4292 – Russie – Interview de Nikolay Patrushev, Secrétaire du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie du 13 Avril 2021 – du journal en ligne Kommersant.

Traduction de l’interview de Nikolay Patrushev – Secrétaire du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie par le journal en ligne Kommersant. par Geopragma

 

Nikolay Patrushev

 Avr 13, 2021

Nikolay Patrushev est un dirigeant de premier plan en Russie. Chef d’un des organes de sécurité du pays, ancien chef du FSB, proche de Vladimir Poutine, il appartient au premier cercle du pouvoir. Il a accordé cette rare interview au journal en ligne Kommersant (un des journaux les plus lus dans le monde économique en Russie).

 

« Nous espérons que le bon sens prévaudra à Washington »

Le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, Nikolay Patrushev, à propos de la crise des relations avec les États-Unis et des moyens d’en sortir.

Les relations américano-russes sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la Guerre froide. La situation déjà tendue s’est encore exacerbée après l’interview du président américain Joe Biden dans laquelle il s’en est pris durement à son homologue russe Vladimir Poutine.

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a parlé au journaliste de Kommersant, Yelena Chernenko, des conditions sous lesquelles Moscou est prêt à coopérer avec Washington à l’avenir.

 1/28

– Permettez-moi de commencer par l’Ukraine. Ces derniers jours, la situation dans le Donbass s’est sérieusement aggravée. La Russie a-t-elle des « lignes rouges », au franchissement desquelles elle est prête à intervenir ouvertement dans le conflit en Ukraine ?

– Nous n’avons pas de tels plans, non. Mais nous suivons attentivement la situation. Nous prendrons des mesures spécifiques en fonction de son évolution.

 2

Et à quoi est liée, selon vous, l’aggravation actuelle de la situation dans le Donbass ?

– Je suis convaincu qu’il s’agit d’une conséquence des graves problèmes internes de l’Ukraine, dont les autorités tentent de détourner l’attention de cette manière.

Ils règlent leurs problèmes aux dépens du Donbass, alors que les capitaux quittent depuis longtemps le pays, que l’économie n’est toujours soutenue que par des prêts étrangers onéreux, dont le montant ne cesse de croître, et que les restes de l’industrie qui ont réussi à se maintenir à flot sont vendus aux étrangers, comme on dit maintenant, à des prix démocratiques.

Même le célèbre tchernoziom = « Terre noire » et le bois ukrainien sont exportés par trains entiers, privant entre autres le pays de cet actif. Et en échange, ils ne reçoivent que les mêmes petits gâteaux que les Américains ont distribués à Maïdan.

 3

– À propos des Américains : quelle est la gravité du coup porté aux relations déjà tendues entre Moscou et Washington par l’interview scandaleuse du président américain Joe Biden, dans laquelle il a répondu par l’affirmative à la question d’un journaliste lui demandant si son collègue russe était un « killer » ?

– Sans vouloir faire de parallèle, il y a exactement 75 ans, en mars 1946, Churchill, en présence du président Truman, prononçait le fameux discours de Fulton, dans lequel il déclarait que notre pays, son récent allié dans la coalition anti-Hitler, était un ennemi. C’est ainsi que fut établi le début de la Guerre froide.

 4

– Voulez-vous dire qu’une nouvelle ère de confrontation prolongée au bord de la guerre s’annonce également ?

– Nous n’aimerions pas beaucoup cela.

Les peuples russes et américains n’ont aujourd’hui aucune raison d’être hostiles ; l’idéologie ne nous divise pas, comme c’était le cas auparavant. Et le champ de la coopération est vaste.

Notre interaction devient plus nécessaire à la lumière de la pandémie, face à laquelle les défis et les menaces pour la stabilité mondiale s’intensifient.

On observe une escalade des tensions militaires et politiques dans un certain nombre de régions, une augmentation du terrorisme international et de l’extrémisme, une aggravation des confrontations interétatiques, la pauvreté, la faim, une situation environnementale difficile… La liste pourrait être longue et chacun de ces problèmes constitue une menace directe pour l’humanité.

La situation politique actuelle est en effet défavorable, les relations entre les deux pays étant à leur plus bas niveau depuis la fin de la Guerre froide. Toutefois, la longue histoire des relations entre la Russie et les États-Unis montre qu’à des moments cruciaux, nos États ont démontré leur capacité à coopérer malgré les désaccords.

Par conséquent, nous continuons de croire que le bon sens prévaudra à Washington et qu’un dialogue russo-américain substantiel s’engagera sur les questions qui ne peuvent en principe pas être résolues efficacement sans une coopération constructive entre nos pays.

 5

– En d’autres termes, la Russie est-elle prête au dialogue ? Sur quels sujets pourriez-vous discuter en premier lieu ?

– Tout d’abord, il s’agit du domaine de la stabilité stratégique et du contrôle de l’armement. Il y a déjà un exemple positif ici.

Il s’agit de notre décision commune de prolonger le traité de réduction des armes stratégiques (START – « Kommersant »), ce qui n’a certainement pas été facile pour l’administration américaine. Une telle réalisation donne un certain espoir pour l’établissement d’une coopération normale, malgré le fait que les questions elles-mêmes sont très compliquées et que nos intérêts ne coïncident pas toujours.

Nikolay Patrushev

6

– Nous n’avons pas réussi à trouver un accord avec l’administration du précédent président américain Donald Trump pendant quatre ans.

– Ils ont essayé de faire pression sur nous, d’imposer des solutions qui ne profiteraient qu’à une seule partie – les États-Unis. Nous ne pouvions pas accepter cela, mais nous avons montré notre volonté de compromis. Mais cela ne suffisait pas ; Washington voulait nous dicter ses conditions.

 7

– Dans quels domaines la coopération est-elle encore possible ?

Il existe un certain potentiel de travail conjoint sur des questions telles que la lutte contre le terrorisme international et l’extrémisme, le crime organisé et d’autres défis et menaces, ainsi que sur un certain nombre de thèmes régionaux, notamment la Syrie, le règlement du conflit au Moyen-Orient, le problème nucléaire de la péninsule coréenne et le plan d’action global conjoint (sur l’Iran – « Kommersant »).

Il existe une demande d’interaction sur les problèmes humanitaires aigus tels que la faim, la pollution et la lutte contre le changement climatique. Nous ne devons pas non plus oublier l’effet déstabilisant de la pandémie, que nous pouvons également combattre ensemble.

La nécessité de discuter de la cybersécurité n’a que trop tardé, notamment en raison des préoccupations de la Russie et des accusations dont nous faisons l’objet depuis des années.

 8

– L’année dernière, Vladimir Poutine a envoyé à la Maison Blanche une proposition détaillée sur la coopération dans le cyberespace. La nouvelle administration a-t-elle montré un quelconque intérêt pour ce sujet ?

– Ils ne veulent pas coopérer avec nous dans ce domaine, nous accusant sans aucun fondement de cyber-attaques sur leurs ressources. Ils ne nous montrent, ni à nous ni au grand public, aucune preuve de l’implication des autorités russes dans ces incidents, mais ils font presque de la Russie le principal agresseur dans le cyberespace.

 9

– Les autorités américaines soupçonnent la Russie d’être à l’origine du piratage du logiciel SolarWinds, laquelle aurait compromis des dizaines de milliers d’appareils des secteurs public et privé aux États-Unis.

Il s’agit encore d’une autre accusation générique contre nous. Notre gouvernement n’a rien à voir avec le piratage. Nous n’excluons pas que certains sabotages informatiques aient pu impliquer des hackers, dont certains vivent en Russie ou ont la nationalité russe, mais cela n’a rien à voir avec le gouvernement. Nous avons dit à plusieurs reprises aux Américains : si vous avez des soupçons, envoyez-nous des informations précises, et nous les examinerons. Ils ne le font pas.

 10

– Est-il prévu de poursuivre les contacts avec les États-Unis par le biais du Conseil de sécurité russe ?

Ils continuent. Fin mars, en particulier, j’ai eu une conversation téléphonique avec M. Sullivan assistant du président des États-Unis pour la sécurité nationale…

Nikolay Patrushev

 11

– À l’initiative de qui la conversation a-t-elle eu lieu ?

A l’initiative des Américains. D’ailleurs, cela s’est passé dans une atmosphère calme et professionnelle, nous avons discuté de manière assez approfondie et constructive. De tels contacts sont entretenus par nos députés, ainsi qu’au niveau des experts.

Par ailleurs, le dialogue ne doit pas se limiter aux seuls entretiens officiels. Il y a aussi ce qu’on appelle la diplomatie de deuxième voie, et elle a un potentiel très solide. Je fais référence aux contacts entre les communautés scientifiques des deux pays, à la culture, à l’art et à la coopération humanitaire.

Ces domaines de partenariat sont souvent relégués au second plan de manière injustifiée. C’est à ce niveau que sont posées les bases du respect et de la confiance mutuels, et ce déficit est apparent dans les relations actuelles entre la Russie et les Etats-Unis.

 12

– Revenons à l’interview de Joe Biden. J’aimerais quand même bien comprendre comment cette déclaration, après laquelle l’ambassadeur russe aux États-Unis a même été rappelé à Moscou, va affecter les relations bilatérales. Diriez-vous que c’est sans précédent ?

– Je ne me souviens pas d’une telle chose, même à l’époque de la confrontation soviéto-américaine. Les opposants les plus fanatiques à notre pays, tels que Truman ou Reagan, ont essayé de faire preuve de plus de retenue dans leurs déclarations publiques.

Aujourd’hui, alors que les archives américaines s’ouvrent progressivement et que les papiers personnels de leurs alliés sont publiés, nous pouvons nous rendre compte de la véhémence de leurs prêches anti-russes à huis clos.

Mais tous comprenaient qu’en politique il y a des limites qui doivent être respectées. Certes, il n’est pas exclu que le président américain ait été délibérément provoqué dans une telle déclaration par des milieux intéressés par l’escalade des tensions dans les relations bilatérales….

 13

– Est-il possible d’organiser d’autres réunions au sommet après un tel événement ?

Nous ne voudrions pas que cet incident gâche ces perspectives. Néanmoins, comme je l’ai dit, c’est sans précédent. Nous espérons que Washington comprend également la situation.

 14

– Et maintenant ? Le Kremlin attend-il des excuses ?

– Non. Comme le montre la pratique, les Américains sont en principe incapables d’admettre leur culpabilité quelles que soient les circonstances…

Bush père avait déjà déclaré publiquement que l’Amérique ne s’excuserait jamais auprès de qui que ce soit. Il est plus facile pour l’élite américaine de justifier chaque erreur par une théorie élaborée expliquant pourquoi il était nécessaire d’agir de telle manière.

J’appellerais ça le syndrome d’Hiroshima.

Les États-Unis ont lâché des bombes atomiques sur le Japon de manière totalement inutile, alors qu’ils savaient parfaitement que l’Armée rouge entamait des actions de guerre contre le groupement japonais en Mandchourie et que Tokyo était prête à capituler.

Pendant trois quarts de siècle, on a dit aux Japonais, et même au monde entier, que les frappes nucléaires étaient inévitables. Ils font même passer ça pour une sorte de punition venant d’en haut.

Vous vous souvenez de ce qu’Obama a dit dans son discours lors du deuil d’Hiroshima ? « La mort est tombée du ciel. » Et le fait que cette mort soit tombée d’un avion américain sur ordre d’un président américain, ça, il n’a pas voulu le dire. L’histoire se réécrit sous nos yeux. Il n’est pas étonnant que les enfants japonais ne sachent pas quel pays a détruit Hiroshima et Nagasaki. Certains pensent même que c’était l’Union soviétique.

 15

– Revenir au présent. Qu’est-ce que Moscou attend de Washington ? Un geste conciliant ?

– Pour évaluer les perspectives du dialogue russo-américain aujourd’hui, il convient d’adopter une vision sobre des choses.

Il est temps d’admettre que pour l’establishment américain, les relations avec notre pays ne sont pas décisives. La Russie est considérée uniquement à travers le prisme des luttes politiques internes.

Et, compte tenu de la gravité sans précédent de la situation intérieure aux États-Unis aujourd’hui, les perspectives pour l’avenir des relations ne peuvent guère être qualifiées d’encourageantes. Néanmoins, comme je l’ai dit, nous sommes engagés dans le dialogue dans les domaines d’intérêt mutuel et nous espérons que les Etats-Unis feront preuve du même intérêt.

Nikolay Patrushev

 16

– Les autorités américaines qualifient la Russie de « menace » pour leur sécurité. La Russie considère-t-elle aussi les États-Unis comme une « menace » ?

Nous considérons pour l’instant la pandémie comme la principale menace. Pour les États-Unis, d’ailleurs, cela s’est avéré être un moment de vérité. Les problèmes que les politiciens américains ont cachés à leurs concitoyens, notamment en détournant leur attention sur la légende de la « Russie agressive », sont devenus évidents.

Il s’avère que la principale menace pour la vie des Américains n’est pas un Moscou malveillant. Aux Etats-Unis, le bilan de l’épidémie a dépassé 560 000 morts, soit plus que les pertes des deux guerres mondiales réunies. Le nombre de décès correspond à peu près aux pertes pendant le conflit le plus sanglant de l’histoire des États-Unis, la guerre civile de 1861-1865. Et ce n’était clairement pas la faute de la Russie.

Ainsi, l’Amérique s’estime en droit de dicter les règles au monde entier et de déterminer le destin de l’humanité. Toutefois, une question se pose : un pays qui n’a pas réussi à protéger la vie de plus d’un demi-million de ses citoyens contre la maladie a-t-il un tel droit ?

 17

– En Russie, les chiffres officiels concernant les décès dus au coronavirus sont cinq fois moins élevés, à savoir 100 000, mais Rosstat indique que le taux de mortalité excédentaire global est le même que celui de l’année pré-pandémique, à savoir 500 000. Cela ne signifie-t-il pas que tout ce qui est lié au coronavirus est aussi triste en Russie qu’aux États-Unis ?

Nous disposons de statistiques officielles sur la mortalité due aux coronavirus, et il n’y a aucune raison de ne pas s’y fier. En effet, nous n’étions pas préparés au fait que les choses allaient évoluer de cette façon et si rapidement, personne n’était préparé, mais nous nous en sommes sortis. Et maintenant, nous aidons activement les autres, contrairement aux États-Unis, qui se révèlent égoïstes.

Et pendant ce temps, nous sommes aujourd’hui en mesure d’arrêter la marche du virus sur la planète et de sauver des vies non pas par milliers, mais par millions. Entre autres grâce à des vaccins développés par des scientifiques russes. Bien sûr, la première priorité est de vacciner notre population, mais nous avons une capacité grandissante et la volonté de partager avec quiconque le souhaite, indépendamment de son parcours politique ou de sa place sur la scène mondiale.

La Russie ne s’est jamais engagée dans des jeux politiques au détriment de la vie et de la santé des gens ; nous avons toujours considéré l’humanité comme une seule communauté mondiale qui ne peut être divisée par la nationalité, la race ou les croyances religieuses. « Black Lives Matter » (« Les vies des Noirs comptent ») ou « White Lives Matter » (« Les vies des Blancs comptent ») – laissons l’Occident décider. Pour notre pays, le seul bon slogan est « All Lives Matter » (« Toutes les vies comptent »). Nos vaccins en sont une preuve supplémentaire.

 18

– Une mission de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a trouvé aucune trace d’origine artificielle pour le virus. Néanmoins, la théorie selon laquelle la Chine a délibérément provoqué la pandémie est toujours très répandue.

– Je vous suggère de prêter attention au fait que de plus en plus de laboratoires biologiques sous contrôle américain se développent à pas de géant dans le monde. Et par une étrange coïncidence – principalement près des frontières russes et chinoises. Il s’agirait de centres de recherche, où les Américains aident les scientifiques locaux à développer de nouveaux moyens de lutte contre les maladies dangereuses. Cependant, les autorités des pays où se trouvent ces installations n’ont aucune idée réelle de ce qui se passe entre leurs murs.

Bien sûr, nous et nos partenaires chinois avons des questions. On nous dit qu’il existe des stations sanitaires pacifiques près de nos frontières, mais pour une raison quelconque, elles nous rappellent davantage Fort Detrick, dans le Maryland, où des Américains travaillent dans le domaine de la biologie militaire depuis des décennies. À propos, il convient de signaler que des épidémies de maladies non caractéristiques de ces régions apparaissent dans les zones environnantes.

 19

– Vous dites que les Américains y développent des armes biologiques ?

– Nous avons de bonnes raisons de croire qu’ils le font.

 20

– Alors, que comptent faire les autorités russes ?

– Nous travaillerons avec nos partenaires, principalement dans l’espace post-soviétique. Nous allons signer avec eux des accords de coopération dans le domaine de la sécurité biologique.

Je dois vous rappeler que les Américains ont aussi un problème avec les armes chimiques. Il ne se passe pas un jour au siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC – « Kommersant ») à La Haye sans que les Américains et leurs alliés ne proposent un nouveau chapitre à leur dossier anti-russe sur les armes chimiques.

Nikolay Patrushev

 21

– Oui, ils accusent la Russie de développer et d’utiliser des armes chimiques, notamment contre Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, ainsi que contre Alexeï Navalny.

Mais il n’y a aucune preuve et aucune argumentation, seulement des spéculations qui ne peuvent pas résister à un examen même élémentaire. La question classique vient à l’esprit : qui sont les juges ? La Russie, conformément à l’OIAC, a détruit tous ses stocks d’armes chimiques, et ce en un temps record. Et qu’en est-il des États-Unis ? À l’origine, ils avaient moins d’armes chimiques que la Russie, environ un tiers, mais nous n’en avons plus, et ils les gardent toujours dans leurs entrepôts. Ils les détruisent, bien sûr, mais sans beaucoup d’enthousiasme ; Ils ont prolongé l’échéance jusqu’en 2023. L’OIAC n’est pas très concernée par cette situation, elle ne pose pas de questions à Washington.

Mais lorsqu’il y a eu des incidents chimiques en Syrie, les conclusions ont été faites instantanément, et sur la base des informations des fameux Casques Blancs. Cette organisation a travaillé avec un tel « succès » qu’elle a parfois publié ses rapports avant même que les incidents eux-mêmes se produisent. Certes, la date et le lieu de l’incident ont changé, mais les conclusions étaient toutes les mêmes, avec Bachar el-Assad et la Russie partout. On sait déjà quels revenus tirés de ces provocations ont été perçus par les dirigeants des Casques Blancs sous couvert de dons.

 22

– À la veille de la pandémie, la Russie a appelé l’Occident à lever temporairement les sanctions contre la Syrie, le Venezuela et d’autres États en proie à une situation humanitaire catastrophique. Mais l’initiative n’a pas trouvé un large écho. Pourquoi pensez-vous cela ?

– Il s’agit de la stratégie géopolitique que les Etats-Unis et leurs alliés mettent en œuvre, ruinant le monde entier et défendant leur propre hégémonie comme la seule version acceptable de l’ordre mondial. Comme le Général de Gaulle l’a dit un jour avec ironie : soutenez l’Amérique en colonne par deux, ou bien ça va mal se passer.

Les droits de l’Homme, l’État de droit, le marché libre, le respect de la souveraineté – voilà des valeurs que les Occidentaux crient à tous les coins de rue. Mais le libéralisme occidental encensé est réservé à quelques élus. En revanche, la conversation est tout autre avec les pays que les Etats-Unis et l’Europe ne considèrent pas comme démocratiques. Là, tout peut y être fait. Toutes les sanctions sous les prétextes les plus insignifiants, l’imposition de prêts asservissants, le chantage, la confiscation des biens, l’ingérence sans scrupules dans les affaires intérieures… Sans parler de la chasse aux citoyens d’États souverains, développée par la justice américaine. Il n’y a aucune légitimité ici, ce sont des méthodes de gangsters qui n’ont rien à voir avec le droit international.

Si un individu ou plusieurs États ont le malheur de couper la route des élites occidentales, vous pouvez être sûrs qu’aucun traité international sur l’immunité ou aucune loi progressiste sur l’immunité des biens et le secret bancaire ne les sauvera. Que sont devenus les avoirs de la Libye après l’assassinat de Kadhafi ? Où les réserves du Venezuela ont-elles disparu après la tentative de renversement de Maduro ?

En Occident, il semble être devenu habituel de vivre aux dépens de la ruine des autres pays. Les régimes coloniaux semblent être tombés depuis longtemps, mais les habitudes demeurent. Les Américains ont probablement oublié qu’ils étaient autrefois une colonie et qu’ils ont eux-mêmes été ravagés par les Britanniques à l’époque…

 23

– Les Etats-Unis ne tiennent pas toujours compte des intérêts de leurs partenaires occidentaux non plus. Au moins, c’était sous Trump. Biden a promis de corriger la situation et prend déjà des mesures dans ce sens.

– Au jeu de Préférence (jeu de carte traditionnel russe), il existe ce terme – « aide américaine ». Le joueur est censé recevoir un certain montant d’aide, mais au final il perd beaucoup. Puisse aucun pays n’avoir à dépendre un jour d’une telle aide.

Mais tout cela n’a pas commencé sous Trump, mais sous un autre président – Woodrow Wilson. Si vous vous souvenez, à la fin de la Première Guerre mondiale, il a envoyé des troupes en Europe pour aider la Grande-Bretagne et la France. Combien ont dû payer par la suite les Allemands vaincus, mais aussi les Britanniques et les Français eux-mêmes ? Ce n’est que lorsque Hitler a déclaré qu’il se préparait à marcher vers l’Est que l’Allemagne a vu ses dettes effacées.

Et comment Washington s’est-il comporté vis-à-vis des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale ? Au début de notre conversation, nous avons rappelé Churchill, citons aussi une autre de ses déclarations, déjà à propos des Américains. « On pensait qu’ils allaient nous arracher notre fourrure, mais ils ont pris jusqu’à la viande sur nos os. » Il a dit cela lorsque les États-Unis l’ont obligé à échanger une douzaine de bases militaires dans les colonies contre cinquante destroyers rouillés sur le point d’être mis au rebut. Voilà pour la solidarité atlantique.

 24

– Mais c’était il y a longtemps, et maintenant les Américains ont un modèle différent de relations avec leurs alliés, bien qu’il ait été sérieusement mis à mal sous Trump.

– Le modèle est toujours le même. Ce n’est plus un secret que l’adhésion à l’OTAN équivaut à une perte de souveraineté, surtout pour les petits pays. Certains de nos partenaires européens avouent confidentiellement qu’ils comprennent parfaitement la futilité de la politique anti-russe qui leur est imposée, mais qu’ils ne peuvent rien y faire – Washington et Bruxelles décident de tout pour eux.

On prétend que l’Alliance doit contenir la Russie. Voyons qui l’OTAN contient réellement. Il semblerait que, pour une période de crise, nous pourrions cesser de gesticuler avec des armes et nous atteler à des tâches plus urgentes. Nous en sommes loin. Cette année même, les dépenses de l’OTAN se sont accrues, des appels ont été lancés pour qu’elles atteignent 2 %, et le résultat est que le budget global de l’Alliance dépasse déjà de 24 fois le budget militaire de notre pays.

 26

– Mais il s’agit de chiffres absolus. Si l’on considère la différence réelle des capacités, elle n’est pas si importante.

– Les chiffres absolus sont indiscutables. La question se pose : qui contient qui ? Washington et Bruxelles freinent-ils la Russie ou ont-ils pour mission de freiner le développement de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et d’autres États européens ?

Dans l’ensemble, l’OTAN ne peut plus guère être qualifiée de bloc militaro-politique. Souvenons-nous qu’à l’époque de la féodalité, les vassaux étaient obligés de se présenter avec leurs armées à la première demande du seigneur ? Ce n’est qu’aujourd’hui qu’ils sont obligés d’acheter des armes à leur mécène, quelle que soit leur situation financière, sous peine de susciter des questions sur leur loyauté. Tous les candidats à l’OTAN, y compris ceux qui participent aux programmes du Partenariat pour la paix, devraient garder cela à l’esprit.

Le but de toutes ces initiatives est le même : empêcher les acteurs souverains de relever la tête et de mener des politiques pragmatiques visant leur propre développement.

Nikolay Patrushev

 27

– Puisque nous parlons de l’Europe, je voudrais vous interroger sur la récente visite à Moscou de Josep Borrell, le chef du service de politique étrangère de l’UE. À son retour, il fait immédiatement l’objet d’un feu nourri de critiques – on dit qu’il s’est incliné devant les Russes et qu’il a échoué dans sa mission. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a annoncé que la Russie était prête à faire une rupture avec l’Europe. S’agit-il d’un scénario réel ?

– Je soutiens les propos de Sergey Viktorovich Lavrov. Nous ne frapperons pas aux portes fermées, mais nous sommes prêts à coopérer.

Il est important d’interagir avec l’Europe. Mais rejoindre l’Europe à n’importe quel prix n’est pas une solution pour la géopolitique russe. Néanmoins, nous gardons la porte ouverte parce que nous comprenons parfaitement qu’il y a la situation immédiate sur laquelle les politiciens occidentaux se concentrent, et en même temps il y a les liens historiques qui se sont formés entre les Russes et les Européens depuis des siècles.

Il serait déraisonnable de les déchirer juste parce que la situation a changé. Nous sommes prêts à recevoir des partenaires européens autour de notre table pour aborder les principaux problèmes régionaux. Nous sommes prêts à coopérer dans un large éventail de domaines dans la sphère économique, dans la science, la culture et la technologie. Aujourd’hui, en pleine pandémie, c’est particulièrement important. En ce moment, l’Europe a besoin d’aide. De nombreux pays européens nous demandent de partager des vaccins pour sauver la vie de leurs citoyens. Et si nous pouvons aider, nous sommes prêts à le faire.

 28

– Pensez-vous que, tôt ou tard, la coopération avec les Etats-Unis et l’Union européenne se normalisera ?

– Chaque pays détermine ses priorités nationales et choisit sa position sur la scène mondiale comme il l’entend. Je pense que personne n’est intéressé par le dialogue pour le dialogue, et encore moins par un échange de récriminations mutuelles.

Et pourtant, nous partons du principe que dans la situation internationale difficile actuelle, un scénario de normalisation des relations serait optimal. Elle ne correspondrait pas seulement aux intérêts de Moscou et de Washington. Ce serait mieux pour toute l’humanité. Je vais souligner à nouveau ce sur quoi nous avons commencé la conversation. Le monde actuel connaît un certain nombre de problèmes qui, en principe, ne peuvent être résolus sans une coopération normale entre les principaux acteurs mondiaux – la Russie, les Etats-Unis, l’UE, la Chine et l’Inde.

Nous ne sommes plus à l’époque où il suffisait de disposer d’une armée et d’une marine fortes pour assurer le leadership mondial. Dans le monde d’aujourd’hui, seuls les pays qui promeuvent et mettent en œuvre un programme positif visant non pas à créer des lignes de division, mais à unir les efforts de l’humanité au profit du développement et de la prospérité universels, seront gagnants à long terme. La Russie propose un tel agenda et est prête à le mettre en œuvre conjointement.


Nikolai Platonovich Patrushev
Né le 11 juillet 1951 à Leningrad. Diplômé de l’Institut de construction navale de Leningrad en tant qu’ingénieur mécanique (1974) et des cours supérieurs du KGB à Minsk (1975).
A partir de 1975, il a travaillé dans les divisions de contre-espionnage du département du KGB dans la région de Leningrad. En 1992, il a été nommé ministre de la sécurité de la République de Carélie. À partir de 1994, il a dirigé plusieurs départements du Service fédéral de contre-espionnage, puis du Service fédéral de sécurité.
En 1998, il a été nommé chef adjoint de l’administration présidentielle de Russie et chef de la direction du contrôle principal. À partir d’octobre 1998, il a travaillé comme directeur adjoint du Service fédéral de sécurité et chef du département de la sécurité économique. De 1999 à 2008, il a été directeur du FSB. De 2001 à 2003, il a été chargé des opérations antiterroristes dans le Caucase du Nord.
Depuis le 12 mai 2008, il est secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie. Il est président de la commission interdépartementale de planification stratégique du Conseil de sécurité et du Conseil de recherche du département. Il dirige le Conseil de surveillance de la Fédération panrusse de volley-ball.
Général de l’armée. Héros de la Russie. Cavalier titulaire de l’ordre des services rendus à la patrie ; commandeur de l’ordre d’Alexandre Nevsky, de l’ordre du courage, de l’ordre d’honneur, de l’ordre du mérite militaire et de l’ordre du mérite naval. Docteur en droit. Marié, avec deux fils : Dmitry est le ministre russe de l’agriculture et Andrey est un entrepreneur.

Partager cet article :

https://geopragma.fr/interview-de-nikolay-patrushev-secretaire-du-conseil-de-securite-de-la-federation-de-russie/