4677 – V.Poutine – Réunion sur le développement des technologies génétiques – 17 novembre 2021 – 16h00

Le Président a tenu une réunion, par vidéoconférence, sur le développement des technologies génétiques dans la Fédération de Russie.

17 novembre 2021- 16h00 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Les participants à la réunion ont discuté de la mise en œuvre du Programme fédéral scientifique et technique pour le développement des technologies génétiques jusqu’en 2027 et des questions liées aux ressources humaines, à la logistique et au soutien technique à la recherche, ainsi que les mesures visant à impliquer l’économie réelle dans le développement des technologies génétiques. en agriculture, médecine et microbiologie industrielle.
Participaient à la réunion
  • le vice-président du Conseil de sécurité Dmitri Medvedev,
  • les vice-premiers ministres Tatyana Golikova et Dmitry Chernyshenko,
  • l’assistant présidentiel Andrei Fursenko,
  • le ministre de la Santé Mikhail Murashko,
  • le ministre des Finances Anton Siluanov,
  • le ministre de l’Agriculture Dmitry Patrushev,
  • le ministre des Sciences et de l’enseignement supérieur Valery Falkov,
  • le premier vice-ministre de l’Industrie et du Commerce Vasily Osmakov,
  • le chef du Service fédéral de surveillance de la protection et du bien-être des consommateurs (Rospotrebnadzor) – médecin hygiéniste en chef de l’État Anna Popova,
  • ainsi que des chefs d’instituts de recherche et des chefs d’entreprise .

* * *

Une vue d'artiste d'une chaîne d'acide désoxyribonucléique, ou ADN.

Une vue d’artiste d’une chaîne d’acide désoxyribonucléique, ou ADN. MaxPPP/ picture alliance / blickwinkel/M

Président de la Russie Vladimir Poutine : Chers collègues, bonjour.
Il y a deux ans, nous avons lancé un programme spécial pour développer des technologies génétiques. Aujourd’hui, je vous propose de faire le point sur ses avancées, ainsi que sur les défis qui se sont posés, afin que cette conversation débouche sur de nouvelles décisions qui nous permettront d’avancer encore plus vite. Nous devons prendre en considération le fait que la recherche génétique se développe rapidement dans le monde. Je veux parler de la recherche fondamentale, mais aussi du développement d’outils de production de pointe et de secteurs économiques entiers liés à la génétique.
Je propose de commencer par le cadre juridique des études du génome et de l’utilisation des technologies génétiques.
Comme dans tous les autres domaines de recherche à la pointe de la technologie, l’humanité a jusqu’à présent innové, il existe de nombreuses questions difficiles et controversées d’un point de vue juridique et humain. Vous avez peut-être remarqué que j’évoquais cela il y a quelques jours à peine lors de la conférence sur l’intelligence artificielle.
Il est absolument clair que la législation réglementant la génétique doit ouvrir de larges possibilités pour la recherche scientifique et l’innovation dans les domaines de la médecine humaine, de la science vétérinaire, de la sélection et d’autres domaines. Dans le même temps, il est nécessaire de définir clairement les limites de l’utilisation acceptable des technologies génétiques. Ce n’est pas seulement une question de réglementation juridique moderne, mais aussi une question d’éthique. Ces limites doivent être clairement définies et reconnues par les scientifiques et les entreprises – et, surtout, acceptées par la société et approuvées par le public.
Évidemment, la question de l’information génétique est extrêmement importante. Il est primordial que des mécanismes législatifs soient élaborés pour protéger les droits des citoyens et réglementer la collecte, l’utilisation et la protection des données génétiques des individus et de leurs familles, y compris la future progéniture. Les spécialistes comprendront ce que je veux dire.
Je tiens à souligner que toutes les décisions dans ce domaine doivent être mûrement réfléchies, dans un dialogue étroit avec la communauté scientifique et professionnelle.
Il s’agit de construire un système de stockage intégré et unifié pour le matériel génétique et les échantillons. Ce travail est déjà en cours dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur la biosécurité. Sur la base de l’expérience acquise, nous devons développer un environnement réglementaire moderne pour toutes les formes de collecte de matériel biologique.
Je pense qu’il est également important de décrire en détail le fonctionnement de la base de données nationale d’informations génétiques et des centres nationaux de ressources biologiques, dont l’un sera établi à l’Institut national Vavilov de l’industrie végétale.
Je tiens à souligner que tant Nikolai Vavilov que d’autres scientifiques et phytogénéticiens éminents ont consacré leur vie entière à la préservation des espèces russes endémiques et, en particulier, des plantes qui ont une importance stratégique et essentielle pour notre sécurité alimentaire. Je parle du blé et d’autres cultures, bien sûr. Je pense que lorsqu’il s’agit d’échantillons génétiques de plantes particulièrement précieuses, il doit y avoir des règles de manipulation spéciales en place. Je signerai un décret à cet effet dans les plus brefs délais.

Chers Collègues,
Tous nos projets scientifiques et technologiques doivent viser à atteindre les objectifs de développement national que nous nous sommes fixés pour la décennie en cours. C’est pourquoi il est extrêmement important de concentrer toutes les priorités autour des personnes, d’améliorer le bien-être des personnes, et de synchroniser nos efforts concernant les délais, les ressources et les mesures que nous mettons en œuvre.
Le programme scientifique et technique en agriculture a été étendu; nous avons prolongé ces plans jusqu’en 2030. Je suggère que nous prenions la même décision concernant le programme de développement des technologies génétiques, en garantissant le financement adéquat des résultats ambitieux dont nous avons besoin dans ce domaine.
En même temps, je comprends très bien que, bien sûr, les scientifiques sont souvent et peut-être plus intéressés par, par exemple, le décodage du génome, la sélection d’une nouvelle variété végétale ou la réalisation d’expériences significatives, ce qui serait un énorme succès pour eux. Cependant, les découvertes uniques ne doivent pas rester une simple percée scientifique : elles doivent servir les gens.
J’ai déjà dit au début que les technologies génétiques sont aujourd’hui la base de solutions avancées dans de nombreux secteurs de l’économie et pour le développement rapide de nouvelles industries. Vous le savez très bien, chers collègues. Je veux dire la production de médicaments efficaces, d’aliments respectueux de l’environnement, ainsi que de technologies industrielles, telles que la purification de l’air et des sols, la protection de l’environnement et, enfin, de nombreuses opportunités pour les projets climatiques et l’utilisation des émissions de carbone.
Pour que les réalisations scientifiques améliorent la qualité de vie des personnes, il est nécessaire d’élargir l’implication de nos sociétés et entreprises dans le programme des technologies génétiques. Je suggère que nous réfléchissions à de nouvelles façons d’encourager le développement des outils de coopération dont nous disposons déjà.
Nous avons convenu dès le départ d’encourager le travail de nos partenaires stratégiques dans le développement des domaines scientifiques et technologiques clés. A ce propos, il serait intéressant d’écouter les propositions de mécanismes de soutien aux projets génétiques que Rosneft, l’une de nos plus grandes entreprises, est en train de lancer.
Bien entendu, je souhaiterais également que M. Igor Sechin [PDG de Rosneft] nous donne les détails des résultats et des projets actuels de l’entreprise dans ce domaine, ce qui est absolument nouveau pour Rosneft – notamment la création d’un centre de compétences et d’un programme de formation avancée spécialistes des sciences génétiques conjointement avec l’Université d’État de Moscou.
De manière générale, je propose que nous ayons aujourd’hui une discussion approfondie sur la formation du personnel et les mesures d’accompagnement des jeunes équipes de recherche.
Ensuite, nous devons sérieusement renforcer le partenariat entre les entreprises de l’économie réelle et les centres de recherche sur le génome humain de classe mondiale. Ils travaillent avec des instituts de recherche et des universités à travers le pays pour mettre en œuvre des projets dans l’intérêt de la médecine, de l’agriculture et de la biosécurité.
Aujourd’hui, je voudrais que les représentants de ces centres nous parlent de la coopération entre scientifiques et entreprises de haute technologie, des mesures supplémentaires à prendre pour inciter les entreprises à participer plus activement aux projets de recherche, y compris aux premiers stades de la recherche.
Un autre sujet important concerne l’équipement pour la recherche génétique. La demande dans nos laboratoires de recherche, de médecine et de diagnostic ne cesse de croître.
À la lumière de cela, je pense qu’il est nécessaire de soutenir les projets d’investissement pour la création d’équipements et de fournitures de recherche génétique fabriqués dans le pays, et, chers collègues, j’attends de vous des propositions concrètes à ce sujet.
Venons-en à discuter de toutes ces questions.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/67119

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s