5037 – Téhéran le 19 juillet 2022 avec le Prés.Iranien Sayyid Ebrahim Raisi… Ali Khamenei… Prés.Turc Recep Tayyip Erdogan… Prés.Russe Vladimir Poutine.

  • 1 Vladimir Poutine est arrivé à Téhéran le 19 juillet 2022 à 15H40
  • 2 Rencontre avec le président iranien Sayyid Ebrahim Raisi le 19 juillet 2022 à 17H05 à Téhéran
  • 3 Rencontre avec Ali Khamenei le 19 juillet 2022 à 19H10 à Téhéran
  • 4 Rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan le 19 juillet 2022 à 19H20 à Téhéran
  • 5 Déclaration aux médias à la suite des pourparlers au format Astana du 19 juillet 2022 à 22H20 à Téhéran
  • 6 Réunion des États garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement syrien du 19 juillet 2022 à 22H00 à Téhéran
  • 7 Déclaration conjointe du Président de la République islamique d’Iran… du Président de la Fédération de Russie et du Président de la République de Turquie… Téhéran du 19 juillet 2022
  • 8 Vladimir Poutine a répondu aux questions des médias le 19 juillet 2022 à 23H55 à Téhéran

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

1 Vladimir Poutine est arrivé à Téhéran le 19 juillet 2022 à 15H40

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big/QBpJOfX2qdQrSyTB7Str2SgjffXYUYBf.jpg
19 juillet 2022 à 15H40 à Téhéran

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big/dB9ceQw9l6S8jb04jq3lny7tF26g1QJN.jpg

Le président russe est arrivé en Iran pour une visite de travail afin d’assister à une réunion trilatérale entre les dirigeants des États garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement en Syrie. Vladimir Poutine devrait également tenir des réunions bilatérales séparées avec les dirigeants iranien et turc.

https://i0.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big/Igva3xAtjIJkmDt2ZRALOupXa0oxzvvS.jpg 


http://en.kremlin.ru/events/president/news/69030

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

2 Rencontre avec le président iranien Sayyid Ebrahim Raisi le 19 juillet 2022 à 17H05 à Téhéran

Vladimir Poutine et le président de la République islamique d’Iran Sayyid Ebrahim Raisi se sont entretenus à Téhéran.

19 juillet 2022 à 17H05 à Téhéran


Début des pourparlers russo-iraniens

Président de la République islamique d’Iran Sayyid Ebrahim Raisi (retraduit): Président Poutine,
Merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation à venir ici pour des entretiens bilatéraux puis trilatéraux au format Astana.

Après notre visite et la rencontre à Moscou puis à Achgabat, tout a évolué très vite, y compris nos relations bilatérales. Les deux parties ont la volonté politique nécessaire pour développer nos relations et les mettre en pratique.

Nous avons une bonne et substantielle expérience sur le volet syrien. Je pense que cette expérience et notre coopération ont rendu cette région plus sûre. D’autres pays prétendent simplement lutter contre le terrorisme. Entre-temps, nos relations et notre coopération dans la lutte contre le terrorisme ont prouvé notre capacité à atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Je pense que c’est une expérience très précieuse pour renforcer la sécurité dans notre région.

J’espère sincèrement que votre visite officielle en République islamique d’Iran marquera un tournant dans l’amélioration de nos relations sur l’agenda régional et international.


Président de la Russie Vladimir Poutine : Je suis très heureux d’être ici aujourd’hui avec nos amis sur la terre hospitalière iranienne.

Nos relations se sont en effet développées à un bon rythme. Nous affichons des chiffres records en matière de croissance commerciale. Nous renforçons notre coopération en matière de sécurité internationale et apportons une contribution tangible au règlement du conflit syrien.


<…>

http://en.kremlin.ru/events/president/news/69031

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

3 Rencontre avec Ali Khamenei le 19 juillet 2022 à 19H10 à Téhéran

19 juillet 2022 à 19H10 à Téhéran

Rencontre avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Photo : Bureau d’information du guide suprême de l’Iran

Au cours de sa visite de travail en Iran, Vladimir Poutine a rencontré le guide suprême et chef spirituel de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei.

Lors de la rencontre avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Avec le président iranien Sayyid Ebrahim Raisi. Photo : Bureau d’information du guide suprême de l’Iran

Rencontre avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Photo : Bureau d’information du guide suprême de l’Iran

Lors d’une réunion avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Photo : Bureau d’information du guide suprême de l’Iran

http://en.kremlin.ru/events/president/news/69032

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

4 Rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan le 19 juillet 2022 à 19H20 à Téhéran

Vladimir Poutine a rencontré le président de la République de Turquie Recep Tayyip Erdogan en marge du sommet de la troïka d’Astana.

19 juillet 2022 à 19h20 à Téhéran


Début des pourparlers Russie-Turquie

Président de la Russie Vladimir Poutine : Monsieur le Président, je suis très heureux de vous voir. Nous ne nous sommes pas rencontrés depuis presque un an.

Président de la République de Turquie Recep Tayyip Erdogan (retraduit) : Nous parlons souvent par téléphone.

Vladimir Poutine : C’est vrai, et c’est très bien. Nos collègues restent également en contact tout le temps.

Nos relations progressent malgré tout. Le commerce se développe et à un rythme rapide. Je suis très heureux que nous ayons l’occasion de tenir une réunion bilatérale en marge de notre sommet d’Astana. Nous avons beaucoup de questions à discuter.

Je voudrais vous remercier pour vos efforts de médiation, pour avoir accordé une plate-forme turque de pourparlers sur les problèmes alimentaires, sur l’exportation de céréales via la mer Noire. Nous avons avancé grâce à votre médiation. Certes, tous les problèmes ne sont pas encore résolus, mais il y a des progrès et c’est déjà bien.

Bien sûr, nous avons beaucoup de problèmes avec le règlement syrien. Mais des projets bilatéraux prometteurs à grande échelle progressent également. Bien sûr, une autre grande question – le règlement du problème du Karabakh – est au centre de notre attention. Récemment, j’ai rencontré le président de l’Azerbaïdjan au sommet de la Caspienne. Il vous a envoyé ses meilleurs vœux.

Nous avons un très gros programme. Je suis très heureux de vous voir.


Recep Tayyip Erdogan : Je voudrais également vous remercier infiniment.

Nous avons poursuivi notre diplomatie par téléphone, c’est un gros plus pour nous. Aujourd’hui, nous nous réunissons ici au format Astana, et c’est, bien sûr, un avantage encore plus important. Nous avons également rencontré nos amis ici. Aujourd’hui, nous avons un ordre du jour très chargé et très chargé.

Je crois que la Russie continuera à jouer son rôle constructif dans le cadre de cette mission de médiation.

La Russie a adopté une position très positive et constructive lors des récents pourparlers à Istanbul. Évidemment, le monde entier discutera des résultats que nous obtiendrons après ces pourparlers.

Je tiens à vous remercier à nouveau au nom de notre délégation. J’espère que nos discussions seront productives.


Vladimir Poutine : Merci.

<…>


http://en.kremlin.ru/events/president/news/69033

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

5 Déclaration aux médias à la suite des pourparlers au format Astana du 19 juillet 2022 à 22H20 à Téhéran

À la suite des pourparlers trilatéraux, les présidents de la Russie, de l’Iran et de la Turquie ont publié une déclaration à l’intention des médias.

19 juillet 2022 à 22H20 à Téhéran


Une déclaration commune a été adoptée à l’issue du sommet.

* * *

Président de l’Iran Sayyid Ebrahim Raisi (retraduit) : Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Plus Miséricordieux, je voudrais remercier les journalistes et les représentants des médias, ainsi que toutes les personnes présentes, en particulier nos distingués invités – l’estimé Président de la Fédération de Russie amie, M. Poutine, et également président de la République amie et fraternelle de Turquie, ainsi que les ministres et hauts fonctionnaires présents des deux pays.

Nous avons tenu la septième réunion des États garants du processus d’Astana. Lors de cette réunion, les présidents des trois pays ont abordé diverses questions. Les principales dispositions sont les suivantes.

Premièrement, nous avons souligné notre attachement à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Syrie. Nous sommes convaincus de la nécessité de préserver l’intégrité territoriale et la souveraineté de tout le pays.

Ainsi, la présence des Américains à l’est de l’Euphrate ne peut être justifiée et ils doivent quitter ce territoire. Toutes les régions de la Syrie doivent être sous la souveraineté du gouvernement syrien légitime.

Nous avons tous réaffirmé notre engagement dans la lutte contre le terrorisme. Nous avons souligné la nécessité d’une coopération avec tous les pays dans la lutte contre le terrorisme. Aujourd’hui, les mouvements terroristes constituent une menace réelle pour la région. La République islamique d’Iran a acquis une expérience réussie dans la lutte contre les mouvements terroristes.

Qu’Allah accorde le repos à l’âme du défunt Qasem Soleimani, symbole de ténacité, de résistance et de lutte contre le terrorisme.

https://i.f1g.fr/media/cms/704x396_crop/2020/07/07/ab8ecfb8f0166323d251b577db711590d326ec4b58868323fcdfd9beacd9697f.jpeg  défunt Qasem Soleimani


Tous les pays ont œuvré pour lutter contre le terrorisme, mais leur détermination sérieuse à cet égard est à nouveau nécessaire en raison des inquiétudes en Syrie, à Idlib concernant la présence de terroristes. Nous sommes convaincus que cette détermination est la clé du succès dans la lutte contre le terrorisme.

Nous avons réaffirmé la nécessité de continuer à fournir une aide humanitaire au peuple opprimé de Syrie. Toutes les parties ont également confirmé la nécessité de travailler pour résoudre les problèmes économiques de la nation syrienne, mais les mesures qui violent la souveraineté de la Syrie ne peuvent être autorisées. Toutes les mesures adoptées doivent prévoir la préservation de son intégrité territoriale.

Nous avons également réaffirmé la nécessité de dénoncer les attaques d’Israël contre la Syrie, d’y mettre fin au plus vite. Ces attaques contre le peuple et les forces armées syriennes violent la souveraineté de la Syrie et doivent être arrêtées au plus vite.

https://static.lpnt.fr/images/2022/06/11/23299764lpw-23299849-article-jpg_8814535_660x287.jpg

Publié le – Modifié le

La coopération de nos trois pays – la Russie, la Turquie et l’Iran, y compris des actions conjointes avec le gouvernement syrien – est toujours nécessaire pour mettre en œuvre le plan annoncé pour assurer la sécurité de la Syrie.

Nous sommes convaincus que cette réunion au format Astana a été couronnée de succès. Ce format est devenu une réponse positive aux défis sécuritaires en Syrie, et ces efforts doivent être poursuivis.

La coopération entre l’Iran, la Russie et la Turquie, ainsi que d’autres pays de la région, nous aidera à établir la stabilité dans la souveraineté de la Syrie dès que possible en vue de créer la paix dans ce pays et de permettre à son peuple de mener une vie normale.

La nécessité de créer les conditions d’un retour rapide des réfugiés est l’une de nos dispositions confirmées. Les personnes qui ont dû fuir vers différents pays doivent rentrer chez elles dès que possible. J’espère qu’Allah, les conditions de leur retour seront prêtes.

Nous espérons que la coopération des États garants du processus d’Astana avec d’autres pays de la région permettra d’établir le calme en Syrie dans les plus brefs délais.

Je tiens à remercier à nouveau les journalistes et nos chers invités distingués – les présidents de la Russie et de la Turquie.

Je vais maintenant donner la parole au président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.

https://focus.courrierinternational.com/2022/07/19/0/0/2468/1639/1280/0/60/0/9d120f1_2022-07-19t210554z-109734373-rc28fv9apjau-rtrmadp-3-ukraine-crisis-iran-russia.JPG

Président de la Russie Vladimir Poutine : Monsieur Raisi, Monsieur Erdogan, Mesdames et Messieurs,
Cette réunion des chefs des États garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement syrien a été vraiment utile et très substantielle. M. Raisi, M. Erdogan et moi-même avons eu des discussions détaillées sur notre interaction sur la Syrie dans une atmosphère professionnelle et constructive.

Nous avons adopté une déclaration conjointe pour réaffirmer notre engagement à renforcer la coopération trilatérale de la Russie, de l’Iran et de la Turquie dans l’intérêt d’une normalisation durable et viable en République arabe syrienne.

Nos trois États partagent la conviction que la crise syrienne ne peut être résolue de manière globale que par des méthodes politiques et diplomatiques fondées sur le dialogue intra-syrien, qui est stipulé dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, et dans le strict respect des principes fondamentaux de respect de la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale.

L’avenir de la Syrie sera déterminé par le peuple syrien lui-même sans aucune application de formules ou de modèles externes.

Je voudrais souligner qu’aujourd’hui, nous sommes convenus avec nos collègues iraniens et turcs de poursuivre la pratique des consultations régulières d’experts internationaux sur la Syrie dans le cadre d’Astana. Outre les délégations de nos trois pays, ces consultations sont également suivies par les parties syriennes, à savoir le gouvernement et l’opposition, les États observateurs – la Jordanie, l’Irak et le Liban – et des représentants de l’ONU.

En particulier, il a été convenu que la prochaine 19e série de consultations aura lieu cette année. Des plans prévoient également la tenue de consultations par les ministres des Affaires étrangères des pays du format Astana.

Bien sûr, une grande attention lors des pourparlers a été accordée aux activités du Comité constitutionnel. Permettez-moi de vous rappeler que cet organe a en fait été créé grâce aux efforts coordonnés des diplomates de nos trois pays. Il a finalement réuni des représentants du gouvernement syrien, de l’opposition et de la société civile, leur donnant la possibilité d’engager un dialogue direct et de parvenir à un accord sur les paramètres de la future structure étatique de leur propre pays.

Bien sûr, nous sommes prêts à coopérer avec nos partenaires iraniens et turcs et, en coordination avec l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Syrie, à continuer de faciliter le fonctionnement régulier et ininterrompu du comité de toutes les manières possibles, tout en maintenant l’accord d’Astana rôle de premier plan du format dans le règlement syrien.

La réunion d’aujourd’hui comprenait une longue discussion sur le programme de lutte contre le terrorisme en Syrie. La menace terroriste et le niveau de violence en République arabe syrienne ont régulièrement diminué ces dernières années grâce aux efforts conjoints efficaces de nos trois pays. Les principales forces de L’État islamique et d’autres groupes qui dirigeaient ce pays ont été vaincues. Les autorités légitimes ont repris le contrôle de la majeure partie du territoire du pays.

Il est important de noter que tous les participants ont soutenu la poursuite de la coopération dans la lutte contre toute manifestation de terrorisme et d’extrémisme jusqu’à l’élimination complète de cette menace en Syrie et dans les pays voisins. Nous continuerons à surveiller de près et à réprimer efficacement toute tentative de forces extérieures d’utiliser des militants sur le territoire syrien pour atteindre leurs propres objectifs géopolitiques égoïstes au Moyen-Orient ou ailleurs.

C’est dans ce contexte que nous avons discuté de l’aggravation de la situation dans le nord-est de la Syrie, à l’est de l’Euphrate, où, avec le soutien de certains pays, des tentatives sont faites pour consolider la présence militaire étrangère illégale et attiser les sentiments séparatistes en violation de l’État syrien la souveraineté.

La Russie a réaffirmé son approche de principe : la zone à l’est de l’Euphrate doit revenir sous le contrôle du gouvernement légitime de la Syrie.

Lors de l’examen de l’aide humanitaire au peuple syrien, nous avons convenu dès le départ qu’une telle assistance devait être effectuée dans le strict respect du droit international et de la Charte des Nations Unies. Il est important d’aider tous les Syriens sans exception à retrouver une vie normale.

À cet égard, nous appelons une fois de plus la communauté internationale, en particulier l’agence humanitaire des Nations unies, à accroître son soutien à la Syrie par la mise en œuvre de projets de restauration des infrastructures de base, d’approvisionnement en eau et en électricité, d’écoles, d’hôpitaux, ainsi que de projets de déminage. . La mise en œuvre réussie de ces emplois créera des conditions favorables au retour sûr et volontaire des réfugiés et des personnes déplacées dans leur lieu de résidence permanente.


Mesdames et Messieurs,

Au cours de notre visite en Iran, la délégation russe et moi-même avons également eu des entretiens bilatéraux très utiles. Lors de ma rencontre avec le guide suprême de l’Iran Ali Khamenei, nous avons évoqué les aspects stratégiques des relations russo-iraniennes.

Les deux parties ont réaffirmé leur engagement à poursuivre le développement global de ces relations dans un véritable esprit de bon voisinage et mutuellement bénéfique. Nous avons également exprimé notre volonté d’établir un partenariat constructif pour régler les problèmes régionaux et internationaux aigus.

https://www.arabnews.fr/sites/default/files/styles/670x395/public/2022-07/3342991-1423157189.jpg?h=f1179283&itok=MGEYAXya        Le président russe Vladimir Poutine et le président iranien Ebrahim Raisi se rencontrent à Téhéran le 19 juillet 2022. (AFP) 


Lors de ma rencontre avec le président iranien Ebrahim Raisi, nous avons eu une discussion approfondie sur les aspects pratiques de la coopération bilatérale dans les domaines politique et économique. Nous avons accordé une attention particulière au renforcement de la coopération dans les domaines de l’énergie, de l’industrie et des transports. Nous sommes convenus de mettre en œuvre de grands projets communs et d’utiliser plus activement nos monnaies nationales dans les règlements directs entre nos pays.

En ce qui concerne la situation autour du Plan d’action global conjoint sur le programme nucléaire iranien, nos représentants entretiennent des contacts réguliers à ce sujet. Nous pensons qu’il est important de poursuivre les efforts pour préserver l’accord sur le nucléaire et créer les conditions d’une reprise de sa mise en œuvre stable sur la base de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, nous pensons qu’il est nécessaire que toutes les parties au plan commun, à condition que il soit relancé, d’avoir des droits égaux garantis au libre développement de la coopération dans tous les domaines sans aucune discrimination.


Lors de ma rencontre bilatérale avec le président de la Turquie, M. Erdogan, nous avons souligné que l’interaction russo-turque s’est développée de manière dynamique dans divers domaines. Je voudrais noter que nous avons également discuté de la question de la sécurité alimentaire et de la coopération pour faciliter la livraison de céréales russes et ukrainiennes sur les marchés mondiaux. Dans le même temps, nous avons exprimé notre satisfaction quant au résultat de la réunion sur cette question, tenue à Istanbul le 13 juillet.

En conclusion, je voudrais exprimer une fois de plus ma gratitude à nos partenaires iraniens et turcs pour ces entretiens de fond et fructueux et remercier M. Raisi pour l’hospitalité et la brillante organisation de nos réunions.

Je suis convaincu que les décisions adoptées lors de ce sommet contribueront à établir la paix et la stabilité en Syrie et dans l’ensemble de la région. Puisque ce sera à notre tour d’accueillir la prochaine réunion du processus des « Trois d’Astana », j’ai invité nos amis iraniens et turcs en Russie.

Merci.

https://cdnuploads.aa.com.tr/uploads/Contents/2022/07/19/thumbs_b_c_82eb91df6e6adada28c2abd4fb64af5b.jpg?v=234456

Président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan (retraduit) : Mon cher frère, M. Raisi,

Mon cher frère, Monsieur Poutine,

Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir de vous saluer tous ici à Téhéran à l’occasion de cette réunion.

Je voudrais tout d’abord remercier M. Raisi et tous nos frères iraniens pour l’excellente organisation de cette visite et pour votre hospitalité.

Le format d’Astana et notre réunion d’aujourd’hui, la septième réunion des chefs d’État au format d’Astana, sont d’une grande importance. Nous avons discuté en détail de tous les aspects de la question syrienne. Notre travail pour établir une paix et une sécurité stables en Syrie est un axe majeur de nos efforts.

Je sais qu’aujourd’hui, nous avons discuté des mesures très importantes que nous pouvons prendre pour établir une situation sûre et stable sur le territoire syrien. Je crois que notre réunion d’aujourd’hui est l’une des étapes importantes dans l’établissement et la poursuite des efforts de nos États pour établir la paix dans ce pays.

La lutte contre le terrorisme et contre les organisations terroristes internationales est notre priorité. Nous, Turkiye, garantissons que notre combat contre Daech, que notre combat contre le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), les Unités de protection du peuple et le Parti de l’union démocratique se poursuivra. Nous n’abandonnerons pas notre détermination dans ce combat ; nous n’accepterons jamais aucune justification des activités de ces groupes terroristes. Nous continuerons à combattre quiconque soutient ces groupes terroristes.

Toute force qui pose une menace à notre sécurité nationale, à nos frontières, sera la cible de notre lutte. Nous continuerons à les combattre sur tous les fronts. J’espère que la communauté internationale et nos collègues du format Astana nous aideront dans cet effort.

Nous avons discuté des mesures que nous pouvons prendre à ce stade dans la situation actuelle, car le problème avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, les YPG – les Unités de protection du peuple, le PYD – le Parti de l’union démocratique – est un problème commun. Nous devons travailler ensemble pour lutter contre ce problème commun.

Un règlement syrien complet ne peut être obtenu que par des moyens politiques. Aucune solution militaire à ce problème ne durera. Nous avons discuté des mesures possibles qui devraient être prises dans un proche avenir pour résoudre ce problème et établir une paix stable en Syrie. Nous mettrons tout en œuvre pour accélérer les démarches politiques visant à résoudre le problème syrien.

Le seul mécanisme qui comprend actuellement toutes les parties au conflit en Syrie est le Comité constitutionnel, qui est également un produit et le fruit des efforts des Trois d’Astana. C’est aussi le seul mécanisme qui contribue à la stabilisation du pays.

Nous insistons pour que la neuvième réunion du Comité constitutionnel se tienne le plus tôt possible pour discuter de manière approfondie des articles d’accord existants dans le cadre établi par les Nations Unies. Nous pensons que le Comité constitutionnel doit veiller à ce que tous les droits légitimes du peuple syrien soient respectés et que toutes ses revendications légitimes soient satisfaites. Et nous espérons que la Syrie, le régime syrien favorisera également une plus grande activité du Comité constitutionnel.

À suivre.

https://static.lexpress.fr/medias_12421/w_1461,h_1096,c_crop,x_304,y_58/w_640,h_358,c_fill,g_center/v1658297705/cette-photo-publiee-par-le-service-de-presse-de-la-presidence-turque-le-19-juillet-2022-montre-le-president-turc-recep-tayyip-erdogan-droite-le-president-russe-vladimir-poutine-gauche-et-le-president-iranien-ebrahim-raissi-c-posant-pour-une-photo-lors-d-u_6360014.jpg


http://en.kremlin.ru/events/president/news/69035

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

6 Réunion des États garants du processus d’Astana pour faciliter le règlement syrien du 19 juillet 2022 à 22H00 à Téhéran

Téhéran accueille une réunion trilatérale entre le président russe Vladimir Poutine, le président iranien Ebrahim Raisi et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

19 juillet 2022 à 22H00 à Téhéran

Discours du président russe Vladimir Poutine au sommet des États garants du processus d’Astana

Président de la Russie Vladimir Poutine : M. Raisi, M. Erdogan, chers collègues,

Je voudrais tout d’abord remercier le Président Raisi de nous avoir invités à nous rendre à Téhéran pour notre réunion d’aujourd’hui dans le cadre du processus d’Astana. Bien sûr, il est préférable de parler en personne dans ce format, et nous avons maintenant la possibilité de le faire.

Nous espérons discuter dans un esprit pratique et professionnel des questions urgentes de stabilisation en Syrie, et elles sont nombreuses à l’heure actuelle.

Dans l’ensemble, les efforts conjoints de la Russie, de l’Iran et de la Turquie pour faciliter le règlement global de la crise en République arabe syrienne sont très productifs. Grâce à l’assistance et au soutien de nos pays, le niveau de violence en Syrie a considérablement diminué ; la vie paisible revient et le pays reconstruit progressivement son économie et sa sphère sociale.

Et non moins important, le véritable processus politique et diplomatique a été lancé conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous pensons que la troïka d’Astana doit continuer à jouer un rôle clé dans les efforts visant à parvenir à une normalisation complète en Syrie et à établir une paix et un accord civil durables dans le pays.

Surtout, la Russie part de son ferme attachement aux principes fondamentaux du respect inconditionnel de la souveraineté, de l’indépendance, de l’unité et de l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne.

Nous soutenons le projet de déclaration conjointe préparé pour approbation à l’issue du sommet, qui détermine les priorités de la coopération dans ce format trilatéral.

Nous pensons que notre tâche dans un avenir proche est de convenir de mesures spécifiques pour promouvoir le dialogue politique inclusif intra-syrien, c’est-à-dire de mettre en œuvre notre accord sur la création de conditions qui permettront aux Syriens de déterminer eux-mêmes leur avenir, sans ingérence extérieure.

https://eurasiadotbusiness.files.wordpress.com/2022/07/sommet-de-teheran-processus-dastana-19-juillet-2022.jpg?w=816&h=9999

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nos trois États ont initié l’adoption de la décision de créer un Comité constitutionnel lors du Congrès du dialogue national syrien à Sotchi en 2018.

Les partis syriens ont réalisé des progrès notables avec le soutien de la Russie, de l’Iran et de la Turquie, et la participation de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Syrie. Il est important de noter que les Syriens ont montré une volonté de s’entendre, de rechercher et de trouver des solutions consensuelles sur les questions prioritaires liées à l’arrangement futur de leur État souverain.

Je suis convaincu que nos pays continueront à promouvoir la coopération dans l’intérêt de l’élimination définitive des derniers foyers du terrorisme international sur le territoire syrien. Il est nécessaire de mettre un terme, une fois pour toutes, à la présence de l’État islamique et des autres groupes extrémistes en Syrie.

Permettez-moi de souligner que la situation sur les territoires hors du contrôle du gouvernement syrien est particulièrement préoccupante. Nous voyons de réelles menaces de criminalité, d’extrémisme et de séparatisme provenant de ces régions.

Cela est largement permis par la politique destructrice des États occidentaux dirigés par les États-Unis qui utilisent un large arsenal de mesures politiques et économiques, encouragent fortement le sentiment séparatiste dans certaines régions du pays, comme vient de le mentionner le président iranien, et pillent ses ressources naturelles dans le but ultime de séparer l’État syrien. Il serait donc préférable de prendre des mesures supplémentaires dans notre format trilatéral visant à stabiliser la situation dans ces zones et à rendre le contrôle au gouvernement légitime de la Syrie.

https://images0.persgroep.net/rcs/HxMRbYfx4pakxzn21bvqIfttLU0/diocontent/219166625/_focus/0.5/0.5/_fill/666/375/?appId=21791a8992982cd8da851550a453bd7f&quality=0.7 la Russie, l’Iran et la Turquie


Je pense qu’il est important que la Russie, l’Iran et la Turquie fassent des efforts concertés pour apporter un soutien au peuple syrien dans la reprise post-conflit. Nous pensons que tout doit être fait pour restaurer l’économie et la sphère sociale, pour ramener les réfugiés et les personnes déplacées dans leurs foyers et pour créer les conditions d’un accès sûr et sans entrave à l’aide humanitaire pour ceux qui en ont besoin. Et ces activités doivent être poursuivies, bien sûr.

En outre, il est nécessaire de veiller à ce que d’autres membres de la communauté internationale, les agences respectives des Nations Unies et les institutions internationales de développement jouent un rôle plus important en fournissant une assistance à la Syrie sans politisation ni conditions préalables.

Pour conclure, je voudrais exprimer ma confiance que nos pourparlers seront utiles et productifs et que les résultats serviront à renforcer la stabilité et la sécurité non seulement en Syrie mais aussi au Moyen-Orient en général.

Je voudrais également signaler que le prochain sommet de la troïka d’Astana est prévu en Russie, et nous serons certainement heureux de vous y voir tous.

Merci pour votre attention.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/69034

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

7 Déclaration conjointe du Président de la République islamique d’Iran, du Président de la Fédération de Russie et du Président de la République de Turquie, Téhéran du 19 juillet 2022

19 juillet 2022

https://cdn.unitycms.io/images/EdH2P0pYqWI9chM1-HWlgM.jpg?op=ocroped&val=1200,1200,1000,1000,0,0&sum=Eh2EbDTy0lE

Président de la République islamique d’Iran, S. Exc. Seyyed Ebrahim Raisi,

Président de la Fédération de Russie, S.E. Vladimir Poutine,

et le Président de la République de Turquie, S.E. Recep Tayyip Erdogan

se sont réunis à Téhéran le 19 juillet 2022 pour un sommet tripartite dans le cadre du format Astana.


Les présidents :

1. Ont discuté de la situation actuelle sur le terrain en Syrie, passé en revue les développements à la suite du dernier sommet virtuel du 1er juillet 2020 et réitéré leur détermination à renforcer la coordination trilatérale à la lumière de leurs accords ainsi que des conclusions des réunions des ministres des affaires étrangères et des représentants. A également examiné les derniers développements internationaux et régionaux et a souligné le rôle de premier plan du processus d’Astana dans le règlement pacifique et durable de la crise syrienne.


2. A souligné leur attachement indéfectible à la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne ainsi qu’aux buts et principes de la Charte des Nations Unies. A souligné que ces principes doivent être universellement respectés et qu’aucune action, peu importe par qui elle a été entreprise, ne doit les saper.


3. ont exprimé leur détermination à continuer à travailler ensemble pour combattre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations. A condamné la présence et les activités accrues de groupes terroristes et de leurs affiliés sous différents noms dans diverses parties de la Syrie, y compris les attaques visant des installations civiles, qui entraînent la mort d’innocents. A souligné la nécessité de mettre pleinement en œuvre tous les arrangements liés au nord de la Syrie.


4. Rejettent toutes les tentatives de créer de nouvelles réalités sur le terrain sous prétexte de lutter contre le terrorisme, y compris les initiatives illégitimes d’autonomie, et expriment leur détermination à s’opposer aux programmes séparatistes visant à saper la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie ainsi qu’à menacer la la sécurité nationale des pays voisins, notamment par des attaques et des infiltrations transfrontalières.


5. A discuté de la situation dans le nord de la Syrie, a souligné que la sécurité et la stabilité dans cette région ne peuvent être obtenues que sur la base de la préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays et a décidé de coordonner leurs efforts à cette fin. Exprimé leur opposition à la saisie et au transfert illégaux des revenus pétroliers qui devraient appartenir à la Syrie.


6. ont réaffirmé leur détermination à poursuivre leur coopération en cours afin d’éliminer à terme les individus, groupes, entreprises et entités terroristes, tout en assurant la protection des civils et des infrastructures civiles conformément au droit international humanitaire.


7. A examiné en détail la situation dans la zone de désescalade d’Idlib et a souligné la nécessité de maintenir le calme sur le terrain en mettant pleinement en œuvre tous les accords sur Idlib. Exprimé leur grave préoccupation face à la présence et aux activités de groupes terroristes qui constituent une menace pour les civils à l’intérieur et à l’extérieur de la zone de désescalade d’Idlib. A convenu de redoubler d’efforts pour assurer une normalisation durable de la situation dans et autour de la zone de désescalade d’Idlib, y compris la situation humanitaire.


8. A exprimé sa profonde préoccupation face à la situation humanitaire en Syrie et a rejeté toutes les sanctions unilatérales qui sont contraires au droit international, au droit international humanitaire et à la Charte des Nations Unies, y compris, entre autres, toute mesure discriminatoire par le biais de dérogations pour certaines régions qui pourrait conduire à cela. désintégration du pays en aidant les agendas séparatistes. À cet égard, a appelé la communauté internationale, en particulier l’ONU et ses agences humanitaires et autres institutions internationales gouvernementales/non gouvernementales à accroître leur assistance à tous les Syriens sans discrimination, politisation et conditions préalables et de manière plus transparente.


9. ont réaffirmé leur conviction qu’il ne pouvait y avoir de solution militaire au conflit syrien et qu’il ne pouvait être résolu que par le biais d’un processus politique dirigé et contrôlé par les Syriens et facilité par les Nations unies, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies. à cet égard, le rôle important du Comité constitutionnel, créé à la suite de la contribution décisive des garants d’Astana et de la mise en œuvre de la décision du Congrès du dialogue national syrien à Sotchi. A réaffirmé sa volonté de soutenir l’interaction continue avec ses membres et l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, en tant que facilitateur, afin d’assurer le travail durable et efficace des prochaines sessions du Comité constitutionnel. Exprime la conviction que le Comité, dans son travail, doit respecter le Mandat et les Règles fondamentales de procédure pour permettre au Comité de mettre en œuvre son mandat de préparation et de rédaction pour l’approbation populaire d’une réforme constitutionnelle ainsi que de réaliser des progrès dans ses travaux et d’être régi par un sentiment de compromis et d’engagement constructif sans ingérence étrangère ni délais imposés de l’extérieur visant à parvenir à un accord général de ses membres. A souligné la nécessité qu’elle mène ses activités sans aucune entrave bureaucratique et logistique.


10. ont réaffirmé leur détermination à poursuivre les opérations de libération mutuelle des détenus/abductés dans le cadre du groupe de travail respectif du format Astana. A souligné que le Groupe de travail était un mécanisme unique qui s’était révélé efficace et nécessaire pour instaurer la confiance entre les parties syriennes, et a décidé de poursuivre ses travaux sur la libération des détenus et des personnes enlevées et conformément à son mandat sur la remise des corps et identification des personnes disparues.


11. A souligné la nécessité de faciliter le retour volontaire et en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) dans leur lieu de résidence d’origine en Syrie, en garantissant leur droit au retour et leur droit à être pris en charge. À cet égard, ils ont appelé la communauté internationale à fournir des contributions appropriées pour leur réinstallation et leur vie normale ainsi qu’à assumer une plus grande responsabilité dans le partage de la charge et à renforcer leur assistance à la Syrie, notamment en élaborant des projets de relèvement rapide, y compris des infrastructures de base actifs – eau, électricité. l’assainissement, la santé, l’éducation, les écoles, les hôpitaux ainsi que l’action humanitaire contre les mines conformément au droit international humanitaire.


12. A condamné les attaques militaires israéliennes en Syrie, y compris contre les infrastructures civiles. Considéré comme une violation du droit international, du droit international humanitaire, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie, et reconnu comme déstabilisant et intensifiant la tension dans la région. réaffirmé la nécessité de se conformer aux décisions juridiques internationales universellement reconnues, y compris les dispositions des résolutions pertinentes des Nations unies rejetant l’occupation du Golan syrien, en premier lieu les résolutions 242 et 497 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui examinent également toutes les décisions et mesures prises par Israël dans ce considéré comme nul et sans effet juridique.


13. Outre la question syrienne, ils ont confirmé leur intention de renforcer la coordination trilatérale dans différents domaines afin de promouvoir une coopération politique et économique conjointe.


14. A convenu de confier à leurs représentants la tâche de tenir la 19e réunion internationale sur la Syrie au format Astana d’ici la fin de 2022.


15. A décidé de tenir le prochain Sommet tripartite en Fédération de Russie à l’invitation du Président de la Fédération de Russie, S.E. Vladimir Poutine.


16. Les Présidents de la Fédération de Russie et de la République de Turquie ont exprimé leur sincère gratitude au Président de la République islamique d’Iran, S. Exc. Seyyed Ebrahim Raisi pour avoir gracieusement accueilli le Sommet tripartite dans le cadre du format Astana à Téhéran.


http://en.kremlin.ru/supplement/5825

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

8 Vladimir Poutine a répondu aux questions des médias le 19 juillet 2022 à 23H55 à Téhéan

En conclusion de sa visite de travail en Iran, Vladimir Poutine a répondu aux questions des médias.

19 juillet 2022 à 23H55 à Téhéan


Question : Monsieur le Président, certains pourraient penser que le monde a oublié la Syrie au milieu des nombreuses questions à l’ordre du jour international. Mais nous avons vu aujourd’hui qu’il n’en est rien.
Nous aimerions connaître votre point de vue sur la situation sur le terrain en Syrie. On a beaucoup parlé aujourd’hui des points de contact, mais il y a aussi beaucoup de différences. Avez-vous discuté ou coordonné des solutions fondamentalement nouvelles aujourd’hui ? Je me réfère principalement à ces différences.

Président de la Russie Vladimir Poutine : Ce que je voudrais commencer, ce ne sont pas les différences mais les questions fondamentales qui nous permettent de travailler et de poursuivre nos efforts dans le format trilatéral. Nous pensons tous qu’il est nécessaire de garantir l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne et d’éliminer toutes sortes de terroristes, que je n’énumérerai pas ici. C’est la chose fondamentale et la plus importante, comme nous l’avons encore souligné dans notre déclaration commune. Je crois que c’est très important.

Oui, il y a certaines différences, ce qui est évident, mais nous appuyons tous le processus constitutionnel. Grâce à nos efforts, nous avons réuni diverses parties en conflit sur une plate-forme de négociation, y compris l’opposition et les autorités officielles de la République arabe syrienne, des experts et des représentants d’organisations publiques, ainsi que l’ONU. Je crois que c’est extrêmement important. C’est le premier point.

Le deuxième point. Une aide humanitaire est apportée à la Syrie, dont la demande est particulièrement forte aujourd’hui, car les sanctions imposées à la Syrie et au peuple syrien ont produit un résultat déplorable : près de 90 % de la population syrienne vit en dessous du seuil de pauvreté. La situation en Syrie est extrêmement grave.

Bien sûr, il serait injuste d’accorder une attention prioritaire à certains groupes, de politiser l’aide humanitaire.

Troisième point. Il existe différentes approches pour organiser l’aide humanitaire. Nous avons toujours pensé qu’elle devait être organisée dans le plein respect du droit international humanitaire. Cela signifie que toute l’aide humanitaire doit passer par les autorités syriennes officielles, via Damas. Cependant, nous avons convenu de prolonger de six mois la procédure existante, y compris pour les livraisons dans la zone d’Idlib, afin d’avoir plus de temps pour coordonner nos positions.

Il y a un certain désaccord sur ce qui se passe dans le nord de la Syrie. Soit dit en passant, nous avons également un terrain d’entente ici : nous pensons tous que les troupes américaines devraient quitter cette zone. C’est le premier point. Et ils devraient arrêter de piller l’État syrien, le peuple syrien, en prenant son pétrole illégalement. Mais il y a désaccord sur la manière d’organiser et de stabiliser la situation dans cette région. Comme vous le savez, des convois d’observation russo-turcs y travaillent ensemble.

Cependant, à notre avis, pour assurer une situation stable à long terme, il est nécessaire de transférer l’ensemble du territoire sous le contrôle des autorités officielles à Damas, sous le contrôle des Forces armées de la République arabe syrienne, et il sera alors possible de dialoguer avec les responsables, en l’occurrence les autorités syriennes officielles. Je crois que cela stabiliserait grandement la situation là-bas.

Mais en général, c’est un travail en cours. Comme je l’ai dit à maintes reprises et je voudrais le souligner une fois de plus, le travail de ce groupe tripartite – la Russie, la Turquie et l’Iran cet effort conjoint pour rechercher des compromis et trouver ces compromis a conduit au fait que plus de 90 % de la Syrie est maintenant sous le contrôle officiel du gouvernement et, comme nous le disons dans de tels cas, nous avons brisé le dos du terrorisme international là-bas. C’est un excellent résultat de ce travail commun.

Question : Monsieur le Président, vous avez eu trois entretiens en tête-à-tête aujourd’hui, d’abord avec M. Raisi, puis avec M. Khamenei, puis avec M. Erdogan, et il n’y a pas eu de conférences de presse après ces entretiens. Tout ce que nous savons, c’est le sujet dont vous parliez, la partie officielle.

En particulier, vous avez dit avoir discuté de la question des céréales avec votre homologue turc, de la question de l’approvisionnement en céréales russes et ukrainiennes sur les marchés internationaux. Pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, s’il vous plaît ?


Vladimir Poutine : Il n’y a pas de secrets ici ; en fait, presque tout est connu. Il y a quelques subtilités; peut-être n’ai-je pas toujours le temps de suivre ce qui se passe dans le domaine de l’information. Je vais vous dire comment je le vois.

D’abord, quel a été le moment fort des trois rencontres ? À chaque réunion, il y avait des questions qui pouvaient être considérées comme centrales pour une réunion bilatérale particulière.

Par exemple, comme je l’ai dit lors de la conférence de presse, dans mon communiqué de presse, le thème principal de la rencontre avec le chef spirituel de l’Iran était les questions stratégiques, y compris les développements dans la région. C’est naturel, car c’est le domaine de son activité. C’était très important pour moi d’entendre son opinion, son appréciation. Je dois dire que nous avons des points de vue très similaires avec l’Iran sur de nombreux aspects. Donc, c’était très important et très utile.

Quant à ma rencontre avec le président Raisi, nous avons discuté essentiellement de questions économiques. Je voudrais souligner que le commerce russo-iranien a augmenté de 40 % au cours des six derniers mois. C’est un très bon indicateur.

Il y a des domaines prometteurs pour notre coopération, et ils sont très variés, comme le développement des infrastructures. Vous savez peut-être qu’un vice-Premier ministre du gouvernement russe préside un groupe chargé de développer les relations dans le Caucase du Sud, y compris les projets d’infrastructure dans le Caucase du Sud, c’est-à-dire en Azerbaïdjan, en Arménie et en Russie. Beaucoup peut être fait dans ce domaine en coopération avec l’Iran.

Comme vous le savez, le premier train pilote circule le long de la ligne ferroviaire Nord-Sud. C’est une courte route vers les ports du sud de l’Iran, qui mène ensuite au golfe Persique et à l’Inde.

https://i0.wp.com/www.silkroadbriefing.com/news/wp-content/uploads/2022/01/The-Rasht-Astara-Railway-.jpg?w=900&quality=90&strip=all&ssl=1

Il existe un projet concret : le chemin de fer Rasht-Astara est une ligne courte de 146 kilomètres à travers l’Iran. L’Azerbaïdjan est intéressé par sa construction. J’ai récemment rencontré le président Aliyev lors du sommet de la mer Caspienne, et nous avons discuté de cette question. L’Iran s’y intéresse aussi, comme nos partenaires iraniens nous l’ont dit tout à l’heure. La Russie est intéressée par cela, car cela reliera la région du nord de la Russie, Saint-Pétersbourg, directement au golfe Persique. C’est un projet très intéressant et prometteur. Il s’agit maintenant de construire cette ligne, qui ne fait que 146 kilomètres. La Russie est prête à le faire.

Nous devons coordonner les conditions de ce projet de construction. Nous en avons discuté les grandes lignes avec nos partenaires et amis iraniens et nous l’avons coordonné avec l’Azerbaïdjan. J’espère que nous allons nous mettre au travail maintenant. Et puis, ce sera un travail intéressant pour nous. Cela revient en fait à exporter les services des chemins de fer russes (RZD). C’est l’un des exemples pertinents.

Il y a d’autres sphères. Il y a des problèmes de sécurité liés au programme nucléaire iranien. Il était très important pour nous de comprendre les sentiments de la partie iranienne concernant ce travail. Il implique également la Russie, qui contribue aux efforts conjoints visant à relancer l’interaction entre l’Iran et l’AIEA. Je n’en parlerai pas maintenant, mais la Russie y joue un rôle considérable.

La question des céréales. C’est ce dont nous avons discuté avec le président de la Turquie. J’ai déjà dit que la République de Turquie et personnellement le président Erdogan ont beaucoup fait pour faciliter l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes. Mais initialement, nous avons proposé qu’il soit adopté comme un paquet, c’est-à-dire que nous faciliterions les exportations de céréales ukrainiennes à condition que toutes les restrictions sur les exportations potentielles de céréales russes soient levées. C’est ce sur quoi nous nous sommes initialement mis d’accord avec les organisations internationales. Ils se sont engagés à formuler cela comme une solution globale. Personne n’a jusqu’à présent soulevé d’objections, y compris nos partenaires américains. Nous verrons ce qu’il en adviendra dans un futur proche.

Comme vous le savez, les Américains ont en fait levé les restrictions, par exemple, sur la livraison d’engrais russes sur le marché mondial. J’espère que cela se produira également en ce qui concerne l’exportation de céréales russes s’ils veulent vraiment améliorer la situation sur les marchés alimentaires mondiaux. Comme je l’ai dit, nous sommes prêts à le faire dès maintenant. Nous pouvons exporter 30 millions de tonnes de céréales, et notre potentiel d’exportation basé sur la récolte de cette année sera de 50 millions de tonnes.

Question : Monsieur le Président, une grave crise énergétique se développe en Europe, qui discute de la possibilité que Gazprom coupe les livraisons de gaz. La société aurait émis une notification officielle à l’un de ses clients allemands, citant des circonstances de force majeure.
Y a-t-il des raisons d’accuser la Russie d’être à l’origine de cette crise énergétique ? Gazprom continuera-t-il à honorer ses obligations ?


Vladimir Poutine : Tout d’abord, Gazprom a toujours honoré et continuera d’honorer ses engagements.

Il n’y a aucune raison pour que nos partenaires tentent de rejeter ou d’essayer de rejeter la responsabilité de leurs propres erreurs sur la Russie et Gazprom.

Qu’en est-il des livraisons d’énergie ? En 2020, au premier semestre 2020, le gaz coûtait 100 euros pour 1 000 mètres cubes en Europe. Le prix est passé à 250 euros au premier semestre 2021. Aujourd’hui, il est de 1 700 euros pour 1 000 mètres cubes de gaz.

Ce qui se passe? J’en ai parlé à de nombreuses reprises, et je ne sais pas s’il faut entrer dans les détails des politiques énergétiques des pays européens, qui sous-estiment l’importance des sources d’énergie traditionnelles et ont misé sur les sources d’énergie non traditionnelles. Ce sont de grands experts des relations non traditionnelles, et ils ont également décidé de faire une offre pour les sources d’énergie non traditionnelles comme le soleil et le vent.

L’hiver dernier a été long, il n’y avait pas de vent, et c’est tout. L’investissement dans les immobilisations des producteurs d’énergie traditionnels a diminué en raison de décisions politiques antérieures : les banques ne les financent pas, les compagnies d’assurance ne les assurent pas, les gouvernements locaux n’attribuent pas de terrains pour de nouveaux projets, et les pipelines et autres formes de transport ne le sont pas. développement. C’est le résultat de nombreuses années, probablement d’une décennie, de cette politique. C’est la cause profonde des hausses de prix plutôt que toute action de la Russie ou de Gazprom.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Jusqu’à récemment, nous fournissions du gaz à l’Europe sans la Turquie : nous fournissions environ 30 milliards de mètres cubes par an à la Turquie, et 170 milliards à l’Europe, 55 milliards via Nord Stream 1, et, si ma mémoire est bonne, 33 milliards étaient fournis via Yamal- L’Europe, via les deux chaînes qui traversent l’Ukraine. Environ 12 milliards ont été livrés en Europe via Turkiye via TurkStream.

L’Ukraine a soudainement annoncé qu’elle allait fermer l’une des deux routes sur son territoire. Prétendument parce que la station de pompage de gaz n’est pas sous son contrôle mais sur le territoire de la République populaire de Lougansk. Mais il s’est retrouvé sous le contrôle de la République populaire de Lougansk plusieurs mois auparavant, et ils l’ont fermé tout récemment sans aucun motif. Tout fonctionnait normalement là-bas, personne n’intervenait. À mon avis, ils l’ont fermé simplement pour des raisons politiques.

Que s’est-il passé ensuite ? La Pologne a imposé des sanctions à Yamal-Europe, qui a fourni 33 milliards de mètres cubes de gaz. Avant, ils nous prenaient 34, je crois, 33 à 34 millions de mètres cubes par jour. Ils l’ont complètement fermé.

Mais ensuite, nous avons vu qu’ils ont activé le pipeline Yamal-Europe en mode inverse, et ils ont commencé à prendre environ 32 millions par jour en provenance d’Allemagne. D’où vient le gaz allemand ? C’est notre gaz russe. Pourquoi d’Allemagne ? Parce que cela s’est avéré moins cher pour les Polonais. Ils l’obtenaient de nous à un prix très élevé, plus proche du prix du marché, alors que l’Allemagne l’obtient de nous 3 à 4 fois moins cher que le prix du marché dans le cadre de contrats à long terme.

Il est avantageux pour les entreprises allemandes de le vendre aux Polonais avec une petite prime. C’est rentable pour les Polonais de l’acheter car c’est moins cher que de l’acheter directement chez nous. Mais le volume de gaz sur le marché européen a diminué et le prix total du marché a augmenté. Qui a gagné ? Tous les Européens n’ont fait que perdre. C’est le deuxième point : Yamal-Europe.

Ainsi, d’abord l’une des routes en Ukraine a été fermée, puis Yamal-Europe a été fermée, maintenant Nord Stream 1, qui est l’une des routes principales – nous y pompons 55 milliards de mètres cubes par an. Il y a cinq stations de compression de gaz Siemens qui y travaillent, et une est en attente. Un compresseur a dû être envoyé en réparation. Un compresseur réparé devait venir du Canada, de l’usine Siemens au Canada, pour le remplacer. Mais il s’est retrouvé sous sanctions au Canada. Ainsi, une station de pompage, une seule pièce d’équipement était hors service en raison de travaux d’entretien prévus et elle n’a pas été retournée du Canada.

Maintenant, on nous dit que l’unité sera bientôt livrée du Canada, mais Gazprom n’a pas encore de documents officiels. Nous devons certainement les obtenir, car c’est notre propriété, c’est la propriété de Gazprom. Gazprom devrait recevoir non seulement le matériel, non seulement l’unité de pompage de gaz, mais également les documents d’accompagnement, à la fois la documentation juridique et technique. Nous devons être en mesure de voir ce que Gazprom prend l’état actuel de la turbine ainsi que son statut juridique, si elle est sous sanctions ou non, ce que nous pouvons en faire, ou peut-être qu’ils la récupèrent demain. Mais ce n’est pas tout.

Le problème, c’est qu’à la fin juillet, le 26 juillet, je pense – on peut demander à Gazprom – qu’une autre turbine devrait être envoyée en maintenance courante, en réparation. Et d’où obtiendrons-nous un remplaçant ? Nous ne savons pas.

Une autre turbine est actuellement en panne à cause d’un certain effritement de sa chemise interne. Siemens l’a confirmé. Cela laisse deux unités opérationnelles, qui pompent 60 millions par jour. Donc, si un de plus est livré, très bien, nous en aurons deux en fonctionnement. Mais si ce n’est pas le cas, il n’en restera qu’un, et il ne pompera que 30 millions de mètres cubes par jour. Vous pouvez compter combien de temps il faudra pour pomper le reste. Quelle est cette responsabilité de Gazprom ? Qu’est-ce que Gazprom a même à voir avec cela ? Ils ont coupé une route, puis une autre, et sanctionné ce matériel de pompage de gaz. Gazprom est prêt à pomper autant de gaz que nécessaire. Mais ils ont tout fermé.

Et ils sont tombés dans le même piège avec l’importation de pétrole et de produits pétroliers. On entend toutes sortes d’idées folles sur le plafonnement du volume des importations de pétrole russe ou du prix du pétrole russe. Cela va conduire à la même situation qu’avec le gaz. Le résultat (je suis surpris d’entendre des diplômés universitaires dire cela) sera le même : une hausse des prix. Les prix du pétrole monteront en flèche.

https://i0.wp.com/yagool.dz/Application/upload/article/642230567.gif

Quant au gaz, il y a une autre route que nous sommes prêts à ouvrir, qui est Nord Stream 2. Il est prêt à être lancé, mais ils ne le lancent pas. Il y a des problèmes ici aussi, j’en ai discuté avec le chancelier il y a environ six ou peut-être huit semaines. J’ai soulevé cette question; J’ai dit que Gazprom avait réservé la capacité, et que cette capacité devait être utilisée, et qu’elle ne peut pas être suspendue indéfiniment dans les airs.

La réponse était qu’il y avait d’autres questions à l’ordre du jour, des choses plus importantes, donc c’est difficile pour eux de s’en occuper maintenant. Mais je devais les avertir qu’alors nous devions rediriger la moitié du volume destiné à Nord Stream vers la consommation et la transformation nationales. J’ai soulevé cette question à la demande de Gazprom, et Gazprom l’a déjà fait. Par conséquent, même si nous lançons demain Nord Stream 2, il ne pompera pas 55 milliards de mètres cubes, mais exactement la moitié de cette quantité. Et étant donné que nous sommes déjà à la moitié de cette année, ce ne serait qu’un quart. Telle est la situation de l’offre.

Mais – je l’ai dit au début de ma réponse à votre question et je veux terminer là-dessus – Gazprom a toujours rempli et remplira toujours toutes ses obligations, tant que, bien sûr, quelqu’un en aura besoin. D’abord, ils ferment tout eux-mêmes, puis ils cherchent quelqu’un à blâmer ce serait comique si ce n’était pas si triste.

Question : Vous avez parlé avec M. Erdogan aujourd’hui. Il a déclaré à plusieurs reprises qu’il était prêt à organiser des pourparlers entre vous et Vladimir Zelensky. Ce problème est-il apparu aujourd’hui ? Êtes-vous prêt à rencontrer le président de l’Ukraine ?


Vladimir Poutine : Le président Erdogan fait beaucoup d’efforts pour créer les conditions nécessaires à la normalisation de la situation. C’est lors de nos entretiens à Istanbul que nous sommes effectivement parvenus à un accord, et il ne restait plus qu’à le parapher. Mais, comme vous le savez, après cela, lorsque nos troupes, afin de créer les bonnes conditions, se sont retirées du centre de l’Ukraine, de Kiev, les autorités de Kiev ont renoncé à ces accords. Il s’agissait d’accords qui avaient effectivement été conclus. Ainsi, vous voyez que le résultat final dépend, bien sûr, non pas des intermédiaires, mais de l’engagement des parties à respecter les accords conclus. Et on voit aujourd’hui que les autorités de Kiev n’y ont aucun intérêt.

En ce qui concerne les efforts de la Turquie, ainsi que les propositions d’autres pays – l’Arabie saoudite a proposé ses services de médiation, et les Émirats arabes unis, et ils ont de telles capacités -, nous sommes reconnaissants à tous nos amis qui souhaitent résoudre cette crise d’avoir fourni leurs opportunités. Même leur volonté d’apporter une contribution à cette noble cause vaut beaucoup. Nous en sommes profondément reconnaissants.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/69036

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/05/kremlin-baniere.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s