4129 – Conférences de presse du 9, 10, 11 et 14 décembre 2020 tenues par les porte-paroles du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian, Hua Chunying et Wang Wenbin.

1/4 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

 CHINE 1 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

1

CCTV : Le 8 décembre, le Président Xi Jinping et son homologue népalais Bidya Devi Bhandari ont échangé des lettres pour annoncer conjointement que la nouvelle altitude du mont Qomolangma est de 8848,86 mètres. Selon vous, quelle est la signification de l’annonce conjointe par la Chine et le Népal de la nouvelle altitude du mont Qomolangma ?

le président chinois Xi Jinping et son homologue népalaise Bidya Devi Bhandari. le président chinois Xi Jinping et son homologue népalaise Bidya Devi Bhandari.

Zhao Lijian : Hier, le Président Xi Jinping et son homologue népalais Bidya Devi Bhandari ont annoncé ensemble, au nom de la Chine et du Népal, que la nouvelle altitude du mont Qomolangma était de 8848,86 mètres. Cette bonne nouvelle a apporté de l’espoir au monde durement frappé par l’épidémie de COVID-19.

mont Qomolangma était de 8848,86 mètres.

Mont Everest

Autres noms: Sagarmāthā (Népal), Chomolungma (Tibet, Chine)
Altitude: 8848 mètres
Localisation: Népal, Chine (Tibet)
Première ascension: 29 May 1953 (Tenzing Norgay et Edmund Hillary)
L’itinéraire le plus populaire: Col Sud (Népal)
Chaine: Himalaya
WGS84: 27° 59′ 17″ N, 86° 55′ 31″ E
La nouvelle altitude du mont Qomolangma représente un nouveau jalon dans l’amitié sino-népalaise. Cette année marque le 65e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Népal. Grâce aux efforts concertés des deux parties, la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » progresse à pas assurés, et le réseau d’interconnexion tridimensionnel à travers l’Himalaya devient une réalité. Comme ce que la partie népalaise le dit, les relations amicales Népal-Chine sont à un niveau aussi haut que le mont Qomolangma, sont aussi pures que la neige et se dressent aussi majestueusement que l’Himalaya.

carte_nepal

La nouvelle altitude du mont Qomolangma signifie le nouveau niveau de la coopération sino-népalaise. La définition officielle de l’altitude du manteau neigeux du mont Qomolangma est due à la coopération sincère entre les équipes scientifiques des deux pays qui ont surmonté toutes sortes de difficultés en travaillant solidement pendant plus d’un an. Je dois lever le pouce pour elles. La Chine entend continuer de travailler avec le Népal pour favoriser activement la coopération bilatérale en matière de protection de l’environnement et de recherche scientifique sur le mont Qomolangma, afin de mieux protéger les richesses précieuses et le foyer des peuples des deux pays.
La nouvelle altitude du mont Qomolangma démontre aussi un niveau supérieur de l’esprit de l’humanité. L’an 2020 marque le 60e anniversaire de la première ascension de la face nord du mont Qomolangma dans l’histoire de l’humanité. L’annonce de la nouvelle altitude du mont Qomolangma représente le courage et la force de l’humanité dans l’exploration et la connaissance du monde ainsi que dans la poursuite et la réalisation du rêve. Quelque haut que le mont Qomolangma soit, il peut être escaladé. Quelque graves que les difficultés soient, elles peuvent être surmontées. À l’heure actuelle, l’épidémie de COVID-19 continue de se propager à l’échelle mondiale. Nous la vaincrons à coup sûr tant que les différents pays déploient des efforts concertés à l’instar de la coopération sincère entre la Chine et le Népal.

2

Agence de presse Xinhua : La 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a une nouvelle fois adopté à une majorité écrasante une résolution sur le contrôle des armements dans l’espace, qui incorpore la vision de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Comment la Chine voit-elle cette résolution ? Quelle est la portée de l’adoption de cette résolution dans le contexte actuel ?

22-26-sept.-Debat-general-ONU

Zhao Lijian : Depuis 2017, la résolution sur le « non-déploiement d’armes dans l’espace en premier » a « réaffirmé qu’il faudrait envisager et prendre des mesures concrètes afin de parvenir à des accords visant à prévenir une course aux armements dans l’espace, dans une volonté collective de bâtir pour l’humanité un avenir commun », ce qui a été largement approuvé et soutenu par la communauté internationale.
Après l’adoption à une majorité écrasante du paragraphe susmentionné par la Première Commission de cette session de l’Assemblée générale des Nations Unies, cette expression a une fois de plus reçu un soutien massif au sein de l’Assemblée générale avec un nombre plus important de votes favorables.
Cela prouve pleinement que la vision de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité s’est enracinée dans les esprits et que la grande majorité des pays ont pris conscience que la question de la sécurité spatiale est un défi commun à toute l’humanité et qu’aucun pays n’est à l’abri. Cette résolution, qui exprime une fois de plus le désir commun de la communauté internationale de préserver la sécurité de l’espace, revêt une grande signification pour le maintien de l’équilibre et de la stabilité stratégiques mondiaux et la promotion des processus internationaux de maîtrise des armements et de désarmement.
La construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité est une vision proposée par la Chine et largement acceptée par la communauté internationale. Cette vision, qui répond à la tendance de l’évolution de l’histoire, fournit un plan d’action fondamental pour résoudre divers problèmes et défis dans le monde d’aujourd’hui et a été inscrite dans divers documents des Nations Unies. L’espace extra-atmosphérique, en tant qu’espace public mondial, a particulièrement trait à la communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Il est regrettable que certains pays dont les États-Unis, mus par leurs propres intérêts égoïstes et au mépris de l’appel commun de la communauté internationale, aient non seulement voté contre cette résolution depuis de nombreuses années, mais également sali et déformé arbitrairement la vision de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité, provoqué la confrontation et créé la division, empoisonnant gravement l’atmosphère de coopération dans le cadre des Nations Unies. Ces actes d’intimidation irresponsables et irréfléchis ne feront qu’entraver le processus multilatéral de contrôle des armements, et ont été résolument rejetés par l’ensemble des pays membres des Nations Unies.
Garantir l’utilisation pacifique de l’espace et prévenir la militarisation de l’espace et la course aux armements dans l’espace sont non seulement dans l’intérêt commun de tous les pays, mais relèvent également de leur responsabilité commune. Nous appelons toutes les parties à promouvoir activement le processus de contrôle des armements dans l’espace conformément à la vision de la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, et à entamer des négociations et à conclure un traité sur le contrôle des armements dans l’espace dans les meilleurs délais, de manière à apporter une contribution tangible au maintien de la paix durable et de la sécurité commune dans l’espace.

CHINE 2 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

3

Beijing Daily : Le 8 décembre, la Chambre de commerce britannique en Chine a publié à Beijing une enquête intitulée British Business in China: Sentiment Survey 2020-2021. Selon cette enquête, malgré les défis posés par l’épidémie, l’économie chinoise s’est rapidement redressée, et la Chine reste une destination clé pour les investissements des entreprises britanniques en 2021. 44% des entreprises britanniques interrogées ont déclaré qu’elles augmenteraient leurs investissements en Chine en 2021, principalement en raison de la taille potentielle du marché chinois. Pour 40% des entreprises britanniques en Chine, la Chine est leur premier marché étranger. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

640        

2020 a été une année extraordinaire pour les entreprises. Alors que les entreprises britanniques en Chine restent résilientes, optimistes et engagées sur le marché chinois, des défis importants demeurent. Quel est l’impact du COVID-19 sur les entreprises? Quels sont les principaux défis réglementaires auxquels ils sont confrontés cette année? Les tensions entre le Royaume-Uni et la Chine ont-elles des conséquences importantes pour les entreprises?
The British Business in China: Sentiment Survey 2020-2021 rassemble les points de vue de plus de 250 entreprises britanniques sur leurs perspectives sur le marché chinois. Les entreprises nous ont fait part de leurs réflexions sur une gamme de sujets, y compris l’impact commercial du COVID-19, les tensions croissantes entre le Royaume-Uni et la Chine et les défis réglementaires auxquels elles sont confrontées sur l’environnement commercial en Chine.
CF/ https://mp.weixin.qq.com/s?__biz=MzIyNDc1OTk3Mw==&mid=2247493431&idx=1&sn=f175397aec238d90d9eef7e1613b2c19&chksm=e808befddf7f37eb26dd3961ac58112f750eae089203fae88a521266ee002b03af48e84a1d27&mpshare=1&scene=1&srcid=1125WKeB54Xyb6deTvGbveTa&sharer_sharetime=1606297860239&sharer_shareid=bf706f707c70d007a18c143893f8f93e&exportkey=Al1cZVj%2BFMmPD4oXd6TocKo%3D&pass_ticket=2nFGl1EeQiNP4XpdTCXhFtQdcwdVTGT2G9uLh72OPSZuxhCShMdKJZMV7qIxoS56&wx_header=0#rd
    Zhao Lijian : J’ai remarqué les reportages concernés. En fait, outre l’enquête de la Chambre de commerce britannique en Chine que vous avez mentionnée, plusieurs enquêtes récentes montrent que les entreprises étrangères en Chine sont optimistes quant au développement économique et au marché chinois, et ont toutes exprimé leur volonté d’accroître leurs investissements en Chine, ce qui constitue un vote de confiance dans les perspectives de développement économique chinois et l’environnement d’affaires de la Chine.
Je peux vous en donner quelques exemples. Selon une enquête menée par des institutions concernées, environ 82% des entreprises américaines interrogées ont déclaré qu’elles ne délocaliseraient pas leurs maillons de production hors de la Chine dans les trois prochaines années. Près de 70% des entreprises japonaises ont toujours une grande attente sur la forte demande du marché chinois. Au cours des trois premiers trimestres de cette année, BMW, Daimler, Siemens, Toyota, LG, ExxonMobil et nombre d’autres entreprises ont augmenté leurs capitaux et élargi leur production en Chine. Les entreprises membres de la Chambre de commerce américaine en Chine estiment que l’environnement d’investissement en Chine s’est amélioré de 12 points de pourcentage par rapport à l’année dernière.
Le fait que les entreprises des autres pays continuent d’être optimistes à l’égard du marché chinois montre une fois de plus que l’adhésion de la Chine à une ouverture de haut niveau et son engagement à offrir des opportunités au développement commun de tous les pays sont de plus en plus reconnus par la communauté internationale. C’est l’ouverture, l’inclusion et la coopération gagnant-gagnant qui constituent la bonne voie pour tous les pays de travailler ensemble pour sortir de l’ombre de l’épidémie et promouvoir la reprise économique mondiale.

4

Bloomberg : Les États-Unis ont annoncé des sanctions contre les navires et les entités qui ont aidé la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à vendre du charbon. Le Département du Trésor des États-Unis a imposé le 8 décembre des sanctions à six entités, dont plusieurs entités chinoises. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

https://www.eda.admin.ch/content/dam/eda/img/Laenderkarten/North_Korea_DPRK_Landersite_fr_Map_web.jpg/_jcr_content/renditions/cq5dam.thumbnail.588.368.png

Zhao Lijian : Sur la question de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de Sécurité, la Chine a toujours rempli ses obligations internationales de manière intégrale et consciencieuse.
La Chine s’oppose résolument aux sanctions unilatérales et aux pratiques d’extraterritorialité d’un quelconque pays contre les entités et les individus chinois selon leurs lois nationales, et protège fermement les droits et intérêts légitimes et légaux des entreprises et individus chinois.

5

CCTV : Selon des reportages, Jake Sullivan, nommé par Joe Biden comme son conseiller à la sécurité nationale, a déclaré le 7 décembre que l’administration Biden était prête à rejoindre l’accord sur le nucléaire iranien afin d’engager l’Iran à se conformer à l’accord et de jeter des bases pour les négociations ultérieures visant à des questions plus larges. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Jake Sullivan, nommé par Joe Biden Jake Sullivan

Zhao Lijian : La Chine a remarqué les reportages concernés. Nous espérons que la nouvelle administration américaine reviendra au Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA) et en reprendra la mise en œuvre au plus tôt et sans condition, lèvera toutes les sanctions concernées, s’acquittera de ses obligations par des actions concrètes, fera progresser le règlement politique de la question du nucléaire iranien et maintiendra la paix et la stabilité régionales.

CHINE 3 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

6

South China Morning Post : Le Parlement australien a adopté le 8 décembre la Loi sur les relations extérieures, octroyant au gouvernement fédéral d’Australie le pouvoir d’annuler les accords de coopération signés par les gouvernements des États, les conseils locaux ou les universités publiques d’Australie avec les pays étrangers. La nouvelle loi pourrait affecter le mémorandum d’entente signé par la Chine et l’État australien de Victoria sur l’Initiative « la Ceinture et la Route ». Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

Le Parlement australien 2  Le Parlement australien

Zhao Lijian : La législation relève des affaires intérieures d’un pays et nous ne ferons pas de commentaires à ce sujet.
Cependant, je tiens à souligner que les acquis des échanges et de la coopération entre la Chine et l’Australie, qui ont été chèrement obtenus depuis des années dans des domaines tels que l’économie, le commerce, les échanges humains et culturels et les collectivités locales, sont dans l’intérêt des deux parties. L’Initiative « la Ceinture et la Route » est une initiative sur la coopération économique, poursuit depuis toujours le principe dit « concertation, synergie et partage » et promeut l’esprit ouvert, inclusif et transparent. Elle a apporté des bénéfices tangibles aux peuples des pays riverains. Les pratiques de coopération réussies entre la Chine et l’État australien de Victoria dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » ont fortement amélioré le bien-être des populations des deux parties. Nous espérons que la partie australienne pourra traiter de manière objective et rationnelle la coopération sino-australienne et l’Initiative « la Ceinture et la Route », s’abstenir de créer délibérément des obstacles à la coopération et aux échanges normaux avec la Chine, éviter d’appliquer la loi de manière sélective et discriminatoire, et contribuer davantage à la confiance mutuelle et aux avantages réciproques entre la Chine et l’Australie.

7

China Daily : Le Département d’État américain a posté une vidéo qu’il avait fabriquée sur le prétendu effacement forcé des langues, cultures et religions des minorités ethniques dans les écoles du Xinjiang et a prétendu dans un tweet que dans les écoles du Xinjiang, le Parti communiste chinois (PCC) punirait les élèves ouïgours et d’autres minorités ethniques musulmanes qui parlent leur langue maternelle. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Xinjiang_prefectures

 
Zhao Lijian : Le contenu de la vidéo publiée par la partie américaine ne correspond pas à la réalité. Elle raconte des mensonges et de fausses informations.
Quant aux langues écrites et parlées, le droit de tous les groupes ethniques d’utiliser et de développer leurs langues écrites et parlées est garanti conformément à la loi au Xinjiang.
La Constitution de la République populaire de Chine et la Loi sur la langue écrite et parlée commune nationale de la République populaire de Chine stipulent que les citoyens ont le droit d’apprendre et d’utiliser la langue écrite et parlée commune nationale, et que l’État fournit aux citoyens des conditions pour l’apprendre et l’utiliser. En même temps, il garantit aussi pleinement les droits de tous les groupes ethniques d’utiliser et de développer leurs propres langues écrites et parlées.

Les langues écrites et parlées de toutes les minorités ethniques du Xinjiang sont largement utilisées dans des domaines aussi variés que l’éducation, la justice, l’administration et les affaires publiques.

Lorsque les organes aux différents échelons du Xinjiang exercent leurs fonctions officielles, ils utilisent à la fois la langue écrite et parlée commune nationale et celles des ethnies exerçant l’autonomie régionale.
La station de radiodiffusion populaire du Xinjiang diffuse actuellement 12 programmes de radio en chinois, ouïgour, kazakh, mongol et kirghiz.
Les écoles primaires et secondaires du Xinjiang dispensent des cours de langues écrites et parlées de nombreuses minorités ethniques tels que le ouïgour, le kazakh, le kirghiz, le mongol et le xibe. Dans les rues du Xinjiang, vous pouvez trouver des services multilingues à l’oral et à l’écrit dans les espaces publics tels que les magasins, la poste et les télécommunications, les soins de santé et les panneaux de signalisation.
Tous les groupes ethniques du Xinjiang vivent et travaillent en paix, en profitant d’une commodité sans précédent dans la production, la vie, le travail et les études. Certains politiciens et officiels américains n’arrêtent pas de diffamer la Chine en prétendant qu’elle ne respecte pas les langues écrites et parlées des minorités ethniques. Je leur recommande de jeter un coup d’œil aux billets du Renminbi (RMB), sur lesquels 5 langues sont imprimées ensemble : le mandarin, le tibétain, le ouïgour, le mongol et le zhuang. En revanche, y a-t-il une autre langue que l’anglais sur les billets du dollar américain ?
Concernant la religion, le droit à la liberté de croyance religieuse des citoyens de tous les groupes ethniques est garanti conformément à la loi au Xinjiang.
Toutes les activités religieuses normales conformes aux coutumes religieuses pratiquées par les citoyens dans les lieux de culte et chez eux, telles que la pratique du culte, le jeûne et la célébration des fêtes religieuses, sont gérées par les groupements religieux ou les citoyens eux-mêmes et protégées par la loi. Aucune organisation ni aucun individu n’a le droit de s’y ingérer.

Le Xinjiang n’a cessé d’améliorer les conditions de service public dans les mosquées, ce qui a grandement facilité les croyants dans leur pratique du culte.

Le Xinjiang a traduit et publié des classiques religieux tels que le Coran et le Sahîh d’Al-Bukhârî en 4 langues, à savoir le chinois, le ouïgour, le kazakh et le kirghiz. Le Xinjiang a également ouvert l’Institut islamique et ses 8 branches. Ces dernières années, des dizaines de milliers de musulmans du Xinjiang se sont rendus en pèlerinage en Arabie saoudite. Les mœurs et coutumes des musulmans de tous les groupes ethniques en matière d’habillement, d’alimentation, de fêtes, de mariages et de funérailles sont pleinement respectées.
Ces deux dernières années, plus de 1000 personnes composant plus de 70 groupes venant de plus de 100 pays, dont des officiels des Nations Unies, des chefs de missions diplomatiques accréditées en Chine, les représentants permanents des pays concernés auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, des journalistes et des organisations religieuses, ont été invitées à visiter le Xinjiang. Ils ont témoigné de leurs propres yeux le développement économique et social du Xinjiang. Nous sommes convaincus que quiconque est allé au Xinjiang et a vraiment compris la situation réelle sur le terrain ne sera pas d’accord avec les fausses informations fabriquées et diffusées par les États-Unis. Le fait que le Xinjiang jouit de la stabilité politique, du développement économique et du progrès social est la meilleure réponse à ces mensonges.

 CHINE 4 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

8

Beijing Youth Daily : Le 8 décembre, le séminaire « réalisations et perspectives » a été tenu par liaison vidéo à l’occasion du 5e anniversaire de la création du Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement. Quel rôle a joué le fonds depuis sa création dans la cause de la paix et du développement internationaux ?
XI JINPING XXX Pékin commence à débloquer un milliard de dollars de fonds destinés à aider l’organisation internationale dans son travail pour la paix, la sécurité et le développement.
Zhao Lijian : Le 8 décembre, le séminaire « réalisations et perspectives » a été tenu par liaison vidéo à l’occasion du 5e anniversaire de la création du Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement. Une centaine de représentants provenant de plus de 40 États membres, des départements du secrétariat de l’ONU, et des institutions spéciales y ont participé.
En 2015, le Président Xi Jinping a annoncé la création du Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement lors de sa participation aux événements du Sommet commémorant le 70e anniversaire de la fondation de l’ONU. C’est la première fois que la Chine soutient le travail de l’ONU par la création d’un fonds, celui-ci est désormais une nouvelle plateforme construite pour la coopération pragmatique entre la Chine et l’ONU. Depuis cinq ans, le gouvernement chinois a versé un total de 100 millions de dollars américains au fonds, et a sélectionné et soutenu 95 projets dans les domaines de la paix, de la sécurité et du développement, ce qui a bénéficié à plus de 100 pays et régions d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Océanie. Le fonds a activement fait progresser le multilatéralisme, énergiquement soutenu les agendas majeurs de l’ONU, et donné une puissante impulsion à la cause de la paix, de la sécurité ainsi que du développement de l’Afrique, tout en favorisant la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Le séminaire a hautement apprécié les contributions du fonds au cours des cinq dernières années, et a apporté de nombreuses suggestions constructives dans l’espoir de voir le fonds réussir dans plus de projets de qualité.
Le bonheur de la Chine et celui du reste du monde sont étroitement liés. La Chine continuera d’appuyer fermement le travail du fonds et de renforcer le rôle central de l’ONU dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales et la promotion du développement.

9

AFP : L’organisation Human Rights Watch a publié aujourd’hui un nouveau rapport selon lequel le gouvernement local du Xinjiang a recours aux mégadonnées pour identifier et marquer ceux qui, selon lui, doivent être détenus. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

HRW

Zhao Lijian : La soi-disant organisation des droits de l’homme que vous avez mentionnée est depuis longtemps imbue de préjugés et aime semer la discorde. Ses propos ne méritent aucune réfutation.

CHINE 5 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

10

Global Times : Selon des reportages, Rebekah Jones, une ancienne femme ingénieur de données épidémiques du département sanitaire de Floride aux États-Unis s’est plainte hier sur Twitter qu’elle avait fait l’objet de représailles parce qu’elle avait appelé ceux qui étaient responsables de la publication des statistiques épidémiques à ne pas obéir aux ordres de l’administration de l’État de manipuler les données. Les policiers de l’État ont confisqué des biens chez elle, saisi tous ses appareils électroniques et pointé l’arme à feu sur elle et ses enfants. Selon ces reportages, l’administration de Floride lui a demandé de manipuler certaines données pour relancer le plus tôt possible l’économie et elle a été licenciée pour avoir refusé de coopérer. Quels sont vos commentaires sur la répression contre ce lanceur d’alerte aux États-Unis ?

https://i1.wp.com/www.gannett-cdn.com/presto/2020/05/18/PBRE/e9d0bf83-e6c9-4a85-9fd0-c775168ef33f-Jones_dashboard-768x432.jpg?w=540&ssl=1

Rebekah Jones est l’architecte du tableau de bord COVID-19 de la Floride (Photo: fournie) — NOTE DE L’ÉDITEUR: Nous avons choisi de rendre cette histoire largement accessible en raison de l’importance de son contenu. Mais des rapports de qualité vérifiés ne sont pas gratuits. La collecte et la vérification des informations sont une entreprise coûteuse et longue et n’ont peut-être jamais eu autant d’importance qu’aujourd’hui. Veuillez montrer votre soutien pour des rapports de qualité comme celui-ci en vous abonnant à FLORIDA TODAY. Souscrire ici.

Zhao Lijian : J’ai remarqué les reportages concernés, mais je ne connais pas les détails mentionnés. Vous devriez demander aux États-Unis d’éclairer la question.
Ce que je veux dire, c’est les chiffes ne mentent pas. La situation actuelle de la COVID-19 aux États-Unis préoccupe le monde entier. Nous savons le sentiment du peuple américain qui est dans de graves difficultés, et lui exprimons notre sympathie et compassion. Rien n’est plus important que la vie du peuple. La priorité absolue est de respecter la science, les faits et la vie, lutter contre la pandémie et sauver des vies. Nous appelons les parties concernées à assumer effectivement leurs responsabilités et à se concentrer sur la lutte contre l’épidémie et la protection de vies humaines. La Chine est disposée à continuer de coopérer avec les États-Unis en matière de prévention et de contrôle de la pandémie, fournir du soutien et de l’assistance dans la mesure du possible pour soutenir le peuple américain à vaincre définitivement et rapidement la COVID-19.

11

TASS : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a indiqué dans une interview accordée au Wall Street Journal que la politique américaine à l’égard de la Chine était irréversible et basée sur un consensus entre les républicains et les démocrates. Quelle est votre réponse à ce sujet ?
US-DIPLOMACY-POMPEO
US Secretary of State Mike Pompeo speaks at a press conference at the State Department in Washington, DC, on October 21, 2020. – US Secretary of State Mike Pompeo said Wednesday he hoped Sudan will soon recognize Israel as Washington moved to remove the Arab country as a state sponsor of terrorism. »We continue to work to make the case to every country to recognize Israel, » Pompeo told reporters. (Photo by NICHOLAS KAMM / POOL / AFP)

Zhao Lijian : Malgré leurs différences en matière d’histoire, de culture, de système social et de voie de développement, la Chine et les États-Unis ont de larges intérêts communs et un grand espace de coopération. Si les relations entre les deux pays se retrouvent dans la situation la plus difficile depuis l’établissement des relations diplomatiques, c’est essentiellement parce que certaines personnes du côté américain s’accrochent à la mentalité démodée de la guerre froide et aux préjugés idéologiques, et considèrent le développement de la Chine et les relations sino-américaines dans une perspective du jeu à somme nulle.
Le maintien d’un développement sain et stable des relations sino-américaines touche au destin et au bien-être des deux pays et des peuples du monde. Il est aux États-Unis de prendre une décision correcte sur l’avenir des relations sino-américaines, qui dépend également des efforts conjoints des deux parties. Il est impératif que les deux parties doivent travailler ensemble pour éliminer toutes sortes de perturbations et d’obstacles, afin de parvenir à une transition en douceur des relations sino-américaines. En même temps, nous devons nous efforcer de relancer le dialogue pour les relations sino-américaines dans la prochaine étape, de les remettre sur la bonne voie et de reconstruire la confiance mutuelle, en poursuivant la direction qui est dans l’intérêt commun des deux pays et des deux peuples.

12

Bloomberg : Quant aux contre-mesures prises par la Chine pour les sanctions américaines à l’encontre de 14 Vice-Présidents du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) de la Chine, pourriez-vous fournir les dernières informations ?

APN-Algérie-1                                      L‘Assemblée populaire nationale (APN)

Zhao Lijian : Ma collègue a déjà clarifié la position de la Chine hier. En réponse aux agissements indignes de la partie américaine, la Chine prendra résolument des contre-mesures puissantes pour défendre fermement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays. Ce que je peux vous dire plus, c’est que la Chine n’avale jamais les fruits amers qui sabotent la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays.

CHINE 6 SUR 23 Conférence de presse du 9 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1839567.shtml

Shanghai, China Aerial View
Shanghai, China aerial view of the Pudong financial district.

2/4  Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 7 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

13

CCTV : Le 8 décembre, la partie américaine a annoncé des sanctions contre 14 Vice-Présidents du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) de Chine en raison de questions liées à Hong Kong. La Chine a promis de prendre des contre-mesures. Quelles sont ces mesures précisément ?
Hua Chunying : Compte tenu du fait que la partie américaine a utilisé les questions liées à Hong Kong pour s’ingérer gravement dans les affaires intérieures de la Chine et nuire aux intérêts vitaux de la Chine, la partie chinoise a décidé d’imposer des sanctions réciproques aux officiels de l’administration, aux membres du Congrès et aux personnels des organisations non gouvernementales des États-Unis qui agissent de manière indigne et portent des responsabilités majeures sur les questions liées à Hong Kong ainsi qu’aux membres directs de leur famille. Dans le même temps, la Chine a décidé de mettre fin à l’exemption de visa pour les titulaires de passeports diplomatiques américains effectuant des visites temporaires à Hong Kong et à Macao.
La Chine exhorte une fois de plus la partie américaine à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, et à ne pas aller plus loin sur la mauvaise voie dangereuse.

14

Hubei TV : Le 8 décembre, la province du Hubei a fait don d’un lot de matériels de prévention de l’épidémie et de vivres à la Mongolie qui lutte contre la COVID-19. Auparavant, la Mongolie avait fait don de 30 000 moutons pour soutenir la Chine dans sa lutte contre l’épidémie. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

La Chine et la Mongolie

Hua Chunying : La Chine et la Mongolie sont des voisins amis reliés par des montagnes et des rivières. Depuis l’apparition de la COVID-19, les deux parties ont travaillé main dans la main pour lutter contre l’épidémie, obtenant des résultats positifs et laissant de nombreuses histoires émouvantes, y compris le don de 30 000 moutons, ce qui démontre l’amitié entre les peuples chinois et mongol.

mongolie-map-lng1

En Mongolie, il y a eu récemment de nouveaux changements dans l’épidémie locale, aggravant la pression sur la prévention de l’épidémie, et des matériels antiépidémiques sont nécessaires de toute urgence. La Chine a la tradition de répondre à son bienfait par un bienfait. Nous témoignons notre solidarité à la Mongolie confrontée à l’épidémie. De nombreuses collectivités locales en Chine, dont le Hubei que vous mentionniez et la Mongolie intérieure, ont fait des dons en argent et en matériel pour aider la Mongolie à lutter contre l’épidémie. L’équipement de test d’acides nucléiques et les réactifs de dépistage donnés en urgence par le Ministère chinois des Affaires étrangères sont déjà arrivés en Mongolie, aidant à la lutte contre l’épidémie de la Mongolie. Tous ces éléments illustrent de manière vivante les concepts de la communauté d’avenir partagé et de la communauté de santé pour tous.
Nous sommes convaincus que le peuple mongol vaincra l’épidémie. La Chine est également disposée à continuer d’offrir à la Mongolie une assistance dans la limite de ses capacités en fonction des besoins de la Mongolie.

15

Hubei TV : Selon des reportages, la star panda géant Xiang Xiang du zoo d’Ueno au Japon sera renvoyée en Chine à la fin du mois. Après avoir appris cette nouvelle, diverses activités pour dire au revoir ont été organisées dans la région d’Ueno à Tokyo, afin d’exprimer des regrets, des remerciements et des vœux. De nombreux internautes japonais ont laissé des messages pour exprimer leur regret de devoir laisser partir Xiang Xiang. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

la star panda géant Xiang Xiang du zoo d'Ueno au Japon

Hua Chunying : En effet, ces derniers jours, Xiang Xiang a retenu l’attention de nombreuses personnes, en particulier du peuple japonais. En apprenant que Xiang Xiang quitterait le Japon, ce matin, Fuji TV nous a envoyé une liste de questions à ce sujet. Nous avons contacté l’autorité compétente chinoise pour avoir plus d’informations. Depuis son lancement en février 2011, le projet de recherche conjointe sur le panda géant entre la Chine et Tokyo, Japon a progressé dans d’heureuses conditions, obtenant des résultats fructueux dans divers domaines tels que la protection et la reproduction du panda géant, la recherche scientifique, les échanges techniques et l’éducation du public. Nous comprenons parfaitement à quel point il est difficile pour le peuple japonais de dire au revoir à Xiang Xiang. Nous sommes très reconnaissants au peuple japonais, en particulier au zoo d’Ueno, pour leurs soins méticuleux et attentionnés à Xiang Xiang. Le panda géant mignon et adorable a en effet apporté beaucoup de joie au peuple japonais, en particulier aux enfants, et est également devenu un ambassadeur d’amitié entre les deux pays, apportant une contribution unique à l’avancement des liens amicaux entre les peuples chinois et japonais.
À notre connaissance, le retour de Xiang Xiang était initialement prévu pour la fin de cette année. En raison de l’impact de la COVID-19, il pourrait être difficile de la renvoyer en Chine comme prévu. Les autorités de coopération des deux parties, en prenant pleinement en considération la sécurité et la santé du panda géant, intensifient leurs communications et se consultent pour déterminer le moment précis du retour de Xiang Xiang en Chine. Nous espérons, et nous en sommes convaincus, que de bonnes nouvelles arriveront bientôt.

16

FSN : Aujourd’hui marque le 2e anniversaire de l’arrestation en Chine de Michael Spavor et de Michael Kovrig. Selon des reportages, des procureurs américains cherchent à conclure un accord pour retirer les accusations criminelles contre Meng Wanzhou et la laisser retourner en Chine. Si cela a lieu, Michael Spavor et Michael Kovrig reviendront-ils au Canada ?

une-image-des-canadiens-michael-spavor-et-michael-kovrig-est-brandie-par-l-activiste-de-vancouver-freedom-and-democracy-for-china-louis-huang-le-6-mars-2019-a-vancouver_6180172

Hua Chunying : Vous vous préoccupez beaucoup de la date de retour des deux citoyens canadiens. Nous attendons aussi vivement le jour où Mme Meng Wanzhou pourra revenir en Chine en sécurité. La nature de ces cas est différente. Nous avons déjà dit que l’affaire Meng Wanzhou est un incident politique pur et simple, tandis que ces deux citoyens canadiens ont été arrêtés et poursuivis et seront jugés par les départements compétents chinois en vertu de la loi pour des crimes présumés contre la sécurité nationale de la Chine. Les droits légaux des deux citoyens canadiens ont été garantis tout au long du processus.

CHINE 8 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

17

AFP : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a exhorté les universités américaines à examiner les dons et les étudiants venant de la Chine. Il a averti que la Chine essayait de voler les résultats d’innovation. Quels sont vos commentaires à cela ?

chinese_influence_feature-1068x810Les universités américaines cherchent à protéger leurs étudiants de l’emprise de la Chine

Hua Chunying : J’ai remarqué les reportages concernés. J’ai noté également que deux universités américaines avaient critiqué les propos concernés de Pompeo, disant que ses attaques étaient totalement erronées, honteuses et insoutenables. Je pense que vous avez aussi lu ce reportage.
Le discours concerné de Pompeo, plein de préjugés idéologiques, calomnie et déshonore arbitrairement la Chine et le Parti communiste chinois (PCC) et stigmatise les échanges éducatifs sino-américains, révélant pleinement son intention sinistre de miner délibérément l’amitié et la coopération entre les deux pays.
Il est à noter que les échanges et la coopération éducatifs sino-américains ont approfondi la connaissance mutuelle entre les deux peuples. La coopération bilatérale, mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant, est honnête, transparente et irréprochable, et elle est largement saluée par le milieu académique et le peuple des États-Unis. L’acte de Pompeo est évidemment impopulaire.
Nous exhortons encore une fois Pompeo et ses semblables à respecter les faits fondamentaux et à cesser de fabriquer et de diffuser de fausses nouvelles.

18

Agence de presse Xinhua : Le 8 décembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré lors d’une visioconférence du Conseil russe pour les affaires internationales que les pays occidentaux, qui refusaient d’accepter la réalité d’un monde multipolaire qui se dessinait, avaient fait tout leur possible sous la direction des États-Unis pour attirer d’autres pays que la Chine et la Russie dans un ordre mondial unipolaire, mais que la Chine, la Russie et d’autres pays, en tant qu’un des pôles du monde, ne succomberaient pas à cette tentative de l’Occident. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Sergueï Lavrov sur la nécessité de ne pas succomber à un ordre mondial unipolaireSergueï Lavrov

Hua Chunying : Le point de vue du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sur la nécessité de ne pas succomber à un ordre mondial unipolaire reflète les sentiments communs de la majorité de la communauté internationale.
Comme nous pouvons tous le constater, à l’heure actuelle où l’unilatéralisme et les actes d’intimidation sapent l’ordre international et les normes régissant les relations internationales, la paix et la stabilité mondiales ainsi que l’équité et la justice internationales sont confrontées à de réelles menaces et à de graves défis. La recherche de la solidarité, de la coopération ainsi que du gagnant-gagnant, plutôt que de la division, de la confrontation ou du jeu à somme nulle, afin de promouvoir le développement de l’ordre international dans une direction plus juste et plus raisonnable, constitue l’aspiration commune de l’écrasante majorité des pays du monde, y compris la Chine et la Russie, et en particulier de nombreux pays en développement.
US UN Assembly
6338971 22.09.2020 A television broadcast shows Chinese President Xi Jinping delivering a pre-recorded address to the 75th annual U.N. General Assembly at U.N. headquarters, in New York, United States. Brian Smith / Sputnik

Comme le Président Xi Jinping l’a fait remarquer de manière approfondie, il n’y a qu’un seul système dans le monde, c’est celui centré sur l’ONU, et il n’y a qu’un seul ensemble de règles, ce sont les normes fondamentales régissant les relations internationales étayées par la Charte des Nations Unies.
Nous sommes d’avis que le respect mutuel et l’égalité entre les pays de tailles différentes sont le principe premier de la Charte des Nations Unies. Aucun pays n’a le droit de prendre seul en main les affaires internationales, de disposer du sort des autres pays, ou de monopoliser les avantages en matière de développement. Se prendre pour les maîtres et s’engager dans l’hégémonisme et l’intimidation ne peuvent conduire qu’à l’isolement, et inciter à la confrontation et créer la division sont inévitablement un contre-courant qui ne trouvera pas d’écho.

À une époque où les défis mondiaux se multiplient, les affaires du monde doivent être gérées par la concertation.

C’est à tous les pays de préserver ensemble la sécurité universelle, de bénéficier ensemble des fruits du développement et de décider ensemble de l’avenir du monde. La Chine préconise que tous les pays forment une communauté d’avenir partagé qui partage heurs et malheurs. Nous sommes prêts à travailler avec la Russie et d’autres pays du monde pour défendre ensemble le multilatéralisme ainsi que l’équité et la justice internationales.

19

AFP : Hier, l’activiste de Hong Kong Nathan Law Kwun-chung et la Ministre britannique de l’Intérieur ont tenu leur première rencontre, lors de laquelle Law a déclaré que le passeport britannique d’outre-mer (BNO) était d’une haute importance pour les Hongkongais qui perdaient de plus en plus leur liberté. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

EFcMM_4WwAA599Q

Hua Chunying : La personne dont vous parlez ne représente pas du tout les habitants de Hong Kong. Depuis la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, le système juridique de Hong Kong est devenu plus complet, l’ordre social y est devenu plus stable, et le sentiment de sécurité des résidents de Hong Kong et des ressortissants étrangers à Hong Kong s’est considérablement accru. La poursuite de la stabilité, de la paix et de la solidarité pour le développement est déjà devenue un consensus social. Selon les résultats d’un récent sondage d’opinion concerné de Hong Kong, plus de 80% des résidents de Hong Kong n’estiment pas que leur vie quotidienne a été affectée par la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, et plus de 70% du public pensent que cette loi a contribué à rétablir la paix et la tranquillité dans la société. Les effets positifs de cette loi sur Hong Kong sont évidents pour tous et ne peuvent pas être niés. Toutes les parties ont pleine confiance dans le développement futur de Hong Kong.
Certaines personnes prétendent que leur liberté a été affectée. Je pense qu’il s’agit de leur liberté de faire tout ce qu’elles veulent, de faire le mal et de porter atteinte à la gouvernance en vertu de la loi et à la stabilité sociale de Hong Kong. Je tiens également à souligner que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, et qu’aucun pays, organisation ou individu n’a le droit d’y interférer. Nous exhortons les forces extérieures concernées à abandonner leurs tentatives visant à s’ingérer dans les affaires de Hong Kong par le biais de la manipulation politique.

20

The Paper : Aujourd’hui est la Journée mondiale des droits de l’homme. Certains pays occidentaux se sont dits préoccupés par la situation des droits de l’homme en Chine. Comment la Chine réagit-elle à cela ?

droits_de_lhomme

Hua Chunying : Pour examiner la situation des droits de l’homme dans un pays, il faut adopter une attitude respectueuse des réalités et raisonner avec des faits objectifs.
Le gouvernement chinois attache une grande importance à la promotion et à la protection des droits de l’homme. Nous nous engageons dans le concept des droits de l’homme centré sur le peuple, et avons intégré la promotion et la protection des droits de l’homme dans les statuts du PCC, la Constitution de la République populaire de Chine et les plans de développement national, considéré le droit à la vie et au développement comme les droits de l’homme fondamentaux et prioritaires, et travaillons à promouvoir de manière coordonnée les droits politiques, économiques, culturels et environnementaux du peuple. Ainsi, nous avons frayé avec succès une voie de développement des droits de l’homme qui correspond aux conditions nationales de la Chine.
Nous avons mis 1,4 milliard de personnes à l’abri des besoins élémentaires, sorti plus de 850 millions de personnes de la pauvreté, offert des emplois à 770 millions de personnes, accordé une protection de base à 250 millions de personnes âgées, à 85 millions de personnes handicapées et à plus de 43 millions de personnes bénéficiaires des allocations de subsistance en milieu urbain et rural. Nous avons le plus grand groupe à revenu intermédiaire et avons construit les plus grands systèmes de l’éducation, de la sécurité sociale, de la santé et de la démocratie électorale à la base dans le monde. Face à la survenue de l’épidémie de COVID-19, la Chine a toujours donné la priorité au peuple et à la vie, en mettant la vie et la santé du peuple au premier plan, en ne ménageant aucun effort pour sauver chaque vie, en prenant bien soin de la santé de tous et en défendant la valeur et la dignité de chacun. La 5e Session plénière du 19e Comité central du PCC, qui s’est tenue il n’y a pas longtemps, a examiné et approuvé les propositions sur l’élaboration du 14e Plan quinquennal (2021-2025) pour le développement économique et social national et des Objectifs à long terme à l’horizon 2035. La Chine entamera une nouvelle marche vers la construction sur tous les plans d’un pays socialiste moderne. Je suis convaincue que les droits de l’homme du peuple chinois seront de mieux en mieux protégés.

 

 CHINE 9 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

21

Prasar Bharati : Le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a déclaré que la Chine avait offert des explications différentes pour son déploiement de plusieurs milliers de soldats sur la ligne de contrôle réel (LAC), et avait poussé les relations bilatérales dans leur étape la plus difficile de tous les temps. Il a également déclaré que, pour une certaine raison, la Chine avait violé plusieurs accords signés entre les deux parties depuis 1993, dans lesquels les deux parties avaient promis de ne pas envoyer de troupes à grande échelle à la LAC. Quelles sont les réponses du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

190924-India-EAMinister-SubrahmanyamJaishankar-THUMB  Le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar

Hua Chunying : La Chine et l’Inde étant des pays voisins et les deux plus grands marchés émergents du monde, le maintien de bonnes relations entre elles correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et de leur peuple, et dans le même temps, elles ont également besoin d’aller dans le même sens et faire des efforts conjoints.

La nature de ce qui s’est passé dans la zone frontalière sino-indienne est très claire et la responsabilité incombe entièrement à la partie indienne.

La Chine respecte toujours strictement les accords signés avec l’Inde, s’efforce de résoudre les questions frontalières par les négociations et les consultations et de maintenir la paix et la tranquillité dans les régions frontalières. Dans le même temps, la détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté territoriale nationale est inébranlable. Nous espérons que l’Inde travaillera dans la même direction que la Chine et fera davantage d’efforts pour favoriser la solidarité, la coopération et le développement commun.

22

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le 8 décembre, le sénateur républicain américain Marc Rubio et un autre parlementaire américain ont envoyé des lettres à des cadres supérieurs d’Intel et de Nvidia pour demander des informations concernant la vente de puces avancées à la Chine, notamment pour savoir s’ils étaient au courant que leurs puces auraient été utilisées pour la surveillance massive des Ouïgours dans le Xinjiang par la police chinoise. En outre, des médias ont déclaré que les autorités locales de Chine utiliseraient des applications de reconnaissance faciale qui peuvent avertir de l’apparition des Ouïghours. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Le républicain est né de parents cubains immigrés aux Etats-Unis à la fin des années 1950. Il a été élu en 2010 au Sénat. © Crédit photo AFP JUSTIN SULLIVAN  Le républicain est né de parents cubains immigrés aux Etats-Unis à la fin des années 1950. Il a été élu en 2010 au Sénat. © Crédit photo : AFP JUSTIN SULLIVAN
Hua Chunying : Nous savons tous que Rubio est toujours antichinois. Il se donne pour mission de concocter toutes sortes de mensonges pour discréditer la Chine et servir ses propres intérêts politiques. Il n’a aucune intégrité politique.
L’utilisation des produits scientifiques et technologiques modernes et des approches des mégadonnées pour améliorer la gouvernance sociale est une pratique courante de la communauté internationale, et les États-Unis ne font pas exception.
Au Xinjiang, des caméras sont installées dans des lieux publics concernés conformément à la loi, et il s’agit d’une mesure qui ne vise aucun groupe ethnique particulier et qui a pour objectif d’améliorer la gouvernance sociale et de prévenir et de combattre efficacement la criminalité. En fait, cette mesure permet au peuple de se sentir plus en sécurité et gagne le soutien général de tous les groupes ethniques.
En parlant de « surveillance », les États-Unis sont en fait critiqués par le monde entier pour avoir utilisé des moyens de haute technologie pour mener des activités de surveillance de masse.
En 2017 déjà, l’administration américaine a demandé à 20 aéroports du pays de scanner les passagers pour la reconnaissance faciale, selon leurs propres reportages médiatiques.
La police de New York a mis en place un système de surveillance à l’échelle de la ville qui permet de surveiller chaque piéton et chaque véhicule à chaque coin de rue et de suivre également ce qui se passe dans le téléphone portable des individus.
Rien qu’au Texas, l’administration américaine, à tous les niveaux, dispose de huit centres de surveillance secrets qui partagent des renseignements et surveillent les réseaux sociaux et les forums en ligne.
Selon un rapport du 4 juin 2019 publié par la Cour des comptes (GAO) des États-Unis, le Bureau de reconnaissance faciale du FBI peut accéder librement à une base de données contenant plus de 641 millions de photos sans autorisation légale.
Une étude publiée par l’Université de Georgetown montre également qu’environ la moitié des adultes américains (plus de 117 millions de personnes) sont inclus dans des systèmes de reconnaissance faciale utilisés par les forces de l’ordre, les Afro-Américains étant plus susceptibles d’être signalés et contrôlés que les autres groupes ethniques.
J’ai également lu un reportage sur le site Web de The Guardian publié le 17 juillet 2020 selon lequel au moins un quart des services d’application de la loi des États-Unis peuvent utiliser la technologie de reconnaissance faciale presque sans supervision.
Rien qu’à New York, la police a utilisé la reconnaissance faciale plus de 8000 fois l’année dernière, en conjonction avec sa soi-disant « base de données des gangs » couvrant 42 000 New-Yorkais, dont une écrasante majorité sont des personnes de couleur.
La police peut ajouter les noms des manifestants aux bases de données pour une surveillance de suivi injuste et une « application sélective » de la loi.

Un autre secret de polichinelle est que les agences américaines compétentes violent depuis longtemps le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales en menant dans le cyberespace des opérations organisées et non discriminatoires d’espionnage, de surveillance et d’attaque à grande échelle contre des gouvernements, des entreprises et des individus étrangers.

Nous exhortons la partie américaine à abandonner l’approche de deux poids deux mesures, à cesser les manipulations politiques, à arrêter de fabriquer des mensonges liés au Xinjiang et à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte des questions relatives au Xinjiang.

23

Reuters : Le Département du Trésor américain a imposé des sanctions au chef de gang de Macao Wan Kuok-koi, affirmant qu’il était député de la CCPPC, et que « l’Association mondiale de l’histoire et de la culture de Hongmen » sous son contrôle avait commis des actes criminels sous le couvert de « la Ceinture et la Route ». Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Hua Chunying : Vous venez de dire que cette personne est un chef de gang. J’ai lu des reportages concernés et je me suis renseignée là-dessus. La personne concernée n’est membre ni du Comité national de la CCPPC ni des comités locaux de la CCPPC. C’est un autre exemple du fait que certaines personnes aux États-Unis fabriquent des mensonges et attaquent et salissent la Chine sans scrupule. Un tel comportement est vraiment dégradant.

CHINE 10 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

24

China Daily : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a indiqué hier que plus de 60 pays dont les 27 États membres de l’Union européenne (UE) et quelque 130 entreprises de télécommunications avaient renoncé à la technologie chinoise de 5G. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

index

Hua Chunying : Je voudrais demander à Pompeo de lister les plus de 60 pays dont 27 États membres de l’UE et les entreprises de télécommunications concernées qu’il a mentionnés. Sera-t-il en mesure de le faire ? Pour autant que je sache, les États-Unis font de la propagande et de la démagogie à travers le monde en recourant à la menace et à la séduction pour que d’autres pays adhèrent à leur prétendu « réseau ». Certains pays ont été forcés et ont été inclus à ce réseau malgré eux.
Les faits ont prouvé que les entreprises chinoises maintenaient un bon record de cybersécurité. Prenons l’exemple de Huawei, au cours des 30 dernières années, Huawei a mis en place plus de 1500 réseaux dans plus de 170 pays et régions, et a servi 228 des 500 plus grandes sociétés classées par le magazine Fortune et plus de trois milliards de personnes dans le monde entier. Il n’y a eu aucun incident de cybersécurité comme ceux révélés par Edward Snowden ou WikiLeaks. Il n’y a eu aucune opération de mise sur écoute ou de surveillance comme Prism, Equation Group ou Echelon. Et aucun pays ne peut fournir de preuves corroborant l’existence de portes dérobées dans les produits de Huawei. Huawei a depuis longtemps exprimé publiquement sa volonté de signer un accord « sans porte dérobée » et de mettre en place un centre d’évaluation de la cybersécurité dans n’importe quel pays.

Quelle entreprise américaine est en mesure de prendre le même engagement ? Osent-ils le faire ?

Selon le reportage de l’AFP en octobre dernier, les États membres de l’alliance des « Five eyes », dont les États-Unis, ont publiquement demandé d’installer des portes dérobées dans des applications cryptées telles que Signal et Telegram pour fournir de l’accès aux organes de l’application de la loi. Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont donné aucune explication.
Vous voyez tous clair que le prétendu « réseau propre » concocté par les États-Unis est en fait bien sale, car son véritable objectif est de réprimer les entreprises non américaines qui ont pris de l’avance sur les entreprises américaines et de réprimer le droit légitime au développement des autres pays, afin de sauvegarder le monopole, les intérêts égoïstes et l’hégémonie scientifique et technologique des États-Unis. L’intimidation ne sera pas populaire, et la coercition n’aboutit à rien. Nous sommes convaincus que la plupart des pays reconnaîtront la vérité, adopteront une position objective et impartiale et prendront des jugements indépendants.

CHINE 11 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

25

Kyodo News : Vous avez mentionné des questions liées à Hong Kong. Les sanctions à l’encontre des États-Unis entreront-elles en vigueur aujourd’hui ? Y a-t-il des détails sur les personnes sanctionnées ?

images

Hua Chunying : Je viens de dire que la Chine imposera des sanctions réciproques aux officiels de l’administration, aux membres du Congrès et aux personnels des organisations non gouvernementales des États-Unis qui agissent de manière indigne et portent des responsabilités majeures sur les questions liées à Hong Kong ainsi qu’aux membres directs de leur famille. Quant à la question de savoir qui sont inclus, je suis sûre qu’ils le savent très bien.

26

PTI : Tout à l’heure, dans votre réponse à la question concernant le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar, vous avez dit que la Chine et l’Inde devraient travailler ensemble. L’un des points de vue clés de Subrahmanyam Jaishankar dans cette interview est que la Chine et l’Inde, tout en menant des négociations sur la question frontalière, ont également conclu plusieurs accords dans les domaines importants tels que le commerce et le tourisme. Il a aussi déclaré que la vie des habitants des zones frontalières pourrait être préservée comme d’habitude. Pouvez-vous expliquer précisément quels sont les efforts communs que les deux parties doivent faire maintenant ? Plus tôt, la Chine et l’Inde sont parvenues à de nombreux accords. Face à la nouvelle situation sur la question frontalière, comment les deux parties doivent travailler ensemble pour résoudre la question frontalière et faire avancer davantage les relations bilatérales ?

https://i0.wp.com/www.chine-magazine.com/wp-content/uploads/2020/08/chine-inde-cmc.jpg?fit=1200%2C630&ssl=1   par | Sep 15, 2020 | ,

Hua Chunying : En ce qui concerne la question frontalière, j’ai dit tout à l’heure que les réalités de la situation concernée dans la zone frontalière sino-indienne sont très claires. La Chine a toujours strictement respecté les accords et les conventions signés entre la Chine et l’Inde, œuvre à régler la question frontalière par des négociations et des consultations, à maintenir la paix et la tranquillité dans des zones frontalières. Comme tous les autres pays souverains, la Chine a une détermination inébranlable à sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale. Dans la situation actuelle, quelle doit être la réflexion engagée par l’Inde sur elle-même ? Voilà une question sérieuse.
Il est vrai que la relation sino-indienne est confrontée à des difficultés et défis pour le moment, pourtant la politique chinoise à l’égard de l’Inde n’a pas changé. Nous avons toujours affirmé que le maintien de bonnes relations entre la Chine et l’Inde, deux pays voisins comptant chacun plus d’un milliard d’habitants et deux économies émergentes, est conforme aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples. La Chine continuera de s’employer à maintenir et à développer la relation avec l’Inde, et à préserver la paix et la stabilité dans les zones frontalières.
Pour des problèmes légués par l’histoire tels que la question frontalière, la Chine préconise toujours de trouver une solution juste, raisonnable et acceptable pour les deux parties, à travers des consultations pacifiques et amicales, et de mettre la question frontalière dans une place adéquate dans la relation bilatérale. Nous espérons que l’Inde ira dans la même direction que la Chine, prendra des mesures concrètes pour mettre en œuvre les consensus importants réalisés entre les dirigeants des deux pays, gérer adéquatement les divergences, renforcer la confiance mutuelle politique et la coopération pragmatique, de sorte à faire revenir la relation sino-indienne sur la voie de développement saine et stable.

27

Hubei TV : Le 8 décembre, l’Ambassadeur de Chine en Égypte et Représentant chinois auprès de la Ligue des États arabes (LEA) Liao Liqiang s’est rendu au siège du Secrétariat de la LEA pour remettre à celle-ci le deuxième lot de matériels antiépidémiques dans le cadre de l’assistance du Ministère chinois des Affaires étrangères à la LEA. Le Chef du Bureau du Secrétaire général et Secrétaire général adjoint de la LEA Hossam Zaki a reçu les fournitures au nom de la LEA. Pourriez-vous nous en partager plus de détails ?

Liao Liqiang  Liao Liqiang

Hua Chunying : Depuis l’apparition de l’épidémie de COVID-19, la Chine et les États arabes ont fait preuve de solidarité face à l’adversité et se sont entraidés mutuellement, ce qui a donné un exemple pour la coopération entre pays dans la lutte contre l’épidémie et illustré de manière vivante le fait que la Chine et les États arabes partagent heur et malheur.

Ahmed-Aboul-Gheit-e1554052975130  le Secrétaire général de la LEA Ahmed Aboul Gheit

Au moment le plus difficile de la lutte contre la COVID-19 en Chine, le Secrétaire général de la LEA Ahmed Aboul Gheit a envoyé une lettre au Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi pour lui exprimer son soutien, et les États arabes ont fait don de plus de 10 millions de masques et d’autres matériels médicaux de première nécessité à la Chine.
La Chine partage les sentiments des États arabes qui sont touchés par l’épidémie. Le Président Xi Jinping a envoyé des lettres de soutien à plusieurs dirigeants d’État arabe. La Chine a fourni aux États arabes plus d’un million de kits de détection et plus de 18 millions de masques, et envoyé des équipes d’experts médicaux à 8 États arabes. Les deux parties ont organisé plus de 40 visioconférences entre experts, et la coopération en matière de vaccins menée entre la Chine et les Émirats arabes unis (EAU), l’Égypte, le Maroc et d’autres États arabes progresse dans d’heureuses conditions.
Cette fois-ci, le deuxième lot de matériels donné par la Chine comprend 130 000 masques N95, qui, nous l’espérons, apporteront un soutien au Secrétariat de la LEA dans sa réponse au rebondissement de l’épidémie en hiver. Avant cela, la partie chinoise a déjà fourni au Secrétariat de la LEA 200 000 masques ordinaires et 9000 masques N95. Il s’agit d’une action concrète visant à mettre en œuvre la Déclaration commune de la Chine et des États arabes sur la solidarité contre la COVID-19.

, le Sous-Secrétaire général de la LEA Hossam Zaki   le Sous-Secrétaire général de la LEA Hossam Zaki

Lors de la cérémonie de remise, le Sous-Secrétaire général de la LEA Hossam Zaki a déclaré que le deuxième lot de matériels antiépidémiques donné par le Ministère chinois des Affaires étrangères était un autre témoignage de l’amitié durable et indéfectible entre les États arabes et la Chine, et avait démontré une fois de plus l’importance que la Chine attache à son amitié fraternelle avec les États arabes.
La Ligue arabe (arabe : جامعة العربية, Jāmiʿat al-ʿarabiyya), officiellement la Ligue des États arabes (arabe : جامعة الدول العربية, Jāmiʿat ad-duwal al-ʿarabiyya), est une organisation régionale à statut d’observateur auprès de l’Organisation des Nations unies. Elle est fondée le au Caire par six pays et compte en 2015 vingt-deux États membres. L’organisation de la Ligue arabe repose sur quatre organismes principaux : le sommet des chefs d’État, le Conseil des ministres, les comités permanents et le Secrétariat général dirigé par Ahmed Aboul Gheit depuis 2016. De plus, divers organismes ont été créés en application de traités qui complètent le pacte de 1945 et plusieurs agences spécialisées travaillent en étroite collaboration avec elle.

langfr-280px-Arab_League_member_states_(orthographic_projection).svgcf/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_arabe 

La LEA espère qu’avec les efforts conjoints des États arabes et de la Chine, ainsi que la solidarité et la coopération entre tous les pays du monde, l’humanité pourra vaincre la COVID-19 dans les plus brefs délais. La LEA est prête à travailler avec la Chine pour continuer à se soutenir mutuellement et promouvoir ensemble le développement approfondi des relations amicales arabo-chinoises. Nous sommes convaincus qu’après les épreuves de la lutte conjointe contre l’épidémie, la confiance mutuelle et l’amitié entre la Chine et les États arabes continueront à se développer en profondeur.

CHINE 12 SUR 23 Conférence de presse du 10 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

28

Shenzhen TV : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a accusé à nouveau lors d’un discours le PCC d’avoir émis le nouveau coronavirus. Le Président américain Donald Trump a mentionné le « virus chinois » une fois de plus hier quand il a retweeté un message sur le record de nouveaux décès liés à la COVID-19 en Allemagne. Quels sont les commentaires de la Chine à cela ?

covid-19-header-2000x769.jpg.2020-03-20-09-55-30

Hua Chunying : Le nouveau coronavirus est un ennemi commun de l’humanité. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la communauté internationale ont clairement exprimé leur opposition à l’idée de lier le virus à des pays et régions spécifiques et à la stigmatisation en la matière. Je pense que vous avez tous remarqué que récemment, certaines études internationales constataient que le nouveau coronavirus s’était propagé à l’étranger avant de faire apparition en Chine, et la chronologie a été avancée à plusieurs reprises. Cela prouve une fois de plus que le traçage du virus est une question scientifique complexe qui nécessite des recherches et coopération scientifiques internationales par les chercheurs.
À l’heure actuelle, le nombre de cas de COVID-19 confirmés aux États-Unis a dépassé 15 millions, soit une hausse de plus d’un million en une semaine, ce qui signifie qu’un Américain sur 22 a été confirmé. Le nombre de cas décédés en raison de l’épidémie aux États-Unis frôle les 300 000. Plus de 3000 nouveaux cas ont été confirmés rien que pour hier. La population des États-Unis représente 4,2% de la population mondiale, cependant le nombre de cas confirmés dans ce pays représente 22,2% de celui du monde entier. Le nombre de cas par million de personnes y est plus de 5 fois que la moyenne mondiale. J’ai remarqué que selon des médias américains, l’épidémie était devenue une catastrophe humanitaire aux États-Unis. Certains politiciens américains, en vue de dissimuler leur incompétence dans la lutte contre l’épidémie, s’efforcent de stigmatiser le virus et de politiser l’épidémie, s’engagent dans une manipulation politique sur l’origine du virus, et diffusent des virus et mensonges politiques, dans la vaine tentative de rejeter leurs responsabilités sur autrui. Vous pouvez tous voir qu’aujourd’hui, les États-Unis sont devenus désormais le plus grand émetteur du virus. Les faits ont prouvé que cet acte ni scientifique ni moral nuit à la fois aux autres et à eux-mêmes. Nous recommandons aux politiciens concernés de respecter la réalité et la science, de cesser de stigmatiser ou de mener la manipulation politique au sujet de l’épidémie, de concentrer leurs efforts sur la lutte contre la COVID-19 dans leur propre pays, et de s’efforcer de protéger la vie et la santé des Américains. La Chine entend fournir de l’aide et du soutien dans la mesure du possible au peuple américain dans leur lutte antiépidémique.

29

Reuters : S&P Dow Jones Indices a annoncé aujourd’hui le retrait d’entreprises chinoises de ses indices boursiers. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

s-and-p-dowjones-810x524

Hua Chunying : J’ai répondu à une question similaire il y a quelques jours. Cela est évidemment influencé par le décret exécutif concerné de l’administration américaine, et un autre exemple de la répression de la partie américaine à l’encontre des entreprises chinoises par l’abus du pouvoir de l’État et du nom de la sécurité nationale. Nous nous opposons fermement aux pratiques concernées de l’administration américaine. Nous sommes convaincus que les actes de la partie américaine consistant à concocter toutes sortes de mensonges et de rumeurs pour endiguer de manière méprisable les entreprises chinoises s’avéreront contraires aux intérêts des États-Unis.

30

Reuters : L’Ambassade chinoise aux États-Unis a déclaré que son compte Twitter avait été piraté et a nié avoir retweeté le 9 décembre un message du Président américain Donald Trump accusant les démocrates d’avoir truqué les élections. Avez-vous plus d’explications là-dessus ?
Hua Chunying : L’Ambassade de Chine aux États-Unis a publié une déclaration affirmant qu’elle n’avait partagé aucun tweet le 9 décembre.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1840070.shtml

Shanghai, China Aerial View

3/4 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 13 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

I. Le Président Xi Jinping participera le 12 décembre au Sommet sur l’ambition climatique et prononcera un discours important, sur invitation du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) António Guterres, du Président français Emmanuel Macron, du Premier Ministre britannique Boris Johnson, du Président chilien Sebastián Piñera et du Premier Ministre italien Giuseppe Conte. L’événement se tiendra par liaison vidéo.
II. Comme convenu entre la Chine et le Bélarus, Guo Shengkun – Président de la partie chinoise du Comité de coopération intergouvernementale Chine-Bélarus, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), membre du Secrétariat du Comité central du PCC, et Secrétaire général de la Commission des Affaires politiques et juridiques du Comité central du PCC, et Nikolaï Snopkov – Président de la partie biélorusse du Comité et Premier Vice-Premier Ministre du Bélarus, coprésideront la 4e réunion du Comité de coopération intergouvernementale par liaison vidéo le 14 décembre.

31

Agence de presse Xinhua : Vous avez dit lors de la conférence de presse d’hier que la 14e Réunion de hauts fonctionnaires du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) se tiendrait à Beijing le 10 décembre. Pourriez-vous présenter les acquis de la réunion ?
 © Ambassade par DR © Ambassade par DR  Cérémonie d`ouverture de la 14ème Réunion de hauts fonctionnaires du Forum sur la Coopération sino-africaine  Jeudi 10 décembre 2020
Hua Chunying : Merci pour votre attention aux relations sino-africaines et au FCSA. Cette Réunion de hauts fonctionnaires du FCSA marque une nouvelle rencontre de tous les 55 États membres dans le cadre du mécanisme du forum.
Les Chefs des missions diplomatiques des 54 États membres africains du FCSA en Chine, et les responsables des départements compétents des 36 membres du Comité de suivi chinois du FCSA étaient présents à l’événement. La Réunion de hauts fonctionnaires s’est tenue en face-à-face et a été couronnée de succès dans le contexte de l’épidémie, ce qui a illustré la détermination de la Chine et de l’Afrique à renforcer leur solidarité et leur coopération ainsi que la ténacité et la dynamique de la coopération sino-africaine.
Les participants à la réunion ont hautement apprécié les relations sino-africaines, le Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19, et les acquis obtenus dans le cadre du FCSA depuis sa création il y a 20 ans. Ils ont salué le fait que les deux parties avaient accordé soutien et aide précieux l’une à l’autre dans leur réponse à la COVID-19 pour surmonter les impacts de l’épidémie, et pris des mesures actives pour mettre en œuvre les acquis du Sommet de Beijing et du Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19. Les deux parties ont exprimé leur volonté de travailler ensemble à préparer la réunion du FCSA de l’année prochaine, à approfondir le partenariat stratégique global Chine-Afrique, et à accélérer la construction d’une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique encore plus solide.
Nous avons publié un communiqué de presse de la 14e Réunion de hauts fonctionnaires du FCSA sur le site Web du Ministère des Affaires étrangères. Veuillez le consulter pour connaître plus de détails.

32

RCI : Selon des reportages, la réunion au niveau des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le commerce et la connectivité « Chine-Afghanistan-cinq pays d’Asie centrale » s’est tenue par liaison vidéo le 9 décembre. Quels sont les acquis de cette réunion ?

asie_centrale_kazakhstan_ouzbékistan_kirghizistan_turkménistan_tadjikistan_afghanistan_pakistan

Hua Chunying : Le 9 décembre, la Chine, l’Afghanistan et les cinq pays d’Asie centrale ont organisé avec succès la réunion au niveau des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le commerce et la connectivité par liaison vidéo. Toutes les parties ont eu des échanges de vues de façon approfondie sur de vastes sujets de coopération régionale d’intérêt commun et sont parvenues à un consensus positif.

le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Luo Zhaohui,le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Luo Zhaohui,

La réunion a été présidée par le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Luo Zhaohui, qui a avancé une proposition en quatre points en vue d’approfondir la coopération version 2.0 dans la lutte contre la pandémie, d’élargir la coopération économique et commerciale, de promouvoir la connectivité et de renforcer la coopération en matière d’antiterrorisme et de sécurité. L’Afghanistan et les cinq pays d’Asie centrale ont hautement apprécié la Chine pour avoir proposé et organisé avec succès cette réunion, qui constitue une nouvelle plateforme pour les échanges d’expériences et l’approfondissement de la coopération entre les pays de la région. Toutes les parties ont exprimé leur volonté d’établir un nouveau modèle de coopération adapté à la situation épidémique, de continuer de promouvoir la synergie entre l’Initiative « la Ceinture et la Route » et les stratégies de développement de chaque pays, de maintenir la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, et de libérer davantage le potentiel de la coopération régionale. Toutes les parties ont également appelé la communauté internationale à soutenir collectivement le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, à renforcer la coopération antiterroriste et à créer un environnement favorable à la coopération concernée.
Cette réunion est une nouvelle expérience tentée par les sept pays qui prennent en compte la situation régionale et internationale ainsi que la situation de la pandémie pour rechercher la solidarité et la coopération et relever les défis ensemble. Elle reflète également la volonté commune des pays de la région de travailler ensemble pour parvenir au développement durable. La Chine est disposée à travailler avec toutes les autres parties, en bien profitant de cette plateforme, pour faire aboutir sans cesse la coopération régionale à des acquis encourageants.

CHINE 14 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

33

Bloomberg : Une réunion entre un think tank chinois le Centre chinois pour les échanges économiques internationaux (CCIEE) et BusinessEurope prévue en novembre a été annulée à cause de l’objection de la partie chinoise à la participation de deux personnes de la partie européenne. Pouvez-vous expliquer la raison de l’annulation de cette réunion ? Pourquoi la Chine s’oppose-t-elle à la participation de ces deux personnes ? Considérez-vous que cet incident affectera les négociations de l’Accord d’investissement Chine-UE ?
Hua Chunying : Je ne connais pas les détails par rapport à cette réunion. Ce que je peux vous dire, c’est que la Chine attache toujours une grande importance à la coopération pragmatique dans tous les domaines avec l’Union européenne (UE). Nous soutenons également les milieux d’affaires de la Chine et de l’UE dans l’organisation active d’activités d’échanges de toute forme. Les canaux d’échanges et de dialogue entre la Chine et les institutions de l’UE sont toujours fluides.
Le CCIEE et BusinessEurope sont deux établissements non gouvernementaux, et je ne vois pas comment un incident dans leur coopération ou une réunion prévue tenue par les deux établissements pourrait affecter l’Accord d’investissement Chine-UE. Parvenir le plus tôt possible à l’Accord d’investissement Chine-UE étant l’aspiration commune de la Chine et de l’UE, les deux parties ont exprimé leur volonté de faire des efforts conjoints pour conclure les négociations concernées le plus tôt possible. La Chine est prête à travailler avec la partie européenne, sur la base des consensus, à prendre pleinement en compte les préoccupations de part et d’autre, à avancer dans le même sens, et à réaliser les objectifs fixés par les dirigeants consistant à finaliser les négociations d’ici la fin de l’année, afin de porter la coopération économique et commerciale Chine-UE à un nouveau palier.

34

BBC : S’agissant des deux Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig, ont-ils déjà été jugés ? Dans quel état se trouvent leurs affaires ?

une-image-des-canadiens-michael-spavor-et-michael-kovrig-est-brandie-par-l-activiste-de-vancouver-freedom-and-democracy-for-china-louis-huang-le-6-mars-2019-a-vancouver_6180172

Hua Chunying : S’agissant des affaires concernant les citoyens canadiens dont vous avez parlé, la Chine a exprimé maintes fois sa position. Ils ont été poursuivis en juin dernier pour des crimes présumés contre la sécurité nationale de la Chine. Les organes judiciaires chinois traitent leurs affaires conformément à la loi. Les droits légaux des citoyens canadiens concernés sont garantis. La Chine continuera de traiter les affaires concernées, y compris la notification consulaire, en vertu de l’Accord consulaire Chine-Canada ainsi qu’aux lois et règlements chinois concernés.

35

Reuters : La Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis a pris des mesures contre Huawei et China Telecom ce jeudi, déclarant qu’elle avait entamé le processus de révocation de l’autorisation permettant à Chine Telecom d’opérer aux États-Unis. Cela signifie que la partie américaine a fait un nouveau pas pour réprimer la présence chinoise dans l’industrie des télécommunications américaine afin de protéger sa sécurité nationale. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Commission-fédérale-communications-FCC-Etats-Unis-fournisseurs-Internet-liberté-expression-e1439849690680

Hua Chunying : La prétendue excuse de « protéger la sécurité nationale » de la partie américaine est totalement fausse, dont la nature est d’abuser du concept de sécurité nationale pour opprimer des entreprises chinoises spécifiques.
Comme tout le monde le sait, les entreprises chinoises ont un bon bilan en matière de cybersécurité. Particulièrement Huawei, qui a construit plus de 1500 réseaux dans plus de 170 pays et régions, sans pour autant laisser avoir lieu des incidents de cybersécurité comme ceux révélés par Edward Snowden et WikiLeaks, ni des cas de cybersurveillance comme ceux de Prism, d’Equation Group ou d’Echelon. Et jusqu’à aujourd’hui, aucun pays, y compris les États-Unis à qui nous avons demandé à plusieurs reprises de fournir des preuves, n’a été en mesure de fournir des preuves pour confirmer que les produits de Huawei ont des « portes dérobées ».

Huawei a depuis longtemps déclaré ouvertement au monde qu’il était disposé à signer un accord « sans porte dérobée » (no backdoor agreements) et qu’il était prêt à mettre en place des centres d’évaluation de la cybersécurité dans n’importe quel pays.

Mais pourquoi la partie américaine n’y fait-elle pas de réponse directe ? Quelle entreprise américaine oserait prendre un engagement ouvert comme celui de Huawei ?

Ce que nous savons, c’est qu’après les attentats du 11 septembre, le « Patriot Act » adopté par la partie américaine a demandé aux entreprises d’Internet américaines de soumettre régulièrement les données des utilisateurs. Selon la logique des États-Unis, la « porte dérobée » des États-Unis s’est ouverte si grande, est-il possible que leurs entreprises aient des problèmes d‘« interception des communications » ou de « manipulation des données » ?
Je viens de lire de dernières informations de Reuters, selon lesquelles la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) de France a déclaré le 10 décembre que les sites Web français de Google et d’Amazon avaient enregistré les données stockées lors de la navigation des utilisateurs sur le Web sans obtenir l’autorisation préalable de ces derniers, et n’avaient pas précisé leurs buts, ce qui avait violé les réglementations françaises en la matière.
Auparavant, l’Irlande a demandé à Facebook de cesser la transmission de données d’utilisateurs de l’UE aux États-Unis. Qui fait des actions susceptibles de mettre en danger la sécurité nationale des autres pays ? La réponse est très claire. Il n’est pas difficile de tirer des conclusions correctes et respectueuses des faits si l’on est impartial.
N’ayant fourni aucune preuve, les États-Unis ont abusé de leur pouvoir d’État pour réprimer des entreprises chinoises spécifiques, ce qui constitue un déni des principes de l’économie de marché que la partie américaine elle-même a toujours vantée. C’est aussi une illustration du fait que la prétendue concurrence loyale des États-Unis est totalement hypocrite. Nous exhortons une fois de plus la partie américaine à cesser d’abuser du concept de sécurité nationale, à mettre fin à la répression injustifiée des entreprises chinoises spécifiques et à fournir un environnement équitable, juste et non discriminatoire à la coopération normale entre les pays.

CHINE 15 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

36

AFP : Le joueur du FC Barcelone Antoine Griezmann a annoncé hier qu’il mettrait un terme à son partenariat avec Huawei, invoquant de « forts soupçons » sur sa participation à la surveillance des musulmans ouïgours au Xinjiang. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
Hua Chunying : Avec qui la personne concernée veut coopérer, c’est lui que cela regarde, et je ne veux pas faire de commentaires à ce sujet. Mais je pense qu’il est important de respecter les faits. J’ai déjà clairement exprimé la position de la Chine sur les accusations infondées portées par les États-Unis contre Huawei lors de ma réponse à la question de Reuters tout à l’heure.

37

The Paper : Hier, c’était la Journée des droits de l’homme. À la plus grande différence des précédentes Journées des droits de l’homme, le monde est actuellement mis à l’épreuve par l’épidémie de COVID-19, ce qui a ainsi fait du droit à la vie le plus grand droit de l’homme. L’évolution actuelle de la situation de la COVID-19 aux États-Unis est alarmante : le nombre de morts pour la seule journée du 9 décembre a dépassé le nombre de victimes des attentats du 11 septembre. Dans ces circonstances, nous avons noté que l’Ambassade des États-Unis en Chine a cependant appelé, dans son compte Weibo, les Chinois à « parler hardiment et à se lever ». Quels sont vos commentaires là-dessus ?

droits_de_lhomme

Hua Chunying : Vous avez des observations très perspicaces. En effet, ce que les États-Unis ont fait en matière de droits de l’homme a montré au monde entier ce qu’est l’hypocrisie typique en matière de droits de l’homme.

Nous devons effectivement bien réfléchir à ces questions : Que sont exactement les droits de l’homme ? Qui est mieux placé pour définir les droits de l’homme ?

Nous sommes d’avis que le droit à la survie et au développement sont les droits de l’homme les plus fondamentaux. Surtout dans la situation actuelle de l’épidémie, le droit à la vie d’une personne est le plus grand droit de l’homme. Comme nous pouvons tous le constater, face à la COVID-19, le gouvernement chinois, qui accorde toujours la première priorité au peuple et à la vie et qui veille toujours à mettre au premier plan la sécurité et la santé du peuple, a fait tout son possible pour protéger chaque vie, pris grand soin de la santé de chacun et défendu les valeurs et la dignité de chaque personne.
Plaçant le peuple au centre de notre vision des droits de l’homme, nous avons inscrit la promotion et la protection des droits de l’homme dans les Statuts du PCC et dans la Constitution de la République populaire de Chine.
Nous avons promu de manière coordonnée les droits politiques, économiques, culturels et environnementaux de l’ensemble du peuple, mis les 1,4 milliard de Chinois à l’abri des besoins élémentaires, sorti plus de 850 millions de personnes de la pauvreté, fourni un emploi à 770 millions de personnes, et assuré les garanties fondamentales à 250 millions de personnes âgées, à 85 millions de personnes handicapées et à plus de 43 millions de résidents urbains et ruraux bénéficiant des allocations de subsistance minimales.
Nous avons le plus grand nombre d’habitants à revenu intermédiaire au monde.
Nous avons construit les plus grands systèmes du monde en termes d’éducation, de protection sociale, de soins médicaux et de démocratie aux échelons de base. Si nous regardons les États-Unis d’aujourd’hui, je pense que nous, les Chinois, avons de nombreuses raisons d’être fiers de tout cœur des progrès réalisés par notre pays dans la cause des droits de l’homme.

Vous venez de mentionner que le nombre de personnes décédées de la COVID-19 aux États-Unis en un seul jour a dépassé le nombre de personnes péries dans les attentats du 11 septembre. C’est vraiment choquant et triste.

Comment peut-on croire qu’un gouvernement national, qui ne se soucie guère de la vie de ses propres citoyens et qui ne fait pas de son mieux pour les protéger, accordera effectivement de l’attention, du soin et de la protection aux droits de l’homme des autres pays ?!
Quant au message sur Weibo de l’Ambassade des États-Unis en Chine que vous avez mentionné, en fait, le peuple chinois a déjà donné une réponse retentissante à l’hypocrisie et aux pratiques erronées de la partie américaine en matière de droits de l’homme. J’ai remarqué que de nombreux internautes avaient laissé des commentaires sous ce message sur Weibo publié par l’Ambassade des États-Unis en Chine, demandant :
Où sont les droits de l’homme des plus de 15 millions d’Américains testés positifs à la COVID-19 et des près de 300 000 Américains morts ?
Où sont les droits de l’homme des plus de 40 millions d’Afro-Américains ?
Où sont les droits de l’homme des millions de civils irakiens et afghans qui ont subi le fléau de la guerre ?

Nous espérons que la partie américaine « entendra ces voix du peuple chinois et corrigera ses propres erreurs ».

Les droits de l’homme ne sont pas des slogans rhétoriques et creux, encore moins des outils permettant d’interférer dans les affaires intérieures d’autrui.

Il doit plutôt s’agir des améliorations réelles dans la vie et de la réalisation des valeurs et de la dignité que l’immense majorité du peuple peut ressentir. La Chine préconise que tous les pays respectent les principes d’équité, d’objectivité et de non-sélectivité, mènent la coopération internationale en matière de droits de l’homme sur la base de l’égalité et du respect mutuel, intensifient les échanges et le dialogue, et s’opposent à la politisation des droits de l’homme et à la pratique de « deux poids deux mesures ».

Nous nous opposons fermement et nous nous refusons à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine par tout pays et personne sous prétexte des droits de l’homme.

CHINE 16 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

38

Bloomberg : Le membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Vice-Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) Wang Chen a assisté à un événement organisé par la Chambre de commerce américaine en Chine hier soir et y a donné une allocution. Et cela s’est passé après que les États-Unis avaient annoncé des sanctions contre les Vice-Présidents du Comité permanent de l’APN de la Chine. Face à cette situation, certains disent que c’est la partie chinoise qui lance une provocation à la partie américaine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
BEIJING, 20 mars (Xinhua) -- Wang Chen, vice-président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois), a été élu mercredi directeur de la Société chinoise de droit (SCD) BEIJING, 20 mars (Xinhua) — Wang Chen – vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois), a été élu mercredi directeur de la Société chinoise de droit (SCD) lors de la cérémonie de clôture de son huitième congrès
Hua Chunying : Le 10 décembre, à l’invitation de la Chambre de commerce américaine en Chine, Wang Chen, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Vice-Président du Comité permanent de l’APN, a assisté au dîner annuel de remerciement de la Chambre de commerce et y a prononcé un discours, expliquant la position constante de la Chine consistant à continuer à promouvoir la réforme et l’ouverture et à soutenir les échanges et la coopération entre la Chine et les États-Unis dans divers domaines tels que l’économie et le commerce.
Quant aux soi-disant sanctions que les États-Unis ont imposées aux Vice-Présidents du Comité permanent de l’APN sous prétexte des prétendues questions liées à Hong Kong, la partie chinoise a exprimé sa position solennelle et annoncé des contre-mesures résolues contre les États-Unis. Le cas que vous avez mentionné montre justement que les soi-disant sanctions américaines sont impopulaires et qu’elles ne sont pas soutenues par les personnalités des différents milieux aux États-Unis.
Nous saluons la Chambre de commerce américaine en Chine et ses membres qui se sont implantés en Chine et travaillent à faire progresser la coopération commerciale sino-américaine. Au fur et à mesure que la Chine ouvrira ses portes plus largement, les entreprises de divers pays, y compris les entreprises américaines, verront sûrement un espace de développement plus large en Chine, et la coopération économique et commerciale sino-américaine aura également de meilleures perspectives. Cela sert les intérêts de la Chine, des États-Unis et du monde entier.

39

BBC : Vous avez annoncé hier que la Chine imposerait des sanctions réciproques contre la partie américaine. Pourriez-vous présenter plus d’informations à ce sujet ? Par exemple, des noms précis des Américains qui seront la cible de ces sanctions ? Quelles sont les mesures auxquelles sont-ils confrontées ?
Hua Chunying : Hier, je l’ai déjà expliqué très clairement. Je suis sûre que ce n’est pas difficile à comprendre pour vous. Je peux le répéter une fois de plus : la Chine a décidé d’imposer des sanctions réciproques aux officiels de l’administration, aux membres du Congrès et aux personnels des organisations non gouvernementales des États-Unis qui agissent de manière indigne et portent des responsabilités majeures sur les questions liées à Hong Kong ainsi qu’aux membres directs de leur famille. Ceux-ci savent très bien leurs comportements.

40

China Daily : Actuellement, tous les membres de l’Organe d’appel de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont quitté leurs fonctions. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

569984d11d6fee3e9e93913e3e5a1ec5

Hua Chunying : À propos de ce sujet, j’ai remarqué que le porte-parole du Ministère du Commerce avait exprimé son point de vue. En raison du blocage continu des États-Unis contre la sélection des juges de l’Organe d’appel, à partir du 11 décembre 2019, l’Organe d’appel de l’OMC, qui est censé avoir 7 membres, n’a plus qu’un seul membre, ce qui le rend incapable d’entendre les affaires et le plonge dans la paralysie.
Il y a quelques jours, soit le 30 novembre, le dernier membre de l’Organe d’appel a officiellement quitté ses fonctions à la fin de son mandat. Tous les membres de l’Organe d’appel ont désormais quitté leur poste. La paralysie de l’Organe d’appel a affecté le fonctionnement normal du mécanisme de règlement des différends de l’OMC (DSM) et a porté un coup dur au système commercial multilatéral. La Chine exprime ses regrets pour cela.

Tout le monde sait que le DSM est l’un des piliers centraux de l’OMC.

Qualifié de « joyau de la couronne de l’OMC », il joue un rôle clé dans l’accomplissement des fonctions de l’OMC. La Chine défend fermement le système commercial multilatéral et déploie toujours des efforts inlassables pour rétablir le fonctionnement de l’Organe d’appel. Après la paralysie de l’Organe d’appel, 119 membres, dont la Chine et l’UE, ont présenté des propositions pour commencer immédiatement la sélection des membres de l’Organe d’appel. En même temps, la Chine s’est associée avec 42 membres dont l’UE pour présenter des propositions de réforme de l’Organe d’appel. Ils ont participé activement aux négociations de l’OMC pour créer des conditions au lancement de la sélection.
Maintenant, l’Organe d’appel, le « joyau de la couronne », est plongé dans une crise sombre, mais nos efforts pour sauvegarder le système commercial multilatéral ne s’arrêteront pas. La partie chinoise continuera de travailler ensemble avec d’autres membres de l’OMC à rétablir le fonctionnement normal de l’Organe d’appel dès que possible. Nous défendons fermement les valeurs fondamentales et les principes de base de l’OMC tels que l’ouverture, l’inclusion et la non-discrimination et soutenons résolument le libre-échange et le système commercial multilatéral fondé sur les règles.

CHINE 17 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

41

Shenzhen TV : Selon des reportages, l’Ambassadeur de l’UE en Chine Nicolas Chapuis a déclaré le 10 décembre lors d’un forum sur l’énergie tenu à Beijing que l’UE et les États-Unis devraient avoir un consensus et s’unir pour affronter conjointement la « diplomatie coercitive » de la Chine et dire « non » à la « diplomatie des loups guerriers». Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

l'Ambassadeur de l'UE en Chine Nicolas Chapuis   l’Ambassadeur de l’UE en Chine Nicolas Chapuis

Hua Chunying : Hier, j’ai expliqué en détail mon point de vue sur le tapage fait par certaines personnes autour de la prétendue « diplomatie des loups guerriers ».

Quand est-ce que la Chine a lancé en premier des provocations et a exercé des coercitions sur d’autres pays ? Et dans quel dossier ?

Avec une analyse et une réflexion rationnelles, nous obtiendrons facilement la conclusion objective et juste. Il est évidemment injuste d’accuser la Chine, simplement en raison de sa grande taille, d’être « coercitive » et un « loup guerrier » quand elle dit la vérité et défend ses propres intérêts et dignité, et c’est une stigmatisation de la diplomatie chinoise. Comme je l’ai dit hier, même un citoyen a le droit à la défense légitime en vertu de la loi.
Et la Chine, en tant que pays souverain, ne peut-elle pas avoir le droit de sauvegarder sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts du développement ?
L’UE est elle-même un fruit du multilatéralisme et est toujours fière de son engagement pour le multilatéralisme.
Depuis un certain temps, l’UE est également victime de l’unilatéralisme et ne cesse de souligner la nécessité de maintenir son autonomie stratégique. En ce qui concerne les questions fondamentales, il ne faut pas ignorer la distinction entre le vrai et le faux et ne parler que de position. Nous espérons que l’UE respectera les faits, se tiendra dans une position objective et juste, s’abstiendra des pratiques de « deux poids deux mesures », préservera véritablement son autonomie et son indépendance, et poursuivra l’ouverture et la coopération.

42

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le séjour du panda géant Xiang Xiang au Japon sera prolongé jusqu’en mai 2021. Le séjour de ses parents sera également prolongé de cinq ans. Les parties chinoise et japonaise sont parvenues à un accord officiel à ce sujet. Pourriez-vous nous présenter plus d’informations ?

la star panda géant Xiang Xiang du zoo d'Ueno au Japon

Hua Chunying : Je suis très heureuse d’avoir appris auprès des autorités compétentes qu’après une évaluation scientifique globale, les départements partenaires des côtés chinois et japonais ont accepté de prolonger de cinq ans le projet de conservation et de recherche du panda géant de Tokyo et de reporter le retour de Xiang Xiang en Chine au 31 mai 2021.
Le panda géant est un trésor national de la Chine et un ambassadeur des échanges amicaux entre la Chine et d’autres pays. Xiang Xiang est adorée par les Japonais depuis sa naissance, et a reçu des soins minutieux du zoo d’Ueno. Xiang Xiang, très mignonne et adorable, a apporté beaucoup de joies au peuple japonais et a joué un rôle unique dans le renforcement de l’amitié entre les deux peuples.
Il y a quelques jours, nous avons vu des reportages, selon lesquels un grand nombre de Japonais, qui avaient beaucoup d’attachement à Xiang Xiang, ont organisé des activités pour lui dire au revoir. Nous les remercions beaucoup d’avoir donné tant d’amour et de soins minutieux à Xiang Xiang. En raison de la COVID-19, le retour de Xiang Xiang a été reporté, ce qui est certainement une bonne nouvelle pour les Japonais qui adorent les pandas géants. Nous souhaitons à Xiang Xiang un agréable séjour au Japon et sommes convaincus que le zoo d’Ueno continuera à prendre soin de notre trésor national. Dans le même temps, nous espérons que Xiang Xiang et ses parents, ainsi que d’autres pandas géants, continueront de servir d’ambassadeur de l’amitié sino-japonaise, apporteront plus de joies au peuple japonais et feront leur contribution unique à l’amitié entre les deux peuples. La Chine entend travailler avec le Japon pour renforcer davantage la coopération en matière de conservation et de recherche scientifique sur les pandas géants.

43

AFP : Premièrement, l’organisation non gouvernementale (ONG) « Safeguard Defenders » a publié un rapport, selon lequel le gouvernement suisse et la partie chinoise ont signé un accord « secret » qui permettrait aux agents chinois d’entrer en Suisse pour y interroger des ressortissants chinois. Le rapport affirme que cela ternira la réputation internationale de la Suisse. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, quels sont vos commentaires sur le verdict d’aujourd’hui de Jimmy Lai Chee-ying qui est soupçonné d’avoir violé la Loi sur la sécurité nationale ?

Biz card image

Hua Chunying : Votre deuxième question n’est pas une question diplomatique.
En ce qui concerne votre première question, les informations concernées sont une mauvaise interprétation des faits. Le fait est que, pour faciliter le déplacement humain normal entre les deux parties et renforcer la coopération bilatérale dans la lutte contre l’immigration illégale, les autorités de l’immigration de la Chine et de la Suisse ont signé un accord de coopération en décembre 2015 pour aider à vérifier l’identité des personnes qui sont en séjour irrégulier en Suisse. D’autres pays ont également une coopération similaire avec la Chine. En vertu de cet accord, la Suisse invite la Chine à envoyer des professionnels en tant qu’experts indépendants pour aider les autorités suisses de l’immigration à vérifier l’identité des personnes qui sont en situation irrégulière. Les résultats des vérifications effectuées par les experts chinois sont uniquement destinés à servir de référence pour les autorités suisses chargées de l’immigration. En ce qui concerne les détails de l’accord, vous pouvez vous adresser aux autorités compétentes. La Chine et la Suisse maintiennent de bons échanges et coopération dans le domaine de l’immigration. La Chine est disposée à continuer de renforcer la coopération avec la Suisse dans ce domaine.

CHINE 18 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

44

Kyodo News : Ma question porte également sur Jimmy Lai Chee-ying. Le Japon et d’autres pays sont très préoccupés par son cas, et certains se demandent si son cas constitue une violation de la liberté d’expression et de celle de la presse sous prétexte de sécurité nationale. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Jimmy Lai Chee-ying. Jimmy Lai Chee-ying.

Hua Chunying : Lorsque vous avez posé cette question tout à l’heure, j’ai trouvé dans votre ton une hésitation et une incertitude sur ce que vous avez dit vous-même. Profiter du prétexte de sécurité nationale pour restreindre la liberté, ce n’est pas notre style. Au contraire, certains pays le font sans aucune réserve pour réprimer les personnels, institutions et entreprises chinois.
Le cas précis lié à Hong Kong ne relève pas de la diplomatie.
Cependant, puisque vous avez mentionné la question de la restriction de la liberté d’expression, je pense que nous devons nous débarrasser des préjugés et examiner les choses de façon réaliste. Après la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, la grande majorité des habitants de Hong Kong se sentent plus en sécurité et les entreprises étrangères à Hong Kong ont une pleine confiance dans les perspectives de développement là-bas. Certains pays et certaines personnes sont obsédées par les prétendues liberté et démocratie à Hong Kong.

Mais je voudrais vous inviter à réfléchir sur cette question et à passer en revue l’histoire de Hong Kong.

Pendant les 156 ans de domination coloniale britannique sur Hong Kong, les habitants de Hong Kong avaient-ils un droit démocratique quelconque ou la liberté de manifester ?

Tous les Gouverneurs de Hong Kong étaient alors nommés par la Reine du Royaume-Uni et aucun membre du Conseil législatif n’était nominé par le peuple de Hong Kong.

Alors maintenant, quel genre de liberté veulent-ils ?

La mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong ne fera que rendre la société de Hong Kong plus sûre et l’économie de Hong Kong plus prospère, et permettre aux résidents de Hong Kong de jouir de plus de droits et de libertés. La prétendue liberté affectée n’est qu’un prétexte pour certains individus de s’associer à des forces extérieures, de s’engager dans des activités qui mettent en danger la stabilité sociale de Hong Kong, et d’utiliser les questions liées à Hong Kong pour miner la sécurité de la Chine et entraver son développement.

********************************

Le 12 décembre 2020, la cérémonie d'ouverture de la 12e vente caritative internationale « L'amour ne connaît pas de frontière ... laisser s'envoler les rêves » s'est tenue à Beijing.Le 12 décembre 2020, la cérémonie d’ouverture de la 12e vente caritative internationale « L’amour ne connaît pas de frontière : laisser s’envoler les rêves » s’est tenue à Beijing.
La cérémonie d’ouverture de la vente de charité internationale « L’amour ne connaît pas de frontière … laisser s’envoler les rêves » de 2020 aura lieu à Beijing le 12 décembre. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et son épouse, et des Chefs de missions diplomatiques étrangères en Chine et leurs épouses participeront à cet événement. À cause de l’épidémie de COVID-19, la vente caritative de cette année se déroulera parallèlement en ligne et hors ligne et durera une semaine jusqu’au 19 décembre, pendant laquelle il y aura également une vente de charité « en directe ».
Le Conseiller d'État Wang Yi a improvisé un discours sur invitation. Selon lui, l'épidémie de COVID-19 affecte les échanges en face-à-face mais ne peut pas empêcher la transmission de l'amourLe Conseiller d’État Wang Yi a improvisé un discours sur invitation. Selon lui, l’épidémie de COVID-19 affecte les échanges en face-à-face mais ne peut pas empêcher la transmission de l’amour
C’est la douzième année consécutive que le Ministère des Affaires étrangères tient la vente de charité internationale « L’amour ne connaît pas de frontière ». Depuis onze ans, cette vente caritative est devenue un événement magnifique où tous les milieux sociaux et les ambassades étrangères en Chine donnent leur solidarité et amour. « L’amour ne connaît pas de frontière » a transmis la générosité de tous les pays et de tous les secteurs de la société aux villageois, handicapés et enfants des régions montagneuses démunies de la Chine, en enflammant les espoirs des bénéficiaires pour la vie et en changeant leur destin.
W020201216012147462205 Les prix « Contribution », « Solidarité » et « Charme » ont été décernés à vingt ambassades étrangères et représentations d’organisations internationales en Chine, à savoir les ambassades de République de Corée, du Japon, de Singapour, d’Indonésie, de Malaisie, du Pakistan, des Émirats arabes unis, d’Iran, d’Éthiopie, d’Afrique du Sud, de Russie, du Kazakhstan, d’Azerbaïdjan, d’Allemagne, d’Italie, de Pologne, de l’Union européenne, des Fidji, et du Pérou en Chine ainsi que la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB). Enfin, les invités d’honneur ont assisté ensemble au lancement de la « vente caritative en ligne ».
La vente de charité internationale « L’amour ne connaît pas de frontière » est une marque importante du travail de la lutte contre la pauvreté du Ministère des Affaires étrangères. À partir de 1992, le ministère a commencé à fournir des assistances ciblées aux deux districts répertoriés comme districts pauvres au niveau national, Jinping et Malipo, dans la province du Yunnan. Et il a eu plus de 100 cadres du ministère qui se sont consacrés à la lutte contre la pauvreté et 39 collègues qui ont travaillé temporairement dans les deux districts au cours de 28 dernières années. Selon des statistiques disponibles, le personnel du Bureau de la lutte contre la pauvreté du ministère a parcouru un trajet de plus d’un million de kilomètres seulement entre Kunming, chef-lieu de la province du Yunnan et les deux districts, soit 25 fois la longueur de l’équateur terrestre. Le Ministère des Affaires étrangères a mis en œuvre plus de 1600 projets d’assistance aux régions pauvres dans six grands domaines, à savoir l’éducation, la santé, l’eau potable, la formation, le développement global des villages et les industries. Nous sommes très heureux de voir les districts de Jinping et de Malipo sortir avec succès de la pauvreté en mai dernier.
L’histoire entre le Ministère des Affaires étrangères et les districts de Jinping et de Malipo fait partie de l’histoire de la lutte du peuple chinois contre la pauvreté, et est une miniature de la victoire décisive dans l’édification intégrale de la société de moyenne aisance. L’événement « L’amour ne connaît pas de frontière » est un beau chapitre de cette histoire. Chaque participant à cette vente de charité est un narrateur, un témoin et un participant dans cette merveilleuse histoire, quelle que soit sa nationalité, sa profession et son âge.
Chers amis, nous vous invitons à continuer à accorder une attention à l’événement « L’amour ne connaît pas de frontière » et à prendre une part active à la vente caritative en ligne

CHINE 19 SUR 23 Conférence de presse du 11 décembre 2020 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1840402.shtml

Shanghai, China Aerial View

4/4 Conférence de presse du 14 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

CHINE 20 SUR 23 Conférence de presse du 14 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

45

Bloomberg : Ma collègue a été arrêtée par le Bureau de sécurité nationale de Beijing la semaine dernière et elle a été accusée d’avoir mené des activités criminelles mettant en danger la sécurité nationale de la Chine. Pourriez-vous fournir les dernières informations ?
Wang Wenbin : D’après ce que je sais, la citoyenne chinoise dont le nom de famille est Fan est soupçonnée de s’être engagée dans des activités criminelles mettant en danger la sécurité nationale de la Chine et a fait l’objet des mesures coercitives prises par le Bureau de sécurité nationale de Beijing conformément à la loi. Le cas est actuellement en cours d’enquête et de traitement en vertu de la loi, et les droits et intérêts légaux de Fan sont pleinement protégés.

46

AFP : L’Union européenne (UE) a publié une déclaration sur l’arrestation de Fan, quelle est votre réponse à cela ?
Wang Wenbin : En ce qui concerne le cas impliquant la citoyenne chinoise Fan, j’ai déjà présenté les informations concernées et clarifié la position de la Chine. Nous exhortons l’UE à respecter effectivement la souveraineté judiciaire de la Chine et à cesser de faire des remarques irresponsables.

47

Agence de presse Xinhua : Le 12 décembre, le Président Xi Jinping a participé par vidéo préenregistrée au Sommet sur l’ambition climatique célébrant le 5e anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat et y a prononcé un discours important. M. Xi a avancé trois propositions pour l’avenir de la gouvernance climatique mondiale et a annoncé quatre nouvelles mesures pour élever le niveau des contributions déterminées au niveau national de la Chine. Pourriez-vous présenter plus d’informations concernées ?
Le 12 décembre 2020, le Président Xi Jinping a prononcé un discours important intitulé « S'appuyer sur les acquis du passé et ouvrir une nouvelle étape de la réponse mondiale au changement climatique »Le 12 décembre 2020, le Président Xi Jinping a prononcé un discours important intitulé « S’appuyer sur les acquis du passé et ouvrir une nouvelle étape de la réponse mondiale au changement climatique » par liaison vidéo au Sommet sur l’ambition climatique et a annoncé une série de nouvelles initiatives relatives aux contributions déterminées au niveau national de la Chine.
Wang Wenbin : Le 12 décembre, le Président Xi Jinping a participé sur invitation au Sommet de l’ambition climatique par vidéo préenregistrée et y a prononcé un discours important.
Dans le contexte actuel où la COVID-19 continue de sévir dans le monde entier et où l’on est confronté à la montée du protectionnisme et de l’unilatéralisme ainsi qu’à l’aggravation continue du défi climatique, le Président Xi, se tenant à la hauteur de toute l’humanité, a exposé de manière globale la vision de la Chine sur la gouvernance climatique mondiale dans le nouveau contexte historique et a répondu en profondeur à la question de savoir comment coordonner la réponse au changement climatique et le développement économique et réaliser une reprise verte. M. Xi a présenté trois propositions :
« unir nos efforts pour ouvrir de nouveaux horizons dans la gouvernance climatique marquée par la coopération gagnant-gagnant »,
« relever notre ambition pour bâtir une nouvelle architecture de gouvernance climatique où chaque partie assume ses responsabilités »
et « renforcer notre confiance dans la poursuite de la nouvelle approche de la gouvernance climatique avec l’accent mis sur la reprise verte ».
Le discours du Président Xi reflète la position constante de la Chine qui s’attache à promouvoir la solidarité et la coopération, à soutenir fermement le multilatéralisme et à soutenir résolument la mise en œuvre complète et efficace de l’Accord de Paris, illustre l’esprit de grand pays ainsi que le sens des responsabilités de la Chine dans la promotion de la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, et guidera la gouvernance climatique mondiale à s’approfondir et à avancer sans cesse.
Le Président Xi a annoncé quatre nouvelles mesures pour élever le niveau des contributions déterminées au niveau national de la Chine, à savoir, d’ici 2030,
la Chine baissera ses émissions de CO2 par unité de produit intérieur brut (PIB) de plus de 65% par rapport au niveau de 2005,
la Chine portera à près de 25% la part des énergies non fossiles dans la consommation des énergies primaires,
la Chine fera augmenter le volume forestier de 6 milliards de M3 sur la base de 2005, et portera à plus de 1,2 milliard de kilowatts la capacité installée totale de l’éolien et du solaire.
Il s’agit d’une autre annonce majeure sur la politique climatique après que le Président Xi a annoncé l’objectif du pic des émissions de CO2 de la Chine et son ambition de la neutralité carbone lors du Débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies le 22 septembre, dessinant ainsi une feuille de route concrète pour la réalisation de l’objectif du pic des émissions de CO2 et démontrant la ferme détermination de la Chine à lutter contre le changement climatique et son sens des responsabilités envers ses engagements.
La Chine met l’accent sur l’action et le pragmatisme dans la promotion de la gouvernance climatique mondiale. Nous sommes heureux de voir que, grâce à l’initiative de diverses parties, dont la Chine, l’UE et les Nations Unies, la communauté internationale a formé une dynamique positive pour lutter conjointement contre le changement climatique et accélérer la promotion de la gouvernance climatique mondiale. Lors de ce Sommet sur l’ambition climatique, plus de 20 pays ont annoncé leurs objectifs de neutralité carbone et plus de 40 pays ont pris de nouveaux engagements visant à élever leurs contributions déterminées au niveau national. La Chine est prête à travailler avec les autres pays en avançant côte à côte, afin d’assurer la mise en œuvre solide de l’Accord de Paris et d’ouvrir une nouvelle étape de la réponse mondiale au défi climatique.

 CHINE 21 SUR 23 Conférence de presse du 14 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

48

Reuters : Le Nasdaq a annoncé vendredi dernier qu’il retirerait les actions de quatre sociétés chinoises de ses indices. Avant cela, la partie américaine avait demandé la restriction des transactions des actions de ces entreprises. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

unnamed

Wang Wenbin : Nous avons remarqué les informations concernées. Ici, je tiens à donner une réponse en deux points :
Premièrement, à l’heure actuelle, le marché des capitaux chinois s’ouvre chaque jour davantage et il est de plus en plus pratique pour les investisseurs internationaux d’acheter les actions des sociétés chinoises. Certaines d’entre elles ne sont pas incluses dans des indices internationaux, mais cela n’empêche pas les investisseurs internationaux d’investir dans ces entreprises par d’autres moyens divers pour partager le dividende du développement de la Chine.
Deuxièmement, la Chine s’oppose fermement à la répression injustifiée à l’encontre des entreprises chinoises par l’administration américaine. Les actes concernés violent gravement les principes de concurrence du marché et les normes internationales du commerce que la partie américaine vante depuis toujours, et nuiront certainement aux intérêts des investisseurs des différents pays, ainsi qu’aux intérêts et à l’image des États-Unis.
La Chine exhorte l’administration américaine à cesser de politiser les questions économiques et commerciales, et à arrêter ses actes erronés qui abusent du pouvoir d’État et du concept de la sécurité nationale pour réprimer les entreprises étrangères. Le gouvernement chinois continuera de protéger fermement les droits et intérêts légitimes et légaux des entreprises chinoises.

49

The Paper : Samedi dernier, la cérémonie d’ouverture de la vente caritative « L’amour ne connaît pas de frontière » de cette année s’est tenue à Beijing, et la vente de cette année se déroulera en ligne. Pourriez-vous présenter les arrangements concernés ?

W020201216012147462205

Wang Wenbin : La cérémonie d’ouverture de la vente caritative internationale « L’amour ne connaît pas de frontière » de 2020 s’est tenue avec succès à Beijing le 12 décembre.

Wang Yi et son épouse Qian Wei Qian Wei

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et son épouse Qian Wei, le Secrétaire du Comité du Parti communiste chinois (PCC) du Ministère des Affaires étrangères Qi Yu, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Le Yucheng et d’autres dirigeants du ministère, plus de 130 représentants des missions diplomatiques et des représentations d’organisations internationales accréditées en Chine, ainsi que des représentants de près de 40 entreprises ont participé à l’événement en présentiel ou par liaison vidéo. À en juger par la cérémonie d’ouverture, le nombre de missions diplomatiques en Chine et de personnes charitables issues de tous les milieux participant à l’événement a dépassé celui de l’année dernière, avec un écho actif chez les parties chinoise et étrangères.
La vente caritative « L’amour ne connaît pas de frontière » de cette année se déroule sous une nouvelle forme. Nous adoptons pour la première fois la vente caritative en ligne, pour que tous les foyers puissent y participer via la plateforme en ligne. Lors de la cérémonie d’ouverture, nous avons lancé la vente caritative en ligne qui durera une semaine. En plus, une séance de live shopping sera ajoutée pour la première fois dans la vente caritative. Le 16 décembre, soit ce mercredi, de 20h à 22h, des Chefs de missions diplomatiques en Chine et des diplomates de haut niveau ainsi que les représentants du Ministère des Affaires étrangères qui siègent aux districts de Jinping et de Malipo, dans la province du Yunnan, pour la lutte contre la pauvreté, présenteront, avec des animateurs de la Télévision centrale chinoise (CCTV), des produits de la vente de charité depuis le lien en direct de « CCTV News » sur Taobao. Veuillez continuer à suivre l’événement et à y accorder un soutien énergique.

50

AFP : Lors du Sommet sur l’ambition climatique, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres a appelé tous les dirigeants du monde à déclarer l’état d’urgence climatique dans leur pays jusqu’à ce que la neutralité carbone soit atteinte. Est-ce que la partie chinoise envisage de le faire ?

le Secrétaire général de l'ONU António Guterres  le Secrétaire général de l’ONU António Guterres

Wang Wenbin : Je viens de présenter la position de la Chine sur les questions concernées. Je tiens à souligner une fois de plus que la Chine met l’accent sur l’action et le pragmatisme dans la promotion de la gouvernance climatique mondiale et que ses mots comptent. En septembre dernier, le Président Xi Jinping a pris solennellement l’engagement, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, que la Chine s’efforcerait d’atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone avant 2060. Lors du Sommet sur l’ambition climatique, le Président Xi Jinping a annoncé quatre nouvelles mesures pour élever le niveau des contributions déterminées au niveau national de la Chine, et tracé la feuille de route de la Chine pour atteindre l’objectif du pic des émissions de CO2 avant 2030, ce qui a permis de consolider davantage la base pour réaliser la neutralité carbone avant 2060, et a fait voir clairement la détermination résolue et l’attitude pragmatique de la Chine dans la promotion de la mise en œuvre globale et effective de l’Accord de Paris. Nous sommes prêts à travailler avec le reste de la communauté internationale pour promouvoir la mise en œuvre efficace de l’Accord de Paris et apporter la contribution chinoise à la lutte contre les changements climatiques à l’échelle mondiale.

CHINE 22 SUR 23 Conférence de presse du 14 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

51

Reuters : Le projet « Mekong Dam Monitor », financé par le Département d’État américain, a été lancé aujourd’hui. Ce projet prévoit de surveiller par des satellites le niveau de l’eau des barrages chinois dans le bassin du fleuve Lancang et de rendre publiques les informations concernées. Quels sont les commentaires de la Chine sur ce projet ?

a57b65c9-00da-4203-9a1e-81c70e36ca94

Wang Wenbin : Ces dernières années, la Chine et les pays riverains du Mékong, en résistant aux perturbations de l’extérieur, ont fait sans cesse avancer la coopération Lancang-Mékong (LMC) dans le domaine hydraulique et ont enregistré de nombreux progrès tangibles.

unnamed

Premièrement, la coopération en matière de partage d’informations continue de s’approfondir. La Chine a commencé à fournir aux pays riverains du Mékong les informations hydrologiques annuelles du fleuve Lancang depuis le mois dernier, et la plateforme de partage d’informations sur la LMC en matière de ressources en eau a été mise en service récemment. Les six pays bordant le Lancang-Mékong se sont également informés mutuellement en temps opportun des réajustements importants des centrales hydroélectriques et ont partagé les données concernées par le biais du mécanisme du groupe de travail conjoint pour la coopération dans l’hydraulique. La transparence des informations dans la LMC dans le secteur hydraulique s’est ainsi constamment améliorée.
Deuxièmement, les centrales hydroélectriques en amont jouent pleinement leur rôle de « contrôle des crues et soutien d’étiage ». Depuis son achèvement, la centrale hydroélectrique du fleuve Lancang a effectivement évité de grandes fluctuations du débit en « stockant des eaux pendant la saison des pluies et en les libérant pendant la saison sèche ». Au cours de la sécheresse dans le bassin en 2016 et en 2019, la partie chinoise a fait de son mieux pour assurer un débit raisonnable du fleuve Lancang et mis en place un réapprovisionnement d’urgence en eau pour répondre aux besoins urgents de l’aval, ce qui a été unanimement apprécié par les pays riverains du Lancang-Mékong. La communauté scientifique internationale et la Commission du Mékong (MRC) sont tous d’avis que la centrale hydroélectrique en cascade du fleuve Lancang contribue à maintenir un débit stable du Mékong, et est bénéfique pour les efforts des pays le long du Mékong pour prévenir les inondations et lutter contre la sécheresse.
Troisièmement, la LMC dans l’hydraulique continue d’obtenir des résultats substantiels. Depuis le lancement de la LMC, la Chine a épaulé le Cambodge, le Laos et le Myanmar dans leur planification globale et projet d’irrigation du bassin, a activement aidé les pays en aval dans l’élaboration de leur plan de prévention et de réduction des inondations, a fourni de l’énergie hydroélectrique du fleuve Lancang aux pays en aval tels que le Myanmar et le Laos, a aidé les pays en aval à former les talents qualifiés dans le domaine hydraulique et à entreprendre des projets de développement hydraulique et hydroélectrique. La Chine a apporté une contribution tangible à la promotion de la mise en valeur durable des ressources hydrauliques au grand bénéfice des peuples des pays riverains.

004

Les faits que je viens de citer reflètent pleinement les réalisations de la coopération entre les pays bordant le Lancang-Mékong en matière de ressources hydrauliques. La Chine aura le plaisir d’écouter les propositions constructives faites par des pays hors de la région sur l’exploitation et l’utilisation des ressources hydrauliques des pays riverains du Lancang-Mékong, mais s’oppose fermement à la dissension malveillante.
Les faits sont plus éloquents que les mots. La Chine œuvrera sans relâche à promouvoir la LMC dans l’hydraulique dans le but de contribuer davantage à la réponse conjointe des six pays bordant le Lancang-Mékong aux sécheresses et aux inondations ainsi qu’à la promotion du développement durable.

52

Bloomberg : Selon un reportage de Daily Mail du Royaume-Uni, l’entreprise chinoise China General Nuclear Power Corporation envisage de se retirer du projet de coopération nucléaire entre la Chine et le Royaume-Uni. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

20190815121327contentPhoto1

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant des informations dont vous parliez. Par principe, je peux vous dire que la Chine encourage toujours les entreprises chinoises à développer des coopérations mutuellement bénéfiques avec les autres pays sur la base du bénéfice réciproque et du gagnant-gagnant. Nous espérons que la partie britannique pourra assurer un environnement d’affaires ouvert, équitable, transparent et non discriminatoire aux entreprises chinoises pour leurs investissements et opération au Royaume-Uni.

CHINE 23 SUR 23 Conférence de presse du 14 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1840683.shtml