5265 – « Pénuries de carburant le retour ! Faut il faire des réserves de gasoil ? ! ». L’Édito de Charles Sannat du 9 janvier 2023

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105

  • 1°/« Pénuries de carburant le retour ! Faut il faire des réserves de gasoil ? ! ».
  • 2°/Négociations et hausses de prix dans la grande distribution. Une proposition de loi fait débat !
  • 3°/Rénovation énergétique. Le délire… 50 % des logements franciliens bientôt interdits de location !
  • 4°/70 % des DPE sont faux. C’est le grand n’importe quoi !
  • 5°/Prix de l’électricité. Boulangers… restaurateurs… PME… tous en difficultés. Le gouvernement toujours trop peu et trop tard.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105

1°/« Pénuries de carburant le retour ! Faut il faire des réserves de gasoil ? ! ». L’édito de Charles SANNAT

par Charles Sannat | 9 Jan 2023 | A la une, Energie


Mes chères impertinentes, chers impertinents,
Cette semaine je vous propose de réfléchir aux prix du pétrole pour cette année 2023 qui s’annoncent très volatils. Et pour cause. Entre guerre en Ukraine et embargos sur les produits pétroliers russes qui représentent 1/3 de la production mondiale et les craintes de récessions économiques liées à l’inflation et aux hausses de taux d’intérêt par les banques centrales, il va être très difficile de s’y retrouver et de savoir exactement de quelle côté va retomber la pièce.
Vous allez me dire que non, que ce n’est pas un tiers pour les Russes. Et bien c’est vrai si l’on prend la production totale. Si l’on additionne tous les pays producteurs petits et grands, la Russie c’est 12.7 % de la production totale. Mais si l’on prend le trio de tête des producteurs, avec ses plus de 10 millions de barils par jour, la Russie représente 1/3 des trois plus gros producteurs mondiaux. USA, Russie et Arabie-Saoudite produisent des volumes sensiblement équivalents et c’est eux qui peuvent facilement peser à la hausse comme à la baisse sur les marchés.


En attendant la prochaine échéance du 5 février qui verra l’interdiction des produits raffinés russes notamment le diesel et l’embargo rentrer en vigueur voici quelques éléments d’analyse pour tenter de comprendre… ce qui nous arrive !
Je vous propose une analyse rapide sur les risques de volatilité de l’or noir, sur les facteurs de hausse et de baisse sans oublier les possibles pénuries de produits raffinés.
Ici, encore une fois, aucune vérité absolue, mais des pistes de réflexion pour prendre de la hauteur et anticiper ce qui pourrait arriver pour vous protéger, vous, et ceux que vous aimez, ceux qui sont importants à vos yeux.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.
Préparez-vous !
Charles SANNAT

https://insolentiae.com/penuries-de-carburant-le-retour-faut-il-faire-des-reserves-de-gasoil-ledito-de-charles-sannat/

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105
2°/Négociations et hausses de prix dans la grande distribution. Une proposition de loi fait débat !
par Charles Sannat | 9 Jan 2023 | Monnaie et Inflation


Prix de l’alimentaire : en cas d’échec des négociations, un député macroniste plaide pour que les prix des fournisseurs s’imposent pour «rééquilibrer le rapport de force».
Le député Renaissance du Val-de-Marne – Frédéric Descrozailles, est à l’origine d’une proposition de loi qui prévoit qu’en cas d’absence d’accord entre les fournisseurs et les distributeurs, les hausses de prix proposées par les premiers soient automatiquement acceptées.
« Je rééquilibre à peine un rapport de force qui est structurellement défavorable aux fournisseurs », a défendu dimanche 8 janvier sur franceinfo Frédéric Descrozailles, député Renaissance du Val-de-Marne. Il est à l’origine d’une proposition de loi qui prévoit qu’en cas de désaccord dans les négociations de la loi Egalim (destinée à équilibrer les relations au sein de la filière alimentaire notamment, dominée de longue date par les géants de la distribution, les distributeurs), les enseignes de la grande distribution devront accepter sans discuter les demandes d’augmentation des producteurs. Cette proposition sera examinée mercredi à l’Assemblée nationale.
Car pour le moment c’est l’inverse total. Comme le dit le député Renaissance, « il y a un vide juridique dans la loi. La négociation annuelle qui démarre en décembre et se termine au 1er mars redéfinit le contrat. Actuellement, même s’il n’y a pas d’accord [sur les prix], le distributeur peut continuer à commander et le fournisseur est obligé de le livrer. S’il ne le fait pas parce que cela lui coûte trop cher, le tribunal lui dira qu’il faut livrer. Ce que je dis dans la loi, c’est que s’il n’y a pas d’accord, il n’y a plus de contrat. Le fait que les conditions des fournisseurs s’appliquent on va en discuter ».
Ce député a parfaitement raison de porter cette proposition de loi, car nous allons vers une inflation structurelle, et il faudra bien permettre aux producteurs de répercuter l’ensemble des hausses de prix qu’ils subissent sans que ce soit pour eux un chemin infernal pour y arriver.
Si l’État et le gouvernement veulent que les prix de l’électricité soient 10 fois plus élevés, alors il faut que cette hausse dans les coûts de production se retrouvent dans les prix de vente à la grande distribution.
C’est d’ailleurs sans doute le non dit de cette proposition de loi qui pourrait bien être adoptée « contre toute attente » et par « surprise », une surprise pas si étonnante.
Charles SANNAT

Source France Info ici


https://insolentiae.com/negociations-et-hausses-de-prix-dans-la-grande-distribution-une-proposition-de-loi-fait-debat/

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105
3°/Rénovation énergétique. Le délire. 50 % des logements franciliens bientôt interdits de location !
par Charles Sannat | 9 Jan 2023 | Immobilier



Après les DPE, dont la fiabilité n’est même plus douteuse mais juste absente et où l’on frôle l’escroquerie en bande organisée, c’est la moitié du parc immobilier d’Ile-de-France qui pourrait être interdit à la location selon cet article de 20 Minutes.fr ici qui relaie une note de l’Institut Paris Région (IPR) indiquant que « l’Ile-de-France a un parc de logements énergivores supérieur à celui des autres régions (45 % contre 40 %) ». Mais avec les nouveaux DPE (voir encadré), les chiffres se sont affinés et on est donc passé à la moitié des logements. « En arrondissant, on a 27 % d’habitats classés E, 13 % de F et 11 % de G, précise Sandrine Beaufils, démographe au département Habitat et santé de l’IPR. Et dans une région en tension comme l’Ile-de-France, retirer dans deux ans 10 % du parc immobilier, ce n’est pas négligeable. »
Dans la réalité c’est bien pire. Il y aura beaucoup plus de G et de F qu’initialement prévu pour la simple et bonne raison que les DPE sont mal faits et ne sont pas un bon outil pour mesurer la consommation énergétique d’un logement qui va dépendre de multiple facteurs à commencer… par le mode de production de chaleur et l’efficacité de l’installation.
560.000 logements G en Ile-de-France
« Alors bien sûr tous les logements G ne sont pas loués et les propriétaires résidents pourront évidemment garder le leur. Mais ça fait quand même du logement à rénover si on veut garder la même offre locative. « Pour avoir un ordre de grandeur, il y a 560.000 logements G dans la région quand l’objectif de construction en Ile-de-France, qui n’est pas souvent atteint, est de 70.000 habitations », indique Sandrine Beaufils. « On ressent déjà une raréfaction de l’offre locative depuis janvier, témoigne Olivier Princivalle, président de la Fnaim Grand Paris. Soit les propriétaires ne veulent plus louer, soit ils préfèrent mettre en vente. C’était déjà très difficile à Paris pour louer un logement, là, ça devient un parcours du combattant. »
L’objectif est donc très ambitieux, trop diront certains, et le problème c’est que « pour l’instant, ça pêche un peu de tous les côtés », estime Sandrine Beaufils. « Il n’y a pas de facteurs positifs qui laissent penser que ce sera faisable », complète Olivier Princivalle. Il y a d’abord une question de coût. « En moyenne, pour de la rénovation énergétique, on est à 1.000 – 1.500 euros du m² sans compter l’envolée du prix des matériaux, précise l’agent immobilier. Et quand on ne peut pas faire de l’isolement par l’extérieur, par exemple dans l’haussmanien à Paris, on doit le faire par l’intérieur. » Ce qui veut dire réduire la surface de son logement, refaire les branchements électriques, la peinture, et tout ça fait grimper la facture. Sans compter que « l’isolement intérieur fait disparaître moulures et boiseries ». « En réunion publique sur la rénovation énergétique, la première question des gens est de savoir combien ça coûte et à quelles aides ils ont droit. Ils sont très cash », rapporte Jacques Baudrier, adjoint parisien en charge de la transition écologique du bâti. »
La rénovation des bâtiment va partir en fumée…
Car le mieux est toujours l’ennemi du bien.
A vouloir faire des choses trop parfaite et pensées en chambre et de manière purement théorique par des technocrates hors sol, on termine par ne rien faire et l’on arrive à rien.
Tout cela est bien trop ambitieux, trop éloigné des réalités, et surtout beaucoup trop rapide et violent.
Le principe de réalité devra s’imposer.
Charles SANNAT

https://insolentiae.com/renovation-energetique-le-delire-50-des-logements-franciliens-bientot-interdits-de-location/

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105

4°/70 % des DPE sont faux. C’est le grand n’importe quoi !
par Charles Sannat | 9 Jan 2023 | Immobilier


Selon l’étude de la société Hello Watt révélée mardi dernier en exclusivité par BFM Business c’est 71 % des notes de performance énergétique attribuées aujourd’hui aux logements qui seraient fausses un résultat effrayant mais qui n’est pas du tout surprenant.
Le DPE a été rendu « opposable » aux diagnostiqueurs qui peuvent voir leur responsabilité professionnelle engagée en cas de mauvais diagnostic et de sous-estimation de la consommation d’énergie. Du coup ils ouvrent le parapluie et sous-notent massivement.
A ce facteur se rajoute celui de la compétence, où beaucoup de collaborateurs n’ont pas la capacité technique nécessaire.
Enfin, il est parfois difficile de retrouver les éléments de construction et cela prend du temps, un temps dont tout le monde manque cruellement quand on croule sous les charges à payer…
La fiabilité du DPE gravement remise en cause.
Toujours selon l’étude d’Hello Watt qui a comparé les notes de plusieurs centaines de logements à leur consommation réelle. « Dans 40 % des cas, il y a une note d’écart avec la réalité. Dans 31 %, ce sont même 2 étiquettes voire plus, à l’image de cet appartement classé G alors que dans les faits, sa consommation aurait dû lui permettre de décrocher un C ».
C’est un évident scandale d’abord financier car ces erreurs coûtent terriblement cher aux propriétaires.
C’est un évident scandale social car l’interdiction de louer des « fausses » passoires énergétiques provoquent une crise du logement, une baisse des biens en location et une augmentation en réalité des loyers qui pénalisent les plus fragiles.
C’est enfin un évident scandale écologique, car faire des travaux qui ne sont pas utiles c’est polluer pour rien !
Il serait temps que le gouvernement se réveille et que le ministère du logement et son ministre qui se veut « le ministre du parcours résidentiel » se secoue un peu les puces.
Olivier Klein doit prendre à bras le corps ce sujet sinon, il sera responsable d’une énorme crise du logement telle que l’on en a pas connue depuis 1954.
Charles SANNAT

Source BFMTV.com ici


https://insolentiae.com/70-des-dpe-sont-faux-cest-le-grand-nimporte-quoi/

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105

5°/Prix de l’électricité. Boulangers, restaurateurs, PME, tous en difficultés. Le gouvernement toujours trop peu et trop tard.
par Charles Sannat | 9 Jan 2023 | Energie


Philippe Etchebest alerte sur les difficultés pour les restaurateurs et il a évidemment raison. Aucune profession ne peut supporter une multiplication par 5 ou plus de sa facture d’électricité. Certains restaurateurs ferment déjà et vont laisser les deux mois les plus froids, janvier et février, qui ne sont pas en plus les mois les plus dynamiques puisque les gens sortent des fêtes, pour ouvrir à nouveau au mois de mars quand les températures remontent et deviennent plus clémentes.
Assister à cela est terrible. D’autant plus que nous avons la possibilité de faire autrement.
Au-delà des restaurateurs, c’est toutes les structures avec une faible trésorerie et des faibles marges qui seront touchées.
On en parle pas, mais les associations importantes, les écoles privées, sans oublier de nombreuses PME vont terriblement souffrir.
Le gouvernement essaie de retenir au maximum les aides pour ne pas alourdir le déficit budgétaire, mais cette retenue sera impossible à maintenir dans la durée car les dégâts économiques engendrés coûteront plus chers à la collectivité que le sauvetage des entrerpises et structures concernées.


Charles SANNAT
« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »

https://insolentiae.com/prix-de-lelectricite-boulangers-restaurateurs-pme-tous-en-difficultes-le-gouvernement-toujours-trop-peu-et-trop-tard/

https://sansapriori.files.wordpress.com/2023/01/logo-insolentiae.webp?w=900&h=105

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s