5092 – France « En moyenne on sait faire, le problème ce sont les pics ! Ces ministres qui découvrent l’eau chaude et le fonctionnement des emmerdes ! » Charles SANNAT du 31 Août 2022

  1. « En moyenne on sait faire, le problème ce sont les pics ! Ces ministres qui découvrent l’eau chaude et le fonctionnement des emmerdes ! »
  2. Prix à la production en Allemagne? +37,2 % en juillet sur 12 mois !
  3. 20 % d’inflation en Angleterre selon Goldman, et le Brexit n’y est pour rien !
  4. Fort ralentissement en zone euro selon le chef économiste de la BCE
  5. La dette de l’Italie attaquée par les « Hedge funds »

1 « En moyenne on sait faire, le problème ce sont les pics ! Ces ministres qui découvrent l’eau chaude et le fonctionnement des emmerdes ! » L’édito de Charles SANNAT

par Charles Sannat | 31 Août 2022 | A la une, Energie |

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Le problème avec les mamamouchis qui nous dirigent c’est que l’on ne sait pas s’ils sont vraiment incompétents, ou s’ils font exprès de passer pour des buses.

Néanmoins ce qui est bien, c’est que cela permet de nous donner plein de sujets d’actualité, d’idées d’articles, et puis au moins nous rigolons. Jaune bien évidemment, mais nous rions quand même, et plus c’est grave mes amis, plus il faut en rire. Le rire est salutaire.

La nominée du jour c’est notre ministre Pannier-Runacher.

Voilà ce qu’elle vient de nous dire dans une fulgurance intellectuelle dont elle seule est capable et du même niveau que celle de la « magie du travail à l’usine ».

Crise de l’énergie : des « tensions » en vue en cas de journées très froides cet hiver
« On est capables de couvrir en moyenne l’hiver, le sujet c’est qu’est ce qui passe le jour où il fait très froid », a prévenu la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Hahahahahahahahahahaha.

Et oui ma bichette.

En moyenne cela va toujours bien.

Le problème ce sont les pics.

Le problème ce sont les situations qui sortent de la moyenne.

Le problème c’est ce qui est au-delà des normes.

C’est même globalement la définition des emmerdes.

En moyenne, les crues sont de 4 mètres sinon c’est la crue centennale. En moyenne les vagues sont de 3 mètres. Mais parfois c’est le tsunami de Fukushima et 6 réacteurs qui pètent. En moyenne on a du gaz sauf quand on se fâche avec Poutine. En moyenne on a des centrales nucléaires qui marchent sauf quand la moitié sont en maintenance…

Les emmerdes c’est quand la réalité sort des moyennes.

Mais soyons juste avec la miss Pannier.

Nous avons une autre nominée, la patronne d’Engie.

« Pour l’hiver prochain, nous avons les volumes (de gaz) qui nous sont nécessaires à climat moyen », a déclaré la directrice générale adjoint d’Engie, Claire Waysand, lors d’une table ronde organisée par le patronat français.

En clair, s’il fait chaud alors nous pourrons vous chauffer. Hahahahaha. Qu’ils sont drôle nos dirigeants. « A climat moyen »… hahahahahaha. J’espère pour eux que nous n’aurons pas un vortex polaire, sinon faudrait mettre plusieurs polaires… je parle des pulls.

Au cas où vous seriez trop neuneus pour comprendre elle précise :

« Mais « pour être sûrs de passer en électricité et en gaz l’hiver, nous avons intérêt à ce que les journées ne soient pas trop fraîches, sinon il peut y avoir des journées pendant lesquelles il y aura des vraies tensions », a alerté la représentante du premier fournisseur de gaz en France » .

Hahahahahaha, faudrait pas que vous ayez quand même tous envie de vous chauffer en même temps les gars ! Hein.

Et oui, nous sommes en guerre.

On ne vous a pas demandé votre avis.

On n’a pas non plus demandé aux députés de voter les sanctions contre la Russie ou le fait de soutenir l’Ukraine.

Alors vous allez vous cailler pour Kiev et pour le joueur de piano avec son zizi. Il jouait du piano debout, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour son zizi cela voulait dire beaucoup. Je parle du président Ukrainien.

Alors il y a évidemment des alternatives, nous ne sommes pas condamnés à la misère énergétique comme nous n’étions pas condamnés par le Covid aux confinements sans fin et aux vaccinations forcées.

Tout cela doit pouvoir se discuter avec calme, dans un cadre démocratique et avec des sensibilités différentes.

Mais non.

Nous sommes en guerre et d’ailleurs, comme pour le Covid, Macron va tenir des conseils de défense pour l’énergie.

Cela nous promet de vrais moments difficiles.

C’est le moment de préparer votre plan d’urgence énergétique car l’Etat ne sait que créer des pénuries (cliquez ici pour vous abonner).

Après la pénurie de masques, vous allez adorer la pénurie d’énergie.

N’oubliez pas.

L’État ne sait que créer des pénuries.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/en-moyenne-on-sait-faire-le-probleme-ce-sont-les-pics-ces-ministres-qui-decouvrent-leau-chaude-et-le-fonctionnement-des-emmerdes-ledito-de-charles-sannat/

2 Prix à la production en Allemagne? +37,2 % en juillet sur 12 mois !

par Charles Sannat | 31 Août 2022 | Grille article, Monnaie et Inflation

Généralement, l’inflation globale suit logiquement l’évolution des prix à la production, sorte d’indicateur avancé de ce qu’il va se passer pour le consommateur moyen.

Normal.

Les prix à la production ce sont les prix « sortis d’usine ». Si ça monte à la sortie des usines, cela baisse rarement dans les magasins une fois que tout le monde a pris sa marge plus ou moins confortable.

D’après cet article des Echos, en Europe, la hausse des prix à la production a, par exemple, largement dépassé les attentes. « En juillet, ils se sont envolés de 37,2 % sur un an et de 5,3 % sur un mois. Le consensus tablait sur une hausse de 32 % sur un an. C’est la plus forte augmentation observée par l’Office fédéral de la statistique depuis le début des études en 1949″.

Et en 1949 en Allemagne, la situation n’était franchement pas terrible puisque l’Allemagne était globalement détruite. Les Allemands manquaient donc globalement de tout, et quand on manque de tout, les prix du peu qu’il reste sont toujours très élevés.

Retenez ceci.

Quand les prix à la production explosent, l’inflation dans les mois qui suit monte de manière importante !

A ce stade, nous ne disposons d’aucun élément pour dire que nous avons atteint le pic d’inflation. Encore moins pour dire que l’inflation devrait baisser.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source Les Echos.fr ici


https://insolentiae.com/prix-a-la-production-en-allemagne-372-en-juillet-sur-12-mois/

3 – 20 % d’inflation en Angleterre selon Goldman, et le Brexit n’y est pour rien !

par Charles Sannat | 31 Août 2022 | Grille article, Monnaie et Inflation

Il est de bon ton dans certains endroits d’accabler la perfide Albion et de mettre tous ses maux économiques sur le dos du Brexit.

Si l’inflation est forte au Royaume-Uni ce serait donc la faute à Boris et à son Brexit.

La réalité est nettement plus nuancée et il convient plus d’y voir le résultat d’une politique économique beaucoup plus libérale et nettement moins interventionniste de l’État.

D’ailleurs la banque d’affaire Goldman Sachs ne s’y trompe pas lorsqu’elle évoque une inflation à plus de 20 % au Royaume-Uni.

« L’inflation au Royaume-Uni pourrait dépasser 20 % au début de l’an prochain si la spirale créée par l’envolée des prix du gaz n’est pas brisée d’ici-là, estiment les économistes de la banque Goldman Sachs, ajoutant que l’économie britannique se dirige vers une récession.

L’autorité britannique de régulation du marché de l’énergie a annoncé la semaine dernière que les factures d’électricité allaient bondir de 80 % en octobre par rapport à l’an dernier, ce qui risque de provoquer une explosion de la précarité énergétique et de mettre en difficulté des milliers d’entreprises.

Si les prix du gaz restent à leur niveau actuel, expliquent les économistes de Goldman Sachs dans une note, la hausse des prix de l’énergie pourrait dépasser 80 % en janvier, ce qui impliquerait « un pic d’inflation à 22,4 %, bien supérieur à notre prévision de base de 14,8 % », ajoutent-ils.

La semaine dernière, une autre banque américaine, Citi, a dit s’attendre à ce que l’inflation britannique culmine à 18,6% en janvier ».

La conclusion est simple.

L’inflation chez les Anglais augmente parce que l’État laisse faire la hausse des prix de l’énergie.

En France l’État bloque les prix de l’énergie mais EDF continue d’acheter de l’énergie très chère sur le marché qu’EDF revend à perte aux Français.

Résultat c’est EDF qui absorbe le choc énergétique en France et donc va accumuler les pertes.

Des pertes qui ne compteront pas dans le déficit public français puisqu’il s’agit d’EDF même si l’État se porte « caution » pour cette entreprise.

Si nous avons moins d’inflation en France que chez les autres, ce n’est pas parce que nous sommes meilleurs, c’est parce que l’Etat bloque les prix et assume les pertes avec de l’argent qu’il n’a pas.

Autant dire que cela n’est jamais éternel.

Charles SANNAT

Source site Investing.com ici


https://insolentiae.com/20-dinflation-en-angleterre-selon-goldman-et-le-brexit-ny-est-pour-rien/

4 – Fort ralentissement en zone euro selon le chef économiste de la BCE

par Charles Sannat | 31 Août 2022 | Chronique de l’effondrement

Inflation = Récession.

C’est assez facile à comprendre comme enchaînement.

Pour lutter contre l’inflation on augmente les taux. L’argent devient plus cher. Le système économique se grippe. Même si l’on ne monte pas les taux la hausse des prix en l’absence de salaires indexés augmentent les prélèvements dans l’économie et le pouvoir d’achat des gens baisse. L’économie ralentit jusqu’à caler et entrer en récession.

Quoi que vous fassiez, inflation = récession, encore plus dans un monde dans lequel nous atteignons les limites des ressources disponibles.

Et c’est ce que vient de confirmer Philip Lane.  « L’économie de la zone euro est en train de ralentir », selon l’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), ajoutant qu’il n’excluait pas une récession technique modérée et temporaire.

Temporaire la récession, c’est exactement ce que l’on vous disait de l’inflation il y a un peu plus d’un an. Paniquez brave monsieur, brave dame, c’est temporaire et transitoire. On connait le temporaire qui dure.

« Interrogé par la chaîne de télévision espagnole TVE, Philip Lane a également expliqué que la BCE devrait relever ses taux d’intérêt étape par étape ».

Inflation = récession.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source Agence de presse Reuters via Investing.com ici


https://insolentiae.com/fort-ralentissement-en-zone-euro-selon-le-chef-economiste-de-la-bce/

5 – La dette de l’Italie attaquée par les « Hedge funds »

par Charles Sannat | 31 Août 2022 | Affaires européennes,

En pleine torpeur estivale le sujet de l’Italie est presque passé inaperçu pourtant, il convient de surveiller la situation comme le lait sur le feu tant le risque pour l’euro est majeur en cas de problème important sur la dette de la 3ème économie la plus importante de la zone euro.

« A un mois des élections législatives en Italie, de plus en plus de « hedge funds » vendent à découvert sa dette publique. Avec des effets sur la campagne de la droite nationaliste.
Un article du média de la City de Londres, le Financial Times, abondamment relayé ces dernières 24 heures en Italie, vient confirmer les intuitions de beaucoup de commentateurs italiens: les fonds de gestion alternative ont entrepris de mettre à l’épreuve la troisième économie de la zone euro, afin, cela va de soi, d’en tirer parti. »

Pour le moment leurs paris à la baisse sur la dette italienne ne se sont jamais révélés aussi élevés depuis la grande crise financière de 2008 mais selon S&P Global, la valeur totale des obligations italiennes empruntées par ces investisseurs, ne sont que de 39 milliards d’euros !

Cela peut sembler beaucoup, mais ce n’est pas tant que cela par rapport à la masse totale de la dette italienne, mais c’est le début d’un mouvement potentiellement très dangereux.

Les marchés vont-ils entamer un bras de fer avec la BCE pour tester la détermination de la banque centrale à sauver la zone euro ?

C’est possible et nous devrions logiquement connaître une période de grande anxiété sur l’euro avec la hausse des taux et le sujet des dettes souveraines monumentales accumulées pendant la pandémie.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source BFM TV.com ici


https://insolentiae.com/la-dette-de-litalie-attaquee-par-les-hedge-funds/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s