4900 – La guerre russo-ukrainienne menace l’approvisionnement alimentaire d’un monde arabe fragile… Par R. Mahet du 28.03.2022 sur Attractive Area & … une onde de choc alimentaire pour le Moyen-Orient (1/3) Par E. Bouvier le 22/04/2022

Par Romain Mahet – 28 mars 2022

Layal Aswad était déjà épuisé par l’effondrement économique dévastateur du Liban depuis deux ans.
Aujourd’hui, alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie fait grimper encore plus les prix des denrées alimentaires et de l’énergie, elle a du mal à mettre de la nourriture sur la table pour sa famille de quatre personnes.
Même le pain n’est plus quelque chose que nous tenons pour acquis, a déclaré la femme au foyer de 48 ans, debout récemment dans une allée de supermarché devant des litres d’huile de cuisson dont les prix avaient atteint un niveau record.

Du Liban, de l’Irak et de la Syrie au Soudan et au Yémen, des millions de personnes au Moyen-Orient dont la vie a déjà été bouleversée par les conflits, les déplacements et la pauvreté se demandent maintenant d’où proviendront leurs prochains repas.

L’Ukraine et la Russie représentent un tiers des exportations mondiales de blé et d’orge, sur lesquelles les pays du Moyen-Orient comptent pour nourrir des millions de personnes qui subsistent grâce au pain subventionné et aux nouilles bon marché. Ils sont également les principaux exportateurs d’autres céréales et de l’huile de graines de tournesol utilisée pour la cuisine.
Même avant la guerre en Ukraine, les habitants des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord n’avaient pas assez à manger. Aujourd’hui, avec les perturbations commerciales provoquées par le conflit, de plus en plus de produits de base deviennent inabordables ou indisponibles.

https://i0.wp.com/libnanews.com/wp-content/uploads/2018/04/Logo-HRW-Human-Rights-Watch.jpg?resize=620%2C310&ssl=1

En termes simples, les gens n’ont pas les moyens d’acheter de la nourriture de la qualité ou de la quantité dont ils ont besoin, et ceux des pays touchés par des conflits et des crises… sont les plus exposés, a déclaré Lama Fakih – directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Human Rights Watch.

https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/5da896d8d286c22aff52ea97/1280x720/0602078876165-web-tete.jpg  Kristalina Georgieva – directrice générale du Fonds monétaire international


Un ensemble de circonstances similaires a conduit à une série de soulèvements à partir de la fin de 2010, connus sous le nom de Printemps arabe, lorsque la flambée des prix du pain a alimenté les manifestations antigouvernementales à travers le Moyen-Orient, a noté Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international.
Lorsque les prix grimperont et que les pauvres ne pourront pas nourrir leur famille, ils seront à la rue, a fait remarquer Mme Georgieva dimanche au Forum de Doha, une conférence politique au Qatar.

En Irak et au Soudan, la frustration du public face aux prix des denrées alimentaires et au manque de services gouvernementaux a éclaté lors de manifestations de rue à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Les gens ont le droit à l’alimentation, et les gouvernements devraient faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger ce droit, sinon nous risquons non seulement l’insécurité alimentaire, mais aussi l’insécurité et l’instabilité qu’une privation flagrante à cette échelle pourrait déclencher, a déclaré Fakih.
La guerre a également suscité des inquiétudes quant au fait qu’une grande partie de l’aide internationale dont dépendent tant de personnes dans le monde arabe sera détournée vers l’Ukraine, où plus de 3,7 millions de personnes ont fui la guerre, le plus grand exode d’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale

https://www.eda.admin.ch/content/dam/deza/Images/Karten/middle_east_deza_fr_web.jpg

Pour les millions de Palestiniens, de Libanais, de Yéménites, de Syriens et d’autres qui vivent dans des pays en proie à des conflits, à des crises économiques catastrophiques et à des besoins humanitaires croissants,

cela équivaudrait à fermer les systèmes de survie essentiels, selon une analyse publiée par des experts de Carnegie au Moyen-Orient. La semaine dernière.

https://www.un.org/africarenewal/sites/www.un.org.africarenewal/files/styles/slider_custom_user_wide_1x/public/Joyce_Msuya.jpg?itok=Uw3NJ6fZ Joyce Msuya


En Syrie, 14,6 millions de personnes dépendront de l’aide cette année, soit 9 % de plus qu’en 2021 et 32 ​​% de plus qu’en 2020, a déclaré à l’ONU Joyce Msuya – secrétaire générale adjointe des Nations Unies pour les affaires humanitaires et coordinatrice adjointe des secours d’urgence. Conseil de sécurité en février.

Au Yémen, les besoins de base deviennent encore plus difficiles à satisfaire pour des millions de personnes appauvries après sept ans de guerre. Un rapport récent de l’ONU et de groupes d’aide internationaux a estimé que plus de 160 000 personnes au Yémen risquaient de connaître des conditions de famine en 2022. Ce nombre pourrait encore grimper encore plus en raison de la guerre en Ukraine. Un appel de l’ONU pour le pays au début du mois a permis de recueillir 1,3 milliard de dollars, soit moins d’un tiers de ce qui était demandé.
Je n’ai rien, a déclaré Ghalib al-Najjar – un Yéménite de 48 ans père de sept enfants dont la famille vit dans un camp de réfugiés à l’extérieur de la capitale rebelle de Sanaa depuis qu’il a fui les combats dans leur quartier de classe moyenne il y a plus de quatre ans . J’ai besoin de farine, un paquet de farine. J’ai besoin de riz. J’ai besoin de sucre. J’ai besoin de ce dont les gens ont besoin (pour survivre).
Au Liban, en proie à l’effondrement économique depuis deux ans, la panique s’est installée au sein d’une population épuisée par les pénuries d’électricité, de médicaments et d’essence.
Les principaux silos à grains du pays ont été détruits par une explosion massive dans un port de Beyrouth en 2020. Aujourd’hui, avec seulement six semaines de réserves de blé, beaucoup craignent des jours encore plus sombres. Plusieurs grandes surfaces étaient en rupture de farine et d’huile de maïs cette semaine.
Tout ce qui est mis sur les étagères est acheté, a déclaré Hani Bohsali – chef du syndicat des importateurs de produits alimentaires. Il a déclaré que 60% de l’huile de cuisson consommée au Liban provient d’Ukraine et le reste provient principalement de Russie.
Ce n’est pas un petit problème, dit-il. Bohsali a noté qu’une recherche est en cours pour trouver d’autres endroits à partir desquels importer les produits nécessaires, mais il a déclaré que d’autres pays avaient soit interdit les exportations de produits alimentaires, soit augmenté considérablement les prix.
Pendant ce temps, 5 litres (1 gallon) d’huile de cuisson au Liban coûtent désormais à peu près le même prix que le salaire minimum mensuel, qui est toujours fixé à 675 000 livres libanaises, soit 29 dollars, bien que la monnaie ait perdu environ 90 % de sa valeur depuis octobre 2019. Les familles, y compris celle d’Aswad,dépensent également une part toujours plus importante de leur revenu mensuel dans des générateurs de quartier qui éclairent leurs maisons pendant la majeure partie de la journée en l’absence d’électricité fournie par l’État. Même ceux-ci menacent de fermer maintenant, affirmant qu’ils ne peuvent plus se permettre d’acheter du carburant sur le marché.

Nous sommes de retour à l’âge de pierre, faisant le plein de bougies et de choses comme du pain grillé et du Picon (une marque de fromage fondu) au cas où nous manquerions de tout, a déclaré Aswad.

En Syrie, où plus de 11 ans de guerre brutale ont laissé plus de 90 % de la population du pays vivre dans la pauvreté, les produits tels que l’huile de cuisson, lorsqu’ils peuvent être trouvés, ont doublé de prix au cours du mois depuis le début de la guerre en Ukraine. Récemment, dans une coopérative gouvernementale de la capitale Damas, les étagères étaient presque vides, à l’exception du sucre et des serviettes.
L’Égypte,premier importateur mondial de blé, est parmi les plus vulnérables. Les pressions économiques, y compris la hausse de l’inflation, augmentent dans le pays, où environ un tiers de la population de plus de 103 millions de personnes vit en dessous du seuil de pauvreté, selon les chiffres officiels.
Un journaliste de l’Associated Press qui a visité les marchés de trois différents quartiers de la classe moyenne au Caire au début du mois a constaté que le prix des aliments de base tels que les articles de pain que les Égyptiens appellent eish, ou la vie, avait augmenté jusqu’à 50 %. L’inflation devrait encore augmenter en raison du prochain mois sacré musulman du Ramadan, généralement une période de demande accrue.

Les consommateurs ont accusé les commerçants d’exploiter la guerre en Ukraine pour augmenter les prix alors qu’ils n’ont pas encore été touchés.

Ils tirent profit de notre douleur, a déploré Doaa el-Sayed une institutrice égyptienne et mère de trois enfants. Je dois réduire la quantité de tout ce que j’avais l’habitude d’acheter, dit-elle.
En Libye,un pays ravagé par une guerre civile qui dure depuis des années, la dernière flambée des prix des denrées alimentaires de base fait craindre aux gens que des temps difficiles ne s’annoncent. Et à Gaza,les prix qui avaient déjà commencé à monter en flèche après que la guerre en Ukraine a éclaté, ajoutant un défi supplémentaire aux 2 millions d’habitants de l’enclave palestinienne appauvrie qui ont enduré des années de blocus et de conflit.
Fayeq Abu Aker un homme d’affaires de Gaza, importe des produits de base tels que de l’huile de cuisson, des lentilles et des pâtes d’une société turque. Lorsque la société a annulé le contrat d’huile de cuisson après le début de la guerre, Aker s’est tourné vers l’Égypte. Mais malgré la proximité du pays avec Gaza, les prix y étaient encore plus élevés. Une boîte de quatre bouteilles d’huile de cuisson coûte maintenant 26 dollars, soit le double du prix d’avant la guerre.

En 40 ans d’activité, je n’ai jamais vu une crise comme celle-ci, dit-il.


https://www.attractivearea.com/economie/la-guerre-russo-ukrainienne-menace-lapprovisionnement-alimentaire-dun-monde-arabe-fragile/8088


La guerre en Ukraine… une onde de choc alimentaire pour le Moyen-Orient (1/3) Par Emile Bouvier le 22/04/2022

A view from a bakery in capital Beirut on April 13, 2022. Decreased flour stocks throughout the country due to the problems in importing from Ukraine wheat supply in the adversely affected country many bakeries. Fadel Itani – NurPhoto – NurPhoto via AFP

Avant même le début des opérations militaires russes en Ukraine le 24 février 2022, la communauté internationale, et notamment les pays européens, fortement tributaires des approvisionnements russes en gaz, s’alarmaient de l’impact majeur que cette crise pourrait avoir sur les livraisons et prix des hydrocarbures[1].

Si ces craintes se sont avérées justifiées, l’ampleur de leur impact géopolitique, médiatique a éclipsé les nombreuses autres conséquences économiques du conflit ukrainien pour de larges parties du monde, au premier rang desquelles le Moyen-Orient. Celui-ci est en effet fortement tributaire de la Russie et de l’Ukraine pour la livraison de différents biens de consommation et certaines matières premières, notamment le blé et divers autres produits agricoles.

En effet, pour des raisons principalement géographiques, l’essentiel des pays du Moyen-Orient ne se montrent guère en mesure d’assurer leur autosuffisance alimentaire, en particulier en matière agricole : le stress hydrique que connaît la région de façon croissante, de l’Irak à l’Iran en passant par la Syrie ou la Jordanie, l’empêche en effet de développer un secteur agricole à même de répondre aux besoins d’une population elle-même en essor quasi-permanent.
Si les initiatives et tentatives de résolution – ou en tous cas d’atténuation – du problème se multiplient dans la région, à l’instar du projet Anatolie du Sud-Est en Turquie, du Canal de la Paix en Jordanie ou encore des politiques de développement agricole menées par le Gouvernement régional du Kurdistan d’Irak, le Moyen-Orient se montre fortement dépendant du blé russe et ukrainien, comme le conflit l’illustre de façon particulièrement éloquente.
L’impact économique de la crise ukrainienne sur le Moyen-Orient ne s’arrête toutefois pas à la seule question agricole et implique également le secteur des hydrocarbures et divers autres produits, comme les images récentes de Turcs stockant des litres d’huile végétale afin d’anticiper une potentielle pénurie a pu le montrer.
Le présent article entend ainsi présenter l’onde de choc économique et alimentaire créée par le conflit en Ukraine au Moyen-Orient : la question agricole, centrale, sera abordée dans un premier temps avant que ne soit abordée la problématique des hydrocarbures et des divers autres secteurs économiques touchés.

I. Un condominium russo-ukrainien sur la culture et l’approvisionnement du Moyen-Orient en blé

Cecilia Rouse


Le 1er avril 2022, à travers la voix d’une conseillère économique de l’administration Biden, Cecilia Rouse, les Etats-Unis annonçaient leur crainte croissante de voir apparaître des situations de famine à travers le monde en raison du conflit en Ukraine, notamment au Moyen-Orient. Et pour cause : la Russie est le plus grand exportateur de blé au monde et l’Ukraine le cinquième [2]. Cette dernière détiendrait, de fait, un tiers des terres les plus fertiles du monde selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) [3].

Responsables à eux deux de 25,4% des exportations de blé dans le monde en 2020 [4], ils draguent dans leur sillage une cinquantaine de pays se fournissant à plus de 30% auprès d’eux en blé, dont une trentaine qui excède largement les 40%. C’est le cas de pays comme l’Erythrée (100%) ou de pays centrasiatiques et transcaucasiens comme le Kazakhstan, la Mongolie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan ou encore la Géorgie (plus de 95%), mais surtout d’un grand nombre de pays du Moyen-Orient : la Syrie (près de 100%) [5], l’Egypte (80%) [6], la Turquie (85%) [7] ou encore la Libye (75%) [8] et le Liban (60%) [9].Ces chiffres montrent la dépendance notable du Moyen-Orient face à l’approvisionnement en blé russo-ukrainien. De fait, 50% des exportations de blé ukrainien en 2020 ont été à destination du Moyen-Orient [10] et son allié biélorusse un producteur incontournable de certains engrais-clés comme la potasse [11] (troisième plus grand producteur en 2020), dont l’industrie a été spécifiquement ciblée par des sanctions internationales [12].
L’Ukraine et la Russie s’avèrent par ailleurs, respectivement, les premier et deuxième plus grands producteurs de graines de tournesol [13], totalisant plus de 80% de la production mondiale [14]. Ces graines sont essentiellement exploitées pour la production d’huile de tournesol, un ingrédient incontournable de l’industrie agro-alimentaire qui l’utilise pour la production de frites, chips, sauces, biscuits, margarines, plats préparés, etc [15], mais aussi dans la cuisine quotidienne des foyers. Or, le Moyen-Orient s’approvisionne essentiellement en huile de tournesol auprès des Russes et des Ukrainiens ; ces derniers ont ainsi représenté 87,8% des importations irakiennes en 2020 par exemple [16], 69,7% des importations turques en 2021 [17], et plus de la moitié des importations égyptiennes en 2020 [18].

https://images.bfmtv.com/61N0XG--uC5IHaKIrhc20HqydG0=/0x39:768x471/640x0/images/Des-soldats-ukrainiens-s-entrainent-avec-leurs-chars-dans-la-region-de-Kharkiv-en-Ukraine-le-10-fevrier-2022-1234545.jpg

En plus de nuire à la culture et à la récolte du blé, la guerre en Ukraine en perturbe également l’exportation : les ports ukrainiens de la mer Noire desquels partent les navires chargés de blé, notamment ceux d’Odessa, Kherson et Mykolaiv font en effet l’objet d’un blocus conduit par la Marine russe [19]. Ces ports sont pourtant essentiels aux exportations de blé ukrainien : en 2020, 95% des exportations ukrainiennes de cette céréale étaient parties de ces ports [20].

Dans tous les cas, afin de limiter l’ampleur de la crise alimentaire et humanitaire provoquée par le conflit, les autorités ukrainiennes ont annoncé, le 9 mars 2022, l’interdiction totale des exportations de blé et certains autres produits de consommation [21].

Cette dépendance du Moyen-Orient à l’égard de la Russie et de l’Ukraine en matière de culture et d’approvisionnement en blé s’avère d’autant plus sensible que, selon le think tank parisien « Initiative de réforme arabe », les pays arabes, qui composent pour une large part le Moyen-Orient, ont consommé en 2020 presque deux fois plus de blé (128 kg annuels par personne) que la moyenne mondiale (65 kg) [22].

A la faveur de la crise ukrainienne, cette dépendance du Moyen-Orient à l’égard des deux belligérants pour leur culture et approvisionnement en blé a ainsi provoqué une très forte insécurité alimentaire.


https://www.lesclesdumoyenorient.com/La-guerre-en-Ukraine-une-onde-de-choc-alimentaire-pour-le-Moyen-Orient-1-3.html

des-epis-de-blé-dans-un-champ-pres-du-village-de-hrebeni-dans-la-region-de-kiev-en-2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s