4293 – Trente-cinq ans après Tchernobyl – The Conversation – 4/5 Risques nucléaires … à quand la fin du monopole des experts internationaux ? par Christine Fassert et Tatiana Kasperski du 23 avril 2021

Par Christine Fassert* et Tatiana Kasperski* 23 avril 2021 – The Conversation

,https://images.theconversation.com/files/396398/original/file-20210421-21-53gzpm.jpg?ixlib=rb-1.1.0&rect=0%2C1%2C1200%2C779&q=45&auto=format&w=926&fit=clip

Photo Un sarcophage a été installé au-dessus des ruines de la centrale de Tchernobyl en Ukraine. Sergei Supinsky/AFP

En décembre 2020, vingt ans après la fermeture définitive de la centrale, le ministère de la Culture de l’Ukraine a annoncé son intention de préparer la demande d’inscription de certains objets dans la zone d’exclusion autour de Tchernobyl sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.
Le ministère prévoyait de soumettre sa demande au printemps 2021, une façon de marquer le 35e anniversaire de l’accident, le 26 avril.
Ce projet permettrait de mettre en place un dispositif de préservation du site, mais surtout de mettre en valeur son importance historique universelle.

Sur la liste de l’Unesco

Deux sites liés au passé sombre du nucléaire figurent déjà sur la liste de l’Unesco : le Mémorial de la paix d’Hiroshima et le Site d’essais nucléaires de l’atoll de Bikini.

Le site de Tchernobyl symboliserait, lui, la longue histoire des accidents qui ont marqué l’âge de l’atome, de Kyshtym à Windscale (1957) et de Three Mile Island (1979) à Fukushima (2011), dont on a marqué le dixième anniversaire cette année.

Qui plus est, l’accident de Tchernobyl marque un moment particulier de cette histoire, à savoir le début de l’institutionnalisation de la gestion internationale des conséquences des accidents nucléaires, dont on a pu pleinement mesurer l’emprise au moment de l’accident de Fukushima.

Un ensemble restreint d’organisations

Si les origines des accidents sont le plus souvent expliquées par des facteurs liés au développement de l’industrie nucléaire et de ses instances régulatrices à l’échelle nationale, la « gestion » de leurs conséquences dépasse progressivement les frontières nationales.

À ce titre, l’accident de Tchernobyl va consacrer la monopolisation de l’autorité du savoir sur les radiations ionisantes par un ensemble restreint d’organisations

Par un jeu d’alliances et de cooptations, ces organisations se constituent en un ensemble monolithique sur le risque radiologique.

Renvoi à une marginalité militante

À partir de ce moment, les points de vue différents, qu’ils soient portés par des individus, scientifiques

« dissidents », comme Keith Baverstock qui a dirigé le programme de radioprotection au Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Europe,
ou appartenant à des organisations telles que l’International association of Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW),

seront délégitimés, et renvoyés à une forme de marginalité militante.

Ce monopole se traduit par une internationalisation de la gestion de l’accident qui repose sur une série d’outils que nous nous proposons d’examiner ici. Ces outils visent à une « normalisation » de la situation post-accidentelle en dépolitisant la gestion des risques liés aux retombées radioactives.

Ils consacrent le pouvoir des experts proches des organisations nucléaires internationales de déterminer ce que sont les sacrifices acceptables en matière de santé et d’environnement.

Comme le soulignaient les physiciens Bella et Roger Belbéoch :

« Loin de mettre en cause le pouvoir qu’ils se sont assuré dans la société, la catastrophe nucléaire leur permet de se constituer en un corps unifié international aux pouvoirs encore renforcés. C’est au moment où les experts scientifiques ne peuvent plus rien promettre d’autre que la gestion des catastrophes que leur pouvoir s’installe de façon inéluctable. »

À Fukushima

Ce monopole sur le savoir et la gestion de l’accident est bien présent au Japon en 2011, lors de la mise en place des mesures par les autorités japonaises, qui en se référant largement aux normes internationales, ont repoussé les contestations : l’accident était traité par les experts.
Cependant, un basculement s’opère lorsque le rapporteur de l’ONU critique sévèrement la gestion de la catastrophe par Tokyo.
Sur un tout autre plan, de nouveaux outils d’analyse proposés par les sciences sociales, comme la « production de l’ignorance », offrent un cadre d’analyse permettant d’extraire les critiques du seul registre du débat d’experts, ouvrant la voie à une repolitisation de l’accident et de ses conséquences.

Rendre gérable l’accident nucléaire

Mais, en premier lieu : comment rend-on gérable un accident nucléaire qui, comme cela a été le cas à Tchernobyl et à Fukushima, provoque de très importants rejets de particules radioactives, se propageant autour du globe et contaminant de façon durable des dizaines de milliers de kilomètres carrés ?

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont été évacuées ou relogées de ces territoires, des centaines de milliers d’autres continuent encore aujourd’hui à y vivre dans un environnement affecté par la radioactivité.

Le « zonage », c’est-à-dire la répartition de ces territoires en plusieurs « zones » en fonction de la densité de la contamination et des mesures de protection nécessaires, a été le premier instrument qui a permis, au Japon et dans l’ex-Union soviétique, de rendre l’accident maîtrisable.
Ainsi, par exemple, la politique gouvernementale mise en place par différents acteurs au Japon a reposé sur l’établissement de zones successives au cours des jours qui ont suivi la catastrophe : zones évacuées et décontaminées avec ensuite « levée d’ordre d’évacuation », zones « difficiles pour le retour » dans lesquelles la contamination radiologique reste élevée, et zones restant interdites.

Ce dispositif de zonage mis en place par le gouvernement japonais s’inscrit dans un cadre réglementaire établi par les deux grandes institutions nucléaires internationales que sont l’AIEA et la CIPR.

Le seuil radiologique

Le dispositif repose en particulier sur le choix d’un seuil radiologique à partir duquel seront évacuées les populations.

La CIPR fixe la dose limite pour le public en temps ordinaire à 1 millisievert (mSv)/an. Depuis 2007, la CIPR autorise les autorités gouvernementales à relever ce seuil (de 1 à 20m Sv/an) en cas d’accident nucléaire.

Lorsque les autorités japonaises, tout comme les autorités soviétiques en 1986, choisissent de relever le seuil suite à l’accident, elles le justifient en termes de quasi-absence de risques sanitaires.

Au Japon, les représentants du gouvernement considèrent que le risque de développer un cancer suite à une exposition à une dose inférieure ou égale à 100mSv est si faible selon « le consensus (scientifique) international, (qu’)il est invisibilisé par les effets cancérogènes d’autres facteurs ».

Limiter les évacuations et les compensations

La sociologue et historienne des sciences Sezin Topçu montre comment ce dispositif de zonage, qui s’est imposé comme une modalité essentielle de gestion de l’accident nucléaire, est avant tout un outil permettant de limiter les évacuations et les compensations des dommages causés par l’accident, puisque leurs coûts (économiques, politiques ou sociaux) seraient prohibitifs pour l’industrie nucléaire et pour l’État.

Cette approche par l’optimisation est par ailleurs consacrée au niveau international dans les recommandations émises par l’AIEA et la CIPR.

Ainsi, dans le cas japonais, le seuil de 20 mSv/an aurait été choisi en partie pour éviter d’évacuer la région de Naka Dori et ses grandes villes : le tracé permettait de limiter les zones d’évacuation, en évitant d’évacuer les grandes villes du centre de la préfecture, dont Fukushima.

Le relèvement du seuil à 20 mSv, à peine annoncé par les autorités japonaises a été l’objet d’une large contestation, institutionnelle et associative, rouvrant ainsi la question de la dangerosité des faibles doses de radiations ionisantes.
La dénonciation de ce seuil vient en premier lieu de l’intérieur : le conseiller spécial en radioprotection du Cabinet du premier ministre, le professeur Toshiso Kosako, démissionne en larmes le 30 avril 2011 :

« Je ne peux pas accepter un tel seuil, appliqué aux bébés, enfants, et élèves des écoles primaires, pas seulement d’un point de vue universitaire, mais aussi en raison de mes valeurs humanistes. »

De nombreuses critiques

Au niveau international, la décision de relever le seuil est aussi critiquée par les deux Rapporteurs spéciaux successifs des Nations unies – Anand Grover et Baskut Tuncak. Qui plus est, les deux experts remettent en question les fondements mêmes de la radioprotection, qui reposent sur le principe ALARA : As Low as Reasonably Achievable (« aussi bas qu’il est raisonnablement possible »).
Ce « raisonnablement » indique que des critères autres que sanitaires sont pris en compte, ce que Grover critique, en se référant au « droit à la santé ». Le rapporteur précise en effet que
« les recommandations de la CIPR sont basées sur le principe d’optimisation et de justification, selon lesquelles toutes les actions du gouvernement doivent maximiser les bénéfices sur le détriment. Une telle analyse risque-bénéfice n’est pas en accord avec le cadre du droit à la santé, parce qu’elle donne la priorité aux intérêts collectifs sur les droits individuels ».

Baskut Tuncak reprend les critiques de Grover dans son rapport publié en octobre 2018, en y précisant que

« la décision du gouvernement japonais de multiplier par 20 ce qui est considéré comme le niveau acceptable d’exposition à la radiation est profondément troublante ».

Mieux protéger les individus

Les arguments similaires ont également été utilisés par des scientifiques biélorusses et ukrainiens qui se sont opposés, à la fin des années 1980, à la limite de dose de 35 rem (350msv) pour 70 ans de vieune limite que les experts soviétiques de Moscou, avec le soutien des représentants de la CIPR, dont le chef du Service central de protection contre les rayonnements ionisants français Pierre Pellerin, essayaient d’imposer comme fondement de toutes les mesures d’intervention post-accidentelles.

Les chercheurs biélorusses et ukrainiens considèrent le critère de 35 rem comme inacceptable non seulement du point de vue scientifique mais également et surtout éthique.

Ils mettent en avant que dans les conditions d’incertitude de la science quant aux effets des rayonnements ionisants, il est dangereux de sous-évaluer les risques que la radioactivité représente pour les habitants des territoires affectés et considèrent que les autorités du pays ont une obligation morale de consacrer tous les moyens nécessaires à une plus grande protection des habitants des régions affectées, et en particulier aux individus les plus vulnérables.

La dangerosité des faibles doses

Les protagonistes de l’optimisation de la radioprotection dans le contexte post-accidentel insistent sur l’absence d’études prouvant des effets sanitaires importants en dessous de ces seuils.
Pendant longtemps, les arguments pour et contre ces seuils ont été abordés dans l’espace public ainsi que par les chercheurs en sciences sociales en termes de « controverses » scientifiques et médicales – opposant les scientifiques liés à la sphère nucléaire qui ont longtemps nié la dangerosité des faibles doses, à des scientifiques hors de cette sphère, considérant que ces effets étaient sous-evalués.

La question de la dangerosité des faibles doses de radioactivité est un des exemples les plus connus de telles controverses qui resurgissent régulièrement en dépit du développement des connaissances scientifiques sur ces risques.

Loin de survenir au moment de l’accident de Fukushima, elle s’inscrit dans un temps long et fait partie de « motifs » qui sont également présents dans les débats sur Tchernobyl ainsi que sur d’autres accidents nucléaires comme celui de Kyshtym, en Russie en 1957.

Des mécanismes de production d’ignorance

Plus récemment cependant, différents chercheurs en sciences sociales ont proposé d’appréhender le maintien d’une position rassurante sur ces dangers comme relevant des mécanismes de production d’ignorance.

La production d’ignorance, qui peut être aussi bien involontaire qu’intentionnelle, a été analysée initialement pour de nombreux risques, comme le tabac.


À lire aussi : De l’agnotologie, production de l’ignorance

Christine Fassert Socio-anthropologue – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Tatiana Kasperski Chercheure associée – Departement des Humanités – Universitat Pompeu Fabra


Déclaration d’intérêts

Tatiana Kasperski a reçu des financements de Riksbankens Jubileumsfond, Suède et de National Science Foundation, États-Unis.

Christine Fassert ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

source/ https://theconversation.com/risques-nucleaires-a-quand-la-fin-du-monopole-des-experts-internationaux-159410

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s