4513 – Réponses du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov aux questions des médias à la suite d’une visite dans la région de Kaliningrad – Kaliningrad, le 17 août 2021- 22H54

Affaires Etrangères Russes du 17/08/2021 – 22H54

Question 1/6 : Vous avez eu une réunion avec des transporteurs de fret aujourd’hui. Quel est le statut du poste de contrôle de Dubki-Rambinas, quand deviendra-t-il opérationnel et, de manière générale, quels problèmes les transporteurs vous ont-ils partagé ? Comment pouvez-vous les aider?
Sergueï Lavrov : J’ai discuté de la situation avec le gouverneur et le président de l’Association des transporteurs routiers internationaux (ASMAP). De nombreuses questions examinées étaient très spécifiques et purement techniques. Comme nous l’avons réitéré aujourd’hui, ils sont examinés par une commission gouvernementale spéciale présidée par le premier vice-premier ministre Andrey Belousov.
https://i1.wp.com/cdn.iz.ru/sites/default/files/styles/900x506/public/news-2020-05/KAZ_0852%204.jpg

le premier vice-premier ministre Andrey Belousov


La prochaine réunion aura lieu en septembre. La réunion d’aujourd’hui, qui a permis de résumer toutes nos préoccupations, était tout à fait opportune. Dans un effort conjoint avec nos collègues du gouvernement de la région de Kaliningrad et de l’ASMAP, nous résumerons ces suggestions pour un examen plus approfondi par cette commission.
En ce qui concerne le poste de contrôle à la frontière lituanienne, Dubki,qui est notre partie du poste de contrôle international, il a été rénové et ouvert aux affaires en décembre 2020. La partie lituanienne a également prévu de faire sa part assez rapidement, mais une inondation a gravement endommagé le route. Maintenant, comme nous le disent nos collègues lituaniens, ils auront besoin de plus de temps pour terminer les réparations et achever officiellement la rénovation. Malheureusement, cela prendra beaucoup de temps, mais ils nous assurent que tout sera prêt d’ici l’été prochain. Nous verrons.
Question 2 : La Russie peut-elle envisager la possibilité de reconnaître unilatéralement le régime taliban ?

Sergueï Lavrov : Nous avons évoqué cette question plus d’une fois. Comme tous les autres pays, nous ne sommes pas pressés de les reconnaître. Pas plus tard qu’hier, j’ai parlé avec le ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine Wang Yi. Nos positions se chevauchent. Nous voyons des signaux encourageants de la part des talibans, qui disent vouloir avoir un gouvernement avec la participation d’autres forces politiques. Ils se sont dits prêts à poursuivre les processus, y compris ceux qui concernent l’éducation, l’éducation des filles et le fonctionnement de l’appareil d’État en général, sans fermer la porte aux fonctionnaires qui ont travaillé sous le précédent gouvernement dirigé parle président Ashraf Ghani.
Nous observons des processus positifs dans les rues de Kaboul, où la situation est assez calme et où les talibans appliquent efficacement la loi et l’ordre. Mais il est trop tôt pour parler de mesures politiques unilatérales de notre part. Nous soutenons le début d’un dialogue national global avec la participation de toutes les forces politiques, ethniques et religieuses afghanes.
L’ancien président Hamid Karzaï et le président du Haut Conseil pour la réconciliation nationale Abdullah Abdullah se sont déjà prononcés en faveur de ce processus. Ils sont à Kaboul. Ils ont fait cette proposition. L’un des dirigeants du nord de l’Afghanistan, M. Gulbuddin Hekmatyar, s’est également joint à cette initiative. Littéralement ces jours-ci, si je comprends bien, peut-être même au moment où nous parlons, un dialogue avec un représentant des talibans est en cours.J’espère qu’il conduira à un accord par lequel les Afghans formeront des organes de transition inclusifs, étape importante vers la normalisation complète de la situation dans ce pays qui souffre depuis longtemps.
Question 3 (adressée à Anton Alikhanov) : Monsieur Alikhanov, vous avez dit que les ferries étaient une solution facultative pour le transit. Si je comprends bien, les représentants de l’ASMAP ont dit que c’était une option coûteuse.
Sergey Lavrov (s’exprimant après Anton Alikhanov) : Nous avons dit à nos voisins polonais que nous pouvions arrêter complètement d’utiliser le système de permis, mais ils n’ont pas encore manifesté d’intérêt pour cela.
Question 4 : De toute évidence, faire des prévisions au milieu de la pandémie est un travail ingrat. Cependant, ces questions ont également été soulevées aujourd’hui. Quand les certificats de vaccination seront-ils mutuellement reconnus et les frontières ouvertes et quelles sont les conditions préalables pour le faire ?


Sergueï Lavrov : Nous en avons discuté en profondeur aujourd’hui lors d’une réunion à Avtotor et d’une réunion avec le gouverneur. Le processus est en cours. C’est assez compliqué, car il s’agit de laisser de côté les tentatives de politisation de cette procédure, qui ont tendance à resurgir de temps en temps. Il s’agit d’un processus assez technique, y compris en ce qui concerne la protection des données personnelles ou la normalisation des approches techniques des questions liées à la présentation de certificats mutuellement reconnus.
J’espère que la Commission européenne accélérera le rythme de ses travaux. De notre côté, le Ministère de la Santé et l’Institut Gamaleya sont prêts à achever ce travail en peu de temps. Aussi, lorsqu’une décision fondamentale de ce genre est prise, sa mise en œuvre dépendra de chaque pays en particulier. En vertu des règles de l’UE, il appartient aux gouvernements nationaux d’admettre ou non les personnes vaccinées avec un vaccin qui n’est pas certifié par l’UE. L’accord sur la reconnaissance mutuelle des certificats ne signifie pas que Spoutnik V ou nos autres vaccins seront certifiés par l’UE. C’est l’occasion de voyager dans d’autres pays. La reconnaissance mutuelle des certificats sera une avancée majeure pour les personnes dont les projets de vie sont perturbés par son absence.
Question 5 : Pensez-vous que la reconnaissance mutuelle des certificats est une voie à suivre plus rapide que la reconnaissance de Spoutnik V en Occident ?

Sergueï Lavrov : Si je comprends bien, oui, c’est un moyen plus rapide d’y arriver. Personne ne sait comment se déroulera la reconnaissance de Spoutnik V. Avant même que les vaccins occidentaux ne soient enregistrés pour une utilisation en Europe, l’Agence européenne des médicaments avait déjà signé un tas de contrats pour la fourniture de ces vaccins, qui n’étaient alors pas enregistrés, remarquez.
En ce qui concerne Spoutnik V, vous avez peut-être entendu de nombreuses déclarations, notamment d’Ursula von der Leyen, selon lesquelles ils n’ont pas besoin de vaccins russes, et ils n’ont pas besoin de discuter de quoi que ce soit avec nous. Et pourtant, on nous accuse de mener une « guerre des vaccins » et de provoquer des manifestations anti-vaccination en Occident. C’est triste. Des crises de ce genre devraient unir les peuples, ce que le président Poutine a fait savoir il y a un an en annonçant la création du vaccin Spoutnik V.
Question 6 : Les experts ont déjà qualifié les développements actuels en Afghanistan de conséquence directe des changements mondiaux de la politique internationale, en particulier la perte de positions dominantes des États-Unis. Est-ce vrai? Si oui, quel modèle le monde suit-il et quel rôle est attribué à la Russie ?
Sergueï Lavrov : Nous en avons discuté en profondeur lors de notre réunion. Bien sûr, le monde change. L’Occident ne peut plus à lui seul régler tous les problèmes de la vie internationale, comme il l’a fait pendant 500 ans, lorsqu’il dominait militairement, économiquement, géographiquement et culturellement, imposant ses valeurs à tout le monde. D’autres grands acteurs mondiaux se lèvent, dont la Chine et l’Inde, ainsi que l’Afrique et l’Amérique latine, qui prennent de plus en plus conscience de leur identité civilisationnelle nationale.
Tout ce que nous appelons maintenant un ordre mondial multipolaire qui a été prévu par Evgueni Primakov il y a près de 20 ans dans les années 1990, se déroule maintenant en termes pratiques.
Ce n’est pas un hasard si à un moment donné le G20 a été créé,qui comprend le G7, ainsi que les BRICS et d’autres pays, dont la philosophie internationale est beaucoup plus proche des BRICS que du G7.
En franchissant cette étape, l’Occident a reconnu qu’il ne pouvait plus relever seul les défis de l’économie mondiale et de la finance internationale. Le G20 est un forum vaste, compact et très représentatif pour discuter de problèmes, dont la solution dépend non seulement de l’Occident, mais de nombreux autres acteurs.

La formation d’un monde multipolaire prendra du temps. Il s’agit peut-être d’une période courte, mais néanmoins historique. C’est un processus douloureux. L’Occident lutte pour abandonner sa position hégémonique.

OTAN

L’idée que L’Otan devrait être utilisée dans ce processus a gagné du terrain. L’OTAN, qui a été créée comme une alliance purement défensive, a déclaré l’expansion de son influence, y compris l’infrastructure des barrières à l’échelle mondiale, comme son objectif.

Ils parlent maintenant de créer quelque chose dans le sens d’une OTAN « indo-pacifique », comme ils parlaient autrefois d’une OTAN « du Moyen-Orient ».
Ce n’est pas qu’ils soient une « bête blessée », mais ce groupe de pays a du mal et de la peine à se séparer des positions qu’ils ont occupées dans le monde pendant de nombreuses décennies. Il y a beaucoup d’hommes politiques lucides en Europe. Ils se rendent compte qu’il est beaucoup plus efficace de se concentrer sur un programme positif que de construire des revendications agressives et d’exiger que chacun suive les conseils et les conférences occidentales.
Surtout si l’on considère que le centre de développement mondial s’est déplacé de la région euro-atlantique vers l’Eurasie. Notre vaste continent eurasien commun offre à tous les pays et organisations situés ici des avantages comparatifs clairs et évidents dans le développement de nouvelles routes mondiales, de projets économiques et d’initiatives pour associer ressources et technologie. Il est évident qu’il est contre-productif de l’ignorer.
Ce n’est pas un hasard si
  • l’Union économique eurasienne,
  • l’Organisation de coopération de Shanghai
  • les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est
ont répondu à l’initiative du président Poutine de former un Grand partenariat eurasien.

https://tribune-diplomatique-internationale.com/wp-content/uploads/2020/03/Eurasie-12.jpg

De plus, cette initiative a clairement indiqué que ses portes sont ouvertes à tous les pays et entités situés sur le continent eurasien, y compris les États membres de l’UE.

Nous nous efforçons d’utiliser cette approche fédératrice et proactive pour promouvoir nos intérêts sur la scène internationale. Nous ne voulons pas nous isoler ou tomber dans la confrontation. Certes, nous répondrons fermement à toute tentative d’atteinte à nos intérêts légitimes. Mais ce n’est pas notre choix. Nous défendons les tendances fédératrices requises par la croissance mondiale, qu’il nous semble important d’encourager et de soutenir.


https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4841079