1558 – Dans l’Est de l’Ukraine, les armes parlent à nouveau

1 – Dans l’Est de l’Ukraine, les armes parlent à nouveau

2 – Ukraine: regain d’affrontements dans l’est du pays

3 – Ukraine : l’Otan demande à la Russie de faire cesser les violences

Une brusque escalade des tensions, des dizaines de morts et une réunion urgente en Autriche: comment et pourquoi le conflit dans l’Est ukrainien a repris de plus belle.
Petro Poroshenko

 

En l’espace de quelques jours, la situation dans les régions orientales de l’Ukraine s’est de nouveau enflammée. Les accusations réciproques de tirs entre Kiev et la République populaire de Donetsk (RPD) se sont multipliées les 29 et 30 janvier. Les combats ont fait plusieurs dizaines de morts et laissé sans électricité les environs de Donetsk.


31 janvier 2017 Ekaterina Sinelchtchikova

On ne sait pas précisément qui a entamé les tirs, mais ceux-ci ont contraint le président ukrainien Petro Porochenko à interrompre sa visite en Allemagne, à convoquer une réunion d’urgence du Groupe de contact sur le règlement dans le Donbass et à faire appel au secrétaire général des Nations unies.

La faute est rejetée, comme toujours, sur la Russie : « Nous demandons à la Fédération de Russie de cesser immédiatement les hostilités et de respecter strictement le cessez-le-feu », a exigé dans son message l’ambassadeur d’Ukraine à l’Onu, Vladimir Eltchenko. Le Conseil permanent de l’OSCE s’est réuni ce mardi d’urgence en Autriche.

Fait intéressant : le dérapage s’est produit au lendemain du premier entretien téléphonique entre l’homme fort du Kremlin Vladimir Poutine et le nouveau président américain Donald Trump, qui a plus d’une fois déclaré son intention de se distancier du conflit ukrainien. L’intensification des hostilités est un moyen d’attirer l’attention, constate la Russie. Mais la République de Donetsk réplique et pourrait répliquer pendant encore longtemps… Le résultat est que le conflit persiste et que les accords de Minsk fondent comme neige au soleil.

« Trump ne joue pas à ce genre de jeux »

Les tirs visent le territoire situé entre Avdeïevka (par où passe la ligne de désengagement) et le chef-lieu de la RPD, Donetsk.

  • Avdeïevka possède toujours un statut « flottant » : elle se trouvait sous le contrôle de l’Ukraine avant l’escalade des tensions, mais est passée du côté des milices populaires deux jours plus tard.
  • Les habitants d’Avdeïevka restent toujours privés de chauffage, d’électricité et d’eau et, selon les observateurs de l’OSCE, des chars et des obusiers stationnent dans la ville.

Les informations sur les tués et les blessés divergent.

  • D’après[1] Kiev, ses positions ont été pilonnées à 71 reprises en une seule journée, ce qui a fait trois morts parmi les militaires.
  • Le ministère de la Défense de la RPD fait état[2] de pertes bien plus importantes du côté de l’Ukraine : au moins 78 morts et 76 blessés dans les combats à Avdeïevka.
  • En outre, l’armée ukrainienne
    • a tiré en l’espace de 24 heures 2 411 obus [3]et projectiles contre le territoire de la République
    • et a tramé un attentat[4] dans une unité militaire avec l’aide d’un homme enrôlé au sein des milices populaires, ont affirmé les autorités de la RPD.

« Personne ne sait ce qui s’est réellement passé, qui a mis le feu aux poudres. La situation y restait toujours explosive, aucune des parties ne respectant les accords de Minsk[5] », a déclaré à RBTH le président de la fondation Politique ukrainienne, Kost Bondarenko.

Selon lui, ce qui devait arriver à Avdeïevka est arrivé et la volonté d’attirer l’attention de la nouvelle administration américaine et de l’OSCE n’y est pour rien. « Il ne faut sans doute pas chercher un tel lien. Donald Trump ne joue pas à ce genre de jeux. Et Kiev le sait, c’est évident », a-t-il noté.

Un timing qui laisse peu de place au hasard

Nombreux sont ceux qui voient dans l’escalade du conflit le souhait de replacer le problème du Donbass à l’ordre du jour.

  • L’autre cause pourrait être réticence à appliquer les accords. « Les opérations agressives de ce genre menées avec le soutien des forces armées ukrainiennes torpillent les objectifs et les tâches des accords de Minsk. <…> Qui plus est, cela ressemble à une tentative de détourner l’attention de la situation intérieure (du pays), très précaire pour ne pas dire plus », a indiqué à  Kommersant FM [6] le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.

Daech, la Syrie, la Chine et les problèmes intérieurs intéressent aujourd’hui les États-Unis bien plus que le conflit dans le Donbass, a affirmé à à RBTH Andreï Souzdaltsev, vice-doyen de la faculté de la politique internationale et de l’économie mondiale de la Haute école d’économie. « Et voici que, comme par magie, la visite de Petro Porochenko à Berlin coïncide avec l’aggravation (du conflit). Ce qui semble plus qu’étrange. Petro Porochenko dispose d’un double scénario ».

Tout va très mal pour l’Ukraine, estime Boris Chmeliov, directeur du Centre de politique étrangère de la Russie à l’Institut d’économie : les succès des réformes sont très modestes, l’économie traverse une crise profonde et les critiques contre Petro Porochenko fusent de toutes parts. « Si Kiev provoque, le Donbass réplique immédiatement. Il n’existe aujourd’hui aucune prémisse au règlement du conflit, c’est un cul-de-sac. Et il faut tirer les ficelles de temps en temps ».

Pourtant, cette situation ne devrait déclencher de sueurs froides ni à Moscou, ni à Washington, font remarquer les experts. « Le Donbass possède un potentiel important pour repousser n’importe quelle attaque. Sa tâche est de tenir. Ses hommes peuvent y rester interminablement, pendant que la Russie et les États-Unis prendront le temps de s’entendre sur la pression à exercer ensemble sur le président ukrainien afin qu’il applique les accords », a noté Boris Chmeliov pour conclure.

liens[]

  1.    http://www.unn.com.ua/ru/news/1639988-boyoviki-za-dobu-71-raz-obstrilyali-sili-ato-zaginulo-troye-viyskovikh-shtab
  2.    https://lenta.ru/news/2017/01/31/80/
  3.    http://dnr-online.ru/ukrainskie-siloviki-za-sutki-dve-tysyachi-chetyresta-odinnadcat-raz-obstrelyali-territoriyu-dnr-eduard-basurin/
  4.    http://dnr-online.ru/mgb-dnr-predotvratilo-masshtabnyj-terakt-ukrainskix-specsluzhb-v-donbasse/
  5.    https://fr.rbth.com/ps/2016/09/05/en-quete-de-paix-les-accords-de-minsk-ont-deux-ans_627153
  6.    http://www.kommersant.ru/doc/3206475

source/    http://fr.rbth.com/international/2017/01/31/dans-lest-de-lukraine-les-armes-parlent-a-nouveau_692961


2 – Ukraine: regain d’affrontements dans l’est du pays


Distribution de repas chauds à Avdiivka dans la province de Donetsk, le 31 janvier 2017 (AFP/Aleksey FILIPPOV)
L‘Est de l’Ukraine a connu mardi un regain d’affrontements entre l’armée de Kiev et les rebelles prorusses près d’Avdiïvka, sur la ligne de front, où des milliers de civils sont sans électricité ni chauffage, suscitant l’inquiétude de l’Union européenne et de l’ONU.
Exprimant ses « graves inquiétudes » devant cette évolution, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé au rétablissement immédiat du cessez-le-feu en vigueur.
Alors qu’au moins 13 personnes ont été tuées depuis dimanche dans des combats près de la ville industrielle d’Avdiïvka, le plus lourd bilan depuis plusieurs mois, la diplomatie de l’UE a dénoncé une « rupture flagrante du cessez-le-feu » mis en place fin décembre.
Le Kremlin s’est dit « extrêmement préoccupé » par la situation, par la voix de son porte-parole Dmitri Peskov.
Le département d’Etat américain a fait part de sa « profonde préoccupation » et réclamé « un cessez-le-feu immédiat et durable afin d’éviter une crise humanitaire plus importante ».
Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a estimé que la « priorité (était) la sécurité et un cessez-le-feu durable, en conformité avec les accords de Minsk », du nom du règlement diplomatique scellé en février 2015 entre la Russie, l’Ukraine, l’Allemagne et la France pour mettre fin au conflit ukrainien.
Le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjorn Jagland, a appelé les deux parties à « cesser les hostilités et à respecter le cessez-le-feu », jusque là globalement respecté.
A New York, le Conseil de sécurité a approuvé à l’unanimité, à l’issue d’une réunion à huis clos, un texte rédigé par l’Ukraine.
Les membres du Conseil ont « exprimé leurs graves inquiétudes à propos de la dangereuse dégradation de la situation dans l’est de l’Ukraine et de son impact sur la population civile ». Ils « ont appelé à un retour immédiat au régime de cessez-le-feu« .
Alors qu’auparavant la Russie bloquait systématiquement les projets de texte soumis par l’Ukraine, qui est membre non permanent du Conseil, elle ne l’a pas fait cette fois.
Avdiïvka, ville située une dizaine de kilomètres au nord du bastion rebelle de Donetsk, est au centre des combats qui font rage depuis trois jours entre l’armée ukrainienne et les rebelles prorusses.
Mardi matin, les autorités séparatistes ont annoncé la mort d’un civil, s’ajoutant aux sept personnes tuées lundi: deux civils, deux rebelles et trois soldats ukrainiens. Dimanche, quatre soldats ukrainiens et un rebelle y avaient déjà été tués dans des combats.
Les belligérants s’affrontaient mardi après-midi avec des tirs d’artillerie et de lance-roquettes, selon une journaliste de l’AFP sur place.
Les deux camps s’accusent mutuellement d’être à l’origine de ces attaques.

– Ni eau, ni chauffage –

A la suite des affrontements, les 20.000 habitants d’Avdiïvka sont privés d’électricité et chauffage, selon l’armée ukrainienne, qui contrôle la ville.
« Il n’y a plus d’électricité, nous n’avons pas trouvé de solution pour le chauffage et les conduites de gaz ont été détruites » à Avdiïvka, a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’armée, Olena Mokryntchouk.
« L’impact des combats sur la population civile est grave, il y a peu ou pas d’accès à l’eau courante, au chauffage et à l’électricité pour plusieurs milliers d’habitants des deux côtés de la ligne de front », a confirmé dans un communiqué l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).
« L’hiver rigoureux aggrave les conséquences humanitaires » de ces combats, a-t-elle souligné, alors que les températures à Avdiïvka chutaient mardi jusqu’à -13 degrés.
La centrale électrique a été fortement endommagée par des tirs d’obus, a déclaré à l’AFP son directeur, Moussa Magomedov.
Un haut responsable militaire, Fridon Vekoua, a affirmé pour sa part à l’AFP se préparer à une éventuelle évacuation des habitants d’Avdiïvka. « Nous le ferons en dernier recours. Il reste une chance de rétablir le chauffage », a-t-il cependant souligné.

– Kiev appelle à la « fermeté » –

Lundi lors d’une visite à Berlin, le président ukrainien Petro Porochenko avait appelé à « agir avec fermeté » face à Moscou, qu’il accuse de soutenir financièrement et militairement les séparatistes de l’est de l’Ukraine, ce que la Russie dément.
L’OSCE a demandé aux autorités de Kiev et aux rebelles d« agir de manière responsable et de produire des résultats tangibles lors de la rencontre de cette semaine du Groupe de contact trilatéral », prévue mercredi à Minsk.
Ce Groupe de contact réunissant Kiev, Moscou et l’OSCE avait permis la signature d’accords de paix en 2015, dont les dispositions sont cependant régulièrement violées et dont le volet politique est resté lettre morte.
Depuis bientôt trois ans, l’Ukraine est en proie à un conflit aux portes de l’Union européenne qui a fait près de 10.000 morts.

  AFP


source / http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/est-de-l-ukraine-flambee-de-violences-a-avdiivka-31-01-2017-6642810.php


3 – Ukraine : l’Otan demande à la Russie de faire cesser les violences


2017-02-01-char-ukraine-xvm5e3f0ed4-e890-11e6-9790-e668ca622fe5

Le sud-est du pays fait face, depuis trois jours, à des violences qui ont provoqué la mort d’au moins treize personnes, dont sept soldats. C’est le plus important bilan de pertes militaires et civiles depuis un an.

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, a exprimé, ce mercredi, son inquiétude en qualifiant les affrontements qui ont fait 19 morts depuis dimanche dans l’est de l’Ukraine de «plus grave regain de violence» que le pays ait connu depuis longtemps.

Au cours de la même prise de parole, il a même sommé la Russie d’user de sa «considérable influence auprès des séparatistes» prorusses pour faire en sorte que les violences cessent. Kiev et les Occidentaux accusent en effet Moscou de soutenir militairement et financièrement [1]les rebelles prorusses dans ce conflit qui a déjà fait près de 10.000 morts.

5.600 violations du cessez-le-feu en une semaine

Le chef de l’Alliance atlantique, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Bruxelles, a notamment évoqué les combats, ce mercredi, autour de la ville d’Avdiïvka, située sur la ligne de front dans l’est du pays et devenu l’épicentre d’une nouvelle flambée de violences entre séparatistes prorusses et soldats ukrainiens.[2] Pour avancer ces chiffres, il s’est appuyé sur la publication de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qui fait état de «plus de 5.600 violations du cessez-le-feu au cours de la semaine passée», tandis que 20.000 personnes dans la région sont privées de «chauffage, d’électricité et d’eau» par «des températures glaciales».

Une nouvelle fois, Jens Stoltenberg a réclamé le respect du cessez-le-feu par les toutes les parties, un retrait de toutes les armes lourdes interdites et un libre accès des observateurs de l’OSCE, conformément aux accords de Minsk.

Les combats des derniers jours sont les plus sanglants depuis l’instauration d’une trêve fin décembre, et ont déjà provoqué l’inquiétude des États-Unis,[3] de l’ONU et de l’Union européenne, dont la diplomatie avait dénoncé mardi soir une «rupture flagrante du cessez-le-feu».

(Avec AFP)

liens []

  1.    http://premium.lefigaro.fr/international/2016/10/16/01003-20161016ARTFIG00133-isabelle-lasserre-vers-une-nouvelle-confrontation-entre-l-otan-et-la-russie.php
  2.    http://premium.lefigaro.fr/flash-actu/2016/12/18/97001-20161218FILWWW00155-ukraine-5-soldats-tues-dans-des-combats-avec-les-separatistes.php
  3.    http://premium.lefigaro.fr/flash-actu/2017/01/31/97001-20170131FILWWW00364-ukraine-washington-s-alarme-des-violences.php

source/ http://premium.lefigaro.fr/international/2017/02/01/01003-20170201ARTFIG00267-ukraine-l-otan-demande-a-la-russie-de-faire-cesser-les-violences.php