4097 – Kremlin – Réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh – 20 novembre 2020

668px-QarabaghWarMap(2020).svg 

La guerre de 2020 au Haut-Karabagh aussi appelée seconde guerre du Haut-Karabagh est une guerre opposant la République du Haut-Karabagh — aussi appelé Artsakh —, soutenue par l’Arménie, et l’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie, pour le contrôle du Haut-Karabagh, un État non reconnu par la communauté internationale depuis son indépendance unilatérale de l’Azerbaïdjan en 1991.

Après plusieurs mois de montée des tensions ponctuées d’escarmouches le long de la frontière, des combats éclatent le , provoquant la mobilisation générale et l’instauration de la loi martiale dans ces pays.

Après 13 jours de combat, le 10 octobre, une médiation russe permet aux deux parties de s’entendre sur un cessez-le-feu et une reprise des négociations. Les hostilités reprennent cependant peu après. Le 18 octobre, grâce à une médiation du groupe de Minsk, un second essai pour une mise en place du cessez-le-feu est lancé, sans succès. Un troisième cessez-le-feu humanitaire, négocié par les États-Unis, débutant le 26 octobre, et également sans succès.

Le 9 novembre, le premier ministre arménien Nikol Pachinian signe un accord de fin des hostilités qui entre le 10 novembre en vigueur qualifié de « capitulation » par le président azéri Ilham Aliev10.

Selon l’accord, l’Azerbaïdjan garde les territoires reconquis incluant Choucha et sept districts. Les Arméniens conservent le corridor de Latchin et doivent mettre en place un corridor en Arménie entre l’Azerbaïdjan et le Nakhitchevan. L’accord prévoit également le déploiement de forces de paix russes dans la région et la création d’un centre d’observation russo-turc dans la région. …/…

cf/  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_2020_au_Haut-Karabagh

Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

20 novembre 2020 – 19h00 – Novo-Ogaryovo, région de Moscou

H.K.KREMLIN 1 XX 3 Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

Réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.
La réunion a été suivie par
le vice-premier ministre  Alexander Novak
le ministre des urgences , Yevgeny Zinichev
le ministre des Affaires étrangères  Sergei Lavrov
le ministre des Finances  Anton Siluanov
le ministre de la Défense  Sergei Shoigu
le directeur du Service fédéral de sécurité  Alexander Bortnikov
le commandant du contingent russe de maintien de la paix dans le Nagorno- Zone de conflit du Karabakh et commandant adjoint des troupes dans le district militaire du sud, le lieutenant-général Rustam Muradov.

* * *

azerbaidjan-carte

Bleu : zones reprises par l’armée azerbaïdjanaise
Rouge : territoires qui doivent être rendu par l’Arménie
Vert : zone n’ayant aucun statut pour le moment, sera reliée à l’Arménie par le corridor de Latchine —

CF/  https://www.medyaturk.info/international/2020/11/17/vainqueur-haut-karabakh-armenie-azerbaidjan/

Président de la Russie Vladimir Poutine: Bonjour, chers collègues.
J’ai convoqué cette réunion aujourd’hui pour revenir une fois de plus sur la situation au Haut-Karabakh.
Des conflits comme celui-ci, leur règlement est particulièrement important pour nous. Il a une signification particulière pour nous et joue un rôle particulier. Ce ne sont pas des paroles creuses pour nous.
Je fais référence au fait que des millions d’Arméniens et d’Azerbaïdjanais vivent en Russie. Nous sommes liés à leurs républiques par des liens séculaires, sans exagération. Cela a également une dimension politique intérieure pour nous et est très important pour notre sécurité intérieure et notre politique. La CEI est notre priorité en matière de politique étrangère, une évidence pour tous. Cela compte également beaucoup pour l’économie.

CEI-map-2018

CF/  https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/CEI-Etats.htm

Nous savons tous bien que nous entretenons des relations privilégiées avec ces républiques: coopération profonde et interchangeabilité. Je n’énumérerai pas tous les éléments de cette direction extrêmement importante sur la piste de SIC.
Comme je l’ai dit lors de la réunion du 13 novembre, la tâche prioritaire consiste à présent à soutenir et à aider les habitants de cette région qui ont subi de lourds dommages du fait des hostilités.
Un centre interministériel de réponse humanitaire est en cours de création pour résoudre les problèmes actuels. Je suis conscient que, compte tenu des tâches auxquelles le centre est confronté, des divisions spécialisées sont en cours de constitution.

Je voudrais saisir cette occasion pour souligner le travail précis et bien coordonné des soldats de la paix russes.

Un déminage rapide a permis d’établir des communications fiables dans la région, et le déploiement de nos forces de maintien de la paix a permis d’arrêter l’effusion de sang et d’éviter davantage de victimes. Notre armée maintient un contrôle efficace sur le cessez-le-feu, qui est observé par les deux parties. Dans l’ensemble, la situation s’est stabilisée.
En outre, le personnel militaire russe escorte les réfugiés et remet les bâtiments résidentiels, les routes et les installations sociales au code. Ils assurent également la sécurité des convois avec des fournitures humanitaires.
Permettez-moi de souligner que nos efforts humanitaires et notre aide devraient bénéficier aux peuples arménien et azerbaïdjanais. Nous compatissons avec tous ceux qui ont des problèmes.

Vous savez peut-être que je suis en contact permanent avec mes collègues en Arménie et en Azerbaïdjan.

J’ai convenu avec les deux dirigeants qu’une délégation interministérielle russe composée des chefs d’un certain nombre de ministères et de départements serait bientôt envoyée en Arménie et en Azerbaïdjan. Son objectif est de passer en revue les questions les plus urgentes de la mise en œuvre de la déclaration trilatérale du 9 novembre, y compris, bien entendu, les questions humanitaires. J’espère que les prochaines consultations nous aideront à faire des progrès significatifs dans ces domaines.
La mobilisation et l’assistance internationale revêtent une importance particulière. Nos soldats de la paix en ont créé la base. Je suis conscient que les habitants de nombreux pays sont préoccupés par la situation au Haut-Karabakh et compatissent avec les gens dans cette situation difficile. Cependant, des conditions sûres ont été créées pour les organisations humanitaires et il reste encore beaucoup à faire.
Le Comité international de la Croix-Rouge joue ici un rôle de premier plan.
Le président de la Croix-Rouge, Peter Maurer Le président de la Croix-Rouge, Peter Maurer
Le président de la Croix-Rouge Peter Maurer, s’est rendu à Moscou il y a deux jours et a confirmé la volonté de l’organisation d’intensifier ses activités à Erevan, Bakou et Stepanakert tout en comptant sur le soutien de la Russie et des soldats de la paix russes.
J’estime qu’il est important que les représentants d’autres agences internationales suivent cet exemple.
Je fais référence au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), au Programme alimentaire mondial (PAM) et à l’action antimines des Nations Unies. Service (UNMAS).

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) sera appelé à jouer un rôle positif plus tard, lorsque nous aborderons la tâche de relèvement post-conflit.

Je voudrais souligner la nécessité de protéger les monuments historiques et religieux, à la fois en Azerbaïdjan et en Arménie. Cette question est d’une grande importance morale et humaine. Je pense que l’implication de l’UNSCO est indispensable à cet égard.

unesco-logo-260px

Nous espérons également l’aide de l’UNESCO aux enfants et adolescents qui sont particulièrement sans défense face aux horreurs des conflits armés.

Le ministère russe des Affaires étrangères a pour instruction de travailler dans tous ces domaines. Nous espérons recevoir des résultats tangibles dans un proche avenir.
Nos efforts humanitaires et la participation des agences internationales compétentes nous aideront à terme à trouver un règlement politique fiable et à long terme dans le conflit du Haut-Karabakh. Nous continuerons à développer la coopération avec nos partenaires du Groupe de Minsk de l’OSCE sur cette base.
J’ai évalué nos efforts communs et j’espère que nos travaux se poursuivront.
Écoutons les rapports. Je voudrais d’abord entendre ce que vous avez à dire. Sur cette base, nous nous mettrons d’accord sur les prochaines étapes.
Monsieur Shoigu, je vous en prie.

H.K.KREMLIN 2 XX 3 Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

Ministre de la Défense Sergei Shoigu: camarade commandant en chef suprême,
En vertu de votre décret, le contingent russe de maintien de la paix a été déployé sur le territoire du Haut-Karabakh et a commencé à s’acquitter de ses tâches. La 15e brigade d’infanterie motorisée détachée qui forme l’épine dorsale du contingent de maintien de la paix a été préparée et transférée dans la zone de conflit. Au total, 250 vols ont été effectués pour transporter 1 960 personnes et 552 équipements.
Aujourd’hui, le couloir de Lachin et le territoire du Haut-Karabakh sont entièrement contrôlés par les unités de maintien de la paix russes. Ils surveillent le cessez-le-feu à partir de 23 postes d’observation. Un système de contrôle permettant de réagir rapidement à tout changement de situation a été déployé pour mener à bien la mission de maintien de la paix. Le quartier général a coordonné et établi des voies de communication directes avec les départements militaires de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie.
Depuis le 14 novembre, les soldats de la paix russes ont assuré le retour en toute sécurité de 4 436 réfugiés à Stepanakert, ceux qui ont fui la zone de conflit plus tôt. Nous avons établi une coopération avec des représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et des dirigeants du Haut-Karabakh.
Les parties arménienne et azerbaïdjanaise échangent des corps de personnel militaire sous le rôle de coordination des soldats de la paix russes. Le couloir de Lachin et une section de 28 km de la route de Stepanakert ont été entièrement déminés, d’autres engins explosifs et du matériel de combat détruits pendant les hostilités. Un trafic civil sécurisé est ouvert sur cette section depuis le 17 novembre.

Quant à la mise en œuvre du mémorandum sur la création d’un centre commun russo-turc en Azerbaïdjan pour surveiller le cessez-le-feu et les activités de combat, nous terminons nos discussions avec les représentants turcs sur l’emplacement et les tâches de ce centre.

Les mesures prises par les forces armées de la Fédération de Russie garantiront la mise en œuvre inconditionnelle de la déclaration trilatérale et faciliteront la stabilisation dans la région, aidant les résidents arméniens et azerbaïdjanais à retrouver une vie paisible au Haut-Karabakh.
Camarade commandant en chef suprême,
Je voudrais vous demander de donner la parole au commandant du contingent de maintien de la paix, le lieutenant-général Muradov, qui vous rendra compte de la situation locale plus en détail.

le lieutenant-général Rustam Muradov.2

le lieutenant-général Muradov
Vladimir Poutine: Je vous en prie, Monsieur Muradov, allez-y.
Commandant du contingent russe de maintien de la paix, lieutenant-général Rustam Muradov: camarade commandant en chef suprême, bon après-midi.
Commandant du contingent russe de maintien de la paix dans la zone de conflit du Haut-Karabakh, rapport du lieutenant-général Rustam Muradov.
Le contingent russe de maintien de la paix, conformément aux objectifs fixés, supervise la mise en œuvre des accords de cessez-le-feu et de toutes les hostilités le long de la ligne de contact entre les deux parties au Haut-Karabakh.
Aucune violation ou provocation du cessez-le-feu n’a été enregistrée. Certains petits incidents sont réglés par les représentants des contingents de maintien de la paix sur le terrain. A cet effet, une coopération avec les commandements des parties en conflit dans les zones d’opérations et les autorités municipales a été établie.

Le territoire du Haut-Karabakh a été divisé en zones de responsabilité.

haut-karabakh-768x417 POSITION DES FORCES D'INTERPOSITIONS DES RUSSES

La zone nord est surveillée à partir de 11 postes d’observation par le 1er bataillon de la 15e brigade de fusiliers motorisés.
La zone sud du corridor de Lachin, par le 2e bataillon à partir de 12 postes d’observation.
Un poste de commandement a été établi dans la ville de Stepanakert à partir duquel les forces de maintien de la paix sont contrôlées.
Les postes d’observation ont été équipés de toutes les formes de communication, y compris la vidéoconférence fermée, par satellite et par vidéo. Des travaux sont en cours pour leur fournir un équipement de surveillance vidéo mobile, qui permettra une observation complète à distance, y compris de nuit.
De plus, des drones sont utilisés 24 heures sur 24 pour surveiller la situation. Le personnel russe des opérations de maintien de la paix reçoit des rations, des rémunérations et des indemnités conformément aux normes en vigueur.
Camarade commandant en chef, aujourd’hui, en stricte conformité avec la déclaration trilatérale, le commandement du maintien de la paix, avec les soldats de la paix russes, a achevé la mission de retrait des unités armées arméniennes du district d’Agdam, qui a été remis à la partie azerbaïdjanaise.
Les soldats de la paix russes comprennent l’entière responsabilité des objectifs qui leur sont fixés et sont prêts à les poursuivre dans le strict respect des instructions données par vous et le ministre de la Défense.

Le rapport du camarade commandant en chef, le lieutenant-général Muradov, est terminé.

Vladimir Poutine: M. Muradov, après le retrait des unités arméniennes de certains des districts, disons Agdam et Lachin, les civils arméniens y resteront.
Évidemment, nos soldats de la paix sont sur la ligne de contact, mais je sais que vous entretenez de bonnes relations avec les deux parties, les parties arménienne et azerbaïdjanaise. Les gens qui occupent les positions abandonnées par l’armée arménienne – bien sûr, ce sont des parties en conflit, mais le conflit est terminé, ce sont des gens civilisés de toute façon. Je sais que l’humeur qui règne parmi eux est amicale, mais nous devons établir une communication avec les deux parties, en l’occurrence avec la partie azerbaïdjanaise, afin que la situation dans les zones libérées puisse rester stable et puisse faciliter les conditions de vie commune pour les populations de les deux ethnies sans aucun conflit individuel. C’est certainement la responsabilité de la partie azerbaïdjanaise au sens plein du terme.
Je connais les engagements du président azerbaïdjanais. C’est exactement ainsi qu’il aborde l’organisation de ce futur travail, à partir exactement de ce genre de position. Mais dans un premier temps, vous devez également établir des contacts avec les deux parties afin d’avoir des informations sur les développements et d’échanger ces informations en temps opportun avec la partie arménienne et nos collègues azéris.
Rustam Muradov: Oui, camarade commandant en chef suprême.
Vladimir Poutine: Il en va de même pour les sites du patrimoine historique, culturel et religieux. J’ai parlé avec M. Aliyev, et il part également du fait que les autorités azerbaïdjanaises prendront tout sous contrôle et garantiront l’accès à ces installations religieuses pour les Arméniens et, bien sûr, pour les Azerbaïdjanais.
L’un d’eux est dans votre zone de contrôle, c’est l’un des plus anciens monastères chrétiens. Nous devons garantir l’accès des Arméniens et des Azéris. Il y a aussi des chrétiens en Azerbaïdjan, et c’est l’une des plus anciennes églises chrétiennes. Tout cela doit être pris en compte et un calendrier approprié des opérations doit être établi lors des contacts avec les deux parties. Merci.

Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov

Monsieur Lavrov, veuillez nous parler du travail avec nos partenaires à l’étranger.
Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov: Monsieur le Président, chers collègues,

Pendant ces jours, depuis le 13 novembre, nous sommes en contact étroit avec les coprésidents américain et français, qui ont visité Moscou. Je les ai rencontrés et mes collègues les ont également rencontrés.

Nous leur avons fourni des informations complètes qui ont confirmé une fois de plus que l’accord conclu par les dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, signé le 9 novembre, est pleinement conforme aux principes convenus ces dernières années par les coprésidents de Groupe de l’OSCE Minsk et a reçu un large soutien dans le monde entier.
Monsieur le Président, au stade actuel, nous nous concentrons sur le travail avec les organisations internationales conformément à vos instructions. Il s’agit principalement du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).
Son président, Peter Maurer, s’est rendu à Moscou et a discuté en détail de la situation et des perspectives de notre coopération au sein du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Défense, du ministère des Urgences et de nos autres agences impliquées de différentes manières dans ce travail.
La Croix-Rouge est unique car elle possède des bureaux de représentation à Erevan, Bakou et Stepanakert. Ils ont dû quitter Stepanakert pendant les hostilités mais sont revenus il y a plusieurs jours. Ils sont intéressés par des contacts très étroits avec nos soldats de la paix et le Centre international de réponse humanitaire. Vous nous avez défini ces tâches et nous sommes guidés par elles dans toutes nos actions.

05-un-logos-sfw

Il faut travailler davantage avec les agences des Nations Unies, telles que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) et l’UNESCO. Ces agences ne sont pas toujours représentées dans la région, mais elles y travaillent.

arton12938

Il est important de recevoir du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés des statistiques authentiques sur le nombre de personnes qui ont besoin d’aide. Selon une estimation provisoire, ce sont environ 90 000 personnes qui sont parties pour l’Arménie et environ 45 000 Azerbaïdjanais qui ont quitté les districts adjacents au Haut-Karabakh pendant les hostilités.
Bien sûr, ce bureau souhaite recevoir le soutien de toutes les parties concernées afin qu’elles puissent commencer leur travail, aider ceux qui ont dû quitter leur domicile à rentrer et en même temps empêcher l’expulsion forcée de leur domicile comme cela pourrait se produire à Shushi. En général, cette ville n’a pas subi de gros dégâts et de nombreux Azerbaïdjanais s’y installent maintenant. Nos soldats de la paix facilitent activement ces processus.
Enfin, il y a un autre problème – les soi-disant réfugiés historiques d’Azerbaïdjan qui ont quitté la région pendant la guerre de 1992–1994.

images

Le Programme alimentaire mondial a reçu une invitation officielle d’Erevan. Dans le même temps, ils ont établi des contacts avec l’Azerbaïdjan bien que le PAM n’ait pas de bureau à Bakou depuis 2013. Cependant, une proposition d’aide alimentaire a déjà été envoyée à Bakou, entre autres.

la Directrice générale de l'UNESCO, Mme Azoulay 2  la Directrice générale de l’UNESCO – Mme Azoulay

Aujourd’hui, j’ai parlé avec la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Azoulay. Elle a publié aujourd’hui une déclaration sur son intention d’envoyer une mission spéciale de l’UNESCO dans la zone de conflit pour évaluer la situation sur place et déterminer ce qui doit être fait pour restaurer et protéger les monuments historiques et les sites religieux, et pour fournir une assistance dans le domaine de l’éducation. Bien entendu, cette aide sera fournie à la fois à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan.
Nous pensons que toutes les agences des Nations Unies que nous avons toutes deux mentionnées doivent être encouragées à être plus actives en offrant une aide aux parties. Ils connaissent leur potentiel à cet égard mieux que quiconque. Nous avons exhorté nos coprésidents américains et français et les autres membres du Groupe de l’OSCE à Minsk et du Conseil de sécurité des Nations Unies à faire tout ce qu’ils peuvent pour encourager ces activités des agences internationales.
Malheureusement, nous pensons qu’il y a une tendance à essayer de ralentir la mise en œuvre de la déclaration du 9 novembre des dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, afin d’éviter que cette déclaration ne se concrétise complètement même si tout le monde doit admettre qu’elle est mise en œuvre avec succès . Nous constatons également des tentatives visant à modifier la nature de l’opération de maintien de la paix, si loin dans les coulisses. Les tentatives sont subtiles jusqu’à présent, mais elles existent.

Notre tâche est la suivante. En collaboration avec le ministère de la Défense, le ministère des Urgences et nos gardes-frontières, nous évaluons la situation sur le terrain et corrélons respectivement les signaux que nous envoyons aux organisations internationales en les encourageant à offrir plus activement leurs capacités pour un règlement rapide des problèmes humanitaires, des questions de préservation du patrimoine culturel de la région.

Mon rapport est complet. Merci.

H.K.KREMLIN 3 XX 3 Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

Vladimir Poutine: Très bien.
Je ne m’attendais pas à entendre ce que vous avez dit sur la tendance à ralentir la mise en œuvre de la déclaration trilatérale des dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie.

Ceux qui essaient de le faire doivent réaliser que la seule alternative ne peut être qu’une autre guerre. Dieu nous en préserve, mais si cela se produit, le sang sera sur leurs mains, sur les mains de ceux qui tentent de saper ces accords. Tout le monde doit comprendre et être conscient de cela.

En outre, nous entendons souvent des paroles de sympathie et de disponibilité à aider les personnes, en particulier et principalement les civils qui se trouvent dans la zone de conflit et qui en ont été affectées.

Cependant, très souvent, les mots ne sont suivis de rien d’autre.

Je voudrais également vous demander d’analyser rapidement la situation et d’essayer de comprendre ce à quoi les gens dans la zone de conflit, les victimes et ceux qui ont besoin d’une aide urgente, peuvent vraiment s’attendre.
En attendant, je voudrais orienter nos représentants, y compris ceux du centre humanitaire que nous sommes en train de créer, vers la facilitation active, avec l’engagement direct du ministère de la Défense, de toutes les forces, de toutes les organisations publiques et internationales dans la poursuite de cette noble cause – en apportant une assistance à la les personnes qui se trouvent actuellement dans la zone de conflit du Haut-Karabakh.
Monsieur Bortnikov, nos gardes-frontières servent également dans cette région. Comment ça se passe avec le travail de notre service de garde-frontières?

le directeur du Service fédéral de sécurité  Alexander BortnikovDirecteur du Service fédéral de sécurité Alexander Bortnikov

Directeur du Service fédéral de sécurité Alexander Bortnikov: Monsieur le Président,
En vertu de la décision adoptée, afin d’assurer la sécurité des frontières de la République d’Arménie et les mesures de maintien de la paix au Haut-Karabakh, et à la demande de la partie arménienne, la Direction des gardes-frontières du Service fédéral de sécurité a alloué une unité de réserve supplémentaire de 188 militaires et avec l’équipement nécessaire en République d’Arménie.
Les gardes-frontières déploieront des forces supplémentaires à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans la région et aux postes établis à Tegh et Sygyr. La partie azerbaïdjanaise en a été informée. La coopération nécessaire avec nos partenaires a été établie.
Du 18 au 20 novembre, la direction de l’aviation du Service fédéral de sécurité et le ministère de la Défense ont transféré l’unité de réserve en République d’Arménie. Actuellement, la coordination des forces est en cours. Le 22 novembre, la réserve se dirigera vers sa zone de responsabilité et commencera à s’acquitter de ses tâches.
Un groupe opérationnel du Service fédéral de sécurité sera déployé pour commander et contrôler l’unité de réserve ainsi que pour interagir et coordonner les actions avec le centre d’intervention humanitaire interinstitutions et le contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie au point de la 127e garde-frontière unité dans la ville de Meghri. Des contacts en termes de coopération avec les services spéciaux d’Arménie et d’Azerbaïdjan ainsi qu’avec les services de garde-frontières ont été établis et l’échange d’informations se poursuit. Nous procédons de la compréhension de la position de nos partenaires et nous sommes dans.
Monsieur le Président, aucune question urgente ne se pose pour le moment.
Mon rapport est complet.

H.K.KREMLIN 3 XX 3 Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

Vladimir Poutine: Bien.
Je suppose que vous avez également établi des contacts avec la partie azerbaïdjanaise, avec nos collègues azerbaïdjanais.
Alexander Bortnikov: Exactement. Nous sommes en contact, dans un régime d’échange d’informations de 24 heures.
Vladimir Poutine: Bien. Merci.
Le Ministère de la défense civile et des situations d’urgence s’est mis au travail, notamment à la création du centre d’intervention humanitaire. Je sais qu’un groupe de représentants du ministère des Urgences est déjà là.
Monsieur Zinichev, veuillez nous dire comment vous évaluez tout ce qui a été fait et ce qui, selon vous, doit être fait à court terme.

le ministre des urgences , Yevgeny Zinichev  Ministre des urgences Yevgeny Zinichev

Ministre des urgences Yevgeny Zinichev: Monsieur le Président,
Conformément à votre décret, le Ministère des Urgences a mis en place des travaux dans le cadre du centre d’intervention humanitaire inter-agences. Pour évaluer la situation et préparer les sites de déploiement du personnel prévu du Ministère des urgences, une équipe spéciale opérationnelle du Ministère travaille dans la zone de maintien de la paix depuis le 16 novembre. À l’heure actuelle, l’équipe spéciale a organisé des échanges avec les services d’urgence d’Azerbaïdjan, Arménie et Haut-Karabakh.
Les membres de l’équipe spéciale apportent une assistance méthodologique et pratique aux travaux de la commission d’évaluation qui identifie la nature des dommages et la quantité de travail à accomplir.
Les données préliminaires montrent que 284 structures ont été totalement détruites dans 43 colonies du Haut-Karabakh. Les types et caractéristiques des bâtiments détruits sont actuellement en cours de spécification. Un besoin de vitrage et de toiture est noté au vu de la nature des dommages aux bâtiments et installations.

Le premier convoi humanitaire est parti aujourd’hui vers les zones touchées. En outre, 300 tonnes de matériaux de construction sont chargées depuis les installations de stockage de la Réserve d’État dans la région de Rostov pour un autre convoi de 30 camions. Le convoi doit partir demain matin, le 21 novembre.

Monsieur le Président, à l’heure actuelle, un nombre important de personnes déplacées devrait arriver au Haut-Karabakh. Selon diverses estimations, ce nombre pourrait atteindre jusqu’à 30 000 personnes. Pendant ce temps, l’infrastructure existante permet d’installer environ 5 000 personnes. Diverses options sont envisagées pour régler le reste de la population, y compris la construction de logements préfabriqués.
De plus, au vu de la situation mondiale avec la propagation du coronavirus, nous rédigeons une liste des médicaments et équipements médicaux à livrer, ainsi que des fournitures médicales et pharmaceutiques pour les besoins essentiels.
Monsieur le Président, actuellement, le ministère des Urgences forme un groupe de travail mixte pour opérer au sein du centre d’intervention humanitaire interinstitutions. Il comprendra des sauveteurs, des psychologues et du personnel technique. Si nécessaire, des techniciens en munitions y seront envoyés pour désamorcer les munitions non explosées dans les zones résidentielles. Le ministère des Urgences est prêt à remplir les tâches fixées. Mon rapport est complet.
Vladimir Poutine: Très bien.

Le vice-premier ministre Alexander Novak participe à nos travaux. Monsieur Novak, je ne vous demande pas de rapport maintenant, mais je souhaite attirer votre attention sur le fait que l’hiver arrive, que le terrain y est montagneux et qu’il peut faire très froid et que le froid approche, donc ces problèmes doit être adressée en contact avec la partie arménienne. Je veux que vous examiniez cela et que vous fassiez rapport séparément sur cette question plus tard.

Tout ce dont nous venons de parler doit être financé. Dans ce contexte, je demande au ministère des Finances de se joindre à nous et de résoudre avec les agences toutes les questions qui pourraient surgir dans un avenir proche. Monsieur Siluanov, pourriez-vous s’il vous plaît dire quelques mots à ce sujet.

le ministre des Finances  Anton Siluanov

Monsieur Siluanov

Ministre des finances Anton Siluanov: Oui, en effet, Monsieur le Président, nous avons été en contact avec nos collègues arméniens du ministère des Finances. Ils nous ont demandé de l’aide, principalement en termes de fourniture financière d’aide sociale aux personnes qui ont perdu leur logement en raison des développements précédents.
Nous rédigeons des propositions. Ils vous seront signalés séparément. Nous serons prêts pour une coopération financière avec nos partenaires. Merci.

H.K.KREMLIN 3 XX 3 Le Président a tenu une réunion sur la mission russe de maintien de la paix au Haut-Karabakh, par vidéoconférence.

Vladimir Poutine: Veuillez me faire un rapport séparément une fois que vous aurez tout réglé.

Je voudrais remercier les participants à la réunion pour le travail que vous avez accompli jusqu’à présent. Je voudrais également vous demander de continuer à vous acquitter de vos tâches de maintien de la paix dans la région, de maintenir des contacts étroits avec les représentants arméniens et azerbaïdjanais, d’assurer la performance active du Centre interministériel de réponse humanitaire et d’utiliser pleinement son grand potentiel.

Ce travail intensif doit viser le résultat final, et fournir une assistance à de vraies personnes, celles qui ont besoin de cette aide maintenant, peut être le résultat final.

Merci beaucoup.
La géographie
Arménie
Azerbaïdjan
http://en.kremlin.ru/events/president/news/64455

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s