4536 – Sergueï Lavrov lors d’une réunion avec la communauté des vétérans, l’unité de recherche des héros de guerre, des volontaires, des étudiants de Volgograd et des représentants de la diplomatie, Volgograd – 30 août 2021

Remarques et réponses du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une réunion avec la communauté des vétérans de la Seconde Guerre mondiale, l’unité de recherche des héros de guerre tombés au combat, des volontaires, des étudiants des universités de Volgograd et des représentants du centre de la diplomatie populaire, Volgograd, 30 août 2021

Merci beaucoup, M. Bocharov, M. Shestel, amis,
Merci beaucoup pour l’invitation. Ma visite est programmée pour coïncider avec la cérémonie de transfert de 11 drapeaux de bataille du ministère de la Défense à ce mémorial pour une sauvegarde éternelle.

Les bannières sous lesquelles les habitants de Stalingrad et l’Armée rouge ont combattu les envahisseurs et sauvé des civils sont maintenant ici et appartiennent à juste titre à ce mémorial. Des réunions comme celle-ci sont nécessaires pour que nous puissions travailler efficacement sur la scène internationale.
Notre politique étrangère, telle que définie par le président Vladimir Poutine dans le concept de politique étrangère de la Fédération de Russie, vise à maximiser l’utilisation des circonstances extérieures pour aider le pays à aller de l’avant, à améliorer sa sécurité et sa croissance socio-économique et à améliorer le niveau de nos citoyens de vie et qualité de vie. C’est son objectif principal. La deuxième condition, qui est étroitement liée à cela, comprend nos traditions, notre histoire qui remonte à mille ans, nos valeurs spirituelles et morales et une loyauté envers les ordres et les réalisations de nos ancêtres. Nous devons transmettre la richesse de notre pays à la prochaine génération.

Nous nous sommes réunis ici aujourd’hui après une réunion au bureau du gouverneur de la région de Volgograd où nous avons eu une conversation intéressante avec nos anciens combattants. Je le répète, je m’incline devant tous ceux qui gardent la mémoire vivante de ces événements, qui, comme tout notre peuple, ont résisté à la guerre la plus sanglante et la plus féroce de l’histoire de l’humanité et transmettent aujourd’hui leur savoir et, surtout, leur amour pour notre pays à nos jeunes. C’est un appui solide pour notre travail à l’étranger. Lorsque nous voyons les visages des personnes dont le bien-être devrait être l’objectif de nos efforts, alors, je vous l’assure, nous pouvons agir de manière beaucoup plus convaincante et efficace sur les plateformes internationales.
Il y a quelques semaines à peine, j’étais à Rostov-sur-le-Don, où j’ai visité le complexe du musée national d’histoire militaire de Sambek Heights de la Grande Guerre patriotique. Là, comme ici, le mouvement de recherche des héros de guerre tombés au combat recherche assez activement les restes des soldats soviétiques tués pendant la Grande Guerre patriotique et tente de les identifier.
Les lieux de sépulture sont très impressionnants. Ils y ont une ruelle de mémoire. Je sais que les restes de près de 1 000 soldats ont été récemment enterrés ici au cimetière de Rossoshinskoye. Ce mouvement garantit et symbolise la continuité des époques. Un grand merci aux bénévoles, aux membres de l’unité de recherche et à ceux qui s’engagent dans le travail commémoratif et archivistique.
Récemment (s’exprimant devant Russie unie), le président Vladimir Poutine a souligné la nécessité d’encourager ces efforts de toutes les manières possibles. Des subventions supplémentaires seront allouées pour ces activités. Au cours de cette conversation, une idée est venue d’établir une journée des membres de l’unité de recherche. C’est devenu un mouvement national. Nous ferions bien de souligner notre profond respect pour tous ceux qui, suivant leur cœur, s’engagent dans ce travail absolument nécessaire pour notre pays.

Je voudrais également souligner dans mes remarques liminaires que lorsque nous nous efforçons de créer des conditions favorables à notre développement sur la scène internationale, cela ne plaît pas à tout le monde.

À un certain moment (dans les années 1990), nous avons été approchés comme un pays obéissant qui s’est ouvert à l’Occident, s’est ouvert d’une manière sans précédent à bien des égards, ce qui a été perçu comme une faiblesse.

VILLE DE VOLGOGRAD

La prise de conscience que la Russie ne devrait pas être confinée à un lieu subordonné d’importance tertiaire à l’échelle mondiale ne nous est pas venue du jour au lendemain.

Au cours des 20 dernières années – nous avons gagné en indépendance et retrouvé notre dignité. Sans cela, rien de valable ne viendra d’une personne dans la vie humaine ordinaire, et encore moins peut être fait sur la scène internationale.
Nous avons créé une excellente armée et, adossés à elle, nous défendons beaucoup plus efficacement nos intérêts et ceux de nos concitoyens,
nous menons de profondes réformes économiques (certes, non sans quelques erreurs ou revers. La pandémie a fait des ravages au cours des 18 derniers mois, mais nous avançons néanmoins).
Ce n’est pas du goût de tout le monde car nos collègues occidentaux se sont habitués à diriger le monde au cours des 500 dernières années.

Et puis une nouvelle tendance est apparue, promouvant un monde multipolaire plutôt qu’unipolaire, alors que de nouveaux centres de développement économique et de pouvoir financier sont apparus et se sont développés rapidement, ce qui leur a conféré une influence politique.

Qu’il suffise de mentionner nos partenaires véritablement stratégiques tels que la République populaire de Chine et l’Inde. Nous construisons de bonnes relations mutuellement bénéfiques avec l’écrasante majorité des pays du monde.

Nos collègues occidentaux essaient de ralentir notre progression. Ils cherchent n’importe quel prétexte pour imposer des sanctions unilatérales illégales. Bien avant ce qui s’est passé en Ukraine et avant le référendum, après lequel la Crimée s’est réunie avec la Russie, l’Occident avait déjà essayé de construire des contraintes dans ses relations avec nous, espérant nous ralentir.
Donc, nous ne nous faisons pas d’illusions. Après une vague de restrictions qui nous ont été imposées en 2014, nous avons conclu que nous ferions mieux de nous appuyer sur nous-mêmes dans des secteurs stratégiques concernant l’industrie de la défense et le développement de notre économie civile.
Nous resterons ouverts à des relations de coopération et d’investissement mutuellement bénéfiques, mais nous aurons toujours nos propres ressources pour nous soutenir.

Nos collègues occidentaux ont montré leur manque de fiabilité et leur capacité à violer grossièrement le droit international et les prérogatives du Conseil de sécurité de l’ONU pour des raisons géopolitiques.

En attendant, seul le Conseil de sécurité est habilité à imposer certaines mesures de coercition économique.
C’est dans ce contexte que nous travaillons.
Nous avons de nombreux partenaires :
Chine, Inde. Il y a quelques années, des représentants du plus haut niveau de la plupart des pays africains sont venus à Sotchi pour le premier sommet Russie-Afrique. Nous avons également des relations étendues et diverses avec l’Amérique latine.
Notre cercle le plus proche comprend les pays
  • de la Communauté des États indépendants (CEI),
  • l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC),
  • l’Union économique eurasienne (EAEU),
  • l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS)
  • et les BRICS (Russie, Chine, Inde, Brésil et Afrique du Sud) .

MAPPEMONDE https://www.wikiwand.com/fr/Politique_%C3%A9trang%C3%A8re_de_la_Russie

Cela comprend environ les trois quarts de la population mondiale. Nous entretenons des relations stables, amicales, mutuellement bénéfiques et équitables avec ces partenaires.

La Russie n’impose jamais un « bâton lourd » dans les organisations dont elle est membre. L’OTSC, la CEI, l’OCS et l’EAEU travaillent par consensus.
Par rapport à l’OTAN et à l’Union européenne, nous avons la liberté d’expression et un droit direct de participer à la prise de décision.
Les organisations centrées sur l’ouest sont complètement différentes. L’Union européenne, par exemple, comprend une minorité anti-russe agressive, principalement les pays baltes, la Pologne et quelques autres. Ils imposent une solidarité à tout le monde qui se concentre constamment sur une approche anti-russe. Il existe un « bâton lourd » similaire à l’OTAN. C’est triste. Nous ne céderons jamais aux ultimatums ou aux menaces et agirons toujours en fonction des intérêts vitaux de notre nation.
Cela vaut également pour les prochaines élections à la Douma d’Etat russe, dont nos collègues occidentaux veulent influencer les résultats en essayant de semer le doute sur leur équité, et en remettant déjà en cause les résultats.
Nous avons vécu cela lors des élections précédentes, mais maintenant cela apparaît plus clairement.
Nous avons la même réponse à toutes ces tentatives : nous ne sommes guidés que par la volonté de notre peuple. Nos citoyens sont suffisamment mûrs pour évaluer le travail de nos dirigeants, pour déterminer qui ils veulent voir dans une future Douma d’État russe et comment ils voient le développement futur du pays. En même temps, nous ne nous abaissons jamais à l’auto-isolement ou à la confrontation dans nos affaires internationales.
Nous sommes prêts à développer des relations avec nos collègues occidentaux – les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN – mais fondées uniquement sur les principes d’égalité et de respect mutuel. Les représentants de ces pays et organisations se disent prêts à normaliser les relations avec la Russie

PHOTO MINISTÈRE AFF ETRANGERES RUSSE A MOSCOU …

En conclusion, je voudrais souligner l’importance de la diplomatie interpersonnelle (le mouvement des volontaires et le mouvement de recherche des tombes de guerre). J’ai rencontré aujourd’hui des étudiants de l’École des relations internationales et de la diplomatie. J’ai invité les étudiants à venir à Moscou et à visiter le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. Nous sommes disposés à soutenir leur intérêt pour les affaires internationales et la diplomatie. Ce serait utile en tout cas; cela élargit leurs perspectives. Suite à cette visite, certains pourraient choisir une carrière de diplomate. Je pense que ce serait bon pour nos activités de politique étrangère parce que nous encouragerons toujours nos jeunes qui commencent à penser au monde dans lequel nous vivons et à la capacité de notre pays à arrêter de nouvelles guerres – comme l’ont fait nos grands anciens combattants.

Il existe divers mouvements en termes de diplomatie interpersonnelle : il y a la diplomatie universitaire, la diplomatie des jeunes et le mouvement de recherche de bénévoles.

Andreï Ivanovitch Bocharov, gouverneur de l’oblast de Volgograd. 

Andreï Ivanovitch Bocharov – gouverneur de l’oblast de Volgograd.

Le gouverneur Andrei Bocharov et moi avons discuté de la nécessité de promouvoir le mouvement des volontaires de recherche, en particulier les organisations liées à la perpétuation de la mémoire des héros de la Grande Guerre patriotique, à la préservation de l’histoire et à la transmission des faits historiques à la prochaine génération. Il est également important d’un point de vue international. Comme convenu, nous utiliserons nos canaux pour essayer de trouver vos partenaires à l’étranger qui partagent vos points de vue et poursuivent le même travail. J’ai rencontré des jeunes intéressés par cela dans plusieurs pays européens. Nous pouvons accomplir beaucoup de choses ensemble, en particulier lorsque la diplomatie interpersonnelle, qui couvre les intérêts de coins très différents de notre nation, est conforme à la diplomatie d’État officielle.

PHOTO CATHÉDRALE DE VOLGOGRAD

Aujourd’hui, nous avons visité un autre élément de notre pouvoir collectif commun – la cathédrale Alexandre Nevski restaurée, qui doit être consacrée sous peu. Nous coopérons étroitement avec l’Église orthodoxe russe (ROC) à l’étranger. L’Église russe a des paroisses dans de nombreux pays.
Il a subi de très fortes pressions de la part d’un certain nombre de nations occidentales, principalement des États-Unis, qui sont sur le point de ruiner l’unité des églises chrétiennes orthodoxes mondiales. Le patriarche de Constantinople Bartholomée a joué un rôle vicieux dans la tentative de rupture de l’Église orthodoxe ukrainienne canonique du Patriarcat de Moscou, ce qu’il n’a pas encore réussi à faire.
Des tentatives similaires sont actuellement en cours en Biélorussie et dans certains pays méditerranéens, notamment la Syrie et le Liban, et dans les Balkans où l’Église orthodoxe serbe est violemment attaquée.
Lorsque l’Église orthodoxe russe « emmène » ses valeurs à l’étranger, elle contribue à la réalisation de nos objectifs de politique étrangère, en défendant les valeurs spirituelles et morales traditionnelles qui sont actuellement attaquées par l’élite néolibérale dans certains pays occidentaux. C’est un effort pour défendre notre mémoire historique, nos racines et notre code génétique.
Comme vous pouvez le voir dans ce bref aperçu, la diplomatie traditionnelle ne peut pas résoudre les problèmes dans ce monde aussi efficacement que lorsque nous unissons nos efforts par le biais de la diplomatie interpersonnelle. J’espère que nous pourrons rechercher d’autres moyens de promouvoir la coopération au cours de la discussion d’aujourd’hui.

https://static.timesofisrael.com/www/uploads/2017/10/AP17304471197560-e1509461205861.jpg

PHOTO LAVROV

Question 1: Un aspect important de la lutte pour la paix est la tradition d’établir des liens entre villes jumelées. Je voudrais vous demander que l’année 2024 – le centenaire des relations entre les villes jumelles entre Volgograd et Coventry – soit déclarée Année des villes jumelles en Russie. Un congrès pour la paix pourrait également être organisé. Vous êtes passé devant la cloche de la paix, qui est une copie exacte de la cloche de la paix à Hiroshima. L’année des villes jumelles, cette cloche sera portée sur la place centrale, où les militants de la paix se réuniront pour un congrès, et cette cloche sonnera et les gens du monde entier l’entendront.
Nous élirons de nouvelles autorités législatives plus tard en septembre. Nous sommes tous fiers que vous soyez en tête de liste des dirigeants de Russie unie [participant aux élections]. Cette liste nous donne l’assurance que vous – nous – gagnerez.
Sergueï Lavrov : Merci beaucoup. Le gouverneur de la région de Volgograd Andrei Bocharov et moi avons déjà parlé de cette initiative 2024 et la soutenons fermement.
Question 2: Au printemps dernier, une équipe de chercheurs français a visité la région de Volgograd dans le cadre du projet Memory Watch. Plus de 15 anthropologues, historiens et étudiants universitaires ont participé aux travaux sur les champs de bataille de la bataille de Stalingrad. Ils ont fouillé les restes de plus de 200 défenseurs de Stalingrad en deux semaines. Les volontaires ont également participé à la cérémonie à Mamayev Kurgan pour enterrer 37 défenseurs de Stalingrad, dont les restes avaient été retrouvés plus tôt. Ces événements ont également été suivis par des vétérans de la coalition anti-Hitler des États-Unis et de la France et le défenseur de Stalingrad A. Kuropatkin.
Avons-nous besoin de projets comme celui-ci qui impliquent nos collègues – volontaires – de l’étranger ? Sont-ils efficaces ? Doit-on poursuivre ces efforts, y compris la coopération avec nos collègues à l’étranger ?
Sergueï Lavrov : Je pense que vous devriez certainement continuer à faire ce travail. Nous en avons parlé avec le gouverneur de la région de Volgograd, Andrei Bocharov.
Volgograd, en tant que centre de mouvement de recherche, peut sûrement proposer cette initiative. Il ne fait aucun doute que le gouvernement l’appuiera. Nous vous aiderons à rechercher des partenaires. Vous avez déjà noué des contacts avec vos collègues des pays de l’ancienne coalition anti-hitlérienne. Nous vous aiderons sans aucun doute si vous avez du mal à faire quoi que ce soit par vous-même. Ce mouvement doit être promu de toutes les manières possibles. Il s’agit de la mémoire historique, qui est aujourd’hui confrontée à divers défis.
Flag of Volgograd Oblast is a federal subject of Russia, located in the Volga region of Southern Russia. Vector illustration

Question 3: Grâce à votre coup de main, la ville héroïque de Volgograd a obtenu le statut de centre de diplomatie publique et est connue comme telle dans le monde entier. De nombreux événements et rassemblements sont organisés dans le cadre du mouvement des villes jumelles, leur statut prend du poids, et divers projets qui sont articulés lors du Forum international de diplomatie publique annuel « Dialogue sur la Volga : paix et compréhension mutuelle au 21e siècle » sont en cours mis en œuvre.
Le projet Embassy of the Future visant à enseigner aux enfants les bases de la communication interculturelle et de la diplomatie est mené dans la région au niveau fédéral avec le soutien du Presidential Grant Fund. Le projet international « Nappe numérique Volgograd-Coventry : 80 ans de soutien mutuel » a également été lancé. Notre objectif est d’impliquer autant d’habitants de Coventry et de Volgograd que possible dans un dialogue. Nous voulons utiliser des dessins, des peintures et de la musique pour partager entre nous et avec le monde en général l’histoire de nos villes et la façon dont nous coopérons depuis 77 ans.
L’administration de la région de Volgograd et la ville de Volgograd ont toujours fourni un soutien sérieux dans l’organisation et la mise en œuvre de nos projets. Des programmes avec Israël et la Grande-Bretagne ont été mis en place, et un projet avec Hiroshima pour commémorer le 50e anniversaire des liens de villes jumelées est en cours. Nous attendons avec impatience les résultats du projet Fashion for Peace que nous menons en collaboration avec l’Italie et la Grande-Bretagne. Les projets abondent, et ils sont sans précédent et ont été menés lors de divers forums internationaux.
Dans quels domaines la diplomatie publique peut-elle être utilisée pour aider la diplomatie traditionnelle de gouvernement à gouvernement et obtenir la plus grande synergie ?
Sergueï Lavrov : Merci pour ce que vous faites et votre intérêt pour les relations internationales. Il s’avère que nous sommes simultanément arrivés à la conclusion que les activités de recherche doivent nécessairement avoir une dimension internationale.
Les projets que vous avez mentionnés concernent également la préservation de la mémoire historique et suivent la même voie. Je demanderai aux membres de notre unité de recherche et à votre mouvement de nous fournir les faits. Nous verrons comment nous pouvons vous aider si vous rencontrez des difficultés (vous devriez les énumérer, si vous en avez).

La diplomatie publique peut aider la diplomatie officielle par le fait même de son existence. Il est toujours bon que les personnes travaillant dans des postes gouvernementaux, y compris en politique étrangère, aient une idée de ce qui fait vibrer leur pays. Il serait faux de ne pas utiliser le désir profond de personnes comme vous pour favoriser les contacts avec des personnes amicales à l’étranger. Dans les circonstances actuelles, l’importance de ce travail a augmenté à plusieurs reprises.

Nos collègues occidentaux ont décidé de se fâcher contre la Russie à propos de l’Ukraine ou de la Crimée. Ensuite, quelqu’un a empoisonné quelqu’un (mais personne n’a fourni de preuves), puis d’autres raisons de s’énerver se présentent invariablement. Il y a toujours quelque chose. Nos relations sont gelées.

Nous avions l’architecture la plus ramifiée de relations étatiques structurées avec l’UE. Deux sommets ont eu lieu chaque année. L’ensemble du gouvernement russe a rencontré la Commission européenne ; il y avait des plans pour quatre espaces communs, dont chacun avait une feuille de route approuvée, et nous avancions vers la création de ces espaces communs ; 20 dialogues sectoriels allant de l’énergie aux droits humains ; et des contacts séparés sur l’assouplissement de la réglementation des visas menant à des voyages sans visa.

Tout cela a été détruit en un clin d’œil. Par exemple, le dialogue sur les voyages sans visa a pris fin en 2013. Rien ne se passait en Ukraine ou en Crimée à ce moment-là, que l’Occident a ensuite décidé de rejeter sur la Russie. J’ai déjà noté qu’ils veulent nous contenir par hameçon ou escroc, fomentant un sentiment russophobe dans les pays baltes et dans un certain nombre d’autres républiques de l’ex-Union soviétique.

L’Ukraine est un exemple de la façon dont nos collègues occidentaux veulent profiter de nos voisins pour nous mettre mal à l’aise. Dans une situation où les relations entre les États sont gelées (voire enterrées), la diplomatie publique, les contacts interpersonnels, les liens culturels, éducatifs et scientifiques acquièrent une importance particulière.

La Grande-Bretagne, avec laquelle nous avons eu de nombreux événements culturels communs, des rassemblements culturels annuels, des festivals et des tournées, est un autre exemple.
Plus vous entretenez de relations amicales avec vos partenaires internationaux partageant les mêmes idées et plus vous mettez en œuvre de projets en commun, mieux la Russie sera positionnée sur la scène internationale, plus il y aura d’électeurs dans les pays correspondants (lorsque le gouvernement proposera à nouveau un discours russophobe agenda) auront leur propre point de vue sur des idées comme celle-là.
J’attendrai avec impatience de recevoir des informations sur les unités de recherche et vos contacts internationaux.

https://cdni.rt.com/french/images/2021.08/article/6128b52e87f3ec59d006bbcf.jpg

Question 4: Vous êtes un modèle pour de nombreuses personnes, dont moi-même. Grâce à vous, j’arrive à comprendre quel genre de personne j’aimerais devenir. La diplomatie est un métier très intéressant, et difficile en même temps. Allez-vous écrire une autobiographie, qui pourrait aider les futurs diplomates ?
Sergueï Lavrov : Non, je ne le suis pas. Si vous n’écrivez pas tout, ce ne sera pas assez intéressant. Quant aux livres et publications qui peuvent aider à mieux comprendre la profession, j’essaie de structurer mes présentations dans les forums internationaux et autres de manière à ce qu’elles révèlent ma vision du monde. Dans de telles publications, vous pouvez tirer parti de l’expérience que j’ai acquise dans ce poste. Mais si ces informations ne vous suffisent pas, nous pouvons vous fournir plus de matériel. Je ne vais pas écrire une autobiographie ou des mémoires, mais mes articles sont publiés. Ils ne présentent pas une image à 100% de mon expérience, mais ils vous aideront à comprendre beaucoup.
Question 5: Dans vos interviews, vous avez dit à plusieurs reprises que vous étiez un fan de football, que vous aimiez faire du rafting et écrire des poèmes. Un livre de vos meilleurs poèmes, Le dernier compromis avec Dieu, est sorti récemment ; de plus, vous avez écrit les paroles de l’hymne de l’université MGIMO, que j’ai hâte de chanter en tant que l’un de ses étudiants. J’ai toujours voulu savoir (parce que j’écris moi-même des poèmes) où vous puisez votre inspiration, étant donné que vous êtes si profondément impliqué dans les affaires de l’État ? Vous souvenez-vous de votre premier poème ? A quel âge l’avez-vous écrit ? Pourriez-vous nous le réciter ?
Sergueï Lavrov : Non, je ne peux pas le réciter maintenant, je ne m’en souviens pas et je me sens un peu timide. Je l’ai écrit quand j’avais 16 ans. Quant à l’hymne MGIMO, tu vas t’y inscrire ou quoi ?
Question 6: Je suis sur le point de commencer la 9e année, donc pas maintenant ; mais c’est l’école à laquelle je vais postuler.
Sergey Lavrov : Vous pouvez commencer à apprendre les paroles. Quant à savoir où trouver l’inspiration, Andrei Voznesensky, que Dieu bénisse son âme, a écrit ce qui suit : « Les poèmes ne sont pas écrits, ils arrivent, comme des sentiments ou un coucher de soleil. L’âme est une complice aveugle. Je ne l’ai pas écrit – c’est juste arrivé ainsi. Quelque chose comme ca.
Question (forme musicale) 7: Je voudrais formuler ma question comme un vers d’une chanson (Viktoria Shchlyanova chante la chanson « Cancel the war », avec une musique de Tatiana Vetrova et des paroles d’Alexander Maiyer).
Sergey Lavrov : Votre performance m’a ému aux larmes. Non seulement Viktoria a un grand talent en tant que chanteuse et actrice, mais il y a aussi tellement d’émotions authentiques quand elle chante que vous pouvez vraiment voir que c’est ce qu’elle ressent réellement et qu’elle est honnête dans ce qu’elle dit.
La question, quand allons-nous annuler la guerre, n’est pas facile. Si cela dépendait entièrement de nous, ce serait une affaire conclue.
Aujourd’hui, nous avons parlé de l’héroïsme des vétérans et de la Grande Victoire dans la Grande Guerre patriotique, la Seconde Guerre mondiale.

Le but de l’Organisation des Nations Unies, pour laquelle elle a été créée, est énoncé au tout début de sa Charte : « Nous, les peuples des Nations Unies, déterminés à sauver les générations futures du fléau de la guerre… » Ceci, par définition, impliquait un guerre mondiale. Et nous devons reconnaître que les pays qui ont formé la coalition pour vaincre Hitler ont pour la plupart réussi à éviter des guerres destructrices. Une guerre mondiale que l’ONU a été conçue pour éviter n’a pas eu lieu. Cependant, de multiples conflits régionaux et internes apportent aux populations touchées autant de difficultés et de souffrances que les guerres mondiales.
Nos collègues des pays occidentaux cherchent maintenant à répandre la démocratie telle qu’ils la voient dans le monde, ce qui est la tendance la plus dangereuse de notre temps.
C’est pour cette raison que l’Irak a été dévasté. En mai 2003, alors président des États-Unis, George W. Bush, debout à bord d’un transporteur aérien dans le golfe Persique, a proclamé la « victoire » de la démocratie en Irak. Cependant, l’Irak se démène toujours pour restaurer son intégrité territoriale, tandis que le nombre de ceux qui sont tombés dans le processus d’instauration de la démocratie dans le pays se compte par centaines de milliers. De nouveaux groupes terroristes sont apparus après l’invasion de l’Irak par les Américains, en particulier l’État islamique (ISIS).

Al-Qaida est apparue au début des années 1990, au lendemain de la guerre en Afghanistan, lorsque les talibans y ont pris le pouvoir pour la première fois.

La guerre en Irak a ouvert la voie à la création de l’État islamique.

Après le bombardement de la Libye, les terroristes se sont répandus en Afrique subsaharienne, produisant des ramifications de l’EI dans diverses régions. Avant le bombardement de la Libye par les Américains, la population y bénéficiait d’un généreux filet de sécurité. Ce pays avait de vastes réserves de pétrole, et le pétrole est toujours là, mais tout est en ruines maintenant. Il y avait une éducation gratuite, des médicaments, de l’essence et bien d’autres choses. Les États-Unis ont permis le meurtre de Mouammar Kadhafi et ont montré cette atrocité en direct. Peut-être était-il un dictateur, dans une certaine mesure. Oui, il y a eu la répression sous Kadhafi, et certaines personnes ont été emprisonnées. Mais cela fait pâle figure au regard des centaines de milliers de Libyens morts pour la démocratisation de leur pays lancée par nos confrères occidentaux.
Il en va de même pour l’Irak. Il y avait là-bas un régime féroce, autoritaire et quelque peu despotique. Cependant, si l’on considère la vie humaine comme la valeur ultime, étant donné que toutes les déclarations universelles sur les droits de l’homme mettent l’accent sur le droit à la vie, la comparaison de ce qui était avant et de ce qui est venu après n’est clairement pas à l’avantage de ceux qui cherchaient à amener la « démocratie » dans ce pays.
Ce à quoi nous assistons aujourd’hui en Afghanistan, c’est qu’ils agissent dans le même sens depuis vingt ans, s’obstinent à imposer leurs propres voies, et les efforts qu’ils ont déployés auraient pu être mieux valorisés ailleurs. Quand vous êtes à Rome, faites comme les Romains, comme dit le proverbe. Il y a aussi un dicton sur le fait de ne pas essayer de frapper au-dessus de son poids. Cela ne sert à rien. C’est aujourd’hui la principale menace qui peut conduire à de nouveaux conflits armés.

Nous n’avons jamais rien fait de tel. Chaque fois que le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine a décidé d’utiliser des forces armées à l’étranger ces dernières années, il l’a fait conformément au droit international.

En 2008, lorsqu’un dirigeant géorgien quelque peu erratique, Mikheil Saakachvili, a ordonné à ses troupes de commencer à bombarder l’Ossétie du Sud, où étaient stationnés des Casques bleus russes, il a obtenu ce qu’il demandait, car une attaque contre des Casques bleus équivaut à une attaque contre un pays. Il a fallu un énorme effort aux forces armées russes à l’époque pour entrer en Ossétie du Sud par le tunnel Roksky, car il était prévu de le faire sauter.
La Syrie était la prochaine en ligne après l’Irak et la Libye. Les terroristes de l’Etat islamique et de ses ramifications étaient littéralement à la porte de la capitale syrienne. Ce n’était qu’une question de semaines avant que les terroristes ne prennent le pouvoir dans le pays. L’Occident observait assez calmement. Ils avaient leur propre logique. Pour eux, le président Bashar Assad n’était pas un démocrate, alors que la République arabe syrienne « avait besoin de démocratie ».
Afin de renverser un président indésirable, ils ont décidé de s’appuyer sur des terroristes purs et simples. Il y a beaucoup plus à cela.
Le gouvernement légitime nous a demandé d’empêcher la Syrie de s’effondrer, et nous y sommes allés, nous sommes intervenus dans le conflit et avons défendu l’État du pays, ainsi que le christianisme. Après tout, la Syrie est le berceau du christianisme. Tous les adeptes de la foi chrétienne étaient en danger dans ce pays. Nous avons mis en place les conditions des efforts en cours pour parvenir à un règlement politique, et ce n’est pas de notre faute si cela n’a pas été aussi simple qu’il aurait pu l’être.
Nous n’avons jamais d’intentions agressives. Il n’y a pas si longtemps, des exercices militaires planifiés ont eu lieu à la frontière avec l’Ukraine. Lors de leur planification, nous avons dû tenir compte du fait que les jeux de guerre DefenderEurope, les plus importants de l’histoire de l’OTAN, avaient été organisés à cette époque sur toute la ligne de contact Russie-OTAN. Vous souvenez-vous de l’agitation qui a éclaté? La Russie se préparait à conquérir l’Ukraine. Nous avons expliqué que nous menions ces exercices sur notre propre territoire.
Mais que faisaient les Américains, les Canadiens, les Britanniques et d’autres pays qui n’ont pas de frontière commune avec nous sur le territoire de nos voisins, où des dizaines de milliers d’unités de matériel militaire, de troupes et de personnel s’étaient rassemblés sur nos frontières et répétaient clairement le combat opérations contre la Fédération de Russie ? On nous accusera certainement d’avoir amené l’OTAN à se regrouper, à se réarmer et à déplacer ses infrastructures vers les pays baltes et d’autres pays situés à nos frontières. Tout cela se fait sous le slogan de défendre l’Ukraine contre l’agression russe.

Mais en février 2014, lorsqu’un coup d’État a eu lieu en Ukraine contrairement aux accords garantis par [certains] pays occidentaux et l’UE, ces derniers ont simplement haussé les épaules en réponse à nos demandes de forcer Kiev et les responsables de le coup d’État qui était arrivé au pouvoir là-bas, pour respecter les accords, et a recommencé à parler de démocratie. Ils n’étaient pas trop préoccupés par le fait que dès ses premiers jours, le régime a proclamé que son objectif était d’évincer les Russes, d’interdire la langue et la culture russes, ainsi que la population russophone. Lorsque nous avons répondu à la décision, au vote libre [référendum] des habitants de Crimée, qui ne voulaient pas rester dans un État où les Russes étaient éliminés dans tous les sens, l’Occident a recommencé à nous accuser de tous les péchés.
Connaître les autorités ukrainiennes actuelles et tenter de donner l’impression que tous les malheurs de l’Ukraine étaient le résultat du « non-respect » de la Russie des accords de Minsk (bien que ces documents ne mentionnent même pas la Russie, mais ils mentionnent Kiev à dix reprises , obligeant l’Ukraine à s’adresser directement à Donetsk et à Lougansk) n’ont abouti à rien. Tout comme les dirigeants de Secteur droit qui appelaient publiquement à l’éviction des Russes de Crimée en février 2014, le président ukrainien Vladimir Zelensky a déclaré directement dans l’une de ses interviews il y a quelques semaines qu’il conseillerait aux Russes de tirer leurs propres conclusions et de faire dans leurs esprits. S’ils pensent qu’ils sont Russes et ne peuvent pas se passer de tout ce qui est russe, ils devraient battre la Fédération de Russie. Comment cela peut-il être permis dans le monde d’aujourd’hui, dans les sociétés libérales aux portes desquelles il frappe pour tenter de faire partie de l’UE ?
Malheureusement, nombreux sont ceux qui souhaitent ignorer la chanson que vous avez chantée et les questions qu’elle pose. Nous ferons de notre mieux pour que ces questions rhétoriques cessent d’être rhétoriques. Jusqu’à présent, ils sonnent approximativement de cette manière : « Oh, quand ferez-vous ce que vous ne ferez jamais ? » Je pense que cela doit être changé. Cette chanson peut inaugurer un mouvement international de jeunesse. Je te regardais et je crois que tu es bien qualifié pour devenir un symbole de ce mouvement. Vous serez bien plus convaincante dans votre combat pour la paix que Greta Thunberg dans sa croisade climatique.

Sergueï Lavrov : M. Bocharov,
Chers Amis,
Merci pour cette rencontre. Il était important pour moi d’absorber vos sentiments, vos idées et vos aspirations. Je suis convaincu que nous ne continuerons pas seulement à parler de beaucoup de choses qui ont été discutées aujourd’hui, mais que nous en ferons des points focaux dans notre travail.

https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4848807

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s