5270 – Entretien du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec l’émission Great Game sur Channel One – Moscou – 28.12.2022

https://mid.ru/static/i/bg/header-bg-big.jpg

Entretien … 19 questions-réponses

1°/Question : Il y a plusieurs années, j’ai parlé avec l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger. À ce moment-là, je venais de rentrer de Moscou et je lui avais dit que si la politique des États-Unis et de l’OTAN consistant à ignorer les préoccupations de la Russie – avec une claque satisfaisante sur la tête – se poursuivait, la Russie devrait recourir à la force. Kissinger a dit que si nous faisions cela, nous subirions de gros dégâts et toute l’OTAN s’unirait contre nous.
Il avait raison – le collectif occidental uni en réponse à l’opération militaire spéciale et a fait preuve d’une solidité encore plus grande que ce à quoi beaucoup s’attendaient. La Russie est fière et confiante ; Moscou ne ressemble pas à une ville qui a vacillé ou qui doute de sa justesse et de sa force.
Que pensez-vous de la possibilité d’une escalade militaire, d’une part, et de discussions sérieuses l’année prochaine, d’autre part ?

Sergueï Lavrov : Vous avez raison de dire que le collectif occidental a resserré les rangs. Mais ce n’était pas parce que chaque pays de l’alliance en avait envie. Ils ont été ralliés, par les États-Unis, principalement. Leur mentalité de domination n’a en aucun cas été modérée.
Il y a quelques semaines, j’ai noté une déclaration d’un professeur de Stanford selon laquelle les États-Unis devaient être un policier mondial pour sauver le monde. Non seulement l’OTAN, mais aussi l’UE, en tant qu’association qui n’a revendiqué que récemment son autonomie stratégique, s’est pleinement conformée à la politique uniforme de l’Occident. Des centres de coordination des actions de l’OTAN et de l’UE sont mis en place, des États neutres (Finlande et Suède) sont inclus. Un programme de mobilité a commencé à être mis en place bien avant cela. Il prévoit l’utilisation d’infrastructures de transport et d’autres infrastructures dans des pays non membres de l’OTAN pour déplacer l’équipement de l’OTAN vers l’est, plus près de nos frontières.
Récemment, certains membres du Grand Jeu ont discuté des changements globaux en cours dans l’UE et l’Europe dans son ensemble, et d’un déplacement du centre de gravité en faveur de l’Europe, principalement la Pologne, les États baltes. la République tchèque et la Slovaquie. Les grands d’Europe sont perdus dans cette situation. Il y a quatre ans, le président français Emmanuel Macron a évoqué la nécessité pour l’Europe de s’appuyer sur ses propres forces et d’avoir sa propre armée. Une boussole stratégique a été créée comme une étape vers l’autonomie stratégique. Il a parlé de la mort cérébrale de l’OTAN, en exprimant sa déception face aux processus imposés de l’étranger. Maintenant, cette conversation est terminée. Mr. Macron a dit à un moment donné qu’il serait nécessaire de créer un système de sécurité en Europe en tenant compte des intérêts de tous les pays, y compris la Russie. Mais il a été rapidement réprimandé par les membres juniors de l’alliance. Tout le monde considère cela comme le cours normal des événements.
Quant à la façon dont la Russie a été perçue tout au long de ces années, y compris lorsque vous avez rencontré Mr. Kissinger, nos collègues occidentaux disaient que « la Russie doit connaître sa place ». Ils ont dit cela avec plaisir. C’est une observation exacte. Ce «plaisir» a été ressenti pratiquement dans les années qui ont suivi l’URSS. D’abord, ils nous ont tapoté sur l’épaule au sens direct et figuré du terme. Ils croyaient que nous étions dans la poche du «milliard d’or» et que nous faisions partie du système de mondialisation occidental. On l’appelle maintenant un système de règles qui doit sous-tendre l’ordre mondial. Nous étions perçus comme un partenaire junior ordinaire qui disposait des ressources nécessaires à l’Occident et auquel l’Occident transférerait la technologie tout en préservant sa position dans son propre système de coordonnées. Le ton est donné par les dirigeants occidentaux, principalement les États-Unis et leurs alliés les plus proches en Europe, qui ont redressé les épaules et pensent qu’ils ont le droit de dicter le développement de l’Europe.

https://www.letelegramme.fr/images/2020/05/01/non-henry-kissinger-ne-s-est-pas-exprime-sur-la-vaccination_5147492.jpg  Henry Kissinger 2020


Un article récent d’Henry Kissinger a été largement commenté. Nous avons pris note de ses évaluations et prévisions, y compris les options pour un règlement final. Étonnamment, personne n’a prêté attention à la phrase qui disait : « Alors que les dirigeants du monde s’efforcent de mettre fin à une guerre dans laquelle deux puissances nucléaires s’affrontent à un pays armé de manière conventionnelle ». C’est probablement un lapsus freudien, mais Henry Kissinger est une personne sage et ne dit jamais rien pour rien.
Mais c’est une déclaration franche sur qui se bat contre qui. Nous sommes en guerre contre l’Occident collectif dirigé par les États-Unis qui sont une puissance nucléaire. Cette guerre a été déclarée il y a des années après le coup d’État en Ukraine orchestré par les États-Unis et soutenu par l’UE, et après que personne n’ait prévu d’agir sur les accords de Minsk (comme nous le savons maintenant avec certitude). Angela Merkel l’a confirmé.

https://img.lemde.fr/2021/03/30/0/0/4765/3177/664/0/75/0/812ea23_24dc8c68d3df46f1b1b2536cf0bbd812-060bb5d2527d4107b1570f95ecdb553b-0.jpg  Angela Merkel


Plusieurs années avant qu’elle ne quitte son poste de chancelière, lors d’une conversation avec le président Vladimir Poutine, lorsqu’il lui a rappelé pour la énième fois ce qui était écrit noir sur blanc sur l’importance de résoudre les problèmes liés au statut spécial dans un dialogue direct entre Kiev, Donetsk et Lougansk, Merkel a déclaré qu’il s’agissait d’un cas d' »ambiguïté constructive ». Apparemment, la Russie supervisait les choses dans le Donbass, elle était donc censée régler les choses avec Kiev également. Ce n’était pas une épiphanie ou une tentative de sauter dans le « train » russophobe qui prenait de la vitesse. C’était une position profondément enracinée.
Des experts du bureau exécutif présidentiel et du ministère des Affaires étrangères ont rédigé un texte approuvé d’accords confirmant les dispositions de principe des accords de Minsk pour le sommet Normandie Four tenu à Paris en décembre 2019. Un cessez-le-feu et le désengagement des forces sur toute la ligne de contact était la première disposition. Cela a été convenu par tout le monde.

Lorsque les quatre dirigeants se sont assis à une table à l’Elysée et que les parties ont pris place le long du périmètre, le président ukrainien Zelensky a déclaré qu’il n’agirait pas ou ne signerait pas de document sur le désengagement des forces sur toute la ligne de contact. Tout ce qu’il était prêt à faire, c’était de choisir trois sites pilotes et d’essayer de voir si le désengagement y fonctionnerait. Nous avons tout de suite eu nos soupçons, mais nous avons choisi d’éclaircir la raison de la métamorphose qui s’opère en chemin du consensus atteint par les experts et de la destruction de ce consensus au niveau des chefs d’Etat. Les Américains ont envoyé le signal que si Zelensky désengageait ses forces sur toute la ligne de contact, les Russes ne rendraient jamais le Donbass.

2°/Question : Savez-vous avec certitude qu’il a reçu ce genre de conseils ou d’instructions des États-Unis ?
Sergueï Lavrov : Je ne suis pas sûr du nom de la personne qui a transmis cela. Mais ils lui ont dit ce que je viens de dire : s’il désengageait les forces, il réduirait drastiquement ses chances de reprendre ces territoires. Ils voulaient les reprendre par la force militaire pour une, et une seule, raison. Ils n’étaient pas disposés à respecter en partie les accords de Minsk concernant les modalités de restauration de l’intégrité territoriale de l’Ukraine qui étaient assez simples : la langue russe, leur propre police locale (comme la police d’État aux États-Unis) et les autorités centrales organisant des consultations obligatoires lors de la nomination des juges et des procureurs, ainsi que des relations économiques particulières avec les régions russes voisines.

https://www.humanite.fr/sites/default/files/styles/1200x675_full/public/images/horizons-bosnieherz-11-12-2015.jpg?itok=Y9w2nkw0

La Republika Srpska en Bosnie-Herzégovine a cela. Cela est également inclus dans un accord sur la création d’une communauté de municipalités serbes au Kosovo conclu par Pristina et Belgrade en 2013 avec de nombreuses cérémonies et la médiation de l’UE. Presque les mêmes droits ont été accordés aux Serbes du nord de la Bosnie-Herzégovine, les mêmes que dans les accords de Minsk pour les Russes vivant sur les territoires en question.
Zelensky a refusé de restaurer l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ce qu’il pouvait faire en accordant à une partie du peuple les droits inscrits dans de nombreuses conventions internationales et la constitution qui énonce toujours l’obligation de l’État de garantir les droits des minorités ethniques, et les Russes sont mentionnés séparément. Plan B existe depuis 2019 à Paris. De temps à autre, certains dirigeants ukrainiens ont laissé entendre que les accords de Minsk n’étaient pas dans leur intérêt et ont déclaré que la force militaire devait être utilisée pour les reprendre.
La tragédie ukrainienne remonte à assez longtemps. Ils essaient maintenant d’annuler la partie qui clarifie ce qui se passe maintenant et bien d’autres choses également. La culture russe en Ukraine est annulée depuis de nombreuses années maintenant. Des lois à cette fin ont été adoptées à l’époque où le président Porochenko était au pouvoir et continuent d’être promulguées sous le président Zelensky. Il y a quelques années, ils ont approuvé une loi sur la langue ukrainienne comme langue d’État. Cela a alarmé même la Commission de Venise du Conseil de l’Europe, l’Union européenne et l’OSCE. Mais tout ce que ces vénérables institutions pouvaient faire à l’époque était de dire aux Ukrainiens qu’ils pouvaient respecter la loi, mais qu’ils devaient mettre à jour la législation applicable aux minorités ethniques.

https://www.pgaction.org/media/images/articles5/rada.jpg Batiment de la Verkhovna Rada – Ukraine – Kiev


Il y a quelques semaines, la Verkhovna Rada a adopté la loi sur les minorités ethniques en deuxième lecture. C’est le meilleur de la législation ukrainienne. Il dit que l’État garantit les droits de toutes les minorités dans la mesure définie par la législation applicable. La nouvelle loi sur les minorités ethniques inclut tout ce qui était restreint auparavant (éducation, médias et culture) comme base des droits que le régime de Kiev est prêt à accorder aux minorités ethniques. La direction roumaine est en émoi. Ils parlent maintenant avec véhémence de la nécessité de consultations et que personne ne leur a demandé ce qu’ils en pensaient. L’attitude envers les Hongrois et la manière dont Kiev traite la minorité hongroise sont bien connues. Inutile de dire que les Russes sont encore moins bien traités que les Hongrois.
Pardonnez-moi d’avoir digressé avant de répondre à votre question. Il s’agit d’approuver ou de ne pas approuver l’ordre international néocolonial dont a parlé le président Vladimir Poutine. L’Occident le couvre d’un linceul de respect pour son ordre fondé sur des règles. Lorsque ce terme est entré en usage, j’ai demandé à mes collègues occidentaux (nous parlions encore à l’époque) de nous donner une liste de ces règles. Il n’est pas étonnant que personne ne nous ait jamais donné de matériel de référence indiquant les règles spécifiques ou le code de conduite. La réponse est simple. Ces règles signifient que tout le monde doit faire ce que disent les États-Unis.

3°/Remarque : Ces règles ont été proposées par l’Occident mais elles n’ont jamais été approuvées par l’ONU.
Sergueï Lavrov : Ils n’ont jamais été approuvés par personne. Personne ne les a vus. Lorsqu’ils ont introduit cela pour la première fois dans le discours international, nous avons immédiatement soulevé notre inquiétude et essayé de les engager dans une discussion rationnelle. Cependant, ils n’étaient pas disposés à faire quoi que ce soit de la sorte.
Ces règles ont été mieux exprimées dans une déclaration d’un professeur de l’Université de Stanford, qui a déclaré que les États-Unis devaient être le gendarme mondial pour sauver le monde. Dans de nombreux documents doctrinaux américains, la Russie est qualifiée de menace immédiate. Ce n’est pas parce que nous allons attaquer qui que ce soit d’une manière ou d’une autre, mais parce que nous avons défié cet ordre mondial. La Chine est la prochaine sur la liste. Elle pose le défi le plus redoutable et le plus systémique à long terme, et c’est le seul pays capable de surpasser les États-Unis dans presque tous les domaines. En termes de stocks d’armes nucléaires et de développement des capacités nucléaires, Pékin sera bientôt à égalité avec Moscou et Washington.
Vous pouvez chercher la réponse à la question sur la possibilité d’escalade dans diverses déclarations et analyses de politologues. Les autorités russes n’ont pas exprimé leur intention d’adopter une approche basée sur l’escalade. Nous nous engageons à faire en sorte que les objectifs de l’opération militaire spéciale soient atteints. Comme l’a dit le président Vladimir Poutine, notre priorité incontestable est les quatre nouvelles régions de la Fédération de Russie. Il faut mettre fin à la menace de nazification à laquelle ils sont exposés depuis de nombreuses années. Nous devons assurer la sécurité de toutes les personnes qui y vivent et leurs droits doivent être respectés.
Un autre objectif très important est de veiller à ce qu’aucune menace à notre sécurité ne soit créée ou ne subsiste sur le territoire ukrainien. Maintenant, ils disent que l’Occident n’a pas essayé d’exhorter l’Ukraine à s’engager dans une action militaire contre la Russie, cependant, je considère l’oppression des russophones en Ukraine comme une véritable agression

4°/Question : J’aimerais clarifier un point. Lorsque vous parlez des quatre régions, faites-vous référence à leurs frontières administratives ou à la partie de leur territoire, à partir d’aujourd’hui, que la Russie a placée sous son contrôle ?
Sergueï Lavrov : Non, je parle des frontières de ces régions dans le cadre de la Fédération de Russie, conformément à la Constitution de notre pays. C’est une évidence.

5°/Question : Voulez-vous dire que la Russie doit libérer ces régions ?

https://data.les-crises.fr/images/images-diverses/2014/crimee/21-regions-oblasts-ukraine.jpg

Sergueï Lavrov : Bien sûr. Il est requis par le vote public tenu dans chacune des quatre régions. Cela s’est produit il y a longtemps dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, tandis que dans les régions de Zaporozhye et de Kherson, c’était à l’automne 2022.

6°/Question : Qu’attendez-vous d’ici la fin du processus de négociation, ou la reconnaissance de ce fait par l’Ukraine, sont-ce des conditions préalables au lancement des pourparlers ?

https://www.ledevoir.com/documents/image/vladimir-poutine.jpg  Vladimir Poutine


Sergueï Lavrov : Le président russe Vladimir Poutine a déclaré à plusieurs reprises que nous ne rejetons jamais aucune proposition visant à conclure des accords diplomatiques. Les termes dans lesquels nous acceptons d’en discuter sont bien connus. Le fait que quatre territoires appartiennent à la Fédération de Russie est une condition indispensable aux pourparlers. Mais ce n’est pas tout ce dont il faut discuter.
Le deuxième grand bloc de problèmes, en plus des destins des personnes qui ne veulent pas vivre sous le régime actuel avec ses opinions ouvertement nazies et racistes, est la sécurité de la Fédération de Russie qui a été soumise à de nombreuses menaces créées sur le territoire ukrainien . Aujourd’hui, certains disent que ce n’est pas du tout le cas, que ces exercices en Ukraine, y compris en mer Noire, étaient de la « coopération militaire à des fins pacifiques ». Le territoire de l’Ukraine a été activement développé. Il y avait des plans (nous en sommes également conscients) pour établir une base navale dans la mer d’Azov. Vous savez qu’à cette époque c’était une mer de deux états. La construction d’une base navale anglo-saxonne aurait radicalement changé la situation sécuritaire. De la même manière, il était prévu de créer une base militaire en Crimée ukrainienne avant le coup d’État et le référendum afin de neutraliser nos capacités en mer Noire.
Nous ne lançons pas d’opérations spontanées, offensives ou frappantes contrairement à l’Ukraine. En règle générale, l’Ukraine le fait indépendamment de ses pertes. Son objectif principal est de produire un effet médiatique sur-le-champ. L’Occident aurait continué à vanter sans cesse ses dirigeants actuels en tant que représentants d’une véritable démocratie. Vladimir Zelensky serait dépeint comme un héros de l’époque, et il devrait avoir tout ce qu’il veut pour cette raison. Pourtant, ses demandes sont parfois rejetées. Il y a des gens intelligents en Occident, qui comprennent que ces gens et ce régime ne devraient pas recevoir certaines catégories d’armes.
« Des spécialistes anonymes du Pentagone ont dit plus d’une fois qu’ils n’avaient pas le droit d’interdire à Zelensky de frapper les territoires internationalement reconnus comme faisant partie de l’Ukraine, y compris la Crimée. Il existe des preuves anonymes mais crédibles que des spécialistes américains ont été directement impliqués dans la modernisation de systèmes de lance-roquettes multiples pour étendre leur portée à 1 000 kilomètres. Personne ne cache que les informations des satellites militaires et civils appartenant à des propriétaires américains sont activement utilisées en temps réel pour ajuster le tir. Des spécialistes américains sont directement impliqués dans le ciblage. Nous avons demandé aux Américains, par les canaux dont dispose encore notre ambassade, si la décision de transférer une batterie Patriot signifie la présence d’experts américains, compte tenu de l’expertise nécessaire pour l’utiliser. On nous a longuement expliqué que ce n’était pas prévu parce que les États-Unis ne voulaient pas et ne combattraient pas directement la Russie. Il faudra plusieurs mois pour préparer les Patriots à l’action, jusqu’à ce que l’armée ukrainienne maîtrise cette technologie. Mais il y a des dizaines et peut-être même des centaines de militaires américains là-bas, et ils étaient en Ukraine avant même le coup d’État. Les employés de la CIA occupaient au moins un étage du bâtiment du Service de sécurité ukrainien. Maintenant, ils ont un grand bureau d’attaché militaire. De toute évidence, les experts militaires ne se contentent pas de visiter le ministère ukrainien de la Défense. Ils offrent des services consultatifs directs (et font probablement plus que cela). Il y a aussi un groupe de spécialistes qui (comme l’a expliqué le Pentagone au Congrès américain) contrôlent depuis des mois l’utilisation des armes américaines. Ainsi, lorsque certains membres du Congrès ont tenté d’exiger la création d’un mécanisme spécial à cet effet, le Pentagone les a rassurés qu’ils surveillaient tout cela. C’est une situation plutôt intéressante. De nombreux faits indiquent que des armes occidentales font surface en Europe (peut-être maintenant aussi dans d’autres régions). J’ai demandé à mon personnel de faire une compilation open source pour montrer à nos interlocuteurs ce qui est balayé sous le tapis à ce stade.

https://images.bfmtv.com/9cW5wWDs-Md2X8_evnJAgwFmn-0=/0x43:768x475/768x0/images/Des-soldats-ukrainiens-sur-un-vehicule-blinde-dans-la-region-de-Kharkiv-le-18-avril-2022-1396400.jpg


Nous ne sommes pas pressés. Le président russe Vladimir Poutine en a parlé. Nous voudrions terminer, le plus tôt possible, la guerre que l’Occident se préparait et a finalement déclenchée contre nous à travers l’Ukraine. Notre priorité est la vie des soldats et des civils qui restent dans la zone des hostilités. Nous sommes des gens patients. Nous défendrons nos compatriotes, citoyens et terres qui appartenaient à la Russie depuis des siècles, en partant de ces priorités.

7°/Question : Vous avez dit à juste titre que l’Occident nous fait la guerre à travers l’Ukraine et pas seulement. L’Occident et les États-Unis prétendent hypocritement (puisqu’ils n’envoient pas officiellement leurs troupes combattre ouvertement la Russie sur le territoire ukrainien) qu’ils ne sont pas partie à ce conflit. Par conséquent, sans crainte d’une troisième guerre mondiale, y compris nucléaire, ils peuvent envoyer à l’Ukraine n’importe quel type d’armes, lui fournir des renseignements et des conseils sur le champ de bataille. Nous pouvons voir que le nombre et la qualité des armes que l’Occident fournit à l’Ukraine augmentent. L’Occident dépasse ses propres tabous établis depuis plusieurs mois.
Que fait la Russie et que fera-t-elle en 2023 pour convaincre l’Occident d’abandonner cette logique dangereuse et d’arrêter cette tendance ?

https://resize-europe1.lanmedia.fr/f/webp/r/622,311,forcex,center-middle/img/var/europe1/storage/images/europe1/international/ukraine-larmee-russe-admet-la-mort-de-1351-soldats-depuis-le-debut-du-conflit-4101715/58375614-1-fre-FR/Ukraine-l-armee-russe-admet-la-mort-de-1.351-soldats-depuis-le-debut-du-conflit.jpg de l’Armée Russe en Ukraine


Sergueï Lavrov : Je pense que nous devons poursuivre sur le terrain la politique définie par le président russe Vladimir Poutine pour renforcer nos capacités, tant sur le plan technologique que du point de vue des militaires qui, après la mobilisation partielle, ont suivi une formation sérieuse. Une partie importante d’entre eux est déjà là, mais la plupart ne sont pas sur la ligne de front où les professionnels, les soldats contractuels se battent. Une partie importante d’entre eux est en réserve.
Nous continuerons à renforcer notre déploiement. Cette décision a été prise en septembre 2022. Le commandant de la force conjointe a été nommé. Nous sommes engagés dans des actions qui nous permettront d’intervenir beaucoup plus efficacement sur ces territoires dans un avenir très proche. Je n’ai aucun doute à ce sujet.
Nous prêtons également attention à ce que vous avez dit – pomper l’Ukraine avec de grandes quantités d’armes occidentales avancées. Je suis la discussion dans notre société, et sur votre programme, et dans d’autres cercles et formats politiques.
Les professionnels militaires à la retraite disent que l’approvisionnement en armes occidentales doit être interrompu. Je veux dire les chemins de fer, les ponts et les tunnels. Je crois que cette question ne peut être ignorée par les professionnels. Ils y prêtent attention depuis un certain temps. Ils sont chargés de prendre des décisions professionnelles sur les modalités d’obstruction et, idéalement, de blocage de ces approvisionnements. Une telle méthode a été utilisée et est toujours utilisée, qui inflige des dommages aux infrastructures, y compris les infrastructures énergétiques qui permettent l’approvisionnement de ces armes. Je crois qu’il existe également d’autres plans pour atteindre le même objectif.
Nous avons peu d’occasions de parler à l’Occident maintenant. Il n’y a aucune volonté particulière de le faire lorsque vous lisez des déclarations de ministres des affaires étrangères, de premiers ministres ou de présidents sur la nécessité d’aborder la question de la sécurité de l’Europe pour la protéger contre la Russie. Ils disaient « sans la Russie » et maintenant ils disent « contre la Russie ». L’idée du président français Emmanuel Macron de créer une communauté politique européenne se résume grosso modo à l’OSCE sans la Russie ni la Biélorussie. Cela a été proposé par un homme qui a dit un peu plus tard qu’il était important de rester ouvert aux opportunités de construire des institutions de sécurité avec la Russie. Pourtant, la communauté politique européenne va se renforcer. Ils ont programmé un sommet régulier pour le printemps et essaient d’y entraîner tous nos voisins, à l’exception de la Biélorussie.
https://gagadget.com/media/cache/4d/f4/4df4b3e7694a1f41c86bec23b9cbd659.jpg  Il semble que les forces armées ukrainiennes ne recevront pas les systèmes de missiles sol-air S-300 grecs

Compte tenu de cela, nous n’avons aucune envie particulière de parler à l’Occident. Lorsqu’une situation concrète émerge où l’Occident commet ouvertement des actions illégales, alors nous posons des questions. Selon des informations récentes, la Grèce envisage de transférer ses systèmes de missiles S-300 à l’Ukraine. Nous avons demandé à notre ambassadeur de contacter le ministère grec des Affaires étrangères et le ministère de la Défense et de leur rappeler que les systèmes en question avaient été transférés en Grèce. Vous vous souvenez peut-être qu’ils devaient être livrés à Chypre, mais l’Occident a tout fait pour que cela ne se produise pas, compte tenu de l’insularité de Chypre et du fait qu’elle n’était pas membre de l’OTAN. En conséquence, un compromis a été atteint qui convenait à tout le monde. La Grèce a acheté ce système. En vertu du contrat de cet accord, la Grèce ne peut pas transférer de missiles à qui que ce soit sans notre approbation. Nous l’avons rappelé aux Grecs. Ils ont dit qu’ils se souvenaient de leurs obligations. Nous suivons de près ce genre de choses, d’autant plus que la même disposition interdisant le transfert de nos armes à qui que ce soit s’applique à la majorité des armes en Europe de l’Est – les pays membres de l’ancien traité de Varsovie – où elles ont été produites sous licence. Nous devons être sur nos gardes. De nombreuses actions illégales sont commises sous le slogan « Sauvons l’Ukraine », car « L’Ukraine, c’est l’Europe » et « L’Europe, c’est l’Ukraine ».

8°/Question : Les États-Unis se trompent-ils en pensant qu’ils sont en sécurité, qu’ils n’ont pas à s’inquiéter d’une escalade ou d’un affrontement armé direct avec la Russie et qu’ils peuvent apporter toute l’assistance militaire à l’Ukraine jusqu’à ce qu’elle entre en guerre directe contre la Russie ?
Sergueï Lavrov : Le président russe Vladimir Poutine en a parlé lors de la récente réunion élargie du Conseil du ministère de la Défense. Il a formulé notre position en tant que Commandant en chef suprême (je n’y ajouterai rien) sur les nouveaux systèmes de notre marine, qui ont été mis en service maintenant.

9°/Question : Dimitri Simes a commencé notre conversation en disant que l’Occident a serré les rangs. Je pense que l’année qui s’achève a révélé une tendance encore plus importante. C’est la formation d’une majorité mondiale – les pays de l’Est et du Sud, qui n’acceptent pas l’hégémonie occidentale et refusent de se ranger du côté de l’Occident contre la Russie. Je perçois cette année comme le moment de vérité dans les relations avec l’Occident et avec le non-Occident. Notre virage vers la majorité mondiale sera-t-il une tendance stratégique plutôt qu’opportuniste de la politique étrangère russe qui sera préservée et renforcée en 2023 ? Que fera la Russie en 2023 pour promouvoir ses liens avec la majorité mondiale et son rôle dans les affaires mondiales ?
Sergueï Lavrov : Je suis d’accord avec les analystes qui font le bilan de l’année écoulée et qui notent que la discorde entre l’Occident qui revendique partout l’hégémonie et le contrôle du respect de « ses règles » partout, d’une part, et la majorité mondiale, d’autre part, est un phénomène objectif. Il couvait et aurait fini par remonter à la surface. Nous ne pouvions plus tolérer comment les Russes étaient humiliés en Ukraine et comment des menaces à notre sécurité y étaient créées. Nous avons lancé l’opération militaire spéciale qui a servi de catalyseur et fortement accéléré ce processus.

https://cdn-s-www.vosgesmatin.fr/images/E5E8EFDD-5E01-4BEF-ADBF-A81E42AA4D6B/NW_raw/title-1579525213.jpg


Il me semble qu’après les sanctions imposées à la Russie à la suite du coup d’État contre elle et après le référendum de Crimée, la majorité des États non occidentaux s’étaient déjà rendu compte que le système dans lequel ils se trouvaient avec d’autres pays n’était pas fiable. Il s’agit d’un système de monnaie internationale, de finance, de mondialisation, de chaînes logistiques, d’assurance pour les expéditions internationales, de taux de fret et de produits technologiques qui sont fabriqués par une poignée d’États. Cela s’applique aux mêmes chefs d’orchestre auxquels les Américains tentent maintenant d’imposer un veto. Ils ont sanctionné les entreprises chinoises qui produisent des conducteurs dans le but évident de ralentir le développement de la RPC. Tout s’est passé beaucoup plus vite.
De nombreux pays ont dû faire un choix sur-le-champ. C’était probablement difficile, compte tenu de la profondeur de leur imbrication dans le système de mondialisation. Il a été créé par les Américains et discrédité par eux parce que Washington s’est avéré être un conservateur et un opérateur peu fiable de ce système.
Oui, nous avons entendu les autorités chinoises dire qu’elles étaient contre l’hégémonie et pour la construction d’un ordre mondial juste, et les autorités indiennes dire qu’elles seront guidées par les intérêts de l’Inde et qu’il est inutile d’essayer de les convaincre d’abandonner leur intérêts au profit des intérêts géopolitiques américains. La Turquie et l’Algérie, ainsi que le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, le Mexique, l’Argentine et le Brésil n’ont pas non plus adhéré aux sanctions. L’émergence d’un nouvel ordre mondial va certainement prendre de l’ampleur et prend déjà de l’ampleur. Ce sera objectivement toute une époque historique.
J’ai remarqué que quelqu’un disait lors d’une de vos émissions que la mondialisation cède la place à la régionalisation, et qu’il y aura plusieurs grands blocs qui se formeront autour des leaders régionaux. Ces blocs créeront les instruments et mécanismes qui remplaceront les instruments et mécanismes de mondialisation dont abusent ceux qui les ont créés. Le débat a porté sur la question de savoir si les États-Unis étaient au courant de ce processus. Quelqu’un a dit que oui et que les Américains voudraient accélérer la régionalisation de l’économie mondiale et des relations internationales en général. Cependant, la Chine, qui est également consciente de l’importance de la régionalisation et n’est pas contre la régionalisation en tant que telle, crée ses propres instruments et structures mais souhaite que ce processus prenne le plus de temps possible.

https://infodujour.fr/wp-content/uploads/2022/05/Ukraine-une-guerre-Russie-USA-par-procuration-UnlimPhotos.jpg

J’ai pensé que c’était une opinion intéressante. Elle doit être soigneusement analysée. Si les Américains voulaient vraiment accélérer la régionalisation, ils auraient voulu s’entendre sur les modalités le plus possible et le plus tôt possible. Plus tôt vous négocierez et arriverez à certaines conditions, meilleures seront vos chances de préserver les instruments que vous avez utilisés à l’échelle mondiale.
Il ne fait aucun doute que le processus est en cours. Et le choix n’est pas entre la majorité mondiale et l’Occident ; nous choisirons ceux qui sont des partenaires fiables et qui respectent les accords, qui tiennent une promesse lorsqu’il s’agit de projets à long terme et qui ne rechercheront pas uniquement des avantages à court terme.
J’en ai discuté avec mes collègues américains à l’époque où nous avions des canaux pour un dialogue régulier. De nombreux responsables de l’administration américaine ont admis au début de la pandémie que la démocratie telle qu’elle est comprise en Occident a ses limites et qu’il y a certains avantages dans le système que les Américains qualifient d’autocratie. En fin de compte, l’autocratie est un État centralisé avec un système de pouvoir vertical fort, qui peut prendre rapidement des décisions qui sont mises en œuvre sur l’ensemble du territoire national. Si nous comparons la manière dont différents pays ont traité le Covid-19, nous verrons qu’il y a des avantages dans les deux systèmes. Nos camarades chinois ont finalement admis que leur décision de fermer complètement le pays n’était pas tout à fait correcte, car elle empêchait le développement de l’immunité collective. Ils travaillent maintenant pour rectifier leur erreur. Cependant, les États-Unis comptaient de loin le plus grand nombre de cas de Covid.

https://static.reuters.com/resources/r/?m=02&d=20080909&t=2&i=5921840&r=2008-09-09T173152Z_01_N09299604_RTRUKOP_0_PICTURE0&w=800 Condoleezza Rice


J’ai discuté de la question avec l’ancienne secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice. J’ai demandé si les campagnes électorales présidentielles et parlementaires, tenues tous les deux ans, interféraient avec la gouvernance de leur pays vaste, grand et diversifié, même s’il s’agit d’un creuset qui transforme tous ses citoyens en Américains. Elle a dit que oui. Ils ont un système lourd, mais c’est leur problème et ils savent comment le régler. Cependant, cela est également devenu un problème pour le reste du monde, car les Américains doivent inventer un problème, une menace ou un objectif externe pour chaque campagne électorale. Compte tenu du poids des États-Unis sur la scène internationale, les processus mondiaux deviennent les otages et sont fortement influencés par les discussions américaines sur les questions intérieures et les luttes intestines politiques. Les États autocratiques, tels que définis par les États-Unis, avec un système de gouvernement centralisé ont au moins l’avantage d’un horizon plus prévisible, comme en Chine. On peut se demander s’il respecte ou non les principes de la démocratie, mais qui a dit que la démocratie américaine était la meilleure forme de gouvernement ?
Winston Churchill aurait pu avoir raison, en partie, lorsqu’il a dit que « la démocratie est la pire forme de gouvernement, à l’exception de toutes les autres formes qui ont été essayées de temps à autre ». Le monde change, et on voit encore quelque chose de nouveau s’inventer dans ce domaine.

10°/Question : Ils attribuent une autre déclaration intéressante à Winston Churchill, qui aurait déclaré : « Le meilleur argument contre la démocratie est une conversation de cinq minutes avec l’électeur moyen ». Je voudrais dire que quiconque veut comprendre à quel point la démocratie américaine est mauvaise devrait parler à un membre moyen du Congrès américain, et beaucoup de choses deviendront claires.
Il y a quelques jours, vous avez déclaré que, selon les médias américains, dont le New York Times, certaines personnes de l’administration Biden envisageaient sérieusement de lancer une frappe préventive contre les hauts dirigeants russes. J’ai appelé Washington et j’ai parlé avec deux personnes de l’administration américaine sous couvert d’anonymat.
Sergueï Lavrov : J’ai également cité une source anonyme.

11°/Question : Ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas se porter garant de tous les responsables de la grande administration américaine, mais que, bien sûr, il n’y a aucun plan pour frapper les hauts dirigeants russes, et qu’il ne peut y avoir de tels plans. Croyez-vous, sur la base de ce que vous savez, que quelqu’un avec une réelle autorité à Washington planifie une frappe contre les dirigeants russes ?
Et ma deuxième question. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan ont déclaré à plusieurs reprises que Washington avertit la Russie qu’elle ne devrait pas emprunter une certaine voie car cela entraînerait les répercussions les plus graves. Voudriez-vous saisir cette opportunité et dire à l’administration américaine ce qui se passerait si quelqu’un tentait de mener une telle frappe ?

https://i0.wp.com/www.pbs.org/wgbh/frontline/wp-content/uploads/2020/09/Blinken.jpg Antony Blinken


Sergueï Lavrov : J’ai cité une source anonyme, mais contrairement à vous, je ne le connais pas (vous connaissez vos sources anonymes). Je sais qu’ils l’ont appelé une source de haut rang.

12°/Question : Le New York Times a-t-il fait de la publicité pour lui ?
Sergueï Lavrov : Oui.

13°/Question : Cela signifie-t-il que le New York Times l’a pris au sérieux ?
Sergueï Lavrov : Nous sommes habitués à penser que c’est du journalisme sérieux. Bien qu’il y ait de plus en plus d’indications que ce n’est pas toujours le cas, nous nous en tenons néanmoins à ce concept. Je voudrais délibérément exagérer cette fuite anonyme car cette source (il ou elle, en utilisant le langage politiquement correct actuel) a déclaré qu’une telle menace avait été proférée et que, par principe, le Kremlin ne devrait pas se sentir en sécurité. La source a dit quelque chose dans ce sens. Il n’y avait rien de spécifique sur Vladimir Poutine, mais tout était clair. J’ai décidé de mettre délibérément l’accent sur cette affirmation, faite dans le contexte de têtes parlantes qui bavardent constamment et qui ne peuvent évidemment rien faire d’autre que parler, mais qui ne sont pas très douées pour penser. Alexey Danilov de Kiev, par exemple…

13°/Question : Alexeï Danilov, secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense.
https://www.rbc.ua/static/img/3/j/3j0a7249_42_1300x820.jpg  Alexei Danilov

Sergueï Lavrov : Oui, c’est un grand spécialiste des affaires étrangères. Il y a aussi Mikhail Podolyak…

14°/Question : Un conseiller du chef du bureau du président de l’Ukraine.

Sergueï Lavrov : Chaque jour, ils disent qu’ils vont reprendre la Crimée, et que le Kremlin doit savoir qu’ils vont l’atteindre et y larguer leurs bombes.
L’administration américaine n’a en aucun cas répondu à une déclaration similaire mais un peu moins vulgaire d’une source anonyme à Washington. Les journalistes n’ont pas demandé à l’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, ce qu’ils en pensaient lors d’un point de presse. Lorsqu’ils ont posé des questions sur la Crimée, une source anonyme du Pentagone a déclaré qu’ils ne pouvaient pas interdire aux Ukrainiens d’utiliser leurs forces armées contre un territoire qu’ils considèrent comme faisant partie de l’Ukraine. Cela met en évidence un changement sérieux dans leur position.
En avril 2014, après le coup d’État et le référendum en Crimée (j’en ai déjà parlé, ce n’est pas un secret), nous nous sommes réunis à Genève ‒ le secrétaire d’État américain John Kerry, moi-même, la principale diplomate de l’UE Catherine Ashton et Andrey Deshchitsa, qui a agi en tant que conservateur de la politique étrangère pour les putschistes. Nous nous sommes assis et avons discuté d’un document d’une page qui comprenait, comme déclaration principale, le soutien à la fédéralisation de l’Ukraine et le lancement du processus impliquant toutes les régions ukrainiennes. C’était une évolution tout à fait naturelle pour le délégué de l’UE et John Kerry. Le papier était toujours là plus tard; cependant, il n’a pas non plus obtenu de statut. Parallèlement, John Kerry et moi avons eu de longues conversations bilatérales. Au cours de l’une d’entre elles, il a dit qu’ils étaient bien conscients du fait que le choix des Criméens était sincère et qu’il n’y avait aucun doute là-dessus. Et pourtant, ce choix a dû être formalisé, par un autre référendum, avec des représentants invités de l’OSCE, de l’ONU et d’autres. Le premier référendum avait été organisé dans la précipitation. Je lui ai expliqué que la ruée était due au fait que les putschistes avaient lancé leurs « trains de l’amitié » sur la Crimée, avec des militants armés, le Secteur droit et d’autres groupes ultra-radicaux néo-nazis qui ont pris d’assaut le Conseil suprême de Crimée. La population locale n’a pas voulu attendre une autre provocation agressive.

https://static.latribune.fr/full_width/2093995/le-president-americain-joe-biden-s-exprimant-lors-d-une-allocution-a-la-maison-blanche.jpg Joe Biden


Le président américain Joe Biden ne cesse de répéter que l’Ukraine doit gagner pour empêcher la troisième guerre mondiale. Il n’a dit quelque chose à cet effet que récemment. Je ne comprends pas ce genre de raisonnement car d’abord, il dit qu’ils n’affronteront pas directement la Russie sinon cela déclenchera la troisième guerre mondiale et plus tard, il ajoute que l’Ukraine doit gagner pour empêcher la guerre mondiale. Nous n’avons pas de canal de dialogue. Le président des chefs d’état-major interarmées, Mark Milley, appelle occasionnellement le chef d’état-major général des forces armées russes, Valery Gerasimov. Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s’est entretenu à plusieurs reprises avec notre ministre de la Défense, Sergey Shoigu. Tout cela est bon et utile. Mais cela nous oblige à être prudents.

15°/Question : À l’époque où Hillary Clinton était secrétaire d’État américaine, elle a formulé le principe sous-jacent de la diplomatie américaine, qui reste en vigueur à ce jour : les États-Unis « peuvent marcher et mâcher de la gomme en même temps ». Dans ce cas, s’il est appliqué aux relations américano-russes, cela signifie que les États-Unis contiennent la Russie, fournissent un soutien total à l’Ukraine et essaient d’aider l’Ukraine à « vaincre la Russie sur le champ de bataille », alors qu’en même temps ils veulent discuter avec la Russie les questions qui les intéressent. Maintenant, ils souhaitent discuter avec la Russie de la reprise des inspections START-3 dans les installations nucléaires. Les États-Unis soutiennent que nous sommes tous les deux des superpuissances nucléaires et que les inspections sont essentielles pour la stabilité stratégique. À mon avis, c’est très hypocrite. Je vois la principale menace à la stabilité stratégique dans la guerre hybride que les États-Unis mènent contre nous, et non dans les inspections ou leur absence. Dans tous les cas, pensez-vous que nous en avons besoin ? Certes, c’est une des opportunités de dialogue avec les Etats-Unis ; mais dans le contexte proposé par les États-Unis, devrions-nous être d’accord ?

https://www.altalex.com/~/media/Images/Lex/Asca/Politica/clinton_hillary%20jpg.jpg Hillary Clinton – USA


Sergueï Lavrov : Quand j’étais jeune, j’étais parfaitement à l’aise pour marcher et mâcher du chewing-gum en même temps. C’est une métaphore américaine. Mais nous utilisons d’autres idiomes, notamment « le chat mangerait du poisson mais ne se mouillerait pas les pieds ».
Vous avez tout à fait raison. Ils sont intéressés par la reprise des inspections. Naturellement, nous analysons la situation. Selon notre évaluation, ils en ont besoin pour savoir à quoi s’attendre « au cas où » – pour tous les mantras sur le fait que la guerre nucléaire est inacceptable, et nous y sommes toujours engagés à cent pour cent. Nous avons récemment réaffirmé notre engagement dans une déclaration spéciale. Je fais référence aux déclarations initiées par la Russie par les cinq États nucléaires selon lesquelles il ne peut y avoir de vainqueur dans une guerre nucléaire et qu’aucune guerre de ce type ne devrait jamais être déclenchée. En juin 2021, à l’initiative de la Russie, les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine au sommet ont mis à jour et réaffirmé les déclarations signées par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 1980.

https://m1.quebecormedia.com/emp/emp/c3ea3f50-c762-11e6-95a1-eb2b40ba5bbe_ORIGINAL.jpg?impolicy=crop-resize&x=0&y=0&w=1200&h=816&width=960  Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 1980.


Ils veulent faire ces inspections. Ils nous envoient des signaux; nous recevons des appels de représentants du Conseil national de sécurité qui veulent tout reprendre. Nous leur citons le traité – exactement dans la veine de votre évaluation selon laquelle la stabilité n’est pas assurée par les inspections. Le préambule de ce traité stipule que la Fédération de Russie et les États-Unis travailleront « pour forger une nouvelle relation stratégique basée sur la confiance mutuelle, l’ouverture, la prévisibilité et la coopération ». Tout ce qui précède a été déraillé par les États-Unis. Ils ont presque qualifié la Russie d’ennemi. Il n’y a pas de confiance, et ils nous le disent directement.
Dans le préambule, les parties reconnaissent également l’existence de l’interrelation entre les armes stratégiques offensives et les armes stratégiques défensives. Et c’était le plus loin que les Américains étaient prêts à aller pour signaler leur compréhension de nos préoccupations concernant leurs plans de défense antimissile, des plans pour créer un système mondial de défense antimissile. Eh bien, en tout cas, cette interrelation est inscrite dans le traité. Même dans la période précédente, avant les événements actuels, nous avons souligné ce lien lors des consultations sur la mise en œuvre du traité. Le traité ajoute en outre que cette interdépendance deviendra plus importante à mesure que les armes nucléaires stratégiques seront réduites. Ils ont dit, ce n’est que le préambule. Nous avons souligné qu’après avoir ratifié le traité, notre Douma d’État a publié une déclaration selon laquelle le traité n’aurait pas pu être ratifié s’il ne mentionnait pas l’interrelation étroite et inséparable entre les armes stratégiques offensives et défensives. Ce n’est pas « juste un préambule » à quelque chose sans importance ; c’est un fait juridique. Bien sûr, ils violent cette obligation. Un système mondial de défense antimissile est en cours de construction le long du périmètre des frontières russes et chinoises. Tout ce discours « ne vous inquiétez pas, tout est contre l’Iran et la Corée du Nord » appartient au passé. Plus personne ne s’en souvient. On déclare ouvertement que les systèmes anti-missiles sont là pour « dissuader » la Russie et la Chine.
Dans cette situation, si la seule partie importante qu’ils voient dans ce traité est « vous nous laissez venir voir », ce n’est pas trop juste. D’un point de vue technique, les sanctions ont sérieusement entravé notre capacité à effectuer des inspections croisées. Même si la Russie est (hypothétiquement) autorisée à faire voler des avions à travers tous les pays sur le chemin de Genève, les membres de la délégation et les équipages, comme nous l’avons constaté, auront des problèmes pour payer leur hôtel, leur nourriture et leur ravitaillement en carburant. l’avion. Rien de tout cela ne peut être garanti. « Reprenons simplement les inspections, puis nous réglerons les choses au fur et à mesure. » Le côté technique est traité comme une question mineure, voire immatérielle.
Un problème stratégiquement important est qu’ils ont sapé tous les fondements sur lesquels reposait ce traité. Malgré cela, en énonçant tout cela à nos collègues américains, nous avons dit que nous étions pleinement attachés à nos obligations au titre du traité tant qu’elles pouvaient être mises en œuvre sur un pied d’égalité : nous leur fournirons les informations requises par le traité en temps opportun et de manière complète et enverra les avis appropriés.

16°/Question : Poursuivant sur le thème des menaces réelles à la stabilité stratégique, Joe Biden a déclaré que l’Ukraine doit gagner sur le champ de bataille pour empêcher une troisième guerre mondiale. Que pensez-vous que les États-Unis feront lorsque l’Ukraine perdra sur le champ de bataille ? Cela me semble inévitable. Ils se sont convaincus que cette guerre n’est pas seulement (et pas tant) pour l’Ukraine, mais pour le leadership américain, pour le fameux « ordre international fondé sur des règles », c’est-à-dire pour l’hégémonie américaine. Que feront-ils quand l’Ukraine perdra ?

https://img.static-rmg.be/a/view/q75/w1200/h627/4835335/gettyimages-1245771164-jpg.jpg  Joe Biden & le président ukrainien Volodymyr Zelensky


Sergueï Lavrov : Votre question m’a coincé. J’essaie généralement de réfléchir avant de dire quelque chose. Même ainsi, j’ai parfois laissé filer les choses, je l’avoue. Quand une personne dit de telles choses, elle a probablement quelque chose dans sa manche ; s’ils pensent vraiment ce qu’ils disent…
On parle de plus en plus de la nécessité de commencer à négocier. Mais ensuite, la Russie est accusée de refuser, alors que le président Vladimir Poutine a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y avait pas eu de propositions sérieuses.
L’épisode d’Istanbul a clairement montré que l’Ukraine s’était alors aussitôt fait gronder : « Trop tôt. Vous n’avez pas encore épuisé la Russie au point que les États-Unis jugeraient cela acceptable. Maintenant, ils ne clignent même pas des yeux lorsqu’ils disent que Kiev est « prête » à parler et que la Russie ne l’est pas, au milieu des déclarations de Kiev selon lesquelles l’Ukraine ne s’assiéra jamais à la table des négociations tant qu’elle n’aura pas récupéré sa terre « native ukrainienne de Crimée » et d’autres, jusqu’à ce que la Russie « capitule » et paie des « réparations ». Ce n’est qu’alors que nous serons acceptés dans un nouveau « parti ». Après un tribunal, naturellement. Et en février 2023, ils constitueront de nouveaux rangs. Ce sera intéressant à voir.
La plupart des processus ont longtemps été sortis du cadre onusien. Les Français et les Allemands ont créé de nouvelles plateformes sur le droit international humanitaire. Ensuite, ils ont créé une Alliance pour le multilatéralisme dirigée par l’UE. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils ne pouvaient pas le faire à l’ONU, un format aussi multilatéral que possible, ils ont répondu que les anciens membres étaient des rétrogrades, alors qu’ils étaient des multilatéralistes progressistes.

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTEyMDIyZGVjZWI3NGFmYjM4NjIzYWIyMWMwYmUzNzZkYjc?width=1260&height=708&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=3539716fe3fd2144eca5a088d2aa4c9878296506845acbf992a92c09eed8fcf0

Joe Biden a ensuite convoqué le Sommet pour la démocratie, s’arrogeant le droit de décider quelle démocratie est la plus démocratique. Le critère pour être une démocratie dans l’interprétation américaine n’est pas seulement d’être loyal aux États-Unis, mais au Parti démocrate américain. Compréhensible linguistiquement. Puis vint le forum de la Communauté politique européenne. Les États-Unis ont récemment accueilli un sommet États-Unis-Afrique. Contrairement à nous (la Russie a invité tous les pays africains au premier de ces sommets et au second à la mi-2023), les Américains eux-mêmes ont décidé de ce qu’était l’Afrique, en tant que concept géographique. Six ou sept pays ont été laissés de côté, car les gouvernements n’étaient pas assez «légitimes», c’est-à-dire pas nommés par des élections. Au même moment, le gouvernement ukrainien est arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’État sanglant.

17°/Question : En tant que personne qui vient d’arriver de Washington, je peux discuter avec vous. Si l’administration Biden a décidé qu’un pays ne fait pas partie de l’Afrique, alors ce n’est pas le cas, point final. Vous contestez le principe de base. Si quelqu’un a décidé qu’un certain pays ne faisait pas partie de l’Afrique, pourquoi Moscou s’y oppose-t-il ?
Sergueï Lavrov : J’aimerais terminer la liste de leurs manipulations bizarres avec la possibilité de créer un autre forum de sécurité excluant la Russie. Vladimir Zelensky a proposé un plan en 10 points, et Dmitry Kuleba nomme déjà des superviseurs du camp occidental pour chacun des dix points. Ils commenceront bientôt à donner des instructions.

18°/Question : Revenons à Henry Kissinger. Il y a de nombreuses années, il écrivait que les dirigeants se mentaient rarement. Les choses sont différentes dans la diplomatie publique, où dire la vérité et rien que la vérité dans les relations avec la contrepartie n’est pas quelque chose que les diplomates sont censés faire. Cependant, lorsque les dirigeants se parlent, ils ne se mentent généralement pas, car ils savent qu’ils devront à nouveau se traiter les uns avec les autres et une confiance minimale est un principe fondamental de la diplomatie.
Maintenant, il semble que nous soyons arrivés à un point où la confiance est inexistante, et Washington et Bruxelles se vantent du fait qu’il n’y a pas de confiance dans les relations avec la Russie et qu’il ne peut y en avoir. Les choses qui ont été discutées lors des entretiens avec le président ou avec vous sont rendues publiques. Ils disent que des avertissements ont été lancés lors de la crise géorgienne de 2008 à l’effet qu’il était nécessaire d’écarter Mikheil Saakachvili. Des remarques sont attribuées au président Poutine et à vous que (comme il s’est avéré plus tard) vous n’avez jamais faites.
J’ai une question pour vous : comment êtes-vous censé traiter vos anciens collègues américains dans ces circonstances ? Pour le meilleur ou pour le pire, les États-Unis restent une grande puissance et il faut composer avec eux pour maintenir des dialogues publics symboliques et un dialogue confidentiel toujours en cours. Que souhaitez-vous à cet égard ? Pas un souhait rhétorique, mais un souhait sérieux des décideurs politiques à Washington, afin qu’un dialogue sérieux puisse commencer dans la nouvelle année ?
Sergueï Lavrov : Nous n’allons faire aucun vœu concernant le dialogue. Ils sont bien conscients du fait que ce n’est pas nous qui avons rompu le dialogue. Nous n’allons pas leur demander de le reprendre. Ce n’est pas qui nous sommes. Nous ne répondons qu’aux offres raisonnables lorsque nous recevons une offre de rencontre.

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSrwPzHroYBZ1l_Np_i7QqCFCAluJ2eNB1N3DSjXR4C8WNvxnXBQy-1v092xdzGLm8qxbM&usqp=CAU

Il y a eu plusieurs propositions informelles au cours de cette période. A chaque fois nous avons convenu de nous rencontrer. L’un d’eux s’est concrétisé lorsque le directeur de l’Agence centrale de renseignement, William Burns a rencontré le chef du service de renseignement extérieur Sergey Naryshkin, à Ankara. La réunion était censée être confidentielle, mais chaque élément d’information en cours de discussion a été divulgué au domaine public. Peu de choses sont gardées secrètes ces jours-ci, même si nous essayons toujours de respecter notre part du marché. D’autres tentatives ont été faites pour organiser une réunion qui comprenait également des références aux instructions émises par Washington. Nous n’avons jamais dit non. Mais finalement, ces tentatives ont diminué.
Mon souhait est qu’ils soient un peu plus démocratiques, non pas comme ils l’entendent, mais comme ils l’entendent sur la scène internationale. Lorsque nous parlons de démocratiser les relations internationales, nous ne parlons pas d’approches surnaturelles ou révolutionnaires. Nous parlons de l’importance de faire reposer ces relations sur la Charte de l’ONU, selon laquelle l’ONU est fondée sur l’égalité souveraine des États. Il n’y a pas besoin d’autre chose que cela. Tout ce que nous devons faire, c’est agir conformément à cet engagement, que les États-Unis (en collaboration avec la Russie) ont écrit de leurs propres mains dans ce document fondamental. Sinon, ils se sentent en droit (j’ai cité ces exemples et tout le monde les connaît) de décider soudain que la sécurité des Etats-Unis s’est brusquement détériorée ou dépend sérieusement de ce qui se passe en Yougoslavie ; ou, quelqu’un commence soudainement à soupçonner Saddam Hussein de faire une sorte de recherche dans le domaine des ADM ; ou Mouammar Kadhafi n’est tout d’un coup pas assez « bon » ou peut-être en sait trop sur le financement d’une campagne présidentielle en France une année donnée. C’est tout ce dont ils ont besoin pour démarrer. Un corps expéditionnaire est alors envoyé dans un pays situé à 10.000 milles des États-Unis. Ils ont rasé la Libye. Maintenant, ils essaient de le reconstituer. Tout comme les Américains ont insisté à un moment donné sur le fait que le Soudan devait être divisé en deux parties. Puis ils ont commencé à se plaindre qu’aucune des parties ne les écoute. Maintenant, ils exigent que des sanctions soient imposées contre le Soudan et le Soudan du Sud et les imposent en fait.

Des centaines de milliers de personnes ont été tuées en Irak et des villes ont été rasées. Aucune arme n’a été retrouvée. Tony Blair dans ses mémoires a dit qu’ils avaient fait une erreur, mais cela peut arriver à n’importe qui. Tout cela a été fait dans les pays situés de l’autre côté de l’océan. Je ne parle même pas des raisons invoquées par les Américains pour faire intervenir la République dominicaine ou la Grenade. Le président Reagan parlait d’une menace pour la vie des citoyens américains. Juste une menace. Il y avait des milliers d’Américains là-bas. Ils envahissent des pays, renversent des gouvernements, etc.
https://www.capital.fr/imgre/fit/http.3A.2F.2Fprd2-bone-image.2Es3-website-eu-west-1.2Eamazonaws.2Ecom.2Fcap.2F2017.2F05.2F09.2Fe5b32dba-7191-4cf3-a186-41d802b45b2c.2Ejpeg/790x395/background-color/ffffff/quality/70/les-accords-de-minsk-sur-le-conflit-ukrainien-prolonges-en-2016.jpg  De gauche à droite: le président biélorusse Alexander Loukachenko, Vladimir Poutine, Angela Merkel, François Hollande et Petro Porochenko (Ukraine), lors des discussions de paix à Minsk en février 2015. Les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand sont convenus de prolonger en 2016 les accords de Minsk 2 visant à mettre fin au conflit ukrainien /Photo prise le 11 février 2015/REUTERS/Grigory Dukor Tous droits réservés

Dans notre cas avec les Russes et les russophones d’Ukraine, leurs droits, leur langue, leur éducation, leurs médias et leur culture ont été bafoués par la loi. Puis, il y a eu le coup d’État. Les putschistes ont alors déclaré que la langue russe devait être interdite et proscrite et que les Russes devaient être chassés de Crimée. Nous sommes allés de l’avant et avons signé les accords de Minsk, qui couvraient une petite partie des territoires actuellement contestés. Pas une seule loi n’a été adoptée en Ukraine sous le président Porochenko ou le président Zelensky sans que les États-Unis ne donnent de solides conseils. Rien ne serait arrivé si l’Occident, principalement les États-Unis, s’était conformé à ces accords simples et globaux. Il n’y aurait pas eu de putsch ou de coup d’État si les Allemands, les Français et les Polonais, qui se sont portés garants de l’accord signé par le président Ianoukovitch et l’opposition, avaient insisté pour que les putschistes mettent fin à ce chaos et donnent suite à l’accord. Il y aurait eu des élections là-bas dans cinq à six mois et l’opposition aurait gagné. Les choses étaient claires. Pourquoi ont-ils dû le faire ? Je n’ai qu’une seule réponse à cette question. Si tel était le cas, la théorie avancée par Zbigniew Brzezinski aurait fait l’objet de révisions et de risques. Ensuite, à condition que les accords existants soient respectés et que tout reste dans les frontières de 1991, cela aurait créé un environnement permettant à la Russie et à l’Ukraine de maintenir de bonnes relations (c’est un fantasme, mais je pense que ce n’est pas loin de la vérité).
Ce qu’ils ont fait à la place, c’est mettre en place des russophobes, rompre l’accord avec le président Ianoukovitch et commencer à faire ce qu’ils continuent de faire maintenant, à savoir légitimer la théorie nazie et promouvoir les pratiques nazies via des bataillons dans la vie quotidienne.
Lorsque le Congrès américain a approuvé le budget militaire américain, comme il le fait chaque année, il a interdit toute forme d’aide, y compris militaire et financière, à Azov. A chaque fois, le Pentagone s’y oppose et pousse pour que cette interdiction soit retirée du budget américain. Cela en dit long.

19°/Question : Quelles sont vos prévisions pour l’année prochaine ? Je ne vous demande pas de fantasmer, ce n’est pas ce qu’un ministre doit faire. Juste ce que vous pouvez partager en termes de vos propres attentes.

Sergueï Lavrov : Nous devons toujours être réalistes. Je ne suis pas pessimiste, bien qu’on dise qu’un pessimiste est simplement un optimiste bien informé. Quant au verre, qu’il soit à moitié plein ou à moitié vide, il est également important de savoir quel liquide s’y trouve.
Mes attentes sont réalistes. Je suis convaincu qu’avec notre résilience, notre patience et notre détermination, nous défendrons les nobles objectifs qui sont d’une importance cruciale pour notre peuple et notre pays. Nous le ferons de manière cohérente, tout en restant prêts pour un dialogue égal et des accords qui assureront une sécurité véritablement équitable et indivisible en Europe.
Cela inclut le respect des intérêts de la Russie. Ce n’est pas quelque chose que nous avons inventé et que nous exigeons maintenant d’être mis en œuvre. C’est ce sur quoi tous les dirigeants occidentaux se sont inscrits à Istanbul en 1999 et à Astana en 2010, ainsi que dans les documents du Conseil Russie-OTAN. Ce qu’ils nous ont dit était faux, pour le dire diplomatiquement.

https://mid.ru/en/foreign_policy/news/1845915/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s