4267 – Chine -Trois Conférences de presse des 8, 9 et 13 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

april-2021-monthly-horoscope-metal-rabbit-month-karmaweather-

Conférence de presse du 8 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

1/40

RIA Novosti : Selon des reportages, un chantier de construction dans le sud-est du Nigeria a été attaqué par des personnes armées non identifiées, et deux citoyens chinois ont été kidnappés. Pourriez-vous le confirmer et nous présenter les mesures prises à cet égard ? La Chine va-t-elle évacuer ses ressortissants et ses diplomates du Nigeria ? Envisage-t-elle de prendre des mesures pour mieux garantir la sécurité ?

Zhao Lijian : Le 5 avril, heure locale, deux employés chinois d’une entreprise à capitaux chinois dans l’État d’Osun du Nigeria ont été kidnappés.

nigeria_osun_stat

Le Consulat général de Chine à Lagos a immédiatement activé le mécanisme de réponse d’urgence, exhortant la police nigériane à faire tout son possible pour secourir les otages en toute sécurité et guidant l’entreprise concernée pour qu’elle gère adéquatement la situation.
La situation sécuritaire dans la région concernée du Nigeria est depuis longtemps loin d’être satisfaisante. Nous avons de nombreux projets et entreprises à capitaux chinois dans le pays, et n’évacuerons pas les citoyens chinois au Nigeria simplement à cause d’un incident occasionnel.

2

Prasar Bharati : Cela fait presque deux mois que le premier cycle de désengagement des troupes frontalières a eu lieu entre l’Inde et la Chine, et cela fait presque un mois que les derniers pourparlers entre l’Inde et la Chine ont eu lieu pour le désengagement des troupes dans d’autres zones de friction dans la région du Ladakh. Pourriez-vous nous faire part de la date du prochain cycle de pourparlers entre l’Inde et la Chine ? Quelle est la raison particulière du retard des pourparlers et du désengagement des troupes dans d’autres zones ?

Zhao Lijian : La Chine et l’Inde sont en contact pour le 11e cycle de pourparlers au niveau des commandants d’armée. Il n’y a pas de retard comme vous l’avez mentionné.

Je tiens à souligner que les tenants et les aboutissants de la situation frontalière entre la Chine et l’Inde sont très claires, et que la Chine n’en est pas responsable. Nous espérons que la partie indienne ira dans le même sens que la partie chinoise, qu’elle mettra sérieusement en œuvre l’important consensus auquel sont parvenus les dirigeants des deux pays, qu’elle respectera strictement les accords signés par les deux parties et qu’elle prendra des mesures concrètes pour promouvoir davantage la désescalade de la situation frontalière.

 

3

HRTN : Aujourd’hui est un jour spécial pour Wuhan. À minuit du 8 avril 2020, après 76 jours de confinement, Wuhan a levé les restrictions sur les passages au départ de Wuhan et du Hubei. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Aujourd’hui marque le premier anniversaire de la « levée du confinement » à Wuhan, dans la province du Hubei.
Les habitants héroïques de Wuhan et du Hubei, mettant le bien de tous devant leurs intérêts personnels, ont fait d’énormes sacrifices pour une victoire nationale contre la COVID-19 et ont contribué de manière significative à la réponse mondiale à la COVID-19. Avec leurs actions concrètes, les habitants de Wuhan ont démontré la force et l’esprit de la Chine ainsi que le sens des responsabilités du peuple chinois envers le pays marqué par la solidarité et l’entraide.
Au cours de l’année écoulée, Wuhan est sorti plus fort des moments les plus éprouvants. Grâce à sa reprise économique, une vigueur et une vitalité fraîches se font sentir dans tous les coins de la ville.
J’ai lu des reportages selon lesquels à la fin de l’année dernière, le PIB annuel de Wuhan était revenu dans les dix premières places des villes de la Chine. J’ai également noté que certains médias avaient utilisé des mots clés tels que la levée du confinement, le retour au travail, la revitalisation, les masques, le code de santé, la « vie en ligne » et les vaccins pour enregistrer les jours où cette ville, connue pour ses « nouilles sèches et chaudes », s’était efforcée de retrouver la vie normale pendant l’année dernière.
Je crois que ce que Wuhan et le Hubei ont vécu est une miniature de la lutte chinoise contre l’épidémie de COVID-19. La levée du confinement et la reprise de Wuhan ont également renforcé la confiance et la force dans la lutte mondiale contre la COVID-19.
Depuis l’apparition de l’épidémie de COVID-19, le Ministère des Affaires étrangères, tirant parti de sa force unique, a envoyé un groupe de travail à Wuhan pour coordonner les efforts impliquant des pays étrangers tels que l’approvisionnement en fournitures anti-épidémiques pour le Hubei, la réception de l’assistance internationale et l’organisation de vols charters.
Combattant côte à côte avec le peuple héroïque du Hubei, le Ministère a contribué à gagner la lutte de la défense de Wuhan et du Hubei.
À l’heure actuelle, les ordres économique et social sont généralement rétablis dans le Hubei. Le Ministère des Affaires étrangères valorisera ses avantages et contribuera à promouvoir le développement post-épidémique du Hubei.
Hier, nous avons annoncé qu’un événement spécial de promotion mondiale du Hubei organisé par le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la province du Hubei se tiendrait le 12 avril pour présenter au monde le nouveau paysage de cette province renaissant pour de nouvelles gloires, ce qui a pour objectif de construire de nouveaux ponts de coopération reliant le Hubei à l’extérieur.
Ce sera la première fois que le Ministère fera deux fois la promotion pour la même province, et cela marquera également la reprise de nos événements de promotion des collectivités territoriales chinoises depuis le début de la COVID-19.
À l’occasion du premier anniversaire de la « levée du confinement » à Wuhan, envoyons nos meilleurs vœux pour un avenir encore plus radieux à Wuhan et au Hubei. Nous vous invitons à visiter Wuhan pour goûter les nouilles sèches et chaudes et monter sur la Tour de la Grue jaune.

4

Global Times : Selon des reportages, le 7 avril, 24 scientifiques et chercheurs venant d’Europe, des États-Unis, d’Australie et du Japon ont publié une lettre ouverte déclarant que la recherche conjointe Chine-OMS (Organisation mondiale de la Santé) sur le traçage de l’origine de la COVID-19 n’avait pas réussi à fournir des réponses fiables sur l’origine de la pandémie de la COVID-19, et que le travail de traçage avait été influencé par des facteurs politiques. Le rédacteur de la lettre ouverte et chercheur chevronné au Conseil atlantique, un groupe de réflexion américain, Jamie Metzl a déclaré que la base de données des virus des laboratoires chinois, leurs notes de travail et leurs scientifiques étaient tous inaccessibles, et que la Chine devrait divulguer les informations concernées afin de réfuter l’« hypothèse de la fuite de laboratoire ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://cdn.cnn.com/cnnnext/dam/assets/140520132410-wbt-intv-jamie-metzl-china-hacking-00020115-story-top.jpgJamie Metzl conseiller de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Zhao Lijian : Je me souviens clairement que la précédente soi-disant lettre ouverte des « scientifiques » a été publiée le 4 mars par presque le même groupe de personnes, et également rédigée par l’ancien membre du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche des États-Unis Jamie Metzl.
Ce n’est pas purement un hasard si ces deux soi-disant lettres ouvertes ont été publiées, l’une à la veille de la publication par l’OMS du rapport d’étude conjointe sur le traçage de l’origine de la COVID-19 et l’autre après la publication du rapport.
L’objectif de ces lettres est évident : c’est justement pour faire pression sur l’OMS et le groupe d’experts.
Leurs actes visent-ils à formuler des remarques et des suggestions pour les recherches sur l’origine du virus dans une attitude scientifique et professionnelle, ou à cibler un pays spécifique avec présomption de culpabilité ? Je pense que tout le monde le voit clairement.
La partie chinoise a fourni un soutien humain et matériel substantiel à la mission conjointe dans ses études sur l’origine du virus en Chine, pleinement respecté les demandes de visites proposées de manière indépendante par le groupe d’experts et fait de son mieux pour y répondre.
Le groupe d’experts a également apprécié l’ouverture et la transparence de la partie chinoise. Oui, il est vrai que le travail de traçage a été perturbé par des facteurs politiques, mais cela ne vient pas de la Chine, mais de certains pays comme les États-Unis.
Ils s’obstinent à politiser les questions liées au traçage de l’origine du virus, à saper la coopération entre la Chine et l’OMS en y interférant, à attaquer et à calomnier la Chine, et à remettre en question de manière flagrante l’indépendance des scientifiques et les conclusions des recherches scientifiques.
Cela non seulement nuit à la coopération mondiale en matière de traçage de l’origine du virus, mais aussi affecte les efforts mondiaux dans la lutte contre la pandémie.
En ce qui concerne la question de « la fuite de laboratoire », au cours de cette recherche conjointe sur l’origine du virus, la mission conjointe a visité des institutions telles que le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) de la province du Hubei, le CDC municipal de Wuhan et l’Institut de virologie de Wuhan, ainsi que divers laboratoires de biosécurité, tout en menant des échanges scientifiques approfondis et francs avec des experts des institutions concernées.
Après les visites sur le terrain et des études approfondies en Chine, le groupe d’experts est convenu à l’unanimité que l’hypothèse selon laquelle le virus se serait échappé d’un incident de laboratoire chinois était extrêmement improbable. Bien entendu, si des pistes et des preuves sont trouvées dans d’autres régions du monde, il s’agira d’une autre affaire.
Nous espérons que toutes les parties concernées, y compris les États-Unis, à l’instar de la Chine, adopteront une attitude scientifique et coopérative, mèneront avec l’OMS une coopération en matière de traçage de l’origine du virus, et inviteront les experts de l’OMS à mener des études de traçage dans leurs pays.

Récemment, j’ai remarqué que la Russie avait de nouveau exprimé sa préoccupation, qui est en fait partagée par de nombreux pays, au sujet des activités de militarisation biologique menées par les États-Unis sur leur propre territoire, en particulier dans le Fort Detrick, et dans d’autres pays tels que l’Ukraine.
La Chine a également souligné à plusieurs reprises que les activités concernées des États-Unis manquaient de transparence, de sûreté et de légitimité.
Prenons l’exemple de l’Ukraine, qui a été mentionnée par la partie russe. Selon des reportages publiés, rien qu’en Ukraine – les États-Unis ont installé 16 laboratoires biologiques.
Pourquoi les États-Unis ont-ils besoin de construire autant de laboratoires à travers le monde ? Quelles sont les activités menées par l’armée américaine dans ces laboratoires et dans le Fort Detrick ?

cadre de la Convention sur les armes biologiques (CAB),

Étant donné que les États-Unis est le seul pays à s’opposer à la mise en place d’un mécanisme de vérification dans le cadre de la Convention sur les armes biologiques (CAB), pourquoi ont-ils fait ça ? Est-ce parce qu’il y a des endroits dans ces laboratoires et ces bases où les États-Unis n’osent pas accepter les vérifications internationales ?
Nous appelons une fois de plus la partie américaine à répondre efficacement et de manière responsable aux préoccupations de la communauté internationale, à fournir une clarification complète de ses activités de militarisation biologiques dans le pays et à l’étranger, et à cesser d’empêcher la mise en place d’un mécanisme de vérification dans le cadre de la CAB.

5

Prasar Bharati : Vous avez mentionné le 11e cycle de pourparlers au niveau des commandants d’armée entre l’Inde et la Chine. La date précise a-t-elle été fixée ? Vous avez également dit que la responsabilité incombe à l’Inde, mais la position exprimée par l’Inde est que les deux pays devraient tous rétablir le statu quo ante d’avant 2020. La Chine prendra-t-elle en considération la proposition de l’Inde ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne la date précise du prochain cycle de pourparlers, je n’ai pas d’autres informations à vous fournir. Quant à la proposition de l’Inde que vous avez mentionnée, je pense que c’est une question dont les deux parties devront aborder lors des pourparlers. Je viens d’exposer clairement la position de la Chine sur la question de la frontière entre la Chine et l’Inde.

6

The Paper : Selon des reportages, le 7 avril, le porte-parole du Département d’État américain Ned Price a déclaré que les États-Unis étaient profondément préoccupés par les « actes d’intimidation » persistants commis par la Chine dans le détroit de Taiwan et qu’ils étaient capables de résister aux forces militaires et à d’autres formes de « coercition » susceptibles de nuire à la sûreté de Taiwan. Le même jour, la marine américaine a déclaré dans un communiqué que le destroyer USS John S. McCain avait fait une traversée de routine du détroit de Taiwan et que l’armée américaine continuerait son survol, sa navigation et son opération partout où le droit international l’autorisait. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
U.S. State Department Spokesman Ned Price speaks during a news briefing at the State Department in Washington, Thursday, Feb. 25, 2021. (Nicholas Kamm/Pool via AP)
Zhao Lijian : La partie américaine accuse à tort la Chine de se livrer à l’intimidation et à la coercition. Néanmoins, cette étiquette ne peut jamais être attribuée à la Chine.
Premièrement, sur la question de Taiwan, qui est celui qui vraiment procède à l’intimidation et à la coercition ?
Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, Taiwan fait partie inaliénable du territoire chinois, et le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine. Tel est un fait fondamental reconnu par la communauté internationale.
Le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines, un engagement pris expressément par la partie américaine envers la Chine dans les trois communiqués conjoints sino-américains et une ligne rouge à ne pas franchir.
Récemment, des navires de guerre américains ont fait des actes de démonstration de muscles, de provocation et de perturbation dans le détroit de Taiwan, envoyant des signaux profondément erronés aux forces prônant l’« indépendance de Taiwan » et nuisant sérieusement à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. Je voudrais demander, est-ce que la Chine a envoyé des navires de guerre dans le golfe du Mexique pour faire étalage de sa puissance ?
https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2015/02/US-army-soldiers-veterans-formation.jpg  * La seule fois où les Etats-Unis sont demeurés 5 ans sans être en guerre (1935-40) fut durant la période isolationniste de la Grande Dépression. CF/url de l’article: http://www.infowars.com/america-has-been-at-war-93-of-the-time-222-out-of-239-years-since-1776/ 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71

Deuxièmement, à l’échelle mondiale, qui est celui qui vraiment recourt à l’intimidation et à la coercition ? Les États-Unis se sont-ils jamais contentés simplement de l’intimidation et de la coercition ?
Les États-Unis n’ont pas été en guerre pendant seulement 16 de leurs quelque 250 ans d’histoire, et ils possèdent plus de 800 bases militaires à l’étranger à travers le monde.
Les États-Unis sont restés le plus grand dépensier en matière militaire du monde pendant plusieurs années consécutives, soit 40% du total mondial.
Selon des reportages, au cours des trois décennies suivant la Guerre froide, les États-Unis ont lancé 228 interventions militaires et guerres, soit 7,6 par an en moyenne.
Ils ont utilisé un tube de lessive en poudre et une vidéo montée comme « preuves » pour déclencher la guerre contre deux pays souverains, l’Irak et la Syrie, causant de nombreuses victimes civiles et le déchirement d’innombrables familles.
Ils brandissent à tout propos le bâton des sanctions pour imposer des sanctions unilatérales et illégales à d’autres États souverains. Un haut fonctionnaire américain a dit, « nous avons commis des erreurs, mais nous faisons face aux défis au lieu de les ignorer ».
Alors, la première chose que les États-Unis devraient faire, c’est de présenter des excuses auprès des peuples d’Irak et de Syrie et d’assumer leurs responsabilités concernées. Je voudrais savoir, s’ils ne parviennent pas à le faire, comment les États-Unis peuvent-ils prétendre « faire face aux défis au lieu de les ignorer » ?
Je tiens à réitérer que la Chine n’a aucune intention d’intimider ni de contraindre quiconque, et parallèlement, elle n’a pas peur d’être intimidée ni d’être contrainte par quiconque. La Chine a une ferme volonté et les capacités suffisantes pour sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays.
La partie américaine doit prendre pleine conscience de la haute sensibilité de la question de Taiwan, respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, rompre avec des actes dangereux consistant à « franchir la ligne rouge » ou à « jouer avec le feu », traiter prudemment et adéquatement les questions liées à Taiwan et s’abstenir d’envoyer tout signal erroné aux forces prônant l’« indépendance de Taiwan », afin de ne pas compromettre gravement ses propres intérêts ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

7

RIA Novosti : L’un des activistes de l’opposition de Hong Kong Nathan Law Kwun-chung, recherché par la police de Hong Kong pour avoir violé la Loi sur la sécurité nationale, a déclaré que le Ministère britannique de l’Intérieur avait approuvé sa demande d’asile. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères ?

Nathan Law Kwun-chung,

Zhao Lijian : La personne que vous avez mentionnée est un suspect criminel recherché par la police de Hong Kong. Nous nous opposons résolument à l’asile des criminels par tout pays, organisation et individu de quelque manière que ce soit. Si la partie britannique défend de manière flagrante les personnes prônant l’« indépendance de Hong Kong » et fournit un prétendu asile aux criminels recherchés, il s’agira d’une ingérence grossière dans la justice de Hong Kong, ce qui violera le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et aussi le principe de l’État de droit que la partie britannique a toujours vanté. La partie britannique devra immédiatement corriger ses erreurs et cesser de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.

8

Bloomberg : Twitter a lancé jeudi un emoji de l’« Alliance du thé au lait », affirmant que celle-ci était devenue un « mouvement démocratique mondial ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : La prétendue organisation que vous avez mentionnée a toujours poursuivi une position antichinoise et est pleine de préjugés contre la Chine. Nous nous y opposons fermement.

9

Bloomberg : Selon Taiwan, le gouvernement chinois a dit que si le Paraguay « rompait ses relations diplomatiques » avec Taiwan, il recevrait une assistance en matière de vaccins de la Chine. Mais l’Inde a déjà fourni des vaccins au Paraguay. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?
Zhao Lijian : « Mesurer les autres à son aune » est une pratique courante des autorités taiwanaises.
L’épidémie ne connaît pas de frontière et le grand amour transcende les frontières. À la demande d’autres pays, la Chine leur fournit des aides en matière de vaccins, ce qui fait partie de sa participation active aux efforts de la coopération internationale contre l’épidémie. Nous n’avons rien à cacher, et sommes entièrement différents des autorités de Taiwan qui tentent d’utiliser l’argent pour acheter un prétendu « espace international », ce qui est une machination maladroite.
Nous tenons à avertir solennellement les autorités taiwanaises que les vaccins sont un bon médicament pour lutter contre la COVID-19 et sauver des vies, et non un outil de manipulation politique. La « recherche de l’indépendance à travers l’épidémie » ou la « diplomatie de l’argent » n’aboutiront qu’à une impasse.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1868062.shtml

Conférence de presse du 9 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

10

CCTV : Récemment, le porte-parole de la présidence philippine Harry Roque a déclaré que la Chine et les Philippines résoudraient les questions liées à Niu’e Jiao par le canal diplomatique et des moyens pacifiques, et qu’aucune divergence entre les Philippines et la Chine ne pourrait définir leurs relations bilatérales et non plus empêcher le développement de leurs relations bilatérales d’amitié sur une voie positive en général. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

le-parlementaire-et-ancien-avocat-harry-roque-lors-d-un-proces-a-manille-le-15-juin-2011

Zhao Lijian : La Chine et les Philippines sont pays voisins et amis, et leur coopération d’amitié dépasse largement leurs divergences maritimes. La Chine continuera, comme par le passé, de s’engager à travailler avec les Philippines pour gérer adéquatement les divergences par des négociations amicales, promouvoir la coopération, renforcer la confiance mutuelle et préserver l’intérêt général des relations bilatérales ainsi que la paix et la stabilité maritimes.

11

The Paper : Selon des reportages, le gouvernement japonais prévoit de tenir une réunion du Cabinet le 13 avril, heure locale, au cours de laquelle il déciderait de rejeter l’eau contaminée à la mer. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : L’accident nucléaire de Fukushima au Japon, qui a causé la fuite de substances radioactives, a déjà eu des effets considérables sur l’environnement marin, la sécurité alimentaire et la santé humaine.
Le gouvernement japonais doit adopter une attitude hautement responsable envers son propre peuple, ses pays voisins et la communauté internationale, évaluer de manière approfondie l’impact possible du plan de traitement de l’eau contaminée contenant du tritium de la centrale nucléaire de Fukushima, prendre l’initiative de divulguer des informations de manière draconienne, précise, ouverte et transparente en temps voulu, et prendre prudemment des décisions sur la base d’amples consultations avec les pays voisins.

12

China News Service : Les parties concernées du Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA) mènent une négociation à Vienne sur la reprise des engagements par les États-Unis et l’Iran. Comment la Chine voit-elle la situation actuelle du dossier nucléaire iranien et les perspectives de la négociation ? Quel est le rôle joué par la partie chinoise dans la négociation ?

Zhao Lijian : La situation de la question nucléaire iranienne se trouve actuellement à un stade clé. Toutes les parties concernées du PAGC-JCPOA mènent, à Vienne, des discussions sur la levée de sanctions par la partie américaine et la reprise des engagements par la partie iranienne, et maintiennent des interactions avec la partie américaine de manière appropriée. La Chine espère que toutes les parties consolideront et poursuivront l’élan positif actuel et parviendront rapidement à un consensus sur le projet permettant aux États-Unis et à l’Iran de reprendre la mise en œuvre de l’accord.
L’origine de la tension persistante dans le dossier nucléaire iranien réside dans le retrait du PAGC-JCPOA de la précédente administration américaine et sa pression extrême sur l’Iran. Le nœud doit être dénoué par celui qui l’a fait. La partie américaine devrait revenir dans le PAGC-JCPOA dans les meilleurs délais et sans condition et lever toutes les sanctions concernées, y compris son exterritorialité dans une tierce partie, et sur cette base, l’Iran reprendrait tous ses engagements de manière réciproque. Toutes les parties concernées devraient reconnaître les tenants et les aboutissants à cet égard, exhorter les États-Unis à prendre des mesures efficaces pour lever les sanctions, guider l’Iran afin qu’elle aille dans le même sens et remettre rapidement le PAGC-JCPOA sur les bons rails.
La Chine préserve fermement et depuis toujours l’autorité et l’efficacité du PAGC-JCPOA, ainsi que le système de non-prolifération international et la paix et la stabilité au Moyen-Orient.
La Chine a apporté une contribution majeure à la conclusion de l’accord, surmonté les difficultés pour s’acquitter résolument de ses obligations dans ce cadre, et maintenu une communication et une coordination étroites avec les autres parties concernées pour promouvoir activement la mise en œuvre intégrale et efficace du PAGC-JCPOA.
La Chine participe activement aux négociations sur la reprise des engagements par les États-Unis et l’Iran, et continuera à jouer un rôle constructif pour faire progresser le processus de règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne. Dans le même temps, la Chine défendra fermement ses droits et intérêts légaux.

13

AFP : Selon le reportage d’un média local du Myanmar, l’Ambassade de Chine au Myanmar a parlé pour la première fois avec des parlementaires déchus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Le Ministère des Affaires étrangères pourrait-il le confirmer ?

Alors que dans l’histoire, les Chinois ont souvent été ostracisés en Birmanie, leur intérêt stratégique matérialisé par une double conduite de gaz et de pétrole reliant le golfe du Bengale au Yunnan, les pousse à toujours s’ajuster au pouvoir en place pour préserver la stabilité politique du pays.CF/ https://www.questionchine.net/menaces-contre-les-interets-chinois-au-myanmar
Zhao Lijian : La Chine et le Myanmar sont des frères unis par l’amitié « pauk-phaw » et liés par des montagnes et des eaux, et forment une communauté d’avenir partagé pour le meilleur comme pour le pire. La politique d’amitié de la Chine envers le Myanmar est pour tout le peuple du Myanmar. La partie chinoise maintient des échanges d’amitié depuis longtemps avec tous les partis politiques du Myanmar et l’amitié envers la Chine constitue depuis toujours un consensus de tous les milieux du Myanmar.
La Chine se préoccupe de la situation actuelle au Myanmar, et espère que toutes les parties concernées au Myanmar rechercheront le plus tôt possible une entente politique au travers du dialogue dans le cadre constitutionnel et juridique, et continueront de faire avancer le processus de transition démocratique durement gagné et adapté aux réalités du Myanmar. La partie chinoise poursuivra ses contacts et communications par son propre moyen avec toutes les parties concernées au Myanmar, afin de promouvoir le retour à la stabilité et la désescalade de la situation au Myanmar dans les plus brefs délais.

14

Bloomberg : Les États-Unis ont ajouté sept nouvelles entreprises chinoises spécialisées dans les supercalculateurs à leur liste d’entités vers lesquelles les entreprises américaines sont interdites d’exporter. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à cela ?

Le centre de calcul chinois qui vient d’être inauguré à Jinan abrite le nouveau supercalculateur national du pays, baptisé Divinité bleue. D’une puissance annoncée de 1,07 pétaflops en pic et 0,796 pétaflops en puissance continue, celle-ci se classerait au 13e rang des ordinateurs les plus puissants de la planète, le Top500. Une performance solide, mais qui n’a plus rien d’un record mondial, la Chine disposant déjà d’un supercalculateur bien plus puissant, le Tianhe-1A, de 2,56 pétaflops
CF/ https://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/un-processeur-100pour-cent-chinois-pour-le-supercalculateur-divinite-bleue-545704.html

Zhao Lijian : Pour maintenir le monopole et l’hégémonie scientifiques et technologiques des États-Unis et contenir le développement de la Chine, l’administration américaine a abusé à plusieurs reprises du concept de sécurité nationale, du pouvoir d’État et de la « liste d’entités », et recouru à tous les moyens pour réprimer de façon malveillante les entreprises chinoises de haute technologie. La Chine s’y oppose résolument.
Les États-Unis imposent depuis longtemps un blocus technologique à la Chine dans le domaine des supercalculateurs, mais les supercalculateurs chinois se hissent quand-même au premier rang mondial grâce à l’innovation indépendante.
Les restrictions et répressions des États-Unis, au lieu d’endiguer le développement scientifique et technologique de la Chine, ne feront que raffermir davantage la détermination et la volonté de la Chine à s’engager dans l’innovation indépendante. En réponse aux mesures concernées des États-Unis, la Chine prendra des mesures nécessaires pour sauvegarder résolument les droits et intérêts légaux des entreprises chinoises.

15

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, la 30e réunion ministérielle sur le changement climatique du groupe BASIC (le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde et la Chine) s’est terminée le 8 avril avec la publication d’une déclaration conjointe sur le changement climatique. Pourriez-vous nous donner plus d’informations sur la réunion et les résultats obtenus ?

 la 30e réunion ministérielle sur le changement climatique du groupe BASIC (le Brésil – l’Afrique du Sud- l’Inde et la Chine)

https://i1.wp.com/french.peopledaily.com.cn/NMediaFile/2015/1204/FOREIGN201512040824000505586290353.jpg

Le mécanisme coopératif des pays du groupe BASIC, formé en 2009, a fait des « contributions importantes à la signature réussie de l’Accord de Paris et sa mise en oeuvre précoce », a annoncé Xie Zhenhua – représentant spécial de la Chine pour les questions liées au changement climatique, lors d’une conférence de presse de la 24e réunion ministérielle sur le changement climatique des pays du groupe BASIC de deux jours organisée à Beijing CF/ http://french.peopledaily.com.cn/n3/2017/0413/c96851-9202158.html

Zhao Lijian : La 30e réunion ministérielle sur le changement climatique du groupe BASIC s’est tenue par liaison vidéo les 7 et 8 avril.
Organisée par l’Inde, pays qui assume la présidence tournante du groupe, la réunion a vu la participation des Ministres de l’Environnement de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud ainsi que du Ministre chinois de l’Écologie et de l’Environnement Huang Runqiu et de l’Envoyé spécial de la Chine pour le changement climatique Xie Zhenhua, qui y ont prononcé chacun un discours. La réunion a examiné et adopté une déclaration conjointe, émettant un signal fort du renforcement de la réponse solidaire et active des pays en développement au changement climatique.
Lors de la réunion, les Ministres des quatre pays ont réitéré qu’il fallait poursuivre le multilatéralisme et promouvoir la mise en œuvre complète et efficace de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et de l’Accord de Paris.
Ils ont souligné que dans la coopération internationale contre le changement climatique, il fallait s’en tenir au principe des responsabilités communes mais différenciées, et que les pays devraient déterminer indépendamment leurs contributions à la réduction des émissions.
Ils ont appelé les pays développés à s’acquitter effectivement de leurs obligations à l’égard de la réduction des émissions, à intensifier leurs actions en cette matière, à combler le fossé de la réduction des émissions d’avant 2020, à honorer leurs promesses de financement et à renforcer leur soutien aux pays en développement en matière de capital, de technologies et de construction des capacités.
Ils ont également exprimé leur grave préoccupation quant aux mesures commerciales discriminatoires telles que l’ajustement carbone aux frontières.
Le groupe BASIC est un important mécanisme de coopération sur le changement climatique établi par la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud.
Le groupe parle activement au nom des pays en développement dans les négociations et joue un rôle constructif majeur pour faire avancer le processus de négociations multilatérales. Confrontés à des tâches lourdes comme la lutte contre la COVID-19 et la promotion d’un développement socio-économique durable, les pays en développement, dont la Chine, ont fait de leur mieux pour répondre activement au changement climatique, démontrant ainsi leur sens des responsabilités.
Nous espérons que la communauté internationale pourra déployer des efforts concertés pour promouvoir un mécanisme de gouvernance climatique équitable, raisonnable, coopératif et gagnant-gagnant, afin de créer un avenir meilleur pour notre postérité.

16

AFP : Récemment, certains sénateurs américains ont déposé une proposition visant à prendre des mesures plus dures contre les actes chinois accusés de vols de droits de propriété intellectuelle (DPI). La proposition a également indiqué que les États-Unis devraient traiter Taiwan comme un « gouvernement étranger » en matière de dénomination et de protocole. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Zhao Lijian : La position de la Chine sur les relations sino-américaines, la protection des DPI et les questions liées à Taiwan est claire.
Les sénateurs concernés des États-Unis doivent considérer de façon objective et rationnelle la Chine et les relations sino-américaines, respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, abandonner la mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle, cesser de promouvoir l’examen des propositions négatives qui interfèrent dans les affaires intérieures de la Chine et nuisent aux intérêts de la Chine, et faire davantage de choses favorables au développement sain et régulier des relations sino-américaines.

17

Reuters : Récemment, le Secrétaire d’État américain et le Ministre philippin des Affaires étrangères ont exprimé leurs préoccupations quant aux « navires de la milice chinoise » en Mer de Chine méridionale. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à cela ?
Zhao Lijian : Ces derniers jours, nous avons exprimé à plusieurs reprises la position de la Chine sur les questions concernées. Niu’e Jiao fait partie des îles Nansha de la Chine, et il est raisonnable, légal et irréprochable pour les navires de pêche chinois d’opérer et de trouver refuge au large de Niu’e Jiao.

Les États-Unis, au mépris des faits, s’obstinent à qualifier les navires de pêche chinois de « navires de la milice maritime », font référence plusieurs fois à la décision rendue par le tribunal de l’arbitrage relatif à la Mer de Chine méridionale qui est illégale, nulle et non avenue, et tentent de nier la souveraineté ainsi que les droits et intérêts de la Chine en Mer de Chine méridionale. Cela est plein d’arrière-pensées et est voué à l’échec.
Actuellement, la situation en Mer de Chine méridionale est dans l’ensemble stable et la partie chinoise maintient des communications étroites avec la partie philippine sur les questions concernées.
Nous avons remarqué que le Président philippin Rodrigo Duterte avait déclaré récemment que la partie philippine continuerait de résoudre de façon pacifique les questions concernées par le canal diplomatique.
La Chine exhorte la partie américaine à respecter les efforts des pays de la région visant à gérer adéquatement les divergences et à préserver la stabilité de la situation en Mer de Chine méridionale, et à cesser de semer la discorde.

18

RIA Novosti : Deux membres du Comité des relations extérieures du Sénat des États-Unis ont déposé hier une proposition, avançant des principes de base et des initiatives sur la manière dont les États-Unis mènent une concurrence stratégique avec la Chine, et critiquant la Chine d’avoir profité de son influence politique, diplomatique, économique, militaire et idéologique pour devenir un rival stratégique des États-Unis. Le Comité des relations extérieures examinera cette proposition le 14 avril. Quels sont les commentaires de la Chine ?
Zhao Lijian : La Chine s’oppose fermement à la proposition concernée déposée par les sénateurs concernés. La position de la Chine sur les relations sino-américaines et les questions liées au commerce, au Xinjiang, à Hong Kong et à Taiwan est constante.
Je tiens à réitérer que la Chine s’engage à développer avec les États-Unis une relation marquée par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant.
Dans le même temps, la Chine continuera de sauvegarder résolument la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays. Les personnes concernées aux États-Unis sont appelées à voir la Chine et les relations sino-américaines de manière objective et rationnelle et à cesser de faire avancer la proposition négative liée à la Chine.

19

Bloomberg : Twitter a lancé jeudi un emoji de l’« Alliance du thé au lait », ce qui a été interprété comme un soutien à ce mouvement et un appel à l’attention mondiale sur le « mouvement démocratique mondial ». Quels sont les commentaires de la Chine sur l’acte de Twitter ?
Zhao Lijian : J’ai déjà répondu à cette question hier. La soi-disant « alliance » que vous avez mentionnée a toujours une position antichinoise et fait de temps en temps du bruit sur les questions liées à la Chine. En ce qui concerne l’attitude de la plateforme des réseaux sociaux à l’égard de cette soi-disant « alliance », vous devez vous adresser directement à l’entreprise concernée.
Ce que je peux vous dire, c’est que le cyberespace n’est pas un espace hors la loi, et les rumeurs, les fausses informations, la pornographie, la violence et le terrorisme sur Internet sont des fléaux d’Internet. Tous les opérateurs des réseaux sociaux ont la responsabilité de lutter contre ces informations illégales en ligne.

*******************************************************

En raison de la tenue d’un événement de promotion mondiale du Hubei par le Ministère des Affaires étrangères, les conférences de presse régulières du Ministère des Affaires étrangères seront suspendues le lundi 12 avril et reprendront le mardi 13 avril. Pendant ce temps-là, vous pourrez poser vos questions au Bureau des porte-parole par fax, mail ou WeChat.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1868587.shtml

Conférence de presse du 13 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

20

CCTV : Le 11 avril, le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré dans une interview qu’au début de l’apparition de l’épidémie de COVID-19, la Chine n’avait pas fait ce qu’elle devait faire, et qu’elle n’avait pas, par exemple, laissé venir en Chine dans les premiers jours les experts internationaux, partagé en temps opportun les informations et garanti une réelle transparence. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

 le Secrétaire d’État américain Antony Blinken

Zhao Lijian : Face à la COVID-19, jusqu’alors inconnue, et à sa survenue, le gouvernement chinois insiste toujours sur la primauté du peuple et de la vie et a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus drastiques, partagé sans la moindre réserve ses expériences en matière de prévention, de contrôle, de diagnostic et de traitement, défendu un front crucial pour la prévention et le contrôle de l’épidémie du monde et gagné un temps précieux pour divers pays dans leur lutte contre l’épidémie.
Quatre mots clés peuvent décrire les efforts de la Chine dans la lutte contre l’épidémie : ouverture, transparence, science et responsabilité.
Dans le même temps, il y a quatre autres mots pour les États-Unis : recherche de boucs émissaires, rejet de la responsabilité sur autrui, stigmatisation et politisation.
Certaines personnes aux États-Unis n’hésitent jamais à critiquer la Chine quand on parle de la pandémie. Cette pratique est extrêmement immorale et irresponsable. La Chine ne l’acceptera jamais.
Depuis le 3 janvier 2020, la Chine a régulièrement, activement et en temps opportun informé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) des informations de l’épidémie. Le 4 janvier, des responsables des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) chinois et américain se sont entretenus par téléphone et ont échangé des informations sur l’épidémie.
Des experts de l’OMS se sont rendus en Chine à trois reprises pour effectuer des échanges et communications sur les sujets concernés, y compris la recherche en matière de traçage de l’origine du virus. Ils ont apprécié positivement l’ouverture et la transparence de la Chine. On ne peut jamais réveiller celui qui fait semblant de dormir.
Certaines personnes aux États-Unis profitent de l’épidémie pour faire des manipulations politiques et stigmatiser la Chine, et ne se soucient point des faits et de la vérité. La communauté internationale le voit clairement.
Aux États-Unis, près de 30 millions de cas de COVID-19 ont été recensés et plus de 560 000 décès enregistrés, soit respectivement 300 fois et plus de 110 fois plus que les chiffres de la Chine.

https://media.sudouest.fr/1574126/1000x500/so-6009100766a4bd1f40392e6b-ph0.jpg

Des drapeaux en hommage aux 400 000 victimes du Covid, autour du grand bassin de la vaste esplanade du « National Mall » à Washington. © Crédit photo : AFP CF/ https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/monde/etats-unis-plus-de-morts-du-covid-que-de-soldats-tues-pendant-la-seconde-guerre-mondiale-1574126.php

Les morts dues à la COVID-19 aux États-Unis sont plus nombreuses que le total des décès de l’armée américaine pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Viet Nam.
La réponse des États-Unis à l’épidémie ne peut plus être pire et est un échec lamentable. Par contre, la Chine a obtenu des acquis stratégiques majeurs dans sa lutte contre le virus. Je me demande d’où viennent la confiance et l’audace de certains politiciens aux États-Unis qui se vantent des droits de l’homme au style américain et critiquent la réponse de la Chine à l’épidémie.
J’ai aussi d’autres questions pour les États-Unis : qu’est-ce qu’ils ont fait pour les « lanceurs d’alerte » comme Dr Helen Chu, Dr Rick Bright et le capitaine Brette Crozier ?
Comment réagiront-ils aux indices fournis par le maire de Belleville, dans le New Jersey, et des fonctionnaires des services de la Santé dans le comté de Santa Clara, en Californie, révélant que la pandémie a peut-être commencé plus tôt ?
Ont-ils une explication pour tous les doutes sur Fort Detrick qui préoccupent la communauté internationale ?
Quand les États-Unis vont-ils inviter les experts de l’OMS à se rendre aux États-Unis pour entamer des recherches en matière de traçage de l’origine du virus ?
Comment les États-Unis réagiront-ils à toutes ces responsabilités ratées et toutes ces questions éludées ?
Il est aux États-Unis de donner une réponse.

21

HRTN : Hier, le Ministère des Affaires étrangères a organisé un événement de présentation du Hubei au monde, qui était la plus grande séance de promotion regroupant le plus d’envoyés diplomatiques et de représentants étrangers jusqu’à présent. Comment évaluez-vous cet événement ? Quel est le futur plan du Ministère pour aider le Hubei à se faire connaître davantage sur la scène mondiale ?

Zhao Lijian : Cet événement spécial de présentation du Hubei au monde est la première séance de promotion des collectivités territoriales chinoises au monde organisée par le Ministère des Affaires étrangères depuis le début de la COVID-19. 122 Ambassadeurs et Chargés d’affaires par intérim étrangers en Chine étaient présents lors de l’événement d’hier qui était couronné d’un plein succès.
Cet événement a présenté globalement au reste du monde les énormes sacrifices consentis par les habitants héroïques du Hubei et de Wuhan pour la victoire nationale contre le virus ainsi que leur contribution importante à la riposte sanitaire à l’échelle mondiale sous la direction ferme du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) ayant le camarade Xi Jinping comme son noyau dirigeant.
Il a également démontré les principaux accomplissements réalisés par le Hubei dans la réalisation d’un développement socio-économique régulier à partir de la promotion de la reprise dans la période après-COVID-19 ainsi que dans la victoire de qualité dans la lutte décisive contre la pauvreté et dans l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance. La séance de promotion a également illustré la conviction ferme de la Chine de conjuguer ses efforts avec les autres pays pour surmonter finalement la pandémie, promouvoir la reprise économique mondiale et construire une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.
Les Chefs de missions diplomatiques présents à l’événement ont chaleureusement félicité l’un après l’autre le Hubei et Wuhan pour les résultats obtenus dans la lutte contre la COVID-19 et la reprise économique, ont grandement apprécié l’idée de la primauté du peuple et de la vie ainsi que l’esprit selon lequel « quand un sinistre se produit quelque part, on porte secours de toutes parts », et ont émis le souhait d’approfondir les échanges et la coopération avec le Hubei et Wuhan dans des domaines tels que l’économie, le commerce, les sciences et technologies, l’éducation ainsi que dans les échanges humains et culturels.
Quant au suivi de cet événement dédié à la présentation du Hubei au monde, le Ministère invitera des délégations de Chefs de missions diplomatiques et de correspondants étrangers en Chine pour des visites au Hubei, afin d’aider la communauté internationale à approfondir les connaissances sur le Hubei et Wuhan, à exploiter des opportunités de coopération et à élargir l’espace de coopération, et de créer une plateforme pour l’ouverture et le développement du Hubei.

22

Global Times : Nous avons remarqué dans des reportages que le Directeur du CDC chinois Gao Fu avait déclaré lors de la Conférence nationale sur les vaccins et la santé tenue le 10 avril que le taux de protection des vaccins chinois n’était pas très élevé et qu’il fallait envisager l’utilisation des vaccins de différentes lignes techniques pour une vaccination complémentaire et alternative. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://i.ytimg.com/vi/2BNopEx6wy8/maxresdefault.jpg

Zhao Lijian : Nous avons remarqué que le Directeur du CDC chinois Gao Fu y a réagi en soulignant que les reportages des médias concernés étaient complètement un « malentendu ». Les vaccins sont utilisés pour lutter contre l’épidémie et sauver des vies.
Les reportages des médias concernés doivent adhérer à l’attitude scientifique et objective. Ils ne doivent pas faire la citation sélective sans tenir compte du contexte, et encore moins déformer délibérément le vrai sens. Sinon, l’opinion publique sera manipulée et des vies seront mises à risque.

23

Shenzhen TV : Le site Web du gouvernement canadien a récemment mis à jour l’avertissement aux voyageurs pour la Chine, ajoutant les risques de sécurité dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, affirmant que le gouvernement chinois détenait de plus en plus de minorités ethniques et musulmanes dans la région sans respecter les procédures légales, que des proches de citoyens canadiens de nationalité chinoise avaient été détenus, et que les citoyens canadiens qui se rendaient au Xinjiang risqueraient d’être détenus de façon arbitraire. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://travel.gc.ca/vt/custom/images/fb-opengraph-icon.jpg

 

Zhao Lijian : L’avertissement aux voyageurs de la partie canadienne est sans aucun fondement.
Nous avons réfuté à plusieurs reprises les mensonges liés au Xinjiang fabriqués à partir de rien par certaines organisations et personnes aux États-Unis et dans des pays occidentaux. À l’heure actuelle, la société du Xinjiang est harmonieuse et stable, l’économie y continue de se développer et la vie des gens s’y est considérablement améliorée. Les personnes de tous les groupes ethniques jouissent pleinement de divers droits tels que le droit à la survie et le droit au développement.
La Chine est un État de droit et traite les affaires en stricte conformité avec la loi. Les citoyens étrangers en Chine, y compris les citoyens canadiens, n’ont rien à craindre tant qu’ils respectent les lois et les règlements. Ces dernières années, le Xinjiang a battu plusieurs fois le record de nombre de touristes chinois et étrangers accueillis, et le nombre a dépassé 200 millions en 2019. Nous invitons plus d’étrangers à visiter le Xinjiang pour connaître la situation réelle au Xinjiang. Les mensonges et fausses informations ne tiendront pas devant les faits et la vérité.

24

AFP : Selon des reportages, des pirates informatiques depuis la Russie et la Chine ont lancé des attaques contre une plateforme française de cours en ligne, provoquant la paralysie de la plateforme au début du nouveau confinement national en France la semaine dernière. La Chine a-t-elle remarqué cette situation ? Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les reportages concernés. La Chine s’oppose toujours aux cyberattaques sous toutes leurs formes. Le traçage de l’origine des cyberattaques est une question technique très complexe, et le pays d’origine de l’attaque n’est souvent pas le pays qui l’a lancée. Nous avons noté que le reportage indiquait également qu’il n’était pas tout à fait certain que l’attaque avait été lancée par la Chine.
Si la France a besoin de mener des enquêtes concernées et de fournir des données concernées, la Chine est disposée à coopérer avec elle sur la base de l’égalité et du bénéfice mutuel pour répondre conjointement à la menace des pirates informatiques.

25

RCI : Selon des reportages, le 8 avril, la 29e Cour de félonie d’Istanbul en Turquie a donné son jugement et a décidé de rejeter la demande de la Chine d’extrader Abudukadir Yapuquan, suspect criminel d’activités terroristes du « Turkestan oriental ». La Cour a également levé le contrôle judiciaire et les restrictions de sortie contre Yapuquan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Comment réagira-t-elle à cela ?

le-mouvement-islamique-du-turkestan-oriental-mito

Le Parti islamique du Turkestan (PIT), aussi appelé le Mouvement islamique du Turkestan oriental (Doğu Türkistan İslâm Hareketi, MITO, anglais : East Turkestan Islamic Movement, ETIM) est une organisation militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste, active en Chine, au Pakistan et en Syrie lors de la guerre civile syrienne. CF/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_islamique_du_Turkestan

Zhao Lijian : Le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » (MITO) est une organisation terroriste répertoriée par le Conseil de Sécurité de l’ONU et reconnue par la Turquie. Abudukadir Yapuquan est l’un des initiateurs du MITO.
Il a planifié et exécuté à maintes reprises des activités terroristes violentes en Chine, dont les preuves sont irréfutables. La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition au jugement rendu par la cour turque, et exhorte les parties concernées en Turquie à faire face à la nature terroriste violente d’Abudukadir Yapuquan, à modifier le mauvais jugement et à éviter que cette affaire n’ait un impact négatif grave sur la relation entre la Chine et la Turquie.

26

Kyodo News : Selon des reportages, l’Envoyé spécial du Président américain pour le climat John Kerry se rendra bientôt en Chine pour rencontrer l’Envoyé spécial de la Chine pour les changements climatiques Xie Zhenhua. Quand John Kerry viendra-t-il en Chine ? Quels sont les sujets de discussion spécifiques entre les deux parties ? Les États-Unis ont invité le Président Xi Jinping au Sommet mondial sur le changement climatique qui se tiendra le 22 avril. Le président Xi y assistera-t-il ?
Special Presidential Envoy for Climate John Kerry speaks during a press briefing at the White House, Wednesday, Jan. 27, 2021, in Washington. (AP Photo/Evan Vucci)

Zhao Lijian : Quant à vos deux questions, je n’ai aucune information à vous fournir pour le moment.

29

Beijing Daily : Ces derniers jours, le gouvernement britannique a annoncé une allocation de 43 millions de livres sterling pour aider les familles de Hong Kong immigrant au Royaume-Uni avec le visa des ressortissants britanniques (outre-mer) (BNO) en matière d’emploi, de logement et d’éducation pour leurs enfants. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Nous avons pris note des informations concernées. La Chine a pleinement exposé sa position à de nombreuses reprises sur les questions concernées. Le battage médiatique répété et la manipulation politique du Royaume-Uni sont hypocrites et voués à l’échec.

30

Agence de presse Xinhua : Le 11 avril, un référendum constitutionnel a été organisé au Kirghizistan. Selon les résultats préliminaires, le taux de participation a dépassé le seuil de 30% fixé par la loi, rendant le référendum valide. Près de 80% des voix exprimées sont en faveur de la nouvelle Constitution. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et le Kirghizistan sont des voisins amis et des partenaires stratégiques globaux. Nous félicitons le Kirghizistan pour la tenue réussie du référendum sur la nouvelle Constitution.
La Chine respecte toujours la voie de développement choisie par le peuple kirghiz en fonction de ses conditions nationales et s’oppose à toute ingérence des forces extérieures dans les affaires intérieures du Kirghizistan sous quelque prétexte que ce soit.
En tant que bon voisin, bon ami et bon partenaire, la Chine espère sincèrement que le Kirghizistan parviendra à la stabilité et au développement.

president-sadyr-japarov

Nous sommes convaincus que sous la direction du Président Sadyr Japarov, le peuple du Kirghizistan sera certainement en mesure de réaliser de nouveaux accomplissements dans la cause de la construction nationale et du redressement national. La Chine est disposée à travailler avec le Kirghizistan pour consolider davantage la confiance réciproque sur le plan politique et approfondir la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », et faire fructifier davantage le partenariat stratégique global entre la Chine et le Kirghizistan, afin de bénéficier aux deux peuples.

31

Bloomberg : Un responsable du Ministère philippin des Affaires étrangères a rencontré lundi l’Ambassadeur de Chine aux Philippines pour exprimer le mécontentement sur la présence de navires chinois près de Niu’e Jiao. De plus, les Philippines ont déployé plus de navires pour patrouiller en Mer de Chine méridionale. Quels sont les commentaires de la Chine ?

wang-yi-sentretient-avec-le-ministre-philippin-des-affaires-etrangeres-teodoro-locsin-2021

 Wang Yi est parvenu à un consensus avec le Ministre des Affaires étrangères Teodoro Locsin

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question liée à la Mer de Chine méridionale est constante et claire. La Chine est déterminée à défendre la souveraineté territoriale et les intérêts maritimes du pays, et entend travailler avec les Philippines pour gérer adéquatement le différend concerné par des consultations amicales et préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.
Nous avons remarqué que le Président Rodrigo Duterte avait récemment déclaré que la partie philippine continuerait à résoudre les questions concernées de façon pacifique et par le canal diplomatique.
Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi est parvenu à un consensus avec le Ministre des Affaires étrangères Teodoro Locsin sur la gestion adéquate du différend concerné lors de la récente visite en Chine de ce dernier. Nous espérons que certains fonctionnaires philippins cesseront d’en faire du battage et éviteront d’affecter les relations bilatérales ainsi que l’intérêt général de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale.

32

CNR : Le gouvernement japonais a décidé officiellement aujourd’hui de déverser en mer de l’eau contaminée issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Nous avons noté que la partie chinoise avait fait entendre sa voix à deux reprises pour exprimer ses préoccupations en la matière. Quels sont les commentaires de la Chine sur cette décision officielle prise par la partie japonaise ?

Zhao Lijian : Le 13 avril, le gouvernement japonais a décidé de rejeter à la mer de l’eau contaminée issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. En tant que voisin proche du Japon et partie prenante de l’affaire, la Chine y exprime ses graves préoccupations.
L’accident nucléaire de Fukushima est l’un des accidents nucléaires les plus graves de l’histoire du monde.
La fuite d’un grand nombre de matériaux radioactifs causée par celui-ci a exercé des impacts profonds et à long terme sur l’environnement maritime, la sécurité des aliments et la santé humaine.
Malgré les doutes et l’opposition à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, le Japon a décidé unilatéralement de rejeter à la mer de l’eau contaminée issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima avant d’épuiser tous les moyens sûrs de traitement et sans amples consultations avec les pays voisins et la communauté internationale.
Ceci est hautement irresponsable et affectera gravement la sécurité de la santé publique mondiale ainsi que les intérêts vitaux des habitants des pays voisins.
Les océans sont une propriété commune de l’humanité. Le traitement de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima n’est pas seulement un problème intérieur du Japon.
Nous exhortons vivement la partie japonaise à reconnaître sa responsabilité, à adhérer à l’attitude scientifique, à remplir ses obligations internationales et à répondre comme il se doit aux graves préoccupations de la communauté internationale, des pays voisins et de son propre peuple.
Il devrait réévaluer la question et ne devrait pas rejeter à sa guise de l’eau contaminée à la mer avant de parvenir à un consensus avec toutes les parties prenantes et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) par d’amples consultations.
La Chine continuera de suivre de très près l’évolution de la question avec la communauté internationale et se réserve le droit de donner davantage de réactions.

33

CNR : Le 12 avril, heure locale, le Département d’État américain a déclaré dans un communiqué que le gouvernement japonais avait été transparent dans sa décision de rejeter à la mer de l’eau contaminée de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, et semblait avoir adopté une approche en accord avec les normes de sûreté nucléaire internationalement reconnues. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Zhao Lijian : Le traitement de l’eau contaminée de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima du Japon met en jeu l’environnement marin, la sécurité des aliments et la santé humaine à l’échelle mondiale.
Des institutions et experts faisant autorité mondiale ont indiqué clairement que si l’eau contaminée au tritium de la centrale nucléaire de Fukushima était rejetée en mer, cela affecterait l’environnement marin et la santé des populations des pays voisins, et que l’eau contaminée traitée contenait toujours d’autres radionucléides et devrait être purifiée davantage.
La partie américaine accorde depuis toujours une grande attention aux questions environnementales. Nous espérons qu’elle restera objective sur cette question, pour que son engagement en faveur de la protection de l’environnement ne soit pas mis entre guillemets.

34

NHK : Une question également sur l’évacuation de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima. En général, les installations nucléaires produisent du tritium en fonctionnement normal, qui est dilué selon les normes nationales avant d’être rejeté dans la mer et dans l’air. Selon des reportages, de tels rejets de tritium ont été signalés dans des installations nucléaires à travers le monde, y compris en Corée du Sud, en Europe et aux États-Unis. En Chine, 42 000 milliards de becquerels de tritium ont été rejetés par la centrale nucléaire de Daya Bay en 2002. Le projet du gouvernement japonais consiste à diluer de l’eau contaminée à un septième de la norme de l’OMS avant de la rejeter. La plupart des opinions défavorables au Japon ne sont donc pas fondées sur l’impact sanitaire, mais sur les craintes de pertes économiques dues aux rejets. Je pense que cette question appelle un jugement scientifique et objectif. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Environ 1,23 million de tonnes d’eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d’un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire. Photo Kazuhiro NOGI / AFP

Environ 1,23 million de tonnes d’eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d’un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire. Photo Kazuhiro NOGI / AFP CF/ https://www.lavoixdunord.fr/879934/article/2020-10-16/le-japon-va-bientot-decider-de-rejeter-la-mer-de-l-eau-contaminee-de-fukushima

Zhao Lijian : L’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi après l’accident nucléaire du plus haut niveau est totalement différente des eaux usées produites par des centrales nucléaires en fonctionnement normal. Sinon, il n’aurait pas été nécessaire pour le Japon de sceller hermétiquement l’eau dans des réservoirs au cours des dernières années. Aucune comparaison ne peut être établie entre les deux.
Un précédent rapport d’examen de l’équipe d’experts de l’AIEA souligne que si l’eau contaminée contenant du tritium provenant de la centrale nucléaire de Fukushima est déversée dans la mer, elle affectera l’environnement marin et la santé des populations des pays voisins et que l’eau contaminée traitée contient encore d’autres radionucléides et nécessite une purification supplémentaire.
Un rapport du Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) estime également que l’impact de l’eau contaminée de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima sur l’écosystème marin nécessite une surveillance continue.
Selon un institut allemand de recherche scientifique marine, avec les courants les plus forts du monde le long de la côte de Fukushima, les matières radioactives pourraient se répandre dans la majeure partie de l’océan Pacifique en 57 jours à compter de la date du déversement, et atteindre tous les océans du monde en une décennie.
Les experts nucléaires de Greenpeace affirment que le carbone-14 dans l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima restera dangereux pendant des milliers d’années, et pourra potentiellement causer des dommages génétiques.
Le 12 avril, le Directeur général de l’AIEA Rafael Mariano Grossi a déclaré que l’AIEA avait pris note des préoccupations des parties concernées à ce sujet et compris l’attention mondiale portée à cette question. Selon lui, l’Agence est prête à promouvoir activement son évaluation et sa surveillance de la question d’une manière impartiale, objective et scientifique, et à renforcer la communication avec toutes les parties prenantes afin d’éviter toute nouvelle atteinte à l’environnement marin, à la sécurité des aliments et à la santé humaine.
La partie japonaise doit répondre avec honnêteté à ces avis d’institutions et d’experts faisant autorité au lieu de faire la sourde oreille, et encore moins de faire fi des intérêts publics mondiaux et de se contenter de déverser l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima dans la mer.

35

Reuters : Récemment, les services de renseignement canadiens ont déclaré que les activités d’espionnage et d’ingérence étrangères contre le Canada ont augmenté de manière significative en 2020, et ont désigné la Russie et la Chine comme des causes particulières de préoccupation. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Il me semble que la partie canadienne est en train de jouer le « voleur criant au vol ». A-t-elle des preuves ? Personne ne peut s’en prendre rageusement à autrui.

36

South China Morning Post : Le Monténégro a récemment déclaré qu’il était confronté à des difficultés de remboursement de la dette liée à un prêt de 1 milliard d’euros accordé par la Chine en 2014. La Commission européenne a déclaré lundi qu’elle refusait d’aider le Monténégro à rembourser cette dette. Le Vice-Premier Ministre du Monténégro a précédemment déclaré que l’Union européenne (UE) devrait aider le Monténégro, l’un des membres de l’UE, à éviter une dépendance vis-à-vis de la Chine. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ? Est-ce que la Chine a eu des contacts avec le Monténégro ou l’UE à ce sujet ?

 

Zhao Lijian : La partie chinoise a pris note des reportages concernés. La Chine entretient des relations d’amitié traditionnelles avec le Monténégro.
Ces dernières années, les relations bilatérales se sont développées de manière satisfaisante et la coopération pragmatique dans des domaines tels que la construction d’infrastructures de transport a été fructueuse.
Le projet auquel vous faites référence est un projet important pour le bien-être social du Monténégro, et est d’une grande importance pour la promotion du développement économique et social du pays. La Chine attache une grande importance au développement de ses relations avec le Monténégro et espère que nos deux pays travailleront ensemble pour promouvoir l’approfondissement de la coopération mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant au profit des peuples des deux pays.

 

37

Beijing Youth Daily : Le 11 avril, le Secrétaire d’État des États-Unis Antony Blinken a déclaré qu’il était convaincu que le traitement réservé par la Chine aux Ouïgours constituait un « génocide ». Il a dit que les États-Unis s’uniraient avec d’autres pays pour condamner conjointement les actes de la Chine et prendraient des mesures pour garantir qu’aucune entreprise ne fournit à la Chine les produits qui pourraient être utilisés pour réprimer les minorités ethniques. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Certaines personnes aux États-Unis ont répété sans cesse le mensonge du siècle selon lequel qu’il y avait un « génocide » au Xinjiang, et se sont creusées la tête pour diffamer et dénigrer la Chine, ce qui a pleinement révélé leur triple conspiration.
Premièrement, tenter de contenir la Chine par le Xinjiang en y créant des troubles. Le Xinjiang, une région immense et importante sur le plan géographique, est la zone centrale de la Ceinture économique de la Route de la soie et la porte d’entrée dans l’ouverture de la Chine vers l’ouest.
Sur les questions liées au Xinjiang, l’attitude insensée et les manœuvres insidieuses de certaines personnes de la partie américaine ont atteint un niveau sans précédent.
Les États-Unis ont commis un génocide contre les Amérindiens, fait la traite des noirs et les ont réduits en esclaves, et ont envahi ou sont intervenus dans des pays souverains de manière arbitraire. Les crimes qu’ils ont commis sont trop nombreux pour être énumérés, dont les preuves sont solides et accablantes.
Cependant, certaines personnes aux États-Unis ont inventé à partir de rien des mensonges sur les questions liées au Xinjiang tels que les « camps d’internement », le « génocide », le « travail forcé » et les « abus sexuels systématiques », avec des versions renouvelées sans cesse.
Maintenant, ils essaient même de noircir le coton blanc. Ces étiquettes sont toutes en fait celles des États-Unis, et ceux-ci feraient mieux de les garder pour eux-mêmes. Ce dont certaines personnes aux États-Unis se soucient, ce n’est pas du tout les faits et la vérité, mais leur tentative de réprimer l’industrie textile du coton au Xinjiang, d’y saper la prospérité et la stabilité et de ralentir le processus de développement de la Chine.

Deuxièmement, semer la dissension dans les relations entre la Chine et les pays musulmans.
Les États-Unis ne doivent pas oublier que, lors de la 46e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, ce sont justement 64 pays, dont l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte, l’Iran, la Syrie, le Pakistan et d’autres pays musulmans, qui ont fait entendre la voix commune en faveur de la Chine dans sa position sur les questions liées au Xinjiang.
Peu avant, le Secrétaire général de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et des Chefs de missions diplomatiques et diplomates de 21 pays en Chine ont visité le Xinjiang et déclaré qu’à travers leur expérience personnelle et ce qu’ils avaient vu et entendu, ils pensaient que les diffamations des forces antichinoises des États-Unis et de l’Occident contre le Xinjiang étaient sans aucun fondement, ils comprenaient et soutenaient les efforts déployés par le Xinjiang dans la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation, et ils appréciaient la stabilité et la prospérité économiques actuelles de la société du Xinjiang ainsi que ses réalisations sans précédent obtenues en matière de développement.
En réalité, les pays musulmans et des personnalités clairvoyantes de la communauté internationale ne croient pas du tout au complot diabolique des États-Unis visant à semer la discorde.
Le souci de certains aux États-Unis ne porte pas du tout sur les droits de l’homme au Xinjiang, mais sur leur tentative d’exploiter les sentiments religieux de la population musulmane afin d’enfoncer un coin entre la Chine et les pays musulmans.
https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/illustrations/article/2010/09/1036/1036-1036USAMusulmans.jpg?itok=WCixvqVB CF/ https://www.courrierinternational.com/article/2010/09/09/les-musulmans-ne-sont-plus-en-odeur-de-saintete
Troisièmement, dissimuler leurs propres gros bilans de méfaits notoires à l’encontre des musulmans.
Depuis 2001, les États-Unis ont déclenché des guerres injustes et agressives dans quelque 80 pays dans le monde au nom de la « lutte contre le terrorisme », et plus de 800 000 personnes sont mortes en conséquence directe de la violence de la guerre, dont quelque 330 000 civils.
Les États-Unis ont envahi sans vergogne des pays souverains comme l’Irak et la Syrie en utilisant des manœuvres sales telles qu’un « tube de lessive en poudre » et une vidéo montée, faisant des centaines de milliers de victimes civiles innocentes et déplaçant des dizaines de millions de musulmans.
Est-ce ainsi la manière dont les États-Unis se soucient des musulmans ? Pourquoi les États-Unis sont-ils uniquement attachés aux musulmans du Xinjiang ?
Les musulmans du monde entier souffrent des États-Unis depuis longtemps ! Ce qui inquiète certaines personnes aux États-Unis, ce n’est pas du tout la vie des musulmans du Xinjiang, mais leur tentative de détourner la colère du monde musulman contre les États-Unis.
Si la partie américaine essaie de répéter des mensonges 1 000 fois, nous répéterons la vérité 10 000 fois.
Les faits et la vérité sur le Xinjiang de la Chine, que les États-Unis les voient ou non et qu’ils y croient ou non, seront toujours aussi imprenables que les monts Tianshan et aussi clairs et sans faille que le lac Tianchi. La prospérité, la stabilité et l’harmonie interethnique du Xinjiang sont notre plus grande source de confiance. Les mensonges des États-Unis concernant le Xinjiang tomberont définitivement à l’eau et leur complot visant à contenir la Chine en utilisant le Xinjiang est voué à l’échec.

38

Bloomberg : Selon des informations, la Secrétaire américaine au Trésor Janet L. Yellen a déclaré qu’elle ne qualifierait pas la Chine de « manipulateur de devises » dans son premier rapport semestriel sur les changes. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : La Chine ne prend pas le taux de change comme un outil pour faire face aux perturbations extérieures telles que les frictions commerciales.

39

China News Service : Le 9 avril, un porte-parole du Département d’État américain a déclaré dans un communiqué qu’à la suite d’un réexamen de l’« Acte d’assurance pour Taiwan », le Département d’État américain avait publié de nouvelles lignes directrices pour libéraliser les restrictions sur les contacts avec Taiwan et encourager l’administration américaine à s’engager avec Taiwan afin de refléter l’approfondissement de leurs relations non officielles, et que les nouvelles lignes directrices avaient clarifié la manière de mettre en œuvre la politique d’une seule Chine. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Zhao Lijian : Le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines.
Le Communiqué sur l’établissement des relations diplomatiques sino-américaines stipule clairement que « Le peuple des États-Unis maintiendra des relations culturelles, commerciales et d’autres relations non officielles avec la population de Taiwan. » Voilà la condition préalable au développement des relations sino-américaines pendant les plus de 40 dernières années.
Le soi-disant « Acte d’assurance pour Taiwan » encourage de manière flagrante l’administration américaine à s’engager avec Taiwan, ce qui viole gravement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains ainsi que l’engagement politique sérieux pris par la partie américaine envers la partie chinoise sur la question de Taiwan, et envoie des signaux profondément erronés aux forces sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taiwan ».
La Chine s’y oppose fermement et a fait une démarche solennelle auprès des États-Unis.
La question de Taiwan touche à la souveraineté et à l’intégrité territoriale ainsi qu’aux intérêts vitaux de la Chine.
Il n’y a aucune marge de compromis et de concession pour la Chine en la matière. Nous exhortons la partie américaine à se faire une idée claire de la situation actuelle, à observer scrupuleusement et effectivement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à s’abstenir de « jouer avec le feu » sur la question de Taiwan, à cesser immédiatement tout échange officiel avec Taiwan de quelque manière que ce soit, à gérer prudemment et adéquatement les questions liées à Taiwan, et à ne pas envoyer de signal erroné aux forces prônant l’« indépendance de Taiwan », afin d’éviter tout impact et dommage subversifs aux relations entre les deux pays, et à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan.

40

The Paper : Selon des reportages, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a prononcé une allocution le 12 avril à l’occasion du 60e anniversaire du premier vol spatial habité de l’humanité, dans laquelle il a appelé à interdire la course aux armements dans l’espace, à utiliser l’espace de manière pacifique au profit du bien-être de toute l’humanité, et à maintenir l’ordre et la stabilité de l’espace conformément au projet de traité soumis par la Chine et la Russie en 2014. Quels sont les commentaires de la Chine sur le 60e anniversaire du vol dans l’espace par Youri Gagarine ? Quelle est votre réponse à l’appel du Ministre des Affaires étrangères Lavrov en faveur de l’utilisation pacifique de l’espace ?

Sergueï Lavrov
Les Etats-Unis et une trentaine de pays, dont la Chine et la Russie, ont cherché jeudi à mettre de côté leurs rivalités en matière de conquête spatiale en jetant les bases d’une coopération mondiale d’exploration de l’univers. Publié le jeudi 09 janvier 2014 CF/ https://www.rtbf.be/info/societe/detail_chine-usa-russie-recherche-de-cooperation-pour-la-conquete-spatiale?id=8172713

Zhao Lijian : L’exploration de l’univers est le rêve commun de toute l’humanité. Le 12 avril d’il y a 60 ans- Youri Gagarine est entré avec succès dans l’espace et est devenu le premier homme à voyager dans l’espace, annonçant ainsi le début des vols spatiaux habités.
Cette année marque le 60e anniversaire du vol réussi de Gagarine dans l’espace, mais aussi le 65e anniversaire de l’établissement de la cause spatiale chinoise.
Depuis plus d’un demi-siècle, la Chine et la Russie ont mené une coopération fructueuse dans le domaine spatial et les professionnels du secteur des deux pays ont noué une profonde amitié, donnant un bon exemple de coopération. En ce jour spécial, nous tenons à rendre hommage à tous les professionnels engagés dans le secteur spatial en Chine comme à l’étranger qui explorent l’univers immense dans un esprit scientifique en vue d’apporter du bien-être à toute l’humanité.

La question de la sécurité spatiale est un défi commun auquel est confrontée toute l’humanité, et aucun pays ne peut faire cavalier seul.
Assurer l’utilisation pacifique de l’espace et prévenir la militarisation et la course aux armements dans l’espace correspondent non seulement aux intérêts communs de tous les pays, mais constituent aussi leurs responsabilités communes.
La Chine prône activement et depuis toujours la prévention d’une course aux armements dans l’espace et travaille avec la Russie pour promouvoir activement la négociation d’un traité juridiquement contraignant de prévention d’une course aux armements dans l’espace afin de résoudre fondamentalement les défis auxquels la sécurité spatiale est confrontée.
Ce projet de traité de prévention d’une course aux armements dans l’espace que la Chine et la Russie ont soumis à la Conférence du désarmement en 2008 et mis à jour en 2014 est soutenu par de plus en plus de pays du monde.
Nous appelons la communauté internationale à entamer des négociations dès que possible sur cette base et à parvenir à un traité de prévention d’une course aux armements dans l’espace, de manière à sauvegarder fondamentalement la sécurité de l’espace.
Astronaut spaceman suit outer space solar system people universe. Elements of this image furnished by NASA.
En 2021  – la Chine et la Russie continueront à développer une coopération étendue sur le plan spatial.
Nous souhaitons également conjuguer nos efforts avec toutes les parties concernées pour apporter une contribution active au maintien de la paix durable et de la sécurité commune dans l’espace, à la promotion de l’exploration et de l’utilisation pacifiques de l’espace par l’humanité ainsi qu’à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1869203.shtml

Chinese New Year 2021. Zodiac Ox. Happy New Year card, pattern, art with ox. Paper Cutting Hand drawn Vector illustration. Chinese traditional Design, golden decoration.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s