5047 – Où va l’économie russe avec la guerre et les sanctions ? … par Jacques Sapir – RussEurope en Exil sur Les Crises du 27.07.2022.

Mes collègues de l’Institut de Prévision de l’Économie de l’Académie des Sciences (en russe INP-RAN) avec qui le CEMI organise depuis 1991 le séminaire Franco-Russe sur le développement de la Russie, viennent de publier simultanément un très gros document (296 pages) sur le potentiel de croissance de la Russie[1], document qui a mobilisé la quasi-totalité des chercheurs de l’INP-RAN, et une analyse des tendances du PIB russe pour le 2ème semestre 2022[2]. Ce dernier texte a été produit par l’équipe de mon collègue et ami Alexandre Shirov. Ces deux documents, différents dans la forme et dans le contenu, sont aujourd’hui très importants dans le contexte créé par la guerre en Ukraine déclenchée par la Russie le 24 février 2022. Il m’a donc semblé indispensable de les présenter aux lecteurs français.

J’ai ainsi établi une traduction du résumé du rapport scientifique sur le potentiel de croissance ainsi que du texte, bien plus court, concernant les tendances récentes de l’évolution du PIB de la Russie.

Je prie d’avance mes lecteurs de me pardonner pour une traduction sans doute imparfaite et, en tous cas, un peu rugueuse. Ces travaux ne sont pas des œuvres littéraires et leur disponibilité immédiate m’a semblé devoir primer sur tout effort de style.

I. Le potentiel de croissance de l’économie russe : analyse et prévisions.

Rapport scientifique (résumé) – INP-RAN – Juillet 2022
Les changements fondamentaux et dramatiques de la situation géopolitique et géoéconomique au printemps 2022 ont qualitativement transformé la nature de l’environnement dans lequel évolue désormais l’économie russe, ainsi que les principes mêmes de son développement. Le modèle d’intégration au marché mondial, et surtout d’intégration à l’économie européenne, qui avait été développé au cours des 30 dernières années, est désormais en crise et, apparemment, ne sera plus jamais le même. Cela ne signifie pas l’abandon du principe d’ouverture au marché mondial, mais cela change radicalement la nature des relations économiques extérieures avec les pays développés.
Dans ces conditions, il est important de comprendre les opportunités potentielles dont dispose l’économie russe. Le présent rapport de l’Institut de Prévision Économique (INP-RAN) est consacré à l’évaluation du potentiel de croissance économique qui existait en Russie dans la période précédant la crise de 2022. La compréhension de ce potentiel permettra de construire une stratégie efficace pour le restructuration structurelle et technologique de l’économie russe dans les nouvelles conditions.
La croissance économique potentielle est comprise, dans ce rapport, comme un ensemble de conditions et de facteurs qui garantissent l’augmentation maximale possible de la production et / ou de l’utilisation (consommation) en fonction des ressources disponibles dans le pays. Cette définition reflète la dualité du concept de « potentiel de croissance économique »:
  • d’une part, c’est une évaluation des opportunités de croissance disponibles
  • d’autre part, c’est une description de ses limites.
Une évaluation du potentiel de croissance à moyen et/ou long terme est nécessaire afin de déterminer, dans un premier temps, les priorités de la politique de développement socio-économique, en tenant compte des contraintes de ressources existantes et d’un éventuel ensemble de mesures dans le domaine de la politique économique ; deuxièmement, des perspectives à long terme pour le développement de l’économie nationale, à l’abri de l’influence de nombreux chocs de marché.

Le rapport contient 6 chapitres et applications.

1. Les facteurs matériels de la croissance

La première section du rapport contient une analyse de l’espace de croissance, qui, d’une part, est déterminé par la capacité des marchés extérieurs et intérieurs, et, d’autre part, par l’état du potentiel de production et l’efficacité de la production qui lui est associée.
Il existe une forte probabilité quant à la formation d’un scénario de régionalisation de l’économie mondiale, dans lequel le taux de croissance du PIB mondial dépassera le taux de croissance des exportations mondiales. Cela constitue donc ce que nous appellerons le scénario de base. Nous lui opposons un scénario de poursuite inertielle de la mondialisation, qui semble peu probable.

Tableau 1

Dans le même temps, tant dans le scénario du maintien de la tendance à la mondialisation qu’avec la prédominance de la régionalisation de l’économie mondiale (scénario de base), une augmentation de la demande de matières premières est attendue. Cela soutiendra le développement de l’économie russe et de son complexe de matières premières, même face à la détérioration des relations avec les pays développés.
Les produits autres que les matières premières joueront un rôle significatif dans les exportations totales au mieux au-delà de 2040. Si les prix des hydrocarbures restent relativement bas, la part des matières premières dans les exportations pourrait passer de 74 % en 2019 à 63 % en 2035, tandis que la part des hydrocarbures de 61 % à 47 %.
Une condition nécessaire au développement durable de l’économie russe est donc la croissance de l’efficacité de sa production. Un indicateur important de l’efficacité de la production sectorielle est la productivité de l’utilisation des ressources primaires soit l’inverse de la consommation matérielle des ressources primaires, montrant la part de la valeur ajoutée par la transformation. La croissance de la productivité dans l’économie est due à la fois aux changements technologiques et aux changements structurels.

Graphique 1

Afin d’assurer à long terme le taux de croissance de l’économie russe au niveau de 2,5%-3% par an, il sera nécessaire d’augmenter la productivité des ressources primaires d’au moins 2,5% par an. Dans le même temps, des taux de croissance de la productivité de 2,5 à 3 % par an nécessitent des efforts d’investissement importants. Seuls quelques pays, dont la Chine et l’Inde, ont pu le faire ces dernières années. Il est également important de tenir compte du fait que les industries ont différentes possibilités d’améliorer le niveau technique de la production. Les industries dotées de technologies bien établies à forte intensité de capital et d’une structure de production conservatrice, telles que le raffinage du pétrole ou la métallurgie, ne peuvent pas compter sur une augmentation rapide du niveau technique de production et, par conséquent, sur une forte contribution du progrès scientifique et technique à la croissance de la production.
Dans le même temps, l’agriculture et la construction, du fait des mutations intra-sectorielles et territoriales, ainsi que des nouvelles technologies, peuvent produire des progrès techniques très rapides. Sans aucun doute, le potentiel de progrès technologique dans l’ingénierie, les communications et les télécommunications, est grand, et on peut également s’y attendre dans un certain nombre d’industries de services.
L’analyse de l’état des installations de production n’est pas moins importante. La modernisation de l’industrie manufacturière qui s’est produite au cours des 20 dernières années se caractérise par une augmentation des capacités de production de près d’une fois et demie (de 1,4 à 2 fois dans la plupart des secteurs). La part des « anciennes capacités » (mises en service avant 2000) est insignifiante dans la plupart des secteurs, sauf pour l’industrie chimique (où elle est estimée à 44 %) et la métallurgie (62 %). L’âge moyen du capital fixe est d’environ 12 ans. En général, la situation de la modernisation des capacités peut être qualifiée de satisfaisante dans les segments des matières premières et de la production alimentaire. Cependant, dans la construction mécanique et la production de produits non alimentaires « technologiquement complexes », l’état des capacités ne peut pas être considéré comme satisfaisant. Le renouvellement des capacités y est passé en grande partie par le déploiement d’usines d’assemblage techniquement simples. De manière générale, il faut parler du potentiel de capacités concurrentielles inutilisées, dont le niveau peut être estimé à au moins 10 % de la production en 2021.
Une augmentation significative des revenus réels de la population depuis le début des années 2000 n’a pas entraîné de changement dans la structure des coûts de consommation de la population. Celle-ci reste stable. De plus, la part des dépenses alimentaires des ménages reste extrêmement élevée. Dans le même temps, la consommation alimentaire en Russie est assez proche du point de saturation. Compte tenu de la croissance du revenu des ménages, la majeure partie de l’augmentation des dépenses de consommation, selon nos estimations, sera dirigée vers l’achat de logements, l’entretien des voitures, les services de transport, les événements récréatifs et culturels, ainsi que les services de santé et d’éducation payants.
Les capacités de production et de distribution existantes dans le complexe russe de carburant et d’énergie (TEC) sont en mesure de répondre à la demande d’énergie dans n’importe quel scénario constructif pour le développement de l’économie russe. Dans le cadre de la transition vers une politique de décarbonation, les industries du complexe énergétique et énergétique russe (TEC) peuvent moderniser leurs capacités et en même temps réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cela fait du complexe énergétique et énergétique russe l’outil le plus important pour résoudre les problèmes de l’agenda climatique.
Dans le contexte d’évolution rapide des marchés mondiaux, le système réglementaire russe dans le secteur de l’énergie doit répondre rapidement aux défis émergents. Cela concerne les questions de tarification et de taxation sur le marché intérieur de l’énergie, le maintien de la compétitivité et l’augmentation de l’efficacité dans le secteur de l’énergie.
Dans le domaine du complexe agro-industriel (APK), la politique devrait alléger les contraintes existantes sur la demande intérieure et extérieure. Cela contribuera à la croissance de la production agricole nationale. Une telle politique structurelle peut être mise en œuvre par diverses mesures comme :
  • une aide sociale ciblée aux ménages à faible revenu ;
  • des subventions fédérales supplémentaires pour soutenir les programmes régionaux de développement de l’agriculture dans les sujets « périphériques » de la Fédération de Russie, qui disposent d’un potentiel de ressources important pour la croissance de la production agricole, mais se caractérisent par une faible rentabilité et un niveau technologique arriéré de l’agro -complexe industriel;
  • des subventions pour le transport interrégional et d’exportation des produits agricoles des régions éloignées des grands marchés nationaux et étrangers.
Les mesures les plus efficaces pour réguler le marché intérieur et assurer la sécurité alimentaire sont les mécanismes d’approvisionnement et d’interventions (prix et quantités) sur les produits de base, ainsi que les subventions aux producteurs agricoles et alimentaires (avec l’obligation de fournir des produits au marché intérieur à des prix réduits du montant de la subvention).
L’un des marchés intérieurs les plus importants est le marché automobile. Dans les scénarios envisagés dans le rapport, le niveau d’offre de transport routier augmentera, mais à des rythmes différents. Dans le scénario de limitation de l’usage des véhicules personnels dans les grandes agglomérations, la capacité du marché des voitures particulières d’ici 2040 pourrait atteindre 3,4 millions de véhicules. En général, le potentiel de croissance du marché des voitures particulières est important et son développement peut avoir un impact sérieux sur la formation des indicateurs macroéconomiques.
Les possibilités de substitution des importations revêtent une importance particulière face aux pressions extérieures sur l’économie russe. Selon les estimations obtenues, la réalisation du potentiel de substitution des importations et de croissance des exportations jusqu’en 2040 est en mesure d’assurer une augmentation de la production dans le complexe chimique (d’environ 1,8 fois), le complexe de l’industrie du bois (1,6-1,7 fois), génie mécanique et métallurgie (1, 4-1,5 fois).
Le marché influençant de la manière la plus importante le développement de l’économie est celui de la construction. Les estimations montrent que, compte tenu des restrictions existantes, ainsi que des possibilités d’augmenter le volume de construction de logements, le volume potentiel de mise en service de logements par habitant à l’avenir jusqu’en 2040 peut atteindre 0,75 m². m/personne dans l’année. Bien entendu, un tel volume de mise en service implique la disponibilité de capacités de construction, leur dotation en personnel qualifié, le développement du marché des matériaux de construction, l’utilisation des nouvelles technologies dans la construction, un soutien institutionnel et financier pour le renforcement des travaux de construction.

2. Démographie

Le problème de la baisse démographique de population russe mérite sans aucun doute la plus grande attention. Dans le même temps, l’évolution des effectifs dépend des principales tendances démographiques : fécondité, mortalité et migration, chacune méritant d’être examinée séparément.
La politique démographique et de santé a un effet limité sur l’évolution de la population. Néanmoins, la tâche de stabiliser la population peut être efficacement résolue à l’aide d’une hiérarchie bien construite des objectifs de développement démographique et d’une politique visant à améliorer la santé de la population.
L’un des éléments clés de l’agenda démographique est le taux de natalité. Les comparaisons internationales montrent que le taux de natalité en Russie est comparable à celui de la plupart des pays ayant un niveau de développement socio-économique similaire et supérieur.
Depuis le début des années 2000, l’indice synthétique de fécondité, autrement dit qui ne dépend pas des vagues démographiques, est en constante augmentation. A l’horizon 2014-2016 il a presque atteint le niveau de 1,8 enfant par femme. Il y avait tout lieu de croire qu’il continuerait de croître. Cependant, en quelques années, le taux a fortement chuté à 1,5 enfant par femme (2019-2020). C’est un indicateur indirect important du degré d’optimisme social et de foi en l’avenir de la population. Il serait donc faux de croire que la situation de la natalité est stable et ne dépend pas des paramètres du développement économique. Des actions sont nécessaires pour maintenir le taux de natalité et renforcer la famille, ainsi que pour améliorer le niveau et la qualité de vie dans le pays.
Le taux de mortalité en Russie, malgré la tendance positive observée jusqu’à la pandémie de coronavirus, reste extrêmement élevé (surtout pour la population masculine), ce qui est inacceptable pour un pays avec un tel niveau de développement économique et de potentiel humain.
Afin de réduire rapidement le taux de mortalité, il convient de porter une attention particulière aux causes de décès, ce qui permettra de concentrer les efforts sur les mesures les plus efficaces dans le domaine de la santé, de la politique sociale, etc. Actuellement, les groupes agrégés de causes de décès les plus importants sont la mortalité due à des causes externes et aux maladies de l’appareil circulatoire. À mesure que l’espérance de vie augmente, il faut accorder de plus en plus d’attention aux problèmes associés au cancer.
Parmi les principaux facteurs influençant à la fois le taux de mortalité élevé et la baisse du taux de natalité, nous incluons le revenu insuffisant d’une partie importante de la population du pays. La croissance des niveaux de revenus, leur répartition plus équitable et efficace, la lutte contre la pauvreté, la poursuite de la mise en œuvre des mesures de politique familiale qui ont montré leur efficacité sont des mesures qui donneront une impulsion au développement démographique du pays, influençant la dynamique des naissances et des décès.
Dans ce contexte, la migration doit être considérée comme un facteur complémentaire de la politique démographique. En fin de compte, l’ampleur des flux migratoires devrait être déterminée par le taux de croissance économique et le niveau de développement technologique de l’économie. En même temps, bien sûr, il faut tenir compte d’une limite naturelle – la capacité de la société à intégrer un certain nombre de migrants.
Dans le cadre du scénario démographique de base, la population de la Russie d’ici 2035 sera de 143,9 millions de personnes. Dans la plus grande mesure, la préservation de la population sera déterminée par une diminution de la mortalité et une augmentation de la natalité. La plus grande contribution à l’augmentation de l’espérance de vie jusqu’en 2035 sera apportée par une diminution de la mortalité due à des causes externes et des maladies du système circulatoire. Avec une augmentation générale de l’espérance de vie des hommes en 2019-2035 de l’ordre de 6,8 ans, la contribution de la réduction du niveau de mortalité par causes externes et maladies de l’appareil circulatoire, selon les prévisions du scénario de référence, sera d’environ 5 ans.

3. Le développement scientifique et technique

Les problèmes du développement scientifique et technique en Russie seront déterminés à la fois par le contexte mondial et par ses propres processus internes. Tout d’abord, nous parlons de la nécessité de compenser, par le développement scientifique et technologique, la pénurie potentielle de main-d’œuvre, la réduction de la rente des matières premières et, bien sûr, les restrictions économiques étrangères.
La répartition du financement des entreprises pour la recherche et le développement (R&D) dans le monde reflète clairement le processus de concentration des ressources financières et scientifiques et techniques dans un petit groupe de pays ainsi que dans de grandes sociétés transnationales (STN). Ces STN se concentrent sur le financement de technologies bio et numériques avancées, principalement liées au développement de logiciels et à la fourniture de services sous forme de « plateforme » utilisant un ensemble de technologies d’intelligence artificielle. Chacune de ces grandes entreprises technologiques alloue chaque année plus de ressources financières pour financer sa R&D que la Russie n’en dépense dans tous les domaines de la R&D à partir de toutes les sources de financement.
Dans ces conditions, les ressources financières limitées des pays en développement, dont la Fédération de Russie, ne permettent pas de fixer des objectifs stratégiques dans le domaine de la politique scientifique et technologique dans l’attente d’un effet économique rapide. Par conséquent, la priorité évidente devrait être une stratégie collective de développement scientifique et technologique, en particulier la création et le développement d’un écosystème numérique unique avec des pays amis, et son objectif principal est de protéger la souveraineté technologique et le financement ciblé de certains des plus domaines critiques de la R&D.
Les marchés sectoriels et technologiques les plus prometteurs pour la science russe sont:
les technologies dans le domaine de la production agricole et alimentaire ; industries d’extraction; chimie et pétrochimie; génie mécanique; biotechnologie, pharmacologie et médecine; technologies de l’information et de la communication. Le dépassement des limites existantes du développement scientifique et technologique nécessite la mise en œuvre d’un ensemble d’actions :
  • La modernisation de la science est un domaine clé qui assure la mise en œuvre des deux autres domaines. Son élément principal est le renouvellement de la base technique et humaine de la science. Pour ce faire, il est nécessaire de réorienter la science de «l’inertie» suivant l’agenda mondial vers la satisfaction des besoins spécifiques de développement de l’économie russe.
  • Développement de projets révolutionnaires. Les résultats des projets technologiques mis en œuvre par l’État devraient être communiqués aux entreprises privées (y compris les projets visant à créer une base technologique pour le développement futur).
  • Amélioration technologique des industries de masse. Nous parlons, tout d’abord, de la modernisation technologique des entreprises russes dans le secteur réel de l’économie sur la base du système d’innovation national, et pour les organisations scientifiques – une orientation vers la demande des entreprises.

4. Entreprises et Institutions

La dynamique économique de l’économie russe est actuellement influencée par les avantages institutionnels accumulés au cours des dernières décennies pour certains groupes d’entreprises par rapport à d’autres. Des structures à plusieurs niveaux ont été formées, où une entreprise d’un niveau supérieur dans la hiérarchie reçoit ce qu’il convient d’appeler une rente institutionnelle et, de ce fait, domine régulièrement l’entreprise des niveaux inférieurs dans la hiérarchie. Ces dernières années, de telles hiérarchies se sont renforcées tant dans l’économie russe que mondiale, les barrières entre les niveaux se creusent, les entreprises prennent pied dans leur « couche », se trouvant en fait dans un « piège » institutionnel.
La concentration des entreprises dans certains secteurs de l’économie et leur consolidation autour du groupe d’entreprises leaders sur le marché reflètent des changements qualitatifs dans l’architecture des marchés, une domination explicite ou implicite accrue et la formation de barrières et de pièges institutionnels. Elle peut manifester d’autres facteurs institutionnels liés au développement de « pôles de croissance », à la politique fiscale régionale ou sectorielle, au soutien à l’exportation, au développement d’infrastructures fédérales ou de réseaux de succursales de banques et autres organismes intermédiaires, etc.
Il convient également de noter le processus d’augmentation de la part du secteur bancaire dans l’économie russe, qui est également caractéristique de l’économie mondiale. Ainsi, le ratio des actifs du secteur bancaire au PIB en Russie a atteint 97,1 % début 2021 (contre 81,3 % un an plus tôt). Les principaux moteurs de la croissance ont été l’accumulation de la dette des ménages (notamment en raison de l’augmentation du volume du portefeuille hypothécaire) et des dettes du secteur non financier (notamment en raison de l’augmentation du financement de projets de construction de logements). L’augmentation fulgurante des actifs du secteur bancaire depuis 2020 est liée à la fois à la mise en œuvre des mesures prises par le programme anti-crise de prêts à divers secteurs, et au lancement d’un programme de prêts hypothécaires préférentiels et à une augmentation des prêts à la consommation par les ménages.

5. Le secteur financier et la politique monétaire

La situation actuelle du secteur financier de l’économie russe est déterminée par la politique de l’État et des grandes entreprises. Dans le même temps, les orientations de la politique budgétaire et monétaire sont formées sous l’influence des défis émergents et des restrictions au développement économique.
Dans l’histoire récente de la Russie, il y a eu un écart constant entre le taux de change du rouble et la PPA. Elle est soutenue par deux principes de politique financière : premièrement, la sous-évaluation délibérée du taux de change du rouble (y compris en raison du fonctionnement de la règle budgétaire) ; deuxièmement, freiner l’inflation (y compris par le biais de mécanismes de ciblage de l’inflation).
Dans les conditions de la nouvelle situation géopolitique de 2022, la discussion sur les principes de formation du taux de change dans l’économie russe s’est de nouveau intensifiée. La définition du taux de change par la Banque centrale de la Fédération de Russie comme « flottant libre » ne résiste pas aux critiques en raison du fait que de 2014 à 2022, il y a eu une augmentation constante des réserves internationales de la Russie.
En fait, trois paramètres – taux de change, taux d’intérêt et réserves de change – caractérisent un même processus économique, mesuré sur trois échelles. Si le taux de change est sous-évalué par rapport à la valeur d’équilibre (basée sur les indicateurs de la balance des paiements), alors les réserves augmentent. Si le taux de change du rouble est sous-évalué, alors, toutes choses égales par ailleurs, cela conduit à une hausse du taux directeur. Si le volume des réserves internationales augmente, l’écart entre le taux de change du rouble et la PPA s’accumule.
Sous l’influence de ces facteurs, un certain nombre de caractéristiques du système financier national se forment.
  • La prédominance des secteurs des matières premières dans la structure des revenus et du budget du pays. Leurs bénéfices accumulés constituent une part importante des passifs bancaires concentrés. Par conséquent, dans le cadre de la justification et de l’application des mesures de politique économique, les sociétés de produits de base ont de sérieuses préférences.
  • Le taux d’intérêt correspond au le taux de rotation économique du capital qui en résulte. À son tour, un taux d’intérêt surévalué dans l’économie russe traduit la prédominance des industries primaires dans la formation du revenu total. Dans une économie dominée par de grandes entreprises intégrées verticalement, les taux d’intérêt sont plus élevés du fait que les risques de l’emprunteur pour le reste de l’économie sont incomparablement plus élevés.
  • Il existe un certain nombre de secteurs à forte rotation dans l’économie (commerce et services non manufacturiers) qui peuvent fonctionner normalement même avec des taux plus élevés. Cependant, le problème est que cela crée des écarts entre les entreprises qui peuvent contracter des prêts à ce taux et celles qui ne le peuvent pas, ce qui se transforme en une limitation du développement économique.
  • Le taux d’intérêt moyen est formé sous l’influence du niveau de rentabilité des secteurs clés de l’économie, en même temps qu’il affecte la structure des passifs du secteur financier. Les banques sont intéressées à maintenir leur valeur réelle. Afin de répondre à cette exigence, le système financier russe s’équilibre à travers l’affaiblissement attendu du taux de change du rouble.
  • Les ressources des secteurs primaires accumulées dans le système bancaire ne sont pas équilibrées avec les ressources accumulées des autres secteurs de l’économie.
La discussion qui se déroule dans l’espace public russe concernant le niveau du taux d’intérêt reflète le conflit d’intérêts des emprunteurs (qui veulent un taux bas) et des épargnants (qui veulent un revenu plus élevé). Le taux de change du rouble est ici un facteur important. Comme vous le savez, la Banque centrale est responsable de la stabilité de la monnaie nationale, qui, entre autres, affecte le volume des dépôts en roubles de la population. Par conséquent, la Banque centrale de Russie (BCR) est obligée d’inclure dans les taux sur les dépôts en roubles la dépréciation attendue du rouble. On pense que la réglementation des taux d’intérêt lors des précédentes crises monétaires a maintenu une sortie importante de capitaux provenant des dépôts en roubles.
Il existe toute une série de projets dans l’économie russe qui ne seront pas financés par des prêts bancaires. Ces projets sont inacceptables pour les banques en termes de ratio de liquidité, de risque et de rentabilité. Dans le même temps, la demande pour ce type de financement augmente. Pour financer de tels projets, il faut des fonds (investisseurs institutionnels) qui concentrent des capitaux privés, prêts pour des achats à haut risque. Cela signifie que la partie la plus dynamique de l’économie à l’avenir pourrait être financée non pas par les banques, mais par ces fonds. Cela limite le développement du système bancaire et sa pertinence dans l’économie russe, notamment face à la pression des sanctions extérieures.
Les paramètres structurels actuels de l’économie russe peuvent difficilement assurer la participation massive des prêts bancaires au financement des projets d’investissement. La limite est le niveau des taux d’intérêt, l’écart entre le taux de change et la parité, l’écart entre les caractéristiques de l’offre et de la demande sur le marché des capitaux d’emprunt. En conséquence, les besoins de développement de canaux alternatifs de financement de la croissance économique augmentent.

Nous proposons alors le scénario suivant pour le développement des activités d’intermédiaire sur le marché financier.

  1. Développement des Fonds. Ils ont actuellement un potentiel de développement élevé mais sont sous-financés, en partie en raison de sorties de capitaux excessives et d’un manque de réglementation. Les fonds sont les intermédiaires les plus prometteurs pour les ressources présentant des risques supérieurs à la moyenne. Ils doivent accumuler des capitaux non réclamés pour les perspectives de croissance du marché boursier.
  2. Banques universelles. Leur capital croît plus lentement que celui des autres secteurs du marché financier. Le développement rapide est entravé par le détournement de ressources à réserver aux prêts à risque. Les banques universelles sont vulnérables au développement de technologies financières alternatives, elles essaient donc de protéger leur marché en créant des écosystèmes et d’autres plateformes qui empêchent les clients de passer à des concurrents.
  3. Sociétés d’investissement et courtiers. Leur potentiel de croissance correspond à la croissance globale du marché financier, mais a une limite claire en termes de montant des fonds levés.
  4. Les plateformes utilisant des technologies financières modernes rivalisent avec succès pour les ressources avec le système bancaire, mais il est peu probable qu’elles puissent réclamer des ressources destinées aux fonds d’investissement.

Le développement du secteur financier national, qui contribue à l’accélération de la croissance à long terme et à la transformation qualitative positive de l’économie russe, implique :

  • Expansion des actifs du secteur financier national en prévision de la croissance économique, proportionnée au besoin global de lever des fonds pour financer les investissements et le fonds de roulement ;
  • structure équilibrée des instruments financiers proposés et leur conformité avec la demande des emprunteurs finaux. Parallèlement, dans le cadre d’une transformation qualitative de l’économie, le besoin d’instruments financiers de long terme avec un risque acceptable va augmenter de plus en plus ;
  • réduire le niveau d’asymétrie d’information entre les emprunteurs potentiels et les sources de financement, ce qui garantit l’efficacité de la sélection des entreprises et des projets financés ;
  • participation active des institutions financières à la création et au développement d’entreprises « championnes » axées sur une croissance rapide basée sur l’adaptation de nouvelles technologies et la formation de nouveaux marchés.
Comparaison des besoins des secteurs du secteur réel pour attirer des fonds et des capacités du secteur financier national à les fournir pour la période de prévision 2022-2030. Cela conduit aux conclusions suivantes.
Équilibre offre-demande pour le marché du financement : Au cours de la période de prévision sous revue, le volume annuel moyen de la demande de financement des entreprises augmentera de 25% par rapport à la période 2017-2020, l’offre annuelle moyenne de ressources pour la même période augmentera de 120% (les deux valeurs sont présentées à prix comparables). Ainsi, le volume de l’offre de ressources financières par le secteur financier national peut remplacer en partie d’autres sources de financement des activités des entreprises du secteur réel de l’économie, y compris les fonds budgétaires et les investissements étrangers (ce qui est particulièrement important dans le contexte de contraintes financières).
Corriger les disproportion existantes: À moyen terme, si l’on considère la structure de l’offre de ressources financières et la demande de celles-ci du secteur réel de l’économie, on constate des disproportions à grande échelle qui persistent au cours de la période de prévision. Ils sont plus prononcés pour les industries qui dépendent largement de l’utilisation d’instruments de financement à long terme (à l’exception des industries présentant un niveau de risque d’investissement moyen).
Assurer le financement de la prise de risque : Pour les secteurs caractérisés par un niveau moyen de risques d’investissement, les besoins de financement seront couverts. Dans les conditions d’assouplissement de la politique monétaire, des conditions relativement favorables sont créées pour ces types d’activités pour le fonctionnement de l’investissement et du fonds de roulement. D’ici 2030, le portefeuille total de prêts aux entreprises devrait croître de 8 à 9 % par an en termes nominaux, tandis que la part des prêts à long terme dans le portefeuille total de prêts aux entreprises augmentera légèrement.
Financement à court terme: La demande de ressources financières des industries caractérisées par des périodes d’investissement courtes et un niveau de risque élevé sera satisfaite sur la base de l’évolution du marché boursier.
Nécessité d’une réforme structurelle. Sans une politique spéciale pour compenser les déséquilibres structurels entre la demande et l’offre de ressources financières, les tendances négatives suivantes persisteront. Premièrement, les besoins du secteur réel en financement à long terme à haut risque seront satisfaits principalement par des prêts bancaires à long terme et des placements en actions auprès d’investisseurs ayant un horizon d’investissement à court et moyen terme. Deuxièmement, les besoins des entreprises du secteur réel en matière de financement à long terme avec un faible niveau de risque d’investissement seront satisfaits principalement par l’émission d’obligations à moyen et court termes ou d’obligations à long terme avec des offres publiques à court terme des émetteurs pour acheter des obligations.

6. Perspectives

La tâche la plus importante des prévisions à long terme du développement socio-économique est de relier les paramètres clés du développement de l’économie, de la sphère sociale et des technologies utilisées. Dans le même temps, la répartition des ressources disponibles par zones est déterminée par la nature de la politique économique intégrée dans un scénario particulier.
L’évaluation du scénario de développement inertiel suppose que, tout en maintenant la structure existante de l’économie et les volumes actuels des dépenses intérieures de R&D, ainsi que l’investissement dans le capital humain, la contribution du progrès technologique aux taux de croissance économique sera minime. Dans le contexte d’une réduction de la contribution des facteurs externes à la formation de la croissance économique, ses taux annuels moyens diminueront de 1,9 % en 2023-2025 jusqu’à 1,2 % en 2041-2050 Il est clair que de tels taux de croissance contribueront à la perpétuation du retard technologique de la Russie et réduiront sa compétitivité dans l’économie mondiale.
Une accélération supplémentaire des taux de croissance par rapport au scénario inertiel est possible en raison des modifications des paramètres de la politique budgétaire et monétaire. Conformément aux estimations prévisionnelles, le plus grand effet dans les conditions actuelles est possible en raison de l’intensification des dépenses dans le système budgétaire. À moyen terme (trois à cinq ans), en raison de ce facteur, jusqu’à 0,3 point de pourcentage supplémentaire peut être fourni en augmentation des taux de croissance annuels moyens du PIB. Dans le même temps, la contribution de la politique monétaire sera moins importante : elle peut apporter une certaine accélération de la croissance, mais il est peu probable qu’elle en devienne l’initiatrice.
L’accélération du développement scientifique et technologique contribuera à augmenter les taux de croissance économique en réduisant la dépendance à l’égard des importations et en normalisant la part des importations sur le marché intérieur, ainsi qu’en augmentant l’efficacité de l’économie (croissance de la valeur ajoutée par unité de ressources primaires utilisées dans la production) .
Comme le montrent les résultats des calculs, le potentiel de croissance économique dû à l’accélération du développement scientifique et technologique dans les domaines ci-dessus est assez important. Ainsi, dans le scénario d’accélération du développement scientifique et technologique de la Fédération de Russie, la contribution du facteur de développement scientifique et technologique peut fournir 35 à 40 % de la croissance totale du PIB au cours de la période couverte par les prévisions.

II. Les principales tendances de l’évolution du PIB de la Russie

https://ecfor.ru/publication/kratkosrochnyj-analiz-dinamiki-vvp-iyul-2022/

+ 1,1% pour le premier semestre 2022 en comparaison du premier semestre 2021

– 2,1% pour mai 2022 par rapport à mai 2021

– 0,24% pour mai 2022 par rapport à avril 2022 (corrigé des variations saisonnières)

Selon nos estimations, la contraction du PIB de la Russie en mai dernier était de 2,1% par rapport à mai 2021 et de 0,24% par rapport au précédent mois (la saisonnalité étant éliminée), ce qui indique la capacité forte d’adaptation de l’économie nationale aux nouvelles conditions extérieures. A titre de comparaison, au deuxième trimestre 2020 en raison de la pandémie et du confinement, le PIB avait reculé de 7,4 % sur un an (notre estimation pour le IIe trimestre 2022 – moins 2,4%).
Pour maintenir un niveau acceptable d’activité (dans la situation actuelle) ont donc contribué à la dynamique économique, entre autres, les mesures prises par l’État et les entreprises pour préserver l’emploi (report du paiement des primes d’assurance), ce qui fait suite à un niveau historiquement bas du chômage – 3,9% – qui a été enregistré en mai.

Graphique 2

Une situation relativement stable a été constatée dans de nombreux secteurs (à l’exception de l’industrie automobile et d’un certain nombre d’autres activités de construction de machines qui dépendent de l’importation de composants), la croissance se poursuit (en glissement annuel) grâce à l’agriculture et le bâtiment. L’analyse statistique du transport ferroviaire de marchandises indique indirectement une reprise progressive des importations à partir de début juillet (ce qui correspond à l’établissement d’importations parallèles et de nouvelles sources d’importations).
L’un des principaux facteurs de la baisse du PIB depuis avril (ainsi que la persistance d’une forte incertitude dans la sphère des investissements) est une diminution de la consommation des ménages. A partir d’avril, le chiffre d’affaires du commerce de détail a baissé de 9-10% par rapport au niveau de l’année précédente (en prix comparables), ce qui s’explique non seulement par la baisse du revenu réel de la population (moins 1,2% au premier trimestre 2022, et selon notre estimation pour le deuxièmes trimestre – moins 2,6%), mais aussi par une pause dans la consommation de biens durables (en raison d’une pénurie de produits importés) et l’épuisement de l’effet du pic de la demande observé en février et début mars. La baisse du chiffre d’affaires de la restauration publique s’accélère, et la croissance du volume des services payants à la population (moins de 1% en avril-mai en glissement annuel).
A noter également la baisse de volume constatée depuis mars des prêts aux particuliers (corrigée de l’IPC).
Le principal risque pour le développement économique pour la seconde moitié de l’année est une intensification du ralentissement économique, qui peut être due à une réduction de la production à l’exportation en raison des sanctions et des restrictions et un ralentissement de l’économie mondiale, ainsi que la pénurie persistante de composants importés.


[1] (Le rapport complet peut être consulté en russe à l’adresse suivante : https://ecfor.ru/wp-content/uploads/2022/07/potentsialnye-vozmozhnosti-rosta-rossijskoj-ekonomiki-analiz-i-prognoz.pdf )

[2] https://ecfor.ru/publication/kratkosrochnyj-analiz-dinamiki-vvp-iyul-2022/


https://www.les-crises.fr/ou-va-l-economie-russe-avec-la-guerre-et-les-sanctions-jacques-sapir/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s