis quelques jours. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : L’Azerbaïdjan et l’Arménie sont tous des partenaires de coopération d’amitié de la Chine. La Chine espère sincèrement que les deux parties résoudront leurs différends et divergences par le dialogue et la consultation et travailleront ensemble pour maintenir la paix et la stabilité régionales et la vie tranquille des peuples.

25

AFP : Samedi dernier, la Lituanie a déclaré son retrait du mécanisme de coopération Chine-PECO (pays d’Europe centrale et orientale), affirmant que l’initiative chinoise avait créé une sécession au sein de l’Union européenne (UE). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? La Chine prévoit-elle des contremesures ?

unnamed

Zhao Lijian : La coopération Chine-PECO est un mécanisme de coopération interrégionale créé conjointement par la Chine et les PECO, répondant à l’aspiration à une coopération gagnant-gagnant et à un développement commun de toutes les parties. La coopération Chine-PECO a porté des résultats fructueux depuis 9 ans, apportant des avantages tangibles aux peuples de tous les pays.

Dans la promotion de la coopération, toutes les parties restent constamment fidèles aux principes de consultations volontaires, de consensus, de synergie, d’ouverture et d’inclusion, adhèrent au rôle de complément utile et important de la coopération Chine-PECO pour les relations Chine-Europe. Nous accueillons favorablement d’autres organisations internationales et d’autres pays pour la coopération dans ce cadre. À l’heure actuelle, les résultats du Sommet Chine-PECO sont régulièrement mis en œuvre. La Chine souhaite continuer de partager les opportunités de développement et les fruits de coopération avec toutes les parties, et assurer la stabilité à la coopération Chine-PECO.

La coopération Chine-PECO est dans l’intérêt commun de toutes les parties concernées. Des résultats fructueux ont été obtenus dans ce cadre au cours des neuf dernières années depuis son établissement, et elle ne sera pas affectée par des cas isolés. Nous sommes convaincus que grâce aux efforts conjoints des États membres du mécanisme, la coopération Chine-PECO apportera davantage de bénéfices aux peuples des pays concernés.

26

Beijing Youth Daily : À l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique le 22 mai, la Mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies, en coopération avec les organisations internationales concernées, a tenu un webinaire. Pourriez-vous fournir plus d’informations ? Dans le contexte de l’accueil prochain par la Chine de la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, quelles sont les considérations et la signification particulière de l’organisation par la Chine de cet événement ?
Zhao Lijian : Pour célébrer la Journée internationale de la diversité biologique, la Mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies, le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et la FAO ont organisé conjointement un webinaire le 21 mai sur le thème « En route pour Kunming, construire un avenir partagé pour tous les êtres vivants sur la Terre ».

Le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies Zhang Jun,  Le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies Zhang Jun,

Le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies Zhang Jun, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres, et d’autres invités ont participé à la réunion et prononcé des discours.

indexLe Ministre chinois de l’Écologie et de l’Environnement Huang Runqiu

Le Ministre chinois de l’Écologie et de l’Environnement Huang Runqiu a participé à la réunion et a intégralement présenté l’état d’avancement des préparatifs de la COP15. La réunion a appelé toutes les parties à répondre efficacement aux défis tels que la perte de biodiversité, la dégradation de l’environnement et le changement climatique avec un haut sens de l’urgence et à travailler ensemble pour construire un avenir partagé pour l’homme et la nature.
La Chine accueillera la COP15 à Kunming en octobre prochain, où un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 sera formulé pour dresser un plan à la protection de la biodiversité mondiale au cours de la prochaine décennie et au-delà. La communauté internationale y accorde une grande attention. Ce webinaire marquant la Journée internationale de la diversité biologique vise à partager avec toutes les parties les progrès récents dans la préparation de la COP15, et à promouvoir des échanges approfondis sur les questions de la biodiversité pour renforcer la reconnaissance vis-à-vis de la conservation de la biodiversité, de manière à fédérer les esprits et à insuffler un élan pour la COP15.

27

Nikkei : Le 21 mai, les Présidents des États-Unis et de la République de Corée ont convenu de mettre fin aux Directives sur les missiles entre les deux pays qui ont limité la portée des missiles de la République de Corée à 800 kilomètres. Quels seront les impacts de cette décision pour la sécurité et la défense de la Chine ?
Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question de la Péninsule coréenne est constante et claire. Dans les circonstances actuelles, toutes les parties doivent conjuguer leurs efforts pour maintenir la paix et la stabilité sur la Péninsule et faire avancer le processus de règlement politique de la question de la Péninsule coréenne.

28

KBS : Quels sont les commentaires du gouvernement chinois au sujet de la rencontre entre les Chefs d’État de la République de Corée et des États-Unis ? En particulier, quels sont vos commentaires sur le projet d’investissement de 39,4 milliards de dollars des entreprises de la République de Corée aux États-Unis dans des secteurs tels que les semi-conducteurs et les batteries ? Quelle est la position de la Chine sur la nomination de Sung Kim par l’administration américaine comme l’Envoyé spécial des États-Unis pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ? En outre, la date d’une visite du Président chinois Xi Jinping en République de Corée suscite beaucoup d’attention. Pourriez-vous nous informer des derniers progrès en la matière ?
L'ancien ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud Sung Kim a été nommé secrétaire d'Etat adjoint par intérim aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique. L’ancien ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud Sung Kim a été nommé secrétaire d’Etat adjoint par intérim aux affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique.

Zhao Lijian : Je viens d’expliquer la position d’ensemble de la Chine sur la déclaration conjointe entre les États-Unis et la République de Corée.
En ce qui concerne votre question sur l’engagement d’entreprises de la République de Corée en matière d’investissements aux États-Unis dans des domaines tels que les semi-conducteurs, à l’ère de la mondialisation, les intérêts des pays sont profondément liés. Tous les pays doivent respecter les lois de l’économie de marché et les règles du libre-échange, faire plus de choses favorables à garantir la stabilité et la fluidité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, et contribuer à la prospérité et au développement du monde. Les entreprises de la République de Corée que vous avez mentionnées ont également beaucoup investi en Chine et coopèrent étroitement avec la partie chinoise. Nous croyons qu’elles vont continuer de jouer un rôle important dans le renforcement de la coopération économique et commerciale entre la Chine et la République de Corée et dans la promotion du développement des relations bilatérales.
Quant à la nomination de Sung Kim par l’administration Biden en tant qu’Envoyé spécial pour la RPDC, la Chine soutient le dialogue et les contacts entre les parties concernées ainsi que tous les efforts propices à apaiser les tensions et à promouvoir la coopération. Le règlement de la question de la Péninsule coréenne exige de répondre de manière équilibrée aux préoccupations légitimes de toutes les parties. Les parties concernées doivent suivre l’approche à double voie et le principe d’actions échelonnées et synchronisées pour faire progresser constamment le processus de règlement politique de la question de la Péninsule coréenne.
Concernant votre question sur la visite du Président Xi Jinping en République de Corée, je n’ai aucune information à ce sujet pour le moment.

29

RCI : Selon des reportages, Mikiko Matsuyama, célèbre danseuse de ballet qui fut la première actrice japonaise à jouer le rôle de « Xi’er » dans La Fille aux cheveux blancs, est décédée à Tokyo à l’âge de 98 ans le 22 mai. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

9b36c152-6326-41ac-b25b-26c17bdfe6b3_0

Mikiko Matsuyama, célèbre danseuse de ballet
Zhao Lijian : Mme Mikiko Matsuyama a été une amie de longue date du peuple chinois. Elle s’est engagée depuis longtemps dans la cause de l’amitié sino-japonaise et a apporté une importante contribution à la promotion des échanges amicaux entre la Chine et le Japon. Nous sommes profondément attristés par son décès et nous exprimons nos condoléances sincères.
Mme Matsuyama a été une célèbre artiste de ballet japonaise et la fondatrice du groupe Matsuyama Ballet. Avant la normalisation des relations diplomatiques entre la Chine et le Japon, Mme Matsuyama et son mari, feu M. Masao Shimizu, avaient déjà conduit le Matsuyama Ballet pour mener activement des échanges amicaux avec la Chine, nouant ainsi une profonde amitié avec le peuple chinois. En 1955, le Matsuyama Ballet a adapté le conte chinois La Fille aux cheveux blancs au ballet, dont l’héroïne Xi’er a été jouée par Mme Matsuyama. Ce ballet, mis en scène à de nombreuses reprises en Chine et au Japon, a été très apprécié par les peuples des deux pays. L’année dernière, lorsque la Chine luttait avec tous ses efforts contre la pandémie de COVID-19, le Matsuyama Ballet a spécialement enregistré une vidéo pour exprimer son soutien à la Chine, ce qui était vraiment touchant. La contribution de Mme Matsuyama à l’amitié entre la Chine et le Japon restera à jamais gravée dans la mémoire des peuples chinois et japonais.

30

Associated Press du Pakistan : Lors de sa présidence de la réunion de haut niveau pour évaluer les progrès des projets dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP), le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que le CECP apporterait la prospérité économique au Pakistan et même à toute la région. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://www.h24info.ma/wp-content/uploads/2018/08/Khan.png Premier Ministre pakistanais Imran Khan

Zhao Lijian : La Chine a noté la déclaration concernée du Premier Ministre Imran Khan et en exprime son appréciation.
L’Initiative « la Ceinture et la Route » est une initiative de coopération économique internationale ouverte et inclusive, qui vise à assurer un développement commun pour tous les pays par la promotion de la connectivité. Depuis son lancement, le CECP, en tant que projet pilote important dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », a réalisé d’importants progrès encourageants dans les domaines des infrastructures de transport, de l’énergie, des ports et des parcs industriels, et s’étend activement vers l’Afghanistan et d’autres pays dans la région. Cela a non seulement donné une forte impulsion à l’accélération du développement économique et social du Pakistan, mais a également joué un rôle de moteur positif dans la promotion de la connectivité régionale. La Chine est prête à travailler avec la partie pakistanaise pour promouvoir la construction de qualité du CECP et son extension vers une région plus large, afin de contribuer conjointement au renforcement du rôle de l’Initiative « la Ceinture et la Route » dans l’amélioration du niveau de vie des populations et dans la promotion de la connectivité régionale et de l’intégration économique.

31

Global Times : Nous avons noté que l’ancien juge de la Cour suprême du Royaume-Uni John Dyson avait publié la semaine dernière un rapport d’enquête indépendant, selon lequel un ancien journaliste de Panorama, une émission d’actualité de la BBC, avait utilisé des méthodes frauduleuses pour obtenir une opportunité d’interview avec Lady Diana. Les actes de ce journaliste ont violé les directives éditoriales de la BBC et constitueraient des mensonges. Cependant, la BBC n’a pas pu respecter les normes élevées d’intégrité et de transparence dans le traitement de cette affaire et a fait pression sur le « lanceur d’alerte » par la suite, tentant de dissimuler l’affaire. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

49Tky-D2K2LBjbni1swJSI

Zhao Lijian : J’ai noté le rapport concerné. J’ai également remarqué que l’ancien Président de la BBC Michael Grade avait indiqué que les efforts de dissimulation de la BBC étaient bien pires que les actes mensongers du journaliste en vue de l’interview. Il a demandé : « combien d’autres scandales sont cachés dans les dossiers du journalisme de la BBC » ?
Beaucoup pensent que si c’est la façon dont la BBC interviewe les membres de la famille royale, ses reportages sur la géopolitique et l’idéologie ne seront donc que plus laids et plus hypocrites. En réalité, ce média, qui se dit « indépendant » et « crédible », poursuit toujours ses mensonges et tromperies, et voire les multiplient. Comme nous le savons tous, la BBC a concocté et diffusé de nombreuses fausses informations sur les questions liées à la Chine telles que celles liées au Xinjiang. Comme dans le cas de l’interview frauduleuse, la BBC, au lieu de rappeler et critiquer ses journalistes pour leur violation de la déontologie du journalisme, les a protégés et tolérés, sans aucun sens de la justice et des principes. La BBC doit des excuses sincères au peuple chinois.
Nous avons remarqué que le Bureau des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement du Royaume-Uni fournissait des fonds annuels à la chaîne BBC World Service pour son fonctionnement, et que cette année, un montant supplémentaire de 8 millions de livres sterling avait été spécialement affecté à la soi-disant « lutte contre les fausses informations ». Nous espérons que ce financement sera pleinement mis en valeur, notamment pour effacer les mensonges et la désinformation créés par la BBC elle-même.

32

Edaily : Nous croyons que la Chine organisera des événements commémoratifs pour le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC) le 1er juillet. Envisagez-vous d’inviter des hôtes étrangers, par exemple des Ambassadeurs étrangers en Chine, à assister aux événements concernés ?
Zhao Lijian : C’est vrai que la Chine tiendra des activités commémoratives. Je n’ai pas d’information à vous offrir pour le moment, mais vous tiendrai au courant.

33

Reuters : Dimanche dernier, des forces de sécurité du Myanmar et des groupes opposés au coup d’État ont eu des conflits armés à Muse, ville frontalière du Myanmar voisine de Ruili de la province chinoise du Yunnan. La Chine s’en inquiète-t-elle ? La Chine envisage-t-elle de prendre des mesures pour renforcer la sécurité des frontières ?

Birmanie-corridor-et-États-dissidents

Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de la situation concrète que vous avez mentionnée. La position de la Chine sur la situation du Myanmar est constante et claire. Nous ne voulons pas voir l’effusion de sang et les conflits au Myanmar. Nous appelons les parties concernées à faire des efforts pour éviter que la situation n’empire ou ne devienne incontrôlable. La Chine maintiendra la communication et la coordination avec toutes les parties concernées du Myanmar afin de tout mettre en œuvre pour stabiliser et calmer la situation dans le pays le plus tôt possible

34.

Prasar Bharati : J’ai deux autres questions sur le CECP. Premièrement, vous avez évoqué que le CECP s’étendait vers l’Afghanistan et d’autres pays de la région. La Chine a-t-elle eu des échanges avec l’Afghanistan en la matière ? Pourriez-vous fournir des détails ? Deuxièmement, le CECP assurera la prospérité et la connectivité régionales. Mais l’Inde a déclaré que le CECP traversait illégalement son territoire. Quelle est la position de la Chine à ce sujet ?

unnamed

Zhao Lijian : À propos des discussions entre la Chine, l’Afghanistan et d’autres tierces parties sur l’extension du CECP, je peux vous dire que la Chine, le Pakistan et l’Afghanistan maintiennent toujours des échanges par diverses voies, notamment la voie diplomatique. Nous avons aussi noté que l’Afghanistan importe et exporte des marchandises via les ports de Gwadar et de Karachi. Les trois pays discutent également d’autres questions telles que l’extension des routes et des autoroutes pakistanaises vers l’Afghanistan.
Quant à la question de savoir si le CECP implique la question du Cachemire, la Chine a affirmé à plusieurs reprises que le CECP représentait une initiative de coopération économique qui ne vise aucune tierce partie et qui n’a rien à voir avec les différends sur la souveraineté territoriale. La construction du CECP n’affectera pas la position de principe de la Chine sur la question du Cachemire.

35

Bloomberg : Les États-Unis et la République de Corée se sont récemment mis d’accord pour abroger les Directives sur les missiles entre les deux pays, levant les limites selon lesquelles la portée des missiles de la République de Corée ne doit pas dépasser 800 kilomètres. Cela placera certaines grandes villes chinoises dans la portée des missiles de la République de Corée. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Je viens d’expliquer clairement la position de la Chine sur cette affaire.
La Chine et la République de Corée sont des voisins proches que l’on ne peut pas déplacer. Dans le même temps, le développement des relations entre les États-Unis et la République de Corée doit être propice à la paix, à la stabilité, au développement ainsi qu’à la prospérité de la région et ne doit pas nuire aux intérêts des tierces parties, y compris la Chine. La Chine préconise toujours le maintien de la paix et de la stabilité dans la Péninsule coréenne, la dénucléarisation de la Péninsule et le règlement des questions par le dialogue et la consultation. La Chine continuera de jouer un rôle constructif dans ce sens.

36

AFP : L’Australie a fait savoir que l’écrivain australien d’origine chinoise Yang Jun, soupçonné d’espionnage, serait jugé jeudi. Pourriez-vous confirmer cette information et fournir des détails ?
Zhao Lijian : Nous avons présenté à maintes reprises la position de la Chine sur le cas du citoyen australien concerné. La Chine est un État de droit. Les autorités judiciaires chinoises traitent les affaires conformément à la loi et défendent tous les droits légaux des personnes concernées. À propos de la situation spécifique que vous avez mentionnée, je n’ai aucune information à vous fournir pour le moment.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1878818.shtml

F201303210848463164730975

Conférence de presse du 25 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

37

CCTV : À l’issue d’un débat public du Conseil de Sécurité sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus tenu à l’aube du 25 mai, heure de Beijing, les membres du Conseil de Sécurité ont adopté à l’unanimité la déclaration du Président sur la sûreté et la sécurité des forces de maintien de la paix des Nations Unies, proposée par la Chine. À la présidence tournante du Conseil de Sécurité pour le mois de mai, la Chine pourrait-elle présenter les informations concernées ?

Conseil de Sécurité sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus

Zhao Lijian : Grâce aux efforts agissants déployés par la Chine, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté par consensus la déclaration du Président sur la sûreté et la sécurité des forces de maintien de la paix de l’ONU, rédigée par la Chine. Elle a formulé de nouvelles exigences claires en matière de réalisation des examens réguliers et institutionnels des sujets liés à la sûreté et à la sécurité des Casques bleus, de vaccination du personnel de maintien de la paix des Nations Unies et d’utilisation de nouvelles technologies pour renforcer la sûreté et la sécurité des soldats de la paix, constituant un autre document directif dans le domaine de la sûreté et de la sécurité des Casques bleus.
Les opérations de maintien de la paix de l’ONU représentent un outil important pour maintenir la paix et la sécurité internationales. Actuellement, les Casques bleus font face à des risques de sécurité qui se multiplient significativement. À la présidence tournante du Conseil de Sécurité, la Chine a travaillé ensemble avec les autres membres du Conseil de Sécurité pour se concentrer sur les risques aigus de sécurité auxquels fait face le personnel de maintien de la paix, avancer des mesures pragmatiques bien ciblées et élaborer une déclaration du Président en la matière, ce qui a illustré un nouveau consensus au sein du Conseil de Sécurité sur la protection de la sûreté et de la sécurité des Casques bleus dans les nouvelles circonstances.
La Chine, membre permanent du Conseil de Sécurité, le plus grand pourvoyeur de force de maintien de la paix parmi les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité et Président du Groupe d’amis sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus des Nations Unies, continuera de travailler avec les autres parties pour promouvoir une meilleure garantie de la sûreté et de la sécurité du personnel de maintien de la paix et mieux mettre en valeur le rôle important des opérations de maintien de la paix en faveur de maintien de la paix et de la sécurité internationales.

38

Bloomberg : Compte tenu de la situation épidémique actuelle au Japon, les États-Unis ont proposé à leurs citoyens d’éviter d’aller au Japon. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Envisage-t-elle d’émettre un avertissement de voyage au Japon ?
Zhao Lijian : À l’heure actuelle, la situation épidémique demeure très grave à l’échelle mondiale. La Chine conseille toujours à ses citoyens d’éviter les voyages transfrontaliers non nécessaires par souci de leur santé et de leur sécurité.
Quant à votre deuxième question, je n’ai pas d’information à publier pour le moment.

39

Beijing Daily : Le 24 mai, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accordé une interview exclusive à un média. En réponse à une question sur l’éventualité d’une alliance russo-chinoise contre les États-Unis, M. Lavrov a déclaré que la Russie et la Chine étaient satisfaites du modèle actuel de leur coopération bilatérale, qui leur permettait de résoudre leurs problèmes dans le cadre d’un dialogue bilatéral, de défendre efficacement leurs intérêts au sein des organisations multilatérales et de coordonner leurs actions sur la scène internationale. En travaillant ensemble, la Russie et la Chine exercent une influence positive et stabilisatrice sur la situation mondiale et régionale. Selon lui, les relations entre la Russie et la Chine sont au plus haut niveau dans leur histoire, en grande partie parce que le modèle existant de relations bilatérales est « supérieur, dans une certaine mesure, au niveau de coordination interétatique dans les unions formées pendant la guerre froide ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

068_aa_23032021_301645

Zhao Lijian : Nous apprécions les remarques positives faites par le Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov. Le partenariat de coordination stratégique global Chine-Russie pour la nouvelle ère est aussi solide qu’un roc.
Les relations sino-russes ont résisté à l’épreuve de l’évolution du paysage international et sont devenues une force stabilisatrice du monde d’aujourd’hui parce que les deux parties adhèrent toujours au principe de non-alliance, de non-confrontation et de non-hostilité envers un tiers pays,
  • respectent toujours les intérêts fondamentaux de l’autre et tiennent compte des préoccupations légitimes de l’autre,
  • assument toujours leurs responsabilités,
  • défendent la justice et sauvegardent fermement le système international centré sur les Nations Unies et l’ordre international fondé sur le droit international.
La Chine est prête à travailler avec la Russie et le reste de la communauté internationale pour continuer de soutenir et de pratiquer un véritable multilatéralisme, de rendre les relations internationales plus démocratiques, d’approfondir la coopération mutuellement bénéfique entre les différents pays et d’insuffler un nouvel élan et des éléments stabilisateurs à la paix et au développement du monde.

40

Global Times : Le 25 mai, lors d’un briefing sur les résultats de la visite du Président de la République de Corée Moon Jae-in aux États-Unis, le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie de la République de Corée Moon Sung-wook a déclaré que les contenus économiques dans la déclaration conjointe des Chefs d’État de la République de Corée et des États-Unis n’excluaient aucun pays en particulier. Il a ajouté que la Chine était le plus grand marché d’exportation et un partenaire économique important de la République de Corée, et que les entreprises de la République de Corée continueraient d’investir en Chine. Le gouvernement de la République de Corée approfondira la coopération économique avec ses principaux partenaires commerciaux, dont la Chine et les États-Unis. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Le président Moon et le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse conjointe à la Maison-Blanche à l'issue du sommet bilatéral, le 21 mai 2021.  Le président Moon et le président américain Joe Biden lors d’une conférence de presse conjointe à la Maison-Blanche à l’issue du sommet bilatéral, le 21 mai 2021.


Zhao Lijian : Nous avons pris note des remarques faites par le Ministre Moon Sung-wook. La Chine et la République de Corée sont de proches voisins et d’importants partenaires de coopération. Dans l’ère de la mondialisation, les chaînes industrielles, d’approvisionnement et de valeur des deux pays sont profondément intégrées. Il est dans l’intérêt commun des deux parties de mener à bien la coopération en matière d’investissement et de commerce conformément aux lois de l’économie de marché et aux règles du libre-échange.
La Chine invite les entreprises de la République de Corée à continuer de jouer un rôle important dans le renforcement de la coopération économique et commerciale entre la Chine et la République de Corée et promouvoir le développement des relations bilatérales.

41

China Daily : Lors de la conférence de presse tenue le 24 mai, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Mariano Grossi a annoncé la prolongation jusqu’au 24 juin de l’« accord technique provisoire » pour les activités de vérification et de surveillance de l’AIEA en Iran. Quels sont les commentaires de la Chine en la matière ? Quel impact cela aura-t-il sur les négociations sur le nucléaire iranien en cours à Vienne ? Comment la Chine voit-elle les perspectives de ces négociations et quel rôle y joue-t-elle ?

le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Mariano Grossi  le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Mariano Grossi

Zhao Lijian : La Chine se félicite de la prolongation de l’accord technique entre l’Iran et l’AIEA, et espère que cet accord sera fidèlement mis en œuvre. La Chine est d’avis que cela reflète la volonté politique de la partie iranienne de travailler pour produire des résultats lors des négociations sur la reprise des engagements dans le cadre du Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA), permettant de gagner un temps précieux pour les négociations. À l’heure actuelle, d’importants progrès substantiels ont été réalisés dans les négociations sur le nucléaire iranien, mais certaines divergences existent quand-même. La Chine espère que les parties concernées renforceront leur sens de l’urgence, prendront une décision politique dès que possible et favoriseront une percée rapide dans les négociations.
En tant que partie importante au PAGC-JCPOA, la Chine a activement encouragé le règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne, et a beaucoup travaillé pour remettre le PAGC-JCPOA sur les rails dans le but de maintenir le système international de non-prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité au Moyen-Orient. Toujours engagée en faveur d’un règlement politique, la Chine a amené les parties au PAGC-JCPOA à mettre sérieusement en œuvre le consensus atteint lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères sur la question nucléaire iranienne en décembre dernier, et a entamé des négociations sur la reprise des engagements par les États-Unis et l’Iran. Nous avons exhorté les États-Unis à réfléchir à leur retrait du traité et à lever toutes les sanctions concernées contre l’Iran, et l’Iran à reprendre la mise en œuvre intégrale de ses engagements sur cette base. Jouant depuis toujours un rôle agissant de médiateur, la Chine s’est efforcée d’aplanir les divergences entre les parties en proposant la « solution chinoise » pour favoriser l’avancement des négociations.
La Chine a respecté ses engagements et surmonté diverses difficultés pour faire du projet de rénovation du réacteur à eau lourde d’Arak en Iran un point fort dans la mise en œuvre du PAGC-JCPOA. La Chine a toujours fermement défendu ses droits et intérêts légitimes et a activement travaillé à la levée complète et totale par les États-Unis de toutes leurs sanctions unilatérales illégales imposées à l’Iran et à des parties tierces telles que la Chine. La Chine s’est toujours engagée à maintenir la paix et la stabilité régionales, et a préconisé la mise en place d’une plateforme de dialogue multilatéral pour la région du Golfe afin de répondre aux préoccupations de toutes les parties en matière de sécurité par le biais de consultations sur un pied d’égalité, sous réserve du respect du PAGC-JCPOA.
Comme le dit un proverbe chinois, « qui fait un voyage de cent lis ne doit se considérer à mi-chemin que lorsqu’il en a franchi quatre-vingt-dix ». La Chine espère que toutes les parties pourront agir dans l’intérêt général et à long terme, mettre pleinement en valeur leur sagesse politique, résoudre les questions en suspens avec une attitude souple et pragmatique, et parvenir rapidement à un plan final pour la reprise des engagements par les États-Unis et l’Iran, de sorte à promouvoir le retour du PAGC-JCPOA sur la bonne voie. La Chine continuera de déployer des efforts inlassables pour promouvoir ce processus diplomatique, tout en défendant fermement ses droits et intérêts légitimes et légaux.

42

China News Service : Hier, le Président Xi Jinping s’est entretenu par téléphone avec le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc. Quelle est la signification importante de cet entretien téléphonique pour les relations entre les deux Partis et les deux pays ?

images le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc. avec Xi Jinping

Zhao Lijian : Hier, le Président Xi Jinping a eu un entretien téléphonique avec le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc, lors duquel ils ont échangé leurs points de vue de façon approfondie sur les relations entre les deux Partis et les deux pays.
Le Président Xi Jinping a déclaré que le Parti communiste chinois (PCC) célébrerait son centenaire, que la Chine avait entamé la nouvelle marche de l’édification intégrale d’un pays socialiste moderne, et que le Viet Nam s’efforcerait également de réaliser ses deux objectifs du centenaire. Les deux pays doivent considérer et traiter les relations entre les deux Partis et les deux pays dans une perspective stratégique et à long terme et tracer la bonne voie à suivre pour le développement des relations sino-vietnamiennes.

Vietnam's new state president Nguyen Xuan Phuc. Photo by VnExpress Giang Huy. é  Vietnam’s new state president Nguyen Xuan Phuc. Photo by VnExpress/Giang Huy. 

Le Président Nguyen Xuan Phuc a chaleureusement félicité le PCC pour son centenaire. Il a salué la Chine pour sa victoire dans les trois combats que sont la lutte contre la pandémie, la reprise de l’économie et la réduction de la pauvreté, réalisée sous la ferme direction du PCC avec le Secrétaire général Xi Jinping comme centre dirigeant, et a félicité la Chine pour sa grande transformation réussie, qui lui avait permis de passer d’une nation qui s’était relevée à une nation riche puis à une nation puissante. Le Président Nguyen Xuan Phuc a exprimé son souhait de voir la Chine accomplir des réalisations encore plus importantes dans son parcours vers son objectif du deuxième Centenaire.

x1080

Je tiens à souligner que la Chine et le Viet Nam sont des pays socialistes amis et voisins liés par des montagnes et des eaux, et qu’ils disposent d’une amitié traditionnelle marquée par « la camaraderie et la fraternité » et partagent des idéaux communs. Ces dernières années, les relations entre les deux Partis et les deux pays maintiennent un bon élan de développement, et cet entretien téléphonique a d’autant plus indiqué la voie à suivre pour le développement des relations bilatérales dans la prochaine période. La Chine attache une grande importance à ses relations avec le Viet Nam, et entend travailler avec la partie vietnamienne pour adapter sans cesse leur coopération stratégique globale à la nouvelle ère, et bâtir activement une communauté d’avenir partagé Chine-Viet Nam dotée de sens stratégique, afin d’injecter un nouvel élan au développement des relations entre les deux Partis et les deux pays ainsi que de leurs causes socialistes.

43

Shenzhen TV : Selon des reportages, les Îles Salomon ont commencé à inoculer les vaccins de Sinopharm offerts par la Chine. Pourriez-vous fournir plus d’informations ?

280px-Rennell_Islands_map_en

 
 
 
Zhao Lijian : Le 21 mai, les Îles Salomon ont organisé la cérémonie de lancement de l’inoculation des vaccins offerts par la Chine, en présence du Premier Ministre Manasseh Sogavare, du Vice-Premier Ministre Manasseh Maelanga et de plusieurs Ministres du cabinet. Le Premier Ministre Sogavare y a prononcé un discours, exprimant sa sincère gratitude au Président Xi Jinping et au gouvernement chinois pour avoir fourni une assistance en matière de vaccins, et disant que le gouvernement salomonais faisait entièrement confiance à la sécurité et à l’efficacité des vaccins chinois, et prévoyait d’étendre l’inoculation du vaccin de Sinopharm à toutes les provinces du pays. Le Vice-Premier Ministre Maelanga a été le premier à recevoir le vaccin de Sinopharm à l’occasion de la cérémonie.
CHINA-SOLOMONS-DIPLOMACY
Solomon Islands Prime Minister Manasseh Sogavare (L) and Chinese Premier Li Keqiang attend a signing ceremony at the Great Hall of the People in Beijing on October 9, 2019. (Photo by THOMAS PETER / POOL / AFP)

Les Îles Salomon sont le premier pays insulaire du Pacifique à inoculer des vaccins chinois dans tout le pays. Il s’agit d’une manifestation concrète dans la région des pays insulaires du Pacifique de l’engagement ferme de la Chine consistant à faire du vaccin un bien public mondial et d’une action concrète de la Chine pour promouvoir la construction d’une communauté de santé pour tous, et cela démontre la bonne dynamique du développement global des relations entre la Chine et les Îles Salomon depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques en septembre 2019. Cela aidera certainement les Îles Salomon à sauvegarder la vie et la santé de sa population et à vaincre finalement l’épidémie.

44

Bloomberg : La Ministre néo-zélandaise des Affaires étrangères a recommandé aux exportateurs du pays de rechercher un développement diversifié et d’exploiter activement d’autres marchés afin de répondre aux risques causés par la détérioration des relations commerciales entre la Chine et la Nouvelle-Zélande. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

La Chine et la Nouvelle-Zélande

 
Zhao Lijian : La Chine et la Nouvelle-Zélande sont des partenaires de coopération importants l’une pour l’autre. Les relations sino-néo-zélandaises ont enregistré des progrès solides grâce à l’adhésion à long terme des deux parties au respect mutuel, à la confiance réciproque et à l’avantage mutuel et au gagnant-gagnant. Nous espérons que la Nouvelle-Zélande continuera d’adhérer à l’esprit de « pionnier », et au principe du respect mutuel et du traitement sur un pied d’égalité, ira dans le même sens que la Chine, agrandira le gâteau de la coopération, et éradiquera les perturbations extérieures afin de faire progresser conjointement le partenariat stratégique global Chine-Nouvelle-Zélande.

45

The Paper : L’Institut de recherche pour l’énergie atomique de la République de Corée (KAERI) a tenu la semaine dernière un Symposium d’experts sur le rejet de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima. Les experts participants ont convenu que le gouvernement japonais n’avait pas fourni d’explication scientifique à la communauté internationale concernant les composants de l’eau contaminée et qu’une assurance verbale de « sécurité » à elle seule n’était pas l’attitude qu’il convenait d’adopter pour un membre responsable de la communauté internationale. Des internautes de la République de Corée ont appelé à empêcher le Japon de déverser dans la mer l’eau contaminée qui « pourrait faire souffrir nos enfants du cancer ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

AIEA COREE SUD

CF/ https://www.iaea.org/newscenter/news/korea-atomic-energy-research-institute-becomes-international-centre-under-iaea-label

Zhao Lijian : Dix ans se sont écoulés depuis l’accident nucléaire de Fukushima, et nous n’avons vu arriver aucune mesure de la partie japonaise pour empêcher efficacement l’eau contaminée de nuire à l’environnement écologique aux alentours. Ce qui arrive maintenant, c’est la décision unilatérale et erronée du Japon de traiter l’eau contaminée par le rejet dans la mer. Nous n’avons pas vu la Compagnie d’électricité de Tokyo (TEPCO), qui se charge de la gestion de l’accident nucléaire de Fukushima, tirer des leçons de la catastrophe. Au contraire, nous avons vu les médias révéler constamment les mauvaises conduites de la TEPCO en matière de gestion négligente et chaotique de l’énergie nucléaire, de dissimulation, de fausse information et de falsification des informations. La partie japonaise n’a cessé de décevoir sa population et la communauté internationale dans la gestion de l’accident nucléaire de Fukushima. Un grand point d’interrogation est ainsi de mise sur la question de savoir si les moyens de traitement sûrs qu’elle a annoncés sont raisonnables et scientifiques et si les informations et données qu’elle a fournies sont vraies et fiables.
Pour satisfaire ses propres intérêts égoïstes, la partie japonaise a pris une décision dangereuse qui nuira aux futures générations et à l’écologie mondiale. Si la partie japonaise ne peut pas bien prendre conscience de cette conséquence, la communauté internationale l’aidera certainement à y parvenir. Si la partie japonaise continue à faire l’innocent tout en sachant parfaitement de quoi il s’agit, la communauté internationale ne sera certainement pas d’accord.
La partie japonaise doit reconnaître les responsabilités et les obligations qu’elle doit remplir en ce qui concerne la question de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima, revenir sur la bonne voie de consultations avec les parties prenantes et les institutions internationales concernées, et s’abstenir d’entamer le rejet dans la mer sans autorisation.

46

AFP : Il y a une crise constitutionnelle dans le Samoa État insulaire du Pacifique. Hier, la Première Ministre élue s’est vu refuser son entrée au Parlement alors que son prédécesseur a refusé de céder le pouvoir. Quelle est la position de la Chine sur cette question ? Qui sera reconnu par la Chine comme le Premier Ministre de ce pays ?

Samoa_map_800px

Zhao Lijian : La Chine maintient de bonnes relations avec le Samoa. La Chine poursuit toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autrui. Nous pensons que le Samoa a la capacité et la sagesse de bien gérer ses affaires intérieures.

47

AFP : Les pays européens ont décidé de fermer leur espace aérien aux avions de ligne des compagnies aériennes du Bélarus après qu’un avion de ligne avait été dérouté par le Bélarus pour arrêter une personnalité de l’opposition le week-end dernier. La Chine prendra-t-elle aussi des mesures similaires ? Les avions bélarussiens sont-ils toujours autorisés à entrer dans l’espace aérien chinois ?
Zhao Lijian : Nous avons remarqué les reportages concernés. Les faits concernant l’incident ne sont pas encore éclairés. Toutes les parties doivent faire preuve de retenue et éviter une escalade de la situation avant de connaître les faits et la vérité.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1879100.shtml

F201303210848463164730975

Conférence de presse du 26 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

48

The Paper : Récemment, des fonctionnaires américains ont appelé à mener une « enquête » globale dirigée par des experts sur l’origine du nouveau coronavirus, et ont déclaré que la Chine n’avait pas gardé une transparence totale dans le processus de l’enquête sur le traçage de l’origine du virus. Quels sont les commentaires de la partie chinoise à ce sujet ?

vue-aerienne-du-laboratoire-p4-l-sur-le-campus-de-l-institut-de-virologie-de-wuhan-dans-la-province-centrale-du-hubei-en-chine-le-27-mai-2020_6306540 laboratoire chinois de Wuhan  – Photo by Hector RETAMAL / AFP


Zhao Lijian : Le traçage de l’origine du virus est une question scientifique, dont l’objectif est d’améliorer la connaissance de l’humanité sur le virus, et de mieux prévenir les éventuelles maladies infectieuses à l’avenir.
Depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19, la Chine a été le premier à soutenir l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans ses efforts visant à mener des recherches à l’échelle mondiale pour le traçage de l’origine du virus.
Du 14 janvier au 10 février de cette année, un groupe international d’experts de l’OMS et des experts chinois ont mené des études approfondies à Wuhan pendant près d’un mois. Les experts des deux parties ont effectué conjointement des visites sur le terrain, analysé ensemble un grand nombre de données, publié conjointement un rapport d’étude faisant autorité et tiré de nombreuses conclusions importantes. Cette étude conjointe a joué un rôle agissant dans la promotion du travail de traçage de l’origine du virus dans le monde entier.
Certaines personnes des États-Unis parlent tout le temps de leur souci de la vérité tout en faisant réellement des manipulations politiques. À chaque fois qu’ils parlent de la pandémie, ils dénigrent et attaquent la Chine tout en ignorant complètement de nombreux doutes sur le traçage de l’origine du virus dans leur propre pays et la réalité amère de l’échec dans leur lutte contre la COVID-19. Ils s’accrochent à la diffusion de la théorie du complot et de fausses informations telles que « la fuite de laboratoire », ce qui constitue non seulement un grand manque de respect pour l’esprit scientifique et les résultats de recherche des membres du groupe d’experts de l’OMS, mais aussi une profanation et un sabotage des efforts mondiaux dans la lutte solidaire contre la pandémie.
Je tiens à souligner encore une fois que de nombreux indices, reportages et études montrent que l’épidémie de COVID-19 est apparue depuis divers endroits du monde pendant la seconde moitié de l’année 2019. La Chine a adopté depuis toujours une attitude responsable dans le travail du traçage de l’origine du virus, et y a apporté une contribution positive remarquée de tous.

ouvrir le plus tôt possible Fort Detrick de l'armée américaine                                           Fort Detrick de l’armée américaine

Si la partie américaine a réellement l’intention de mener une enquête totalement transparente, elle doit, à l’instar de la Chine, inviter les experts de l’OMS à mener des enquêtes aux États-Unis, ouvrir le plus tôt possible Fort Detrick de l’armée américaine et les laboratoires biologiques américains dans le monde entier, et divulguer les données et les informations détaillées sur les cas liés à des maladies respiratoires inexpliquées qui ont commencé à apparaître dans le nord de la Virginie en juillet 2019, et à une épidémie massive de la « maladie pulmonaire liée au vapotage » (EVALI) qui s’est produite dans le Wisconsin. Nous exhortons les États-Unis et les autres pays concernés à mener une coopération avec l’OMS en adoptant également une attitude scientifique, ouverte et transparente.

49

Shenzhen TV : Nous avons remarqué que ces derniers jours, le Japon avait souligné à plusieurs reprises que l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima était de l’« eau traitée » qui avait été filtrée et diluée, et qu’elle répondait pleinement aux normes de rejet. Selon certains commentaires, cet acte vise à se justifier de la décision de rejeter l’eau contaminée dans la mer. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://i.la-croix.com/729x486/smart/2021/04/14/1201150842/Photo-priseun-helicoptere-Kyodo-News-13-fevrier-2021-montrant-chars-centrale-nucleaire-paralysee-Fukushima-Daiichi-stockant-radioactive-traitee-centrale_0.jpg

Stokage de l’eau contaminée à Fukushima

Zhao Lijian : Peu importe comment le Japon essaie de « se justifier » et de se blanchir, il est très difficile de dissimuler sa mauvaise décision nourrie par ses intérêts égoïstes qui méprise les intérêts communs de toute l’humanité.
L’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima contient des composants hautement complexes, y compris de nombreux radionucléides, parce qu’elle est entrée en contact avec le combustible nucléaire issu du cœur fondu du réacteur. La Compagnie d’électricité de Tokyo (TEPCO) a affirmé l’autre jour que la plupart des radionucléides à part le tritium pourraient être éliminés de l’eau contaminée après le traitement de purification, essayant de concentrer l’attention du public sur le tritium pour détourner d’autres problèmes graves. Cependant, en 2018, TEPCO a dû admettre qu’il y avait des cas où les radionucléides à part le tritium dans l’eau traitée dépassaient les standards. En février 2020, un rapport publié par le Japon a montré que 73% de l’eau contaminée traitée dépassait toujours les standards et que la dilution de l’eau contaminée contenant du tritium ne pouvait pas diminuer la quantité totale du tritium. L’eau contaminée restera contaminée quelle que soit l’étiquette que l’on lui colle. Une fois rejetée dans la mer, elle causera des dommages inestimables à l’environnement marin mondial.
Nous avons également remarqué que le Conseil des citoyens japonais de l’énergie atomique avait récemment révélé que les inspecteurs japonais avaient truqué l’équipement d’inspection dans le but de tromper le public et de convaincre tout le monde que l’eau contaminée est sûre après traitement. Le Chef du Conseil en est d’accord. Si l’eau contaminée traitée était conforme aux soi-disant « normes de sécurité japonaises », pourquoi ne pas la rejeter dans le réseau japonais et l’absorber à l’intérieur du Japon ? S’obstinant à choisir le rejet dans la mer, le gouvernement japonais et TECPO pourront faire des économies, mais l’écologie mondiale et les populations du monde entier, y compris celles du Japon, paieront trop cher.
Le Japon ne se soucie que du présent en faisant fi du futur. Il fait bien ses calculs de l’avantage économique, mais cela constitue un crime contre la Terre et l’humanité. Le Japon doit prendre conscience de la situation dès que possible, revenir à la rationalité et à la science, adopter une attitude hautement responsable vis-à-vis de l’intérêt public international, et traiter les questions concernées de manière prudente, ouverte et transparente.
Avant que le Japon, toutes les parties prenantes et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) aient amplement négocié et soient parvenus à un consensus, la partie japonaise ne doit pas entamer arbitrairement le rejet de l’eau contaminée dans la mer.

50

AFP : L’idée selon laquelle la COVID-19 est issue d’une fuite de laboratoire à Wuhan se multiplie aux États-Unis. La demande d’une enquête plus approfondie gagne davantage du terrain dans les pays occidentaux. La Chine envisagera-t-elle d’accepter une enquête du laboratoire concerné de Wuhan ?
Zhao Lijian : J’ai déjà pleinement expliqué la position de la Chine sur la question du traçage de l’origine du virus.

51

CCTV : Hier, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé à la célébration de la Journée de l’Afrique et y a prononcé un discours, dans lequel il a exposé l’amitié et la coopération entre la Chine et l’Afrique sous différents angles. Je voudrais savoir dans quels contextes spécifiques la Chine et l’Afrique ont célébré ensemble la Journée de l’Afrique ? Quelle est la signification importante de cette célébration ?

W020210526522930613731

Zhao Lijian : La Journée de l’Afrique est une journée commémorative importante marquant les efforts du peuple africain pour lutter pour l’indépendance et renforcer la solidarité. La Chine participe activement à la célébration de la Journée de l’Afrique organisée chaque année à Beijing par le corps diplomatique africain en Chine. Le renforcement de la solidarité et de la coopération avec les pays africains constitue une priorité constante de la diplomatie chinoise.
Dans ce sens, la Journée de l’Afrique est une fête commune pour la Chine et l’Afrique et mérite notre célébration conjointe.
Cette année, la Chine et l’Afrique ont organisé ensemble la réception de la Journée de l’Afrique en surmontant l’impact de la COVID-19. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y a participé et prononcé un discours. Il a avancé une proposition en quatre points sur le développement des relations sino-africaines
  • Premièrement, nous devons nous adapter à notre temps et faire de la prochaine réunion du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) un succès.
  • Deuxièmement, nous devons faire preuve de solidarité et travailler ensemble pour vaincre rapidement l’épidémie de COVID-19.
  • Troisièmement, nous devons poursuivre un développement commun et promouvoir une coopération pragmatique solide et durable.
  • Quatrièmement, nous devons nous en tenir à l’équité et à la justice et renforcer la coordination dans les affaires internationales.
Les diplomates africains ont chaleureusement félicité le Parti communiste chinois (PCC) pour le centenaire à venir de sa fondation, hautement apprécié les résultats de la coopération sino-africaine et exprimé leurs grandes attentes envers un bel avenir des relations Chine-Afrique. On peut dire que cette réception est une nouvelle incarnation importante de l’amitié traditionnelle sino-africaine et démontre la solidarité et la coopération entre les deux parties sur fond de COVID-19.
La Chine attache une grande attention à l’Afrique et au développement de ses relations avec le continent. Dans le monde aujourd’hui, la communauté internationale ne peut maintenir sa crédibilité morale sans se soucier de l’Afrique et de l’aide au développement africain, et n’arrivera pas à réussir les affaires internationales sans le soutien et l’engagement des pays africains.

W020210526522930620356

La Chine et l‘Afrique ont lancé ensemble l’Initiative sur le partenariat pour le développement de l’Afrique. Nous serons heureux de voir davantage de pays et d’organisations internationales participer à cette initiative, afin de soutenir conjointement le relèvement, le développement et le redressement en Afrique dans la période post-COVID-19, et favoriser le renforcement solidaire et un plus grand développement dans le processus de son intégration.
La Chine est prête à approfondir constamment la coopération pragmatique sino-africaine à travers des plateformes telles que la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » et le FCSA, en vue d’apporter une plus grande contribution au développement de l’Afrique, de sauvegarder ensemble l’équité et la justice internationales, et de défendre les intérêts communs des pays en développement.

52

Agence de presse Xinhua : Le 25 mai, à la demande du Pakistan et de la Palestine, coordinateurs de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), le Conseil des droits de l’homme de l’ONU tiendra une réunion extraordinaire sur le conflit palestino-israélien le 27 mai. Les pays musulmans concernés ont rédigé un projet de résolution appelant à la formation d’une Commission internationale indépendante chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme dans ce conflit palestino-israélien. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://img.20mn.fr/abDODWJsQaSb5Rox9iwVXik/830x532_haute-commissaire-onu-droits-homme-michelle-bachelet-declare-recentes-frappes-israeliennes-gaza-pourraient-constituer-crimes-guerre.jpg

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme – Michelle Bachelet a déclaré que les récentes frappes israéliennes sur Gaza pourraient constituer des crimes de guerre. — Martial Trezzini/AP/SIPA


Zhao Lijian : La Chine soutient la convocation de cette réunion extraordinaire par le Conseil des droits de l’homme. Nous sommes gravement préoccupés par le grand nombre de victimes, y compris des femmes et des enfants, causées par le récent conflit israélo-palestinien, et nous condamnons tous les actes de violence contre les civils et les attaques contre les installations civiles, notamment les hôpitaux et les écoles. Nous sommes également préoccupés par la détérioration continue de la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés au cours des dernières années. La Chine se félicite du cessez-le-feu entre les deux parties au conflit et espère que les parties concernées cesseront effectivement le feu et mettront fin aux violences. La Chine soutient fermement l’appel juste de la partie palestinienne et appuie tous les efforts visant à mettre en œuvre la « solution à deux États ».

53

Associated Presse du Pakistan : Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a hautement apprécié, lors d’une rencontre avec l’Ambassadeur de Chine au Pakistan, le leadership exceptionnel du Président Xi Jinping et du Premier Ministre Li Keqiang. Il a réaffirmé que le gouvernement pakistanais attachait une grande importance à la construction du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) et achèverait le projet CECP dès que possible. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan é                                            Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan

Zhao Lijian : La Chine a pris note de la déclaration positive du Premier Ministre Imran Khan et l’apprécie.
En tant que projet pilote important dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », le CECP a réalisé des progrès significatifs dans les domaines des infrastructures de transport, de l’énergie, des ports et des parcs industriels depuis son lancement. Cela a non seulement promu le développement économique et social à un rythme plus rapide au Pakistan, mais a également joué un rôle positif dans la promotion de la connectivité régionale. Les statistiques montrent que depuis son lancement, la coopération du CECP a permis de créer 75 000 postes d’emploi au Pakistan. La Chine est prête à travailler avec la partie pakistanaise pour promouvoir la construction de qualité du CECP, qui jouera un rôle plus important dans l’amélioration des conditions de vie du peuple et la promotion de la connectivité régionale et de l’intégration économique.

54

Global Times : Le 25 mai marque le premier anniversaire de la mort de George Floyd, un Afro-Américain tué sous le genou d’un policier américain. Des manifestations ont de nouveau éclaté à travers les États-Unis pour protester contre la question de la discrimination raciale aux États-Unis. Cependant, le problème de la haine contre des minorités ethniques telles que les Asiatiques et les Afro-Américains aux États-Unis existe toujours, et il semble que cette situation n’a pas changé à la suite de l’affaire George Floyd. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Le 25 mai marque le premier anniversaire de la mort de George Floyd

Zhao Lijian : Comme vous l’avez dit, de nombreux internautes posent aux États-Unis des « questions d’âme » : Un an après, les États-Unis ont-ils changé ? Les « Floyd » peuvent-ils respirer librement ?
La famille de M. Floyd a dit tristement : « Cela a été une longue année. Cela a été une année douloureuse ». Un an plus tard, des cris désespérés de « je ne peux pas respirer » résonnent encore et des incidents violents tels que des fusillades contre des minorités ethniques continuent de faire les gros titres. Selon des reportages, rien qu’au cours des 21 jours du procès de Floyd, un total de 64 personnes aux États-Unis ont été tuées par balle par la police, et la plupart d’entre elles étaient des personnes de couleur. Selon le sondage publié par le site Web Axios-Ipsos, la relation entre les Afro-Américains et la police ne s’est pas améliorée au cours de l’année écoulée, mais s’est progressivement évoluée vers « une crise profonde et en pleine escalade ». 72% des Afro-Américains interrogés estiment que les tirs des policiers sur des jeunes Afro-Américains et d’autres minorités ethniques se sont aggravés.
L’affaire George Floyd n’est qu’une « partie émergée de l’iceberg » du racisme aux États-Unis. Selon les dernières données publiées par l’Associated Press-Center de recherche sur les affaires publiques NORC, 60% des Américains pensent que le racisme est un problème « très ou extrêmement grave ».
Selon les données publiées par l’association à but non lucratif « Arrêtez la haine contre les Américains d’origine asiatique et des insulaires du Pacifique », depuis le début de la pandémie, plus de 6 600 incidents de haine contre les Américains d’origine asiatique ont été signalés aux États-Unis. Les États-Unis sont depuis longtemps connus dans le monde pour leur bilan déplorable de violations des droits de l’homme dans des domaines tels que la discrimination raciale et les crimes de haine. Le dirigeant américain a également admis cette année que les crimes haineux et la discrimination raciale sont un « poison vilain » qui hante la société américaine.
Les États-Unis doivent s’occuper de leurs propres affaires, résoudre leurs propres problèmes et assurer la sécurité à leur propre peuple, lui accorder le droit de respirer librement et d’être à l’abri de la peur et de la discrimination, au lieu de s’obstiner à répandre des mensonges et de fausses informations contre d’autres pays, à semer des troubles partout et à s’ingérer dans les affaires intérieures d’autrui.

55

Phoenix TV : Le « Ministre des Affaires étrangères » de Taiwan Joseph Wu a dit lors d’une interview accordée à la Société Radio-Canada que la partie continentale de la Chine tentait d’élargir son influence par ses activités militaires en Mer de Chine orientale, dans le détroit de Taiwan et en Mer de Chine méridionale. Il a dit espérer que les autres « États » partageant la même vision pourront prêter attention à Taiwan et le soutenir. Il a également indiqué que Hong Kong ne jouissait plus de la même liberté économique et politique qu’auparavant et qu’il ne laisserait pas Taiwan devenir le « deuxième Hong Kong ». Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à cela ?

« Ministre des Affaires étrangères » de Taiwan Joseph Wu          « Ministre des Affaires étrangères » de Taiwan Joseph Wu

Zhao Lijian : Tout d’abord, je tiens à corriger votre expression erronée. Taiwan fait partie inaliénable du territoire chinois et il n’y a pas de prétendu « Ministre des Affaires étrangères ». Les autorités de Taiwan ne cessent de diffamer et de dénigrer de façon malveillante la partie continentale de la Chine sur les affaires de Hong Kong sous prétexte de la démocratie et de la liberté. Leur objectif réel est de poursuivre l’« indépendance » en perturbant Hong Kong. Cette manœuvre politique maladroite, qui ne recherche rien d’autre que l’attention et ne vise qu’à faire du bruit, ne réussira pas et ne s’attirera que la honte.

56

China News Service : Cette année a été déclarée l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants par l’Assemblée générale des Nations Unies. Depuis des années, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a exprimé à de multiples reprises sa préoccupation sur le problème du travail des enfants aux États-Unis et les graves accidents du travail qui en découlent. En outre, des médias ont dénoncé plusieurs fois l’exploitation des enfants dans l’industrie du tabac aux États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

 

Zhao Lijian : Les enfants sont l’avenir du monde. Protéger et promouvoir les droits des enfants font partie importante de la cause de différents pays pour promouvoir et garantir les droits de l’homme. En tant que « phare des droits de l’homme » autoproclamé et pays le plus développé du monde, les États-Unis demeurent le seul pays au monde à ne pas ratifier la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE). Ce soi-disant « phare » se cache pourtant dans une ombre épaisse en ce qui concerne son grave problème de travail des enfants.

https://i0.wp.com/leblogdesalma.com/wp-content/uploads/2020/06/wcms_746618.png

Selon des statistiques officielles américaines, en 2019, les forces américaines de l’application de la loi ont détecté 858 cas de travail des enfants violant la Loi sur les normes du travail équitable, et un total de 544 employés mineurs sur des lieux de travail dangereux. En plus, les données récoltées par certaines associations industrielles s’avèrent beaucoup plus frappantes. Le rapport d’une organisation concernée révèle qu’environ 500 000 enfants américains travaillent dans l’agriculture. De nombreux enfants commencent à travailler à l’âge de 8 ans, avec un travail hebdomadaire de 72 heures. Il n’est pas rare de voir des enfants travailler plus de 10 heures par jour. Les travailleurs mineurs sont trois fois plus exposés aux effets cancérigènes des pesticides que les adultes. Aux États-Unis, l’agriculture est responsable de plus de la moitié des décès d’enfants au travail. Entre 2003 et 2016, 237 enfants sont décédés dans des accidents de travail liés à l’exploitation agricole, soit quatre fois le nombre de décès dans les autres secteurs.
La prévalence du travail des enfants dans l’industrie du tabac aux États-Unis est particulièrement préoccupante. D’après certaines organisations de défense des droits de l’homme, un grand nombre d’enfants sont impliqués dans la récolte et le séchage des feuilles de tabac ainsi que la manipulation des machines lourdes dans des plantations de tabac dans plusieurs États américains. Dans le même temps, le travail dans les plantations de tabac nuit gravement à la santé physique et mentale des enfants. Selon des reportages, beaucoup d’entre eux présentent des symptômes d’intoxication à la nicotine, notamment des nausées et des maux à la tête, et certains sont même atteints d’infections pulmonaires.

l'Année internationale pour l'élimination du travail des enfants par l'Assemblée générale des Nations Unies

Au fil des années, la Commission d’experts pour l’application des conventions et recommandations (CEACR) de l’OIT ne cesse de faire entendre sa voix sur le problème du travail des enfants aux États-Unis et a maintes fois exprimé ses préoccupations sur le nombre élevé d’accidents du travail enregistrés chez les enfants travailleurs. La CEACR exhorte l’administration américaine à renforcer la surveillance sur le travail des enfants dans l’agriculture et à en fournir des statistiques détaillées, en particulier le nombre de cas d’accidents du travail ainsi que les informations concernant les enquêtes et le traitement des cas d’utilisation illégale d’employés mineurs.
Cependant, l’administration américaine fait la sourde oreille aux préoccupations et aux suggestions de l’OIT, sans manifester la moindre amélioration sur le plan du travail des enfants. À l’occasion de l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants, nous espérons que la communauté internationale accordera plus d’attention à la question du travail des enfants aux États-Unis, et poussera l’administration américaine à ratifier le plus rapidement possible la CIDE, à prendre des mesures efficaces pour éliminer le grave problème du travail des enfants dans le pays et à appliquer sérieusement la Convention sur les pires formes de travail des enfants de l’OIT.

57

Bloomberg : Hier, l’acteur américain John Cena s’est excusé d’avoir appelé Taiwan un « pays », ce qui a été critiqué par le Parti républicain et des médias conservateurs des États-Unis, en disant que cet acte consistait à céder à la Chine. Le Sénateur républicain Tom Cotton a dit que cette excuse était pathétique. Quelle est votre réponse aux propos de Cotton ?

https://i1.wp.com/www.fr24news.com/fr/a1/wp-content/uploads/2021/05/1622026550_Lacteur-John-Cena-sexcuse-aupres-du-public-chinois-apres-avoir.jpg?fit=1200%2C630&ssl=1&w=640                                          cf/ https://www.fr24news.com/fr/a/2021/05/lacteur-john-cena-sexcuse-aupres-du-public-chinois-apres-avoir-qualifie-taiwan-de-pays.html


Zhao Lijian : La critique de ces personnes que vous avez mentionnées est sans le moindre fondement. Tout le monde sait quel genre de personne Cotton est. Ses paroles ne sont rien d’autre que ce qui est écrit sur un papier bon à jeter.

58

Beijing Daily : Le Département d’État des États-Unis a publié le Rapport 2020 sur la liberté de religion dans le monde, annonçant des sanctions imposées à un fonctionnaire chinois. Quelle est la réponse de la Chine en la matière ?
The Simon Wiesenthal Center's 2017 National Tribute Dinner
Le révérend Johnnie Moore s’exprime sur scène lors du dîner hommage national 2017 du Centre Simon Wiesenthal. (Frederick M. Brown)

Zhao Lijian : Le soi-disant rapport publié par les États-Unis est plein de préjugés idéologiques, ne tient pas compte des faits, dénigre arbitrairement les politiques religieuses de la Chine et s’ingère gravement dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine s’y oppose fermement.
Face aux sanctions unilatérales basées sur des mensonges et de fausses informations prises par les États-Unis contre un individu chinois et au soutien flagrant de ceux-ci à des sectes, la Chine a décidé de sanctionner le membre de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) Johnnie Moore. Il est interdit à Johnnie Moore et à sa famille d’entrer dans la partie continentale de la Chine, et dans les Régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao.
La Chine exhorte les États-Unis à corriger leur erreur, à supprimer les soi-disant sanctions et à cesser d’utiliser les prétendues questions religieuses pour s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

59

Quotidien du Peuple : Kishore Mahbubani, chercheur à l’Institut de recherche sur l’Asie de l’Université nationale de Singapour, a déclaré lors d’un entretien récent avec Lianhe Zaobao qu’un des grands malentendus des États-Unis sur la Chine était que le peuple chinois souffrait beaucoup de l’oppression du PCC. Selon une étude faisant autorité menée par la Kennedy School de Harvard, « le PCC possède un taux de soutien étonnamment élevé ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Ministre des Affaires étrangères Wang Yi Ministre des Affaires étrangères Wang Yi

Zhao Lijian : En effet, comme le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi l’a montré dans son discours lors d’une session sur la Chine à la Conférence de Munich sur la sécurité, pour comprendre le développement de la Chine, la clé est d’avoir une connaissance objective de l’histoire chinoise et d’évaluer correctement le PCC. En tant que nation ancienne ayant une civilisation cinq fois millénaire, la Chine a eu des moments glorieux et traversé des souffrances. Depuis l’époque moderne, pour sauver la patrie et assurer sa subsistance, le peuple chinois a essayé presque tous les modèles politiques, mais aucun n’a réussi.
Finalement, c’est le PCC qui a combiné le marxisme et la réalité de la Chine, a uni et dirigé l’ensemble du peuple chinois pour réaliser l’indépendance et la libération nationales, et a trouvé enfin une voie correcte vers la prospérité et la puissance. Voilà le socialisme aux caractéristiques chinoises. Notamment au cours de ces dernières années, sous la direction du Comité central du PCC rassemblé autour du camarade Xi Jinping, le développement de la Chine a enregistré de nouvelles réalisations historiques, et le socialisme aux caractéristiques chinoises est désormais entré dans une nouvelle ère.
Le PCC met en pratique son engagement initial et sa mission par ses actions concrètes, qui consistent à apporter le bonheur au peuple chinois et à œuvrer au renouveau de la nation chinoise. Il représente toujours les intérêts fondamentaux de l’immense majorité de la population chinoise, sert le peuple de tout son cœur et prend l’intérêt du peuple comme le point de départ et d’arrivée de tout son travail. C’est pourquoi le PCC est profondément soutenu et aimé par le peuple chinois. Selon des enquêtes menées par des institutions internationales faisant autorité, le taux de satisfaction du peuple chinois envers le gouvernement chinois dépasse 90% depuis des années consécutives. Nous sommes convaincus qu’avec le temps, davantage de personnes auront une connaissance objective et correcte sur le PCC.

60

Reuters : La « Présidente » taiwanaise Tsai Ing-wen a déclaré aujourd’hui que Taiwan n’avait pas réussi à signer un contrat d’achat de vaccins avec la société allemande BioNTech en raison de l’obstruction de la partie continentale de la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

La « Présidente » taiwanaise Tsai Ing-wen

Zhao Lijian : Tout d’abord, je dois vous corriger sur un point. Nous ne reconnaissons pas la soi-disant « Présidente » que vous avez mentionnée. Elle n’est qu’une dirigeante d’une région de la Chine. Je ne suis pas au courant des détails de ce que vous avez mentionné. Ce que je peux vous dire, c’est que les canaux permettant à Taiwan d’obtenir des vaccins en provenance de la partie continentale de la Chine sont ouverts. La tentative des autorités de Taiwan visant à profiter de la pandémie pour rechercher l’indépendance ne mènera qu’à une impasse.

61

Beijing Youth Daily : Le prétendu « Tribunal ouïgour » mis en place par certaines forces antichinoises en collusion avec des organisations du « Turkestan oriental » telles que le Congrès mondial des Ouïgours (WUC) tiendra bientôt une « audience » sur le prétendu « génocide » lié au Xinjiang. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Hier, le gouvernement de la région autonome ouïgoure du Xinjiang a tenu une conférence de presse à Beijing sur les questions liées au Xinjiang, lors de laquelle il a spécialement révélé en détail la nature du prétendu « Tribunal ouïgour » que vous avez mentionné. Je tiens à souligner que le prétendu « Tribunal ouïgour » n’est ni représentatif de la majorité de la population ouïgoure, ni en aucun cas un « tribunal », mais une machine à fabriquer des mensonges. Cette machine à mensonges, bricolée par le WUC, une organisation séparatiste antichinoise de triste renom, en collusion avec d’autres forces antichinoises, est spécialement dédiée à produire et vendre des mensonges, à attaquer et salir le Xinjiang et à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, dont l’objectif ultime est de « contenir la Chine par le Xinjiang ».

Le WUC et son « Président », Dolkun Isa, ont clairement décidé de prendre l’argent et d’accepter le diktat de l’Occident

Le WUC et son « Président » Dolkun Isa, ont clairement décidé de prendre l’argent et d’accepter le diktat de l’Occident cf/ https://resistancisrael.com/le-wuc-ouighour-est-utilise-par-loccident-pour-embraser-le-monde/


Ce prétendu « Tribunal ouïgour » n’est pas un « organe judiciaire » ou un « processus judiciaire » au sens où nous l’entendons. Il a été fondé par des personnes ayant des arrière-pensées et ne porte aucune rigueur ni aucune autorité. Il s’agit essentiellement d’un spectacle maladroit de l’opinion publique sous l’apparence de la loi. Sous le couvert du mot « tribunal » visant à détourner l’attention, il a recours à la démagogie pour attaquer et salir le Xinjiang et s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, ce qui est à la fois absurde et illégal.
La création de ce soi-disant « tribunal » n’a aucune base juridique. Selon la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, les affaires de génocide relèvent soit de la juridiction du tribunal compétent de l’État où l’acte a été commis, soit de la Cour pénale internationale, dont la compétence a été acceptée par les États parties. Les tribunaux de quelques pays ont également jugé des affaires de génocide survenues sur leur propre territoire. En dehors de cela, aucun État, organisation ou individu n’est qualifié ni autorisé à déterminer arbitrairement qu’un autre pays a commis un génocide.
Ce soi-disant « tribunal » est une organisation illégale créée en collusion par le WUC et les forces antichinoises de l’Occident, qui n’a aucun droit de tenir une quelconque « audience », et encore moins d’inculper et de déterminer un crime international extrêmement grave.
Un tel acte n’est pas seulement une calomnie et une provocation à l’encontre du Xinjiang, mais aussi une grave atteinte au droit international et une profanation flagrante de toutes les victimes de génocide à travers l’histoire.
Fondé sur une position de « présomption de culpabilité », ce prétendu « tribunal » a falsifié des preuves et recruté des acteurs. Les soi-disant « témoins » regroupés ne sont, encore et toujours, que quelques éléments antichinois qui ne font que mentir. Nous avons dénoncé et critiqué ces soi-disant « témoins » à de nombreuses reprises. Peut-être pour couvrir les frais de recrutement des « acteurs », ce prétendu « tribunal » a voulu lever 50 000 livres sterling, mais n’a reçu que plus de 7 000 livres sterling en trois mois. Cela montre à quel point ils sont impopulaires.
Cette machine dédiée à mensonges pense pouvoir faire ce qu’elle veut et faire de grands discours démagogiques sous le camouflage de la loi. Ceux qui en sont à l’origine déclarent ouvertement qu’ils veulent « attirer l’attention et faire pression ». Tout prétendu « verdict » qu’ils produiront ne fera qu’ajouter aux preuves de leur culpabilité dans la propagation de rumeurs.
Un mensonge ne peut jamais devenir une vérité, même s’il est répété des milliers de fois. Peu importe les efforts qu’ils déploient pour vendre le spectacle, ils ne peuvent pas changer ni la merveilleuse situation marquée par la stabilité, le développement et la prospérité du Xinjiang, ni le magnifique paysage des personnes de tous les groupes ethniques y vivant dans la paix et le bonheur.

62

Reuters : Le Président et le Premier Ministre du Mali sont détenus par l’armée depuis lundi soir. Les États-Unis et l’Union européenne (UE) ont condamné leur détention. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Le Président du Mali sont détenus par l'armée depuis lundi soir  Le Président détenu par l’armée depuis lundi soir

Zhao Lijian : La Chine suit l’évolution de la situation au Mali et a pris note des reportages concernés. Toujours soutenant le Mali dans sa poursuite de la paix et du développement, la Chine appelle toutes les parties concernées au Mali à agir dans l’intérêt fondamental du pays et de son peuple, et à résoudre leurs divergences par le dialogue et la consultation, afin de maintenir la stabilité et l’unité du pays. La Chine est prête à travailler avec le reste de la communauté internationale pour jouer un rôle constructif à cette fin.

63

Reuters : Le projet de loi « Ensuring American Global Leadership and Engagement Act » a été présenté mardi à la Chambre des représentants des États-Unis. Ce projet de loi appelle les États-Unis à se coordonner avec leurs alliés pour concurrencer la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.tendanceouest.com/photos/maxi/339611.jpg

Zhao Lijian : Le projet de loi concerné du Congrès américain, au mépris de la réalité, a calomnié et dénigré la voie de développement et les politiques intérieures et extérieures de la Chine, et s’est ingéré dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte aux intérêts chinois sur les questions touchant à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine. La Chine s’y oppose fermement et défendra résolument ses propres intérêts.
La question de Taiwan est le fondement politique des relations sino-américaines et une ligne rouge à ne pas franchir. Aucune force étrangère n’est autorisée à s’y ingérer. Hong Kong appartient à la Chine. Ce n’est qu’après le retour de Hong Kong à la Chine que les compatriotes de Hong Kong ont véritablement commencé à devenir maîtres de leur destin et à exercer pleinement leurs droits démocratiques. Le prétendu « génocide » des Ouïgours au Xinjiang est un mensonge éhonté fabriqué par quelques forces antichinoises occidentales et il est déjà révélé faux par d’innombrables faits.
Les États-Unis abusent du concept de sécurité nationale pour réprimer des entreprises chinoises et endiguer le développement de la Chine. Ces pratiques nuisent à autrui et ne profitent pas aux États-Unis. La Chine poursuit une politique extérieure d’indépendance et de paix et la stratégie d’ouverture mutuellement bénéfique et promeut la construction d’un nouveau type de relations internationales et d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Les États-Unis se liguent partout dans le monde, forcent d’autres pays à prendre parti et créent un « petit cercle » contre la Chine. Leurs pratiques sont impopulaires. Nous avons remarqué que le projet de loi concerné comprenait le contenu en matière de soutien au renforcement de la coopération sino-américaine dans les réponses aux défis planétaires tels que le changement climatique.
Mais il faut souligner que la coopération ne doit et ne peut être menée que sur la base du respect mutuel.
La Chine exhorte les parlementaires concernés du Congrès américain à abandonner la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, à arrêter de faire des manipulations politiques sur les questions concernant la Chine en fabriquant de fausses informations, à mettre fin à des propos et actes nuisant aux intérêts chinois sous prétexte de la « démocratie » et des « droits de l’homme », à cesser d’examiner et de faire avancer le projet de loi négatif concernant la Chine, à supprimer les articles négatifs relatifs à la Chine et à faire davantage de choses favorables au développement des relations sino-américaines, à la confiance mutuelle et à la coopération entre les deux pays pour créer des conditions propices à leur coopération dans des domaines tels que le changement climatique.

65

China Daily : Le 25 mai, après que Yuan Keqin, ancien professeur de l’Université d’Éducation de Hokkaido, ait été arrêté par le gouvernement chinois pour espionnage présumé, son fils aîné Yuan Chengji et ses partisans ont organisé une conférence de presse. Ils ont dit espérer que Yuan Keqin pourra être réhabilité et libéré le plus tôt possible et que le Japon et la Chine pourront reprendre des échanges sûrs et rassurants. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://img.i-scmp.com/cdn-cgi/image/fit=contain,width=1098,format=auto/sites/default/files/styles/1200x800/public/d8/images/methode/2020/01/27/94bbf5b4-40c9-11ea-9fd9-ecfbb38a9743_image_hires_194344.jpg?itok=Gw6g4UbZ&v=1580125429

Hibiki Momose (au centre), professeur à l’Université d’éducation de Hokkaido, dirige un groupe pour la soumission d’une pétition au consulat général chinois lui demandant d’aider à ramener le chercheur chinois Yuan Keqin, dont on ne sait pas où il se trouve depuis plus de six mois. Photo: Kyodo cf/ https://www.scmp.com/news/asia/east-asia/article/3047771/japan-fears-grow-chinese-academic-has-been-detained-mainland

Zhao Lijian : Yuan Keqin est un citoyen chinois, mais il se livre depuis longtemps à des activités d’espionnage et de renseignement à la demande d’espions des services de renseignement japonais. Il est soupçonné d’espionnage et a fait l’objet d’une enquête par les autorités chinoises de sûreté de l’État conformément à la loi. Il a avoué sa culpabilité. Avec des faits clairs et des preuves irréfutables, son cas avait été enquêté par le parquet et fait l’objet d’une poursuite. Ce cas a été remis au tribunal pour le jugement.
Je veux poser une question à ceux qui réclament justice pour Yuan Keqin. Ne savez-vous pas les faits ? Ou faites-vous l’innocent en sachant parfaitement de quoi il s’agit ? La Chine est un État de droit. Ceux qui mettent en danger la sécurité nationale seront certainement soumis aux punitions de la loi. Toute tentative de profiter de ce cas pour ternir l’image de la Chine et s’immiscer dans la justice chinoise est vouée à l’échec.
Cela me rappelle plusieurs cas survenus ces dernières années où des citoyens japonais ont violé la loi chinoise pour soupçon d’espionnage. Il n’est pas difficile de voir qui a entravé les échanges humains normaux entre la Chine et le Japon. Je tiens à souligner que la Chine ne changera pas sa position consistant à soutenir les échanges humains normaux entre les deux pays. Dans le même temps, la Chine lutte résolument contre les activités illégales et criminelles mettant en danger la sécurité nationale de la Chine conformément à la loi.

65

AFP : Selon des reportages, le Secrétaire américain à la Défense a tenté de prendre contact avec son homologue de l’armée chinoise mais en vain. Il semble que la partie chinoise lui a refusé un entretien téléphonique. Pourriez-vous le confirmer et présenter des informations concernées ?
Zhao Lijian: Je ne suis pas au courant de ce que vous avez mentionné. Veuillez poser votre question au Ministère de la Défense nationale.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1879473.shtml

5c47f2146cce371522f6b5afa31ed954

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s