3583 – Conférences de presse du 4, 5 et 6 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 1_metal

Conférence de presse du 4 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

  1. Q 1 : La Chambre des représentants américaine a adopté ce matin le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours ». Chris Smith, un parlementaire de la Chambre des représentants, a qualifié de « camp de concentration contemporain » la détention massive d’un million de personnes dans le Xinjiang. La Présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a affirmé que le traitement réservé aux Ouïgours par la Chine a irrité la conscience collective du monde entier. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  2. Q 2 : Le Président Trump a déclaré hier qu’il ne verrait pas d’inconvénient si l’accord commercial avec la Chine était conclu après les élections de l’année prochaine. La semaine dernière, il a signé le « Projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». Et puis, cette semaine, la Chambre des représentants a adopté le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours ». La Chine pense-t-elle que l’administration américaine va lier l’économie et le commerce aux droits de l’homme ?
  3. Q 3 : L’adoption par la Chambre des représentants américaine du « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours » aura-t-elle des conséquences sur la conclusion de l’accord commercial sino-américain de première phase ?
  4. Q 4 : Pouvez-vous préciser un peu ce que vous voulez dire par « les États-Unis vont en payer le prix » et quels domaines seront touchés ? Hier, le rédacteur en chef du Global Times a twitté que, comme le Congrès américain projetait d’adopter le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours », la Chine envisageait d’imposer des restrictions de visas aux fonctionnaires américains qui se comportent de manière odieuse à propos du Xinjiang, et d’interdire probablement aux détenteurs de passeports diplomatiques américains d’entrer dans le Xinjiang. Maintenant que le projet de loi a été adopté, seriez-vous en mesure de fournir plus de commentaires à ce sujet ?
  5. Q 5 : Selon des reportages, le dirigeant américain a déclaré ces derniers jours que la Chine était devenue très puissante, et que cela a été réalisé, en grande partie, avec de l’argent américain. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  6. Q 6 : Le Président du Salvador Nayib Armando Bukele Ortez effectue une visite d’État en Chine. Pouvez-vous donner plus d’informations à ce sujet ?
  7. Q 7 : Le Président Trump a déclaré qu’il ne verrait pas d’inconvénient pour signer un accord commercial avec la Chine après les élections de l’année prochaine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Comment évaluez-vous le processus actuel de consultations commerciales entre la Chine et les États-Unis et leur atmosphère ?
  8. Q 8 : Le Ministère chinois des Affaires étrangères peut-il donner des détails sur les sanctions imposées aux ONG américaines ? Par exemple, y aura-t-il des restrictions sur les flux de capitaux au sein de ces organisations ou sur leur accès dans la partie continentale de la Chine ?
  9. Q 9 : Les sanctions sont-elles déjà entrées en vigueur ? Sinon, quand donc ?
  10. Q 10 : Au sujet du projet de loi sur les droits de l’homme au Xinjiang, vous avez déclaré que la Chine réagirait encore davantage, selon l’évolution de la situation. Si ce projet de loi est signé, la Chine prendra-t-elle des contre-mesures ou des représailles ?

Conférence de presse du 5 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

  1. Q 11 : Bien que des responsables américains aient fait tout leur possible pour influencer l’Europe et faire pression sur elle dans le but de faire de la Chine une « menace », la Déclaration de Londres publiée le 4 décembre au sommet de l’OTAN n’a pas choisi ce positionnement. Des diplomates anonymes de l’OTAN affirment que la plupart des Européens ne pensent pas que cela est dans leur intérêt national. L’OTAN reconnaît que la Chine est un grand pays en émergence, mais que cela ne signifie pas qu’elle fera de la Chine un nouvel ennemi. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  2. Q 12 : Un porte-parole du Département d’État américain a affirmé, dans une déclaration du 4 décembre, que permettre à des entreprises de télécommunications chinoises, comme Huawei et ZTE, de participer à la construction d’une partie quelconque du réseau 5G d’un pays serait dangereux et poserait des risques majeurs pour la vie privée, les droits de l’homme et la sécurité des citoyens de ce pays. Les États-Unis exhortent tous les pays, y compris leurs partenaires et leurs alliés, à empêcher les fournisseurs non fiables d’accéder à une partie quelconque de leur futur réseau 5G. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  3. Q 13 : Selon des médias, les États-Unis ont annoncé le 2 décembre la reprise immédiate des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine. Le bureau du représentant américain au commerce a publié un communiqué ce soir-là dans lequel il a annoncé son projet d’imposer des droits de douane pouvant atteindre 100% sur les importations françaises pour un montant de 2,4 milliards de dollars. D’autres reportages indiquent également que les États-Unis étudient la possibilité d’ouvrir des enquêtes sur l’Autriche, l’Italie et la Turquie concernant la taxe numérique. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  4. Q 14 : Le 3 décembre, la 74e Assemblée générale des Nations Unies a convoqué une session plénière pour examiner la question de la Palestine et la situation au Moyen-Orient. Les représentants permanents de la Chine et de plusieurs autres pays aux Nations-Unies ont présenté, dans leurs interventions, leurs points de vue sur la question du Moyen-Orient. Pouvez-vous donner plus d’informations à ce sujet ?
  5. Q 15 : Pouvez-vous nous informer des résultats de la visite du Conseiller d’État Wang Yi en République de Corée ? Des reportages indiquent que les deux parties sont en train de discuter des questions relatives à la visite du dirigeant chinois en République de Corée au premier semestre de l’année prochaine. Pouvez-vous confirmer cela ?
  6. Q 16 : Nous avons noté que les États-Unis avaient récemment pris des mesures à l’encontre de la Chine sur les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang et qu’ils avaient également déclaré qu’il n’y avait aucune urgence à conclure un accord commercial avec la Chine, ce qui a provoqué une chute générale des actions à la Bourse américaine le 3 décembre. En outre, selon un rapport récent de l’American Farm Bureau Federation (AFBF), 580 fermes se sont déclarées en faillite entre septembre 2018 et septembre 2019, soit une augmentation de 24% sur un an. Dans neuf États américains, le nombre de fermes en faillites a été le plus élevé depuis les dix dernières années. Le président de l’AFBF, Zippy Duvall, a déclaré que plus les consultations dureraient, plus il serait difficile pour les agriculteurs américains de récupérer des parts de marché en Chine. Quelle est votre réponse à ce sujet ?
  7. Q 17 : Le Secrétaire général du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Patrushev est actuellement en Chine pour coprésider, avec le directeur Yang Jiechi, le 15e cycle de consultations sur la sécurité stratégique entre la Chine et la Russie. Selon des analystes, la Chine et la Russie ont apparemment renforcé leur coordination stratégique ces derniers temps. Pouvez-vous donner plus d’informations en la matière ?
  8. Q 18 : La Chine et la RPDC ont tenu le 13e cycle de consultations consulaires le 3 décembre à Beijing. Ont-elles discuté du rapatriement des travailleurs de la RPDC conformément à la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU ? Comme il y a encore beaucoup de travailleurs de la RPDC en Chine, quelles mesures la Chine va-t-elle prendre ?

Conférence de presse du 6 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

  1. Q 19 : Un article du 5 décembre du New York Times montre des dessins faits en captivité par un prisonnier de Guantanamo Bay décrivant les détails de la façon dont la CIA l’a maltraité et torturé, y compris la torture par l’eau, qu’il a endurée 83 fois, l’utilisation de boîtes de confinement, la technique du mur et la privation de sommeil. Quel est votre commentaire à ce sujet ?
  2. Q 20 : Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le Ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva que le gouvernement chinois n’hésiterait pas à utiliser Huawei comme outil pour voler des données secrètes, et que les Etats-Unis avaient essayé pendant des années de sensibiliser leurs alliés aux risques de travailler avec des entreprises de télécommunications peu fiables. Mais le Ministre des Affaires étrangères Silva a déclaré que les offres des opérateurs 5G seraient évaluées conformément aux réglementations de l’UE et que tous les investissements étrangers étaient les bienvenus au Portugal. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  3. Q 21 : Une réunion de la Commission conjointe du Plan d’action global commun (PAGC) se tiendra le 6 décembre à Vienne, en Autriche, pour discuter des moyens de sauver l’accord international. Y participeront des représentants de Russie, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de Chine, de France et d’Iran. Qui représentera la Chine ? La Chine a-t-elle des attentes ?
  4. Q 22 : Une entreprise d’Etat russe a suspendu son projet de recherche avec l’Iran après que les Etats-Unis ont levé l’exemption de sanctions contre les installations nucléaires de Fordow. Je me demande quel est votre commentaire.
  5. Q 23  : Cet après-midi, la Commission des droits de douane du Conseil des Affaires d’Etat a annoncé des exemptions tarifaires pour certains achats de soja et de porc en provenance des Etats-Unis. D’abord, pourquoi l’annonce a-t-elle été faite cet après-midi ? Ensuite, pourriez-vous nous donner plus de détails sur le volume des achats, ou peut-être la valeur des achats ?
  6. Q 24 : Le Président du Comité des relations étrangères du Sénat américain, James Risch, a déclaré récemment que le Parti communiste chinois devait être tenu responsable des graves violations des droits de l’Homme dans le Xinjiang. Le sénateur Graham a déclaré qu’au 21e siècle, les Etats-Unis ne toléreraient pas un régime totalitaire mettant en place des « camps de concentration » des populations en fonction de leur statut religieux. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  7. Q 25 : Selon des reportages, la Chine a pris des contre-mesures en réponse aux restrictions américaines imposées aux diplomates chinois. Pourriez-vous confirmer cela et offrir plus d’informations ?
  8. Q 26 : La Banque mondiale a approuvé hier un budget de 1 à 1,5 milliard de dollars concernant des programmes de prêts à faible taux d’intérêt pour la Chine. Le sénateur américain Grassley a déclaré que la Banque mondiale ne devrait pas prêter l’argent des contribuables américains à des pays riches qui violent les droits de l’Homme de leurs citoyens. Quelle est votre réponse à cela ?
  9. Q 27 : Vous venez de confirmer que la Chine a pris des contre-mesures. Ces mesures de restrictions de visa visent-elles les fonctionnaires et les détenteurs de passeports diplomatiques américains ?
  10. Q 28 : Une autre question sur les contre-mesures. Selon des reportages, les diplomates américains en Chine devront informer le Ministère des Affaires étrangères cinq jours ouvrables à l’avance avant de rencontrer des représentants des gouvernements locaux chinois. Pourriez-vous confirmer cela ?
  11. Q 29 : La réunion 2019 des Etats parties à la Convention sur l’interdiction des armes biologiques (BWC) s’est ouverte le 3 décembre. Un certain Etat partie a entravé les négociations sur un protocole avec un régime de vérification. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? Quelle est la position de la Chine sur les négociations ?

CHINE 1_metal

Conférence de presse du 4 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 1 Conférence de presse du 4 décembre 2019 W020191204689424510598

La Chambre des représentants américaine vient d’adopter le soi-disant « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme ouïgours ».
Ce projet de loi dénigre délibérément la situation des droits de l’homme dans le Xinjiang en Chine, discrédite les efforts déployés par la Chine en matière de déradicalisation et de lutte antiterroriste, et s’attaque violemment à la politique du gouvernement chinois à l’égard du Xinjiang.

Il viole gravement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et interfère de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine exprime sa vive indignation et sa ferme opposition à cet égard.

Au fond, les questions liées au Xinjiang ne concernent pas les droits de l’homme, l’appartenance ethnique ou la religion, mais la lutte contre la violence, le terrorisme et le séparatisme.
Auparavant, le Xinjiang était profondément touché par l’extrémisme, la violence et le terrorisme. Confronté à cette situation grave, le gouvernement de la région autonome du Xinjiang a combattu, conformément à la loi, les crimes violents et terroristes tout en s’attaquant à leur source.

Il a également travaillé à la déradicalisation et à la promotion de la croissance économique, de la solidarité ethnique, de l’harmonie sociale et de la stabilité. Grâce à ces efforts, le Xinjiang n’a connu aucune attaque terroriste depuis les trois dernières années. Ces mesures sont appuyées par les 25 millions d’habitants de différentes ethnies du Xinjiang et ont également contribué à la lutte antiterroriste mondiale.

La communauté internationale a exprimé sa haute appréciation de la politique de la Chine au Xinjiang.

  • Depuis la fin de 2018, plus de 1 000 officiels de différents pays et régions, des représentants d’organisations internationales, de médias et de groupements religieux, des chercheurs et des spécialistes ont visité le Xinjiang en 70 groupes.
  • Ils ont apprécié l’expérience de lutte antiterroriste et de déradicalisation du Xinjiang.

En mars 2019, le Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la Coopération islamique a adopté une résolution dans laquelle il a salué les efforts déployés par la Chine pour entourer les habitants musulmans de sollicitude.

En juillet dernier, les représentants de quelque 50 pays auprès de l’Office des Nations Unies à Genève ont cosigné une lettre adressée au Président du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et à la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, applaudissant le respect et la protection des droits de l’homme par la Chine dans sa lutte antiterroriste et la déradicalisation.

En octobre, lors d’une session de trois commissions de la 74e Assemblée générale, plus de 60 pays ont fait l’éloge, dans leurs interventions, des énormes progrès réalisés dans le domaine des droits de l’homme dans le Xinjiang, en Chine.

Tout cela prouve que les accusations américaines sur les questions liées au Xinjiang vont totalement à l’encontre des faits et de l’opinion générale de la communauté internationale.

Nous avertissons sévèrement les États-Unis que les affaires du Xinjiang sont des affaires purement intérieures de la Chine et qu’elles n’admettent aucune ingérence étrangère.

Le projet de loi américain noircit délibérément les efforts chinois en matière de lutte antiterroriste et de déradicalisation, il ne fera que révéler la pratique américaine de « deux poids deux mesures » dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et exposer davantage au peuple chinois l’hypocrisie et les intentions malveillantes des États-Unis.
Le gouvernement et le peuple chinois sont déterminés sans réserve à préserver la souveraineté nationale, ainsi que les intérêts de sécurité et de développement.
La tentative américaine de semer la discorde entre les différentes ethnies en Chine, de compromettre la prospérité et la stabilité du Xinjiang et de contenir la croissance de la Chine sous le prétexte des questions liées au Xinjiang est vouée à l’échec.
Nous exhortons les États-Unis à corriger immédiatement leurs erreurs, à empêcher la ratification de ce projet de loi et à cesser d’intervenir dans les affaires intérieures de la Chine en utilisant les questions liées au Xinjiang. La Chine se réservera le droit de réagir davantage en fonction de l’évolution de la situation.

CHINE 2 Conférence de presse du 4 décembre 2019 W020191204689424528177

Q 1 : La Chambre des représentants américaine a adopté ce matin le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours ». Chris Smith, un parlementaire de la Chambre des représentants, a qualifié de « camp de concentration contemporain » la détention massive d’un million de personnes dans le Xinjiang.
La Présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a affirmé que le traitement réservé aux Ouïgours par la Chine a irrité la conscience collective du monde entier. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

USA Nancy Pelosi 20376647 USA Nancy Pelosi  

R : Je ne sais pas ce que vous pensez des parlementaires américains, mais j’ai entendu dire que certains d’entre eux n’avaient même pas de passeport, qu’ils n’étaient jamais allés en Chine, sans parler du Xinjiang.

Comment peuvent-ils représenter les 1,4 milliard de Chinois ou les 25 millions d’habitants du Xinjiang ?

Et pourtant, ils font des allégations injustifiées et des commentaires erronés sur le Xinjiang. En se croyant orgueilleusement dans la voie de la raison, ils sont d’une folle présomption !

Ces politiciens américains parlent de « conscience » à propos de la Chine sur les ethnies minoritaires.

Quelle ignorance, quelle honte, quelle hypocrisie !

TrumpIndianer-777x437

Ces politiciens américains ont-ils vraiment oublié que les 200 ans d’histoire des États-Unis sont une histoire de sang et de larmes des Indiens ?

Les Indiens étaient les maîtres naturels du continent américain.

Pendant près de cent ans, au 19e siècle, l’armée américaine a expulsé et massacré de manière effrénée des Indiens par l’Expansion vers l’Ouest, occupé des millions de kilomètres carrés de terres des Indiens et s’est emparée d’innombrables ressources naturelles.
Par ailleurs, le gouvernement américain a mis en place une politique d’assimilation forcée des Indiens. Il les a longtemps expulsés, massacrés et persécutés, sans leur accorder le droit à la citoyenneté. Aujourd’hui, le nombre d’Indiens aux États-Unis ne représente que 2,09% de la population totale américaine et ils font face à de nombreuses difficultés, notamment des conditions de vie très arriérées, le manque d’eau et d’électricité, le non-accès à Internet, le chômage, la pauvreté, les maladies et le mal-logement.

Les parlementaires américains ne connaissent-ils vraiment pas ces faits impressionnants ? Où est leur conscience alors ?

La Chine met en œuvre le système d’autonomie régionale ethnique, défend l’égalité et l’unité ethniques, respecte et protège, en vertu de la loi, la liberté de croyance religieuse, protège les activités religieuses normales et préserve les droits et intérêts légitimes des groupements religieux, des lieux de culte et des croyants.

indiens (13)

Les citoyens de toutes les ethnies du Xinjiang jouissent d’un statut juridique égal et des différents droits donnés par la Constitution et les lois, y compris le droit d’élire et d’être élus, le droit de participer à la gestion des affaires de l’État, le droit à l’éducation et le droit d’utiliser les langues parlées et écrites de leurs ethnies pour poursuivre la culture traditionnelle de leur ethnie, ainsi que la liberté de croyance religieuse.

Les questions liées au Xinjiang ne concernent nullement les droits de l’homme, l’appartenance ethnique ou la religion, mais la lutte contre le séparatisme, le terrorisme et la violence.

Depuis les années 1990, en particulier après les attentats du 11 septembre, les forces des « trois fléaux », à savoir le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme, ont perpétré plusieurs milliers d’attaques terroristes violentes dans le Xinjiang, causant de nombreuses victimes et d’importantes pertes matérielles au public innocent.

china-central-asia-800-080512

Rien que dans l’incident du 5 juillet, 197 personnes ont été tuées et plus de 1 700 ont été blessées. S’inspirant de l’expérience acquise par la communauté internationale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le Xinjiang a développé la formation et l’enseignement professionnels, ce qui constitue une réponse à l’appel lancé dans le Plan d’action des Nations Unies pour la prévention de l’extrémisme violent.

Je ne sais pas si les parlementaires américains ont lu le document en question. Peut-être ne se soucient-ils jamais des résolutions ou des plans d’action de l’ONU.

Comme le souligne le Plan d’action pour prévenir l’extrémisme violent, la pauvreté, le chômage, le manque d’opportunités d’emploi, le niveau médiocre de l’éducation, et la déformation et l’utilisation délibérées par certains groupes de l’extrémisme violent des croyances religieuses, des différences ethniques et des idées politiques sont les circonstances et les causes de l’extrémisme violent.
Le Plan d’action propose d’encourager les membres des groupes extrémistes violents à quitter ces organisations en leur offrant des possibilités d’éducation, de formation professionnelle et de développement économique.

À cette fin, de nombreux pays dans le monde ont mis en place des centres de déradicalisation et des centres de transformation par l’éducation.

  • Certains pays mettent en pratique à la fois la transformation par l’éducation de terroristes et de groupes très vulnérables dans les prisons et dans les quartiers d’habitation.
  • Dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni, dont j’ai parlé hier, le programme de renoncement et de désengagement (DDP) oblige tous les individus liés au terrorisme à suivre une formation et crée des centres de ségrégation en prison pour empêcher la propagation du terrorisme radical violent.

Comme l’a prouvé la pratique, les mesures prises dans le Xinjiang constituent une réponse active au Plan d’action de l’ONU et une exploration utile de sa mise en pratique.

La situation sécuritaire s’est considérablement améliorée au Xinjiang, sans une seule attaque terroriste depuis trois ans. Les efforts de lutte antiterroriste préventive et de déradicalisation ont non seulement gagné le soutien des habitants de toutes les ethnies du Xinjiang, mais ont également bénéficié de la reconnaissance et de l’appréciation de la communauté internationale.

Les États-Unis doivent s’inspirer et apprendre, et non discréditer, les efforts déployés par la Chine visant à combattre le terrorisme violent et la radicalisation et les résultats obtenus dans ces domaines.

Les États-Unis oublient de façon sélective leurs actes cruels de persécution et de massacre d’Indiens et ferment les yeux sur leurs douleurs du passé et leur misère actuelle, tout en diffamant et en dénaturant sans vergogne la politique de la Chine à l’égard des ethnies minoritaires, notamment en ce qui concerne le Xinjiang, dans le but de semer la discorde dans les relations ethniques en Chine, de saper la prospérité et la stabilité du Xinjiang, et d’entraver le développement et la croissance de la Chine.

Cela ne fait qu’exposer au grand jour la pratique américaine du « deux poids deux mesures » en matière de lutte contre le terrorisme, et permettre au monde de mieux percevoir l’hypocrisie et les intentions sinistres des États-Unis.

Au fond, les 25 millions d’habitants du Xinjiang et les 1,4 milliard de Chinois sont les mieux placés pour dire quelle est la situation du Xinjiang. Les parlementaires américains ne peuvent même pas représenter les intérêts du peuple américain.
      • Comment pourraient-ils parler au nom du peuple chinois ou du peuple du Xinjiang ?

      • Qu’est-ce qui les fait croire qu’ils peuvent faire des remarques excessives sur nous ?

Ces dernières années, les États-Unis, sous le couvert des droits de l’homme et de la lutte antiterroriste, ont déclenché des guerres en Afghanistan, en Irak et en Syrie, ce qui a causé la mort ou blessé des millions de civils innocents, et provoqué le déplacement d’un grand nombre de réfugiés.

De tels actes, au mépris total du droit à la vie et au développement des populations d’autres pays, constituent un véritable outrage à la conscience du monde !

Il importe de souligner que le terrorisme et l’extrémisme sont des ennemis communs de la société humaine, et que la lutte antiterroriste et la déradicalisation relèvent de la responsabilité commune de la communauté internationale. L’incident du 11 septembre n’est pas éloigné des souvenirs du monde entier, et les États-Unis ne devraient pas oublier les douleurs passées une fois les blessures cicatrisées.

Si les États-Unis continuent de jouer aux « deux poids deux mesures » en matière de lutte contre le terrorisme, et tentent même de porter atteinte à la souveraineté et à la sécurité d’autres pays, ils ne finiront que par subir les conséquences de leurs propres actes et nuire à leurs propres intérêts.

Je viens d’apprendre qu’AP et quelques autres médias étrangers diffusent cette conférence de presse en direct. Je voudrais vous demander de transmettre un message aux Américains ordinaires :

savez-vous ce que les Chinois ordinaires pensent de ce projet de loi stupide que le Congrès américain vient d’adopter ?

Voilà le point de vue de la population chinoise :
        • les États-Unis ont plongé l’Afghanistan dans le chaos, puis l’Irak, la Syrie et le Yémen.

        • Maintenant, ils essaient de plonger dans le chaos le Xinjiang et Hong Kong, en Chine.

        • Mais ce n’est qu’une idée unilatérale et une pure imagination de la partie américaine.

        • Cela ne se réalisera jamais. J’espère que vous laisserez le peuple américain entendre la voix forte du peuple chinois. Merci.

CHINE 3 Conférence de presse du 4 décembre 2019 W020191204689424539534

Q 2 : Le Président Trump a déclaré hier qu’il ne verrait pas d’inconvénient si l’accord commercial avec la Chine était conclu après les élections de l’année prochaine. La semaine dernière, il a signé le « Projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». Et puis, cette semaine, la Chambre des représentants a adopté le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours ». La Chine pense-t-elle que l’administration américaine va lier l’économie et le commerce aux droits de l’homme ?

USA 20572471  Donald Trump

R : Si vous voulez savoir ce que les États-Unis pensent et envisagent de faire, vous devriez poser la question à la partie américaine. Pour la Chine, notre position est constante et claire et nous avons toujours honoré nos engagements.
En ce qui concerne l’économie et le commerce, nous estimons et nous sommes sûrs que seul un accord mutuellement avantageux et acceptable pour les deux parties, et conclu sur la base de l’égalité et du respect mutuel, sera durable et correspondra aux intérêts communs des deux peuples.
Concernant les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang, nous avons également exprimé à plusieurs reprises la position solennelle du gouvernement chinois. Personne ne doit sous-estimer la détermination et la capacité du gouvernement chinois à protéger la souveraineté nationale, les intérêts de sécurité et de développement. Votre question me rappelle de nombreux commentaires et suggestions des médias.
J’ai l’impression que le monde ne peut plus supporter le comportement des États-Unis et appelle la partie chinoise en espérant qu’elle prendra des contre-mesures plus énergiques.

Je vous l’assure, le gouvernement chinois a la détermination et la capacité de protéger la souveraineté nationale, les intérêts de sécurité et de développement du pays. Les tentatives visant à contenir le développement et la croissance de la Chine en faisant recours aux questions liées à Hong Kong et au Xinjiang ne sont que pure imagination.

Q 3 : L’adoption par la Chambre des représentants américaine du « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours » aura-t-elle des conséquences sur la conclusion de l’accord commercial sino-américain de première phase ?
R : Si les États-Unis prennent des mesures qui nuisent aux intérêts de la Chine, ils devront en payer le prix. En outre, il est possible que cela affecte les relations sino-américaines et la coopération bilatérale dans des domaines importants.
Q 4 : Pouvez-vous préciser un peu ce que vous voulez dire par « les États-Unis vont en payer le prix » et quels domaines seront touchés ? Hier, le rédacteur en chef du Global Times a twitté que, comme le Congrès américain projetait d’adopter le « Projet de loi 2019 sur la politique relative aux droits de l’homme des Ouïgours », la Chine envisageait d’imposer des restrictions de visas aux fonctionnaires américains qui se comportent de manière odieuse à propos du Xinjiang, et d’interdire probablement aux détenteurs de passeports diplomatiques américains d’entrer dans le Xinjiang. Maintenant que le projet de loi a été adopté, seriez-vous en mesure de fournir plus de commentaires à ce sujet ?

0506-chine-A

R : Comme je viens de le dire, nous avons noté que les médias chinois et américains avaient fait de nombreuses suppositions et interprétations à ce sujet. Beaucoup de personnes ne peuvent plus supporter les agissements hégémoniques américains, qui sont déraisonnables, erronés et stupides. Elles ont avancé des suggestions dans notre intérêt. Nous les remercions pour leur attention et les prions d’être rassurées : le gouvernement chinois est tout à fait capable de préserver la souveraineté nationale, les intérêts de sécurité et de développement.

Quant aux actions qui seront entreprises, veuillez patienter, le prix à payer finira par arriver.

Q 5 : Selon des reportages, le dirigeant américain a déclaré ces derniers jours que la Chine était devenue très puissante, et que cela a été réalisé, en grande partie, avec de l’argent américain. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

s3.reutersmedia.net

R : Que c’est ridicule ! En portant le regard dans le monde entier, quel pays est-il capable de reconstruire une Chine avec de l’argent ? N’est-ce pas absurde ? Les réalisations de la Chine ne sont ni tombées du ciel ni une faveur accordée par quelqu’un. C’est le peuple chinois qui les a accomplies avec diligence, sueur, sagesse et courage. Si quelqu’un ne comprend pas ceci, je dirai qu’il a vraiment besoin d’un cours.
Je tiens à souligner que, depuis 1987, année où la Chine a commencé à tenir des statistiques sur les investissements étrangers, le pays a utilisé au total plus de 2 000 milliards de dollars de capitaux étrangers.

Les investissements américains, à hauteur de 80 milliards de dollars, ne représentent que 4% du total des investissements étrangers.

Mais nous savons tous que les États-Unis ont tiré d’énormes profits de la coopération mutuellement avantageuse avec la Chine.
  • Combien de ménages américains ont vu leur coût de la vie largement réduit grâce aux produits chinois ?
  • Et combien d’entreprises américaines ont réalisé d’énormes bénéfices ?
Sur l’ensemble des entreprises américaines interrogées, 97% déclarent avoir réalisé des bénéfices en faisant des affaires avec la Chine.
Selon un rapport du Conseil national du commerce américano-chinois, les exportations américaines vers la Chine représentent à elles seules plus de 1,1 million d’emplois aux États-Unis.
En 2017, General Motors a perdu 11 milliards de RMB sur les marchés mondiaux, mais a enregistré des bénéfices nets de 13,4 milliards de RMB provenant de deux entreprises à capitaux mixtes basées en Chine.
Les ventes de Qualcomm en Chine ont représenté 58% de son chiffre d’affaires total dans le monde.

Autrement dit, combien d’entreprises américaines sont-elles nourries et engraissées par la Chine ? J’espère qu’elles feront les comptes.

CHINE 4 Conférence de presse du 4 décembre 2019 W020191204689424534585

Q 6 : Le Président du Salvador Nayib Armando Bukele Ortez effectue une visite d’État en Chine. Pouvez-vous donner plus d’informations à ce sujet ?

SALVADOR Le Président du Salvador Nayib Armando Bukele Ortez    Nayib_cara.jpg Le Président du Salvador Nayib Armando Bukele Ortez 

R : À l’invitation du Président Xi Jinping, le Président salvadorien Nayib Armando Bukele Ortez effectue une visite d’État en Chine du 1er au 6 décembre. Hier, le Président Xi Jinping a eu un entretien très fructueux avec le Président Bukele. Les deux Chefs d’État ont assisté à la signature d’accords de coopération dans les domaines de la science et de la technologie, de l’agriculture, du commerce, de l’investissement, du tourisme et du sport. Les deux parties ont publié une déclaration commune.

L’établissement et le développement des relations diplomatiques entre la Chine et le Salvador ont ouvert la porte de leur coopération bilatérale.

La visite du Président Bukele en Chine marquera d’un jalon les relations bilatérales, qui sont portées à un nouveau point de départ historique et qui embrasseront un avenir plus radieux.
Les progrès réalisés par les échanges et la coopération dans les différents domaines depuis un peu plus d’un an ont également prouvé que l’établissement de relations diplomatiques est dans l’intérêt fondamental des deux peuples.
  • Comme le Président Bukele l’a fait remarquer, l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays est tout nouveau, mais ces relations recèlent un grand potentiel de développement et les deux parties sont parfaitement capables de devenir de bons amis et de bons partenaires.
  • Le Président Bukele est convaincu que le développement des relations diplomatiques avec la Chine, une grande nation et un ami sincère, apportera des opportunités de développement au Salvador et des avantages tangibles à son peuple.
  • Le Salvador œuvre à développer des relations d’amitié à long terme avec la Chine. La partie salvadorienne a réitéré qu’elle observait pleinement le principe d’une seule Chine et soutenait la réunification pacifique de la Chine.
  • Les accords de coopération bilatéraux signés lors de la visite du Président Bukele ouvriront de nouvelles perspectives pour une coopération bilatérale à l’avenir. La Chine souhaite resserrer les liens avec le Salvador et renforcer notre coopération dans différents domaines. Et nous espérons que davantage d’amis salvadoriens de divers secteurs viendront en Chine.

1200px-Elsalvador_relief_map_1980

salvador

Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, des amis salvadoriens sont venus en Chine. Ils ont dit qu’ils considéraient la Chine comme un mystère avant de venir, mais qu’ils étaient fascinés après leur visite en Chine. Je crois que beaucoup d’amis étrangers partagent le même point de vue. La Chine est si grande qu’il est très difficile de connaître la Chine authentique si on ne met pas les pieds sur cette terre et si on ne lit que des reportages partiels de certains médias occidentaux. Ce n’est qu’après son arrivée en Chine qu’on peut découvrir qu’à quel point la Chine d’aujourd’hui est moderne, ouverte et amicale, ce qui est totalement différent de la description de certains médias occidentaux. En ce sens, il est très important d’intensifier les échanges entre les peuples.

Dans l’entretien d’hier, le dirigeant chinois a lancé l’invitation tout en souhaitant la bienvenue à plus d’amis salvadoriens de différents milieux à venir en Chine et à voir le pays de leurs propres yeux.

Au fur et à mesure du resserrement des liens entre les deux peuples, et avec une plus grande confiance mutuelle, je suis convaincue que les relations entre nos deux pays auront une base sociale et populaire encore plus large et plus solide et que les relations bilatérales connaîtront un développement durable, sain et stable.

Q 7 : Le Président Trump a déclaré qu’il ne verrait pas d’inconvénient pour signer un accord commercial avec la Chine après les élections de l’année prochaine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Comment évaluez-vous le processus actuel de consultations commerciales entre la Chine et les États-Unis et leur atmosphère ?
FILES-US-CHINA-TRADE-DIPLOMACYDonald Trump et Liu He, le vice-Premier ministre chinois, lors d’une rencontre à la Maison Blanche le 4 avril 2019. JIM WATSON/AFP
R : Rappelons-nous ce qui s’est passé depuis le début des frictions commerciales en mars 2018. La Chine a-t-elle dit quand conclure un accord ? Non.

Ce sont les États-Unis qui ne cessent de laisser entendre des choses telles que : « on est proche d’un accord », « pas d’accord conclu », « quand l’accord devrait être conclu », « je veux parvenir à un accord », ou « je ne veux pas la conclusion d’un accord », etc. Mais la Chine n’a jamais dit des choses pareilles, n’est-ce pas ?

La position de la Chine sur les questions économiques et commerciales est constante, claire et hautement consensuelle. Nous avons la certitude qu’une guerre commerciale n’est pas dans l’intérêt des deux parties.

Dans le contexte de la mondialisation, la Chine et les États-Unis ont des intérêts si étroitement liés que la coopération bilatérale est cruciale pour la reprise et la croissance de l’économie mondiale.

Non seulement les Chinois et les Américains, mais aussi certaines organisations financières internationales et les autres pays du monde espèrent que les deux pays pourront parvenir à un accord mutuellement avantageux pour contribuer à la reprise et à la croissance de l’économie mondiale, ce qui est conforme aux aspirations et aux attentes des deux peuples.
Cependant, si ces aspirations normales et légitimes ne peuvent pas être satisfaites et si nous sommes confrontés aux pressions de l’unilatéralisme, du protectionnisme et de l’intimidation commerciale, nous n’aurons d’autre choix que de prendre des mesures résolues et décisives pour défendre nos droits et intérêts légitimes. La position de la Chine est toujours très claire.
Nous ne fixons pas de délai pour la conclusion d’un accord. Notre attitude est toujours constante et claire, à savoir que les consultations doivent être fondées sur l’égalité et le respect mutuel et que le résultat doit être mutuellement avantageux et acceptable pour les deux parties. Nous espérons que certaines personnes aux États-Unis se mettront à l’écoute de la voix des peuples.
Q 8 : Le Ministère chinois des Affaires étrangères peut-il donner des détails sur les sanctions imposées aux ONG américaines ? Par exemple, y aura-t-il des restrictions sur les flux de capitaux au sein de ces organisations ou sur leur accès dans la partie continentale de la Chine ?
R : Vous avez l’air très pressés, vous pensez tous que ces organisations ayant commis des tas de crimes odieux méritent d’être punies, n’est-ce pas ? Le sanctionné ressentira la douleur. Ne vous pressez pas.
Q 9 : Les sanctions sont-elles déjà entrées en vigueur ? Sinon, quand donc ?
R : Je viens de répondre à une question similaire. Ne vous pressez pas. Veuillez patienter, même si vous ne pouvez plus supporter cette situation, d’accord ?
Q 10 : Au sujet du projet de loi sur les droits de l’homme au Xinjiang, vous avez déclaré que la Chine réagirait encore davantage, selon l’évolution de la situation. Si ce projet de loi est signé, la Chine prendra-t-elle des contre-mesures ou des représailles ?
R : Qui sème le vent récolte la tempête, dit un adage chinois. Si les États-Unis prennent des mesures nuisant aux intérêts de la Chine, ils subiront des contre-mesures.

CHINE 5 Conférence de presse du 4 décembre 2019 W020191204689424541962


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1722696.shtml


CHINE 1_metal

Conférence de presse du 5 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 6 Conférence de presse du 5 décembre 2019 W020191205624252022744

À l’invitation de Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, Shigeru Kitamura, directeur du Conseil de sécurité nationale du Japon, effectuera une visite en Chine du 5 au 7 décembre.

Chinese-State-Councilor-Yang-Jiechi-urges-China-US-to-strengthen-ties Yang Jiechi

https://www.ft.com/__origami/service/image/v2/images/raw/https%3A%2F%2Fs3-ap-northeast-1.amazonaws.com%2Fpsh-ex-ftnikkei-3937bb4%2Fimages%2F8%2F3%2F5%2F6%2F22426538-6-eng-GB%2FCropped-1567583888RTX2MZCT.jpg?source=nar-cms  Shotaro Yachi became the first head of the secretariat for the National Security Council, which was founded in January 2014 by Prime Minister Shinzo Abe.   © Reuters
Les deux parties tiendront un nouveau cycle de dialogue politique de haut niveau entre la Chine et le Japon afin d’échanger leurs points de vue sur les relations bilatérales et les grandes questions d’intérêt commun.

birmanie_lettreouv_20180906_bis Daw Aung San Suu Kyi,

À l’invitation de Daw Aung San Suu Kyi, la Conseillère d’État et Ministre des Affaires étrangères du Myanmar, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite au Myanmar les 7 et 8 décembre.
Q 11 : Bien que des responsables américains aient fait tout leur possible pour influencer l’Europe et faire pression sur elle dans le but de faire de la Chine une « menace », la Déclaration de Londres publiée le 4 décembre au sommet de l’OTAN n’a pas choisi ce positionnement. Des diplomates anonymes de l’OTAN affirment que la plupart des Européens ne pensent pas que cela est dans leur intérêt national. L’OTAN reconnaît que la Chine est un grand pays en émergence, mais que cela ne signifie pas qu’elle fera de la Chine un nouvel ennemi. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

OTAN 20190514_180222_NNHQ29-flags

R : Que l’on constitue une menace ou non n’a rien à voir avec la taille. Il est vrai que la Chine est un grand pays avec une influence croissante. Mais nous poursuivons la voie du développement pacifique, nous sommes attachés aux idées selon lesquelles les peuples du monde entier sont d’une même famille et doivent vivre dans une harmonie respectueuse de la diversité, et nous nous prononçons pour l’égalité et le respect mutuels. Une Chine en croissance représente donc la croissance de la force pour la paix, l’équité et la justice.
Nous avons également noté qu’il y a beaucoup de voix objectives et rationnelles au sein de l’OTAN qui ne veulent pas être hostiles à la Chine. En fait, l’unilatéralisme et les pratiques d’intimidation sont la principale menace et le plus grand défi auxquels le monde est confronté. Même les alliés des États-Unis en souffrent profondément.
Q 12 : Un porte-parole du Département d’État américain a affirmé, dans une déclaration du 4 décembre, que permettre à des entreprises de télécommunications chinoises, comme Huawei et ZTE, de participer à la construction d’une partie quelconque du réseau 5G d’un pays serait dangereux et poserait des risques majeurs pour la vie privée, les droits de l’homme et la sécurité des citoyens de ce pays. Les États-Unis exhortent tous les pays, y compris leurs partenaires et leurs alliés, à empêcher les fournisseurs non fiables d’accéder à une partie quelconque de leur futur réseau 5G. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
Intelligence-Community-logos L ’Intelligence Community (IC) joue un rôle actif dans la défense des intérêts économiques américains
R : Les États-Unis parlent à tout propos de la sécurité. J’aimerais savoir quelle est la norme de sécurité.
  • Qui devrait décider et juger ce qui est sûr et ce qui est dangereux ?
  • Comment pouvons-nous faire confiance à quelqu’un qui est à la fois joueur et arbitre et qui ne cesse de faire des arbitrages truqués ?
  • Ce match est-il équitable ?

Le soi-disant « piège de sécurité » qu’évoquent les États-Unis semble très grave, mais en réalité, il ne s’agit que d’absurdité.

Si, selon la logique américaine absurde prétendant que tout ce qui est fabriqué en Chine est dangereux, les Américains doivent cesser de porter des chaussures et des vêtements fabriqués en Chine, car ils peuvent également constituer une menace pour la sécurité.

USA Bill Gates, 106216476-1572545404537gettyimages-1151703682 Bill Gates,
Je me souviens d’avoir lu il y a peu de temps un reportage selon lequel Bill Gates, l’ancien PDG de Microsoft, avait fait une analogie très intéressante alors qu’il assistait à une activité publique. Selon lui, la logique selon laquelle « tout ce qui est fabriqué en Chine est dangereux » est absurde.
Il a déclaré que la Chine avait acheté un grand nombre d’appareils Boeing et que ceux-ci étaient équipés de nombreux logiciels américains.
  • Selon la logique de certains individus aux États-Unis, la Chine ne devrait-elle pas aussi être hautement sceptique et rester vigilante aux étranges ordres américains visant à arrêter les moteurs des avions de Boeing ?
  • Alors, qui osera encore, qu’il s’agisse de la Chine ou d’autres pays, acheter des avions, des automobiles ou d’autres produits électroniques fabriqués aux États-Unis ?

Avant-hier, j’ai donné des informations détaillées à ce sujet. Après des années de révision, le gouvernement britannique, l’Office fédéral allemand pour la sécurité de l’information et la Commission européenne n’ont pas réussi à détecter de « porte dérobée » évidente chez Huawei.

Toutefois, des failles de sécurité ont été repérées dans plusieurs grandes entreprises américaines, notamment Cisco et Apple, et de nombreux cas de « portes dérobées » ont été révélés.

prism-cyberecoutes-masse-edward-snowden-disparu-ucla-action-justice-atteinte-constitution

Le programme PRISM de triste renom a montré que même les dirigeants et les populations des alliés des États-Unis ne pouvaient garder aucun secret face au puissant système américain d’écoute téléphonique et de surveillance au niveau mondial.

Huawei s’est déclaré prêt à signer des accords d’absence de porte dérobée avec les pays concernés et à se soumettre à des tests et à une supervision par une tierce partie. Les États-Unis seront-ils capables de faire la même promesse ?

Nous espérons et avons la certitude que les pays concernés sauront, en partant de leurs intérêts à long terme, établir des jugements indépendants et adhéreront au principe de justice, d’équité et de non-discrimination. Je suis sûre qu’ils ont assez de sagesse pour ne pas tomber dans le « piège de sécurité » préparé par les États-Unis.

CHINE 7 Conférence de presse du 5 décembre 2019 W020191205624252037304

Q 13 : Selon des médias, les États-Unis ont annoncé le 2 décembre la reprise immédiate des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine. Le bureau du représentant américain au commerce a publié un communiqué ce soir-là dans lequel il a annoncé son projet d’imposer des droits de douane pouvant atteindre 100% sur les importations françaises pour un montant de 2,4 milliards de dollars.
D’autres reportages indiquent également que les États-Unis étudient la possibilité d’ouvrir des enquêtes sur l’Autriche, l’Italie et la Turquie concernant la taxe numérique. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

USA 64610342601720618ca5e5524831d93f  Donald Trump

R : J’ai noté que la France, le Brésil et l’Argentine ont donné des réponses. J’ai également remarqué que le tir de barrage tarifaire américain a provoqué des tensions sur les marchés financiers mondiaux, les marchés boursiers européens et américains enregistrant leurs pertes les plus importantes depuis deux mois.
Cela témoigne également du fait que l’unilatéralisme, le protectionnisme et les pratiques de brimades commerciales des États-Unis constituent une menace pour l’ordre commercial international normal et pour les différents pays du monde.

Et cela illustre pleinement l’importance et l’urgence pour les différentes parties de travailler de concert pour préserver le multilatéralisme, les règles internationales et le régime de libre-échange.

Q 14: Le 3 décembre, la 74e Assemblée générale des Nations Unies a convoqué une session plénière pour examiner la question de la Palestine et la situation au Moyen-Orient. Les représentants permanents de la Chine et de plusieurs autres pays aux Nations-Unies ont présenté, dans leurs interventions, leurs points de vue sur la question du Moyen-Orient. Pouvez-vous donner plus d’informations à ce sujet ?

index

R : La Chine est un bon ami, un bon partenaire et un bon frère du peuple palestinien, et un partisan ferme de la paix entre la Palestine et Israël.

Nous sommes profondément préoccupés par l’agitation continue de la situation israélo-palestinienne et nous sommes favorables à une résolution complète, juste et durable de la question de la Palestine par les négociations politiques, en vue de réaliser la coexistence pacifique et le développement commun des deux pays.

50 ANS D'OCCUPATION ISRAELIENNE cover Des écoliers bédouins palestiniens se dirigent vers leurs tentes, qui font partie d’un camp bédouin érigé près de la colonie israélienne de Ma’ale Adumin, en Cisjordanie, le 15 septembre 2010. Israël ne reconnaît pas les droits de propriété revendiqués par les Bédouins, et a démoli plusieurs maisons et écoles dans cette région. © 2010 Abbas Momani/AFP/Getty Images
La Chine appelle les parties concernées à faire preuve de retenue et de calme pour éviter l’intensification des affrontements et des conflits, et à rétablir et à renforcer la confiance mutuelle pour créer les conditions favorables à la reprise des pourparlers de paix entre les deux pays.

Nous estimons que les résolutions de l’ONU, la « solution à deux États » et le programme « terre contre paix » sont le seuil de tolérance équitable et juste auquel il faut adhérer.

La Chine prend part aux souffrances du peuple palestinien et a déployé des efforts actifs pour promouvoir la paix au Moyen-Orient.

CHINE Wang Yi FOREIGN201803081204000166092788405 Wang Yi

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a expliqué le plan de la Chine quant à la sécurité au Moyen-Orient :
  • premièrement, s’en tenir à l’orientation correcte du règlement politique ;
  • deuxièmement, défendre les principes fondamentaux d’équité et de justice ;
  • troisièmement, valoriser le rôle crucial de l’ONU ;
  • quatrièmement, coordonner les efforts de la région et de la communauté internationale.
La proposition de la partie chinoise a trouvé un écho favorable et a été bien accueillie par toutes les parties participant à la réunion.

SYRIA-CHINA-DIPLOMACY Le ministre des Affaires étrangères chinois Zhai Jun. 

Zhai Jun, l’envoyé spécial du gouvernement chinois pour la question du Moyen-Orient, qui s’est rendu récemment dans des pays de la région, a eu des contacts étroits avec les parties concernées, et a mené des dialogues et des consultations avec elles pour rechercher une solution capable de tenir compte des intérêts de toutes les parties.

Nous avons la certitude que la justice pourrait arriver tard, mais qu’elle finira par arriver. La Chine continuera de soutenir fermement la juste cause du peuple palestinien visant à recouvrer ses droits nationaux légitimes, et continuera à déployer des efforts inlassables pour défendre l’équité et la justice et préserver la paix et la stabilité dans la région.

CHINE 8 Conférence de presse du 5 décembre 2019 W020191205624252044495

Q 15 : Pouvez-vous nous informer des résultats de la visite du Conseiller d’État Wang Yi en République de Corée ? Des reportages indiquent que les deux parties sont en train de discuter des questions relatives à la visite du dirigeant chinois en République de Corée au premier semestre de l’année prochaine. Pouvez-vous confirmer cela ?

carte_geographique_coree_du_sud

CHINE COREE SUD 138424565_15694812556871n Le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, et la ministre des Affaires étrangères de la République de Corée, Kang Kyung-wha
R : Le Conseiller d’État Wang Yi est actuellement en visite en République de Corée. Cette visite est une communication stratégique importante entre les deux pays. Les deux Ministres des Affaires étrangères ont eu un entretien formel hier.
Le Conseiller d’État Wang Yi a souligné que l’unilatéralisme qui porte atteinte à l’ordre international actuel et les pratiques de brimades qui défient les règles des relations internationales sont la plus grande menace qui pèse sur la paix et la stabilité dans le monde.

La Chine poursuit toujours une politique étrangère d’indépendance et de paix, préconisant l’égalité entre tous les pays, qu’ils soient grands ou petits, et la démocratisation des relations internationales.

Elle s’oppose à ce qu’un grand pays malmène un petit pays, et qu’un pays fort maltraite un pays faible, à l’imposition de sa volonté à autrui et à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.

La Chine entend travailler avec tous les pays responsables, y compris la République de Corée, à défendre le concept de multilatéralisme, à s’en tenir au principe d’équité et de justice, à prendre des actions concrètes pour préserver le système international centré sur l’ONU, maintenir l’ordre international fondé sur le droit international et préserver le système commercial multilatéral ayant l’OMC comme pierre angulaire.

Les deux parties ont convenu de bien planifier les importants échanges de haut niveau à la prochaine étape et de renforcer la communication et la coopération stratégiques entre les deux pays.

Elles se sont mises d’accord pour améliorer la connexion de l’initiative « la Ceinture et la Route » et du programme stratégique du développement de la République de Corée, et ont eu une discussion positive sur le renforcement de la coopération avec une tierce partie.
Elles ont apprécié activement le lancement de l’élaboration du Plan de développement 2021-2025 sur la coopération économique et commerciale entre la Chine et la République de Corée.
Elles ont convenu d‘accélérer le processus de négociations de la deuxième phase de l’accord de libre-échange Chine-République de Corée et de faire passer leur coopération commerciale à un niveau supérieur.
Les deux parties ont décidé de créer un nouveau mécanisme de dialogue et de coopération dans le domaine des affaires maritimes.
Elles ont convenu de rester attachées au multilatéralisme, de préserver le libre-échange et de travailler à la construction d’une économie mondiale ouverte.

Les deux parties ont apprécié positivement la conclusion des négociations sur le partenariat économique global régional et entendent joindre leurs efforts à ceux des autres pays pour assurer sa signature formelle l’année prochaine.

COREE SUD AVEC THAAD USA le problème THAAD 1033442558 La menace nord-coréenne n’est qu’un prétexte utilisé par Washington pour déployer son système de défense antimissile THAAD en Corée du Sud. Celui-ci est dirigé en réalité contre la Russie et la Chine

En outre, les deux parties ont également convenu de traiter judicieusement, en suivant leur consensus, le problème THAAD qui affecte le développement sain des relations Chine-République de Corée, et de respecter réellement les intérêts fondamentaux et les préoccupations légitimes respectives.

Ayant fait un tour d’horizon du développement et des changements de la situation dans la péninsule coréenne depuis l’année dernière, les deux parties ont convenu de faire avancer le processus de règlement politique de la question de la péninsule conformément à l’approche à « double voie ».
La Chine est d’avis que le consensus important réalisé entre la RPDC et les États-Unis à Singapour devrait être mis en œuvre de manière effective, que les préoccupations légitimes de la RPDC en matière de sécurité et de développement devraient faire l’objet d’une grande attention et d’une solution. Le Conseil de Sécurité devrait prendre des actions concrètes, en fonction de l’évolution de la situation, pour entamer les discussions sur des dispositions réversibles de la résolution concernée et atténuer les sanctions à l’encontre de la RPDC, afin d’encourager toutes les parties à continuer de progresser dans le processus de règlement politique.
En ce qui concerne la visite de haut niveau qui vous intéresse, autant que je sache, les deux parties ont convenu de rester en communication étroite pour des échanges de haut niveau à l’étape suivante. Nous publierons en temps utile des informations quand nous en aurons.

CHINE 8 Conférence de presse du 5 décembre 2019 W020191205624252042255

Q 16 : Nous avons noté que les États-Unis avaient récemment pris des mesures à l’encontre de la Chine sur les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang et qu’ils avaient également déclaré qu’il n’y avait aucune urgence à conclure un accord commercial avec la Chine, ce qui a provoqué une chute générale des actions à la Bourse américaine le 3 décembre.
En outre, selon un rapport récent de l’American Farm Bureau Federation (AFBF), 580 fermes se sont déclarées en faillite entre septembre 2018 et septembre 2019, soit une augmentation de 24% sur un an. Dans neuf États américains, le nombre de fermes en faillites a été le plus élevé depuis les dix dernières années.
Le pLa menace nord-coréenne n’est qu’un prétexte utilisé par Washington pour déployer son système de défense antimissile THAAD en Corée du Sud. Celui-ci est dirigé en réalité contre la Russie et la Chine, , a déclaré que plus les consultations dureraient, plus il serait difficile pour les agriculteurs américains de récupérer des parts de marché en Chine. Quelle est votre réponse à ce sujet ?
R : Nous avons déclaré il y a longtemps qu’une guerre commerciale nuirait aux autres et à soi-même. En fin de compte, ce sont les intérêts de la population américaine qui seront compromis. Seul un accord bénéfique pour tous fondé sur l’égalité et le respect mutuel correspond aux intérêts du peuple chinois et du peuple américain, et aux attentes de la communauté internationale.
Q 17 : Le Secrétaire général du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Patrushev est actuellement en Chine pour coprésider, avec le directeur Yang Jiechi, le 15e cycle de consultations sur la sécurité stratégique entre la Chine et la Russie. Selon des analystes, la Chine et la Russie ont apparemment renforcé leur coordination stratégique ces derniers temps. Pouvez-vous donner plus d’informations en la matière ?

RUUSIE CHINE Patrushev est actuellement en Chine pour coprésider, avec le directeur Yang Jiechi, W020191204629493611558 Nikolaï Patrushev & Yang Jiechi

R : L’unilatéralisme et les pratiques d’intimidation ont de graves répercussions sur l’ordre international. Certains pays s’ingèrent de manière grossière dans les affaires intérieures d’autres pays et portent atteinte à leur souveraineté et à leurs intérêts de sécurité et de développement.

En tant que membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et partenaires de coordination stratégique globale pour la nouvelle ère, la Chine et la Russie renforceront bien sûr la communication en matière de sécurité stratégique, préserveront leurs intérêts fondamentaux respectifs et la sécurité commune, et assumeront leurs responsabilités en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité, pour défendre la sécurité, la paix et la stabilité de la région et du monde.

chine russie le Président Xi Jinping a rencontré le Secrétaire général Patrushev.W020191205352205484569 le Président Xi Jinping a rencontré le Secrétaire général Patrushev.

Le 2 décembre, le Président Xi Jinping a rencontré le Secrétaire général Patrushev. Hier à Shanghai, M. Patrushev a coprésidé, avec Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, le 15e cycle de consultations sur la sécurité stratégique entre la Chine et la Russie.
Les deux parties ont procédé à un échange approfondi et sont parvenues à un large consensus sur les relations sino-russes dans la nouvelle ère, les affaires internationales et leur coordination dans les enceintes multilatérales.

Elles ont convenu de renforcer davantage la coordination stratégique, de s’opposer fermement à l’intervention étrangère, de défendre leurs intérêts fondamentaux respectifs et leur sécurité politique et institutionnelle respective.

Elles se sont mises d’accord pour faire du maintien et de la pratique du multilatéralisme l’orientation prioritaire de la coopération internationale, continuer à s’opposer sans ambiguïté à l’unilatéralisme et à la pratique des brimades, et défendre la paix, la sécurité et la stabilité internationales et régionales.

Dans la situation actuelle, une coordination stratégique plus étroite entre la Chine et la Russie permettra d’apporter plus d’énergies positives à la sécurité et à la stabilité stratégiques internationales.

Q 18: La Chine et la RPDC ont tenu le 13e cycle de consultations consulaires le 3 décembre à Beijing. Ont-elles discuté du rapatriement des travailleurs de la RPDC conformément à la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU ? Comme il y a encore beaucoup de travailleurs de la RPDC en Chine, quelles mesures la Chine va-t-elle prendre ?
R : Je peux vous dire que la Chine a toujours appliqué scrupuleusement la résolution concernée du Conseil de Sécurité et honoré ses obligations internationales. Nous traiterons les questions y relatives conformément aux dispositions de la résolution concernée.

CHINE 9 Conférence de presse du 5 décembre 2019 W020191205624252057436


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1722697.shtml


CHINE 1_metal

Conférence de presse du 6 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

chine 1 Conférence de presse du 6 décembre 2019 W020191206646928028132

À l’invitation du gouvernement argentin, l’Envoyé spécial du Président Xi Jinping et Vice-Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) Arken Imirbaki assistera à la cérémonie d’investiture du Président Alberto Fernandez à Buenos Aires le 10 décembre.

TOPSHOT-ARGENTINA-INAUGURATION-FERNANDEZ Alberto Fernandez Nouveau Président de l’Argentine

Q 19: Un article du 5 décembre du New York Times montre des dessins faits en captivité par un prisonnier de Guantanamo Bay décrivant les détails de la façon dont la CIA l’a maltraité et torturé, y compris la torture par l’eau, qu’il a endurée 83 fois, l’utilisation de boîtes de confinement, la technique du mur et la privation de sommeil. Quel est votre commentaire à ce sujet ?
cia_torture_8  Avec un crayon et du papier à dessin, il a décrit ce qu’il a enduré pendant les quatre années où il a été détenu dans des “prisons secrètes de la CIA”. Selon le New York Times, Abu Zubaydah, un des prisonniers encore incarcéré à Guantánamo, est la “première personne qui a été soumise au programme d’interrogatoires renforcés approuvés par le gouvernement de George W. Bush”.https://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-quand-la-cia-torturait-les-dessins-dun-detenu-de-guantanamo
R : Je sais que ce reportage a beaucoup attiré l’attention. Ce reportage intervient au bon moment. Ce qu’il décrit contraste largement avec les mensonges moralisateurs et sans vergogne de certains législateurs et politiciens américains sur les questions relatives au Xinjiang.

La forte ironie expose également au monde l’hypocrisie et les traits hideux de la partie américaine sur les questions des droits de l’Homme. Je me demande si le Congrès américain prendra des mesures à ce sujet.

Q 20: Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le Ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva que le gouvernement chinois n’hésiterait pas à utiliser Huawei comme outil pour voler des données secrètes, et que les Etats-Unis avaient essayé pendant des années de sensibiliser leurs alliés aux risques de travailler avec des entreprises de télécommunications peu fiables.
Mais le Ministre des Affaires étrangères Silva a déclaré que les offres des opérateurs 5G seraient évaluées conformément aux réglementations de l’UE et que tous les investissements étrangers étaient les bienvenus au Portugal. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

PORTUGAL Ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva rtk_ici_leurope_2_0506_2017_ep_14 le Ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva

R : Nous saluons cette attitude juste de la partie portugaise.
Les États-Unis cherchent à opprimer et étrangler certaines entreprises chinoises partout avec des accusations fabriquées de toutes pièces. Un tel acte hégémonique pur et simple a suscité une ferme opposition de la Chine et d’autres pays qui ont le sens de la justice.
À l’ère de la mondialisation, les principes d’équité, d’impartialité et de non-discrimination sont essentiels au maintien des règles internationales, de la coopération économique et technologique normale et de l’ordre commercial.

Nous sommes convaincus que tous les pays feront des jugements et des choix indépendants en fonction de leurs intérêts fondamentaux et à long terme.

chine 2 Conférence de presse du 6 décembre 2019 W020191206646928020490

Q 21 : Une réunion de la Commission conjointe du Plan d’action global commun (PAGC) se tiendra le 6 décembre à Vienne, en Autriche, pour discuter des moyens de sauver l’accord international. Y participeront des représentants de Russie, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de Chine, de France et d’Iran. Qui représentera la Chine ? La Chine a-t-elle des attentes ?
138613863_15757729715721n VIENNE, 7 décembre (Xinhua) — Les parties concernées ont réaffirmé vendredi leur engagement à maintenir et à mettre en œuvre le Plan d’action global commun (PAGC), plus connu sous le nom d’accord sur le nucléaire iranien.
R : Les parties au Plan d’action global commun (PAGC) tiendront une réunion de la Commission conjointe le 6 décembre à Vienne pour discuter de la situation actuelle de la question du nucléaire iranien et de la mise en œuvre de l’accord.
Un responsable du Département du Contrôle des armements du Ministère chinois des Affaires étrangères conduira une délégation à la réunion. Le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et leur campagne de pression extrême sur l’Iran sont à l’origine de la crise du nucléaire iranien.
La Chine espère que les parties au PAGC continueront de travailler à la mise en œuvre intégrale et efficace de l’accord et à rétablir l’équilibre des droits et des obligations dans le cadre du PAGC. Dans le même temps, toutes les parties doivent faire preuve de retenue, s’efforcer de résoudre les divergences en intensifiant les négociations dans le cadre de la Commission conjointe et s’abstenir de prendre des mesures susceptibles de compliquer davantage la situation. La Chine continuera de travailler avec toutes les parties pour promouvoir le règlement politique de la question du nucléaire iranien.
Q 22: Une entreprise d’État russe a suspendu son projet de recherche avec l’Iran après que les États-Unis ont levé l’exemption de sanctions contre les installations nucléaires de Fordow. Je me demande quel est votre commentaire.

installations-nucleaires-Iran_1_729_731

R : Non seulement les États-Unis se sont retirés unilatéralement du PAGC et imposent une pression extrême à l’Iran, mais ils sanctionnent également de manière arbitraire ou menacent de sanctionner d’autres parties responsables qui mettent en œuvre l’accord, conformément au droit interne américain.

Cette pratique unilatérale et hégémonique a gravement compromis la mise en œuvre du PAGC, aggravé la crise et détérioré la situation régionale. Nous sommes convaincus que le dialogue et la négociation sont le seul moyen viable de résoudre la question du nucléaire iranien.

Nous exhortons les Etats-Unis à ajuster leurs mauvaises politique et pratique de pression extrême dès que possible afin de faire de la place aux efforts diplomatiques et de créer les conditions propices à la détente de la situation régionale.
Q 23 : Cet après-midi, la Commission des droits de douane du Conseil des Affaires d’Etat a annoncé des exemptions tarifaires pour certains achats de soja et de porc en provenance des États-Unis. D’abord, pourquoi l’annonce a-t-elle été faite cet après-midi ? Ensuite, pourriez-vous nous donner plus de détails sur le volume des achats, ou peut-être la valeur des achats ?
R : Votre question est très spécifique. Je ne pense pas que ce soit une question qui corresponde aux compétences du Ministère des Affaires étrangères. Je vous renvoie donc aux départements concernés.
Q 24: Le Président du Comité des relations étrangères du Sénat américain, James Risch, a déclaré récemment que le Parti communiste chinois devait être tenu responsable des graves violations des droits de l’Homme dans le Xinjiang. Le sénateur Graham a déclaré qu’au 21e siècle, les Etats-Unis ne toléreraient pas un régime totalitaire mettant en place des « camps de concentration » des populations en fonction de leur statut religieux. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

USA Sénat américain, James Risch,.jpg Sénat américain, James Risch,

R : J’ai pris note des reportages ce matin. Ces remarques conduisent à douter du bon sens de ces personnes en matière d’histoire et de géographie.

  • Savent-ils ce que signifient les « camps de concentration » ?

  • Savent-ils dans quelle partie de la Chine se trouve le Xinjiang ?

  • Ils fabriquent le mensonge du siècle pour calomnier un pays de 1,4 milliard d’habitants et la deuxième plus grande économie du monde. Honte à eux !

La Chine est un grand pays avec une civilisation de 5000 ans. Sur son vaste territoire de 9,6 millions de kilomètres carrés, il n’y a ni guerre, ni terreur, ni déplacés.
Plus de 800 millions de personnes sont sorties de la pauvreté. Avec un développement économique régulier et un progrès social continu, les populations des 56 groupes ethniques ont la chance de mener une vie heureuse et paisible.
Pendant plus de dix années consécutives, la Chine a contribué à hauteur de plus de 30 % à la croissance du PIB mondial. Elle a créé un miracle de développement dans l’histoire humaine, et aujourd’hui le miracle continue. Il s’agit de la meilleure et de la plus grande entreprise et pratique en matière de droits de l’Homme.

Si la Chine peut aboutir à de si grandes réalisations, c’est parce que nous avons trouvé une voie de développement qui convient aux réalités nationales de la Chine et qui a gagné le soutien de tous les Chinois : telle est la voie du socialisme à la chinoise sous la direction du PCC.

En outre, après avoir lu ce reportage, j’ai cherché des reportages sur la visite du sénateur Graham en Chine en juillet 2006. Avant de venir, il avait fait preuve d’intransigeance en appelant à des mesures commerciales punitives à l’encontre de la Chine pour la question du taux de change du RMB. Mettant le pied sur le sol chinois, son attitude a changé. Dans le cadre d’une réflexion prudente, il a reconnu que la visite avait été une expérience qui lui avait ouvert les yeux. Je ne sais pas s’il a effectué une deuxième visite en Chine après cela.
Mais nous espérons qu’il reviendra et visitera peut-être le Xinjiang un jour. Je suis sûre que cela permettra d’élargir ses horizons encore une fois. J’espère qu’il aura une réflexion plus prudente sur la Chine.
chine 3 Conférence de presse du 6 décembre 2019 W020191206646928031447
Q 25: Selon des reportages, la Chine a pris des contre-mesures en réponse aux restrictions américaines imposées aux diplomates chinois. Pourriez-vous confirmer cela et offrir plus d’informations ?
AMBASSADE USA EN CHINE Wider_Photograph_of_Chancery_Office_Building_Showing_Glass_Curtain_Wall_large AMBASSADE US EN CHINE

 

R : La Chine fournit le soutien et la commodité nécessaires aux fonctionnaires diplomatiques et consulaires étrangers accrédités en Chine dans l’exercice de leurs fonctions officielles.

Après que le Département d’État américain a imposé en octobre dernier des mesures restrictives aux fonctionnaires diplomatiques et consulaires chinois accrédités aux Etats-Unis, la partie chinoise a envoyé une note à l’Ambassade des Etats-Unis en Chine le 4 décembre, l’informant que des mesures réciproques entreraient en vigueur immédiatement. Nous prendrons les mesures appropriées en réponse aux actions américaines.

Une fois de plus, nous exhortons les États-Unis à corriger leur erreur, à retirer leur décision et à fournir soutien et commodité aux fonctionnaires diplomatiques et consulaires chinois accrédités aux États-Unis dans l’exercice de leurs fonctions officielles.
Q 26 : La Banque mondiale a approuvé hier un budget de 1 à 1,5 milliard de dollars concernant des programmes de prêts à faible taux d’intérêt pour la Chine. Le sénateur américain Grassley a déclaré que la Banque mondiale ne devrait pas prêter l’argent des contribuables américains à des pays riches qui violent les droits de l’Homme de leurs citoyens. Quelle est votre réponse à cela ?
R : Je vous renvoie au Ministère des Finances pour les détails. Voilà ma réponse de principe : la Chine est un partenaire important de la Banque mondiale. Nous entretenons une bonne coopération à long terme avec la Banque mondiale. Nous aimerions approfondir cette coopération avec la Banque mondiale en matière de prêts et de partage des connaissances, et partager notre expérience de lutte contre la pauvreté avec d’autres pays en développement pour les aider à réaliser un développement durable à long terme.
Q 27: Vous venez de confirmer que la Chine a pris des contre-mesures. Ces mesures de restrictions de visa visent-elles les fonctionnaires et les détenteurs de passeports diplomatiques américains ?
R : Les contre-mesures que je viens de mentionner concernent les fonctionnaires diplomatiques et consulaires américains accrédités en Chine. Elles sont réciproques des mesures restrictives du Département d’Etat américain imposées en octobre dernier à l’encontre des fonctionnaires diplomatiques et consulaires chinois accrédités aux Etats-Unis.

chine 4 Conférence de presse du 6 décembre 2019 W020191206646928042069

Q 28 : Une autre question sur les contre-mesures. Selon des reportages, les diplomates américains en Chine devront informer le Ministère des Affaires étrangères cinq jours ouvrables à l’avance avant de rencontrer des représentants des gouvernements locaux chinois. Pourriez-vous confirmer cela ?
R : Oui. Ces contre-mesures sont réciproques aux mesures restrictives du Département d’Etat américain imposées en octobre dernier à l’encontre des fonctionnaires diplomatiques et consulaires chinois accrédités aux Etats-Unis.
Question suivante : Quand cela entrera-t-il en vigueur ? Est-ce le 4 décembre ?
R : Oui, le 4 décembre.
Q 29: La réunion 2019 des Etats parties à la Convention sur l’interdiction des armes biologiques (BWC) s’est ouverte le 3 décembre. Un certain Etat partie a entravé les négociations sur un protocole avec un régime de vérification. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? Quelle est la position de la Chine sur les négociations ?

19739124lpw-19739123-article-jpg_6700401

R : La réunion des États parties à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques se tient à Genève. À ma connaissance, la grande majorité des 183 États parties, y compris la Chine, soutiennent les négociations sur un protocole avec un régime de vérification pour renforcer la Convention.

Malheureusement, pendant près de 20 ans, les Etats-Unis ont empêché à eux seuls de relancer ces négociations.

Les excuses qu’ils ont données sont

  • que le bio-secteur ne peut pas être vérifié,
  • et que la vérification internationale peut menacer les intérêts nationaux et les secrets commerciaux américains,
  • ainsi que faciliter les activités d’espionnage industriel.

Mais ce qui est difficile à comprendre, c’est que les États-Unis seuls se sont également opposés à la proposition de la Chine, de la Russie et d’autres pays de négocier le « Traité sur la prévention du placement d’armes dans l’espace extra-atmosphérique, des menaces ou du recours à la force contre des objets de l’espace extra-atmosphérique » à la Conférence du désarmement qui s’est tenue à Genève, invoquant l’excuse selon laquelle « le projet n’a pas de régime de vérification ».

Dans les domaines de la sécurité internationale, de la maîtrise des armements et de la non-prolifération, de telles pratiques des États-Unis recourant à l’unilatéralisme et au « deux poids, deux mesures » ont gravement nui à l’efficacité du régime actuel de maîtrise des armements et de non-prolifération.

La Chine soutient fermement les buts et objectifs de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques et soutient les négociations en vue d’un protocole de vérification non discriminatoire afin de renforcer l’autorité et l’efficacité de la Convention.
Nous travaillerons avec la communauté internationale pour approfondir la coopération internationale en matière de biosécurité, faire avancer le développement de la maîtrise multilatérale des armes biologiques et bâtir une communauté de destin pour la biosécurité dans le monde.

chine 5 Conférence de presse du 6 décembre 2019 W020191206646928044188


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1723480.shtml


CHINE 1_metal

 

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « 3583 – Conférences de presse du 4, 5 et 6 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying »

  1. […] 18 DÉCEMBRE 2019 SANSAPRIORIAMÉRIQUES, ASIE, CHINE & ASIE, DIVERS, EUROPE UE, GEOPOLITIQUE, GUERRE, POLITIQUE INTERNATIONALE, RUSSIE – B.R.I.C.S & ASIE, SCIENCES TECHNOLOGIES RECHERCHES, SOCIÉTÉ, TERRORISME‘AMERICAN FARM BUREAU FEDERATION (AFBF), ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE, ALBERTO FERNANDEZ (ARGENTINE), ARGENTINE, AUGUSTO SANTOS SILVA (PORTUGAL), BANQUE MONDIALE, BILL GATES, BRÉSIL, CORÉE DU SUD, DAW AUNG SAN SUU KYI (, DONALD TRUMP, DROIT DE L’HOMME, HONG KONG, HUA CHUNYING, HUAWEI ET ZTE, IRAN, ISRAËL, JAMES RISCH (USA), KANG KYUNG-WHA (CORÉE SUD), MIKE POMPEO, MINISTÈRE CHINOIS DES AFFAIRES ETRANGÈRES, MYANMAR, NANCY PELOSI, NAYIB ARMANDO BUKELE ORTEZ, NIKOLAÏ PATRUSHEV (RUSSIE), NSA, NUCLÉAIRE, ONG, ONU, OTAN, OUÏGHOURS, PALESTINE, PROGRAMME PRISM, SALVADOR, SHOTARO YACHI (JAPON), USA, WANG YI, XI JINPING, XINJIANG, YANG JIECHI (CHINE), ZHAI JUN (CHINE) […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.