4336 – Russie – Rapport annuel du gouvernement sur ses performances à la Douma d’État – 12 mai 2021 -10h30

«Le Gouvernement de la Fédération de Russie… soumettra à la Douma d’État des rapports annuels sur les résultats du Gouvernement, y compris sur les questions formulées par la Douma d’État.» (Constitution de la Fédération de Russie, article 114, clause 1, alinéa «a»).

Mikhail Mishustin: M. Volodin, Mme Matviyenko, députés de la Douma d’État, collègues

Aujourd’hui, je présente un rapport annuel sur les résultats de la performance du gouvernement en 2020 à la Douma d’État.

Dans son discours à l’Assemblée fédérale prononcé le 15 janvier 2020, le président a présenté un nouveau programme de soutien social à grande échelle. Il a également proposé d’officialiser les garanties sociales au niveau constitutionnel et d’apporter des amendements à la Constitution pour renforcer l’efficacité de ces efforts à tous les niveaux de pouvoir.

Le président a exposé nos priorités. Il s’agit de prendre soin des familles et des enfants, de développer l’économie et de créer des conditions propices aux affaires, et de soutenir les régions comme condition préalable au développement du pays. Nous espérions pouvoir obtenir des résultats considérables dans tous ces domaines en très peu de temps.

Cependant, nous avons dû aborder la mise en œuvre des tâches assignées par le Président dans des conditions extrêmement difficiles. Personne n’aurait pu imaginer que la menace posée par la nouvelle infection serait si grave dans le monde. Des millions de vies ont été mises en danger. Pour les sauver et éviter les pires scénarios, le Gouvernement a adopté un certain nombre de mesures d’urgence conformément aux instructions du Président. Cela exigeait une nouvelle vitesse de prise de décision et un fonctionnement presque 24h / 24 et 7j / 7. Nous devions agir le plus rapidement possible.

La pandémie nous a obligés à revoir les aspects hautement prioritaires de notre travail, en tenant dûment compte de ce qui se passait réellement et des menaces émergentes, afin d’accomplir sans condition les tâches présidentielles dans des conditions loin d’être faciles. Tout d’abord, cela concerne les efforts pour sauver la vie et la santé de notre peuple. Très souvent, il nous a fallu 24 heures pour prendre des décisions concernant la bataille contre la pandémie de COVID-19. Nous avons considérablement augmenté l’aide au système de santé et soutenu l’économie.

Nous avons réussi à éviter d’introduire des mesures restrictives sévères lors de la recrudescence de la pandémie à l’automne 2020 et au printemps.

Il va sans dire que cela serait impossible sans le travail héroïque de notre peuple. Le pays tout entier s’est rallié, ce qui nous a aidés à ralentir la propagation du coronavirus. Aujourd’hui, je tiens à remercier sincèrement tout le monde pour cela, y compris ceux qui ont travaillé 24 heures sur 24 dans les zones rouges, qui ont aidé les seniors et tous ceux qui ont fait preuve de retenue et de volonté.

Pour le moment, la situation s’améliore progressivement, même s’il est encore trop tôt pour parler d’une reprise complète. Cette année devrait inverser la tendance et faciliter notre victoire sur l’infection. C’est notre responsabilité commune et notre travail commun qui se poursuit sans relâche et ne s’arrête même pas une minute.

Chers collègues, je voudrais maintenant vous remercier sincèrement pour le travail actif et le professionnalisme dont vous avez fait preuve pendant cette période difficile. Tout d’abord, je voudrais vous remercier pour le soutien apporté par le Parlement lorsqu’il est devenu nécessaire de prendre des mesures urgentes pour protéger la vie et la santé de millions de personnes.
L’année 2020 a montré comment l’ensemble du système d’administration publique devrait fonctionner. Nous avons réussi à créer un mécanisme de coopération sans précédent pour apporter un soutien législatif aux mesures adoptées et pour les mettre en œuvre rapidement dans le cadre du processus budgétaire. Ce mécanisme s’est avéré efficace et doit certainement être préservé.

Surtout, nous avons réussi à élever la coopération entre les pouvoirs législatif et exécutif à un tout autre niveau, et nous avons également travaillé ensemble pour mettre en œuvre les principales dispositions du discours du Président.

Je voudrais noter séparément comment nous avons élaboré des mesures anti-crise pour soutenir les personnes, la médecine, les entreprises et l’économie au plus fort de la pandémie. Tous ont été rédigés rapidement. Le gouvernement a soumis plus de 300 projets de loi fédéraux très importants que vous avez approuvés. En effet, nous avons mis en place un mécanisme de retour d’information efficace entre le peuple et l’État, dont le président a parlé à maintes reprises. Nous avons également introduit de nouvelles formes de contrôle et de responsabilité pour les décisions adoptées et, surtout, pour la qualité de leur mise en œuvre.

L’aspect le plus important du travail du Gouvernement est l’exécution rapide des décisions. Nous avons exclu la possibilité de prolonger les délais. Pendant la période la plus difficile, nous avons introduit la pratique de l’adoption immédiate des réglementations nécessaires pour lutter contre l’infection à coronavirus.

Pour gérer les délais, un système d’information a été créé pour suivre la mise en œuvre de nos objectifs clés. Nous surveillons la discipline de la performance 24h / 24 et 7j / 7.

Sur les instructions du Président, le Gouvernement a pris un certain nombre de mesures d’urgence contre l’infection et a mobilisé toutes les ressources disponibles. Nous avons travaillé de manière proactive pour éviter une croissance explosive du nombre de nouveaux cas et avons immédiatement commencé à mobiliser le système de santé et l’industrie.

Nos scientifiques ont rapidement développé des systèmes de test efficaces pour diagnostiquer ce nouveau virus peu connu à l’époque. L’échelle des tests augmentait chaque mois. Les hôpitaux à travers le pays ont déployé des lits supplémentaires pour les patients atteints de coronavirus. Au cours de l’année, le nombre de ces lits a plus que quintuplé. Plus de 40 nouveaux hôpitaux ont été construits pour les maladies infectieuses.

Cependant, nous devons admettre que tout ne s’est pas bien passé en même temps. Un certain nombre de régions connaissent des situations difficiles. Lorsque nous venons de commencer l’effort de réponse aux coronavirus et pendant les périodes de pointe, nous avons connu des perturbations dans l’approvisionnement en médicaments. Les gens ont commencé à stocker des médicaments pour une utilisation future parce qu’ils ne pensaient pas pouvoir acheter les médicaments dont ils avaient besoin s’ils contractaient le virus. Mais nous avons pu corriger cette situation en mettant rapidement sur le marché 12 antiviraux de base et un vaccin de production nationale. Pour y parvenir, nous avons simplifié les procédures d’enregistrement des médicaments, des systèmes de test et des équipements de protection individuelle. Il est important que maintenant les fournitures soient livrées aux hôpitaux, aux cliniques et aux pharmacies à temps, nous allons donc renouveler leurs inscriptions. Cela nécessitera des modifications de la législation. Je vous demande, chers collègues, de soutenir cette initiative.

Les spécialistes russes ont déjà enregistré quatre vaccins. Je dois souligner que cela a été rendu possible grâce au travail d’équipe de nos chercheurs, de l’industrie et de l’État. Notre pays est aujourd’hui une puissance bio-technologique de premier plan et les problèmes dans ce domaine ne peuvent être résolus que par six pays dans le monde. Chacun de nos vaccins de fabrication nationale est sûr et efficace. Sputnik V a passé des épreuves difficiles, a gagné la confiance et a déjà été enregistré dans 65 pays. Il y a une énorme demande pour cette préparation. Nous aidons également à organiser sa production à l’étranger et à l’exporter dans 34 pays.

Bien sûr, nos citoyens passent avant tout. Après que le Président eut donné une instruction, la vaccination de masse volontaire et gratuite a commencé dans tout le pays à la fin de l’année dernière. Plus de 24 millions de personnes ont déjà eu les différentes étapes de jab. Nous devons renforcer l’immunité collective d’ici la fin de l’année.

Il est de la plus haute importance que les gens obtiennent leurs doses encore plus rapidement. En tant qu’homme qui a contracté cette maladie, je veux une fois de plus faire pression sur tout le monde pour qu’il se fasse vacciner. Je parle avant tout des seniors qui sont particulièrement vulnérables au coronavirus. Veuillez prendre soin de vous et de vos proches.

Pendant la période de propagation du coronavirus, nous avons activement introduit les technologies numériques dans le système de santé. Cela comprenait des congés de maladie électroniques ainsi que l’accès aux résultats des tests PCR et l’inscription sur Internet pour obtenir des jabs. Nous avons acquis la première expérience réussie de l’utilisation de l’IA pour visualiser des scans médicaux. Nous avons commencé à introduire des consultations télé-médicales entre médecins de différents endroits de notre pays.

Après que le président a émis une instruction, nous avons lancé une ligne directe contre les coronavirus. Les gens peuvent prendre rendez-vous chez le médecin, organiser une visite à domicile et obtenir les conseils nécessaires

Nous avons automatiquement accordé un congé de maladie aux personnes du groupe à risque, les 65+ personnes. Nous avons augmenté la base de calcul, de sorte que maintenant il ne peut pas être inférieur au salaire minimum. Cela nous a permis de garantir le niveau minimum des indemnités de congé de maladie pour les travailleurs, quelle que soit leur ancienneté.

Agissant à l’initiative du président, nous avons adopté des paiements sociaux incitatifs et spéciaux pour ceux qui sont en première ligne de la bataille contre le coronavirus – non seulement pour les médecins, mais aussi pour les ambulanciers et infirmières, les chauffeurs d’ambulance et les autres groupes de personnel des hôpitaux et cliniques ambulatoires recevant des patients atteints de coronavirus, ainsi que pour les travailleurs sociaux. Au total, ces paiements ont été versés l’année dernière à plus d’un demi-million de travailleurs médicaux et à près de 73 000 travailleurs sociaux. Nous avons alloué environ 200 milliards de roubles à cette fin. Malheureusement, tous les bénéficiaires visés à travers le pays n’ont pas reçu ces fonds immédiatement. Mais nous avons rapidement lancé des services de rétroaction pour les travailleurs médicaux via le portail des services gouvernementaux afin de pouvoir traiter rapidement chaque cas et prendre rapidement des décisions pour remédier à la situation. Il était important pour nous de protéger les droits de chacun de ceux qui sauvaient des vies.

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale des infirmières en Russie. Je tiens à transmettre nos meilleures salutations à tous les membres de cette profession difficile dont nous avons tous tant besoin. Je voudrais encore une fois remercier tous ceux qui prennent soin de notre santé et qui aident les gens en cette période difficile. Nous leur sommes reconnaissants de leur dévouement.

Il est très important maintenant de tirer des conclusions de la pandémie et d’en tirer des leçons pour éviter que cette situation ne se reproduise à l’avenir. Nous avons commencé à créer un bouclier fiable pour nous assurer la sécurité sanitaire, ce que le président a mentionné dans son discours.

Chers collègues, je voudrais vous remercier d’avoir soutenu le projet de loi du gouvernement sur la sécurité biologique. Il fournit un cadre juridique pour le déploiement de ce système.

Nous accordons une attention considérable au développement des services sanitaires, épidémiologiques et maladies infectieuses. Le gouvernement s’efforce de réduire au minimum le risque d’infections dangereuses en Russie. Nous avons les moyens de le faire, tout d’abord, des chercheurs de premier ordre et une solide expérience scientifique. L’Institut Pasteur travaille à Saint-Pétersbourg, l’Institut de recherche Microbe à Saratov et, bien sûr, le Centre de recherche d’État Vektor à Novossibirsk, que j’ai visité récemment. Nous avons besoin de ce bouclier sanitaire pour protéger tout le monde dans notre pays.

Le gouvernement a adopté une série de mesures anti-crise pour atténuer les conséquences de l’épidémie. Nous avons essayé d’agir de manière ciblée et d’accompagner au maximum les gens, d’aider les entreprises, principalement pour préserver les emplois, et réduire les coûts. Nous nous sommes concentrés sur l’aide à ceux qui ont été les plus durement touchés par la pandémie.

Les verrouillages et les restrictions ont conduit à une baisse de l’activité économique et, par conséquent, à des contraintes sur le marché de l’emploi, qui ont réduit les revenus de la population.

Nous avons essayé d’apporter le plus de soutien possible aux gens, à la fois aux travailleurs et aux chômeurs temporaires, ainsi qu’aux familles avec enfants. Je ne citerai qu’un seul chiffre maintenant: le gouvernement a alloué plus de 2,5 billions de roubles à des mesures de soutien supplémentaires. Est-ce beaucoup d’argent ou pas? À titre de comparaison, il représente plus de 10% du budget annuel du pays.

Mais ce n’est pas seulement la somme d’argent que nous avons dépensée; il est tout aussi important de savoir dans quelle mesure cette assistance a été ponctuelle et ciblée et, par conséquent, dans quelle mesure elle a été efficace. Dans le contexte de la pandémie, nous avons soutenu une famille sur deux en Russie avec des paiements directs. Ces familles ont plus de 28 millions d’enfants.

Ils comprennent également plus de 2 millions de personnes qui ont perdu leur emploi et ont eu de jeunes enfants – ils ont reçu des fonds supplémentaires pour compléter leurs allocations de chômage. À cette époque, il y avait plus de 3,5 millions d’enfants dans ces familles.

Nous nous sommes également attachés à rendre les procédures pour obtenir le soutien de l’État aussi simples et pratiques que possible, sans paperasse supplémentaire ni visites dans diverses agences. Les personnes ayant droit à une aide doivent pouvoir postuler sur le site Web des services gouvernementaux gosuslugi.ru. Nous avons finalement résolu ce problème. L’année dernière, les paiements de pension alimentaire aux familles avec enfants en juin et en décembre ont été fournis par le biais de ce portail. Dans l’ensemble, 56 millions de personnes ont utilisé les services gouvernementaux via le site Web, soit près de deux fois plus qu’un an auparavant.

Nous avons également soutenu les travailleurs qui avaient perdu leur emploi en augmentant les allocations de chômage pour plus de 2,3 millions de personnes, y compris des travailleurs autonomes et des propriétaires d’entreprise uniques. Nous avons prolongé la période d’aide sociale pour ceux qui avaient droit aux allocations de chômage jusqu’en mars 2020. En soutenant les entreprises, nous avons contribué à maintenir des millions de personnes à bord. En vertu de la décision du Président au printemps dernier, les entrepreneurs ont reçu des subventions pour continuer à payer des salaires d’un montant d’un salaire minimum par employé.

Afin d’assurer la mise en place rapide de mesures de soutien aux entreprises, le Service fédéral des impôts a lancé une plate-forme numérique spéciale en seulement 17 jours. Plus d’un million de petites et moyennes entreprises, qui employaient environ 4 millions de personnes, ont reçu des subventions d’une valeur de plus de 90 milliards de roubles via cette plateforme.

Nous avons lancé des programmes prévoyant des prêts pour les secteurs les plus touchés. Le programme de prêts préférentiels FOT 2.0 était le programme le plus ambitieux, visant à annuler toutes les dettes si une entreprise spécifique conservait au moins 90 pour cent de ses effectifs. Les entreprises qui conservent au moins 80 pour cent de leur personnel ont vu 50 pour cent de leurs dettes annulées. Ce programme a impliqué environ 230 000 entreprises. Sa mise en œuvre permettra d’annuler environ 430 milliards de roubles de dette d’entreprise. Plus important encore, ces décisions ont permis de conserver environ 5,5 millions d’emplois.

Nous avons lancé le programme FOT 3.0 en mars, et il contribuera également à conserver les emplois. Des contrats d’une valeur de 45 milliards de roubles ont été signés dans le cadre de ce programme, aidant à soutenir jusqu’à 1,2 million de personnes. En mars dernier, nous avons également lancé un programme d’incitation à l’emploi. Nous avons commencé à subventionner les employeurs qui fourniront des emplois à tous les chômeurs officiels à partir du 1er janvier 2021. Ils recevront trois salaires minima étape par étape après être devenus des travailleurs à temps plein. À notre avis, cette mesure aidera plus de 200 000 personnes à trouver un emploi.

Nous avons également lancé d’autres mesures de soutien aux entreprises. L’État a supporté la majeure partie du fardeau financier, y compris les salaires et les subventions aux équipements de protection individuelle. Le gouvernement a utilisé un large éventail d’outils économiques. Les entreprises étaient autorisées à différer les paiements d’assurance, d’impôts et de location. Les primes d’assurance pour les petites et moyennes entreprises ont été réduites de moitié et des programmes de prêts à des conditions favorables ont été introduits.

L’année dernière, les entrepreneurs ont économisé environ 300 milliards de roubles grâce à la réduction des primes d’assurance. Ils ont économisé 100 milliards de roubles supplémentaires grâce aux impôts et aux primes d’assurance annulés pour le deuxième trimestre. Cela a permis aux entreprises de consacrer des ressources substantielles aux salaires et au développement.

Tout d’abord, nous avons soutenu des entreprises coopérant directement avec les personnes et fournissant des services. Ils avaient considérablement réduit leurs activités commerciales en raison des restrictions liées au verrouillage. Les petits et moyens entrepreneurs ont été particulièrement touchés.

Naturellement, nous ne nous sommes pas concentrés uniquement sur eux. Nous avons également aidé les indépendants. Ce format prévoyant des taxes minimales et une interaction minimale avec l’État est devenu très populaire. Bien que l’année se soit avérée extrêmement difficile, le nombre d’indépendants a dépassé deux millions de personnes (plus de 2,3 millions).

Cela montre que les gens ont cru l’État et ont quitté l’économie souterraine. Et nous les avons soutenus et avons entièrement remboursé leurs paiements d’impôts de 2019. Vous vous souvenez de cette initiative présidentielle, et cela totalise près de 1,5 milliard de roubles.

Nous avons fourni un capital fiscal de près de 20 milliards de roubles pour payer l’impôt à hauteur du salaire minimum.

Nous espérons que cette expérience motivera sérieusement ceux qui travaillent encore dans l’économie souterraine.

Des mesures spéciales ont également été proposées aux entreprises dorsales. Nous leur avons accordé des prêts à des conditions avantageuses. Tout d’abord, ces prêts visaient à conserver les emplois et à augmenter leur fonds de roulement. Nous avons pu aider les entreprises employant près d’un million de personnes.

Nous avons subventionné les compagnies aériennes et les compagnies de chemin de fer, les compagnies de croisière et les agences culturelles. Plus de 100 aéroports nationaux ont reçu une aide financière.

En outre, le gouvernement a lancé un ensemble de mesures visant à simplifier l’environnement des affaires. Les délais de plus d’un million de licences, permis, certificats et autres documents obligatoires ont été automatiquement prolongés.

En fait, l’année 2020 a annoncé des changements dans le domaine du contrôle et de la surveillance. Plus de 11 000 actes juridiques+ pour la plupart des documents de l’époque soviétique – ont été abolis sous la guillotine réglementaire.

La loi sur les exigences obligatoires qui a été adoptée l’année dernière définit la procédure de définition et d’application de nouvelles normes réglementaires. Cela permet aux particuliers et aux entreprises de se préparer aux changements bien à l’avance. Tous les six ans, nous évaluerons l’efficacité de ce mécanisme.

Les conditions confortables et prévisibles pour faire des affaires dépendent également du système de réglementation. La prévention au lieu des inspections est le nouveau principe des autorités de régulation basé sur une approche axée sur les risques. Dans cette optique, nous avons uni nos forces avec nos législateurs pour adopter une loi pertinente, créé un mécanisme de plaintes préliminaires contre les décisions et maintenant nous passons progressivement aux communications électroniques.

L’année dernière, nous avons simplifié la signature des contrats annuels de l’État afin de pouvoir maintenir le volume des marchés publics et reporté l’introduction de nouvelles règles pour les propriétaires de véhicules, des normes de maintenance technique au transport de marchandises dangereuses. Nous avons également adopté plusieurs autres décisions.

Grâce aux efforts conjugués des autorités régionales et fédérales, nous avons maintenu la stabilité économique et, par conséquent, contribué au maintien des emplois dans la plupart des entreprises.

Malgré les problèmes que nous avons rencontrés, le pays a conservé ses positions sur les marchés internationaux et même augmenté ses exportations. Par exemple, nous avons augmenté les exportations de services dans le secteur informatique de plus de 6,5%. L’utilisation de la manœuvre fiscale dans ce secteur nous a permis de créer des conditions confortables pour faire des affaires et fabriquer de nouveaux produits, ainsi que pour attirer et s’accrocher à des professionnels qualifiés en Russie.

Nous avons pratiquement divisé par deux les cotisations d’assurance pour les entreprises qui commercialisent, créent et mettent en œuvre des logiciels, et réduit l’impôt sur le revenu des personnes concernées à seulement 3%. Ces conditions s’appliquent également aux concepteurs de produits micro et radioélectroniques.

Les concepteurs de logiciels russes qui mettent en œuvre leurs propres solutions ne sont pas tenus de payer la TVA. Des incitations fiscales sans précédent sont offertes en Russie aux concepteurs de logiciels et d’équipements électroniques. Plus de 2 500 nouvelles entreprises informatiques russes utilisent ces incitations et le nombre de produits dans le registre des logiciels de fabrication russe a augmenté de plus d’un tiers.

Il existe une forte demande de professionnels compétents dans ce secteur particulier. Conformément aux instructions du président, nos universités ont augmenté les inscriptions aux professions de l’économie numérique de 12 000 places financées par l’État, après les avoir presque doublées au cours des deux années précédentes.

Nous avons soutenu les universités et les instituts de recherche à la lumière des restrictions sur les coronavirus, dépensant au total près de 21 milliards de roubles à cet effet.

Pour avoir une école d’enseignement supérieur solide, nous devons créer une formation scientifique et, bien sûr, un environnement confortable pour la vie, l’étude et la participation à des projets de recherche intéressants. L’année dernière, nous avons alloué plus de 13 milliards de roubles au renouvellement des équipements. Des subventions ont été accordées à plus de 200 organisations, y compris – pour la première fois – des universités.

Nous avons commencé à moderniser les installations et l’équipement des universités, en effectuant des réparations majeures, y compris des dortoirs. Environ 18 milliards de roubles ont été alloués à ces fins. La plupart des fonds sont allés aux régions. Près de 400 universités dans 82 régions ont reçu un soutien.

Nous n’avons pas négligé la recherche fondamentale. Les grands projets scientifiques et d’infrastructure, principalement ce que l’on appelle la mégascience, ont continué d’être mis en œuvre à plein temps. Je fais référence à l’installation de collisionneurs NICA à Dubna et à la source de photons circulaires de Sibérie à Novossibirsk. J’ai personnellement visité les deux sites. Le réacteur nucléaire de recherche PIK à haut flux a également été lancé dans la région de Leningrad.

Chacune de ces installations est une structure technologique complexe et est comparable au «projet nucléaire» par l’ampleur des investissements, la complexité des problèmes à résoudre et la profondeur de son influence potentielle à long terme sur les niches technologiques respectives .

La relance du marché du travail est essentielle aujourd’hui. Le gouvernement, avec les régions, a élaboré des ensembles de mesures appropriés pour chaque entité constitutive de la Fédération de Russie. Dans 17 régions, l’emploi est déjà revenu aux niveaux antérieurs au COVID.

Nous avons besoin d’une approche moderne de la gestion des ressources humaines. Nous avons déjà préparé et approuvé une loi sur le télétravail, élargi les possibilités de travail en dehors du bureau et établi une procédure pour le transfert temporaire des employés vers ce que l’on appelle le télétravail.

Permettez-moi de souligner que l’amélioration du système de promotion de l’emploi a été un effort conjoint. Le projet de loi sur la plate-forme numérique unifiée pour l’emploi parrainé par Valentina Matviyenko et Vyacheslav Volodin est extrêmement important.

Tous les services spécialisés seront connectés au portail Work in Russia; les exigences méthodologiques et le contrôle de leur respect seront également unifiés.

On s’attend à ce que les centres d’emploi offrent des possibilités de recherche d’emploi à distance, y compris des services proactifs, ainsi que des rendez-vous en personne. Dans l’ensemble, les innovations proposées contribueront à développer un marché du travail unique, ouvert et transparent et à créer les conditions nécessaires pour réduire le chômage.

Cela s’applique à toutes les industries, y compris celles liées à la culture. Pendant la pandémie, les institutions publiques et privées dans ce domaine avaient besoin d’un soutien spécial. Et nous l’avons fourni. Cela a contribué à maintenir les niveaux de salaire des travailleurs culturels. Et surtout, ils ont continué leur travail. Avec le soutien de l’État, ils ont pu mettre en ligne la plupart de leurs projets le plus rapidement possible, en lancer de nouveaux et faire des plans pour l’avenir. L’industrie a réussi à traverser cette période difficile.

Je voudrais souligner spécifiquement que nos théâtres, musées et autres installations culturelles à travers la Russie ont rouvert après une courte période, en tenant dûment compte de toutes les exigences et précautions de sécurité.

De nombreux Russes n’ont pas pu partir en vacances à l’étranger cette année. Sur instruction du président, le gouvernement a lancé un programme visant à indemniser les touristes pour une partie de leurs coûts (ils utilisent le terme cashback pour cela, mais je préfère le terme russe) s’ils voyagent en Russie et utilisent la carte MIR. Début mai, près d’un million de personnes avaient profité de cette offre et reçu des remboursements totalisant environ 4 milliards de roubles. Cela a également canalisé des fonds supplémentaires vers les régions. J’ai personnellement parlé avec de nombreux représentants du secteur du tourisme – en Carélie, dans l’Altaï et au Kamtchatka et ils ont dit que le programme était très populaire. Le gouvernement l’a prolongé jusqu’à la fin de cette année.

Nous avons également approuvé un projet national visant à développer le tourisme intérieur permettant à nos habitants de voyager à travers la Russie à peu de frais et confortablement. Nous espérons vraiment que cela aidera les régions à créer des emplois dans divers secteurs, tels que l’industrie des services et l’hôtellerie, et préservera également les monuments historiques et culturels uniques, les centres de santé et les centres de villégiature, encouragera les investissements dans de nouveaux projets dans ce domaine et attirera des étrangers. visiteurs en Russie.

Je voudrais souligner que, conformément aux instructions du Président, le Gouvernement a également aidé des organisations non commerciales à vocation sociale. Leur travail mérite un grand respect. En collaboration avec les régions et la Presidential Grants Foundation, nous avons soutenu plus de 33 000 organisations de ce type.

Tout en luttant contre la pandémie et ses conséquences, nous faisions notre travail régulier. Nous avons créé des moyens de moderniser des secteurs entiers et des services publics basés sur des innovations et des solutions numériques.

Des changements importants ont eu lieu dans la sphère sociale. À présent, le gouvernement introduit progressivement des éléments de «trésorerie sociale». Je voudrais développer cela. Cela signifie que les gens pourront recevoir de l’aide de l’État non pas parce qu’ils l’ont demandée, mais parce qu’ils ont le droit de le faire. Ce sera aussi simple que de délivrer un certificat de capital maternité, par exemple. Permettez-moi simplement de dire ceci, qu’il n’est pas délivré via une application sur le site Web, mais automatiquement après l’enregistrement d’une naissance dans un bureau d’état civil.

Conformément aux instructions du Président, nous avons prolongé et élargi le programme d’immobilisations pour la maternité. Maintenant, il est disponible à la naissance du premier enfant. L’année dernière, plus d’un million de familles ont reçu de tels certificats.

Le montant minimum de l’allocation de garde d’enfants pour les bébés de moins de 18 mois a également augmenté de 100 pour cent. De plus, lorsque les enfants naissent dans une famille dans le besoin, des paiements spéciaux égaux au niveau minimum de subsistance sont attribués jusqu’à ce que les enfants aient trois ans. Nous avons plus de 1,5 million de familles de ce type.

Conformément aux instructions du Président, nous avons lancé un autre programme d’aide aux familles avec enfants, le plus important de ces dernières années. Nous avons commencé à offrir des prestations aux enfants âgés de trois à sept ans vivant dans des familles à faible revenu. L’année dernière, ces prestations ont été accordées à plus de 4,5 millions d’enfants. Nous avons maintenant amélioré la procédure d’octroi de ces allocations afin de rendre l’aide plus adaptée, et le montant du paiement peut être de 50, 75 ou 100% du niveau minimum de subsistance d’un enfant en fonction de la situation de la famille.

Nous continuerons à développer le système de contrats sociaux pour les familles à faible revenu. Ils reçoivent de l’aide pour surmonter une situation quotidienne difficile, et les gens peuvent obtenir de l’aide de l’État non seulement pour trouver un emploi ou améliorer leurs qualifications, mais aussi pour démarrer une entreprise, ainsi que pour gérer une filiale agricole personnelle. Plus de 100 000 contrats de ce type ont été signés l’année dernière. Nous avons considérablement élargi leurs capacités et, à partir de cette année, cette mesure de soutien est disponible dans toutes les régions de la Russie.

Nous espérons qu’au cours des trois prochaines années, près de 400 000 familles pourront augmenter leurs revenus grâce à ce mécanisme et qu’au moins 300 000 personnes créeront leur propre entreprise, s’enregistreront comme entrepreneurs individuels ou indépendants.

Nous avons également essayé de simplifier la fourniture de services aux personnes aux capacités réduites. Désormais, ils n’ont plus besoin d’aller nulle part pour établir ou prolonger leur statut d’invalidité. Il a été réglé par un règlement provisoire. Plus de deux millions de personnes en ont fait usage. Nous réformons le système d’évaluation médicale et sociale afin qu’à l’avenir ces procédures soient aussi pratiques que possible pour les gens.

Parlons maintenant des nouveaux mécanismes de soutien qui, sur instruction du Président, sont mis en œuvre dès cette année. Les amendements à la loi prévoyant la mise en œuvre du discours présidentiel ont déjà été apportés par Valentina Matviyenko et Vyacheslav Volodin.

Nous avons commencé et continuerons de soutenir les parents pendant que leur enfant grandit. Les futures mères recevront également une aide. À partir du 1er juillet, des versements mensuels spéciaux seront versés aux femmes qui se sont inscrites en début de grossesse et qui se trouvent dans une situation financière difficile. Les paiements s’élèveront en moyenne à 6 300 roubles dans tout le pays. Et le congé de maladie pour garde d’enfants sera payable jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de sept ans inclusivement, à hauteur de 100 pour cent du salaire moyen.

Nous soutiendrons également les parents seuls à faible revenu qui élèvent seuls un enfant. À partir du 1er juillet, environ 5600 roubles en moyenne seront versés à ces familles avec des enfants âgés de huit à 16 ans.

En août, conformément aux instructions du Président, nous effectuerons des paiements forfaitaires aux familles avec des écoliers et des futurs élèves de première année. Nous paierons 10 000 roubles par enfant.

Et cette année, les parents pourront économiser la moitié des frais d’envoi de leurs enfants dans un camp d’été. Les vacances scolaires ne sont pas longues et c’est pour cette raison que le gouvernement lancera un tel programme dès ce mois-ci.

Tout ce que j’ai dit ci-dessus concerne nos priorités en matière de politique sociale. Et nous remplirons toutes nos obligations.

Maintenant, en ce qui concerne l’économie réelle, bien sûr, la pandémie a entraîné des changements ici aussi. Pour des raisons objectives, les taux de croissance industrielle ne pouvaient tout simplement pas rester au niveau de l’année précédente. Cependant, grâce au travail coordonné des régions, des agences fédérales et des industriels eux-mêmes, nous avons réussi à éviter une récession critique.

L’industrie a réagi rapidement à la demande croissante d’équipements de protection individuelle, d’antiseptiques et de tout ce qui est si nécessaire pendant une pandémie. Nous pourrions déployer des installations industrielles assez rapidement pratiquement en mode manuel. Nous sommes désormais en mesure de produire 15 fois plus de masques, 33 fois plus de combinaisons de protection, 40 fois plus de gants médicaux, 24 fois plus de ventilateurs et huit fois plus d’antiseptiques que l’année précédente. Le Fonds de développement industriel a soutenu à lui seul plus de 100 projets anti-COVID. Nous connaissons certains cas où des entreprises ont rapidement réorienté leur production. Les fabricants de vêtements ont commencé à fabriquer des équipements de protection individuelle, d’autres – des antiseptiques, et nous connaissons de nombreux cas de ce type.

Malgré les circonstances difficiles, les entreprises ont continué à démarrer la production. On peut le voir à Saint-Pétersbourg, où un nouveau producteur fournit désormais à tout le pays des médicaments antiviraux.

Notre industrie manufacturière a beaucoup souffert, moins bien que de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus qu’en Europe. En avril, l’ensemble de l’industrie européenne n’avait pas connu de performances aussi faibles au cours des 25 dernières années. Dans notre pays, cette baisse ne dépassait pas 8% et en juin, elle avait diminué de moitié. Dans le même temps, à la fin de l’année, nous avons non seulement surmonté la baisse, mais également atteint les niveaux de 2019.

Un certain nombre d’industries ont affiché une croissance régulière l’an dernier. Parmi les leaders incontestés figurent la production de médicaments et de produits médicaux, ainsi que la production de textiles et l’industrie chimique.

Ainsi, plus de 55 milliards de roubles ont été alloués pour soutenir l’industrie automobile. Cela a contribué à soutenir les ventes de près de 300 000 véhicules et à atténuer la baisse prévue dans ce secteur particulier.

Nous avons également porté une attention particulière aux domaines prometteurs, principalement le développement de l’industrie électronique. C’est la base pour jeter les bases de la transformation numérique de notre pays. Nous avons multiplié les financements budgétaires pour l’industrie et prévoyons d’allouer près de 280 milliards de roubles à son développement dans le budget triennal. Nous devons assurer une transition à grande échelle vers les systèmes matériels et logiciels nationaux, sur lesquels reposeront les principaux services pour la population, le gouvernement et les entreprises.

Nous avons également relancé le programme de cofinancement des programmes de développement industriel régional, qui est très demandé. Plus de 14 milliards de roubles ont été alloués au génie agricole. Cela a permis aux agriculteurs d’acheter près de 30 000 unités de machines et d’équipement. Le complexe agro-industriel a également confirmé les taux de croissance record de l’année. Nous avons eu une bonne récolte de céréales et d’oléagineux; la production de viande et de lait a augmenté, plus de légumes et de fruits de serre ont été cultivés, en partie grâce au soutien considérable de l’État non seulement dans le cadre du programme d’État pour le développement de l’agriculture, mais aussi en raison de la prolongation et du retard des paiements de prêts pour la secteur agroalimentaire.

La pandémie est devenue un défi majeur pour l’industrie de la construction. Dans certaines régions, il y avait une réelle menace de faillite de nombreux promoteurs et l’apparition de nouveaux actionnaires fraudés. Mais au final, plus de 80 millions de mètres carrés de logements ont été mis en service l’année dernière. C’est un chiffre comparable à celui de l’année 2019. Je voudrais juste souligner que pour la première fois dans l’histoire moderne, le secteur de la construction a survécu à une crise économique sans pratiquement aucune perte.
Cela s’est principalement produit grâce à une percée dans la réglementation. Au cours de la dernière année, nous avons considérablement simplifié les procédures de construction; d’ici la fin de la session de printemps, nous prévoyons de les réduire d’environ un tiers. La deuxième chose est que nous avons développé des programmes hypothécaires. Il s’agit d’une hypothèque préférentielle pour les nouveaux immeubles résidentiels à un taux de 6,5% par an. En l’utilisant, plus de 470 000 personnes ont réussi à acheter des appartements à des conditions avantageuses.

Ce programme se terminera au milieu de cette année. Suivant les instructions du Président, le Gouvernement examine la portée et le format de sa poursuite. Environ 45 000 familles ont contracté des prêts à des conditions favorables à un taux allant jusqu’à 3 pour cent pour acheter un logement dans les zones rurales. Des milliers de familles ont réussi à améliorer leurs conditions de vie grâce au programme Far Eastern Mortgage. J’ai rencontré les participants au programme, en particulier à Blagovechtchensk. Ils l’aiment beaucoup et pensent que le programme fonctionne bien.

Il y a aussi des réussites dans l’industrie. Malgré toutes les limites de l’année dernière, les projets les plus importants ont été mis en œuvre dans toutes les industries clés. Le plus grand brise-glace non nucléaire, Viktor Chernomyrdin, a été lancé; le brise-glace nucléaire Arktika a été mis en service – je me suis rendu à Mourmansk pour la cérémonie de mise en service du brise-glace. Il repose sur une technologie vraiment étonnante. En outre, l’avion à moyenne portée MC-21 a effectué son premier vol avec un moteur de fabrication nationale.

Une fois de plus, nous avons vu à quel point les chaînes de production peuvent être vulnérables lorsqu’une interruption de l’approvisionnement d’une pièce importante arrête l’ensemble du processus technologique. Par exemple, nos vaccins ne peuvent pas être produits s’il y a une pénurie du plus petit composant. Cela reste vrai même si nous développons régulièrement le remplacement des importations dans divers segments de notre industrie, principalement dans le secteur manufacturier. La part des produits nationaux dans ces segments a augmenté de façon impressionnante l’année dernière pour atteindre environ 60 pour cent.

Nous créons maintenant de nouveaux outils pour l’expansion de la production de matériaux et de composants critiques, en constituant notre propre base de composants afin de réduire la dépendance vis-à-vis des importations.

Nous élaborons de nouveaux plans de substitution des importations compatibles avec les défis émergents; nous les priorisons, nous nous concentrons sur les composants et élargissons les goulots d’étranglement. Par exemple, dans les machines agricoles, nous nous concentrons sur les types modernes de transmissions; dans les produits pharmaceutiques, sur des substances spécifiques indispensables à la production de médicaments; et en ingénierie des équipements, sur les systèmes de commande numérique et les guides. Nous prévoyons d’approuver nos plans mis à jour d’ici le milieu de l’été, mais nous les mettons déjà en œuvre.

L’année dernière, nous avons lancé un mécanisme mis à jour des contrats spéciaux d’investissement (SPIC). La liste des technologies modernes pouvant être financées via SPIC comprend plus de 600 éléments. Des appels d’offres ont déjà été annoncés pour ces projets, par exemple, des technologies qui peuvent être utilisées pour fabriquer de nouveaux types de tracteurs agricoles; les premiers contrats seront signés dès le mois prochain.

Notre effort de substitution des importations nous a donné une solide réserve pour l’avenir. Il est important de modifier structurellement l’industrie russe. Et bien sûr, nous renforcerons le soutien à nos industries phares, où un nouvel emploi peut créer sept à huit emplois supplémentaires dans des secteurs connexes, y compris la construction aéronautique et navale, et l’ingénierie des transports.

Nous prévoyons de lancer la production commerciale de types de transport compétitifs – le moyen-courrier MS-21, l’avion à moteur léger Baikal et l’avion régional Il-114-300. Nous construirons de nouveaux brise-glaces et des navires de classe fleuve-mer. Nous introduisons des turbines de grande capacité pour assurer la sécurité stratégique de notre secteur énergétique. Nous prévoyons également de développer la production de systèmes de stockage d’énergie basés sur des batteries puissantes.

Tout en prenant des mesures pour soutenir la population et l’économie, nous avons dû tenir compte des spécificités de toutes les régions russes et de leurs besoins. Nous devions comprendre comment tout cela fonctionnait au niveau régional. J’ai visité près d’un tiers des régions russes. Malgré la pandémie du COVID-19, les membres du gouvernement et moi-même avons visité pratiquement toutes les régions du pays et évalué leur développement et leurs problèmes.

Nous avons analysé la situation par un dialogue direct avec les gens et le monde des affaires, avec tous ceux qui étaient préoccupés par l’avenir de leurs régions et de leur pays, plutôt que par des notes écrites. Les gens expriment leur opinion et proposent diverses initiatives. De nombreuses idées et propositions, exprimées lors de ces réunions, forment la base de nos décisions futures. Il s’agit d’un mécanisme de rétroaction très important qui a été mentionné par notre président. Nous avons émis plus de 300 instructions à la suite de nos voyages d’affaires. La plupart d’entre eux ont déjà été réalisés et nous suivons leur mise en œuvre presque tous les jours.

Je tiens à souligner une fois de plus qu’aucun rapport ne peut remplacer la communication en personne, et nous continuerons certainement cette pratique. Dans son allocution, le Président a noté que le pays n’avançait que lorsque ses régions se développaient. Il est important de trouver des points de croissance pour chaque région, d’améliorer le climat d’investissement des régions et de les rendre plus compétitives. Et nous menons ce travail systémique.

Avec vous, nous avons adopté conjointement des amendements législatifs qui ont levé de nombreuses restrictions du processus budgétaire dans les régions pendant la pandémie. Nous avons fourni une aide financière directe et compensé les insuffisances des recettes des budgets régionaux.

Je voudrais souligner les principaux aspects du soutien aux régions.

Premièrement, nous devons réduire le fardeau de la dette sur les budgets. Les délais de remboursement ont été reportés pour la quasi-totalité du volume de la dette restructurée, en ce qui concerne les prêts budgétaires. Cela a été effectué pour accumuler des ressources afin de prévenir la propagation de la pandémie COVID-19. Et la maturité des prêts de trésorerie à court terme sera multipliée par 2,5, passant de 90 à 240 jours. Conformément à l’instruction du Président, nous restructurerons les prêts budgétaires émis l’année dernière. En effet, ils deviendront des prêts à long terme.

Deuxièmement, les prêts commerciaux seront remplacés par des prêts budgétaires, comme le Président l’a noté dans son discours à l’Assemblée fédérale, afin que les régions puissent développer et financer des dépenses hautement prioritaires. Les dettes de marché des régions et des communes dépassant 25% des recettes fiscales et non fiscales seront remplacées par des prêts budgétaires ayant la même échéance à long terme.

Troisièmement, les régions pourront recevoir au moins 500 milliards de roubles sous forme de prêts budgétaires d’infrastructure à 15 ans et à faible taux d’intérêt. C’est un aspect très important. Tout d’abord, nous les émettrons vers des territoires qui ont mis en place des politiques d’endettement plus réfléchies.

Les obligations d’infrastructure sont un autre outil, et elles permettront d’attirer des financements extra-budgétaires supplémentaires dans le secteur de la construction de logements, et elles aideront à financer la construction de l’ingénierie, des transports et des équipements sociaux. Le gouvernement mènera dans les plus brefs délais tous les travaux préparatoires à l’élaboration du cadre réglementaire.

Je voudrais mentionner une autre chose importante. La Douma d’État et le Conseil de la Fédération ont déjà suggéré à plusieurs reprises que le rapport sur l’exécution du budget de l’année écoulée soit transféré à la session de printemps. Je soutiens cette proposition et suggère d’aller encore plus loin: déplacer la date limite de présentation du prochain budget triennal du 1er octobre au 15 septembre. Cela aiderait les régions à préparer leurs budgets et accélérerait l’encrage des accords et des contrats.

Les instructions du président sur le soutien aux régions appellent à modifier la législation budgétaire. Je donnerai des instructions sur la soumission d’un projet de loi à cet effet à la Douma d’État au cours des prochains jours. Je voudrais vous demander de soutenir cette proposition.

Maintenant, je voudrais dire quelques mots sur les programmes de développement individuels des régions. L’année dernière, le gouvernement a lancé, avec vous, des mesures pour soutenir 10 régions où la situation économique est particulièrement compliquée. Je pense qu’il est extrêmement important que le gouvernement soit parvenu à adopter des programmes individuels pour chacune de ces régions sans avoir à réduire le soutien d’un seul kopeck malgré tous les problèmes que nous avons rencontrés. Pas moins de 50 milliards de roubles ont été affectés à cette fin particulière. Ces fonds sont investis dans des activités pratiques telles que l’augmentation des revenus des personnes, la levée des restrictions d’infrastructure et l’aide aux petites et moyennes entreprises.

Soit dit en passant, nous pouvons déjà rapporter les premiers résultats de ces programmes individuels. Des centaines de nouveaux emplois ont été créés et des dizaines de projets d’investissement d’une valeur de près de 14 milliards de roubles ont été lancés.

Voici un exemple. Une clinique externe pour enfants et un centre médical ont ouvert à Adygheya. Des subventions ont été accordées aux entreprises agricoles de Mari El, qu’elles ont investies dans le développement. Le gouvernement a alloué des fonds à la Kalmoukie, qui manque d’eau potable, pour une inspection technique du système d’approvisionnement en eau. Le problème de l’approvisionnement en eau de la population dans cette région doit être réglé le plus tôt possible. C’est la question la plus douloureuse, et nous avons passé la plupart de notre temps à en discuter lors d’une visite là-bas. Dans la République de l’Altaï, nous avons approuvé des allocations pour la construction d’installations d’épuration afin de réduire l’impact négatif sur le lac Teletskoye. Un joyau naturel de la république.

Je tiens à souligner que nous n’introduisons pas de gestion pratique dans ces régions. Notre objectif est de les aider et de soutenir leurs initiatives visant à améliorer la vie des gens. Beaucoup dépend de l’attitude et de l’activité responsables des dirigeants locaux. Nous les surveillerons de près pour nous assurer qu’ils honorent pleinement leurs obligations envers la population.

D’autres entités constitutives de la Fédération de Russie ont également des problèmes, et ces problèmes doivent être réglés. La construction et la reconstruction sont en cours dans 48 installations. Au total, ces projets valent plus de 45 milliards de roubles. Il s’agit d’établissements d’enseignement de la République de Tyva et des régions de Magadan et de Yaroslavl, d’établissements de santé, y compris la construction d’hôpitaux au Kamtchatka et dans la région de Kostroma et de cliniques de cancérologie dans les régions de Kurgan et de Magadan, l’aménagement d’une maternité dans la région de Novgorod, et la construction d’une patinoire à Novossibirsk, pour ne citer que quelques projets. Les autres installations comprennent les aéroports, à savoir l’aéroport de Tolmachevo [à Novossibirsk] et l’expansion de l’infrastructure portuaire de Petropavlovsk-Kamtchatsky.

Les autres sites de la carte dont le développement est impensable sans le soutien de l’État sont des zones rurales dans presque toutes les régions. Nous avons à notre disposition un grand nombre d’outils économiques pour leur apporter un soutien global. Nous les aidons également dans le cadre d’un programme d’État. Rien que l’année dernière, cela nous a permis d’améliorer les conditions de vie de plus de 6 millions de personnes. Nous avons construit des maisons et des routes, créé et rénové des centres de loisirs, des écoles, des centres médicaux et d’autres installations sociales.

Je tiens à souligner que le développement des zones rurales reste une priorité. Nous avons approuvé cette forme de soutien dans presque tous les programmes publics dans tous les domaines, y compris dans l’éducation, la santé et l’assistance sociale. Cette année seulement, nous avons affecté plus de 220 milliards de roubles au développement des zones rurales. En septembre, lorsque le gouvernement soumettra son projet de budget pour les trois prochaines années, vous verrez que ce sujet reste en tête de tous nos programmes.

Des conditions de développement favorables doivent être créées partout dans le pays. Cela est plus difficile à faire pour des raisons objectives dans certaines régions. Une approche particulière doit être adoptée pour eux en raison de leur situation géopolitique. Je parle avant tout de l’Extrême-Orient et de l’Arctique. Par exemple, dans la région de Mourmansk, nous avons discuté du développement des couloirs de transport, de la route maritime du Nord et de la région dans son ensemble.

À la fin du mois de mars, le gouvernement a adopté un programme d’État pour le développement de l’Arctique. Au cours des trois prochaines années, nous allouerons environ 15 milliards de roubles à sa mise en œuvre, dont 3,5 milliards cette année. Le programme vise à assurer le développement durable de la région, à attirer les investisseurs et à y créer de nouveaux emplois.
La qualité de vie et le confort dépendent en grande partie de l’état de l’environnement – du type d’air que nous respirons et du type d’eau que nous buvons. Nous comprenons à quel point cela est important.

Nous avons tiré des conclusions sérieuses après l’accident majeur de la centrale thermique de Norilsk. Les coupables assumeront les frais de réparation des dommages causés par l’accident. Mais ces entreprises ne devraient pas être en mesure de traiter ces paiements comme des dépenses d’exploitation – cela réduirait leurs bénéfices et, par conséquent, les impôts qu’elles paient aux caisses régionales. S’ils faisaient cela, cela signifierait qu’en fait, les dommages seraient réparés aux frais des contribuables ordinaires. Ça n’est pas correct. Ces entreprises doivent payer les dommages sur leurs bénéfices nets. De cette façon, leurs propriétaires et hauts fonctionnaires en assumeront la responsabilité. À plus grande échelle, les entrepreneurs doivent changer d’attitude envers la nature. Sur les instructions du Président, nous préparerons et vous enverrons pour examen un projet de loi qui rendra les propriétaires responsables d’éliminer les dommages qu’ils causent, financièrement également. Les entreprises devraient travailler sur le principe du nettoyage après soi.

Les gens veulent vivre dans un environnement propre. Nous avons tous les outils pour atteindre cet objectif efficacement.

Nous devons certainement nous attaquer à un certain nombre de problèmes persistants, notamment les installations dangereuses abandonnées qui constituent une menace pour l’environnement. Nous devons identifier tous ces endroits – navires coulés, vieux puits et décharges illégales. Nous devons donner au pays un nettoyage général. Nous y travaillons déjà.

Nous allons également développer une économie circulaire, inciter les entreprises à cesser de fabriquer des produits qui ne peuvent pas être recyclés et réduire généralement les emballages inutiles. Pour les produits qui nécessitent absolument un emballage, il doit être recyclable. La part des emballages écologiques devrait être progressivement augmentée pour dépasser 85% d’ici le début de la prochaine décennie.

Une autre tâche importante pour cette période est de réduire de moitié le volume annuel d’élimination des déchets. Nous devons savoir exactement qui dépose les déchets ménagers et où pour exclure la possibilité même de décharges illégales.

Union-économique-eurasiatique-20190710

Le développement de la Russie nécessite l’accès à de nouveaux marchés, un afflux de main-d’œuvre et une expansion de la coopération économique étrangère. Cela nécessite, entre autres, une consolidation supplémentaire de l’Union économique eurasienne. L’année dernière a été un test sérieux pour notre association, mais le marché commun a résisté aux coups de la pandémie.

La contraction du commerce intérieur au sein de l’UEE n’a pas été aussi grave qu’avec les pays tiers grâce au travail bien coordonné avec nos partenaires de l’UEE. Nous avons élaboré un plan d’action commun pour lutter contre la pandémie et pris des mesures urgentes pour saturer le marché intérieur avec les produits nécessaires.

De plus, nous nous sommes mis d’accord sur des approches conceptuelles communes pour l’avenir. En décembre dernier, les chefs de nos États ont adopté une stratégie de développement de l’union au cours des cinq prochaines années. Nous continuerons d’assurer la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et de la main-d’œuvre dans notre marché commun. Tout cela crée de nouvelles opportunités pour faire des affaires, pour accroître l’attrait des investissements de l’économie et les exportations de haute technologie.

Les mesures que nous avons prises pour protéger l’économie ont atténué l’impact du coronavirus. Certes, un léger ralentissement était inévitable dans cette situation, mais étant donné les nouvelles circonstances et le contexte extérieur négatif persistant, il a été assez modéré – le PIB n’a pas diminué de plus de 3%. En mars, selon le ministère du Développement économique, le PIB de la Russie a dépassé pour la première fois le niveau pré-COVID et l’économie se redresse généralement.

La pandémie a accru les risques pour la stabilité macro-économique mondiale. Les secteurs public et privé ont accumulé de la dette, ce qui est en grande partie dû au fait que les grands pays industriels ont mis en œuvre des politiques monétaires souples à long terme. Les faibles taux d’intérêt et l’impression de monnaie non couverte par les marchandises ont fait monter l’inflation mondiale et fait grimper les prix des produits alimentaires.

De nombreuses entreprises qui ne voulaient pas perdre de rentabilité ont augmenté les prix intérieurs en suivant les tendances mondiales. L’inflation importée est devenue un aspect négatif de nos succès dans l’expansion du potentiel d’exportation du pays, y compris les exportations agro-industrielles. Les prix intérieurs, principalement ceux des biens socialement importants, ont donc augmenté. Le gouvernement a utilisé une approche flexible: nous avons utilisé des outils économiques pour réduire les prix des aliments socialement importants.

Nous avons introduit des mécanismes de compensation à long terme qui réduisent la dépendance des prix intérieurs aux prix mondiaux de certains aliments. Aujourd’hui, nous remboursons ce droit d’exportation aux producteurs sous forme de subventions au lieu de le canaliser directement dans le budget fédéral.

Nous avons soutenu les producteurs de farine, de pain et de sucre, ainsi que d’autres entreprises agricoles qui approvisionnent le marché intérieur, et nous avons alloué 15 milliards de roubles supplémentaires à cette fin.

Bien entendu, aucun de nous n’est entièrement satisfait du résultat des mesures de réduction des prix. Mais pour les mesures adoptées, il faudrait discuter d’une inflation élevée et incontrôlable plutôt que d’efficacité.

Nous aimerions que nos producteurs profitent des exportations. Cependant, ils ne doivent pas le faire au détriment de leurs principaux clients vivant et travaillant en Russie.

Il est important de mentionner un autre facteur qui contribue à la hausse des prix, à savoir la cupidité de certains producteurs et chaînes de distribution. À cet égard, je voudrais rappeler à tous que le gouvernement dispose d’outils suffisants pour étouffer l’appétit des profiteurs en raison de la forte demande dans tous les domaines.

Les prix de l’essence sont un autre problème qui inquiète les gens. Quelle que soit la difficulté de 2020, les hausses des prix du carburant n’ont pas dépassé les niveaux d’inflation à ce moment-là, et nous continuerons de surveiller la situation à l’aide des outils à notre disposition, y compris des outils législatifs.

Voici un autre défi mondial que nous ne pouvons ignorer. Il est lié au changement climatique et aux problèmes de développement à faible émission de carbone.

Plus de 60 États ont déjà annoncé leur intention de se convertir à la neutralité carbone. Une taxe sur le carbone est perçue dans 25 pays. Tout cela réduit la demande à long terme de pétrole et de charbon, nos exportations traditionnelles. Nous considérons cela comme un défi extrêmement sérieux et, bien entendu, nous y voyons également une opportunité.

La réduction des émissions est une forte incitation à reconstruire l’économie et à faire progresser les nouvelles technologies dans le domaine de l’énergie, des transports et de l’industrie. Cela augmentera la demande de projets d’absorption de gaz à effet de serre, y compris le reboisement. Chers collègues, nous en avons déjà discuté.

Le gouvernement a soumis un projet de loi sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre à la Douma d’État. Nous devons prendre une série de mesures pour la transition des industries et des régions vers des pratiques sobres en carbone. C’est un chemin très difficile.

Dans le cadre de l’agenda climatique, il est fondamentalement important de créer notre propre système de comptabilité pour les émissions et l’élimination des gaz à effet de serre. Ce système doit avoir une logique scientifique et, surtout, être reconnu dans le monde entier. À cette fin, nous créons des zones dites de test carbone dans les régions russes. Nous continuerons ce travail.

L’année dernière, alors que nous déployions nos efforts de secours contre les coronavirus, nous avons également travaillé à jeter les bases d’un rétablissement post-COVID. Nous avons uni nos forces pour élaborer un plan d’action national visant à promouvoir l’emploi et la reprise des revenus, la croissance économique et le changement structurel à long terme. Ce plan d’action combinait deux objectifs importants, à savoir s’adapter à ce qui se passe actuellement et promouvoir le développement futur de notre pays. En conséquence, l’économie russe doit s’engager sur une trajectoire de croissance. Nous travaillons vigoureusement à la mise en œuvre de ce plan et avons, à ce jour, franchi plus de la moitié des étapes.

Cependant, toutes les réalisations auxquelles nous faisons référence ici seraient impossibles sans les projets nationaux – soins de santé, démographie, sciences et universités, éducation et autres.

L’année dernière, le Président a clarifié les objectifs de développement national en donnant au Gouvernement un horizon de planification plus large et des objectifs spécifiques à long terme. Des indicateurs mesurables ont été établis pour chaque objectif, tout en assurant la continuité avec les priorités précédemment identifiées. Nous avons augmenté l’efficacité de la mise en œuvre des projets nationaux. À la fin de l’année dernière, nous avons mis à jour leur contenu en cohérence avec les objectifs nationaux de développement définis par le Président, et créé un système d’information pour suivre et analyser leurs progrès.

Grâce à ces efforts, la Russie dispose désormais d’écoles pouvant accueillir plus de 60 000 nouveaux élèves, de nouveaux points de santé ruraux, de cliniques externes, d’hôpitaux pour enfants et de centres de cancérologie. Plus de 40 000 installations socialement importantes ont été connectées à Internet. Les résidents ont été transférés de logements délabrés avant la date prévue. L’année dernière, près de 130 000 personnes ont reçu un nouveau logement.

Je mentionnerai un certain nombre d’autres résultats des projets nationaux. Les autorités ont créé les conditions permettant aux enfants d’accéder à une éducation supplémentaire de qualité. Quarante-huit régions ont mis en place une capacité accrue pour plus de 350 000 étudiants dans des établissements nouveaux et existants. Plus d’un million d’enfants visitent les parcs pour les jeunes et les technologies mobiles et les Quantoriums. Les autorités ont créé 11 centres régionaux pour identifier, soutenir et développer les capacités et les talents de nos enfants et jeunes en tenant dûment compte de l’expérience de la Fondation pour l’éducation Talent and Success.

Nous avons rédigé un plan unifié pour atteindre nos objectifs nationaux pour améliorer la coordination des ministères et départements et réaliser plus précisément ce plan présidentiel. Il s’agit du premier grand document stratégique qui fusionnera le décret de juillet et les projets nationaux en un tout intégral. En effet, il répond à trois grandes questions: quand, où et quelles mesures le gouvernement entend-il prendre pour atteindre ces objectifs.

Tous les organes exécutifs du gouvernement ont participé à la préparation du plan. Il a été discuté avec les représentants de l’Assemblée fédérale, de la Chambre publique, du Front populaire russe (ONF), des milieux d’affaires et d’experts et des groupes de travail du Conseil d’État. Ils ont analysé en profondeur les moyens d’atteindre nos objectifs, en précisant les délais, les points de contrôle et le soutien financier.

Le plan unifié a des objectifs et des échéances dans chaque région de la Fédération de Russie. Il est important que les gens sachent et comprennent quand et quels résultats ils verront, non seulement au niveau national, mais aussi dans chaque région ou domaine spécifique.

Nous avons déclaré 2021 Année de la science et de la technologie dans ce pays. Nous devons procéder à des ajustements approfondis dans tout le domaine scientifique pour qu’il produise des résultats spécifiques. Conformément aux instructions présidentielles, nous allouerons plus de 1 500 milliards de roubles du budget fédéral à la recherche fondamentale.

Nous mettrons à jour notre approche de la gestion et du financement de la science de manière significative. Le processus de développement d’une technologie de pointe à une introduction finale deviendra beaucoup plus court. L’État agira en tant qu’entrepreneur à cet égard, principalement dans les domaines critiques. L’une de nos priorités sera de renforcer et de développer le potentiel du réseau d’universités modernes dans tout le pays.

UNIVERSIT2 RUSSE MOSCOU

Nous continuerons d’améliorer le système d’enseignement supérieur en renforçant le rôle des universités dans le développement socio-économique – scientifique et technologique national. Le programme Priorité 2030 pour le soutien aux universités a déjà été rédigé. Il sera approuvé et lancé avant la fin du mois de mai. L’objectif est de promouvoir la recherche, l’éducation, le développement, l’innovation, la technologie et tous les territoires. Au moins une centaine d’universités, sélectionnées par un comité du concours, y participeront. Il impliquera des universités régionales sectorielles médicales, des transports, agraires, pédagogiques et artistiques, pour n’en citer que quelques-unes.

Je parlerai séparément de l’éducation. Une école moderne ne se limite pas aux salles de classe et aux bureaux. Cela implique un bon équipement et un accès à Internet, au réseau scolaire et aux ressources électroniques. Nous devons avoir des écoles comme celle-ci dans tout le pays. Nous accélérerons considérablement leur construction. Le président a souligné dans son discours que d’ici 2025, nous devrons avoir au moins 1 300 nouveaux établissements d’enseignement, et dans ce cas, les troisièmes équipes deviendront obsolètes.

Chaque enfant doit pouvoir se rendre à l’école confortablement et en toute sécurité. Dans quatre ans, nous achèterons au moins 16 000 nouveaux bus pour les municipalités dans le besoin.

Récemment, j’ai visité le territoire de l’Altaï et y ai parlé avec des enseignants. Yulia Skorykh, une jeune enseignante, m’a dit qu’il n’y avait pas d’Internet dans une école rurale où elle travaille. Pas du tout. Les résidents l’ont eux-mêmes installé dans certains bâtiments, mais l’école n’a pas accès à Internet ni à aucune autre ressource électronique.

C’est également le cas dans certaines autres régions. Ainsi, en plus des problèmes mondiaux, nous devons résoudre des tâches spécifiques non moins importantes – fournir à chaque ville et village – à tous les hôpitaux – cliniques externes et écoles un accès à Internet et à d’autres moyens de communication.

Nous devons nous rendre compte qu’aujourd’hui, l’accès à Internet est une nécessité, tout comme le chauffage ou l’électricité. L’année dernière, plus de 23 000 établissements, y compris des postes de secours et des écoles des zones périphériques, ont reçu un accès à Internet. Toutes les installations socialement importantes l’auront avant la fin de l’année. Tel est notre plan et nous travaillerons à cette fin.

En outre, cette année, nous terminerons les connexions Internet à tous les petits établissements résidentiels comptant entre 250 et 500 habitants. Les habitants de plus de 12 000 petites localités utilisent déjà Internet à large bande. Nous fournirons à ces communautés l’Internet mobile et les communications. L’année dernière, vous avez appuyé l’adoption de la loi gouvernementale sur l’accès à Internet à plus de 10 000 communautés résidentielles de 100 à 250 personnes. Dans les prochaines années, nous approvisionnerons tous ces villages en Internet mobile et en service cellulaire.

L’année dernière nous a beaucoup appris sur la façon dont le système gouvernemental doit fonctionner. Les décisions devaient être prises à un rythme différent, presque 24 heures sur 24. Entre-temps, la structure gouvernementale est restée presque la même pendant de nombreuses années et ne pouvait pas nous aider à accomplir nos tâches dans une nouvelle réalité dans ces conditions. Le gouvernement a rédigé des solutions optimales et des normes uniformes pour le modèle de gestion organisationnelle.

PHOTO 1 Rapport annuel du gouvernement sur ses performances à la Douma d'État

Chers Messieurs Volodin et Mme Terechkova, vous avez souligné à plusieurs reprises la nécessité de contrôler les institutions de développement. Nous avons fait cela. Nous avons commencé à réformer la structure et les activités pour les orienter plus précisément vers les objectifs nationaux et pour supprimer les chevauchements qu’ils avaient avec les administrations fédérales et les entreprises commerciales.

Nous l’avons fait pour accroître autant que possible l’efficacité de chaque institution de développement en unissant leurs ressources et leurs efforts dans des processus communs. Les institutions de développement doivent apporter un soutien tangible aux projets d’importance nationale – du domaine social à la création de nouvelles succursales et à la réinitialisation du cycle d’investissement.

Compte tenu de notre agenda stratégique, nous avons réinitialisé le système de contrôle en introduisant de nouveaux instruments pour renforcer la coopération des ministères et départements, des régions et de la communauté d’experts. Nous avons créé un centre de coordination et utilisons ses ressources pour rechercher les moyens d’identifier les solutions les plus efficaces et les plus rapides, principalement pour la mise en œuvre des tâches et des projets prioritaires déterminés par le président. Surtout, le centre nous aide à recueillir les commentaires du public.

Notre objectif est de construire un État sans paperasserie, un État qui ne sera pas un fardeau pour les personnes et les entreprises et dans lequel ils n’auront pas à demander de services. Les organismes gouvernementaux produiront tout de manière proactive. Les gens n’auront pas à perdre de temps à collecter des références et des documents papier. L’objectif principal est de rendre l’interaction avec les organismes gouvernementaux aussi pratique que possible tant pour le public que pour les entreprises.

Chers collègues,

L’année dernière, nous avons subi des épreuves très graves. Maintenant que la propagation du coronavirus s’est stabilisée, nous devons faire tout notre possible pour que les gens reviennent à une vie normale le plus rapidement possible. Faisant rapport sur la performance du gouvernement l’année dernière, j’ai parlé des valeurs qui nous guident. Ils restent à l’abri du changement pour nous: se concentrer sur les gens et leurs intérêts; travailler ouvertement et honnêtement dans un esprit d’équipe; et s’efforcer de produire des résultats toujours, en toutes circonstances, plus importants que les frontières départementales et les formalités excessives. Je pense que cette approche est en grande partie devenue le facteur décisif pour changer la situation pour le mieux.

L’année écoulée a produit non seulement des leçons sérieuses, mais aussi une expérience qui est utile dans les circonstances les plus compliquées et parfois imprévisibles. Au cours de cette année difficile, nous nous sommes concentrés sur les tâches prioritaires et, simultanément, sur les bases d’une percée post-COVID. Maintenant, nous avons toutes les chances pour cela.

Nous avons ajusté les mécanismes d’interaction des organes gouvernementaux et de rétroaction de la population. Le Président a souligné à plusieurs reprises que le retour d’informations, une analyse approfondie fondée sur des statistiques primaires et une expertise professionnelle, sont très importants pour la prise de décision du gouvernement. Nous pouvons désormais fixer des objectifs plus ambitieux et, surtout, résoudre globalement les problèmes qui inquiètent les populations et sont vitaux pour le développement national.

Le projet de budget que nous vous soumettrons à l’automne contiendra les paramètres nécessaires à la mise en œuvre des grandes initiatives socio-économiques que le Président a définies dans son discours. Ils nous permettront d’améliorer la vie de notre peuple et de renforcer l’économie nationale. Nous travaillons tous pour ces objectifs indépendamment de notre position ou de notre point de vue politique. Je suis sûr que nous réussirons.

Merci pour votre attention.

PHOTO 5 Rapport annuel du gouvernement sur ses performances à la Douma d'État

Mikhail Mishustin

http://government.ru/en/news/42158/

8109764