4992 – « Le siège de Kaliningrad va-t-il déclencher la 3ème guerre mondiale ? » L’édito de Charles Sannat du 21 juin 2022 + 4 Infos

  1. « Le siège de Kaliningrad va-t-il déclencher la 3ème guerre mondiale ? » L’édito de Charles Sannat du 21 juin 2022
  2. Le New-York Times se penche sur le nucléaire français en panne au pire moment pour l’Europe !
  3. Plus nous avons d’éoliennes plus la consommation de charbon augmente !
  4. Janet Yellen – récession – inflation ses dernières déclarations !
  5. Pénuries. Moins de yaourts dans les rayons ! Face à l’inflation Danone réduit ses gammes !

1 « Le siège de Kaliningrad va-t-il déclencher la 3ème guerre mondiale ? » L’édito de Charles Sannat du 21 juin 2022

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Kaliningrad.

Ce lieu est peu connu du grand public.

Mais, dans les prochaines semaines, il est fort probable que tous les Européens sachent placer Kaliningrad sur la carte parce qu’il se pourrait fort bien que nous nous acheminions vers un nouveau blocus de Berlin mais cette fois à l’envers.

L’histoire sait se montrer particulièrement ironique.

L’Otan avait du ravitailler Berlin par les airs suite au blocus des Soviétiques de cette enclave de l’Ouest à l’Est.

La fin de la guerre froide a enfanté une nouvelle enclave. Elle est d’ailleurs appelée « exclave » par les Russes.

C’est Kaliningrad, un territoire russe perdu en plein cœur de l’Union Européenne, et encerclé entre la Lituanie au nord et la Pologne au sud et sans accès direct avec la Russie dont la première ville se trouve à 600 kilomètres. Vous voyez également la proximité avec l’Ukraine et la Biélorussie.

Pourquoi vous parler de Kaliningrad aujourd’hui ?

D’abord parce qu’il ne fallait pas être grand clerc pour savoir qu’il fallait garder un œil attentif sur cette zone terriblement stratégique et terriblement problématique pour l’ensemble des parties en présence.

Ensuite parce que ce qui était prévisible est en train de se matérialiser.

Alors que le conflit entre la Russie et l’Union Européenne continue de s’amplifier et que personne ne semble vouloir négocier quoi que ce soit, comment voulez-vous que l’Europe face l’impasse sur cette enclave russe dans au sein de son territoire, une enclave russe ou les avions de chasse russes peuvent décoller et menacer Berlin ou Varsovie en quelques secondes, un lieu ou rien n’empêche la Russie de disposer des missiles hypersoniques et nucléaire si elle le souhaite.

Du côté russe, la présence de cette ile russe au cœur même de l’Europe est un sacré atout stratégique et une épine qu’elle peut aimablement triturer dans le pied des Européens.

Kaliningrad est une double basse russe.

Une base navale, siège de la flotte russe de la Baltique et aussi une base militaire aérienne.

Ci-dessous vous avez la base navale de l’armée russe quand vous regardez la carte c’est à la gauche de Kaliningrad sur une sorte de presqu’ile.

Au-dessus de la ville de Kaliningrad, vous avez également l’aéroport, ou il y a plus d’avions de chasse que d’avions civils!

Nous allons donc avoir un gros problème avec cette enclave de Kaliningrad.

D’ailleurs, cela vient de commencer, ce week-end, puisque la Lituanie vient d’annoncer la mise en place d’un blocus pour le moment partiel concernant Kaliningrad et les approvisionnements par voies terrestres et notamment via les chemins de fer.

La Lituanie déclare que les sanctions sur les marchandises à destination de Kaliningrad entrent en vigueur

Voici ce que rapporte l’agence Reuters.

« Les autorités lituaniennes ont déclaré qu’une interdiction du transit par leur territoire vers l’enclave russe de Kaliningrad de marchandises faisant l’objet de sanctions de l’UE devait entrer en vigueur samedi.

La nouvelle de l’interdiction est tombée vendredi, via une vidéo publiée par le gouverneur de la région, Anton Alikhanov.

La liste des sanctions de l’UE comprend notamment le charbon, les métaux, les matériaux de construction et les technologies de pointe, et Alikhanov a déclaré que l’interdiction couvrirait environ 50 % des articles importés par Kaliningrad.

Son démarrage immédiat a été confirmé par la branche fret des chemins de fer nationaux lituaniens dans une lettre aux clients suite à une « clarification » de la Commission européenne sur le mécanisme d’application des sanctions.

Exhortant les citoyens à ne pas recourir aux achats de panique, Alikhanov a déclaré que deux navires transportaient déjà des marchandises entre Kaliningrad et Saint-Pétersbourg, et sept autres seraient en service d’ici la fin de l’année.

« Nos ferries traiteront toute la cargaison », a-t-il déclaré samedi.

Un porte-parole du service ferroviaire lituanien a confirmé le contenu de la lettre mais a refusé de commenter davantage. Le ministère des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Le vice-ministre lituanien des Affaires étrangères, Mantas Adomenas, a déclaré à la chaîne publique que son institution attendait « des éclaircissements de la Commission européenne sur l’application des sanctions européennes au transit de marchandises à Kaliningrad ».

Prise en sandwich entre la Pologne et la Lituanie, membres de l’UE et de l’OTAN, Kaliningrad est approvisionnée par la Russie via des rails et des gazoducs à travers la Lituanie.

Abritant le quartier général de la flotte russe de la mer Baltique, l’enclave a été prise à l’Allemagne nazie par l’Armée rouge en avril 1945 et cédée à l’Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale ».

Point de la situation au 20 juin 2022.

Kaliningrad n’est pas coupée du monde mais va subir une réduction massive de ses approvisionnements.

L’Union Européenne dans le cadre de ses sanctions pourrait-être tentée d’aller encore plus loin.

Les Russes ont annoncé qu’ils allaient ravitailler Kaliningrad non pas par un pont aérien comme ce fut le cas pour Berlin, mais par la mer avec un « pont » maritime.

L’Union Européenne pourrait-être tentée de monter les enchères et de déclarer une forme de blocus maritime ou de zone d’exclusion avec fouille des navires pour s’assurer que les Russes ne transportent pas d’armements susceptibles de menacer l’Union Européenne.

En effet, si les Russes se sentent menacés par l’Otan en Ukraine, l’Union Européenne peut se sentir « légitimement » menacée par Kaliningrad.

La Russie veut un bout de l’Ukraine?

L’Europe veut Kaliningrad.

Je ne vous parle pas ici de moralité mais de diplomatie, de négociations et de réalité géostratégique.

Kaliningrad va devenir un sujet, et cela pourrait même, en fonction de l’évolution de la situation devenir un prétexte de guerre et d’extension du conflit.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/le-siege-de-kaliningrad-va-t-il-declencher-la-3eme-guerre-mondiale-ledito-de-charles-sannat/

2 Le New-York Times se penche sur le nucléaire français en panne au pire moment pour l’Europe !

par Charles Sannat | 21 Juin 2022 |

Je traduis ici cet article du New-York Times qui revient sur la crise du nucléaire français. Bien souvent la meilleure information sur nous-mêmes se trouve à l’étranger, car nous aussi, nous avons des médias bien complaisants et bien aux ordres bien trop souvent.

La crise de l’énergie nucléaire française contrarie la volonté de l’Europe d’abandonner l’énergie russe

« La France exporte généralement de l’électricité, mais elle risque désormais de connaître des pannes et de devoir importer de l’énergie en raison des problèmes rencontrés par l’opérateur nucléaire public.

PARIS – Des panaches de vapeur s’élevaient récemment au-dessus de deux réacteurs de la centrale nucléaire de Chinon, au cœur de la verdoyante vallée de la Loire, en France. Mais le ciel au-dessus d’un troisième réacteur était exceptionnellement dégagé – ses opérations ont été gelées après la découverte inquiétante de fissures dans le système de refroidissement.

Cet arrêt partiel n’est pas unique : Près de la moitié du parc nucléaire français, le plus important d’Europe, a été mis hors service alors qu’une tempête de problèmes inattendus s’abat sur l’exploitant national de l’énergie nucléaire, Électricité de France, ou EDF.

Alors que l’Union européenne s’apprête à couper ses liens avec le pétrole et le gaz russes à la suite de la guerre de Moscou contre l’Ukraine, la France a misé sur ses centrales nucléaires pour faire face à une pénurie d’énergie imminente. L’énergie nucléaire fournit environ 70 % de l’électricité en France, soit la part la plus importante au monde.

Mais l’industrie a sombré dans une crise énergétique sans précédent, EDF étant confrontée à des problèmes allant de l’émergence mystérieuse de la corrosion sous tension dans les centrales nucléaires à un climat plus chaud qui rend plus difficile le refroidissement des réacteurs vieillissants.

Les pannes d’EDF, le plus grand exportateur d’électricité d’Europe, ont fait chuter la production d’énergie nucléaire de la France à son niveau le plus bas depuis près de 30 ans, faisant grimper les factures d’électricité des Français à des niveaux record au moment même où la guerre en Ukraine alimente une inflation plus générale. Au lieu de pomper de grandes quantités d’électricité vers la Grande-Bretagne, l’Italie et d’autres pays européens qui se détournent du pétrole russe, la France est confrontée à la perspective troublante de déclencher des coupures de courant cet hiver et de devoir importer de l’énergie.

EDF, déjà endettée à hauteur de 43 milliards d’euros (environ 45 milliards de dollars), est également exposée à un récent accord impliquant l’opérateur nucléaire russe Rosatom, soutenu par l’État, qui risque d’infliger de nouvelles difficultés financières à l’entreprise française. Les problèmes ont pris une telle ampleur que le gouvernement du président Emmanuel Macron a laissé entendre qu’EDF pourrait devoir être nationalisée.

« Nous ne pouvons pas l’exclure », a déclaré mardi Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la transition énergétique. « Nous allons avoir besoin d’investissements massifs dans EDF ».

La crise ne pouvait pas tomber à un pire moment. Les prix du pétrole ont atteint des sommets après que l’Union européenne a accepté de couper le pétrole russe, ce qui a intensifié la douleur économique en Europe et ajouté à une crise du coût de la vie que la France et d’autres pays s’efforcent de résoudre. Le prix du gaz naturel, que la France utilise pour compenser les fluctuations de l’énergie nucléaire, a également augmenté.

Alors que l’agression russe redéfinit les considérations énergétiques de l’Europe, les défenseurs de l’énergie nucléaire affirment qu’elle peut contribuer à combler le déficit énergétique de l’Europe, en complément d’un changement qui était déjà en cours pour adapter l’énergie éolienne, solaire et d’autres énergies renouvelables afin d’atteindre des objectifs ambitieux en matière de changement climatique.

Mais il ne sera pas facile de résoudre la crise d’EDF.

Avec 56 réacteurs, le parc atomique français est le plus important après celui des États-Unis. Un quart de l’électricité européenne provient de l’énergie nucléaire dans une douzaine de pays, la France en produisant plus de la moitié.

Mais l’industrie nucléaire française, construite pour l’essentiel dans les années 1980, souffre depuis des décennies d’un manque de nouveaux investissements. Les experts affirment qu’elle a perdu de précieuses compétences en matière d’ingénierie en raison des départs à la retraite ou des mutations, ce qui a eu des répercussions sur la capacité d’EDF à maintenir les centrales existantes ou à en construire de nouvelles pour les remplacer.

« La stratégie d’EDF, soutenue par le gouvernement, a consisté à retarder le réinvestissement et la transformation du système », a déclaré Yves Marignac, spécialiste de l’énergie nucléaire chez négaWatt, un groupe de réflexion à Paris. « Plus EDF tarde, plus les compétences se perdent, les problèmes techniques s’accumulent et il y a un effet boule de neige. »

M. Macron a récemment annoncé un plan de 51,7 milliards d’euros pour reconstruire le programme nucléaire français. EDF construirait le premier d’un maximum de 14 réacteurs à eau pressurisée de nouvelle génération d’ici 2035, ainsi que des centrales nucléaires plus petites – la pierre angulaire d’un effort plus large pour renforcer l’indépendance énergétique de la France et atteindre les objectifs climatiques.

Mais les quelques nouveaux réacteurs nucléaires construits par EDF ont été victimes d’énormes dépassements de coûts et de retards. Un réacteur à eau pressurisée construit par EDF à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, ne commencera pas à fonctionner avant 2027, soit quatre ans de retard et trop tard pour aider la Grande-Bretagne à se détourner rapidement du pétrole et du gaz russes. La toute dernière centrale nucléaire d’EDF en Finlande, qui a commencé à fonctionner le mois dernier, était censée être achevée en 2009.

Les récents problèmes d’EDF ont commencé à s’accumuler juste avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’entreprise a prévenu l’hiver dernier qu’elle n’était plus en mesure de produire un approvisionnement régulier en énergie nucléaire, car elle s’est efforcée de rattraper un retard de deux ans dans la maintenance requise pour des dizaines de réacteurs vieillissants, retard qui a été reporté pendant les périodes de blocage dues au coronavirus. »

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/le-new-york-times-se-penche-sur-le-nucleaire-francais-en-panne-au-pire-moment-pour-leurope/

3 Plus nous avons d’éoliennes, plus la consommation de charbon augmente !

par Charles Sannat | 21 Juin 2022

Voici un constat froid et réel.

Plus vous triez vos poubelles, plus vous sauvez la planète avec vos voitures électriques, plus vous avez des « mobilités douces » et plus nous consommons de charbon ce qui est la pire des solutions pour produire des énergies car c’est la plus carbonée mais également celle qui produit le plus de particules fines et donc de pollution mortelle pour les gens.

Je veux vous montrer ici que les débats que nous avons sur l’écologie sont mensongers, tronqués, basés sur un manque évident d’analyses et d’informations portées à l’attention des populations et donc des citoyens pour qu’ils puissent avoir un avis éclairé sur ces problématiques spécifiques.

La réalité c’est que plus nous faisons de COP 21, 22, 23 et plus nous augmentons notre niveau de pollution.

La petite Greta peut se rouler par terre parce que quand on regarde les chiffres on ne réduit rien du tout !

Pire, la pollution augmente.

Ce qui veut dire que les crises d’hystérie de notre pitchoune à couettes au mieux ne servent à rien, et au pire ne servent à rien mais stressent considérablement tous les autres jeunes de sa génération atteints d’anxiété climatique. Et l’éco-anxiété ce n’est pas bon pour la santé mentale et physique de nos enfants.

En attendant ce n’est pas Greta qui aura la peau des pots de yaourts mais l’inflation ! Comme quoi les forces du marché peuvent aussi être utiles quand on laisse les vrais prix de « former » !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/plus-nous-avons-deoliennes-plus-la-consommation-de-charbon-augmente/

4 Janet Yellen, récession, inflation ses dernières déclarations !

par Charles Sannat | 21 Juin 2022 |

« Je m’attends à un ralentissement de l’économie », a déclaré Mme Yellen dans une interview accordée à l’émission « This Week » de la chaîne ABC. « Il a augmenté à un rythme très rapide, car l’économie, comme le marché du travail, s’est redressée et nous avons atteint le plein emploi. Il est naturel de s’attendre maintenant à une transition vers une croissance régulière et stable, mais je ne pense pas qu’une récession soit totalement inévitable », reprend MarketWatch.

Si Mme Yellen a semblé optimiste quant à la possibilité d’éviter la récession, l’économie mondiale reste confrontée à de graves menaces dans les mois à venir avec la poursuite de la guerre en Ukraine, la hausse de l’inflation et la pandémie de Covid-19. « Il est clair que l’inflation est inacceptablement élevée », a déclaré Mme Yellen.

Pour autant, elle ne pense pas qu’une baisse des dépenses de consommation soit la cause d’une récession. Mme Yellen a déclaré à ABC News que le marché du travail américain était le plus fort de l’après-guerre et a prédit que l’inflation ralentirait « dans les mois à venir ».

Je rappelle pour ceux qui n’auraient pas suivi qu’il y a quelques jours la même Janet Yellen s’est excusée pour avoir sous-estimé les risques d’inflation.

Elle fait exactement la même chose avec les risques de récession.

Yellen sait aussi bien que moi, qu’avec une inflation à 10 % et une hausse rapide des taux, sans oublier l’augmentation massive des prix de l’énergie que l’économie va tomber en récession.

Alors pourquoi dit-elle que la récession « pourrait être un peu évitable » ?

Parce que les dirigeants politiques sont là pour assurer la stabilité du système, pas pour vous dire la vérité.

Étant peu lu et entendu, je peux vous dire la vérité sans que cela ne fasse sombrer le pays.

Si Bruno le Maire disait au 20 heures de TF1 avec sa légitimité de ministre ce que je vous dis ici, ce serait la panique.

Être un homme ou une femme politique cela implique de mentir et de passer pour un imbécile.

Ne soyez pas dupes de leur travail.

Le monde fonctionne ainsi.

Janet Yellen s’excusera l’année prochaine de ne pas avoir vu arriver une récession aussi importante !

Charles SANNAT


https://insolentiae.com/janet-yellen-recession-inflation-ses-dernieres-declarations/

5 Pénuries. Moins de yaourts dans les rayons ! Face à l’inflation Danone réduit ses gammes !

par Charles Sannat | 21 Juin 2022

Danone réduit sa gamme de produits en raison de l’inflation

« Danone réduit la variété des produits vendus aux détaillants afin de diminuer la pression sur les prix, a déclaré une responsable du géant français de l’agroalimentaire à Reuters.

Les supermarchés et les fabricants d’aliments emballés luttent contre la hausse des coûts, avec des produits tels que le pétrole brut et les emballages papier qui deviennent plus chers à cause de la pénurie prolongée de transport maritime en raison de la pandémie et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Avec l’inflation galopante certains magasins d’alimentation sont par ailleurs contraints de retirer des produits des rayons parce qu’ils n’ont plus les moyens de les vendre ».

Alors, je ne vous cache pas, que lorsque je me retrouve devant le rayon yaourts et que ma femme me dit de ramener des yaourts, si je n’ai pas les caractérises techniques précises du yaourt à rapporter vous pouvez être sûr que je me trompe de référence ! Il y en a trop. De toutes les couleurs, de toutes les tailles, à tous les parfums avec ou sans bifidus super-actif ! Alors que Danone réduise le nombre de produits en rayon ne sera pas un drame pour l’humanité… mais certainement pas pour ses marges, car le yaourt blanc basique ne vaut pas grand-chose. Plus vous rajoutez de choses dedans et surtout de mots sur l’étiquette genre « aux supers ferments machin chouette qui vous rendent éternels » et plus vous vendez cher un truc qui ne vaut pas plus cher !

Mais tout ceci est valable dans un monde d’abondance et d’inflation faible.

« Ces facteurs incitent Danone, l’un des plus grands fabricants de produits alimentaires au monde, à repenser la manière dont ses produits phares, tels que ses yaourts Activia et son eau Evian, sont vendus.

« L’inflation est une dynamique, en particulier en Europe, à laquelle nous devons commencer à nous habituer », a déclaré Ayla Ziz, directrice des ventes de Danone au niveau mondial.

L’entreprise réduit le nombre d’unités de gestion des stocks (UGS), ce qui signifie que certains supermarchés proposeront moins de choix de produits Danone en termes de saveurs et de tailles, a-t-elle ajouté.

Le fait d’avoir moins d’UGS permettra de réduire les coûts par type de produit, a-t-elle ajouté, précisant que Danone examine son « portefeuille complet » avec chaque client pour déterminer les UGS qu’il souhaite supprimer.

Les entreprises de grande consommation comme Danone fabriquent de nombreuses versions d’un même produit, qu’il s’agisse de grands ou de petits pots du même yaourt, de différents parfums ou de packs économiques.

Danone veut « rester compétitif », c’est pourquoi il ne réduit pas ses promotions ou ne retire pas toute une ligne de produits du marché, mais vend plutôt moins de types de produits, simplifiant sa gamme, ce qui l’aidera également à réduire ses coûts logistiques ».

Pareil pour l’eau en bouteille.

Cela ne vaut rien l’eau en bouteille.

C’est de l’eau !

Cela ne vaut pas grand-chose (je parle en termes financiers) mais cela pèse lourd et transporter des packs d’eau cela coûte une petite fortune… et ce n’est sans doute pas un marché d’avenir non plus dans un monde de pénurie et d’énergie chère.

Investissez plutôt dans un bon filtre pour améliorer la qualité de l’eau du robinet.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

Source Reuters via Investing.com ici


https://insolentiae.com/penuries-moins-de-yaourts-dans-les-rayons-face-a-linflation-danone-reduit-ses-gammes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s