5190 – Ch.Sannat – « La guerre en Ukraine ? Ce n’est rien par rapport à la guerre contre la Chine qui arrive ! » – Insolentiae – 10.11.2022

  • 1°/« La guerre en Ukraine ? Ce n’est rien par rapport à la guerre contre la Chine qui arrive ! ».
  • 2°/Nouvelle crise pour les cryptomonnaies. Le Bitcoin chute lourdement.
  • 3°/L’armée veut préparer les Français à la possibilité de la guerre
  • 4°/L’or devrait connaître une hausse à deux chiffres en 2023, selon UBS
  • 5°/Quelques nouvelles des GAFAM…

1°/ « La guerre en Ukraine ? Ce n’est rien par rapport à la guerre contre la Chine qui arrive ! ». L’édito de Charles SANNAT

par Charles Sannat | 10 Nov 2022 | A la une, Guerre


Mes chères impertinentes, chers impertinents,

L’amiral Charles Richard, n’est pas n’importe qui. C’est celui qui dirige le commandement stratégique du Pentagone. Il n’est pas à la retraite mais en activité. Sa parole engage aussi bien les Etats-Unis que l’armée américaine. Ces propos ne souffrent aucune ambiguïté.

https://raids.fr/wp-content/uploads/2022/11/usa1.jpg  L’Amiral Charles Richard


Avant de vous en parler, vous trouverez également dans cette édition un article rapide concernant la France et nos armées, qui elles aussi veulent « préparer les esprits » à la guerre.

« The big one is coming ». La guerre entre la Russie et l’Ukraine n’est que le prélude d’un conflit bien plus important prévient l’un des plus hauts gradés du commandement américain.

Dans une tribune publiée sur le site du Wall Street Journal, l’amiral Charles Richard estime que la dissuasion militaire américaine s’estompe. « Le grand conflit arrive. Et il ne faudra pas longtemps avant que nous les Etats-Unis soyons testés d’une manière dont nous ne l’avons pas été depuis longtemps », indique-t-il.

Le chef du Stratcom américain a averti que la Chine et la Russie sont en train de surpasser l’Amérique dans l’arène nucléaire, perdant ainsi la dissuasion.
La guerre en Ukraine est le prélude à des défis militaires plus importants pour les États-Unis dans un avenir proche, et l’Amérique est en train de perdre son avantage concurrentiel en matière de capacités d’armement nucléaire, a averti l’amiral Charles Richard, chef du commandement stratégique américain, dans un discours prononcé lors du symposium annuel 2022 et de la mise à jour de l’industrie de la Ligue navale des sous-marins, mercredi, a rapporté le ministère américain de la défense.
« Cette crise ukrainienne dans laquelle nous sommes en ce moment, ce n’est que l’échauffement », a déclaré Richard. « La grande crise est à venir. Et il ne va pas falloir attendre très longtemps avant que nous soyons testés d’une manière qui ne l’a pas été depuis longtemps. »

Charles Richard a averti que les États-Unis étaient en train de perdre leur dissuasion nucléaire face à des concurrents comme la Chine et la Russie.

« Lorsque j’évalue notre niveau de dissuasion contre la Chine, le navire coule lentement », a-t-il déclaré. « Il coule lentement, mais il coule, car fondamentalement, ils mettent des capacités sur le terrain plus rapidement que nous. »
Dans son document du 27 octobre sur la stratégie de défense nationale, le Pentagone a également présenté une situation désastreuse en ce qui concerne l’équilibre nucléaire entre les États-Unis, la Russie et la Chine.
« Nos principaux concurrents continuent d’étendre et de diversifier leurs capacités nucléaires, pour inclure des systèmes nouveaux et déstabilisants, ainsi que des capacités non nucléaires qui pourraient être utilisées pour mener des attaques stratégiques », indique la revue de la posture nucléaire. « Ils ont manifesté peu d’intérêt pour la réduction de leur dépendance à l’égard des armes nucléaires. En revanche, les États-Unis se concentrent sur le remplacement rapide des systèmes existants sur le terrain qui approchent rapidement de leur fin de vie. »
La Chine cherche à posséder au moins 1 000 ogives livrables d’ici à la fin de 2030, et la Russie a l’intention de déployer 1 550 ogives limitées par le traité START sur des vecteurs.
« La République populaire de Chine (RPC) est le défi global pour la planification de la défense américaine et un facteur croissant dans l’évaluation de notre dissuasion nucléaire. La RPC s’est lancée dans une ambitieuse expansion, modernisation et diversification de ses forces nucléaires et a établi une triade nucléaire naissante », indique l’examen du dispositif nucléaire.
« La Russie continue de mettre l’accent sur les armes nucléaires dans sa stratégie, de moderniser et d’étendre ses forces nucléaires, et de brandir ses armes nucléaires à l’appui de sa politique de sécurité révisionniste. »
« Cette crise ukrainienne dans laquelle nous sommes actuellement, ce n’est que l’échauffement… La grande crise arrive. »
Les États-Unis doivent accélérer le rythme et selon l’amiral Richard, le seul domaine que les États-Unis dominent encore est celui des capacités sous-marines.
« Les capacités sous-marines sont toujours le seul… peut-être le seul véritable avantage asymétrique dont nous disposons encore face à nos adversaires », a déclaré l’amiral Richard, selon les informations du ministère de la défense américain. « Mais si nous n’accélérons pas le rythme, si nous ne réglons pas nos problèmes de maintenance, si nous ne lançons pas de nouvelles constructions… si nous ne parvenons pas à résoudre ces problèmes… nous ne serons pas en bonne position pour maintenir la dissuasion stratégique et la défense nationale ».
Le commandant du Stratcom a appelé l’armée américaine à s’inspirer de la façon dont elle opérait dans les années 1950 pour rétablir son avantage concurrentiel.
« Nous devons opérer un changement rapide et fondamental dans la façon dont nous abordons la défense de cette nation », a déclaré Richard. « Nous savions autrefois comment agir rapidement, et nous avons perdu l’art de le faire ».
« Sinon, poursuit Richard, la Chine va tout simplement nous dépasser, et la Russie n’est pas près de disparaître ».


En conclusion, ce que vous venez de lire, n’est pas l’annonce d’une guerre future, de la fin du monde et d’une apocalypse nucléaire. Ce que vous venez de lire a une implication beaucoup plus concrète et immédiate. C’est la fin de la mondialisation telle que nous l’avons connue ce qui signifie également une inflation beaucoup plus forte et durable.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/la-guerre-en-ukraine-ce-nest-rien-par-rapport-a-la-guerre-contre-la-chine-qui-arrive-ledito-de-charles-sannat/

2°/Nouvelle crise pour les cryptomonnaies. Le Bitcoin chute lourdement.

par Charles Sannat | 10 Nov 2022 | Cryptomonnaies


N’imaginez pas que je prenne un plaisir quelconque à voir les cryptomonnaies s’effondrer à nouveau.
Lorsque l’on prend un peu de recul et que l’on regarde le graphique ci-dessous qui est celui de l’évolution des cours du Bitcoin, il est largement possible d’envisager que l’on regarde l’explosion de la bulle spéculative.
Le fait d’aimer ou pas les cryptos ne changera rien à l’affaire.
Les États veulent mettre en place leurs propres monnaies digitales de banques centrales.
Il est peu probable qu’elles abandonnent leur exorbitant privilège de battre monnaie.
Elles vont donc tuer les cryptomonnaies « privées » qui pourraient bien évidemment faire concurrence, notamment pour des raisons de liberté, aux monnaies officielles qui, pour votre bien, seront parfaitement régulées et totalement tracées.
L’effondrement des cryptomonnaies était plus que prévisibles pour des raisons politiques évidentes. Cela ne veut pas dire que c’est une bonne nouvelle pour les libertés individuelles.
La mort des cryptos, qui n’est pas encore actée (gardons un peu d’espoir), c’est la naissance d’un nouveau monde de contrôle économique absolu sur toutes vos transactions.

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/nouvelle-crise-pour-les-cryptomonnaies-le-bitcoin-chute-lourdement/

3°/L’armée veut préparer les Français à la possibilité de la guerre

par Charles Sannat | 10 Nov 2022 | Grille article, Guerre


L’armée prépare les esprits à la possibilité de la guerre.
C’est le titre de cet article du Figaro.
« À bord du porte-hélicoptères amphibie Dixmude, à quai dans le port de Toulon, Emmanuel Macron présidera une remise de décoration à des militaires de toutes les armées. Cette cérémonie, qui rendra hommage mercredi au courage des soldats en opérations, fait partie des rituels auxquels le président de la République, en tant que chef des armées, est rompu. Elle sera aussi le prélude à un discours du chef de l’État sur le contexte international et à la présentation de la nouvelle Revue nationale stratégique. Rédigée en urgence pour tirer des leçons du conflit en Ukraine, elle constitue une première étape avant les débats sur la prochaine loi de programmation militaire 2024-2030. En filigrane, elle prépare aussi les esprits à la possibilité de la guerre. «C’est un changement de mentalité qu’il faut réussir à produire», dit-on à l’Élysée.
Le document liste dix objectifs stratégiques pour la défense des intérêts français, du maintien de la crédibilité de la dissuasion jusqu’au renforcement de la résilience nationale.
Le troisième objectif porte sur l’économie de guerre. S’il ne s’agit pas d’une « militarisation générale » : le chef de l’État voudrait faire prendre conscience que la sécurité est l’affaire de toute la nation. Le doublement du nombre de réservistes comme la généralisation du service national universel, sur lequel Emmanuel Macron a prévu de s’exprimer d’ici à la fin de l’année, participent du même esprit de défense ».
Quant aux armées, elles devront se préparer et « corriger leurs vulnérabilités », dit-on. « L’ambition stratégique de la France doit être réaffirmée au prisme de la fracturation de l’ordre mondial, notamment mise en évidence par la guerre en Ukraine », lit-on dans la version du texte consultée par Le Figaro. « Ce contexte questionne le modèle d’armée français actuel, conçu dans une logique principalement expéditionnaire. Ce modèle en 2030 devra fournir à la France les capacités de faire face à un éventuel retour d’un conflit interétatique de haute intensité et aux stratégies hybrides déployées par nos compétiteurs », y est-il écrit. Il reposera sur trois piliers: la dissuasion nucléaire, garante de la protection des intérêts vitaux de la France, des capacités conventionnelles, permettant une liberté de choix, et une mobilisation de la société, pour une «résilience mutuelle» armées-nation.
Résumons.
L’armée française (dont quelques généraux forts sympathiques mais un peu péteux passent à la télé pour ironiser sur la qualité de l’armée russe) n’est pas capable de tenir évidemment un conflit de forte intensité.
Nous n’avons que quelques jours de munitions, aucun stock, ni de minitions ni de matériel, et je ne parle même pas des hommes. Car si Poutine peut encore « mobiliser » des pauvres bougres, nous ce n’est même pas la peine.
Cela veut dire quoi de préparer les esprits ?
Il n’y a pas moins préparé que la France comme pays et nous serions bien collectivement incapables de partir à la guerre comme nos ancêtres de 14 qui sont allés se faire tailler en pièces dans les tranchées de Verdun. Sous la pluie. Dans le froid. Avec les rats. Dans la boue. Sous les obus et la mitraille. Morts par millions.
Je n’encense pas la guerre et je ne glorifie pas la mort.
En revanche, pour préparer les « esprits » à la guerre, notre mamamouchis du palais va avoir beaucoup de travail, parce que l’on part de loin.
De très loin même.
Bon, les parents, la fessée quand le petit est insupportable c’est interdit, mais par contre à 18 ans, faudra l’envoyer ramper sous les bombes russes…. Hahahahahaha.

Bon, les enfants, voui, il fait froid dans vos classes brrrrrr, on caille hein. Mes pauvres bichons vite du chauffage. Sinon à 18 ans, c’est direction les tranchées.

Bon, mes chéris, oui, c’est bien les jeux vidéos et l’abonnement Netflix, mais là faut partir à la guerre.

Sans oublier le classique désormais… Meuh c’est normal que tu déprimes, tu souffres d’anxiété climatique avec la petite Greta, mais t’inquiètes pas mon poussin, au bout de 15 jours dans les tranchées ukrainiennes, les angoisses climatiques s’estomperont bien vite.

Alors je veux bien que l’on prépare les esprits à la guerre, mais il va falloir à peu près changer tout le logiciel sociétal, et pour préparer à la guerre, il va falloir être plutôt chasseur que bouffeur de quinoa et de boulgour bio en vrac acheté chez Biocop. Je ne vous parle même pas de savoir si vous vous sentez vraiment garçon ou un peu fille, ou de l’idée de patriotisme qui est utile quand on doit aller se faire trouer la peau.

Je ne crois pas que la société y soit tout à fait prête à la… guerre !

Charles SANNAT

Source Le Figaro.fr ici


https://insolentiae.com/larmee-veut-preparer-les-francais-a-la-possibilite-de-la-guerre/

4°/L’or devrait connaître une hausse à deux chiffres en 2023, selon UBS

par Charles Sannat | 10 Nov 2022 | Grille article, Or & Argent


L’or devrait connaître une hausse à deux chiffres en 2023, selon UBS et les explications sont assez justes, surtout qu’il est à noter malgré un mouvement sans précédent de remontée des taux, une tenue exceptionnelle des cours de l’or.
« UBS prévoit un rebond des prix du métal précieux, affirmant qu’il augmentera de 13 % d’ici l’hiver prochain. L’or est traditionnellement considéré comme une couverture contre l’inflation. Mais la hausse des taux d’intérêt a détourné les investisseurs du métal jaune en augmentant le coût d’opportunité de la détention de cet actif à rendement nul ».
L’or n’a pas baissé depuis le 1er janvier en Euros !
« L’or a baissé de 18 % depuis le mois de mars, après que son prix ait dépassé les 2 000 dollars l’once, proche d’un sommet historique. UBS estime que les prix atteindront 1 900 dollars l’once d’ici la fin de 2023. La banque d’investissement suisse estime que le rapport risque/récompense de la possession du métal précieux augmentera « à mesure que le cycle de resserrement actuel de la Fed prendra fin ». UBS a déclaré que les prix de l’or ont historiquement eu tendance à augmenter de 19 % pour chaque baisse de 1 % des taux réels ».
L’or n’a pas baissé en euro. C’est normal et c’est l’effet change. L’euro a baissé plus vite contre le dollar que l’or n’a reculé !
Pour UBS le mouvement de baisse des taux arrivera assez rapidement en 2023 et du coup cela poussera les cours de l’or vers le haut.
« UBS prévoit non seulement que la Réserve fédérale mettra en pause les hausses de taux d’ici février, mais s’attend également à ce que la banque centrale réduise les taux d’intérêt de 175 points de base d’ici la fin de 2023.
« Nous pensons que l’or devrait en bénéficier et que, par conséquent, détenir une position longue sur l’or offrirait un risque-récompense attractif à la fin du cycle de resserrement », ont déclaré leurs analystes. »
C’est donc le moment de renforcer vos lignes de métal jaune si c’est dans vos projets.
Il n’y a aucun achat panique, aucune panique acheteuse. L’or est donc dans une phase calme qui est en elle-même un indicateur d’achat.

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/lor-devrait-connaitre-une-hausse-a-deux-chiffres-en-2023-selon-ubs/

5°/Quelques nouvelles des GAFAM…

par Charles Sannat | 10 Nov 2022 | Grille article, Investir son argent


Les GAFAM, vous savez ces grosses valeurs américaines de la « tech » qui font rêver ?
Et bien depuis le 1er janvier les cours de bourse des GAFAM souffrent terriblement.
  • META (Facebook) est en baisse de 70 % depuis le 1er janvier 2022 ! Oui, vous avez bien lu. -70 % !
  • Pour Google c’est moins pire. Alphabet (le nom de la société cotée) est en recul que de 39 %.
  • Pour Amazon c’est -48 %, oui, oui Amazon, la société qui livre le monde entier dès le lendemain en perdant de l’argent à l’envoi de chaque colis depuis maintenant plus de 20 ans !
  • Enfin, Apple est le bon élève de la classe en ne perdant même pas 24 % 23 % et quelques de pertes seulement. Autant dire rien par rapport aux autres.
  • Ha, j’allais oublier Microsoft perd 32 %.
Surveillez ces grandes valeurs du Nasdaq.
Il y aura des affaires à faire sur le long terme en oubliant pas que ce sont des valeur libellées en dollar et que vous vivez en zone euro avec donc un risque de change.
J’y reviendrais avec une sélection de valeur pour mes abonnés à la lettre STRATEGIES et en donnant à mon sens le point d’entrée pertinent sur les marchés.
Ce n’est pas encore le moment du top départ.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/quelques-nouvelles-des-gafam/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s