5107 – Russie -V.Poutine – Session plénière du Forum économique de l’Est du 7 septembre 2022 à l’Île Russky en Territoire de Primorye

5107 – Russie -V.Poutine – Session plénière du Forum économique de l’Est du 7 septembre 2022 à l’Île Russky en Territoire de Primorye


Le président a participé à une session plénière du Forum économique de l’Est. Le thème de cette année est En route vers un monde multipolaire.

7 septembre 2022 – 12h40 – Île Russky du Territoire de Primorye
1 sur 26 Avant la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

L’événement a également réuni

  • le président du Conseil d’administration de l’État,
  • le Premier ministre du gouvernement intérimaire et commandant en chef des forces armées du Myanmar Min Aung Hlaing,
  • le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan,
  • le Premier ministre mongol Oyun-Erdene Luvsannamsrain ,
  • et président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine Li Zhanshu.

Le Premier ministre indien Narendra Modi, le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob et le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh se sont adressés au public par liaison vidéo.

* * *

2 sur 26 Session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Extraits de la transcription de la session plénière de l’EEF

Modérateur de la session plénière de l’EEF et directeur général de la chaîne de télévision RBC Ilya Doronov : Bonjour à tous,

Nous sommes heureux de vous avoir ici. Le typhon ne nous a pas du tout dérangés, même si le ciel n’est pas complètement dégagé, mais c’est super que nous soyons tous là.

Alors que je m’apprêtais à animer cette session plénière, j’ai parcouru les sessions plénières précédentes et j’ai réalisé une chose étonnante : il y avait moins de participants aux sessions plénières en 2019 avant la pandémie qu’aujourd’hui. Nous avons cinq personnes ici sur scène, et trois autres livreront des adresses vidéo. Aussi, pour votre information, les personnes qui sont sur scène et les personnes qui ont envoyé leurs adresses vidéo représentent les intérêts de plus de 3 milliards de personnes.

Cependant, nous sommes tous parfaitement conscients du fait que le monde a changé et que le monde en 2022 est différent du monde en 2021. À l’époque, nous parlions de la pandémie et du coronavirus, alors que maintenant nous parlons des hostilités en L’Ukraine et la crise économique mondiale imminente. De nombreux pays connaissent une inflation à deux chiffres, ce qu’ils n’ont jamais vu auparavant, et un changement de gouvernement a eu lieu dans d’autres pays. Certains pays se préparent à une crise énergétique, tandis que d’autres se préparent à faire face à une crise économique.

La Russie a vu le monde se diviser en nations amies et hostiles. Il se trouve qu’il y a beaucoup plus de pays amis à l’Est, et l’Extrême-Orient a maintenant un rôle plus important à jouer. Il faudrait probablement revoir son importance. L’Extrême-Orient est désormais une porte d’entrée vers la Russie pour tous les pays de l’Est. Aujourd’hui, nous examinerons si la région est prête pour les changements rapides qui s’annoncent – ​​conformément au titre de notre forum – sur la voie d’un monde multipolaire.

Encore une fois, salutations à tout le monde dans le public et à tout le monde sur scène : sain baina uu, mingalaba, barev dzes, nihao et bonjour.

Sur ce, Monsieur le Président, je vous cède la parole.

3 sur 26 Lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Président de la Russie Vladimir Poutine : Mes amis, M. Min Aung Hlaing, M. Pashinyan, M. Oyun-Erdene, M. Li Zhanshu, Mesdames et Messieurs,

Je suis ravi de saluer tous les participants et invités du Forum économique de l’Est. La Russie et Vladivostok accueillent à nouveau un forum de chefs d’entreprise, d’experts, de politiciens, de personnalités publiques et de membres du gouvernement de dizaines de pays à travers le monde.
Des adresses vidéo nous ont été envoyées par le Premier ministre indien Narendra Modi, le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob et le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh. Je suis ravi qu’ils aient pris le temps de participer à cette séance plénière.
Comme le veut la tradition, le programme du Forum économique de l’Est comprend des discussions sur les projets et initiatives extrêmement importants pour le développement des régions de l’Extrême-Orient russe et pour le renforcement des liens de coopération et de production de la Russie avec les pays d’Asie-Pacifique, nos anciens et traditionnels partenaires et pays qui ne font que développer un dialogue avec la Russie dans un large éventail de domaines et de projets commerciaux.
Bien sûr, cette réunion à Vladivostok est une bonne occasion de faire à nouveau le point sur la situation de l’économie mondiale et d’échanger sur ses principales tendances et risques.
4 sur 26 Lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan. Photo : Vladimir Smirnov, agence photo hôte TASS

L’année dernière, le Forum économique de l’Est s’est tenu après une longue pause causée par la pandémie de coronavirus. À cette époque, la majorité des experts s’accordaient à dire que l’activité commerciale mondiale commençait à se redresser et qu’elle se normaliserait peu après la levée des restrictions liées aux coronavirus. Cependant, la pandémie a cédé la place à de nouveaux défis, mondiaux qui menacent le monde comme un ensemble. Je fais référence à la frénésie des sanctions occidentales et aux tentatives ouvertes et agressives d’imposer le mode de comportement occidental à d’autres pays, d’éteindre leur souveraineté et de les plier à sa volonté. En fait, il n’y a rien d’inhabituel à cela : cette politique est menée par « l’Occident collectif » depuis des décennies.
La domination décroissante des États-Unis dans l’économie et la politique mondiales, ainsi que la réticence obstinée ou même l’incapacité des élites occidentales à voir, et encore moins à reconnaître des faits objectifs, ont agi comme un catalyseur de ces processus.
J’ai déjà mentionné que l’ensemble du système des relations internationales a récemment subi des changements irréversibles, ou devrais-je dire, tectoniques. Les États et régions émergents du monde entier, principalement, bien sûr, dans la région Asie-Pacifique, jouent désormais un rôle beaucoup plus important. Les pays d’Asie-Pacifique sont devenus de nouveaux centres de croissance économique et technologique, attirant des ressources humaines, des capitaux et des industries manufacturières.
Malgré tout cela, les pays occidentaux cherchent à préserver l’ordre mondial d’hier qui leur profite et obligent chacun à vivre selon les fameuses « règles », qu’ils ont eux-mêmes concoctées. Ce sont aussi eux qui enfreignent régulièrement ces règles, les modifiant en fonction de leur agenda en fonction de l’évolution des choses à un moment donné. Dans le même temps, d’autres pays n’ont pas été ouverts lorsqu’il s’agit de se soumettre à ce diktat et à cette règle arbitraire, obligeant les élites occidentales, pour le dire crûment, à perdre pied et à prendre des décisions à courte vue et irrationnelles sur la sécurité mondiale, la politique , ainsi que l’économie. Toutes ces décisions vont à l’encontre des intérêts des pays et de leurs peuples, y compris, soit dit en passant, des peuples de ces pays occidentaux. Le fossé séparant les élites occidentales de leurs propres citoyens se creuse.
5 sur 26 S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

L’Europe est sur le point de jeter ses réalisations en matière de renforcement de sa capacité de fabrication, de la qualité de vie de sa population et de la stabilité socio-économique dans la fournaise des sanctions, épuisant son potentiel, comme l’a ordonné Washington au nom de la tristement célèbre unité euro-atlantique. En fait, cela équivaut à des sacrifices au nom de la préservation de la domination des États-Unis dans les affaires mondiales.
Au printemps dernier, de nombreuses sociétés étrangères se sont précipitées pour annoncer leur retrait de Russie, estimant que notre pays souffrirait plus que d’autres. Aujourd’hui, nous assistons à la fermeture d’un site de fabrication l’un après l’autre en Europe même. L’une des principales raisons, bien sûr, réside dans la rupture des liens commerciaux avec la Russie.
La capacité concurrentielle des entreprises européennes est en déclin, car les responsables de l’UE eux-mêmes les coupent essentiellement des matières premières et de l’énergie abordables, ainsi que des marchés commerciaux. Il ne sera pas surprenant qu’à terme les niches actuellement occupées par les entreprises européennes, tant sur le continent que sur le marché mondial en général, soient prises en charge par leurs patrons américains qui ne connaissent ni frontières ni hésitations lorsqu’il s’agit de poursuivre leurs intérêts et atteindre leurs objectifs.
Plus que cela, dans une tentative d’entraver le cours de l’histoire, les pays occidentaux ont sapé les piliers du système économique mondial, construit au fil des siècles. C’est sous nos yeux que le dollar, l’euro et la livre sterling ont perdu confiance en tant que monnaies adaptées pour effectuer des transactions, stocker des réserves et libeller des actifs. Nous prenons des mesures pour nous débarrasser de cette dépendance à l’égard de devises étrangères peu fiables et compromises. Soit dit en passant, même les alliés des États-Unis réduisent progressivement leurs avoirs en dollars, comme le montrent les statistiques. Petit à petit, le volume des transactions et des économies en dollars diminue.
Je tiens à souligner ici qu’hier, Gazprom et ses partenaires chinois ont décidé de passer à des transactions à 50/50 en roubles et en yuans en ce qui concerne les paiements de gaz.
Je veux ajouter qu’avec leurs actions à courte vue, les responsables occidentaux ont déclenché une inflation mondiale. Dans de nombreuses économies développées, le taux d’inflation a atteint un niveau record qui n’avait pas été vu depuis de nombreuses années.

Tout le monde en est conscient mais je le répète :

  • fin juillet, l’inflation aux États-Unis atteignait 8,5 %.

  • La Russie a un peu plus de 14 % (j’en reparlerai plus loin) mais elle est en baisse, contrairement aux économies occidentales. L’inflation y est en hausse, et dans notre pays, elle est en baisse.

  • Je pense qu’à la fin de l’année, nous aurons environ 12 % et, comme le pensent nombre de nos experts, au premier ou au deuxième trimestre de 2023, nous atteindrons très probablement le taux d’inflation cible.

  • Certains disent que ce sera de 5 à 6 %.

  • D’autres disent qu’il descendra à 4 %.

On verra. En tout cas, la tendance est positive. Pendant ce temps, que se passe-t-il chez nos voisins ?
  • L’inflation en Allemagne a atteint 7,9 %,

  • en Belgique 9,9 %,

  • aux Pays-Bas 12 %,

  • en Lettonie 20,8 %,

  • en Lituanie 21,1 %

  • et en Estonie 25,2 %.

  • Et c’est toujours en hausse.

6 sur 26 S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

La hausse des prix sur les marchés mondiaux peut être une véritable tragédie pour la plupart des pays les plus pauvres, qui sont confrontés à des pénuries de nourriture, d’énergie et d’autres biens vitaux. Je citerai quelques chiffres qui soulignent le danger : alors qu’en 2019, selon l’ONU, 135 millions de personnes dans le monde étaient confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, leur nombre a été multiplié par 2,5 pour atteindre 345 millions aujourd’hui, c’est juste horrible. De plus, les États les plus pauvres ont complètement perdu l’accès aux aliments les plus essentiels alors que les pays développés achètent la totalité de l’offre, provoquant une forte augmentation des prix.
Laissez moi vous donner un exemple. La plupart des navires – vous savez tous très bien à quel point les passions sont vives, tout ce qui a été dit sur la nécessité de faciliter à tout prix l’exportation de céréales ukrainiennes, pour soutenir les pays les plus pauvres. Et nous n’avions certainement pas d’autre choix que de réagir, malgré tous les développements compliqués qui se déroulent autour de l’Ukraine. Nous avons tout fait pour que le grain ukrainien soit exporté, et nous avons certainement supposé – j’ai rencontré les dirigeants de l’Union africaine, les dirigeants des États africains et je leur ai promis que nous mettrions tout en œuvre pour défendre leurs intérêts et que nous faciliterions la l’exportation de céréales ukrainiennes.
La Russie l’a fait avec la Turquie. Nous l’avons fait. Et je voudrais vous rapporter le résultat, chers collègues : si nous excluons la Turquie en tant qu’intermédiaire, tout le grain exporté d’Ukraine, presque dans son intégralité, est allé vers l’Union européenne, pas vers les pays en développement et les plus pauvres. Seuls deux navires ont livré des céréales dans le cadre du Programme alimentaire mondial des Nations Unies – le programme même qui est censé aider les pays qui en ont le plus besoin – seuls deux navires sur 87 – je le souligne – ont transporté 60 000 tonnes sur 2 millions de tonnes de nourriture. C’est juste 3% qui sont allés aux pays en voie de développement.
Ce que je veux dire, c’est que de nombreux pays européens continuent aujourd’hui d’agir comme des colonisateurs, exactement comme ils l’ont fait au cours des décennies et des siècles précédents. Les pays en développement ont simplement été trompés une fois de plus et continuent de l’être.
Il est évident qu’avec cette approche, l’ampleur des problèmes alimentaires dans le monde ne fera qu’augmenter. Malheureusement, à notre grand regret, cela pourrait conduire à une catastrophe humanitaire sans précédent, et peut-être que les exportateurs doivent penser à limiter leurs exportations de céréales et d’autres denrées alimentaires vers cette destination. Je consulterai certainement le président de la Turquie – M. Erdogan, parce qu’avec lui, c’est nous qui avons développé un mécanisme pour l’exportation de céréales ukrainiennes, principalement, je le répète, pour aider les pays les plus pauvres. Mais que s’est-il passé en pratique ?
Je voudrais souligner une fois de plus que cette situation a été causée par les mesures imprudentes prises par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne, qui sont obsédés par des idées politiques illusoires. Quant au bien-être de leurs propres citoyens, sans parler des personnes en dehors du soi-disant milliard doré, ils l’ont mis en veilleuse. Cela conduira inévitablement les pays occidentaux dans une impasse, une crise économique et sociale, et aura des conséquences imprévisibles pour le monde entier.
7 sur 26 S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Chers Collègues,
La Russie résiste bien à l’agression économique, financière et technologique de l’Occident. Je parle d’une véritable agression; il n’y a pas d’autre mot pour cela. La monnaie et le marché financier de la Russie se sont stabilisés, l’inflation est en baisse, comme je l’ai déjà mentionné, et le taux de chômage est à un niveau historiquement bas à moins de 4 %. Les évaluations et les prévisions de notre performance économique, y compris par les hommes d’affaires, sont plus optimistes aujourd’hui qu’au début du printemps.
Je voudrais dire que notre situation économique s’est globalement stabilisée, mais nous constatons également un certain nombre de problèmes dans certains secteurs, régions et entreprises individuelles, en particulier ceux qui comptaient sur des approvisionnements en provenance d’Europe ou y fournissaient leurs produits.
Il est important de continuer à travailler avec les entreprises pour prendre des décisions rapides et lancer des mécanismes de soutien ciblés efficaces. Je voudrais demander à la Commission gouvernementale chargée d’accroître la durabilité de l’économie russe sous les sanctions de suivre l’évolution de la situation. C’est vrai que nous le faisons presque quotidiennement. Néanmoins, malgré les signes de stabilisation que j’ai mentionnés, nous sommes également conscients des risques et nous devons donc les surveiller.
La Russie est un État souverain. Nous protégerons toujours nos intérêts nationaux tout en poursuivant une politique indépendante, et nous apprécions également cette qualité chez nos partenaires, qui ont démontré leur fiabilité et leur attitude responsable dans le cadre de nos échanges commerciaux, investissements et autres types de coopération depuis de nombreuses années. Je fais référence, comme vous le savez, à nos collègues des pays de l’Asie-Pacifique.
Une majorité absolue de pays d’Asie-Pacifique rejettent la logique destructrice des sanctions. Leurs relations d’affaires sont axées sur l’avantage mutuel, la coopération et l’utilisation conjointe de nos capacités économiques au profit des citoyens de nos pays. Cela représente un énorme avantage concurrentiel des pays de la région et une garantie de leur développement dynamique à long terme, qui croît depuis longtemps plus vite que la moyenne mondiale.
Vous le savez, mais je voudrais rappeler à tous qu’au cours des 10 dernières années,
  • le PIB des pays asiatiques a augmenté d’environ 5 % chaque année,

  • alors que ce chiffre est de 3 % dans le monde,

  • de 2 % aux États-Unis

  • et de 1,2 % dans l’UE.

Mais il est encore plus important que cette tendance persiste.
À quoi cela mènera-t-il finalement ?
En conséquence, la part des économies asiatiques dans le PIB mondial passera de 37,1 % en 2015 à 45 % en 2027, et je suis sûr que cette tendance se poursuivra.
Il est important pour la Russie que l’économie de l’Extrême-Orient russe se développe parallèlement aux économies de l’Asie-Pacifique, que cette région offre des conditions de vie modernes, augmente les revenus et le bien-être de la population, et qu’elle crée des emplois de haute qualité et des installations de production rentables
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/5oiFajfuAWSA2vKmAJ3I20ynhSsh9C5H.jpg  8 sur 26 -S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Nous avons déjà testé des privilèges fiscaux, administratifs et douaniers nationaux uniques en Extrême-Orient. Ils aident à mettre en œuvre des projets phares, même selon les normes mondiales, dans des domaines tels que la conversion du gaz naturel et le secteur de la construction navale, les technologies de bio-ingénierie et l’énergie propre.
Au cours des sept dernières années, les volumes de production industrielle en Extrême-Orient ont augmenté d’environ 25 %. Cela dépasse d’un tiers les niveaux nationaux. Je tiens à souligner ceci : les taux de croissance de la production industrielle en Extrême-Orient dépassent largement les taux de croissance nationaux similaires.
Nous continuerons à promouvoir le développement prioritaire des régions d’Extrême-Orient en utilisant de nouvelles mesures avancées de soutien de l’État et en créant le meilleur environnement commercial hautement compétitif. Par exemple, nous avons l’intention de continuer à ajuster le mécanisme des domaines de développement prioritaires pour des projets modernes et conjoints avec d’autres pays, afin de créer le meilleur climat commercial possible pour attirer les technologies les plus avancées en Russie et pour fabriquer des biens à haute valeur ajoutée en Extrême-Orient.
Les événements de cette année confirment l’importance particulière d’un facteur tel que les matières premières accessibles et abordables sans lesquelles il est impossible d’organiser tout processus de production ou de mettre en place des chaînes de coproduction. La Russie est à peu près le seul pays totalement autosuffisant en termes de ressources naturelles, et l’Extrême-Orient y joue un rôle important. Cette région est un fournisseur très important de pétrole brut et de gaz naturel, de charbon, de métaux, de bois et de ressources biologiques marines pour le marché intérieur et nos partenaires étrangers.
Nous misons sur le développement prudent et rationnel des richesses naturelles de la Russie dans le respect des normes environnementales les plus strictes. Tout d’abord, nous raffinerons autant que possible toutes les matières premières extraites au niveau national. Nous utiliserons également ces matières premières pour renforcer la souveraineté de ce pays, assurer la sécurité industrielle, augmenter les revenus et développer les régions.
Nous avons déjà protégé l’industrie de l’extraction des ressources des actions hostiles. Désormais, seules les entreprises sous juridiction russe ont le droit d’exploiter les ressources naturelles en Russie.
Le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, en collaboration avec le ministère de l’Industrie et du Commerce et les principales associations professionnelles, a déterminé la demande de l’économie nationale en matières premières stratégiques. Ces informations deviendront le fondement de la stratégie révisée pour le développement de la base de ressources minérales de la Russie avec un horizon de planification prolongé jusqu’en 2050.
Dans le même temps, une attention particulière devrait être accordée à l’exploration géologique et au traitement des matières premières rares (telles que le titane, le manganèse, le lithium et le niobium), qui sont utilisées dans la métallurgie, les industries médicales et chimiques, la microélectronique, la construction aéronautique et d’autres industries. , ainsi que dans les nouvelles technologies de stockage et de transmission d’énergie.
Je voudrais demander au gouvernement de se pencher sur la sphère de la récolte des bio-ressources, où nous avons un mécanisme de quotas d’investissement. Ici, il est important de parvenir à une croissance équilibrée et à la pleine utilisation des capacités de production, ainsi que d’assurer le développement harmonieux des infrastructures des régions.
Je voudrais souligner que les fonds que l’État reçoit de l’utilisation des bio-ressources hydriques doivent avant tout être affectés au développement des infrastructures des zones rurales, au soutien à l’emploi et à l’augmentation des revenus des résidents locaux. Je demande au gouvernement de prendre des mesures spécifiques à cet égard. Nous en avons discuté à plusieurs reprises.
Ensuite, au cours des dernières années, la Russie a mis en œuvre de grands projets de développement des infrastructures de transport, des chemins de fer et des routes, des ports maritimes et des pipelines. Ces décisions opportunes ont permis aux entreprises de reconstruire rapidement leur logistique dans les conditions actuelles et de rediriger les flux de marchandises vers les pays qui sont prêts et désireux de commercer avec la Russie et préfèrent des relations commerciales civilisées et prévisibles.
Il convient de noter qu’en dépit des tentatives de pression extérieure, le fret total des ports maritimes russes n’a que légèrement diminué au cours des sept mois de cette année ; il est resté au même niveau qu’un an plus tôt, soit environ 482 millions de tonnes de fret. L’année dernière, il y en avait 483 millions, donc le chiffre est pratiquement le même.
Dans le même temps, les ports d’Extrême-Orient connaissent un véritable boom logistique. Le volume de transbordement de fret et de manutention de conteneurs est tel que des spécialistes travaillent 24h/24 et 7j/7 pour gérer la charge de travail. En un mot, peu importe à quel point quelqu’un aimerait isoler la Russie, il est impossible de le faire, comme nous l’avons toujours dit. Il suffit de regarder la carte.

9 sur 26 S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Nous utiliserons nos avantages concurrentiels naturels pour renforcer nos capacités de transport, étendre le réseau routier et ferroviaire, construire de nouvelles routes d’accès aux terminaux maritimes et augmenter leur capacité.
J’ai mentionné plus tôt que nous nous concentrons sur la construction de l’infrastructure vers l’est et le développement du corridor international nord-sud et des ports du bassin Azov-mer Noire sur lesquels nous continuerons à travailler. Ils ouvriront davantage d’opportunités aux entreprises russes pour pénétrer les marchés de l’Iran, de l’Inde, du Moyen-Orient et de l’Afrique et, bien sûr, pour les livraisons réciproques de ces pays.
Le volume total de transport de marchandises et de marchandises le long de ces routes et artères pourra augmenter d’environ 60 % d’ici 2030. Nous sommes absolument réalistes quant à nos prévisions, et c’est ainsi que cela se passera. Pour atteindre ces chiffres, le Gouvernement a élaboré des « feuilles de route » spécifiques dans les trois domaines que j’ai évoqués précédemment, qui permettront de mettre en cohérence ce travail, de consolider et de coordonner nos efforts en termes de délais et de capacité à désengorger et à moderniser les frontières. points de contrôle et infrastructures connexes.

https://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/17914/img-4.jpg

En Transbaïkalie, le réseau supporte jusqu’à 10 à 15 trains par heure. Les vaillantes VL85, locomotives électriques soviétiques parmi les plus puissantes au monde, sont toujours en service pour tracter les lourds convois d’hydrocarbures et de minerais. Auteur : A. Zadonskii, 2017.

En plus de nos projets d’extension des corridors de transport, il est important de mettre en place du nouveau matériel roulant et des véhicules de traction ferroviaire, afin de fournir aux chantiers navals russes des commandes de pétroliers, de cargos secs et de porte-conteneurs modernes de haute qualité, y compris des navires brise-glaces , pour la poursuite de l’expansion de la route maritime du Nord en tant que corridor de transport puissant d’importance nationale et mondiale avec, je tiens à le souligner, une navigation toute l’année. Les brise-glaces ultra-modernes que nous concevons et construisons nous permettent de le faire dès maintenant.
Cette année, un porte-conteneurs a effectué sa première traversée entre Mourmansk et Kamtchatka le long de la route maritime du Nord pour réaffirmer la fiabilité et la sécurité des opérations de navigation dans la zone arctique.
Notamment, il ne s’agit pas seulement d’autoriser le passage de navires dans l’Arctique ou simplement de relier deux destinations. Ce que nous devons faire, c’est nous assurer que les navires sont correctement entretenus et que la cargaison est correctement manutentionnée dans chaque port le long de la route, et que le programme de trafic soit durable, prévisible et fiable. Ensuite, chaque point de passage et chaque région de la route maritime du Nord bénéficieront du corridor logistique. C’est ce à quoi nous devrions nous efforcer.
Le gouvernement a approuvé un plan de développement pour la route maritime du Nord jusqu’en 2035 avec des plans pour allouer 1 800 milliards de roubles provenant de diverses sources pour le mettre en œuvre. Comme prévu, le trafic de fret le long de ce corridor passera des 35 millions de tonnes par an actuels aux 220 millions de tonnes par an ciblés.
La disponibilité de véhicules de fret est certainement un facteur clé dans le transport de marchandises vers et depuis l’Extrême-Orient russe. Cela signifie que nous devons proposer des tarifs de fret économiquement justifiés et compétitifs. Je demande au gouvernement d’étudier attentivement toutes ces questions.

https://fr.obsfr.ru/upload/sprint.editor/484/484c04c6b5b9f1af0fdb536d7df1fe7f.jpg

L’aviation est un problème particulier pour l’Extrême-Orient. Ici, la disponibilité des vols de la partie européenne de la Russie vers l’Extrême-Orient n’est pas le seul problème, mais la connectivité entre les régions de l’Extrême-Orient elles-mêmes compte également – les services aériens devraient couvrir autant de destinations, de villes et de régions de l’Extrême-Orient que possible .
C’est pourquoi nous avons créé une compagnie aérienne unique pour l’Extrême-Orient. Elle propose près de 390 destinations dont certaines subventionnées par l’Etat. Au cours des trois prochaines années, le trafic de cette compagnie aérienne devrait augmenter et le nombre de destinations dépassera les 530. Et comme nous avons pu le constater après l’ouverture de ces vols, ces destinations sont très demandées.
Pour mettre en œuvre ces plans, nous devons agrandir la flotte de l’entreprise, pour nous assurer qu’elle dispose d’avions modernes, y compris de petits avions. Une décision a été prise à cet égard, et je demande au gouvernement de l’appliquer strictement.
10 sur 26 Session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Je voudrais noter qu’en général, les transporteurs aériens russes seront bientôt complètement rééquipés. Nos compagnies aériennes, y compris Aeroflot, ont passé la plus grosse commande de l’histoire moderne, pour environ 500 avions de grande ligne fabriqués en Russie. Soit dit en passant, pour autant que je sache, l’UAC (Compagnie aéronautique unifiée) et Aeroflot ont signé un accord respectif en marge de ce Forum économique de l’Est, et les chiffres y sont assez impressionnants – plus d’un billion, je pense.
Cette forte demande devrait devenir une puissante incitation pour les usines d’avions et les bureaux d’études, pour de nombreuses industries connexes, y compris l’électronique et les composants d’avions, et, bien sûr, pour les écoles formant du personnel professionnel, y compris les ingénieurs et les ouvriers qualifiés de l’industrie aéronautique.
Je voudrais ajouter qu’une décision a été prise sur une autre question sensible pour l’Extrême-Orient. Je fais référence au développement des services médicaux aériens et à l’augmentation de la disponibilité des soins médicaux pour les personnes vivant dans des zones reculées. À partir de l’année prochaine, nous allons plus que doubler le financement fédéral à ces fins, ce qui signifie que le nombre de vols augmentera également et que les soins de santé seront plus rapides et de meilleure qualité dans la région.

11 sur 26 S’adressant à la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Chers Amis, collègues,
Toutes nos décisions concernant l’économie et la sphère sociale, tous les mécanismes que nous mettons en œuvre en Extrême-Orient ont le même objectif important – faire de cette région un lieu véritablement attractif pour vivre, étudier, travailler, pour fonder une famille, faire en sorte que plus les enfants naissent.
 
Plusieurs initiatives importantes à cet égard ont été incluses dans l’ensemble de mesures que le gouvernement envisage actuellement. L’un d’eux est de créer un environnement de vie moderne, d’améliorer les villes et villages locaux.
Permettez-moi de vous rappeler qu’au dernier forum, nous nous sommes donné pour tâche d’élaborer des plans directeurs pour le développement des plus grandes villes d’Extrême-Orient. Ceux-ci incluent tous les centres administratifs des régions et les villes de plus de 50.000 habitants, ainsi que Tynda et Severobaikalsk, les gares clés de la ligne ferroviaire Baïkal-Amour.

https://i0.wp.com/voyagepartageetpotage.com/wp-content/uploads/2016/01/Carte-BAM.jpg

Nous avions à l’esprit une approche intégrée du développement des communautés, où les plans de modernisation des infrastructures, d’équipements sociaux, de création d’espaces publics, etc. seraient combinés avec compétence et commodité, et les projets économiques et industriels reposeraient sur des affaires soigneusement calculées. des modèles.
Dans toutes les villes, la tâche initiale était de faire des plans de développement stratégique. Des plans directeurs sont déjà activement élaborés sur la base de ces plans stratégiques dans 17 villes et zones métropolitaines. L’un d’eux concerne le développement de la zone urbaine de Petropavlovsk-Kamtchatski, et avant-hier, nous avons discuté de cette question avec nos collègues sur place. Une fois de plus, je demande au gouvernement de fournir une assistance maximale dans la mise en œuvre de ce plan directeur et d’autres plans directeurs afin qu’ils soient mis en œuvre sans condition.
Ici, entre autres, il est important d’utiliser des outils tels que la concession d’Extrême-Orient, les prêts d’infrastructure du gouvernement et les obligations d’infrastructure. Il est nécessaire de déterminer des limites cibles pour l’Extrême-Orient dans ces programmes. Les fonds devraient être utilisés pour le développement urbain et l’amélioration, et bien sûr, pour les infrastructures, y compris la modernisation des réseaux existants et les connexions aux services publics.
Je voudrais ajouter qu’au récent Forum économique de Saint-Pétersbourg, j’ai demandé au gouvernement d’allouer 10 milliards de roubles supplémentaires par an à des projets d’amélioration dans les villes russes. Je pense qu’il serait juste de canaliser la moitié de ces financements, soit 5 milliards par an, vers la modernisation des villes d’Extrême-Orient et des villes de moins de 250 000 habitants.
Des ressources distinctes devraient également être allouées dans le cadre de tous nos principaux programmes de développement des infrastructures aux projets de modernisation des villes d’Extrême-Orient. J’ai déjà donné une telle instruction, et je vous demande d’assurer sa mise en œuvre le plus rapidement possible. Des limites cibles devraient être stipulées dans le budget fédéral pour les trois prochaines années.

12 of 26 Addressing the Eastern Economic Forum plenary session. Photo: Stanislav Krasilnikov, Host Photo Agency TASS

Autre chose sur laquelle je voudrais insister : nous devons augmenter le volume de construction de logements en Extrême-Orient, tout en appliquant largement les technologies de construction « vertes » et économes en énergie les plus avancées.
Cette année, le programme Quartiers d’Extrême-Orient a été lancé. Dans le cadre de ce programme, les développeurs pourront profiter des zones de développement prioritaires, y compris les avantages fiscaux et d’infrastructure, ce qui réduira le coût des appartements et le prix des logements finis. Cela augmentera la disponibilité de logements pour les personnes. Le plan est de construire environ 2,5 millions de mètres carrés de logements d’ici 2030 en utilisant ce mécanisme de réduction des coûts. Je demande aux autorités régionales et au ministère du Développement de l’Extrême-Orient russe de lancer les premiers appels d’offres d’ici la fin de l’année, de sélectionner les promoteurs et de commencer à concevoir et à développer les bâtiments résidentiels.
Ensuite, les résidents d’Extrême-Orient ont droit à des conditions hypothécaires spéciales et préférentielles. Pas moins de 48 000 familles ont déjà acheté un nouveau logement en utilisant des hypothèques à un taux de 2 %. Cette année, nous avons élargi le programme de prêts hypothécaires en Extrême-Orient afin que les médecins et les enseignants, quel que soit leur âge, puissent en faire la demande avec les jeunes Extrême-Orientaux.
Permettez-moi de vous rappeler que le programme est prévu jusqu’en 2024. Mais compte tenu de la demande et de l’efficacité – et ce programme fonctionne efficacement – je propose de le prolonger jusqu’en 2030 au moins. J’espère que les résidents d’Extrême-Orient apprécieront également cela. .. (Applaudissements.)
Une décision distincte concerne le soutien des jeunes professionnels qui viennent en Extrême-Orient ou sont diplômés d’établissements d’enseignement locaux, obtiennent un emploi et envisagent un logement local. Pas moins de 10 000 appartements locatifs seront construits pour eux. Le taux de location sera nettement inférieur au niveau du marché en raison des subventions des budgets régionaux et fédéraux. Le gouvernement a déjà envisagé une telle mesure. Je vous demande de mettre au point tous les détails afin de commencer sans tarder la construction de logements locatifs pour les jeunes actifs. Et je tiens à souligner spécifiquement que la localisation de ces logements devrait être incluse dans les schémas directeurs de développement des villes d’Extrême-Orient, ce qui signifie que toutes les infrastructures nécessaires devraient être disponibles – en bref, ces logements devraient être pratiques et profiter de la demande.
Je voudrais souligner que les régions d’Extrême-Orient, comme de nombreuses autres régions de la Fédération de Russie, connaissent aujourd’hui une pénurie de main-d’œuvre. Nous prendrons également plusieurs mesures importantes pour intensifier la formation du personnel dans les compétences clés. Plus de 900 ateliers modernes seront ouverts dans les collèges d’Extrême-Orient d’ici 2030, et dans un avenir proche, jusqu’à la fin de 2025, nous lancerons 29 pôles de production et d’enseignement. De plus, les entreprises recevront une compensation pour l’embauche de jeunes travailleurs.
13 sur 26 Lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Vladimir Smirnov, agence photo hôte TASS

Un autre domaine important est l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur dans l’Extrême-Orient russe. L’objectif est d’attirer des instructeurs qualifiés, de moderniser les installations et l’équipement des établissements d’enseignement supérieur et d’accorder des subventions pour stimuler la recherche universitaire et les développements potentiels dans les domaines cruciaux de l’agenda technologique.
Il existe des programmes de réseau pour les universités d’Extrême-Orient qui relient les établissements d’enseignement de la région aux principales universités du pays telles que l’Université technique maritime d’État de Saint-Pétersbourg, l’Institut d’aviation de Moscou et d’autres. Nous soutiendrons sans aucun doute ce domaine de coopération.
Enfin, des antennes de l’Institut russe des arts du théâtre (GITIS), de l’Institut national d’État de la cinématographie Gerasimov (VGIK) et de l’Institut du théâtre Boris Shchukin ouvriront en 2025 dans l’Extrême-Orient russe pour former des travailleurs culturels et artistiques. Je voudrais demander au gouvernement de fournir toute l’assistance nécessaire.
https://www.populationdata.net/wp-content/uploads/japon_russie_kourils.jpg  Carte de juillet 2016 DU SITE « POPULATION DATA.NET Loblast de Sakhaline (en russe : Сахали́нская о́бласть, Sakhalinskaïa oblast) est un sujet fédéral (oblast) de Russie. Il comprend lîle de Sakhaline, mais aussi les îles Kouriles. Sa superficie est de 87 100 km2 pour une population de 546 695 habitants (2002). La capitale et la plus grande ville est Ioujno

Je tiens à souligner que les régions d’Extrême-Orient offrent leurs propres initiatives de perfectionnement professionnel. Par exemple, l’Agence pour les initiatives stratégiques de la région de Sakhaline soutient un projet pilote appelé « Gagner de l’argent ensemble ».
Les participants au projet pourront suivre une formation supplémentaire gratuite, bénéficier d’une orientation professionnelle et obtenir de l’aide pour démarrer une entreprise. Sur la base des résultats de ces projets pilotes, nous réfléchirons à une mise à l’échelle.
Je veux également mentionner un programme de formation pour une nouvelle génération de managers en Extrême-Orient. Le programme se concentre sur la culture d’un vivier local de talents et sur l’intégration de programmes d’études et de stages dans des bureaux publics et des institutions de développement. Ce programme est déjà en cours et je suggère que les chefs de toutes les régions du District fédéral extrême-oriental s’impliquent.
14 sur 26 Président du Conseil d’administration de l’État, Premier ministre du gouvernement intérimaire, commandant en chef des forces armées de la République de l’Union du Myanmar Min Aung Hlaing lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Chers collègues, je voudrais conclure mes remarques en soulignant une fois de plus que l’économie mondiale moderne et l’ensemble du système des relations internationales traversent des défis. Cependant, je crois que la logique de coopération, alignant les potentiels et les avantages mutuels auxquels nos pays et nos amis de la région adhèrent, prévaudra quoi qu’il arrive. En tirant raisonnablement parti des avantages et des atouts concurrentiels des pays d’Asie-Pacifique, en créant des partenariats constructifs, nous ouvrirons de nouvelles opportunités colossales à nos peuples. Nous sommes prêts à travailler ensemble pour un avenir prospère. Et nous sommes reconnaissants à nos partenaires d’avoir participé à ce travail.
Merci.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/nqp7GusuvsmG8wazb5s8JhgaAFqizYL6.jpg  15 sur 26 Session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Monsieur le Président, merci beaucoup.
Est-ce moi ou n’avez-vous vraiment pas mentionné l’Ukraine une seule fois dans votre discours ?
Vladimir Poutine : Ce pays fait-il partie de la région Asie-Pacifique ? Je ne pense pas. Et ici, à cette conférence, nous discutons de questions régionales, après avoir voyagé en Extrême-Orient russe. Mais si vous êtes intéressé par des développements concernant cette région, je suis prêt à répondre à vos questions.
Ilya Doronov : Mais bien sûr, la situation suscite des inquiétudes, car même si nous sommes ici – j’ai précisément calculé – à environ 7 000 kilomètres de la zone de combat, l’impact de ce qui s’y passe se fait également sentir ici, y compris en Extrême-Orient.
Vladimir Poutine : Je vois.
Ilya Doronov : on peut probablement noter deux types d’impact. Sur le plan économique, nous avons vu que notre mode de vie habituel est en train de changer, lorsque nous avions des systèmes bancaires, des constructeurs automobiles, d’autres constructeurs, et puis ils ont soudainement quitté la Russie. Et il y a l’aspect moral, où les familles se divisent à ce sujet, quand des parents de différents côtés de la frontière arrêtent de parler, des choses comme ça.
J’ai une question : pour notre pays, que pensez-vous que nous ayons gagné et qu’avons-nous perdu, en tant qu’État, depuis le 24 février ?
Vladimir Poutine : Je pense – j’en suis sûr – que nous n’avons rien perdu et que nous ne perdrons rien. Quant à nos gains, je peux dire que nous avons surtout renforcé notre souveraineté, ce qui est le résultat inévitable de ce qui se passe actuellement.
En effet, une certaine polarisation se produit – à la fois dans le monde et en Russie. Je crois que cela nous sera bénéfique, le cas échéant, car nous nous débarrasserons de tout ce qui est inutile ou nuisible, et de tout ce qui entrave notre progression. Nous prendrons de l’élan, accélérerons le rythme du développement, car le développement moderne ne peut reposer que sur la souveraineté. Toutes nos démarches dans ce sens visent à renforcer notre souveraineté. C’est le premier point.
Deuxièmement, et surtout – je veux le souligner à nouveau, même si cela a déjà été mentionné, je le vois, et je veux souligner que c’est un point absolument correct – nous n’avons rien commencé en termes d’hostilités ; nous essayons seulement d’y mettre fin.
Les hostilités ont en fait commencé en 2014, après le coup d’État en Ukraine, déclenchées par des personnes qui ne voulaient pas un développement pacifique normal et qui cherchaient à réprimer leur propre peuple en lançant une opération militaire après l’autre et en soumettant les habitants du Donbass à un génocide pendant huit ans.
La Russie a pris cette décision après des tentatives répétées de résoudre pacifiquement le problème – pour refléter les actions de notre adversaire potentiel – en utilisant la force militaire. Nous l’avons fait consciemment et toutes nos actions ont visé à aider les habitants du Donbass. C’est notre devoir et nous le remplirons jusqu’au bout. En fin de compte, cela rendra notre pays plus fort – à la fois de l’intérieur et en termes de politique étrangère.

<…>

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/XFoJA1K5xqxCkbp5H4neJCqI9YVaTBkc.jpg  16 sur 26 Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan lors de la session plénière du Forum économique oriental. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

lya Doronov : Monsieur le Président, tout à l’heure dans son discours, le Premier ministre du Myanmar a parlé de trouver des voies terrestres et maritimes. Le Myanmar est très intéressé par l’importation de nos engrais. Mais je veux vous poser des questions sur l’accord sur le grain qui a été conclu cet été.
Il semble que nous ayons conclu un accord, avec certaines concessions, et maintenant il s’avère que, premièrement, nous ne sommes pas autorisés à exporter nous-mêmes du grain, et deuxièmement, seuls deux navires transportant du grain sont effectivement arrivés en Afrique. Notre représentant permanent auprès de l’ONU a déclaré aujourd’hui que la Russie pourrait même envisager de se retirer de l’accord. L’accord doit se terminer en novembre.
Vladimir Poutine : Qu’entendez-vous par accord ?
Ilya Doronov : L’accord sur les céréales, l’accord avec l’Ukraine conclu en Turquie sur les exportations de céréales.
Vladimir Poutine : Officiellement, les sanctions sur nos engrais et nos aliments ont été levées, mais en réalité certaines restrictions subsistent. C’est une situation compliquée et insidieuse. Il semble qu’il n’y ait pas de sanctions directes affectant nos produits, et pourtant il existe des restrictions concernant la logistique, l’affrètement des navires, les transferts d’argent et les assurances. Bon nombre de ces restrictions persistent, bien qu’il faille reconnaître les efforts du Secrétaire général des Nations unies et des Nations unies en général : en ce qui concerne l’affrètement de navires, de nombreuses restrictions sont levées malgré les sanctions imposées aux ports d’où nous expédions des marchandises . Néanmoins, ce secteur est libéré des restrictions et les navires peuvent déjà faire escale dans nos ports. Donc, la situation s’améliore.
Il existe encore certaines restrictions qui nous empêchent de veiller à ce que les intérêts de tous les consommateurs des marchés alimentaires mondiaux soient servis. En conséquence, les prix sur les marchés mondiaux augmentent. Mais nous espérons que les restrictions restantes seront levées. C’est le premier point.
Deuxième point . Vous vous souvenez peut-être de mes rencontres avec nos amis d’Afrique et des organisations africaines. Comme je l’ai dit dans mon discours, nous avons promis de faire tout notre possible pour servir les intérêts des pays en développement, notamment en assurant l’approvisionnement de leurs marchés, y compris l’approvisionnement en céréales ukrainiennes. Lorsque nous en avons discuté, c’était l’entente.
Ce que nous voyons est une tromperie plus audacieuse. Et ils ne nous ont pas trompés : ils ont trompé la communauté internationale, leurs partenaires en Afrique et d’autres pays qui avaient désespérément besoin de nourriture. C’est une escroquerie, une impudence et une conduite honteuse envers les partenaires qui étaient censés bénéficier de l’accord. C’était un canular, tu vois ?

<…>

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/VIALf9fAdkbM1PWo5mECHPFZ85Idd5p8.jpg  17 sur 26 Session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Vladimir Smirnov, agence photo hôte TASS


Ilya Doronov : Monsieur le Président, vous avez une question suite au discours de M. Pashinyan. Il a dit que tout le monde voulait la paix mais chacun a sa propre idée du monde et sa propre idée de la multipolarité. C’est le sujet même de notre forum. Quelle est la conception russe du monde et de la multipolarité ?
Vladimir Poutine : Nous l’avons dit à maintes reprises, et je peux le réaffirmer. Notre idée de la multipolarité et du monde est que le monde devrait être beaucoup plus juste, le monde ne devrait pas être basé sur les diktats d’un pays qui s’imagine être le représentant de Dieu sur terre, et peut-être même plus haut, et fonde toute sa politiques sur son prétendu exceptionnalisme.
Nous devons respecter les intérêts des autres pays et les traiter sur un pied d’égalité, indépendamment de la taille de leur territoire, de leur PIB ou du fait que leur armée dispose d’armes avancées. Le fondement doit être les principes du droit international et non des règles que quelqu’un invente.
C’est ainsi que vous obtenez la justice, c’est ainsi que vous obtenez un ordre mondial stable. Cela a toujours été notre fondement et continuera de l’être, et nous nous battrons pour notre souveraineté. Que personne ne doute que nous sommes prêts à coopérer avec tout État qui le souhaite dans ces conditions, et nous le ferons. Je crois que tout finira par se passer ainsi et que tout reviendra à la normale.
 Ilya Doronov : Si je pouvais apporter une précision tout à l’heure. Vous dites que chacun est libre de tout choisir, que le droit international a de la valeur. Pourquoi alors ne parvenons-nous pas à résoudre pacifiquement certains problèmes ?

https://media.istockphoto.com/photos/international-law-and-human-rights-concept-picture-id610670658?k=20&m=610670658&s=612x612&w=0&h=Hejra60HG5s7loXgmeJH_Aybshd5vWjhQhsvUasCsGI=

Vladimir Poutine : Parce que le droit international est toujours violé.
Aujourd’hui, beaucoup disent que la Russie viole le droit international. Je crois que cela ne correspond en rien à la réalité.
Qui a déclenché la guerre en Irak sans l’autorisation des Nations Unies ? Qui a détruit la Yougoslavie sous des prétextes spécieux ? Qui a fait ça? Qui a déclenché une guerre au centre de l’Europe en bombardant Belgrade ? Personne ne se souvenait alors des principes du droit international.
Je vais partager un raisonnement simple, lié au droit international, pour prouver la validité de nos actions.
La Charte des Nations Unies contient une disposition sur le droit des nations à l’auto-détermination. Lors de la crise du Kosovo, la Cour internationale de justice a statué que si une partie d’un territoire, une partie d’un pays choisit de déclarer son indépendance, elle n’a pas à demander l’autorisation au gouvernement central de ce pays. Ce fut le cas du Kosovo.
La situation avec la République de Donetsk et la République de Lougansk n’est-elle pas la même ? C’est le même. Puisqu’ils ont ce droit – et ils l’ont conformément à la Charte des Nations Unies et au droit à l’autodétermination – ils l’ont exercé et ont déclaré leur indépendance. Ont-ils ce droit en vertu du droit international et de la Charte des Nations Unies ? Ils le font, et ce droit est réaffirmé par la décision correspondante de la Cour des Nations Unies concernant le Kosovo. C’est un précédent.
S’ils ont ce droit, qu’ils ont exercé, est-ce que nous ou n’importe quel autre pays avons le droit de les reconnaître? Nous le faisons. Alors, on les a reconnus.

Si nous les reconnaissons, pouvons-nous conclure avec eux un traité international d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle ? Bien sûr on peut. Et nous l’avons fait. Ce traité a été ratifié par le parlement de la Fédération de Russie et leurs parlements respectifs, et la Russie a certaines obligations en vertu de celui-ci, comme leur venir en aide, y compris en cas d’agression.
Dans ce cas, l’agression est venue du régime de Kiev, qui, en fait, est illégitime, car il est construit sur un coup d’État, qui est la source ultime du pouvoir en Ukraine aujourd’hui.
C’est ce que nous faisons. Est-ce conforme à la Charte des Nations Unies ? Il est. Il y a l’article 51 de la Charte des Nations Unies qui couvre la défense et la légitime défense. En tant que partie à ce traité et conformément à cette clause et cet article de la Charte des Nations Unies, nous avons l’obligation de fournir une assistance à nos alliés. C’est ce que nous faisons.
Voici un raisonnement simple et pleinement conforme au droit international. C’est tout ce qu’il y a à faire. La situation était-elle la même, disons, en Irak ? Ils ont bombardé ce pays et l’ont détruit. La même chose s’est produite en Libye qui a également été écrasée. Où est le droit international ? Il est introuvable.
Tous ceux qui agissent ainsi sont pleinement conscients que cela n’est pas conforme au droit international. C’est pourquoi ils ne cessent de parler de certaines règles farfelues. Quelles règles ? Qu’est-ce qu’ils ont trouvé? D’où les ont-ils choisis, ces règles? Laissez-les vivre eux-mêmes selon ces règles.
18 sur 26 Le Premier ministre mongol Luvsannamsrain Oyun-Erdene lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Merci beaucoup.
Monsieur le Président, puisque nous discutons des questions liées au gaz, les dernières nouvelles concernent les restrictions sur les prix du gaz et du pétrole qui seront adoptées par le G7 ou l’UE. Qu’en pensez-vous et qu’allons-nous faire à cet égard?
Aussi, si la direction Ouest est fermée, est-ce que l’Est pourra répondre à tous nos besoins et pourra-t-on rediriger toutes nos exportations de ressources vers l’Est?
Vladimir Poutine :Tout d’abord, nos ressources énergétiques doivent être utilisées pour faire avancer notre pays.Cela comprend toutes les sources d’énergie primaires et toutes les ressources minérales. Mais nous les avons en quantité suffisante et pouvons répondre à la demande croissante de tous ceux qui souhaitent travailler avec nous. Il s’agit d’une bonne et lucrative coopération pour nos partenaires et très bénéfique également, y compris pour les pays européens, car notre gazoduc est de plusieurs ordres de grandeur plus compétitif que le gaz naturel liquéfié acheminé de l’autre côté de l’océan. C’est clairement le cas.
Utilisant le gaz naturel de la Fédération de Russie depuis des décennies, les principales économies européennes avaient clairement les avantages d’une dimension mondiale. S’ils pensent qu’ils n’ont pas besoin de ces avantages, cela nous convient et ne nous dérange en rien, car la demande d’énergie dans le monde reste élevée. Il ne s’agit pas seulement de nos amis de la République populaire de Chine, dont l’économie croît rapidement, comme je l’ai dit et tout le monde le sait bien, la demande d’énergie augmente. Nous sommes prêts à coopérer avec n’importe quel pays. Il existe de nombreux pays de ce type dans le monde.
Bien sûr, le marché européen a toujours été considéré comme un marché premium, mais la situation internationale évolue rapidement et il a récemment perdu son statut premium avec le début de la crise ukrainienne. Même les partenaires américains des Européens ont redirigé leurs méthaniers vers les pays asiatiques.
Ilya Doronov : Parce qu’il peut y être vendu à prix d’or.
Vladimir Poutine : Y compris en Chine. Juste parce qu’ils peuvent le vendre pour plus d’argent là-bas, aussi simple que cela. Les Américains sont des gens très pragmatiques.
Ils ont mené une guerre contre l’un de nos projets de GNL dans l’Arctique, et je ne citerai pas les dirigeants de cette entreprise, mais le premier pétrolier transportant du GNL de ce champ et de cette entreprise a navigué vers les États-Unis, parce que c’était un accord rentable.
Lorsque Mr. Mikhelson m’a raconté cette histoire, ma première réaction a été l’incrédulité. J’ai dit, allez, ça ne peut pas être vrai. Il a dit que c’était vrai. Je lui ai demandé pourquoi et la réponse était parce que c’était une bonne affaire et ils l’ont acheté tout de suite. Ce sont des gens pragmatiques et nous pouvons apprendre d’eux à cet égard.
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/87/Power_of_Siberia_Map.png    AFP•02/12/2019 Le président russe et son homologue chinois ont salué lundi l’inauguration « historique » d’un gazoduc commun, le premier de trois projets gaziers en cours d’achèvement par la Russie pour asseoir sa domination sur le marché du gaz. … « Le robinet est ouvert! » a déclaré le patron de Gazprom Alexeï Miller, alors que le gaz russe des gisements de Sibérie orientale franchissait la frontière chinoise dans le gazoduc « Power of Siberia » (Force de Sibérie).

Quant à nos ressources, vous savez qu’elles sont tellement demandées sur les marchés mondiaux que nous n’avons aucun problème à les vendre, surtout lorsqu’il s’agit d’une si grande économie. En effet, c’est aujourd’hui la plus grande économie du monde en parité de pouvoir d’achat. L’économie chinoise est plus importante que celle des États-Unis. Leurs besoins sont en augmentation, nous avons des accords stables et nos relations ont atteint des sommets sans précédent, le Pouvoir de Sibérie (Sila Sibiri) fonctionne à plein régime.
Nous étudions également d’autres itinéraires. Soit dit en passant, il existe un itinéraire potentiel via le territoire de Primorye, via la Mongolie. De telles décisions ne sont pas prises du jour au lendemain parce que quelqu’un ne veut pas quelque chose – tout le monde le veut, mais cela dépend beaucoup des conditions économiques et géologiques. Autant que je sache, les opérateurs économiques se sont entendus. Tout le monde pense qu’un des itinéraires peut passer par le territoire mongol.
La Mongolie est un pays ami. Il est politiquement stable et nous ne voyons aucun problème ici. Autant que je sache, bien que nous puissions demander à Mr. Miller plus tard, ils ont approuvé en général tous les paramètres de cet accord. Ils se sont même entendus avec nos amis chinois sur les paramètres de prix, ce qui n’est jamais aussi facile. Nos amis chinois sont de durs négociateurs. Naturellement, ils partent de leurs intérêts nationaux dans tout accord, ce qui est la seule voie à suivre. Mais ce sont des partenaires stables et fiables et le marché est énorme.
Mais il y a plus que cela. Nous nous engagerons également dans la liquéfaction du gaz et la vente de GNL dans le monde entier. Comme vous le voyez, j’ai déjà cité un exemple du premier pétrolier Arctic LNG-1 (provenant d’un gisement dans l’Arctique, bien sûr). Tout le monde en achète. Ils l’achèteront, ce sera rentable pour eux. Nous n’avons donc aucun problème. Si les pays européens veulent y renoncer, perdant leurs avantages compétitifs, c’est à eux de décider. Laissez-les faire.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/cKLoONC8dM3c0Yylr6kAhsdPkYpWAWqf.jpg    19 sur 26 Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine Li Zhanshu lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Le plafonnement des prix du gaz va-t-il nous porter un coup dur ?
Vladimir Poutine :Eh bien, c’est encore une bêtise, une décision non marchande de plus sans aucune perspective. Toutes les restrictions administratives dans le commerce mondial ne conduisent qu’à des disproportions et à des hausses de prix. Ce qui se passe actuellement sur les marchés européens est le résultat du travail des spécialistes européens et de la Commission européenne. Nous avons toujours insisté pour que les prix soient formés sur la base de contrats à long terme et soient liés à la même catégorie de marché que les prix du pétrole et des produits pétroliers, au même panier. Les prix du pétrole et des produits pétroliers sont formés par le marché et le prix du gaz dans les contrats à long terme est lié à ce prix. Pourquoi? Parce que cette production nécessite de gros investissements et ceux qui investissent dans la production doivent être sûrs que le produit sera vendu. C’est pourquoi Gazprom s’intéresse généralement aux contrats à long terme.
Ils n’arrêtaient pas de nous dire : « Non, ce n’est pas basé sur le marché. Vous devriez utiliser les prix du marché au comptant comme référence. Nous avons essayé de les faire changer d’avis – personnellement, je faisais cela à Bruxelles. J’ai dit : « Ne faites pas ça parce que le commerce du gaz naturel est un segment spécial du marché mondial. Ceux qui le produisent et le vendent et ceux qui l’achètent doivent être sûrs que leur relation est fiable. « Non », ont-ils dit, estimant que le prix à l’époque était trop élevé. Cent dollars par 1 000 mètres cubes leur semblaient être un prix extrêmement élevé à l’époque et plus tard, ils ont dit la même chose à propos du prix de 300 dollars américains. C’est ce qu’étaient les prix à l’époque. Aujourd’hui, voyons, le prix a dépassé les 3 000 euros. Nous n’arrêtions pas de dire: « Ne faites pas ça. » Pourtant, ils ont pratiquement forcé leurs entreprises à opter pour le rattachement aux [prix] au comptant et nous ont imposé la même chose – imposée !Désormais, une grande partie du prix du gaz est déterminée par des [transactions] au comptant.
Nous ne l’avons pas demandé, les Européens nous l’ont imposé. D’abord, ils ont imposé ces décisions vraiment idiotes concernant le commerce du gaz, et après avoir vu ce qui se passe maintenant, ils ont commencé à réfléchir à comment s’en sortir. Alors, comment ? Ils veulent plafonner le prix en recourant à des mesures administratives. Plus d’absurdités et d’absurdités qui feront monter en flèche les prix sur les marchés mondiaux, y compris le marché européen. Rien ne peut être réalisé dans l’économie et le commerce mondial en utilisant des mesures administratives.
Ilya Doronov : Avons-nous construit le gazoduc Nord Stream 2 sans raison ?
Vladimir Poutine : Non, nous ne construisons rien sans raison. Nous avons reçu la technologie nécessaire et nous avons fait notre travail correctement. Si nécessaire, nous mettrons en service Nord Stream 2. Si cette question vous intéresse, je peux en parler plus en détail, cependant, je préférerais ne pas perdre de temps là-dessus.
https://phototass2.cdnvideo.ru/width/1020_b9261fa1/tass/m2/en/uploads/i/20220904/1364225.jpg           MOSCOU, 4 septembre. /TASS/. Ilya Doronov, journaliste de la chaîne de télévision RBC, animera la session plénière du Forum économique de l’Est (EEF) avec la participation du président russe Vladimir Poutine, qui se tiendra le 7 septembre, a annoncé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov dans une interview. avec TASS dimanche.

Ilya Doronov : Non, vous avez beaucoup parlé du sujet, vous avez dit que nous étions prêts et que le pipeline avait été construit.
Vladimir Poutine :Nord Stream 1 est pratiquement fermé, et tout le monde dit : « La Russie utilise son arme énergétique ». Plus de bêtises et d’ordures. Quelle arme utilisons-nous ? Nous fournissons autant de gaz que nos partenaires en ont besoin, autant qu’ils en commandent. Nous ne pompons pas de gaz dans l’air mais fournissons la quantité commandée. Nous remplissons les commandes que nous recevons.
Que s’est-il passé? L’exploitation de l’un des deux gazoducs traversant l’Ukraine a été suspendue par l’Ukraine pour une raison inventée, alléguant qu’elle n’était pas contrôlée. Ils l’ont fermé eux-mêmes. Ce n’est pas nous qui l’avons fermé, c’est l’Ukraine qui l’a fait. C’est mon premier point.
Un autre gazoduc, Yamal-Europe, traverse la Pologne. La Pologne a imposé des sanctions à ce gazoduc et a suspendu son fonctionnement. C’est nous qui avons fait ça ? Non, les Polonais l’ont fait. Les Ukrainiens l’ont fait ainsi que les Polonais.
Concernant Nord Stream 1, nos partenaires allemands ont convenu que tous les aspects techniques de Nord Stream 1, y compris la maintenance des turbines de pompage de gaz, sont soumis au droit britannique car – je l’ignorais moi-même et l’ai appris de Mr. Miller – Gazprom a dû signer un contrat pour la maintenance de ces unités conclu par Siemens non pas avec le siège social de Siemens mais avec sa filiale basée au Royaume-Uni, qui a imposé des sanctions à Gazprom et a accepté de réparer les turbines d’une usine Siemens au Canada.
Qu’est-ce qu’on a à voir avec tout ça ? Le Canada l’a finalement pris mais a cédé à de nombreuses demandes venues d’Allemagne et l’a donné à l’Allemagne, alors qu’en vertu d’un accord avec une filiale de Siemens au Royaume-Uni, les turbines devaient être expédiées directement à Saint-Pétersbourg. Les dispositions logistiques ont changé et le contrat doit être révisé. La filiale britannique de Siemens ne répondra même pas aux demandes de Gazprom.
Vous pouvez prendre autant de photos avec la turbine que vous voulez, mais donnez-nous les documents, pour pleurer à haute voix. C’est notre propriété. Nous devons comprendre le statut juridique de cette propriété et son état technique. Ils ne nous donnent que des bavardages.
La dernière turbine est maintenant en panne, alors des représentants de Siemens sont venus la voir. Il y a une fuite d’huile, ce qui représente un risque d’explosion et d’incendie. Il n’y a aucun moyen pour la turbine de rester opérationnelle compte tenu de son état actuel. Donnez-nous les turbines, et nous allumerons Nord Stream 1 pendant la nuit. Ils ne nous donnent rien. Ils disent que nous l’armons. De quoi parlent-ils? Ils ont eux-mêmes gâché les choses et ne savent plus quoi faire à ce sujet. Ils se sont retrouvés dans une impasse des sanctions.
Il n’y a qu’une seule issue. En Allemagne, les gens se mobilisent pour activer Nord Stream 2. Nous soutenons les demandes des consommateurs allemands et nous sommes prêts à l’activer dès demain. Il nous suffit d’appuyer sur le bouton, mais ce n’est pas nous qui avons imposé des sanctions à Nord Stream 2. Cela a été fait sous la pression des États-Unis. Pourquoi exerce-t-il une pression ? Parce qu’il veut vendre son gaz pour un joli sou. Nous connaissons également la position de l’ancienne administration américaine. Ils ont dit : « Oui, nous vendons plus cher, mais qu’ils achètent les nôtres parce que nous leur offrons une protection. Laissez-les acheter alors s’ils le souhaitent. Nous vendrons notre produit.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/Jn7gyWd0egkUm9q1sXmWyAguRUIPTvox.jpg    20 of 26 Prime Minister of India Narendra Modi adressed the Eastern Economic Forum plenary session via video linkup. Photo: Stanislav Krasilnikov, Host Photo Agency TASS

Ilya Doronov : Puisque nous parlons de la Grande-Bretagne, j’ai une question de suivi pour vous. Liz Truss est la nouvelle Première ministre succédant à Boris Johnson. Quelles sont vos attentes vis-à-vis du nouveau Premier ministre ? Ai-je raison de penser qu’il n’y a aucun espoir de voir nos relations s’améliorer après tout ce qu’elle a dit ?
Vladimir Poutine :Écoutez, le processus britannique d’élection du chef de l’État est très éloigné des principes de la démocratie. Il est limité au parti qui a remporté les élections législatives précédentes. Le peuple de Grande-Bretagne n’a pas son mot à dire dans le changement de gouvernement. L’élite dirigeante s’en tient à ses règles. Nous connaissons la position des conservateurs sur ces questions, y compris en ce qui concerne la Russie. C’est à eux de décider comment ils vont construire leurs relations avec la Fédération de Russie. Notre travail est de protéger nos intérêts. Nous le ferons de manière cohérente, qu’il n’y ait aucun doute là-dessus.
Ilya Doronov : Merci beaucoup.

<…>

https://www.nord-espaces.com/wp-content/uploads/carte-bam-et-transsib.jpg

Ilya Doronov : Monsieur le Président, nous venons d’apprendre que nous ouvrons des passages frontaliers, mettons en service un pont ferroviaire, mais nous avons littéralement un goulot d’étranglement. En septembre de l’année dernière, vous avez admis que le pays avait perdu un avantage en ne modernisant pas à temps le BAM et le Transsib. Dix mois se sont écoulés et Mr. Trutnev a déclaré que l’économie nationale perdrait 1,5 billion de roubles cette année en raison des goulots d’étranglement sur le domaine d’exploitation oriental. Pouvons-nous nous permettre de telles dépenses maintenant ? Quand la situation va-t-elle changer ?
Vladimir Poutine : Ce n’est pas quelque chose que nous avons perdu. C’est ce que nous n’avons pas réussi à obtenir à cause de ces goulots d’étranglement. Bien sûr, cela aurait dû être fait plus tôt. Et, les décisions connexes ont été prises, en partie, lors de mon voyage à Kuzbass. Je m’en souviens très bien. Mais ensuite, une approche différente a prévalu, selon laquelle il y avait peu d’espoir d’augmentations importantes du volume des cargaisons, principalement de charbon, vers l’Est.Nous voyons maintenant que cette position était erronée. Mais il n’y a rien de catastrophique à cela ; les volumes de trafic augmentent. Ils se développent dans la direction de Est et continueront de croître. Nous menons déjà et poursuivrons nos projetsd’extension de capacité du Domaine d’Exploitation Est (BAM et Transsib), non seulement en améliorant le système de dispatching mais aussi en augmentant la capacité de débit. Notre objectif pour les prochaines années est d’augmenter la capacité d’environ 40 millions de tonnes. Je suis sûr que cela sera réalisé.

<…>

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/lxRw5NwDzuDzvWSyB0CLJcihrVu2ZjuC.jpg    21 sur 26 Le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob s’est adressé à la session plénière du Forum économique par liaison vidéo. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Je vais maintenant demander à mon assistant de montrer les résultats d’un sondage à l’écran. Nous avons réalisé ce sondage nous-mêmes – le RBC – auprès de nos lecteurs et des membres du RSPP (Union russe des industriels et entrepreneurs). RSSP est à gauche et nos lecteurs sont à droite.
Nous leur avons posé trois questions.
  1. « L’économie finira-t-elle par se rétablir? » RSPP : 42 % ont répondu « Oui, ça va se rétablir » ;
  2. « L’économie va décliner. » RSSP : 30 % ;
  3. « C’est difficile à dire » : 28 %.
Nos lecteurs ont brossé un tableau complètement différent62% des lecteurs de base disent que l’économie va décliner à court terme.
J’ai aussi personnellement interrogé des connaissances qui vivent dans différentes régions de l’Extrême-Orient et toutes ont dit : « Les augmentations de prix sont notre plus gros problème.
Monsieur le Président, pensez-vous que nous avons touché le fond ou pouvons-nous aller plus loin ou, au contraire, sommes-nous en train de rebondir ? À quel point l’inflation est-elle critique pour nous, pour le pays ?
Vladimir Poutine : Les hausses de prix représentent toujours une certaine menace. L’inflation a bien sûr un effet négatif sur nos concitoyens, leurs revenus pratiques et leur niveau de vie. Elle a également un impact négatif sur l’économie en bouleversant la stabilité macroéconomique.
Cependant, je voudrais souligner que j’ai essayé d’en parler dans mon discours: nous pensons – à la fois le gouvernement et le bureau exécutif présidentiel, ainsi que nos experts – que nous avons vu le pic de la situation la plus compliquée, et qu’elle se normalise, comme le montrent les indicateurs macroéconomiques. J’en ai mentionné quelques-uns.
Premièrement, l’inflation est en baisse. Il atteindra un taux annuel de 12 % avec une tendance à la baisse d’environ 5 ou 6 points, peut-être même l’objectif prévu de 4 % d’ici la fin du premier trimestre. J’espère que nous verrons cela d’ici le deuxième trimestre. Nous avons un taux de chômage record de 3,9 %, un indicateur majeur de la situation économique du pays. Il est beaucoup plus élevé dans les économies développées.
Nos finances publiques se sont stabilisées. Je tiens à souligner que le budget de cette année sera rédigé avec un excédent de près d’un demi-billion de roubles, soit environ 485 milliards.
Ilya Doronov : C’est contraire à toutes les sombres prévisions, n’est-ce pas ?
Vladimir Poutine : Malgré les sombres prévisions.
Cela aurait pu être planifié ou non, mais il y avait des prévisions selon lesquelles nous aurions un ralentissement marqué de l’économie et du PIB. Il y aura une baisse, mais elle sera insignifiante, environ 2 % ou un peu plus de 2 %. Je pense donc que le gouvernement a réussi à empêcher ces évolutions négatives grâce à des mesures efficaces, énergiques et soigneusement mesurées. Les budgets consolidés des entités constitutives de la Fédération de Russie seront également rédigés de manière très positive, je pense avec un excédent de 1 500 milliards de roubles.
Nous mettons en œuvre tous nos programmes, tous les programmes de développement. De plus, cette année, les dépenses budgétaires fédérales dépasseront de 20 % celles de l’année dernière. Cela montre que nous soutenons tous les domaines que nous avons définis comme prioritaires plus tôt. Cela a certainement un impact sur l’ensemble de l’économie russe.
Donc, je m’attends vraiment à ce que ces tendances et ces indicateurs, y compris les prix, procèdent de ces questions fondamentales. En tout cas, nous ferons tout pour les contenir et nous maîtriserons l’inflation.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/mxkqQOAjZtrcweyHCTo0KAZuLn7CeAIB.jpg    22 sur 26 Lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Bobylev Sergei, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Une particularité dans le district fédéral extrême-oriental a été mise au jour. Apparemment, il n’y a presque pas de chaînes nationales de vente au détail. Par exemple, si les résidents d’Extrême-Orient veulent faire leurs courses à Magnit, Perekrestok ou Lenta, ils doivent se rendre dans un autre district fédéral. Juste avant le forum, X5 a déclaré qu’ils arriveraient dans l’année prochaine, environ 100 magasins. Les autres sont toujours absents.
Pourquoi pensez-vous qu’ils ne sont pas là? Pendant ce temps, le gouverneur Limarenko plaidait dans l’interview d’aujourd’hui : « Venez chez nous à Sakhaline, nous avons hâte de vous voir. »
Vladimir Poutine : Tout est plus cher ici, évidemment. De plus, la densité de population n’est pas élevée. Nous avons un peu plus de 12 millions de personnes vivant à l’est des montagnes de l’Oural, et 12 millions rien qu’à Moscou. Donc, cela est basé sur des considérations économiques pratiques. Mais d’abord, vous venez de mentionner que certaines de ces chaînes arrivaient.
Deuxièmement, ils ont leurs propres chaînes de vente au détail, qui se développent. J’espère vivement que leurs progrès auront une incidence favorable sur ce secteur d’activité économique, et nous les aiderons de toutes les manières possibles.
Ilya Doronov : Est-il même possible d’opérer en se basant exclusivement sur des termes comme « rentable » ou « non rentable » lorsque nous parlons de l’Extrême-Orient ?
Vladimir Poutine : Vous savez, du point de vue de l’État et de sa logique d’action sous-jacente, nous devons avant tout être guidés par les objectifs stratégiques de développement du territoire, de prévention du dépeuplement et de création de conditions de vie favorables. D’où nos mesures de soutien. Je peux les revoir plus tard s’il y a des questions.
A quoi répondent les entreprises ? Les entreprises réagissent aux évolutions économiques. Vous m’avez posé des questions sur le gaz et nos relations avec les consommateurs européens. La Pologne est allée de l’avant et a imposé des sanctions à Yamal-Europe, mettant ainsi fin à son opération. A-t-il été fait pour des raisons politiques ? Oui, mais pas seulement.
Il s’avère que les Polonais nous achetaient du gaz à des prix plus élevés que les Allemands. Ils ont fermé le gazoduc Yamal-Europe et ont commencé à acheter notre gaz à l’envers à l’Allemagne à des prix légèrement inférieurs à ceux qu’ils payaient à Gazprom. Les Allemands obtenaient le gaz le moins cher mais le vendaient aux Polonais moyennant une petite prime. C’est tout ce qu’il y a à faire, et c’est de cela qu’il s’agit dans cette décision.
À vrai dire, les entreprises en question ont nui à leurs propres consommateurs en poursuivant leurs intérêts pragmatiques. Pourquoi? Parce que nos approvisionnements en gaz vers l’Europe ont baissé et que les prix ont immédiatement grimpé, et tout a de nouveau été perdu. Vous voyez? Et c’est ce qui se passe partout où vous regardez. Mais il n’y a pas moyen de contourner cela dans l’économie. Vous ne pouvez pas enfreindre les lois économiques objectives et vous en tirer. Il va boomerang sur vous.
Vous avez posé une question au sujet de quelqu’un qui prend des décisions pour limiter les prix de notre pétrole et de notre gaz, ce qui est une chose absolument stupide à faire. Si quelqu’un essaie de le faire avancer, cela ne servira à rien .
Il existe des obligations contractuelles et des contrats de livraison. Y aura-t-il des décisions politiques contraires aux clauses contractuelles ? Nous les ignorerons et suspendrons les livraisons si ces décisions sont incompatibles avec nos intérêts, nos intérêts économiques en l’occurrence. Nous cesserons alors de fournir du gaz, du pétrole, du charbon ou du fioul, suspendrons toutes nos livraisons et respecterons pleinement nos obligations contractuelles. Notamment, les gens qui essaient de nous imposer des choses ne sont pas en mesure de nous dicter leur volonté. Laissez-les revenir à la raison. C’est ainsi que fonctionne l’économie, y compris l’économie nationale.
Pour faire suite à ceux dont nous avons parlé plus tôt, nous ne fournirons rien en dehors des contrats. Nous ne ferons rien de ce qu’ils essaient de nous imposer. Ce que nous allons faire à la place, c’est simplement nous asseoir là et continuer à dire une phrase célèbre d’un conte de fées russe, « Gèle, fige, la queue du loup ».
Soit dit en passant, ils ont plus d’une option. Nous voyons ce qui se passe là-bas. Ils peuvent soit subventionner des prix élevés, ce qui leur sera préjudiciable, car cela ne changera pas le comportement des consommateurs et les ménages continueront à consommer autant qu’avant, et les prix augmenteront dans un contexte de pénurie généralisée, soit réduire la consommation, ce qui est la bonne chose à faire faire sur le plan économique, mais une proposition dangereuse du point de vue social, car elle peut conduire à une rupture. Respecter les obligations contractuelles, suivre les règles et maintenir des relations civilisées est la meilleure voie à suivre.
Nous devons agir de manière civilisée dans notre pays et créer des incitatifs. Nous devons procéder avec prudence, être constants et progressifs dans nos actions, et avancer vers nos objectifs de manière constante, sans sauts. C’est ce que nous faisons et nous prévoyons de continuer à le faire.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/vv1yYgM4DiFzn2JueaQT6rUJSI2MKOFu.jpg    23 sur 26 Le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh s’est adressé à la session plénière du Forum économique de l’Est par liaison vidéo. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Je veux aussi poser une question sur la relation entre les entreprises et l’État.
Dans des forums précédents, vous avez dit que le rôle de l’État prend toujours plus d’importance en temps de crise, et je vais donner quelques exemples.
En 2008, vous vous en souvenez peut-être, vous avez promis d’envoyer un médecin au PDG de Mechel. Vous avez été interviewé en 2020, et interrogé sur votre perception des hommes d’affaires comme des escrocs par définition, vous avez répondu : « Il y a certaines raisons à cela.« 
L’année dernière, avant le Forum de Saint-Pétersbourg, j’ai parlé avec le vice-Premier ministre Andrei Belousov. Il a dit, « les entreprises métallurgiques nous ont doublés.« 
Sur la base de ces exemples, comment l’État construit-il des relations avec les grandes entreprises, avec les hommes d’affaires ?
Vladimir Poutine : Vous ne devriez pas tirer des phrases isolées du contexte des questions dont nous discutons. Je ne vais pas commenter mes propos. Si j’ai dit quoi que ce soit au sujet d’individus particuliers dans le milieu des affaires, je parlais de représentants individuels, et non de l’ensemble du milieu des affaires.
La communauté des affaires russe dans son ensemble fait preuve du plus haut degré de responsabilité envers son pays, sa patrie et les citoyens russes. Je tiens à le souligner et je tiens à les en remercier. C’est la première chose.
Au fait, vous savez ce que j’ai dit à beaucoup de gens à l’époque : « Vous allez vous épuiser à défendre vos intérêts. Certains biens ont été saisis à l’étranger – comptes, bateaux, etc. Je les avais mis en garde à ce sujet. Ils auraient mieux fait de garder ces bateaux ici et d’investir leur argent non pas dans des actifs étrangers, mais dans le développement des infrastructures russes. Rien n’aurait été perdu, tout aurait été ici, dans la Patrie, et nous aurions profité de l’argent investi. Ok, c’est déjà une leçon pour tout le monde.
Ilya Doronov :Mais qui aurait pensé qu’ils le feraient ?
Vladimir Poutine : Mais j’en ai parlé et mis en garde à ce sujet. Pas parce que je suis plus intelligent, mais parce que j’ai plus d’informations. Je les ai prévenus et j’en ai parlé. Et beaucoup de gens, soit dit en passant, y compris certains assis dans cette salle, l’ont compris et n’ont rien gardé de spécial « à l’étranger », ils ont tout gardé ici, « chez eux ». Et ils ont eu raison, en fait.
Quant aux entrepreneurs, j’en ai aussi parlé.

https://vid.alarabiya.net/images/2022/08/29/6e0d6a04-ffb3-4219-9f07-43141a6e1ab9/6e0d6a04-ffb3-4219-9f07-43141a6e1ab9_16x9_1200x676.jpg?width=1120&format=jpg

Quant à ce que Mr. Belousov a dit à propos de quelqu’un qui double quelqu’un. Oui, tout peut être dit dans le feu de l’action ! Mais cela, encore une fois, témoigne simplement de l’exactitude des points que je viens de faire. Il existe certaines règles objectives en économie, que vous ne pouvez pas simplement ignorer.
Pourquoi les producteurs d’acier et de métal ont-ils maintenu des prix élevés ? En raison de la situation actuelle sur les marchés mondiaux. Qu’est ce que l’on peut faire à propos de ça? Ils l’ont fait naturellement, étant responsables envers leurs employés de leurs entreprises, leurs industries, et pour maintenir la rentabilité.
C’était juste que l’État devait réagir rapidement, appliquer des mécanismes et des instruments de marché appropriés afin de limiter les exportations ou de générer des super profits par divers moyens. Ils sont basés sur le marché et ils sont tous bien connus : soit par le biais des droits de douane, soit en récupérant ces super-profits d’une autre manière.
Mais les hommes d’affaires travaillant dans ce domaine devaient bien sûr savoir à l’avance ce que l’État avait l’intention de faire et ce qu’il pouvait faire dans ce cas. Il s’agit d’un domaine tellement délicat, un mince « tissu » d’interaction au sein de l’économie. Il n’y a rien à craindre ici, tout est calmement réglé et nous y ferons attention à l’avenir.
Ilya Doronov : En parlant de ces conditions. Nous avons fait en sorte qu’ils puissent rester ici et quitter leurs zones offshore. Maintenant, je sais qu’ils s’enregistrent sur l’île Russky, mais la question est : est-ce parce qu’ils ont peur de les perdre à nouveau, ou avons-nous créé des conditions normales et meilleures ?
Vladimir Poutine :Il y a des problèmes, vous avez tout à fait raison. Nous devons créer les bonnes conditions, et surtout, bien sûr, cela est lié à la sécurité et à la protection des droits de propriété. Vous avez raison, et une grande partie de la responsabilité en incombe à l’État.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/dKQBlPYIgsznxwzoPw573w12z01H4BAo.jpg    24 sur 26 Lors de la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Vladimir Smirnov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov :Parlons maintenant du tourisme. Hier, le Présidium du Conseil d’Etat pour le développement du tourisme s’est réuni ici à Vladivostok. Je voudrais vous demander d’expliquer plus clairement notre position sur les visas.
Nous avons de nombreux accords sur les voyages sans visa avec les pays d’Amérique latine, mais presque aucun avec l’Europe. En attendant, je pense que les touristes européens peuvent venir ici. Peut-être ne devrions-nous pas leur fermer nos portes avec une sorte de rideau touristique mais, au contraire, les laisser entrer ?
Vladimir Poutine : Oui, je partage votre point de vue. Tout comme nous ne permettrons à personne de nous imposer une décision dans, disons, l’industrie de l’énergie – leurs bras ne sont pas assez longs pour cela – nous ne devrions pas faire quoi que ce soit qui contredise nos intérêts dans ce domaine également. Mr. Lavrov sera probablement en colère contre moi parce que…
Ilya Doronov : Oui, il écoute attentivement dans cette salle.
Vladimir Poutine :Parce que le ministère des Affaires étrangères répond toujours de la même manière : ils nous ont craché dessus, donc nous devons leur cracher dessus ; ils ont annulé des visas pour nous et nous devons donc annuler des visas pour chacun d’eux.Mais nous ne devrions rien faire qui ne réponde pas à nos propres intérêts.
Sommes-nous intéressés par les jeunes qui viennent étudier dans notre pays ? Oui. Alors pourquoi les empêcher de venir ? Nous sommes intéressés par les entrepreneurs qui viennent et travaillent ici malgré les restrictions. Tant d’entrepreneurs aiment la Russie, lui font confiance et veulent travailler ici. Bienvenue, laissez-les venir travailler. A quoi bon les restreindre ?
Ou, disons, des tuteurs viennent enseigner à nos enfants. Laissez-les venir travailler. Qu’y a-t-il de mal à cela? Ou prenez des athlètes, par exemple, ou des artistes. Pourquoi les limiter ? Nous ne couperons pas ces contacts nous-mêmes. Quiconque fait cela ne fait que s’isoler, pas nous.
Ilya Doronov : Hier, j’ai entendu dire qu’il y avait eu une petite dispute à propos de Rostourism (l’Agence fédérale du tourisme). Zarina Doguzova a demandé d’étendre l’autorité de Rostourism, mais le vice-Premier ministre Dmitry Chernyshenko n’était pas d’accord avec cela.Comment cela fonctionnera-t-il à l’avenir ? Quelle décision a été prise ?
Vladimir Poutine :Tout y est très simple et très pragmatique à la fois. Premièrement, le tourisme intérieur est extrêmement important, très important. Le tourisme d’accueil est également important. Nous avons un immense pays. Nos amis et collègues en parlent. Notre ami de la République populaire de Chine et d’autres – de la Mongolie et du Myanmar. Je ne parle même pas des pays les plus proches – les anciennes républiques soviétiques, y compris l’Arménie.
Tout le monde connaît le potentiel touristique de la Russie. C’est énorme. Mais, bien sûr, nous devons faire beaucoup pour développer l’infrastructure du tourisme intérieur. Je ne vais pas tout énumérer ici. Il existe de nombreux instruments, et nous allons les développer.
La discussion d’hier était simple : qui est censé dépenser 10 milliards de roubles alloués à la mise en œuvre d’un certain nombre de programmes touristiques ? Le Ministère de la Construction ou du Rostourisme ? C’est vraiment la même chose pour moi parce qu’il y a une logique dans les deux. Mais le ministère de la Construction a toujours une attitude professionnelle vis-à-vis des questions de développement des infrastructures, de construction mais…
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/YzQ63ON7JoukNsjqLS8PADHyDiHAtaqk.jpg    25 sur 26 Session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Stanislav Krasilnikov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov :Mais seulement une centaine de personnes travaillent chez Rostourism, n’est-ce pas ?
Vladimir Poutine :Quant à Rostourism, ce n’est pas important qu’ils n’aient qu’une centaine d’employés. Ce qui compte, c’est qu’ils comprennent ce dont ils ont besoin pour se développer et c’est important. Le ministère de la Construction construit simplement des installations tandis que Rostourism planifie toujours la direction du développement touristique.Il serait donc logique de canaliser ces fonds via Rostourism. Mais en fin de compte, le gouvernement doit en décider. Je pense qu’ils prendront une décision bientôt. Il n’y a rien de compliqué à ce sujet.

<…>

https://www.iaea.org/sites/default/files/styles/width_555px_6_units_16_9/public/iaeaflag11140x640.jpg?itok=M9tCfguh&c=c532d698bb86e8902187f7fddbcc04c8   Une ligne électrique de secours vers la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhya (ZNPP) a été restaurée, fournissant à la centrale l’électricité externe dont elle a besoin pour le refroidissement du réacteur et d’autres fonctions de sécurité essentielles, a appris aujourd’hui l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur le site. . LIRE en anglais sur …  https://www.iaea.org/newscenter/pressreleases/update-100-iaea-director-general-statement-on-situation-in-ukraine

Ilya Doronov :Passons à l’agenda international, à la sécurité énergétique et, plus généralement, à une nouvelle structure de sécurité.
La veille, l’AIEA a publié un rapport sur ce qui se passe à la centrale nucléaire de Zaporozhye. Le rapport ne précise pas qui bombarde l’usine ; il décrit les dégâts que les experts ont constatés.
Comment commenteriez-vous cela ? Faites-vous confiance à ce rapport ?
Vladimir Poutine : Oui, bien sûr, je fais confiance à ce rapport. L’AIEA est une organisation internationale responsable et son chef est un vrai professionnel.De toute évidence, ils subissent la pression des pays où ils travaillent, y compris les États-Unis et les pays européens, et ne peuvent pas dire directement que l’usine est bombardée depuis le territoire ukrainien, mais c’est une évidence. Nous exerçons un contrôle sur l’usine et nous y avons notre personnel militaire. Est-il possible que nous nous tirions dessus ?C’est de la merde totale, il n’y a rien d’autre à appeler ça. Je dis à mes partenaires occidentaux : « Est-il possible que nous nous tirions dessus ? [Ils répondent] : « Eh bien, oui, cela semble défier le bon sens. »C’est mon premier point.
Deuxièmement, il y a beaucoup de débris HIMARS et de fragments d’autres armes occidentales. Représentent-ils une menace ? Bien sûr, qu’ils sont une menace.
J’ai lu dans le rapport que l’AIEA juge nécessaire de retirer les équipements militaires du territoire autour de la centrale. Mais il n’y a pas d’équipement militaire sur le territoire de l’usine. Les experts de l’AIEA auraient dû voir cela et maintenant ils peuvent encore le voir, avec deux experts restant sur le site. Il y a des forces de Rosgvardiya [le Service fédéral des troupes de la Garde nationale de la Fédération de Russie] qui gardent la zone le long du périmètre de l’usine et à l’intérieur de l’usine – c’est tout.
Ilya Doronov : Oui, ils ont enregistré quelques véhicules là-bas.
Vladimir Poutine : Ce sont des Tigrs [véhicules blindés], que Rosgvardiya utilise pour garder l’usine et assurer la sécurité dans la zone. Si vous le souhaitez, nous pouvons y emmener qui vous voulez demain, y compris un grand groupe de journalistes, y compris des journalistes européens ou américains, laissez-les jeter un coup d’œil. Il est facile de voir d’où viennent les obus pour frapper Energodar – juste de l’autre côté du réservoir de stockage d’eau. Nous savons d’où ils viennent et nous n’avons toujours pas d’équipement, y compris d’équipement militaire pour le feu de contre-batterie, à l’usine. Le tout est déployé loin du périmètre de la centrale.
Cependant, la partie ukrainienne menace la sécurité nucléaire. Franchement, je ne comprends pas très bien pourquoi ils font cela. Est-ce simplement parce qu’ils veulent attirer l’attention sur la situation dans laquelle ils se trouvent et créer davantage de crises ?
Soit dit en passant, nous n’en parlons pas souvent, mais nous ne cachons pas non plus leurs tentatives d’actes terroristes en Fédération de Russie en faisant sauter des lignes de transmission à haute tension à proximité de nos installations nucléaires. Autrement dit, ils travaillent constamment à cette fin. Pour être franc, je ne comprends pas très bien pourquoi ils font des choses qui constituent une menace pour toute l’Europe. Mais c’est ce qu’ils font.
https://armenpress.am/static/news/b/2021/10/1066057.jpg Le directeur général de la corporation d’État russe Rosatom Alexey Likhachev

Hier, j’ai demandé à Mr. Likhachev, le directeur de Rosatom [la société nationale de l’énergie atomique], de soumettre des propositions supplémentaires de Rosatom pour assurer la sécurité [de la centrale], car la principale menace n’est pas posée par le réacteur mais par le combustible usé stockage.
Ilya Doronov : Entre-temps, le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, a déclaré… Si vous me le permettez, je voudrais citer ce qu’il a dit. Voici la traduction que j’ai trouvée :« Aujourd’hui, nous nous réunissons dans le cadre des négociations d’adhésion avec des représentants de l’Ukraine. Nous n’avons pas encore de plan concret sur la façon de vaincre la Russie fasciste et son régime fasciste.Qu’est-ce que c’est?
Vladimir Poutine : Cela a-t-il quelque chose à voir avec la centrale nucléaire de Zaporozhye ? Rien, non ?
Ilya Doronov : Cela n’a rien à voir avec la centrale nucléaire. C’est simplement ainsi qu’il décrivait notre pays.
Vladimir Poutine :Il ne fait que parler. C’est un grand spécialiste en la matière.
Nous avons entendu parler des appels à vaincre la Russie sur le champ de bataille lancés par le chef de la diplomatie de l’UE. C’est une approche diplomatique étrange. S’il était ministre de la Défense d’un pays, il serait possible de comprendre cette rhétorique, mais cela semble très étrange lorsqu’il est dit par le chef de la diplomatie de l’UE. Laissez faire, que Dieu soit son juge, qu’il dise ce qu’il veut.
Quant aux régimes fascistes, que dire ? Vous savez s’il avait vécu dans les années 1930… C’est un Espagnol, n’est-ce pas ?
https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/K7RKvKS.declW3btXG8E_w--/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTU0MDtjZj13ZWJw/https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/U8fl3.yKoF7M6MopeUmQsQ--~B/aD01NzY7dz0xMDI0O2FwcGlkPXl0YWNoeW9u/https://media.zenfs.com/fr/rfi_475/a7b749283d321fe57561761faab31950  Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell LE 11.09.2022

Ilya Doronov : Oui, un Espagnol.
Vladimir Poutine : S’il avait vécu en Espagne dans les années 1930 et entendu une phrase sacramentelle dans un bulletin météo : « Un ciel sans nuage sur toute l’Espagne » signal du début d’un coup d’État du général Franco – il aurait repris les bras. Mais de quel côté serait-il ? Le gouvernement de gauche démocratiquement élu en Espagne à l’époque ou les putschistes ? A mon avis, il serait du côté des putschistes, car aujourd’hui il soutient le même genre de putschistes en Ukraine. La principale source du pouvoir d’aujourd’hui est le coup d’État de 2014. Il les soutient et il aurait certainement pris le parti des fascistes. C’est qui est du côté des fascistes. C’est mon premier point.
Maintenant mon deuxième point. Aujourd’hui, il soutient vigoureusement le gouvernement ukrainien ainsi que toute l’Europe. J’ai discuté à plusieurs reprises de ces questions avec nos partenaires européens, et nous avons toujours souligné les signes de néonazisme dans le gouvernement actuel de Kiev. Et la réponse est toujours : « Allez ! Nous avons tous toutes sortes de néo-nazis. Oui, nous les avons. Mais ni la Russie ni aucun autre pays civilisé ne promeut les nazis ou les nationalistes radicaux de type nazi au statut de héros national. C’est la différence. Et c’est exactement ce que fait l’Ukraine.
Si cet homme, celui que vous avez mentionné – que Dieu bénisse son cœur – avait la moindre idée de qui étaient Bandera, Shukhevich et autres (des néonazis qui ont tiré sur des Russes, des Juifs et des Polonais – et les occupants allemands leur ont surtout confié ce sale boulot, et ils ont exterminé des gens), s’il partait de ces considérations, il comprendrait où le vrai nazisme prospère et où il est soutenu au niveau gouvernemental.
Il faudrait lui donner l’occasion de regarder la réalité dans les yeux et ensuite nous l’écouterions. S’il a ne serait-ce qu’une goutte de conscience, il tirera les bonnes conclusions.
Ilya Doronov :Les événements en Ukraine à cette époque, le massacre de Volyn, ont également été les tragédies personnelles de nombreuses familles. Maintenant, nous sommes également confrontés à des tragédies.
Début mars, j’ai cessé de communiquer avec mon ami qui vit à Kiev. Il a cessé de communiquer avec moi. Mr. Peskov nous a dit dans une interview que sa femme avait également coupé tout lien avec ses amis d’enfance.
Comment pouvons-nous faire face à ces tragédies, comment reconstruire des relations avec des gens ordinaires, des Ukrainiens ordinaires ?
Vladimir Poutine : Vous voyez, depuis un certain temps, le pouvoir en Ukraine est en fait entre les mains de nationalistes extrémistes et de néonazis, et ils y exercent une terreur totale. Beaucoup de gens ont juste peur d’ouvrir la bouche et de dire ce qu’ils pensent vraiment.
Regardez ce qui se passe là-bas. Parfois, nous critiquons certains de nos citoyens, qui ont leur propre point de vue sur nos actions pour protéger le Donbass. Et là, ils tirent dans la rue et tuent sans procès ceux qui ont une opinion différente de celle du pouvoir. Ils les détruisent simplement physiquement. Y a-t-il une différence ? Comprenons-nous ou non ce qui s’y passe ? Nous devons comprendre.
Par conséquent, je vous assure qu’il y a un grand nombre de personnes en Ukraine qui détestent ce régime et, bien sûr, nous devons compter sur ces personnes qui comprennent ce qui se passe et sont prêtes à le combattre, elles sont tout simplement incapables de le faire. Ils sont sous l’oppression du régime néo-nazi là-bas. Que peuvent-ils faire? Mais je vous assure que ces personnes sont nombreuses et qu’il faut maintenir des relations avec elles, nous le ferons. Et je suis sûr que l’avenir des relations russo-ukrainiennes appartient à cette partie de la société ukrainienne.
.Ilya Doronov:Ensuite, nous devons leur expliquer ce que nous y apportons, quelles valeurs.
Vladimir Poutine : Eux-mêmes peuvent vous l’expliquer. Allez dans le Donbass et interrogez les Ukrainiens qui y vivent sur les valeurs qu’ils défendent. Ils défendent la Patrie, leur identité, leur histoire et leur peuple.
Ilya Doronov : En tant que journaliste, j’aurais du mal à ne pas poser une question d’entreprise, pour ainsi dire.
Le 5 septembre, Ivan Safronov a été condamné à 22 ans de prison pour haute trahison. Il s’agit de la plus longue peine de prison pour ce délit ces dernières années. Cela est certain.
Ensuite, Novaya Gazeta dirigée par un lauréat du prix Nobel a vu sa licence révoquée. Au total, une trentaine de médias ont fermé ou suspendu leur travail en Russie depuis début février, et de nombreux journalistes sont partis à l’étranger, comme la Lettonie, et y travaillent désormais.
Pensez-vous que ce genre de pression accrue sur les médias est justifié ? N’est-ce pas une manifestation de ce monde multipolaire ou unipolaire dont nous parlons ?
Vladimir Poutine :Vous avez mentionné le lauréat du prix Nobel de la paix. Nous sommes très heureux qu’un citoyen russe ait reçu le prix Nobel de la paix.
Je pense cependant que le comité Nobel a fortement dévalué l’importance des prix Nobel dans les sciences humaines.
Comme vous vous en souvenez peut-être, j’ai une haute estime pour tous mes collègues malgré des désaccords, disons, avec nos partenaires américains. J’avais une relation de travail avec le président Obama. Pourquoi a-t-il reçu le prix Nobel de la paix ? Je n’en ai jamais parlé auparavant, mais vous m’obligez à demander : qu’a-t-il fait pour protéger la paix ? Je parle des hostilités en cours dans certaines parties du monde lorsqu’il était au pouvoir. Qu’est-ce qui se passe ici? Maintenant, ils l’ont décerné à notre citoyen.
Nous sommes conscients de multiples décisions qui ont été prises uniquement sous l’influence d’événements politiques en cours. Cela ne fait pas honneur à ceux qui sont à l’origine de ces décisions. Néanmoins, nous sommes heureux pour nos concitoyens qui ont reçu ce prix.
En ce qui concerne les personnes qui ont quitté notre pays et qui travaillent à l’intérieur d’autres pays. Je vous assure qu’ils sont heureux d’avoir la chance de partir. Pendant leur séjour en Russie, ils n’ont jamais cessé de travailler contre notre pays. Maintenant, partant du principe que quelque chose les menace ici, ils ont déménagé avec plaisir là-bas pour être payés avec le même argent qu’ils recevaient lorsqu’ils travaillaient ici.
La situation actuelle a obligé chacun, quelle que soit sa position, à décider où il se situe. Ils ont décidé d’aller dans le pays étranger le plus proche et d’y trouver un emploi dans des centres anti-russes. Eh bien, laissez-les faire leur travail.
Notre mission est de faire comprendre à l’écrasante majorité des citoyens russes la position adoptée par la Fédération de Russie, la position des dirigeants russes et nos actions visant à protéger les intérêts du peuple russe et du peuple multi-ethnique du Fédération de Russie dans son ensemble. Nous agissons uniquement sur la base de ces considérations et nous constatons que l’écrasante majorité de la population est de notre côté.
Ilya Doronov : 22 ans est une peine très lourde.
Vladimir Poutine : En ce qui concerne 22 ans, ce journaliste a reçu cette peine, pour autant que je sache – je ne connais pas les détails – je sais seulement qu’il était plus qu’un journaliste et qu’il était également conseiller du chef de Roskosmos et qu’il a gagner sa vie non seulement en étant journaliste, mais aussi en rassemblant des documents sur le sujet et en les mettant à la disposition d’un service de renseignement occidental. Notre contre-espionnage a travaillé sur lui pendant plusieurs années et a suivi sa communication avec les personnes qui l’ont payé pour partager des informations classifiées. Ils ont tout suivi. Puis, au cours de l’enquête, non seulement ils l’ont arrêté, mais ils ont récupéré les moyens de communication qu’il utilisait. Le tribunal a considéré que l’affaire avait été prouvée et a statué en conséquence.
En ce qui concerne la peine qu’il a reçue pour ce qu’il a fait, je ne serai pas juge. Le procureur général est ici, et s’il estime que cette peine est excessive et trop sévère, il peut faire appel de la décision, et les avocats de l’accusé, la personne condamnée, peuvent déposer des documents auprès d’une juridiction supérieure.
https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big2x/TrSmcdWYAzVhrv2mmVhSBJQdfWGBNupG.jpg    26 sur 26 Après la session plénière du Forum économique de l’Est. Photo : Vladimir Smirnov, agence photo hôte TASS

Ilya Doronov : Je vais poser la dernière question, et nous allons conclure. Je préférerais qu’on en finisse avec l’Extrême-Orient. On vous a également demandé votre avis sur l’Extrême-Orient russe l’année dernière, mais la situation a changé maintenant. Avez-vous repensé votre attitude envers l’Extrême-Orient et les gens qui y vivent ? Que pensez-vous d’eux maintenant ?
Vladimir Poutine : Non, rien n’a changé à cet égard. Au contraire – et notre ami chinois en a parlé, il a dit que l’Extrême-Orient est d’un grand intérêt pour la Russie et pour les voisins de la Russie dans la région asiatique. Nous sommes très heureux que nos positions se chevauchent. Notre collègue du Myanmar, Mr. Pashinyan, et notre collègue de Mongolie en ont également parlé.
Mais le plus important pour nous, c’est que l’Extrême-Orient et l’Arctique sont les régions où réside l’avenir de la Russie. Non seulement il y a des ressources ici, mais il y a un accès à une région du monde qui se développe activement et à un très bon rythme. Nous n’avons pas commencé à renforcer l’Extrême-Orient parce que nous préparions une opération militaire spéciale dans le Donbass. C’était bien avant cela. Il s’agissait d’un choix stratégique fondé sur les tendances du développement de l’économie mondiale et, par conséquent, sur l’émergence de nouveaux centres de pouvoir dans le monde, fondé sur le fait que nous entretenons généralement de très bonnes relations amicales et un niveau élevé de relations avec la Chine et avec nos voisins ici, dans la région. Ici, tout est en hausse. Alors pourquoi devrions-nous rester sur le côté ? Au contraire. Nous devons faire partie de la tendance. Nous devons promouvoir ici tout ce qui contribue à promouvoir nos contacts avec cette région du monde.
Nous avons fait ce choix il y a de nombreuses années, et nous sommes très heureux de l’avoir fait, et nous sommes satisfaits des résultats. Ils sont peut-être modestes jusqu’à présent, mais ils sont là. Après tout, la tâche la plus importante ici, comme je l’ai dit plus tôt, est d’empêcher le dépeuplement ; au contraire, faire de cette région un lieu attractif pour les citoyens.
Et regardez, pour la première fois dans l’histoire récente, nous assistons à un afflux migratoire en Extrême-Orient. C’est la première fois que cela se produit en 2021. Il y a même une décroissance naturelle de la population, mais elle est inférieure à la moyenne nationale. C’est le principal agrégateur de ce qui se fait et, en principe, cela semble faire avancer les choses dans la bonne direction.
Nous avons encore beaucoup à faire, nous n’avons pas encore fait grand-chose, mais nous allons certainement nous en tenir à cette voie.
Ilya Doronov : Merci beaucoup. Je tiens à remercier tous nos invités.
Monsieur le Président, en tant qu’hôte, voudriez-vous, s’il vous plaît, prononcer les remarques de clôture.
Vladimir Poutine : Je n’ai pas préparé de remarques finales. Je veux juste remercier le public attentif et nos amis qui ont trouvé le temps de visiter la Russie malgré des affaires à régler dans leur propre pays.
Évidemment, je ne doute pas qu’il y ait d’autres rencontres bilatérales à venir, j’ai déjà rencontré des collègues et je vais en rencontrer d’autres maintenant. Nous résumerons les résultats récents des relations bilatérales et proposerons des mesures pour l’avenir.
Cela profitera certainement à nos relations bilatérales et à notre coopération ici, en Extrême-Orient, une région stratégiquement importante pour la Russie.
Merci beaucoup!

http://en.kremlin.ru/events/president/news/69299

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s