1151 – Guerre ? – Reconnaître les signes du temps

2016.07.20 armée allemande capture_decran_2015-11-25_a_13.34.32

Allemagne: nouvelle stratégie de protection civile

L’Allemagne se prépare-t-elle à la guerre?   Conséquences pour la Suisse

rl./me. Le 24 août, Mr Thomas de Maizière, ministre des Affaires intérieures de la République fédérale a proposé au Cabinet un plan d’action qui, depuis 2012, a été élaboré dans le cadre d’une «Conception de défense civile». Ces propositions ont été acceptées par le Cabinet. C’est très tard que le gouvernement allemand assume sa responsabilité de mettre en route une stratégie de protection civile. Cette stratégie fait partie d’une stratégie de défense globale («Rahmenrichtlinien für die Gesamtverteidigung» {RRGV}), dans laquelle est intégrée également la «Konzeption der Bundeswehr» (KdB).


L’Allemagne se prépare-t-elle à une guerre future? Depuis la fin de la guerre froide, c’est la première fois qu’officiellement, on ne prend en considération pas seulement des attaques terroristes et électroniques, mais aussi une situation de guerre. Mais il faut voir la publication actuelle aussi comme un élément des préparatifs psychologiques à grande échelle pour une future guerre. Cette démarche de politique intérieure s’inscrit dans la politique d’alliance de l’Allemagne en tant que «vassal fidèle» de Washington.
Ceci a des conséquences sur la politique actuelle de la Suisse.

Propositions concrètes

Dans la «Conception de défense civile», du Ministère des affaires intérieures du 24 août, on lit en détail, sur 70 pages, des mesures de préparation civile pour le cas d’une guerre (lien1)

Dans ce volumineux document, on trouve aussi des mesures à prendre en cas de contamination radioactive, biologique et chimique (p. 28) en cas de manque de main d’œuvre (p. 59) et de mesures de soutien aux forces armées (p. 60).

Entre autres, il est proposé de

  • alerter la population avec un «effet réveil» en cas de danger en utilisant radio, télévision, sirènes, systèmes haut-parleurs, SMS et Internet – également dans les chemins de fer;
  • contrôler si les réserves en vaccins contre la variole et les réserves d’antibiotiques doivent être augmentées;
  • préparer l’installation de «centres de décontamination» devant les hôpitaux en cas d’attaques nucléaires, biologiques ou chimiques, pour traiter les blessés en dehors des hôpitaux;
  • préparer la mobilisation, dans un délai de 24 heures, d’un tiers des forces de l’Organisation de protection civile fédérale («Technisches Hilfswerk THW»), à la fois et sur tout le territoire;
  • établir une stratégie «Conception globale courant d’urgence» pour la République fédérale et pour les Länder, de sorte que l’agence fédérale du réseau électrique puisse, en cas de crise, décider de «l’interruption ou l’établissement en priorité d’installations vitales»;
  • instaurer des entrepôts de pétrole et d’essence à 140 endroits pour garantir un plein approvisionnement pendant 90 jours;
  • discuter d’une «réserve de denrées alimentaires» au niveau fédéral et, en outre, miser sur la «responsabilité personnelle et les capacités de se protéger» de la population;
  • demander que tous les ménages, disposent d’une pharmacie d’urgence, de couvertures chaudes, de charbon, de bois, de bougies, de torches, de piles, d’allumettes, d’accumulateurs chargés et de réserves d’argent liquide  (lien2)

Penser à des attaques par armes ABC

Une guerre avec l’utilisation d’armes atomiques, biologiques ou chimiques doit, à nouveau, être prise en considération. Concernant le nouveau rapport gouvernemental, Spiegel online déclare que «dans le document, une attaque contre le territoire de l’Etat n’est, indirectement, plus exclue». (21 août)

Depuis un certain temps, un conflit guerrier se dessine à l’horizon.

Les Américains provoquent à outrance la Fédération de Russie.

  • Au cours des derniers 25 ans, les Russes n’ont violé le droit international qu’une fois.

Les États membres de l’OTAN l’ont fait souvent, notamment

  • en Yougoslavie,
  • en Irak,
  • en Libye,
  • en Syrie.

Les révolutions de couleur, dirigées par l’OTAN, relèvent du répertoire standard.

Les flux migratoires de ces derniers mois sont des opérations dirigées – et ne sont pas un hasard.

Depuis que la situation en Ukraine s’est aggravée suite à des interférences de l’extérieure (activités de diverses fondations américaines, tireurs embusqués «inconnus» puis un coup d’État), il y a des préparatifs, directement à la frontière russe, pour un conflit armé avec la Russie.

  • Washington et l’OTAN ont fait avorter toutes tentatives d’une solution pacifique (Steinmeier, Hollande).

Le gouvernement allemand est fermement intégré à l’OTAN et continue de suivre les directives d’outre-Atlantique.

  • Contrairement à la Loi fondamentale allemande, il est intégré depuis longue date dans des activités bellicistes.

Lors du dernier sommet de l’OTAN à Varsovie, les États-membres ont été obligés de «renforcer leur résistance civile contre des menaces non conventionnelles» (Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, du 21 août). L’escalade est en cours.

Des années de préparatifs de guerre

Les grands médias allemands se sont alliés, depuis des années, à la stratégie de guerre des «atlantistes». Selon eux, la Russie, et en particulier le président russe, sont dotés, exclusivement, de caractéristiques négatives. On utilise les poncifs les plus primitifs pour créer et ancrer des préjugés.

  • Ainsi, on saborde les solutions diplomatiques et pacifiques.

Tout le monde sait que la propagande est un élément important de la préparation psychologique de toute guerre. Et cette propagande est devenue de plus en plus intense, ces dernières années.

Jouer avec le feu

Certains milieux, aux États-Unis, conduisent le monde vers une guerre, avec le but de rester l’«unique puissance mondiale», malgré un endettement impossible à rembourser.

  • Pour commencer, le champ de bataille pourrait bien se situer en Europe.

Les États-Unis eux-mêmes se trouvent devant des défis intérieurs difficiles (dettes de l’État, hélicoptère monétaire, appauvrissement des populations). En outre, une campagne électorale malpropre rend l’impossible possible. Le candidat Trump est opposé au «modèle d’affaire» basé sur la guerre. Donc, il est diabolisé. Hillary Clinton représente la combinaison de Wallstreet et du complexe militaro-industriel.

La Suisse rêve encore de l’UE et du PPP

La Suisse, encore obnubilée par de nombreux avantages imaginaires, se réveillera doucement de ses rêveries portant sur l’UE et le PPP (Partenariat pour la Paix). La portée des accords signés par une Suisse étourdie, devient évidente, devant le scénario d’une possible guerre.

  • Notre pays est trop impliqué dans l’une des futures alliances bellicistes.

La Suisse doit se refuser aux factions bellicistes

En Suisse, des mesures politiques, économiques et de droit public doivent être entreprises. Sinon, le réveil sera terrible. Pour la politique, cela signifie d’adopter les mesures nécessaires pour que le pays puisse maintenir la neutralité dans le contexte international.

  • Quels accords politiques et économiques avec d’autres États doivent être conclus pour garantir notre neutralité?
  • Avec quelles mesures la sécurité des civils peut-elle être garantie en cas d’actes de guerre?
  • Quelles mesures militaires sont nécessaires pour rendre crédible la neutralité?
  • Mais, face à d’autres États, Didier Burkhalter doit parler franchement: la Suisse se refuse à la faction belliciste.
  • La Suisse reste fidèle à la stratégie de la paix et du commerce.

Renforcer les forces politiques positives

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le conseiller fédéral Giuseppe Motta a fait sortir la Suisse de plusieurs obligations politiques ayant pu s’avérer dangereuses pour le pays. En politique intérieure, un accord entre les différentes tendances politiques au sein du Conseil national rendit possible la préparation à la guerre.
Aujourd’hui également, il est nécessaire de chercher des voies pour assurer notre avenir en cas d’un possible conflit armé tout en créant l’espace libre nécessaire pour une diplomatie de paix et d’éventuels bons services pour autrui. Ce ne sont pas uniquement les politiciens des différents camps politiques qui sont sollicités mais également toutes les personnes civiles. La Suisse a de la latitude, elle a un héritage et une mission. Des suiveurs, il y en a assez. Être un modèle oblige.  

lien1/ (cf. http://www.bmi.bund.de/SharedDocs/Downloads/DE/Broschueren/2016/konzeption-zivile-verteidigung.pdf?__blob=publicationFile)

lien2/(cf. Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung du 21 août).


source/http://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2016/no-19-6-septembre-2016/reconnaitre-les-signes-du-temps.html