2753 – Manifestations du 1er mai … le point sur les rassemblements dans la région SUD OUEST …& Les manifestations à Lyon, Clermont-Ferrand et Saint-Étienne en région Auvergne, Rhône-Alpes

Notes sans a priori … pour Paris vous verrez cela sur toutes les chaines de télévisions et tous les journaux…. La province est majoritaire donc nous parlerons de nos villes de campagnes n’en déplaisent aux citadins Parisiens…

 
A La Une Sud Ouest ÉcoSocial Publié le 01/05/2018 à 15h12. Mis à jour à 16h27 par SudOuest.fr.FRANCE a-pau-comme-dans-la-plupart-des-grandes-villes-de-la-region-des-centaines-de-personnes-ont-defile 01.05.2018
Le Deodic David
À Pau comme dans la plupart des grandes villes de la région, des centaines de personnes ont défilé.

Des défilés ont eu lieu ce mardi matin dans la plupart des grandes villes de la région à l’appel de la CGT.

Ce mardi, la CGT a appelé à 240 manifestations ou rassemblements un peu partout dans le pays à l’occasion du 1er mai. Le mot d’ordre était large :

« Contre la remise en cause des acquis sociaux, la sélection à l’université. Pour le progrès social, la paix, la solidarité internationale ! »

En voyage à Sydney, en Australie, le président de la République a été interrogé sur son déplacement en pleines manifestations du 1er Mai.

« Je ne suis pas d’un tempérament à esquiver quoi que ce soit », a-t-il répondu. « Vous voulez que je reste chez moi à regarder la télévision ? J’ai autre chose à faire, je continue à travailler, les réformes continuent à être menées chaque jour ». 

Alors que la manifestation de Paris, organisée avec les fédérations franciliennes de FO, de la FSU, de Solidaires et de l’Unef, devait débuter à 14h30, de nombreux rassemblements ont été organisés dans la matinée en province.

Les participants allaient de quelques centaines à Perpignan, Auch ou Lille, à 2 700 à Nantes, 4 000 à Grenoble ou 5 500 à Lyon, selon les chiffres de la police. Plusieurs milliers de personnes ont aussi manifesté à Strasbourg, Nancy ou Toulouse.

Cortèges dans toute la région

Les cheminots participaient en nombre aux cortèges, également rejoints par des étudiants opposés à la réforme de l’enseignement supérieur. En revanche, FO et la CFDT n’étaient pas, ou peu représentés. « Je ne peux que regretter de voir que seulement deux organisations syndicales de salariés sont avec nous aujourd’hui et que certains ont fait d’autres choix », a déploré un militant de la CGT. Le point sur les mobilisations dans le Sud-Ouest.

– À Bordeaux, 3 000 personnes selon la police, et 10 000 selon les organisateurs, ont manifesté dans les rues du centre-ville. Presque toutes les formations étaient représentées dans le cortège emmené par la CGT : l’UNEF, UNL, FSU UNSA se trouvaient derrière une banderole frappée des inscriptions : « Pour la paix dans le monde, pour une juste répartition des richesses, stop aux politiques d’austérité. » Plus loin dans le cortège on retrouvait Solidaires. En revanche aucune trace de FO ou la CFDT.

Entre 3 000 et 10 000 personnes ont participé à la manifestation bordelaise.
Entre 3 000 et 10 000 personnes ont participé à la manifestation bordelaise.

Crédit photo : laurent theillet

– À Pau, ils étaient entre 1 400 (selon la police) et 2 000 (selon les syndicats). Une mobilisation réussie puisque le millier de manifestants peinait à être atteint les années précédentes. La plupart des organisations politiques et syndicales de gauche étaient de la partie, dénonçant « la politique libérale et autoritaire du gouvernement », « la chasse aux étrangers et la loi Asile et immigration » ou encore « la casse du service publique ».

– À Bayonnequelque 3 100 personnes (chiffres police) ont défilé, dont Bernard Thibault, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1999 à 2013, et ancien cheminot, invité par ses camarades du Pays basque. Parmi les bannières du cortège : CFDT, Lab, Unsa, La France Insoumise, Europe Écologie les Verts, Hôpital de Bayonne, Ville de Bayonne, les cheminots, PCF mobilisés pour la défense du service public, ou encore le mouvement altermondialiste Bizi !

– À Angoulême, les organisateurs avaient appelé salariés du privé et du public, retraités, privés d’emplois, étudiants à défendre leurs droits « pour plus de justice sociale ». Près de 700 personnes ont gonflé les rangs à Angoulême et ont entamé un lent défilé de deux heures, sillonnant le coeur de ville. À Cognac, ils étaient 65 à venir manifester, vers 11 heures, devant la sous-préfecture, à l’appel exclusif de la CGT, mais rejoints par des manifestants de FO.

– À Daxentre 730 (chiffre police) et 800 Landais (chiffre syndicats) ont répondu à l’appel des organisations syndicales landaises CGT, FO, FSU, Unsa, Solidaires et du syndicat lycéen UNLSD, ce mardi. « Avant, je ne manifestais pas », fait savoir Fabrice Patry, de la CFTC Transports et logistique. « Mais là, on est rackettés de partout. On tape sur les retraités, sur les salariés (…). Il va falloir que le peuple se bouge ».

– À Périgueux1 100 personnes ont défilé sous les drapeaux mêlés de la CGT, FSU-Unsa et Solidaires. Au même moment, une quarantaine de militants Force ouvrière se retrouvaient autour de l’arbre de la liberté pour revendiquer « leur attachement à la Fête des travailleurs ». À Sarlat, 150 manifestants ont fait bloc derrière la CGT, FSU et Solidaires. Enfin, à Bergerac, environ 250 personnes ont défilé.

– À Saintes, 250 personnes ont participé au défilé du 1er mai. Plusieurs organisations syndicales étaient présentes, avec des prises de paroles des représentants de la CGT et de Force ouvrière. Dans la foule, également, étaient visibles plusieurs drapeaux de partis politiques : la France Insoumis et Europe Écologie Les Verts.

À Royan, une centaine de personnes a répondu à l’appel de la CGT.

– A Agen, on a comptabilisé environ 500 personnes dans les rues pour ce défilé du 1er mai.

Manifestation à Agen
Manifestation à Agen

Crédit photo : Thierry Breton
%d blogueurs aiment cette page :