3863 – Kremlin – 1/Réunion des dirigeants de la Russie, de l’Iran et de la Turquie sur le règlement syrien… 2/Déclaration conjointe du président de la République islamique d’Iran, du président de la Fédération de Russie et du président de la République de Turquie

1/Réunion des dirigeants de la Russie, de l’Iran et de la Turquie sur le règlement syrien

president-russe-Vladimir-Poutine-C-president-Recep-Tayyip-Erdogan-droite-president-iranien-Hassan-Rouhani-posentd-reunion-trilaterale-Syrie-Sotchi-22-novembre-2017_0_1399_957 La Croix (avec l’AFP),

 

Vladimir Poutine, le président de l’Iran Hassan Rouhani et le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan ont tenu une réunion de visioconférence trilatérale des chefs d’État – garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement de la paix en Syrie.

1 JUILLET 2020 -14H30 -KREMLIN MOSCOU

À l’issue de la réunion, les dirigeants de la Russie, de l’Iran et de la Turquie ont adopté une déclaration commune.(à lire à la suite…)

Les présidents de la Russie, de la Turquie et de l’Iran ont tenu leur premier sommet sur la Syrie à Sotchi en novembre 2017. Des entretiens sur le règlement syrien entre les dirigeants de la Russie, de la Turquie et de l’Iran ont également eu lieu à Ankara (avril 2018), Téhéran (septembre 2018), Sotchi (février 2019) et Ankara (septembre 2019).

* * *

KREMLIN 1 V 3 DU 01.07.2020 Lors d'une réunion avec le président iranien Hassan Rouhani et le président turc Recep Tayyip Erdogan sur le règlement syrien (par vidéoconférence). JrBAeA2HAYtmtHxhFVnAPVDKVjiafqqs

Discours à la réunion des dirigeants de la Russie, de l’Iran et de la Turquie sur le règlement syrien

Président de la Russie Vladimir Poutine: Chers collègues,

M. Rouhani, M. Erdogan,

Je suis également heureux de vous voir tous aujourd’hui et d’avoir l’occasion de discuter de l’une des questions les plus sensibles de l’agenda international actuel.

Cependant, avant de commencer, je voudrais adresser mes condoléances au Président iranien pour le tragique accident de Téhéran. Nous savons qu’une explosion s’est produite dans l’une des cliniques externes de Téhéran. Il y a des victimes et des blessés. Veuillez accepter mes sincères condoléances.

Mes amis, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés en tant que chefs d’État – garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement de la paix en Syrie, c’était à Ankara en septembre 2019. Il était prévu de se réunir à Téhéran en mai, mais nous n’avons pas pu nous réunir pour des raisons évidentes. J’apprécie l’initiative de nos collègues iraniens d’organiser ce sommet par vidéoconférence.

Je suis d’accord avec M. Rouhani dans son évaluation de l’efficacité et de la pertinence de nos travaux communs sur la Syrie. Nous avons réussi à accomplir beaucoup de choses en travaillant ensemble. Le niveau de violence en Syrie a considérablement diminué et la vie paisible est progressivement rétablie, mais la clé est qu’une fondation a été établie pour un règlement politique et diplomatique durable sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Comme vous le savez, ce document contient le principe fondamental – l’adhésion à la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie.

L’un des principaux objectifs de cette vidéoconférence est d’analyser conjointement la situation actuelle sur place et de convenir de ce qui pourrait être fait d’autre pour assurer une normalisation à long terme en République arabe syrienne.

Je pense principalement à la poursuite de la lutte contre le terrorisme international. Nous devons également réfléchir aux autres mesures nécessaires pour neutraliser les groupes terroristes qui sont toujours actifs.

La situation la plus tendue demeure dans les territoires échappant au contrôle du gouvernement syrien – dans la zone de désescalade d’Idlib et dans le nord-est du pays, sur la rive ouest de l’Euphrate, où les activités de L’État islamique ont considérablement augmenté.

En ce qui concerne Idlib, nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos amis turcs pour mettre en œuvre les accords du mémorandum de Sotchi du 17 septembre 2018 et de son protocole additionnel du 5 mars 2020. Apparemment, tous les problèmes n’ont pas encore été résolus, cependant, les efforts prises donnent certains résultats. Par exemple, la situation dans la zone de désescalade s’est considérablement stabilisée depuis l’introduction du cessez-le-feu.

En ce qui concerne les perspectives du processus politique, nous devons promouvoir le dialogue inclusif intra-syrien dans le cadre du Comité constitutionnel à Genève. Des propositions ont été faites pour soutenir ce processus, aider ses participants à se rencontrer et lancer un dialogue direct pour commencer à rédiger des paramètres pour la future structure étatique de la Syrie. Il a été convenu lors du Congrès du dialogue national syrien à Sotchi en janvier 2018, ce qui a été rendu possible, en passant, grâce aux efforts concertés des garants du processus d’Astana. Nos trois pays pourraient également faire beaucoup pour le règlement post-conflit en Syrie, pour la restauration de l’économie et de la sphère sociale, et pour le retour des réfugiés et des personnes déplacées. Étant donné la propagation de l’infection à coronavirus, la coordination de nos efforts sur la voie humanitaire devient de plus en plus nécessaire.

Le conflit en Syrie, la confrontation avec les terroristes, se poursuit depuis plusieurs années, ce qui affecte naturellement la situation économique du pays. Les sanctions imposées à la Syrie, qui éludent le Conseil de sécurité de l’ONU et sont, par essence, illégitimes et illégales, ont également un effet négatif. Selon l’Organisation mondiale de l’alimentation, plus de 9 millions de Syriens, soit la moitié de la population, ont besoin d’une aide alimentaire.

Malgré cela et l’appel du Secrétaire général de l’ONU à assouplir les sanctions dans le cadre de la pandémie, Washington et Bruxelles ont décidé d’étendre les restrictions à Damas. De plus, de nouvelles sanctions ont été imposées visant, de toute évidence, à étouffer économiquement la République arabe syrienne. C’est pourquoi il est si crucial d’envisager des moyens de rationaliser l’aide humanitaire via nos canaux respectifs et de soutenir le peuple syrien.

Chers collègues, une déclaration commune a été rédigée pour cette réunion, qui reflète les approches coordonnées de nos trois pays vers de nouvelles étapes sur la voie syrienne. En particulier, des objectifs ont été fixés pour interagir sur l’élimination complète des groupes terroristes et sur la promotion du processus politique soutenu par les Syriens eux-mêmes sous la direction de l’ONU.
La partie russe soutient ce document qui montre les engagements de la Russie, de l’Iran et de la Turquie en tant que garants du processus d’Astana à poursuivre un travail conjoint cohérent afin d’établir une paix et une stabilité véritablement durables en Syrie. Je confirme ma volonté de me réunir à Téhéran dès que les conditions le permettront et je remercie le Président Rouhani de l’invitation.

Merci beaucoup.


SOURCE/http://en.kremlin.ru/events/president/news/63588


syrie_destruction  SYRIE  

417986b8c70c256c311542e15c59ea951512657166

1 juillet 2020 – 14h30

Déclaration conjointe du président de la République islamique d’Iran, du président de la Fédération de Russie et du président de la République de Turquie

KREMLIN 2 V 3 DU O1.07.2020 Lors d'une réunion avec le président iranien Hassan Rouhani et le président turc Recep Tayyip Erdogan sur le règlement syrien (par vidéoconférence). C3CN1FsyKHY1J4XuAxUbnTW6wA3qKogn

1 juillet 2020

Président de la République islamique d’Iran, S.E. Hassan Rouhani, président de la Fédération de Russie, S.E. Vladimir Poutine et le président de la République de Turquie, S.E. Recep Tayyip Erdoğan, a tenu un sommet virtuel tripartite le 1er juillet 2020.

Les présidents:

1. a discuté de la situation actuelle sur le terrain en Syrie, a examiné l’évolution de la situation à la suite de leur dernière réunion à Ankara le 16 septembre 2019 et a réitéré sa détermination à renforcer la coordination trilatérale à la lumière de leurs accords.

2. a souligné leur ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne ainsi qu’aux buts et principes de la Charte des Nations Unies. A souligné que ces principes devraient être universellement respectés et qu’aucune action, quelle que soit la personne qui les a entreprises, ne devrait les saper.

3. A rejeté à cet égard toutes les tentatives de créer de nouvelles réalités sur le terrain sous prétexte de lutter contre le terrorisme, y compris les initiatives illégitimes d’autonomie, et a exprimé sa détermination à s’opposer aux programmes séparatistes visant à saper la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie également. comme menaçant la sécurité nationale des pays voisins.

4. A examiné la situation dans le nord-est de la Syrie, a souligné que la sécurité et la stabilité dans cette région ne pouvaient être obtenues que sur la base de la préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays et a décidé de coordonner leurs efforts à cette fin. Exprimé leur opposition à la saisie et au transfert illégaux des revenus pétroliers qui devraient appartenir à la République arabe syrienne.

5. A réaffirmé sa détermination à poursuivre la coopération afin d’éliminer à terme le DAESH / ISIL, le Front Al-Nusra et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaïda ou au DAESH / ISIL, et autres groupes terroristes, tels que désignés par le Conseil de sécurité des Nations unies, tout en assurant la protection des civils et des infrastructures civiles conformément au droit international humanitaire.

6. A examiné en détail la situation dans la zone de désescalade d’Idlib et a souligné la nécessité de maintenir le calme sur le terrain en mettant pleinement en œuvre tous les accords sur Idlib.

7. Exprimé sa vive préoccupation face à la situation humanitaire en Syrie et à l’impact de la pandémie de COVID-19, reconnaissant que la pandémie représente un défi majeur pour le système de santé syrien, les situations socioéconomiques et humanitaires. Rejeté toutes les sanctions unilatérales qui contreviennent au droit international, au droit international humanitaire et à la Charte des Nations Unies, en particulier face à la pandémie de COVID-19. A souligné, à cet égard, la nécessité cruciale de garantir un accès humanitaire rapide, sûr et sans entrave dans toute la Syrie afin d’alléger les souffrances du peuple syrien, et, a appelé la communauté internationale, en particulier l’ONU et ses agences humanitaires, à accroître leur assistance à tous les Syriens sans discrimination, politisation et conditions préalables.

8. ont réaffirmé leur conviction qu’il ne pouvait y avoir de solution militaire au conflit syrien et qu’il ne pouvait être résolu que par le biais du processus politique dirigé par les Syriens et dirigé par les Syriens et facilité par les Nations Unies, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. à cet égard, le rôle important du Comité constitutionnel à Genève, créé à la suite de la contribution décisive des garants d’Astana et de la mise en œuvre des décisions du Congrès du dialogue national syrien à Sotchi. A salué l’accord de tenir la troisième réunion du Comité constitutionnel en août 2020 et a réaffirmé sa volonté de soutenir ses travaux par une interaction continue avec ses membres et l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, en tant que facilitateur, afin de assurer son travail durable et efficace.

9. A réaffirmé sa détermination à poursuivre les opérations de libération mutuelle des détenus / enlevés dans le cadre du Groupe de travail respectif de la formule Astana. A souligné que le Groupe de travail était un mécanisme unique qui s’était révélé efficace et nécessaire pour instaurer la confiance entre les parties syriennes, et a décidé de prendre des mesures pour poursuivre ses travaux.

10. a souligné la nécessité de faciliter le retour sûr et volontaire des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays d’origine en Syrie, en garantissant leur droit au retour et le droit d’être pris en charge. À cet égard, ils ont appelé la communauté internationale à fournir des contributions appropriées pour leur réinstallation et leur vie normale ainsi qu’à assumer une plus grande responsabilité dans le partage des charges et à renforcer leur assistance à la Syrie, notamment en développant des projets de relèvement rapide, y compris des infrastructures de base. actifs – installations d’approvisionnement en eau et en électricité, écoles et hôpitaux ainsi que l’action humanitaire contre les mines.

11. a réaffirmé la nécessité de respecter les décisions juridiques internationales universellement reconnues, y compris les dispositions des résolutions pertinentes des Nations Unies rejetant l’occupation du Golan syrien, d’abord et avant tout la résolution 497 du Conseil de sécurité des Nations unies et a donc condamné la décision de l’administration américaine sur le Golan syrien occupé , qui constitue une grave violation du droit international et menace la paix et la sécurité régionales. Ils considèrent les attaques militaires israéliennes en Syrie comme déstabilisant et violant la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce pays et intensifiant les tensions dans la région.

12. Outre la question syrienne, ils ont confirmé leur intention de renforcer la coordination trilatérale dans différents domaines afin de promouvoir la coopération économique commune.

13. Sont convenus de confier à leurs représentants la tâche de tenir la prochaine réunion internationale sur la Syrie au format Astana dès que possible.

14. Est convenu de tenir le prochain Sommet tripartite en République islamique d’Iran à l’invitation du Président de la République islamique d’Iran, S.E. Hassan Rouhani, dès que possible.

KREMLIN 3 V 3 DU O1.07.2020 Lors d'une réunion avec le président iranien Hassan Rouhani et le président turc Recep Tayyip Erdogan sur le règlement syrien (par vidéoconférence). odNesJuQeHXosriiSOHpyfzl21lsn9vQ

SOURCE/http://en.kremlin.ru/supplement/5540

417986b8c70c256c311542e15c59ea951512657166