3725 – 1/Pâques en Pologne … 2/2 000 roumains se sont précipités et entassés à l’aéroport de Cluj-Napoca … 3/Épidémie de Covid-19 : situation au 11 avril dans le V4 et en Autriche

  1. Pâques en Pologne …

  2. 2 000 roumains se sont précipités et entassés à l’aéroport de Cluj-Napoca …

  3. Épidémie de Covid-19 : situation au 11 avril dans le V4 et en Autriche

fr-Logo-Visegrad-Post_crop

  1. Pâques en Pologne …

Pâques en Pologne ...zmartwychwstanie-szymon-czechowicz-v2 Chrystus Zmartwychwstał! Zaprawdę Zmartwychwstał!
Christ est ressuscité ! En vérité il est ressuscité !

Szymon Czechowicz (1689–1775), Zmartwychwstanie / wikimedia.org


  – VisegradPost – Sébastien Meuwissen*

Pâques (Wielkanoc – littéralement « Grande Nuit ») est considérée comme l’une des fêtes les plus importantes en Pologne.

La fête de Pâques est une fête familiale pour les Polonais aussi bien que religieuse. Les préparatifs pour cette grande célébration de la résurrection de Jésus-Christ passent irrémédiablement par un nettoyage de printemps réalisé en profondeur. À cette occasion, on passe l’aspirateur, on nettoie le salon, la cuisine, les fenêtres,… Il faut que ça brille !

Chaque année, la Semaine Sainte (Wielki tydzień – Grande Semaine) fait l’objet d’un important déplacement de population aussi bien à l’intérieur des frontières polonaises qu’en provenance de l’étranger. En effet, il y a d’une part les retour de nombreuses personnes dans leur maison familiale souvent située en province et d’autre part des dizaines de milliers de Polonais travaillant à l’étranger (le plus souvent en Europe occidentale) qui viennent passer ces quelques jours dans leur pays d’origine. Bien entendu, ces mouvements seront loin d’avoir une telle ampleur cette année du fait de la pandémie et des mesures de confinement.

Le Jeudi saint (Wielki Czwartek – Grand Jeudi) et le Vendredi saint (Wielki Piątek – Grand Vendredi) représentent le point culminant des 40 jours de jeûne du Carême. Il s’agit du moment où l’on revit la dernière cène et la crucifixion de Jésus-Christ.

Dans la région de Mazovie, il n’est pas rare que des volontaires en uniformes de soldats (par exemple des pompiers) montent la garde devant une représentation du tombeau de Jésus-Christ à l’intérieur de l’église, en mémoire des soldats romains qui gardaient le tombeau à Jérusalem. Ces gardes se relaient toutes les demi heures a partir du Vendredi vers 15h (heure de la crucifixion) jusqu’au dimanche matin. Au cours de la messe de Pâques le dimanche matin, ceux-ci s’écroulent ou du moins se laissent tomber, en référence à la manière dont les soldats romains décrits dans la Bible au moment de la Résurrection de Jésus-Christ ont été retrouvés endormis à l’entrée du tombeau à Jérusalem.

Chaque région polonaise possède ses propres traditions de Pâques. En plus de l’aspect familial, il y a bien entendu l’aspect religieux de la fête de la Résurrection. Celle-ci marque la fin de quarante jours de Carême durant lesquels les croyants se privent de certains petits plaisirs (notamment culinaires). Traditionnellement, comme ailleurs dans le monde catholique, la viande et les fritures notamment sont proscrites.

L’aspect culturel le plus intéressant dans la manière de célébrer la Pâques en Pologne réside parmi les incontournables traditions et symboles qui entourent cette fête.
Un exemple de panier de Pâques. Photo : radiozet.pl

La tradition la plus célèbre est celle du panier de Pâques. Ce panier en osier garni est destiné à être béni par un prêtre le Samedi matin. Dans ce panier, on retrouve un pain (symbole du Christ comme pain de Vie), du sel et du poivre (symboles de la préservation), une figurine représentant un agneau (symbole du sacrifice du Christ), du beurre, de la viande, généralement de la saucisse (évoquant la fin du temps de privation qu’est le Carême) et quelques autres éléments pouvant varier en fonction des régions et des coutumes.

À tout cela s’ajoutent ce qu’on appelle les pisanki. Les pisanki sont des œufs préalablement peints et/ou décorés qu’on retrouve partout en Europe centrale, chaque pays, ou plutôt chaque région, voire chaque famille a ses propres motifs. Dans de nombreuses familles polonaises, la réalisation des pisanki est une tâche dont s’occupent les enfants. Cependant, il existe des spécialistes voire des professionnel(le)s capables d’en faire de véritables œuvres d’arts.

Les fameuses pisanki. Photo : agrofakt.pl

Toutes ces victuailles sont posées soigneusement dans un panier en osier et apportées à l’église la veille de Pâques. Là aussi, les églises étant fermées du fait de l’épidémie, les Polonais ne pourront pas faire bénir leurs paniers cette année.

Le dimanche de Pâques, les cloches des églises sonnent de bonne heure, et ce pendant de longues minutes. La messe de Pâques a lieu tôt le matin. Elle commence généralement par une procession avec le Saint-Sacrement. De nombreux prêtres s’organisent avec leurs paroissiens pour qu’ils puissent suivre en direct sur internet la messe.

Après la messe, les familles retournent chez elles – et cette année, y restent donc ! – et se rassemblent autour de la table pour le petit-déjeuner de Pâques. La table est soigneusement préparée et richement garnie afin de mettre fin au Carême.

Le repas débute avec l’œuf de Pâques (traditionnellement consacré la veille), que les membres de la famille se partagent entre eux à la manière de l’opłatek (voir l’excellent texte de Marlena Prochownik à ce sujet) pour se souhaiter santé et bonheur, ou éventuellement se réconcilier.

Sur la table on retrouve l’agneau pascal, une pâtisserie confectionnée avec du beurre, du gâteau ou de la pâte d’amande. L’agneau symbolise le Christ. La table est riche en viande et en charcuterie, surtout le traditionnel jambon fumé, bien polonais, qui sera traditionnellement accompagné du barszcz, variante polonaise de la soupe de betteraves qu’on retrouve chez plusieurs peuples slaves ; agrémentée parfois de petites ravioles, cette soupe est un peu aigre et douce à  la fois, et diffère du bortsch car elle ne contient ni tomate ni viande, et s’apparente bien plus à un bouillon. Bien sur, comme cela a été évoqué précédemment, chaque région, chaque ville et même chaque famille a ses propres coutumes, ses propres spécialités, et ses propres recettes !

Le lundi de Pâques ou « lundi mouillé » (Lany Poniedziałek ou Śmigus-dyngus) est une ancienne tradition consistant à asperger d’eau les personnes de notre entourage. Le mot śmigus signifie « lacérer les jambes avec des branches de chatons » cela devait apporter du bonheur en aspergeant également d’eau. Là encore, c’est une coutume que l’on retrouve sous une forme ou une autre partout dans les pays du Groupe de Visegrád.

Celui qui voulait éviter d’être aspergé chez lui pouvait faire un don, le « dyngus », qui consistait le plus souvent à donner des œufs. Ainsi des groupes de jeunes allaient d’une maison à l’autre et ramassaient des œufs pour ensuite les donner aux plus nécessiteux. Gare à ceux qui ne veulent rien donner : inondation garantie. Aujourd’hui śmigus dyngus a surtout comme signification, le lundi mouillé !

Et là encore, des symboles se cachent derrière les éléments de la tradition. L’eau et les œufs ont une signification symbolique forte. L’eau lave le péché tandis que les œufs symbolisent la vie et le renouveau – la joie du printemps, et, bien sûr, la résurrection du Christ.

À Pâques, les Polonais se souhaitent une « Joyeuse Résurrection », en polonais Wesołego Alleluja!


*Sébastien Meuwissen est journaliste belgo-polonais diplômé de l’Institut des Hautes Études en Communication Sociales de Bruxelles ainsi que de l’Université Catholique de Louvain. Correspondant occasionnel de différents médias traitant de l’actualité d’Europe centrale, il travaille actuellement comme journaliste pour le pure-player hongrois Stand for Christians (S4C).

source/https://visegradpost.com/fr/2020/04/11/paques-en-pologne/

fr-Logo-Visegrad-Post_crop

 

2/ – 2 000 roumains se sont précipités et entassés à l’aéroport de Cluj-Napoca …

roumanie-aéroport-covid-19

– VisegradPost – La Rédaction

Roumanie – Environ deux milles personnes venues de Transylvanie et de Moldavie s’entassaient ce jeudi matin sur le parking de l’aéroport de Cluj-Napoca en Roumanie où elles attendaient d’embarquer dans douze vols charters qui devaient décoller entre 13h et 21h à destination de l’Allemagne (Berlin, Baden-Baden, Karlsruhe et Düsseldorf) pour travailler comme saisonniers dans l’agriculture.

Ni masques ni distances de sécurité

Les personnes concernées avaient été convoyées à l’aéroport international Avram Iancu de Cluj-Napoca dans des minibus spécialement affrétés par une société de recrutement. Or, comme on peut le constater sur plusieurs vidéos, une grande partie de ces personnes ne portaient pas de masque de protection et quasiment personne ne respectait une quelconque distance vis-à-vis des personnes environnantes, ce qui fait de ce rassemblement un facteur de propagation de l’épidémie de coronavirus, présente en Roumanie comme dans toute l’Europe actuellement, et que l’Allemagne importe par cette opération.

Départ retardé des charters

Légèrement débordée par cette situation, la direction de l’aéroport a fait appel aux autorités (préfecture, gendarmerie et police) afin de gérer cette masse de gens et faire respecter les consignes de sécurité. Le préfet du département de Cluj, Mircea Abrudan, a déclaré que la société de recrutement concernée ferait l’objet d’une enquête. Des scènes similaires se sont déroulées dans les aéroports de Bucarest et de Iaşi, tandis que les charters n’ont pu décoller qu’avec un grand retard.

« Absolument inacceptable »

Par ailleurs, le Premier ministre roumain, Ludovic Orban, a considéré que « ce qui s’est passé [dans les aéroports de Cluj, Bukarest et Iaşi était] absolument inacceptable », tandis que des aides-soignantes roumaines qui devaient se rendre en Autriche pour travailler dans des EHPAD, sont bloquées en Roumanie qui a interdit la sortie du territoire pour tout personnel soignant.


fr-Logo-Visegrad-Post_crop

  1. Épidémie de Covid-19 : situation au 11 avril dans le V4 et en Autriche

hpv

Hongrie

  • Au 11 avril 2020, il y a 1 310 personnes contaminées (13,4 cas pour 100 000 hab.), 85 morts et 115 guérisons.
  • Interrogé hier sur Kossuth Rádió, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a estimé que la Hongrie n’avait pas encore atteint le pic de l’épidémie. « Je ne vois pas encore la lumière au bout du tunnel », a ainsi déclaré Viktor Orbán qui pense que la Hongrie aura besoin de 7 500 à 8 000 respirateurs au plus fort de la crise.

Pologne

Slovaquie

  • Au 11 avril 2020, 728 cas de personnes contaminées sont recensés (13,4 cas pour 100 000 hab.) deux morts et 23 guérisons.

Tchéquie

  • La Tchéquie est toujours le pays le plus touché au sein du V4. Au 11 avril 2020, il y a 5 735 cas recensés (53,9 cas pour 100 000 hab.), 123 morts et 370 guérisons.
  • Le ministre de la Santé, Adam Vojtěch, estime que le port du masque sera obligatoire jusqu’au mois de juin.
  • La ville de Prague a mis en place un camp de toile pour accueillir les sans abris.

Autriche

  • Au 11 avril 2020, il y a 13 795 cas recensés (156 cas pour 100 000 hab.), 337 morts et 6 604 guérisons.
  • Les provinces les plus touchées sont toujours le Tyrol (432 cas pour 100 000 hab.), la province de Salzbourg (208) et le Vorarlberg (208) – en comparaison, la France est aujourd’hui en moyenne à 135 cas pour 100 000 hab.
  • Le ministre autrichien des Sciences et de la Recherche, Heinz Fassmann, a présenté hier une première étude de prévalence réalisée la semaine dernière en Autriche estimant à environ 30 000 (0,32% de la population) le nombre de personnes contaminées par le virus dans le pays, ce qui correspond à plus de trois fois le nombre des cas dépistés au même moment.
  • Environ 600 aides soignantes roumaines attendues pour travailler dans des EHPAD en Autriche sont actuellement bloquées en Roumanie, car les autorités du pays ont interdits à tout personnel soignant de quitter le territoire.
  • Les couples transfrontaliers entre l’Autriche et l’Allemagne n’ont pas la possibilité de se voir pour le moment, les frontières entre les deux pays étant fermées.

source/ https://visegradpost.com/fr/2020/04/11/epidemie-de-covid-19-situation-au-11-avril-dans-le-v4-et-en-autriche/

visegradpost 12729155_1288126031201413_4764648679983496384_n