5118 – OCS – Réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS le 16 septembre 2022 à 13h05 à Samarcande


Vladimir Poutine a participé à une réunion élargie du Conseil des chefs d’État de l’OCS à Samarcande.

16 septembre 2022 à 13h05 à Samarcande

1 sur 24 Vladimir Poutine arrive à une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS. Photo : Sergueï Bobylev, TASS

2 sur 24 Avec le président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev avant la réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format restreint. Photo : Sergueï Guneev, RIA Novosti

3 sur 24 Photo de famille des chefs de délégations des États membres de l’OCS avant le sommet en format restreint. Photo : Sergueï Guneev, RIA Novosti

4 sur 24 Avec le président du Tadjikistan Emomali Rahmon avant la réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format restreint. Photo : Sergueï Bobylev, TASS

5 sur 24 Réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format restreint. Photo : Sergueï Bobylev, TASS

La réunion est également suivie par

  • le président chinois Xi Jinping,
  • le Premier ministre indien Narendra Modi,
  • le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev,
  • le président de la République kirghize Sadyr Japarov,
  • le Premier ministre pakistanais Shehbaz Sharif,
  • le président du Tadjikistan Emomali Rahmon

et le président du l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev à la tête des délégations des États membres de l’OCS ;

  • le président du Bélarus Alexander Lukashenko,
  • le président de l’Iran Seyyed Ebrahim Raisi

et le président de la Mongolie Ukhnaagiin Khurelsukh en tant que chefs des délégations des États observateurs de l’OCS ;

  • Le président de l’Azerbaïdjan Ilham Aliyev,
  • le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan

et le président du Turkménistan Serdar Berdimuhamedov en tant qu’invités de l’État président (Ouzbékistan).

Les chefs des délégations représentant les organisations internationales invitées participent également au sommet.

6 sur 24 Photo de famille des chefs des États membres de l’OCS, des chefs des États observateurs de l’OCS et des chefs des États invités et des organisations internationales. Photo : Sergueï Bobylev, TASS

7 sur 24 Photo de famille des chefs des États membres de l’OCS, des chefs des États observateurs de l’OCS et des chefs des États invités et des organisations internationales. Photo : Sergueï Bobylev, TASS

8 sur 24 Avec le président de la RPC Xi Jinping avant une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

9 sur 24 Réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

10 sur 24 Lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

11 sur 24 Lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TAS

Auparavant, les chefs d’État de l’OCS avaient tenu une réunion à participation restreinte.

Après le sommet, les dirigeants ont signé la Déclaration de Samarcande et adopté un ensemble de documents.

Le Conseil des chefs d’État de l’OCS a adopté des déclarations en réponse au changement climatique, sur la garantie de chaînes d’approvisionnement fiables, durables et diversifiées, et sur la sécurité alimentaire mondiale et la sécurité énergétique internationale.

En particulier, les documents adoptés comprennent les décisions du Conseil des chefs d’État de l’OCS

  • sur le Plan d’action global 2023-2027 pour la mise en œuvre des dispositions du Traité de l’OCS
  • sur le bon voisinage, l’amitié et la coopération à long terme ;
  • sur le concept de coopération de l’OCS pour le développement de la connectivité et la création de corridors de transport efficaces ;
  • et sur la feuille de route pour l’augmentation progressive de la part des monnaies nationales dans les règlements mutuels.

En outre, des décisions ont été prises pour signer le Mémorandum d’engagements de la République islamique d’Iran afin que le pays puisse obtenir le statut d’État membre de l’Organisation de coopération de Shanghai

  • engager la procédure d’admission de la République de Biélorussie en tant que membre de l’Organisation de coopération de Shanghai ;

et d’accorder le statut de partenaire de dialogue de l’Organisation de coopération de Shanghai à la République des Maldives, au Royaume de Bahreïn, à la République de l’Union du Myanmar, aux Émirats arabes unis et à l’État du Koweït.

Le Conseil des chefs d’État de l’OCS a également adopté la décision de signer le mémorandum entre le Secrétariat de l’OCS et les Nations Unies sur l’éducation, la science et la culture (2023-2027).

Vladimir Poutine s’est brièvement entretenu avec la secrétaire générale adjointe de l’ONU, Rosemary DiCarlo, à la suite de la réunion en format élargi du Conseil des chefs d’État de l’OCS.

12 sur 24 Le Premier ministre de la République islamique du Pakistan Shehbaz Sharif lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

13 sur 24 Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

14 sur 24 Réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

* * *

Discours du président de la Russie lors d’une réunion élargie du Conseil des chefs d’État de l’OCS

Président de la Russie Vladimir Poutine : Monsieur le Président, chers collègues,

Je partage pleinement les déclarations faites par mes collègues et leurs évaluations positives du travail de l’Organisation de coopération de Shanghai et de son prestige croissant dans les affaires internationales. En effet, l’OCS est devenue la plus grande organisation régionale au monde. Comme l’ont souligné les orateurs précédents, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les États membres de l’OCS, qui représentent environ 25 % du PIB mondial et disposent d’un puissant potentiel intellectuel et technologique et d’une part considérable des ressources naturelles mondiales.

Dans le même temps, l’OCS ne marque pas le pas mais continue de développer et de renforcer son rôle dans le traitement des problèmes internationaux et régionaux et dans le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans le vaste espace eurasien. Chers collègues, cela est particulièrement important dans la situation internationale compliquée actuelle, dont nous avons parlé en détail lors de notre réunion à participation restreinte.

Cependant, je voudrais répéter que la politique et l’économie mondiales sont sur le point de subir des changements fondamentaux et irréversibles. Le rôle croissant des nouveaux centres de pouvoir est mis en évidence, et l’interaction entre ces nouveaux centres n’est pas basée sur des règles qui leur sont imposées par des forces extérieures et que personne n’a vues, mais sur les principes universellement reconnus de la la primauté du droit international et la Charte des Nations Unies, à savoir la sécurité égale et indivisible et le respect de la souveraineté, des valeurs et des intérêts nationaux de chacun.

C’est sur ces principes, dépourvus de tout élément d’égoïsme, que se fondent les efforts conjoints des États membres de l’OCS en politique et en économie. Cela ouvre de larges perspectives pour une coopération continue mutuellement bénéfique dans les domaines politique, économique, culturel, humanitaire et autres.

La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, le trafic de drogue, le crime organisé et les formations armées illégales reste une priorité de notre coopération. D’autres domaines clés incluent l’assistance au règlement politique et diplomatique des conflits le long de nos frontières extérieures, y compris en Afghanistan.

Le renforcement de la coopération économique a traditionnellement été un élément essentiel des activités de l’OCS. Nos efforts conjoints visent à développer les échanges commerciaux et d’investissement, à réaliser des projets commerciaux mutuellement bénéfiques dans diverses industries et à augmenter le volume des règlements en devises nationales.

Comme indiqué ci-dessus, y compris par le Président du Kazakhstan, nous sommes ouverts à travailler avec le monde entier. L’OSC est une association hors bloc. Nous aidons à résoudre les problèmes énergétiques et alimentaires qui se développent à l’échelle mondiale en raison de certaines erreurs systémiques dans les principales économies mondiales dans le domaine de la finance et de l’énergie. Notre politique n’est pas égoïste. Nous espérons que d’autres participants à la coopération économique fonderont leurs politiques sur les mêmes principes et cesseront d’utiliser les outils du protectionnisme, des sanctions illégales et de l’égoïsme économique à leur propre avantage.

La décision de la Commission européenne de lever les sanctions sur les engrais russes est un exemple frappant d’un tel comportement égoïste. Nous sommes conscients du rôle important des engrais dans la résolution du problème alimentaire. Bien sûr, nous saluons la décision de lever les sanctions. Mais il s’avère que, conformément à la clarification de la Commission européenne du 10 septembre, ces sanctions n’ont été levées que pour les pays de l’UE. Il s’avère qu’ils sont les seuls à pouvoir acheter nos engrais. Qu’en est-il des pays en développement les plus pauvres du monde ?

Profitant de la présence de la secrétaire générale adjointe de l’ONU [Rosemary] DiCarlo, je voudrais demander au secrétariat de l’ONU – j’ai discuté de cette question avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres avant-hier – d’user de son influence sur la décision de la Commission européenne décision non pas en paroles, mais en actes et d’exiger qu’eux, nos collègues de la Commission européenne, lèvent ces restrictions clairement discriminatoires à l’encontre des pays en développement et permettent aux engrais russes d’accéder à leurs marchés.

Par ailleurs, avant-hier, j’ai informé le secrétaire général António Guterres du fait que 300 000 tonnes d’engrais russes sont stockées dans les ports maritimes de l’UE. Nous sommes prêts à les mettre gratuitement à la disposition des pays en développement.

J’aimerais également souligner que la Russie augmente ses exportations de céréales vers les marchés internationaux. Cette année, ce sera 30 millions de tonnes, et l’année prochaine ce sera 50 millions de tonnes, 90 % de nos exportations alimentaires étant destinées aux marchés d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Il ne fait aucun doute que les décisions et les documents du sommet en cours visant à améliorer l’efficacité des corridors de transport internationaux, à étendre la coopération intrarégionale, à faire progresser la coopération industrielle, scientifique et technique et à introduire des solutions de haute technologie dans l’agriculture et les soins de santé favoriseront le développement des liens commerciaux au sein de la OCS.

Il est également important de faire progresser la coopération culturelle et humanitaire au sein de l’OCS.

Les accords et mémorandums de coopération dans le domaine du tourisme et de la muséologie qui seront signés lors de la réunion d’aujourd’hui constitueront la prochaine étape sur cette voie.

Il semble que les opportunités soient bonnes pour intensifier la coopération sportive et éventuellement organiser de grands événements sportifs avec le parrainage de l’OCS. Pour ce faire, on pourrait penser à créer une association d’organisations sportives sous notre association.

15 sur 24 Lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

16 sur 24 Le président de la République populaire de Chine Xi Jinping lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

17 sur 24 Lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

18 sur 24 Le Premier ministre indien Narendra Modi lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

Chers Amis,

Il a été noté plus tôt dans la journée lors de la réunion à participation restreinte que les États de l’OCS se concentrent sur l’élargissement de la coopération avec les pays qui cherchent à établir un dialogue ouvert et égal avec notre organisation et sont intéressés à y adhérer. Dans ce contexte, la Russie est sans aucun doute favorable à l’adhésion la plus rapide possible de la République islamique d’Iran à l’OCS, ce que les documents et le mémorandum qui seront signés aujourd’hui visent à accomplir. Nous sommes convaincus que la participation à part entière de l’Iran sera bénéfique pour l’association, car ce pays joue un rôle important dans la région eurasienne et dans le monde en général.

Nous soutenons également pleinement la décision soumise à l’approbation du Conseil des chefs d’État pour lancer le processus d’admission de la République du Bélarus en tant que membre de l’OCS. Permettez-moi de préciser que nous avons toujours plaidé pour que la Biélorussie, qui est le partenaire stratégique et l’allié le plus proche de la Russie, participe pleinement à l’OCS. Cela améliorera sans aucun doute notre capacité à faire progresser l’unité dans les domaines politique, économique, sécuritaire et humanitaire.

Bien sûr, nous saluons l’octroi du statut de partenaire de dialogue de l’OCS à l’Égypte, au Qatar et à l’Arabie saoudite, ainsi que le lancement de la procédure d’obtention de ce statut par le Royaume de Bahreïn, l’État du Koweït, la République des Maldives, la République de l’Union du Myanmar et des Émirats arabes unis. Notamment, il y a plus de pays désireux de coopérer avec l’OCS à divers titres, et les candidatures d’autres États et associations internationales méritent notre plus grande attention et une considération favorable.

Pour terminer, je voudrais remercier le Président Shavkat Mirziyoyev pour l’hospitalité et l’excellente organisation de nos travaux, et féliciter l’Ouzbékistan pour sa présidence réussie de l’OCS. Je voudrais également souhaiter plein succès à nos amis indiens qui assument aujourd’hui la présidence.

Merci pour votre attention.

19 sur 24 Le président biélorusse Alexandre Loukachenko lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

20 sur 24 Le président iranien Seyyed Ebrahim Raisi lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

21 sur 24 Le président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

22 sur 24 Le président de Turkiye Recep Tayyip Erdogan lors d’une réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS en format élargi. Photo: TASS

23 sur 24 Après le sommet de l’OCS, les dirigeants ont signé la Déclaration de Samarkand et adopté un ensemble de documents. Photo: TASS

24 sur 24 Vladimir Poutine s’est brièvement entretenu avec la secrétaire générale adjointe de l’ONU, Rosemary DiCarlo, à la suite de la réunion en format élargi du Conseil des chefs d’État de l’OCS. Photo: TASS

http://en.kremlin.ru/events/president/news/69361

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s