5193 -Résultats inattendus d’une étude sur de l’ADN ancien … L’analyse fait la lumière sur le peuplement précoce de l’Amérique du Sud …

Par Maëla le 8 novembre 2022 sur Le Savoir Perdu des Anciens.


Il y a environ 60 000 ans, les humains modernes ont quitté l’Afrique et se sont rapidement répandus sur six continents. Les chercheurs peuvent retracer cette migration épique grâce à l’ADN de personnes vivantes ou décédées depuis longtemps, mais il leur manquait les données génétiques de l’Amérique… dernière grande étape de ce voyage humain.

Les Amériques ont été le dernier continent à être habité par les humains. De plus en plus de preuves archéologiques et génomiques laissent entrevoir un processus de colonisation complexe. C’est particulièrement vrai pour l’Amérique du Sud, où des signaux ancestraux inattendus ont suscité des scénarios perplexes quant aux premières migrations dans différentes régions du continent.

De nombreuses questions restent sans réponse, comme celle de savoir si les premiers humains ont migré vers le sud le long de la côte Pacifique ou par un autre itinéraire. S’il existe des preuves archéologiques d’une migration du nord vers le sud lors du peuplement initial des Amériques par d’anciens peuples indigènes, l’endroit où ces anciens humains sont allés après leur arrivée est resté mystérieux.

À l’aide de l’ADN de deux anciens individus humains mis au jour dans deux sites archéologiques différents du nord-est du Brésil – Pedra do Tubarão et Alcobaça – et de puissants algorithmes et analyses génomiques, des chercheurs de la Florida Atlantic University, en collaboration avec l’Emory University, ont élucidé la profonde histoire démographique de l’Amérique du Sud au niveau régional, avec des résultats inattendus et surprenants.

Non seulement les chercheurs fournissent de nouvelles preuves génétiques étayant les données archéologiques existantes de la migration du nord vers le sud de l’Amérique du Sud, mais ils ont également découvert des migrations en sens inverse le long de la côte atlantique – pour la première fois. Ces travaux fournissent les preuves génétiques les plus complètes à ce jour des anciennes routes migratoires complexes d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud.

Parmi les principaux résultats, les chercheurs ont également découvert des preuves d’ascendance néandertalienne dans les génomes d’anciens individus d’Amérique du Sud. Les Néandertaliens sont une population éteinte d’humains archaïques qui se déplaçaient en Eurasie au cours du Paléolithique inférieur et moyen.

Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B. (Biological Sciences), suggèrent que les mouvements humains plus proches de la côte atlantique ont fini par relier l’Uruguay et le Panama antiques dans une route migratoire sud-nord – distante de 5.277 kilomètres. On estime que ce nouveau modèle de migration s’est produit il y a environ 1000 ans, d’après l’âge des anciens individus.


Carte La figure représente les ancêtres profonds des anciens individus des Amériques et les ancêtres archaïques de l’ancienne Amérique du Sud et du Panama. Le rayon du diagramme circulaire reflète la proportion d’ascendance archaïque partagée chez l’individu. Crédit : Florida Atlantic University


Les résultats montrent une relation distincte entre les génomes anciens du nord-est du Brésil, de Lagoa Santa (sud-est du Brésil), de l’Uruguay et du Panama. Ce nouveau modèle révèle que le peuplement de la côte atlantique n’a eu lieu qu’après le peuplement de la majeure partie de la côte pacifique et des Andes.
« Notre étude fournit des preuves génomiques essentielles de l’existence d’anciens événements migratoires à l’échelle régionale le long de la côte atlantique de l’Amérique du Sud », a déclaré Michael DeGiorgio – Ph.D.- coauteur – spécialiste de la génomique humaine, évolutive et informatique et professeur associé au département d’ingénierie électrique et d’informatique du College of Engineering and Computer Science de la Florida Atlantic University (FAU). « Ces événements régionaux ont probablement dérivé de vagues migratoires impliquant les premiers peuples indigènes d’Amérique du Sud près de la côte Pacifique. »

Les chercheurs ont également trouvé de forts signaux génétiques australasiens (Australie et Papouasie-Nouvelle-Guinée) dans un ancien génome du Panama.

« Il y a tout un océan Pacifique entre l’Australasie et les Amériques, et nous ne savons toujours pas comment ces signaux génomiques ancestraux sont apparus en Amérique centrale et du Sud sans laisser de traces en Amérique du Nord », a déclaré Andre Luiz Campelo dos Santos, Ph.D., premier auteur, archéologue et chercheur postdoctoral au département de génie électrique et d’informatique de la FAU.
Pour ajouter à la complexité existante, les chercheurs ont également détecté une plus grande ascendance de Denisovan que de Neandertal chez les anciens individus d’Uruguay et du Panama. Les Denisovans sont un groupe d’humains disparus, identifiés pour la première fois à partir de séquences d’ADN provenant de l’extrémité d’un os de doigt découvert vers 2008.
« Il est phénoménal que l’ascendance des Denisovans soit parvenue jusqu’en Amérique du Sud », déclare John Lindo, coauteur de l’article, spécialiste de l’analyse de l’ADN ancien et professeur adjoint au département d’anthropologie de l’université Emory. « Le mélange a dû se produire bien avant, peut-être il y a 40 000 ans. Le fait que la lignée de Denisovan ait persisté et que son signal génétique soit parvenu jusqu’à un ancien individu d’Uruguay âgé de seulement 1 500 ans suggère qu’il s’agissait d’un grand événement de mélange entre une population d’humains et de Hommes de Denisova.  »
Précédemment à l’Université fédérale de Pernambuco à Recife – au Brésil, dos Santos et ses collègues ont découvert les restes des deux anciens humains du nord-est du Brésil, qui datent d’au moins 1 000 ans avant aujourd’hui, et les ont envoyés à Lindo pour l’extraction de l’ADN, puis le séquençage et les analyses génomiques. Les données brutes ont ensuite été envoyées à la FAU pour une analyse informatique des séquences du génome entier du nord-est du Brésil.

Carte Les premiers groupes d’Amérique du Nord méridionale sont entrés en Amérique du Sud et se sont répandus sur la côte pacifique en colonisant les Andes (flèche jaune). Au moins une scission de population s’est produite peu après, séparant les premiers groupes qui ont colonisé la côte atlantique (flèche verte) des groupes qui ont donné naissance aux anciennes populations du cône sud. De nouvelles migrations ont alors pu apparaître le long de la côte atlantique, avec une origine possible autour de Lagoa Santa, en direction du nord vers le nord-est du Brésil et le Panama, et du sud vers l’Uruguay. Finalement, l’Uruguay et le Panama ont été reliés par une route migratoire sud-nord plus proche de la côte atlantique (flèche à double tête violette). Crédit : Florida Atlantic University


Les chercheurs ont comparé les deux génomes entiers anciens nouvellement séquencés du nord-est du Brésil avec les génomes mondiaux actuels et d’autres génomes entiers anciens des Amériques. À la date de publication de l’article, Lindo indique que seule une dizaine de génomes entiers anciens d’Amérique du Sud ont été séquencés et publiés, contre des centaines en Europe.
En dehors de l’existence de sépultures collectives dans les sites qui ont fourni les échantillons du nord-est du Brésil, de l’Uruguay, du sud-est du Brésil et du Panama, il n’y a pas d’autres preuves dans les archives archéologiques qui indiquent des caractéristiques culturelles communes entre eux. Il est important de noter que les individus anciens analysés provenant du sud-est du Brésil ont environ 9.000 ans de plus que ceux du nord-est du Brésil, de l’Uruguay et du Panama, ce qui est suffisant pour permettre une divergence culturelle attendue et perceptible. De plus, le nord-est du Brésil, l’Uruguay et le Panama, bien que plus proches en âge, sont situés à des milliers de kilomètres les uns des autres.
« Cette recherche révolutionnaire a impliqué de nombreux domaines différents, de l’archéologie aux sciences biologiques en passant par la génomique et la science des données », a déclaré Stella Batalama, Ph.D., doyenne du collège d’ingénierie et d’informatique de la FAU. « Nos scientifiques de la Florida Atlantic University, en collaboration avec l’Université Emory, ont contribué à mettre en lumière une pièce importante du puzzle des Amériques, qui n’aurait pas pu être résolue sans de puissants outils et analyses génomiques et informatiques. »
Cette recherche a été soutenue par la National Science Foundation, les National Institutes of Health et la Fundação de Amparo à Ciência e Tecnologia de Pernambuco.

L’étude a été publiée dans Proceedings of the Royal Society B : Biological Sciences

Florida Atlantic University


https://lesavoirperdudesanciens.com/2022/11/resultats-inattendus-dune-etude-sur-de-ladn-ancien-lanalyse-fait-la-lumiere-sur-le-peuplement-precoce-de-lamerique-du-sud/?fbclid=IwAR1dB_1lbbD2vAtVT9QgNmE8o_J5DGfcJUb7XwjPhzby-v289jPCBhdwhEM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s