2686 – Washington a fait capoter les pourparlers sur la cyber-sécurité

cyber-sécurité ethical hacking how to be a hacker

No 7, 3 avril 2018 – par Arkady Savitsky, analyste militaire basé à Saint-Pétersbourg, Russie – Horizons et débats

La cyber-sécurité (CS) est le dernier domaine guerrier.

On a beaucoup parlé de la nécessité d’élaborer certaines règles pour empêcher une «course aux armements sans fin» et des «opérations de combat» dans ce domaine. L’année dernière, la Russie et les États-Unis ont convenu de discuter de ces questions et de former un groupe de travail. La nécessité d’une approche commune du problème a été convenue lors d’un échange téléphonique entre les deux présidents.

Les experts américains ont discuté ce sujet en profondeur.

Beaucoup d’espoirs ont été placés sur ces cyber-discussions russo-américaines. Si elles pouvaient mener quelque part, cela serait considéré comme une lumière au bout du tunnel. Les négociations sur les stratégies relatives à ce «cinquième domaine» pourraient s’étendre aux domaines terrestre, aérien, maritime et spatial.

cyber-sécurité e4faca5ae8bc2ab0148cfc8af13144a9

Il a fallu beaucoup d’efforts pour parvenir à un accord sur la tenue d’un dialogue les 27 et 28 février 2018 à Genève.

Les experts attendaient impatiemment que les deux puissances s’attaquent à cette question brûlante.
Le monde entier a entendu le conseiller en matière de sécurité nationale, H. R. Mc­Master, déclarer à la Conférence de Munich sur la sécurité, en février, que les États-Unis étaient prêts pour de telles négociations.

La Russie a fait des efforts pour parvenir à un accord visant à restreindre les opérations militaires dans le cyberespace.

Les 17 membres de la délégation russe sont arrivés en Suisse prêts à se retrousser les manches et à travailler dur pour s’attaquer au problème et faire avancer les choses, mais Washington a torpillé les consultations.

Elle a informé Moscou que sa délégation ne viendrait pas. Ce fut une annulation de dernière minute.

C’est assez incorrect! Vous parlez à quelqu’un et parvenez à un accord, mais quand vient le temps de faire ce qui a été convenu, votre interlocuteur ne se présente tout simplement pas à la réunion prévue, ceci sans préavis!

On n’a pas l’habitude de voir ça en diplomatie. Ou s’agit-il d’une nouvelle tendance dans l’évolution du protocole diplomatique international?

Du coup, Moscou a annulé les consultations russo-américaines sur la stabilité stratégique et les relations bilatérales qui devaient débuter les 6 et 7 mars à Vienne.

La Russie a appelé à un vaste effort international pour empêcher la militarisation du cyberespace.

Les leçons tirées de la mise en œuvre de l’Accord INCSEA [Prevention of Incidents On and Over the High Seas = Prévention des incidents en haute mer et dans l’espace aérien situé au-dessus] de 1972 et de l’Accord DMA [Prevention of Dangerous Military Activities = Prévention des activités militaires dangereuses] de 1989 pourraient aider à orienter ce travail.

Nuage de Mots Cyberscurit v2

Plusieurs membres européens de l’OTAN ont manifesté leur intérêt à se joindre aux négociations sur la cyber-sécurité. Mais les Etats-Unis ont bloqué le processus, du moins dans son format Russie–OTAN.

C’est dommage, parce que la question aurait pu faire partie d’un programme plus vaste englobant la Russie, l’OTAN et l’OSCE.

La cyber-sécurité est un domaine dans lequel des accords peuvent être conclus. Par exemple, la Russie et la Chine ont signé un accord sur la CS en 2015.

Cet accord pourrait servir d’exemple aux autres États qui sont prêts à s’y mettre. La seule initiative visant à s’attaquer à la CS au niveau mondial a été lancée par l’Organisation pour la coopération de Shanghai (SCO) en 2015. Elle n’a pas mené très loin à cause de la réticence de l’Occident à y participer.

En 2013, la Russie et les États-Unis ont conclu un ensemble d’accords sur l’échange d’informations et sur les équipes d’intervention d’urgence.

Ils ont convenus d’utiliser la ligne opérationnelle d’urgence nucléaire pour répondre également aux cyber-urgences. Ça n’a jamais marché. Le dialogue a été suspendu en 2014 après que la Crimée a rejoint la Fédération de Russie.

Le 27 février à Genève, le processus aurait pu être relancé. Le tout premier pacte de non-agression de la cyber-sphère aurait pu être signé et il aurait pu prendre de l’ampleur.

Une fois que Moscou avait conclu des accords avec les deux parties, la Russie aurait pu servir de lien entre Washington et Pékin. L’Amérique et la Russie auraient pu s’unir pour rédiger un accord international, énonçant des règles universelles pour réglementer les opérations cybernétiques à l’échelle mondiale. Après tout, la protection des infrastructures critiques, telles que l’approvisionnement en électricité et en eau, contre les cyber-attaques est une question d’intérêt commun, qui exige des efforts conjoints, quels que soient les différends politiques.

Sans restrictions sur la cyber-guerre, les opérations cybernétiques pourraient devenir incontrôlables. Sans règles établies, nous pourrions voir des conséquences dangereuses. Les hostilités pourraient déborder dans d’autres régions.

En 2001, les États-Unis ont quitté le Traité ABM [Anti-Balistic missile] de 1972. Dix-sept ans plus tard, ils sont surpris de découvrir que toutes ces années d’efforts portés sur la défense antimissile n’ont servi à rien et que la Russie est maintenant en tête de la course aux super-armes. Le 1er mars, le président Poutine a développé cette question dans son discours devant l’Assemblée fédérale.

Il y a quelques jours, les États-Unis ont raté leur chance de s’attaquer au problème de la cyber-guerre. Il est tout à fait possible qu’ils finissent par se retrouver à la traîne dans ce domaine également. Et peut-être qu’un jour, ils apprécieront la sagesse que l’on peut acquérir en apprenant ses leçons et en saisissant les occasions qui se présentent.    •

(Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone)

cyber-sécurité software-platform-2

 

Source originale anglaise: https://www.strategic-culture.org/news/2018/03/07/washington-wrecks-cyber-security-talks.html

Source de la traduction française: http://lesakerfrancophone.fr/washington-a-fait-capoter-les-pourparlers-sur-la-cybersecurite  du 7/3/18

source d’intérêt : https://www.zeit-fragen.ch/fr.html