5110 – « Prix de l’énergie. Des efforts mais pas de sacrifices ! » L’édito de Charles SANNAT du 14.09.22 – Insolentiae

  • 1 « Prix de l’énergie. Des efforts mais pas de sacrifices ! »
  • 2 La BCE est prise au piège pour le Point.
  • 3 Pour Elon Musk, la hausse des taux de la FED peut provoquer une… déflation !
  • 4 Recharger le réseau EDF avec les batteries des voitures électriques… L’idée d’un ministre français. Si, si…
  • 5 La Norvège s’oppose au plafonnement européen des prix du gaz !

1 « Prix de l’énergie. Des efforts mais pas de sacrifices ! » L’édito de Charles SANNAT

par Charles Sannat | 14 Sep 2022 | A la une, Chronique de l’effondrement

Mes chères impertinentes, chers impertinents,
Élisabeth Borne – la Première ministre, doit tenir une conférence de presse aujourd’hui mercredi 14 septembre, sur la crise énergétique et doit faire quelques annonces notamment pour nous indiquer à quelle sauce nous allons être mangés et combien va nous coûter notre guerre contre la Russie aux côtés de l’Ukraine. En gros elle va nous dire quel sera le prix de notre liberté pour la saison automne/hiver 2022/2023.
Parce que 2024 c’est bien loin, et qu’à chaque jour suffit sa peine, nous saurons demain normalement l’ordre de grandeur de la douloureuse pour les prochains mois.
Cette conférence de presse sera pour Élisabeth Borne l’occasion de détailler les contours du nouveau bouclier tarifaire et la hausse des prix de l’énergie que devront supporter les ménages français.

Nous avons, à ce stade, quelques éléments qui ont fuité.

Tout d’abord la remise gouvernementale de 30 centimes par litre depuis le 1er septembre qui va diminuer à 10 centimes par litre à partir du 1er novembre, devrait être supprimée à partir du 1er janvier 2023 pour être remplacée par un dispositif à destination des « gros rouleurs », qui ont besoin de leur véhicule pour aller travailler. Ce serait donc le retour de l’aide aux gros rouleurs longtemps envisagée par le gouvernement et qui n’a jamais été mise en place mais qui est somme toute logique.

Ensuite pour l’électricité et le gaz on devrait avoir entre 10 % et 20 % de hausse.

Bruno Le Maire a d’ailleurs déclaré hier que « s’il n’y avait pas ce bouclier tarifaire, au 1er janvier 2023, vous auriez une augmentation du prix de l’électricité de 120 euros par mois par ménage et de 180 euros pour les prix du gaz. Ça serait des augmentations insupportables ». Nous ne pouvons qu’être d’accord avec Bruno le Maire sur ce sujet mais pas sur le suivant…

Pas de bouclier tarifaire pour les entreprises !

« Bruno Le Maire a en revanche exclu l’hypothèse d’un bouclier tarifaire pour les entreprises, estimant que « la différence entre les ménages et les entreprises, c’est ce que ces dernières peuvent reporter une augmentation sur leurs prix de vente ». « L’inflation est une charge qui doit être équitablement répartie, l’État protège, c’est normal, mais il faut qu’une partie des ménages qui le peuvent absorbent également les augmentations, tout comme les entreprises », a-t-il complété ».
La vision du ministre est totalement fausse et il commet une terrible erreur dont nous allons payer le prix non seulement par une hausse importante de l’inflation de tout ce que nous consommons, mais aussi par des pénuries très fortes sur tous les produits dont les prix sont faibles et la part d’énergie importante dans la production. C’est le cas de tous les objets en verre (pots, bouteilles, bocaux etc…) c’est le cas du plastic, c’est le cas de l’aluminium et des canettes, c’est aussi le cas du papier, à commencer par les journaux de presse, les livres, les BD et bien évidemment le papier le plus utile au quotidien et le plus abordable à savoir le papier toilette.

Si l’on veut limiter l’inflation, ce n’est pas en augmentant les taux d’intérêt, c’est en limitant les hausses des prix de l’énergie que nous y arriverons.

En laissant les entreprises subir de plein fouet les hausses de prix, Bruno le Maire confirme que l’inflation va continuer, ou alors il ne comprend rien à l’économie, et en plus il va créer des pénuries, et enfin, il va détruire des emplois, des entreprises qui non, Monsieur le ministre, ne peuvent pas répercuter les hausses de prix, car personne n’achètera une entrée de piscine à 20 euros et c’est pour cela que les piscines ferment!

Le quoi qu’il en coûte énergétique. 

Alors nous n’y sommes pas encore, et l’ami Bruno qui comprend vite quand on lui a expliqué longtemps, n’a pas encore compris qu’il serait obligé d’aider massivement les entreprises pour éviter un effondrement du système productif et des approvisionnements y compris alimentaires.
En attendant, Macron a résumé la stratégie du gouvernement par la formule suivante : « des efforts mais pas des sacrifices ».
Et c’est bien la définition d’un quoi qu’il en coûte énergétique. Aujourd’hui, concentré sur les ménages pour éviter la révolution populaire, ce quoi qu’il en coûte devra s’étendre rapidement aux entreprises.
Je vais même aller plus loin.
Dans une logique purement d’efficience, il vaut mieux aider les entreprises à employer, à payer les salaires et à produire que de payer l’énergie aux gens… Après politiquement et bien évidemment socialement il faut permettre à tous de se chauffer.

Conclusion logique, il faudra bien finir par aider tout le monde.

Conclusion logique suivante, quand on aide avec de l’argent que l’on n’a pas… on augmente les dettes.
Conclusion logique suivante après la suivante. A force d’augmenter les dettes on termine inévitablement par une faillite.
Pas de bouclier tarifaire pour les entreprises
Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/prix-de-lenergie-des-efforts-mais-pas-de-sacrifices-ledito-de-charles-sannat/

2 La BCE est prise au piège pour le Point.

par Charles Sannat | 14 Sep 2022 | Grille article, Monnaie et Inflation

La BCE prise au piège, c’est le titre de cet édito du Point.

 » Non seulement elle ne peut juguler l’inflation, mais son objectif de stabiliser celle-ci à 2 % apparaît plus que jamais inatteignable.
Depuis deux ans et le début de la crise sanitaire, la BCE a renoncé à sa sacro-sainte indépendance en conduisant une politique entièrement au service de la politique budgétaire des gouvernements, en créant massivement de la monnaie pour financer les déficits publics et racheter les dettes des États.
À l’instar de nombreux autres métiers, celui de banquier central pourrait bien lui aussi être confronté prochainement à des difficultés de recrutement en raison non seulement de sa grande pénibilité et de son caractère hyper-stressant mais aussi de la dégradation de son image et de sa perte de prestige auprès des opinions publiques. Réputés hier infaillibles et tout-puissants, censés être les gardiens vigilants et inflexibles de la stabilité des prix, les dirigeants monétaires occidentaux se sont laissés totalement déborder par une inflation qu’ils estimaient à tort provisoire et qu’ils sont aujourd’hui dans l’incapacité de juguler, provoquant la légitime colère des citoyens « .

Et oui, le Point vient de découvrir que les banques centrales sont au mieux incompétentes, ou au pire… malfaisantes !

Je penche pour la seconde solution, car depuis 40 ans, toutes les crises, je dis bien toutes les crises sont créées par les banques centrales lorsqu’elles décident de monter les taux d’intérêt dits « directeurs ».
Quand elles décident de ne plus donner de monnaie, alors les économies plongent. C’est une certitude.
Ce sont les banques centrales qui pilotent les cycles d’expansion ou de récession.

Pour le moment les banques centrales ont décidé que ce serait la récession.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source Le Point.fr ici


https://insolentiae.com/la-bce-est-prise-au-piege-pour-le-point/

3 Pour Elon Musk, la hausse des taux de la FED peut provoquer une… déflation !

par Charles Sannat | 14 Sep 2022 | Chronique de l’effondrement

Elon Musk prévient qu’une hausse majeure des taux de la Fed risque de provoquer une crise économique majeure.
Le PDG de Tesla, Elon Musk, a averti qu’une hausse majeure des taux de la Réserve fédérale risquait de provoquer une déflation dans l’économie américaine. L’avertissement de Musk fait suite à une analyse de Cathie Wood, PDG d’Ark Invest, qui a averti que “les indicateurs d’inflation avancés comme l’or et le cuivre signalent le risque de déflation.“

Le PDG de Tesla et Spacex, Elon Musk, a tweeté vendredi dernier que Une hausse importante des taux de la Fed risque de provoquer une déflation. Son tweet a attiré beaucoup d’attention.

Elon Musk raconte-t-il n’importe quoi ?

Et bien sans doute pas !

Au contraire !

C’est un problème de nature d’inflation.
L’inflation actuelle n’est pas fondamentalement de nature monétaire mais liée avant tout à l’explosion des prix de l’énergie et aux perturbations liées aux politiques zéro Covid en Chine.
Cette inflation ponctionne par des prix de l’énergie élevés des sommes considérables dans l’économie et dans le pouvoir d’achat des ménages des gens. Cette inflation des prix de l’énergie cache la déflation et la baisse de la demande des autres biens qui deviennent des variables d’ajustement. La hausse des taux va agir comme une seconde ponction dans l’économie et précipiter les choses vers des récessions.

Inflation + récession cela peut évidemment mener à la déflation si les banques centrales et les États appuient trop sur les freins.

Ils diront dans 10 ans qu’ils en ont trop fait et s’excuseront, mais en attendant ils vont écraser l’économie et préfèrent la déflation à l’inflation après avoir tout fait pour déclencher de l’inflation en voulant empêcher le cycle naturel et déflationniste dans lequel nous étions.
Les banques centrales amplifient actuellement la crise.
Elles ne règlent rien, elles aggravent tout.
Et le pire, c’est qu’elles le savent.
C’est donc volontaire.

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/pour-elon-musk-la-hausse-des-taux-de-la-fed-peut-provoquer-une-deflation/

4 Recharger le réseau EDF avec les batteries des voitures électriques… L’idée d’un ministre français. Si, si…

par Charles Sannat | 14 Sep 2022 | Grille article, Humour

Notre Ministre Pannier Runacher nous fait régulièrement des sorties pour le moins surprenantes. Certains disent qu’elle est « perchée », je ne sais pas trop ce que cela veut dire, mais je crois comprendre que ce n’est pas très aimable vis-à-vis de la ministresse.
Il n’en reste pas moins que d’après la ministre, acheter des voitures électriques (que l’on recharge tout de même en faisant tourner des usines à charbon pour produire de l’électricité) est une excellente idée selon elle, car quand le réseau est en tension et que nous manquons d’électricité, les batteries des voitures électriques deviennent des « réserves » d’électricité que l’on pourrait réinjecter sur le réseau.
En fait pour Pannier Runacher, on peut recharger le réseau grâce aux voitures électriques.
C’est vrai que c’est tout de même une approche assez drôle.
Techniquement c’est assez magique, et la ministresse s’y connaît vachement bien en magie comme elle vous l’explique parfaitement dans la vidéo.
Voilà, riez mes amis

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/recharger-le-reseau-edf-avec-les-batteries-des-voitures-electriques-lidee-dun-ministre-francais-si-si/

5 La Norvège s’oppose au plafonnement européen des prix du gaz !

par Charles Sannat | 14 Sep 2022 | Energie

La Norvège est devenu le premier pays fournisseur de l’Europe à la place de la Russie et bien évidemment elle s’oppose au plafonnement des prix !

« Alors que la majorité des pays européens souhaitent instaurer un plafonnement du prix des importations de gaz pour alléger leur facture énergétique, la Norvège s’affiche contre. Discret sur la question jusqu’à présent, le pays scandinave, qui est devenu le premier fournisseur de l’Europe en gaz naturel depuis les sanctions contre la Russie, considère qu’un prix maximal ne changera rien au problème fondamental, à savoir « qu’il y a trop peu de gaz en Europe ».
Disons surtout que la Norvège qui arrive en fin de production n’a pas franchement envie de brader ses dernières ressources de gaz et on peut la comprendre.
« Nous sommes d’accord pour avoir un dialogue encore plus étroit avec l’UE à l’avenir concernant les différentes propositions qui sont sur la table. Nous abordons les discussions avec l’esprit ouvert mais nous sommes sceptiques à l’égard d’un prix maximum pour le gaz », a déclaré le Premier ministre norvégien ce lundi 12 septembre.

La Norvège « profiteur de guerre »

« Mais des critiques se font jour à l’intérieur et hors des frontières, certains craignant que le pays ne passe pour un « profiteur de guerre ». « Alors que la guerre et la crise de pouvoir qui s’ensuit s’éternise, les sommes qui circulent vers le nord se révèlent embarrassantes », jugeait la semaine dernière l’hebdomadaire britannique The Economist.

Le problème c’est la guerre avec la Russie pas la Norvège.

Et lorsque la Commission Européenne veut plafonner le prix du gaz, il ne faut pas imaginer que cela puisse fonctionner à coup sûr.

Lors de la pandémie, la France a voulu « plafonner » le prix des masques que nous voulions acheter. Du coup, nous n’avions pas de masque car personne ne voulait nous en vendre vu qu’il y avait toujours un autre acheteur plus offrant. C’est pour cela que nous avons eu une pénurie de masque. Nous n’avons jamais manqué de masque. C’est l’État qui n’arrivait pas à passer commande parce qu’il ne voulait pas payer.

Il risque de se passer la même chose avec le gaz.

Et nous finirons frigorifiés !
La seule chose que réussissent à faire les technocrates, c’est… créer des pénuries avec votre argent ce qui est vraiment brillant.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source AFP via La Tribune.fr ici


https://insolentiae.com/la-norvege-soppose-au-plafonnement-europeen-des-prix-du-gaz/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s