4965 – Briefing de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou, 3 juin 2022

https://previews.123rf.com/images/ratru/ratru1712/ratru171200019/92515569-minist%C3%A8re-des-affaires-%C3%A9trang%C3%A8res-%C3%A0-moscou-en-russie.jpg

  • 1 Prochaine visite du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en République de Serbie

  • 2 Visite de travail du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en République de Turquie

  • 3 Participation prochaine du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OTSC

  • 4 25e Forum économique international de Saint-Pétersbourg

  • 5 Mise à jour ukrainienne

  • 6 Résiliation du mémorandum russo-américain sur la coopération culturelle et humanitaire

  • 7 Suspension des travaux de la Commission mixte russo-norvégienne de sûreté nucléaire et radiologique

  • 8 Déclaration du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

  • 9 Josep Borrell et des représentants de la Commission européenne à l’occasion de la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement

  • 10 Restrictions américaines sur les médias russes et notre réponse

  • 11 Les traditions de propagande du Royaume-Uni

  • 12 Les sanctions anti-russes impactent l’économie japonaise

  • 13 Rapport régulier du ministère des Affaires étrangères sur la violation des droits des citoyens et compatriotes russes à l’étranger

  • 14 Cessez-le-feu au Yémen

  • 15 Inauguration d’une exposition à l’occasion du 30e anniversaire des relations diplomatiques entre la Russie et le Salvador

  • 16 Le 20e anniversaire de la Charte de l’Organisation de coopération de Shanghai

  • 17 Prochain 30e anniversaire du Traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle avec la République du Kirghizistan

  • 18 Le 7e Forum international de la jeunesse Eurasia Global

Maria Zakharova


1 Prochaine visite du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en République de Serbie

https://www.arabnews.fr/sites/default/files/styles/670x395/public/2022-05/000_329G6CF_0.jpg?h=8ca24188&itok=rj_ur0rn Aleksandar Vucic


Les 6 et 7 juin, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov effectuera une visite de travail en République de Serbie. Il rencontrera le président serbe Aleksandar Vucic et s’entretiendra avec le ministre des Affaires étrangères Nikola Selakovic, le président de l’Assemblée nationale Ivica Dacic et le patriarche Porfirje.

https://lobservateur.info/observateur/uploads/images/2021/05/06/781.jpg

le ministre des Affaires étrangères Nikola Selakovic

Il est prévu de mener des discussions approfondies sur les questions relatives à l’interaction politique et économique bilatérale, d’échanger des opinions sur la situation dans la région des Balkans et sur des questions internationales d’actualité.
2 Visite de travail du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en République de Turquie

Mevlut Cavusoglu & Lavrov


Le 8 juin, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov effectuera une visite de travail à Ankara, où il rencontrera le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.
Il est prévu de discuter du statut et des perspectives d’approfondissement de l’interaction bilatérale sur un large éventail de questions de coopération commerciale et économique dans des conditions de sanctions anti-russes illégitimes imposées par l’Occident.
Les ministres échangeront également des opinions sur des questions d’actualité de l’agenda régional et international, principalement la situation actuelle en Ukraine, le règlement de paix en Syrie, en Libye et au Haut-Karabakh, la situation dans la région des Balkans, l’Afghanistan et l’Asie centrale.
3 Participation prochaine du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OTSC
Le 10 juin, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera à une réunion ordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation du Traité de sécurité collective à Erevan. Cette année, la République d’Arménie préside l’OTSC.
Les participants résumeront les résultats de la coopération multilatérale intra-OTSC et discuteront des perspectives d’interaction future. Au cours de la réunion, il est prévu de procéder à un échange de vues approfondi sur la situation internationale et régionale et son influence sur la sécurité des États membres de l’OTSC, ainsi que sur les moyens d’améliorer le mécanisme de réponse aux crises de l’OTSC.
Les parties signeront un plan de consultations entre les représentants des États membres de l’OTSC sur les questions de politique étrangère, de défense et de sécurité en 2022-2024 sur la base des résultats de la réunion.
Sergueï Lavrov tiendra un certain nombre de réunions bilatérales en marge de l’événement.
4 25e Forum économique international de Saint-Pétersbourg

https://ebourse.dz/wp-content/uploads/2022/05/saint-696x377.png

Le 25e Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) se tiendra du 15 au 18 juin.
L’édition du 25e anniversaire de cette année, sous le thème « De nouvelles opportunités dans un nouveau monde », présentera un programme riche et diversifié. Le Forum proposera des sessions sur des questions d’actualité de la politique et de l’économie mondiales, y compris les défis et les perspectives de coopération dans les principaux secteurs industriels. En outre, il y aura une série de sessions sur le développement des contacts bilatéraux, y compris ceux avec l’Égypte, la Chine, les pays d’Afrique et d’Amérique latine, ainsi que la coopération au sein de l’ASEAN, des BRICS, de l’EAEU et de l’OCS.
Comme les années précédentes, le Forum attirera un grand nombre d’invités étrangers. À ce jour, nous avons reçu des confirmations de participation d’officiels étrangers, d’hommes d’affaires, d’experts et de représentants des médias de plus de 120 pays, ainsi que d’environ 20 organisations internationales (ce ne sont que des chiffres préliminaires).
Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera aux événements du Forum. Plusieurs rencontres bilatérales avec des partenaires étrangers se tiendront en marge du Forum.
Il y aura également un briefing hors site. Nous publierons une annonce. Les représentants des médias sont les bienvenus. Plus tard, nous annoncerons les sections et les tables rondes auxquelles le ministère participera.
5 Mise à jour ukrainienne

https://s2.dmcdn.net/v/Rfrsd1TrIZFUcLgU_/x360

Le 1er juin, le monde a célébré la Journée internationale des enfants. Les Forces armées ukrainiennes ont célébré cette journée d’une manière particulière, en effectuant une fois de plus des frappes d’artillerie massives contre des zones peuplées de la République populaire de Donetsk. En conséquence, un garçon de neuf ans et sa mère ont été blessés par un missile Grad MLRS à Gorlovka. Le 31 mai, une femme et une fillette de cinq ans ont été tuées à Makeyevka. Le 30 mai, les forces ukrainiennes ont tiré 14 obus et deux bombes à fragmentation depuis un Smerch MLRS au centre de Donetsk et dans les quartiers Voroshilovsky et Budyonnovsky de la ville, endommageant trois écoles.

https://scontent-rtl.akamaized.net/GED/12510000/12514600/12514641_700x0.webp

Le 1er juin, le régime de Kiev s’est approché tout armé, au sens direct du terme. Cinq civils ont été tués, dont un adolescent né en 2008, tandis que 18 civils, dont deux enfants, ont été blessés. Les médias occidentaux ont-ils rapporté cela ? Des flash mobs de protestation ont-ils été organisés dans le monde entier ? Les ONG en ont-elles pris note ? Des résidents européens furieux font-ils du piquetage devant les ambassades ukrainiennes dans leur pays ? Ou est-il juste de tuer les habitants de Donetsk et de Lougansk et tous ceux qui n’ont pas prêté serment d’allégeance au régime nazi et néonazi ? Ça y ressemble.
Il y a des raisons de supposer que les forces ukrainiennes ont utilisé des canons à longue distance de gros calibre. Des fragments de coquillages portant des marques américaines ont été trouvés sur le site. L’Occident a récemment commencé à fournir de telles armes à Kiev, affirmant avec cynisme que les forces armées ukrainiennes en avaient besoin pour se défendre. J’espère que le Pentagone et le Département d’État américain pourront commenter cela aujourd’hui. Nous n’accepterons pas l’explication selon laquelle ils ne savaient pas que les armes qu’ils fournissaient seraient utilisées contre des civils et des enfants. Nous nous attendons à entendre la vérité. Les néonazis ukrainiens, poussés par Washington, utilisent les armes fournies par les États-Unis contre des civils, sans tenir compte des victimes parmi les civils et, pire que tout, contre les enfants et les adolescents. De plus, ils ciblent délibérément les quartiers de Donetsk qui n’ont pas été attaqués depuis 2014. Ce ne sont pas de fausses nouvelles comme ce que nous avons vu de Bucha et Kramatorsk mais des faits, dont Washington doit tenir compte car cela se produit avec ses informations et son soutien militaire.
Dans ce contexte, nous voudrions commenter la décision prise par le président Joe Biden de doter l’Ukraine de systèmes de missiles d’une portée d’environ 50 miles (80 km). Cela augmentera le nombre de victimes civiles. Les États-Unis, qui se disent préoccupés par les civils, doivent répondre de leurs actes. La responsabilité de la mort d’innocents incombera à Washington, qui fournit ces armes.

https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/gkf5J0b99DAzzxm2jcW2sA--/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTEyMDA7aD01MDA-/https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/YDMvoS_ZJc_UH396mtRZ5g--~B/aD02MDA7dz0xNDQwO2FwcGlkPXl0YWNoeW9u/https://media.zenfs.com/fr/korii_articles_fr_158/53934ba3a53d8a1a21be8b84810352d3

Les nationalistes ukrainiens disposent de toutes sortes de canons d’artillerie étrangers, y compris à longue portée, comme les obusiers français Ceasar, les Krabs polonais et les M109 américains.
L’Allemagne a promis de fournir les obusiers PzH-2000 et la Slovaquie, Zuzana. Les préoccupations de guerre occidentales s’enrichissent de la mort de civils pacifiques dans ce pays qui souffre depuis longtemps. Mais nous savons depuis longtemps qu’ils ne se soucient pas de l’Ukraine. Le président américain George W. Bush a récemment déclaré que la mission de l’Ukraine était de « détruire autant de troupes russes que possible ». Il a oublié d’ajouter que sa mission est aussi de détruire le plus d’Ukrainiens possible. Peut-être qu’il le dira la prochaine fois. Je voudrais mentionner en particulier les réalisations des entreprises allemandes. En promettant de fournir des armes plus récentes aux pays d’Europe centrale et orientale qui envoient des armes à l’Ukraine, Berlin les rend dépendants de l’industrie militaire allemande.
Mais le plus grand nombre d’armes provient des États-Unis. L’aide militaire américaine fournie à l’Ukraine depuis fin février a atteint plus de 3,8 milliards de dollars. Washington a approuvé l’allocation de près de 40 milliards de dollars à Kiev, dont plus de 23 milliards de dollars pour les besoins militaires.
Je voudrais rappeler que ces actions occidentales, qui ont fait de l’Ukraine une tête de pont militaire contre la Russie, sont l’une des raisons de l’opération militaire spéciale lancée par les forces armées russes. Comme nous l’avons dit à maintes reprises, elle se poursuivra jusqu’à ce que tous ses objectifs, à savoir la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, soient atteints. Nous avons beaucoup fait à cette fin. Les combattants du bataillon nationaliste Azov se sont rendus à Marioupol et la libération du Donbass se déroule comme prévu, comme le déclare régulièrement le ministère russe de la Défense dans ses rapports.
Essayant de détourner l’attention du public mondial de ses propres crimes de guerre, le régime de Kiev mène une campagne de désinformation et diffuse de fausses informations sur la Russie, avec le généreux soutien de la structure médiatique de l’OTAN. Cela se déroule dans les meilleures traditions des guerres de l’information, cette fois dans le contexte d’une guerre occidentale mondiale déclarée contre la Russie. Les propagandistes ukrainiens ont accusé nos militaires d’atteintes à la vie et à la santé des enfants, qu’ils tuent eux-mêmes.
https://static.ukrinform.com/photos/2022_05/thumb_files/630_360_1652961790-304.jpg Lyudmila Denisova

Un véritable monstre de cette guerre de l’information est l’ancienne commissaire aux droits de l’homme de la Verkhovna Rada, Lyudmila Denisova, qui a produit sans arrêt de fausses informations sur la pédophilie et a affirmé que des adolescents et des enfants avaient été brutalement violés par les troupes russes. Est-ce l’un de ses fantasmes malades, ou avait-elle en tête les troupes ukrainiennes ? Même les autorités de Kiev ne pouvaient plus tolérer ses mensonges flagrants. Le 31 mai, la Verkhovna Rada a limogé la médiatrice Denisova, citant son intérêt pour les nombreux détails d' »infractions sexuelles contre nature » qui n’étaient pas étayées par des preuves.
C’est un exploit historique pour l’Ukraine moderne (lire : protectorat occidental) d’admettre qu’un haut fonctionnaire, le commissaire aux droits de l’homme, s’est rendu coupable d’avoir désinformé le public au milieu des hostilités. Cela ne pouvait plus être toléré. Mais le problème, c’est qu’il en va de même pour la sécurité alimentaire et d’autres problèmes.
Un autre exemple de désinformation ukrainienne et occidentale est l’affirmation sans fondement selon laquelle la Russie empêche les exportations de céréales ukrainiennes par voie maritime, ce qui pourrait provoquer la faim dans le monde. Tout le monde sait que les mines posées par les forces armées ukrainiennes entravent les exportations de céréales. L’absurdité de la situation est au-delà du ridicule. Ils diront ensuite que le grain ne veut pas être exporté d’Ukraine. C’est déraisonnable et inexplicable. Des mines sont posées partout, dans les champs, les ports maritimes et les plans d’eau. Les troupes russes travaillent au déminage et ont déminé 1 900 hectares. Les ports de Marioupol et de Berdyansk ont ​​repris leurs activités après que les militaires russes et de Donetsk ont ​​débarrassé les territoires et les eaux portuaires des mines et autres objets dangereux.
https://static.reuters.com/resources/r/?m=02&d=20220531&t=2&i=1600661361&r=LYNXMPEI4U0AT&w=800  Un navire commercial a quitté le port ukrainien de Marioupol pour la première fois depuis la prise de la ville par les forces russes et se dirige vers l’est de la Russie avec une cargaison de métal, a annoncé mardi le chef séparatiste prorusse de la région ukrainienne de Donetsk. /Photo prise le 30 mai 2022/REUTERS/Alexander Ermochenko

Le 31 mai, le premier cargo sec a quitté Mariupol et s’est dirigé vers Rostov-sur-le-Don. C’est la vraie image. Elle ne peut être réfutée car elle est étayée par des faits, y compris des photographies.
La Russie est prête à créer les conditions pour les exportations de céréales d’Odessa et d’autres ports de la mer Noire et de la mer d’Azov. Comme nous l’avons souligné à de nombreuses reprises et à tous les niveaux, les troupes russes ouvrent chaque jour des couloirs humanitaires pour la libre circulation des navires de mer. Comme nous l’avons dit, si les eaux du port maritime sont déminées, nous assurerons l’exportation en toute sécurité des céréales et accompagnerons les navires céréaliers vers les eaux internationales de la mer Noire.
La Russie est également prête à exporter ses propres céréales vers les pays qui en ont besoin, mais elle ne peut pas le faire parce que l’Occident a adopté des restrictions, pour des raisons politiques et commerciales, sur les navires étrangers faisant escale dans les ports russes et sur les navires russes faisant escale dans les ports étrangers pour s’approvisionnant, ainsi que créé des obstacles insurmontables dans les transactions d’assurance et bancaires. Si les États-Unis et les pays de l’UE veulent vraiment empêcher une famine mondiale, ils devraient lever ces restrictions, et chaque pays qui a besoin de céréales pourra en obtenir.
6 Résiliation du mémorandum russo-américain sur la coopération culturelle et humanitaire
En ce qui concerne la directive du gouvernement russe de mettre fin au protocole d’accord entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement des États-Unis d’Amérique sur les principes de coopération dans les domaines de la culture, des sciences humanitaires et sociales, de l’éducation et de la masse Media, signé le 2 septembre 1998 à Moscou, je voudrais dire ce qui suit.
https://i0.wp.com/www.guyboulianne.info/wp-content/uploads/2022/03/RANDcorporation.jpeg?resize=863%2C485&ssl=1 Le plan stratégique des États-Unis contre la Russie a été élaboré il y a trois ans par la Rand Corporation. La Rand Corporation, dont le siège est à Washington, est « une organisation de recherche mondiale développant des solutions aux défis politiques » : elle dispose d’une armée de 1 800 chercheurs et autres spécialistes recrutés dans 50 pays, parlant 75 langues, distribuant des bureaux intégrés et d’autres emplacements en Amérique du Nord, en Europe, en  Australie et dans le golfe Persique. Le personnel américain de Rand vit et travaille dans plus de 25 pays…. lire https://www.guyboulianne.info/2022/03/09/le-plan-strategique-des-etats-unis-contre-la-federation-de-russie-a-ete-elabore-il-y-a-trois-ans-par-le-think-tank-americain-rand-corporation/

Les autorités américaines ont lancé une campagne à grande échelle pour discréditer la culture russe. Je ne suis même pas sûr que cette phrase puisse exister, mais c’est ce qu’ils essaient de faire. Les actions agressives des services de renseignement et des forces de l’ordre américaines contre les dirigeants et les militants du Conseil de coordination des compatriotes russes vivant à l’étranger, qui s’est traditionnellement engagé dans la promotion de la langue, de l’histoire et des traditions russes, ont sapé l’activité de cette organisation.
Dans l’ensemble, ce que les États-Unis et leurs satellites font maintenant pour persécuter l’héritage culturel et historique russe à travers le monde vise à annuler tout ce qui est lié à la Russie. C’est une formulation absurde et une logique absurde. C’est l’époque dans laquelle nous vivons maintenant. Ils ne comprennent probablement pas complètement ce qu’ils font. Les pays occidentaux ne cachent pas que les décisions pertinentes sont prises pour des raisons politiques et momentanées. L’héritage des écrivains, poètes, compositeurs, artistes, ingénieurs et même des toponymes russes est en jeu. Le problème est que ce coup n’est pas dirigé contre nous, mais contre la civilisation mondiale.
Il est évident pour toutes les personnes raisonnables, éduquées et dotées d’un intellect que cette campagne est absurde et vouée à l’échec. En raison des actions des Américains, le mémorandum a perdu tout sens. Nous avons envoyé une note pertinente à l’ambassade des États-Unis à Moscou le 1er juin.
Nous réaffirmons à nouveau que nous répondrons à toute mesure hostile prise par Washington. La situation où l’administration américaine, tout en persécutant la culture russe et ses porteurs, continue de promouvoir leurs « valeurs » en Russie sous les auspices dudit mémorandum ne peut plus être tolérée.
7 Suspension des travaux de la Commission mixte russo-norvégienne de sûreté nucléaire et radiologique

https://i0.wp.com/www.regard-est.com/img/Svalbard.jpg

Compte tenu de la position hostile du Royaume de Norvège à l’égard de la Fédération de Russie depuis le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine, de l’adhésion d’Oslo aux sanctions anti-russes de l’Union européenne et de ses tentatives de pression économique et politique sur notre pays, nous avons décidé de suspendre coopération avec la Norvège dans le domaine de la sûreté nucléaire et radiologique.
Lors d’une réunion de la commission le 31 mai 2022, la Norvège a été informée de la suspension de travaux supplémentaires et de projets communs dans le cadre d’accords bilatéraux.
8 Déclaration du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell et des représentants de la Commission européenne à l’occasion de la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement
https://fr.unesco.org/sites/default/files/styles/commemoration_header/public/commemorations/day_for_cultural_diversity-2021.jpg?itok=-gjfD_L9 UNESCO Chaque année le 21 mai, la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement célèbre non seulement la richesse des cultures du monde, mais aussi le rôle essentiel du dialogue interculturel pour la paix et le développement durable.

L’Académie diplomatique du ministère russe des Affaires étrangères a mis au point un dictionnaire diplomatique. Je pense qu’il doit inclure une entrée distincte expliquant la « diplomatie de l’UE de l’ère Josep Borrell ». Il pourrait être élargi pour inclure les conditions préalables qui ont conduit à ce phénomène. D’une manière ou d’une autre, son nom devrait être inclus dans les dictionnaires historiques dans des contextes appropriés.
Nous avons pris note de la récente déclaration conjointe du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, et d’autres représentants de la Commission européenne à l’occasion de la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement. On pourrait penser que le but de cette journée est de contribuer au rapprochement des peuples de cultures différentes. Cependant, l’UE l’a utilisé comme une occasion supplémentaire d’inciter à une rhétorique conflictuelle contre la Russie.
Nous sommes tout à fait d’accord que la diversité culturelle est un concept fragile. Apparemment, c’est pourquoi l’Union européenne n’a pas réussi à préserver son véritable sens. Son engagement en faveur du dialogue culturel mondial a été remplacé par des appels manifestes d’un certain nombre de capitales de l’UE à ignorer certaines langues, cultures nationales, art et chefs-d’œuvre littéraires et musicaux. La littérature russe, les œuvres de compositeurs russes et les chefs-d’œuvre de l’art russe sont interdits, tout comme nos expositions, nos films, nos chaînes de télévision, nos ressources d’information et même nos restaurants proposant une cuisine russe. Une campagne centralisée a été lancée pour falsifier l’histoire, notamment en ce qui concerne le rôle de notre peuple dans la Seconde Guerre mondiale ; et le nombre de cas de vandalisme et de destruction de monuments soviétiques a considérablement augmenté. Nous en parlons sans relâche et prenons des mesures et des mesures pour les protéger. De plus, Bruxelles a totalement ignoré le « nettoyage » à grande échelle de tout ce qui est russe de l’Ukraine et des pays baltes, qui a commencé bien avant que la Russie ne commence son opération militaire spéciale. Ils l’utilisent maintenant pour justifier leurs actions disgracieuses. Nous l’avons mentionné à maintes reprises au cours des négociations. Nous avons fourni de nombreux documents justificatifs sur le type de traitement dont souffrait la population russophone là-bas depuis des décennies. Bruxelles et la Commission européenne auraient dû en tenir compte, mais elles ne l’ont jamais fait. Nous avons essayé d’aider et remis de grandes quantités d’informations. Ils « ont pris note » et à un moment donné ont même « exprimé leur inquiétude ». Mais ils n’ont jamais rien fait. N’y avait-il rien qu’ils pouvaient faire ? Peu probable. Nous voyons maintenant que des sanctions peuvent être imposées, des biens publics et privés peuvent être volés sous des prétextes politiques, des médias peuvent être fermés, des comptes peuvent être bloqués et des listes de sanctions peuvent être établies. Rien de tout cela n’a jamais été fait pour décourager ceux qui harcèlent les minorités ethniques dans leur pays depuis des décennies. Il semble que cela ne soit fait que pour détruire tout ce qui touche à notre culture commune.
https://i.f1g.fr/media/cms/1280x720_crop/2022/04/05/ee7ce1f9b43afae585af569786e749da27d134bfbfadea51c3c1eed1973e845a.jpg Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a annoncé mardi 5 avril avoir décidé de déclarer «persona non grata» plusieurs membres de la représentation de la Russie auprès de l’UE à cause «d’activités contraires» à leur statut de diplomates.CF/ https://www.lefigaro.fr/flash-actu/plusieurs-diplomates-de-la-representation-de-la-russie-aupres-de-l-ue-declares-persona-non-grata-annonce-josep-borrell-20220405

Il est évident que l’engagement des commissaires européens à soutenir et à protéger la diversité des cultures, tel qu’exprimé dans leur déclaration commune, est loin des intentions réelles de l’UE. Je le dirais différemment. Peut-être veulent-ils protéger et développer la culture de l’annulation, mais c’est une autre histoire.
De plus, nous sommes complètement perplexes devant les accusations de destruction délibérée de la culture, des institutions et du patrimoine de l’Ukraine. Les gens qui font de telles déclarations savent-ils même quelque chose de l’histoire de notre espace commun, dans les réalités d’aujourd’hui ? Le nombre infini de monuments, de nombreux repères géographiques et culturels sont associés à notre histoire commune ou à l’Ukraine en tant que république faisant partie de l’Union soviétique. Qui et quand quelqu’un a-t-il déjà essayé de détruire « délibérément » la culture ukrainienne ? Contrairement à nos voisins, nous ne nous abaissons jamais à ce genre de comportement – ​​nous ne menons pas une campagne pour démolir des monuments commémorant des personnalités ukrainiennes ou pour rebaptiser des rues qui portent leur nom. Nous ne l’avons jamais fait. Mais comment le régime de Kiev est-il pompé avec des armes – qui sont ensuite utilisées pour des actions destructrices, y compris dans des zones résidentielles – conformément à l’objectif déclaré de l’UE de protéger et de restaurer la culture ukrainienne ? Cette question reste sans réponse.
En général, ce n’est qu’une autre manifestation de la logique destructrice de Bruxelles, où l’UE est prête à sacrifier les principes de base de la coopération humanitaire internationale, à politiser la culture, le sport, la coopération scientifique et technique et la politique de la jeunesse pour atteindre ses objectifs (ou les objectifs que d’autres lui ont formulés). Ils l’ont toujours fait, mais en le gardant dans un cadre civilisé. C’est la vie. Beaucoup de choses ont été politiquement influencées. Désormais, il ne s’agit plus de doubles standards; il s’agit de la violation de tout ce vers quoi l’humanité se dirige depuis des siècles. Comme toujours, l’UE tente de cacher ses véritables intentions derrière de beaux slogans. Mais il échoue de plus en plus. Évidemment, les conséquences d’essayer d’isoler l’UE de la culture russe se font déjà sentir.

 9 Restrictions américaines sur les médias russes et notre réponse

Les autorités américaines poursuivent leur répression ciblée contre les médias et les journalistes russes, nettoyant inlassablement leur espace d’information de toute source d’information qui ne plaît pas à Washington. Cela dure depuis de nombreuses années. Il a maintenant atteint un stade terminal pour Washington lui-même. Il a complètement brisé toutes les illusions sur la véritable attitude envers les concepts de base de la démocratie – liberté d’expression, journalisme indépendant, pluralisme, etc.

https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/16x9/plateau-television-russia-today-rt.jpg

Tout un arsenal de mesures de répression contre la dissidence est utilisé. En plus des interdictions directes, ils bloquent les comptes bancaires de nos correspondants et des bureaux de représentation des médias russes ainsi que les comptes bancaires des reporters et vidéastes qui coopèrent avec eux. Ils ont également coupé la possibilité de transferts de salaire et de payer les baux de bureaux. Les visas et les accréditations de nos correspondants ne sont pas renouvelés et de nouveaux sont refusés. Lorsque nous ripostons, ils deviennent hystériques. Ils oublient que les mesures sont des représailles et répandent des histoires sur un journaliste américain ou anglo-saxon « blessé » par la « machine de puissance russe ».
Pendant de nombreuses années, nous n’avons riposté que des mois après avoir saisi toutes les occasions pour convaincre nos « partenaires » occidentaux de la nocivité de telles logiques et actions destructrices contre nos journalistes. Nous avons essayé d’utiliser la diplomatie, la coopération et l’engagement pour empêcher une telle évolution. Washington a continué à détruire délibérément toute présence médiatique russe aux États-Unis. Apparemment, le plan était à long terme. Tout est fait pour rendre impossible toute production médiatique ou activité économique russe aux États-Unis, pour l’interdire, la restreindre, etc.
Nous avons reçu des informations factuelles de journalistes et de médias, une longue liste de ce qui est utilisé contre eux. Pour donner un exemple, d’ici le 7 juin, toutes les personnes morales et physiques aux États-Unis sont sommées de cesser toute relation avec les trois principales chaînes de télévision russes (Channel One, Russia 1 et NTV) au seul motif qu’elles sont « associées à ou agissant en faveur du gouvernement russe. Ils n’hésitent pas à menacer les entreprises situées en dehors de leur juridiction nationale de sanctions secondaires pour avoir coopéré avec des opérateurs de médias russes. En cas de retransmission d’un signal via un satellite opérant dans une autre partie du monde, non affilié aux États-Unis ou à une société américaine, il sera également soumis aux mesures de Washington. Lesquels? Nous le savons parfaitement. C’est plus que le 1984 de George Orwell, c’est quelque chose de « plus lourd ». Les États-Unis engagent activement de grandes entreprises informatiques comme Google, Apple, Facebook, Instagram, Meta, Twitter et d’autres dans leur ligne russophobe pour bloquer toutes les ressources numériques connectées à nos médias. Un balayage mondial est en cours. La dissidence, les points de vue alternatifs, les autres flux de données, les autres éléments fournis sur les problèmes actuels ne doivent pas être divulgués de quelque source que ce soit.
La censure ouverte des médias russes par les États-Unis ne restera pas sans réponse. Il ne s’agit pas seulement de censure des médias, mais de tout un espace médiatique. Ils ne peuvent faire aucune réclamation spécifique contre les activités des journalistes ou des agences de presse russes. Ils aimeraient trouver quelque chose à redire, mais non. Ils n’ont relevé aucune faille ni dans les informations qu’ils transmettent puisqu’elles sont fondées sur des faits, ni quant à leur séjour sur le territoire américain. Si le travail des médias russes n’est pas ramené à la normale aux États-Unis, les mesures de rétorsion les plus dures suivront inévitablement.
Le lundi 6 juin, les chefs de tous les bureaux de presse américains à Moscou seront invités au Centre de presse du ministère russe des Affaires étrangères et seront informés des conséquences de la politique hostile de leur gouvernement envers les médias russes.
10 Les traditions de propagande du Royaume-Uni
https://londresmag.com/wp-content/uploads/2019/05/colonies-3.png  Ces traditions néo-coloniales ont des racines profondes dans l’histoire sanglante de l’Empire britannique


Ce que nous voyons, c’est une émission de télé-réalité britannique sur la « préoccupation de Londres pour la liberté des médias ». En réalité, le souci de développer les médias sert de paravent à l’ingérence dans les affaires intérieures de la Russie et d’autres pays. C’est un sujet inépuisable. Plus tôt, nous avons dit que ces traditions néo-coloniales ont des racines profondes dans l’histoire sanglante de l’Empire britannique. En fait, le sentiment revanchard est toujours très présent au Royaume-Uni. À un certain moment, l’Union européenne est devenue un obstacle à la réalisation de cet agenda. C’était aussi l’une des raisons du Brexit.
Nous approchons maintenant d’une étape où des éléments de preuve isolés, y compris ceux découverts par des pirates informatiques, trouvés dans le domaine public ou par des journalistes d’investigation, s’assemblent comme un puzzle pour former une image unique. Il en ressort une image horrible. Il est important de noter que les rapports sur les activités subversives du ministère des Affaires étrangères dans le monde ont été validés par un large éventail de sources. Bien sûr, le ministère britannique des Affaires étrangères n’aurait jamais été en mesure d’y parvenir par lui-même. Elle s’appuyait sur son réseau diplomatique, ainsi que sur les conseils britanniques, les médias et des entrepreneurs de confiance. Au besoin, l’État britannique a créé des organisations pour combiner ses ressources diplomatiques, de renseignement, militaires et de propagande. Leurs conservateurs américains étaient également impliqués. Pourrait-il en être autrement ? Après tout, une puissance anglo-saxonne ne picorera pas les yeux d’une autre puissance anglo-saxonne, comme on dit, et même si elle le faisait, elle ne les picorerait pas.
Je voudrais faire une note ici pour souligner la continuité des pires pratiques inter-agences de Londres. Le Daily News Egypt a récemment publié une critique d’un livre intitulé « How to Stage a Coup » de Rory Cormac, spécialiste de l’histoire de la subversion et du renseignement. Permettez-moi de partager une citation avec vous : « Pendant la guerre froide, le Royaume-Uni a exécuté des protocoles médiatiques ciblant le Moyen-Orient, l’Afrique et certaines parties de l’Asie dans le but de favoriser l’instabilité, de manipuler les sentiments, d’inciter au crime et d’aggraver les tensions ethniques avec des informations diffusées par promouvoir et soutenir les idées anticommunistes du milieu des années 1950 à la fin des années 1970 par le biais d’une unité du ministère des Affaires étrangères située à Londres.
Il s’agit de la Direction de la Recherche Informatique (IRD). Créé par le gouvernement travailliste après la Seconde Guerre mondiale, il a été conçu pour s’opposer à la propagande soviétique en Grande-Bretagne. Au milieu des années 1960, il employait 360 agents et servait principalement d’unité éditoriale spéciale hautement secrète qui publiait des articles d’actualité. Il devrait être clair de quel genre de nouvelles il s’agissait. C’était de la désinformation, la culture des fausses nouvelles, que le Royaume-Uni brassait depuis des décennies.
L’ordre du jour britannique consistait à fabriquer des déclarations par des organisations et des représentants soviétiques officiels. Entre 1965 et 1972, le département a fabriqué au moins 11 faux rapports de l’agence de presse Novosti, une agence de presse soviétique gérée par l’État. Vous pouvez imaginer la portée. Cela peut sembler peu à première vue, mais tous ces rapports ont été publiés à des moments cruciaux de l’histoire de certaines régions et ont cherché à influencer le cours des événements.
Les agents britanniques ont utilisé une variété de trucs pour contrer l’influence soviétique. En 1963, ils ont forgé une déclaration de la Fédération internationale de la jeunesse démocratique – une fausse organisation soviétique – qui dénonçait les Africains comme « non civilisés, primitifs et moralement faibles ». La falsification a reçu une couverture médiatique à travers le continent, de nombreux journaux réagissant de manière intempérante.
https://resources.manuelnumeriquemax.belin.education/03580919_hggsp_tle/03580919_hggsp_tle_t6c03/Images/03580919_hggsp_tle_t6c03-489-i0001.jpg
Cela ne vous rappelle rien ? Ils continuent de jouer selon les mêmes règles, en utilisant le mensonge et la fraude, car leurs opérations secrètes ne suffisent pas à elles seules à saper l’influence de la Russie.
Dans la nouvelle période historique, l’Unité dite Russie créée en 2017 a pris le relais de l’IRD. Il a été créé pour mettre en œuvre la stratégie britannique pour la Russie, coordonnant principalement les efforts d’information et de propagande sur la piste russe. Ceci est démontré par les données du portail de divulgation d’informations du gouvernement. Il indique que jusqu’en 2021, le Fonds pour les conflits, la stabilité et la sécurité (CSSF) du ministère britannique des Affaires étrangères mettait en œuvre un ambitieux programme de lutte contre la désinformation et de développement des médias, y compris en russe.
Selon le résumé du programme, le Royaume-Uni interagit avec une série de partenaires pour améliorer la qualité du service public et des médias indépendants afin qu’il soit en mesure de « soutenir la cohésion sociale, défendre les valeurs universelles et fournir aux communautés des pays d’Europe de l’Est un accès à des services fiables ». informations. » Pour tout ce qui est bien, contre tout ce qui est mal, au profit du Royaume-Uni. L’information sur un programme britannique d’affaiblissement de l’influence russe, obtenue dans l’espace de l’information en 2021, a ainsi été confirmée par des données open-source.
Tout était donc vrai – le montant des financements, les méthodes utilisées dans les pays baltes, en Ukraine et en Russie (instruction par la BBC et Thomson Reuters, conseils sur les horaires de diffusion, financement de projets communs et soutien aux projets médiatiques en russe) .
Fait intéressant, pour la première fois, l’Unité Russie s’est officiellement tenue debout en 2019, lorsque le journaliste d’investigation britannique Till Bruckner a demandé des données au ministère britannique des Affaires étrangères sur les activités de l’Integrity Initiative (un projet visant à diffuser des informations frauduleuses anti-russes et à mener une propagande guerre contre Moscou). Il a demandé au ministère des Affaires étrangères, mais la réponse est venue de l’unité russe. Il a déclaré que le projet avait coûté près de 2,3 millions de livres en 2017-2019. Comme nous le savons, leurs appétits – et leurs budgets – ont augmenté plusieurs fois depuis lors. Elizabeth Truss parle ouvertement de ses objectifs alors qu’elle fulmine d’agressivité et déclare sa volonté de détruire notre pays de toutes les manières possibles.
On ne peut être en désaccord avec les experts, les historiens et les journalistes que les entreprises imprudentes entreprises par l’élite londonienne à travers le monde ne font même pas partie d’une stratégie (chaque nouveau gouvernement en produit un nouveau) – mais font partie de leur mode de vie, de leur survie. . Les enjeux augmentent chaque fois que la situation dégénère quelque part, y compris grâce aux efforts de la Grande-Bretagne. Leurs projets de temps de paix (recruter des supporters, les organiser en réseau d’influence) sont utilisés pour de nouveaux objectifs. Leur propagande est élevée au niveau suivant – la propagande de guerre. C’est la tendance actuelle dans la couverture occidentale de ce qui se passe dans la région du Donbass et en Ukraine. Un faux programme est en train d’être créé avec un discours médiatique strictement réglementé à tous les niveaux et une censure militaire introduite dans les principaux médias, même si le Royaume-Uni n’est pas officiellement une partie belligérante.
Cette fois, les ambitions néo-impériales mondiales des élites britanniques sont payées par les Ukrainiens de leur sang.
11 Les sanctions anti-russes impactent l’économie japonaise

https://cdn-lejdd.lanmedia.fr/var/europe1/storage/images/lejdd/international/asie/demographie-securite-fumio-kishida-un-premier-ministre-japonais-face-aux-crises-4074240/57787842-1-fre-FR/Demographie-securite-Fumio-Kishida-un-Premier-ministre-japonais-face-aux-crises.jpg Fumio Kishida


Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Fumio Kishida, après avoir imposé 10 paquets de sanctions à la Russie, continue avec une persévérance digne d’une meilleure cause de déployer des efforts à grande échelle pour démanteler tout le complexe des relations avec notre pays. Cela donne la forte impression que ce champ « d’activités » a balayé des objectifs manifestement significatifs de toute direction politique, comme la croissance économique ou la promotion de la sphère sociale. De plus, en coupant sans réfléchir les chaînes d’approvisionnement et de production avec des restrictions sectorielles et en perturbant les liaisons de transport internationales, la classe dirigeante du Japon, avec une facilité surprenante, crée de nouveaux problèmes pour les particuliers et les entreprises de leur pays, qui ne se sont pas encore remis des complications liées au COVID
Comme l’ont rapporté les médias japonais, trois des principales banques japonaises – Mitsubishi UFJ, Sumitomo Mitsui et Mizuho – qui ont connu un grand succès dans notre pays, ont déjà perdu plus de 2,7 milliards de dollars en raison du manque de capacités techniques de leurs clients russes pour rembourser leurs prêts en à la suite des restrictions imposées au secteur financier russe. En raison de l’impact direct et indirect des sanctions anti-russes, sept grandes sociétés commerciales et d’investissement, y compris des puissances telles que Mitsui, Mitsubishi, Itochu, Sumitomo et Marubeni, ont perdu plus de 2 milliards de dollars fin mars. Et ce n’est que le mois de mars. Avril et mai sont de l’histoire ancienne, et nous sommes déjà en juin maintenant.
Les pertes et les opportunités manquées pour les entreprises japonaises du fait de leur départ du marché russe n’ont pas encore été évaluées. Nous sommes conscients que beaucoup d’entre eux ont été soumis à des pressions politiques et psychologiques sans précédent de la part des autorités officielles de Tokyo, qui, à leur tour, ont subi des pressions venant des États-Unis. Sinon, il est difficile d’expliquer les agissements de la direction de Fast Retailing Co, propriétaire de la chaîne Uniqlo en Russie, qui a d’abord déclaré qu’elle resterait en Russie, puis a soudainement changé d’avis. Si un opérateur commercial a une stratégie, il est peu probable que son intérêt connaisse des hauts et des bas. Cela signifie qu’ils sont soumis à un formidable – pas même une influence ou une pression – mais un chantage.
La campagne de sanctions déclenchée par Tokyo de mèche avec l’Occident a un impact négatif sur les repères macroéconomiques du Japon. Le ministère japonais des Finances a indiqué qu’à la fin mars, la dette publique avait de nouveau augmenté pour atteindre 9 500 milliards de dollars, soit près de 200 % du PIB du pays, ce qui est le résultat le plus faible parmi les pays de l’OCDE. Il y a plusieurs décennies, nous percevions le Japon comme une économie florissante. Quel genre d’économistes sont-ils s’ils ne peuvent même pas garantir leur propre dette ? Tout le monde vit à crédit. La grandeur s’avère être une bulle.
Fumio Kishida et les déclarations de ses ministres concernant l’augmentation des droits de douane et le refus d’acheter de l’énergie et d’autres biens russes ne font qu’accélérer la hausse des prix des matières premières, des métaux et des denrées alimentaires. C’est leur pays, alors laissez-les faire ce qu’ils veulent. Pourtant, eux-mêmes ne cessent de parler de sécurité alimentaire et de hausse des prix de l’énergie, pour ensuite faire grimper les prix des ressources en question. Selon la Banque du Japon, en avril, l’indice des prix de gros a augmenté de 10 %, soit la plus forte augmentation enregistrée au cours des 40 dernières années. Qui essaient-ils de punir ? Nous ou eux-mêmes ? Très probablement, les consommateurs et les petites entreprises devront peut-être se préparer à des prix encore plus élevés. Les perturbations des approvisionnements en provenance de Russie ont entraîné une hausse des prix, même pour les plats japonais traditionnels tels que les sushis, les nouilles, etc., ce qui est à prévoir. Tokyo impose des restrictions à notre pays, et leur pays est frappé par des prix plus élevés. Allez-y et faites savoir à vos gens pourquoi vous faites cela. Aux États-Unis, le concept écrit sur tous les murs prétendant que la hausse des prix du gaz était causée par la Russie a lamentablement échoué. Même les personnes sans connaissances approfondies en économie comprennent que l’imposition de sanctions par Washington et son blocage des activités économiques normales ont détruit les modèles économiques existants et fait grimper les prix. Il est impossible de zombifier les gens à un tel degré que l’Occident et Tokyo, sous la pression de l’Occident, l’ont fait.
Plus important encore, les actions politiques égoïstes du gouvernement de Kishida sont clairement mises en évidence par leur logique comportementale cynique selon laquelle il lui est beaucoup plus facile d’attribuer ses problèmes socio-économiques à une situation dans l’Europe lointaine que de reconnaître honnêtement aux électeurs japonais l’inefficacité de ses propres politiques.

.12 Rapport régulier du ministère des Affaires étrangères sur la violation des droits des citoyens et compatriotes russes à l’étranger

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/01/erxn4dxwmaaoqfh.jpg

Le ministère des Affaires étrangères a publié un rapport régulier sur les violations des droits des citoyens et compatriotes russes dans les pays étrangers sur son site officiel.
Ce sujet, qui a toujours fait l’objet d’une attention particulière du ministère, a acquis une urgence particulière en 2022. Après que la Fédération de Russie a été contrainte de lancer une opération militaire spéciale en Ukraine, les problèmes systémiques qui s’accumulaient depuis des décennies ont été rejoints par une russophobie flagrante. , qui n’est plus caché. Il était caché, fumant et corrodant, mais maintenant tout a été révélé. Nous pouvons voir ce qui se passe vraiment là-bas.
En conséquence, les Russes et nos compatriotes vivant à l’étranger sont confrontés à un large éventail de violations et de harcèlement. Depuis fin février, les incidents sont nombreux et dépassent le cadre légal dans les pays occidentaux, de la coercition au repentir public et à la condamnation des actions des autorités russes (par la force, le chantage et les menaces) jusqu’à la discrimination quotidienne, qui a pris la forme de véritables brimades et persécutions (licenciement du travail, refus de fournir des services bancaires et des soins médicaux, expulsion des maisons contrairement aux contrats de location, et refus de servir les Russes dans les magasins, cafés et restaurants, etc.) Dans un certain nombre de pays, les agressions physiques contre les russophones est devenu monnaie courante. Indiscriminé et encouragé par la propagande officielle, il a touché non seulement les Russes de souche, mais aussi les représentants d’autres origines ethniques, y compris les Ukrainiens. La partie la plus sans défense de nos compatriotes – les enfants – a également été victime de persécutions et d’intimidation. Ces personnes ont fait face à la déshumanisation et aux insultes publiques. Les enfants étaient soumis à la « flagellation » dans les écoles non pas par leurs camarades de classe, mais par les enseignants et la direction des « établissements d’enseignement ».
Nous suivons de près la situation autour de ces manifestations sans précédent de la « civilisation » occidentale. La campagne russophobe est frappante par son ampleur. Les missions russes à l’étranger ont lancé des canaux de communication spéciaux avec nos compatriotes afin de répondre rapidement à leurs problèmes liés à de nombreux incidents discriminatoires. Un certain nombre de nos missions diplomatiques systématisent et publient sur leurs sites Web officiels des informations sur des cas spécifiques de violation des droits des russophones reçues via la hotline. Les lignes directes fonctionnent dans diverses applications et messagers, y compris ceux créés par Rossotrudnichestvo, ainsi que par l’Association des avocats de Russie.

https://theinquirer.fr/wp-content/uploads/2022/05/Lambassadeur-russe-en-Pologne-a-ete-asperge-de-peinture-rouge-640x308.png l’ambassadeur de Russie Sergey Andreyev


Les représentants les plus agressifs de « l’Europe civilisée » n’ont pas boudé les attaques physiques contre les diplomates, comme ce fut le cas à Vilnius en mars 2022. Deux mois plus tard, à Varsovie, lors d’une cérémonie de dépôt de fleurs dans un cimetière commémoratif des soldats soviétiques, l’ambassadeur de Russie Sergey Andreyev a été aspergé de liquide rouge. Le même jour, des tentatives pour perturber un événement commémoratif ont été faites alors que le consul général de Russie à Gdansk, Sergey Semyonov, déposait une gerbe sur le mémorial soviétique. Il y a des dizaines d’actes de vandalisme contre les missions étrangères russes et des centaines de menaces contre leurs employés.
La campagne russophobe a fortement stimulé les efforts de la Pologne, de l’Ukraine et des États baltes pour lutter contre les monuments et les mémoriaux des soldats soviétiques morts en libérant l’Europe du nazisme. Le masque est tombé. Tout le monde a vu la terrible gueule de la « civilisation » occidentale. En 2022, les actions des autorités de ces pays concernant les monuments commémoratifs soviétiques ont commencé à ressembler à un véritable chaos de violence. Les efforts pour réécrire l’histoire et effacer la mémoire nationale des communautés russes résidant dans ces pays se sont intensifiés, y compris au niveau législatif. Les autorités locales ont commencé à mettre en place des mesures législatives et administratives qui ont créé des conditions préalables à l’établissement de restrictions artificielles pour les résidents russophones dans diverses sphères de la vie publique, y compris leurs poursuites pénales pour leurs efforts pour préserver leur culture et soutenir la Russie. Ça n’a pas commencé aujourd’hui, ça s’est juste renforcé. Nos journalistes ont déjà été arrêtés dans les pays baltes pour des accusations criminelles inexistantes. Ils ont été arrêtés et placés en résidence surveillée. Leurs comptes bancaires ont été bloqués et leur travail professionnel a été rendu impossible car ils ont été victimes d’intimidations extravagantes.
https://www.ahmontour.com/media/2020/05/monument-victoire-1945-riga-1024x767.jpg.webp Le Monument de la victoire reste un lieu de mémoire pour la minorité russe de Lettonie

Les actions du gouvernement letton sont particulièrement cyniques. Il accélère la démolition du monument aux libérateurs de Riga en violation de l’accord russo-letton sur la préservation, l’entretien et l’entretien des terrains commémoratifs, qui rassemblent chaque année des dizaines de milliers de personnes le 9 mai pour commémorer la Victoire. Jour. Les 9 et 10 mai de cette année, les autorités lettones ont utilisé un équipement spécial pour détruire un grand nombre de fleurs que les habitants de Riga ont apportées à ce monument, montrant ainsi ce qu’elles pensent vraiment des résidents russophones et de leur pays. Les gens étaient terrifiés par ce que faisait leur propre gouvernement.
https://m1.quebecormedia.com/emp/emp/c5471fa0-65ff-11ea-bc6f-45aedc1dc7ca_ORIGINAL.jpg?impolicy=crop-resize&x=0&y=0&w=1200&h=859&width=925&height=925  Des soldats du régiment d’Azov lors d’un événement à Kyïv, en mars 2020 cf/ https://www.24heures.ca/2022/03/09/le-regiment-azov-qui-sont-les-neonazis-ukrainiens-dont-parle-vladimir-poutine

Des efforts importants sont déployés pour cacher la nature nazie du régime de Kiev à la communauté internationale. Ils sont allés jusqu’à blanchir ouvertement les partisans du néonazisme représentés par le bataillon nationaliste radical Azov et d’autres formations extrémistes similaires en Ukraine. Toute mention des nombreux crimes brutaux commis par eux dans le Donbass est soigneusement retirée des médias. Ils cachent cette information car elle sera commentée et ils ne pourront pas s’en tirer avec ce qu’ils ont fait. Il existe des preuves, des photographies, des images, ainsi que les noms des personnes qui ont témoigné et tenté de rendre public le plus de choses possible. Leur but n’est pas de laisser ces informations aller dans l’espace public.

https://s.abcnews.com/images/International/yaroshenko-zp-er-190110_hpMain_16x9_992.jpg

Le retour au pays de Konstantin Yaroshenko

Entre-temps, les problèmes qui existaient avant le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine restent d’actualité. En 2021, la persécution politique et la détention de Russes dans des pays étrangers se sont poursuivies sans relâche. Notre préoccupation concernant les conditions de détention de nos concitoyens est liée à ces motifs. Le retour au pays de Konstantin Yaroshenko, qui a été reconnu coupable d’une accusation fabriquée et a passé plus de 10 ans dans une prison américaine pour rien – simplement parce qu’il le souhaitait, est un événement marquant pour notre pays. Ils ont intimidé nos concitoyens et leur ont fait savoir ce qu’ils pouvaient leur faire. Ils ont fait fi de leurs propres lois afin de s’affirmer comme une sorte de policier mondial qui peut faire ce qu’il veut.
L’obstruction des journalistes russes ou des représentants des activités professionnelles des médias russes a été enregistrée à plusieurs reprises. Dans un certain nombre de pays promouvant une histoire « alternative », des compatriotes russes, des représentants des communautés russes et russophones ont été persécutés et intimidés en raison de leur désir de maintenir des liens avec leur patrie historique, de préserver la vérité sur des événements historiques importants de la 20e siècle, en particulier la Seconde Guerre mondiale et la Grande Guerre patriotique, et pour célébrer les dates et les fêtes nationales qui sont importantes et mémorables pour leur histoire et leurs familles, principalement le jour de la Victoire. Les militants de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes qui promeuvent des points de vue différents des points de vue officiels sur la politique intérieure et étrangère, ainsi que sur l’histoire de ces pays, ont subi des pressions.
Nous continuerons à surveiller les développements liés aux Russes et aux russophones et à enregistrer les actes de discrimination afin de faire connaître ces infractions aux dirigeants de ces pays étrangers et d’exiger qu’ils remplissent leurs obligations légales internationales à l’égard de nos compatriotes. Cependant, nous ne nous faisons aucune illusion sur les véritables intentions d’un certain nombre de pays de l’Occident collectif à l’égard d’individus ayant des liens même minimes avec la Russie. Malgré cela, nous prévoyons de tout mettre en œuvre pour protéger leurs droits partout dans le monde.
Nous pensons également que les manifestations d’intolérance dans l’espace euro-atlantique doivent être étudiées avec sérieux et impartialité. Les pays qui se sont déclarés modèles de démocratie organisent des rassemblements collectifs et tracent des lignes entre les «superdémocraties», les démocraties justes et les «sous-démocraties» tout en déclarant formellement leur attachement à l’État de droit. En fait, ils sont en train de se dégrader à cet égard. Cependant, la persécution agressive des Russes montre de manière convaincante qu’en réalité, les sociétés occidentales non seulement n’ont pas réussi à se débarrasser de ce sentiment discriminatoire et raciste, mais continuent également à l’encourager.
13 Cessez-le-feu au Yémen
https://focus.courrierinternational.com/2022/05/17/0/0/3000/2000/640/0/60/0/2153dad_afp-32aa8xe.jpg La trêve entre les belligérants de la guerre au Yémen a été prolongée de deux mois, et cela quelques heures seulement avant son expiration, ce jeudi 2 juin. C’est ce qu’a annoncé l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, le diplomate suédois Hans Grundberg. Tout en se félicitant de cette prolongation, celui-ci a affirmé “qu’il faut des mesures supplémentaires pour que la trêve réalise pleinement son potentiel”. Le 3 juin 2022 CF/ https://www.courrierinternational.com/article/conflit-le-cessez-le-feu-prolonge-de-deux-mois-au-yemen

Nous nous félicitons de la décision du gouvernement internationalement reconnu de la République du Yémen et du mouvement Ansar Allah Houthi prise le 2 juin 2022 de prolonger le cessez-le-feu dans le pays pour deux mois supplémentaires jusqu’au 2 août aux mêmes conditions. Nous notons que les deux parties au conflit ont réussi à faire preuve de la volonté politique et de la flexibilité nécessaires tout en tenant compte des désaccords existants.
Nous notons avec satisfaction que pendant la période du cessez-le-feu, la situation humanitaire s’est considérablement améliorée. Les pétroliers ont été autorisés à faire escale dans les ports de la province d’Al Hudaydah. Pour la première fois depuis 2016, l’aéroport de Sanaa a repris ses activités.
À cet égard, nous tenons à souligner les efforts de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, ainsi que ceux de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et d’Oman, qui ont joué un rôle décisif dans la conclusion de ces accords.
Nous pensons que le cessez-le-feu prolongé aidera les parties à consolider les évolutions positives du conflit intra-yéménite et à progresser vers le lancement d’un processus de règlement de paix global et à grande échelle dirigé par l’ONU au Yémen.
14 Inauguration d’une exposition à l’occasion du 30e anniversaire des relations diplomatiques entre la Russie et le Salvador

https://pbs.twimg.com/media/FNhJFQeXsAEmZ6E.jpgPrésident  Agustín Vásquez Gomez


Aujourd’hui, la Fédération de Russie et la République d’El Salvador célèbrent le 30e anniversaire de leurs relations diplomatiques.
Au cours de ces années, une base solide a été posée grâce à des efforts conjoints pour l’amitié russo-salvadorienne, la compréhension mutuelle et une coopération fructueuse.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/86/LocationElSalvador.svg/1200px-LocationElSalvador.svg.png

https://www.abc-latina.com/salvador/images/carte-el-salvador.jpg

Pour marquer l’événement, le ministère russe des Affaires étrangères a utilisé son site Web pour publier une exposition de documents et de photographies uniques qui ont capturé les pages les plus remarquables de l’histoire de nos relations bilatérales. Cette exposition est basée sur des documents des archives de la politique étrangère russe. Les documents sont disponibles en russe et en espagnol.
Nous invitons tout le monde à visiter l’exposition.

15 Le 20e anniversaire de la Charte de l’Organisation de coopération de Shanghai

https://sansapriori.files.wordpress.com/2022/06/c37ef-14rx7sahc9x43vizb5cmeia.jpeg

Lors de leur sommet à Saint-Pétersbourg le 7 juin 2002, les dirigeants de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la Russie, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan ont approuvé la Charte de l’Organisation de coopération de Shanghai. Ce document fondamental énonce les buts, les objectifs et les principaux domaines d’activité d’une organisation internationale d’un nouveau type, fondée sur les principes de respect mutuel, d’égalité, de prise de décision par consensus, de non-intimidation à l’égard d’autrui des pays et des organisations internationales, et qui cherche à promouvoir le développement positif d’une coopération diversifiée qui contribuera à maintenir et à renforcer la paix, la sécurité et la stabilité dans la région.

https://chine.in/images/2019/2771824640693643a0d168612c3ed629.gif

Le strict respect des obligations découlant de la Charte sert de base à une coopération efficace et diversifiée entre les pays membres dans les affaires politiques, la sécurité, l’économie, l’éducation et la culture. En conséquence, l’OCS est aujourd’hui une association intergouvernementale en développement dynamique, ainsi qu’un participant influent et prévisible dans les relations internationales.
Tout cela a aidé l’organisation à paraître de plus en plus attrayante aux yeux de la communauté mondiale. L’Inde et le Pakistan ont rejoint l’OCS en 2017. Le processus d’adhésion de l’Iran en tant que membre à part entière de l’OCS progresse bien. Dès que l’Égypte, le Qatar et l’Arabie saoudite obtiendront le statut de partenaire de dialogue, l’OCS acquerra une dimension moyen-orientale. Le portefeuille SCO dispose d’un large éventail d’applications permettant différentes formes de coopération avec celui-ci.
La base juridique d’une relation entre l’OCS et l’ONU et ses agences continue de s’étendre, ainsi qu’avec des institutions multilatérales promouvant des principes similaires de développement créatif.
16 Prochain 30e anniversaire du Traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle avec la République du Kirghizistan

https://www.eda.admin.ch/content/dam/deza/Images/Karten/asia_central_deza_fr_web.jpg/jcr:content/renditions/cq5dam.thumbnail.588.368.png

L’un des documents fondamentaux de l’interaction russo-kirghize, le traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle, a été signé le 10 juin 1992. Le traité énonce les principes de l’établissement de relations bilatérales fondées sur le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’autre. Règlement pacifique des différends et non-recours à la force, égalité et non-ingérence dans les affaires intérieures, respect et observation des droits de l’homme, exécution de bonne foi des obligations ainsi que des autres normes généralement reconnues du droit international. Trente ans plus tard, la base juridico-contractuelle entre nos pays compte plus de 170 accords interétatiques et intergouvernementaux et un nombre important de documents juridiques interinstitutionnels et interrégionaux.
Le Kirghizistan est le partenaire stratégique privilégié de la Russie avec qui nous entretenons un dialogue politique de fond. L’investissement, le commerce et la coopération économique se développent, notamment via des projets prometteurs, une coopération industrielle croissante et la création de coentreprises. L’interaction se développe dans les politiques de l’éducation, de la science, de la culture, du tourisme, du sport, de la jeunesse et des langues.
La Russie et le Kirghizistan sont des partenaires actifs au sein d’organisations internationales et régionales clés, principalement au sein de l’Union économique eurasienne, ainsi qu’à l’ONU, l’OTSC, la CEI et l’OCS. Moscou et Bichkek ont ​​des approches similaires des questions actuelles de l’agenda international, garantissant la sécurité et la stabilité en Asie centrale et combattant le terrorisme international, le crime organisé et d’autres défis et menaces contemporains.
Le 30e anniversaire du Traité offre une bonne occasion de passer en revue les expériences passées et d’élaborer des plans pour développer davantage l’ensemble des relations multiformes entre la Russie et le Kirghizistan.
17 Le 7e Forum international de la jeunesse Eurasia Global

untitled image

untitled image

Du 8 au 14 juin, Orenbourg accueillera le 7e Forum international de la jeunesse Eurasia Global, un événement annuel organisé par l’Agence fédérale pour les affaires de la jeunesse et le gouvernement de la région d’Orenbourg avec le soutien du ministère russe des Affaires étrangères.
Cette année, le forum réunira 900 jeunes de la Fédération de Russie et d’autres pays, dont environ 70 jeunes compatriotes de 30 pays du monde entier.

untitled image

La partie commerciale du programme est divisée en quatre pistes (The Good, Media, Career et Compatriots) offre aux délégués une excellente occasion de réaliser leur potentiel intellectuel et créatif, notamment en concevant des projets de développement durable dans les domaines de l’emploi décent et de l’économie. croissance et partenariat pour le développement durable.

Réponses aux questions des médias 

Question 1: Le chancelier Olaf Scholz a déclaré que l’Allemagne avait l’intention d’avoir la plus grande armée d’Europe parmi les pays de l’OTAN. Comment une telle perspective pourrait-elle affecter la sécurité européenne ?

https://cdn-europe1.lanmedia.fr/var/europe1/storage/images/europe1/international/allemagne-le-chancelier-olaf-scholz-en-quete-dune-coalition-4075824/57821803-1-fre-FR/Allemagne-le-chancelier-Olaf-Scholz-en-quete-d-une-coalition.jpg  Chancelier Scholz


Maria Zakharova : Nous considérons la déclaration du chancelier Scholz comme une confirmation supplémentaire du fait que le Berlin officiel a suivi une voie de remilitarisation forcée en Allemagne. La façon dont cela pourrait se terminer est bien connue de tous ceux qui connaissent l’histoire. Nous suivrons de près le réarmement annoncé et l’éventuelle augmentation des troupes armées allemandes dans le cadre de ses obligations juridiques internationales de retenue militaire, notamment sur la base du traité 2+4 sur le règlement définitif concernant l’Allemagne, en date du 12 septembre , 1990.
Pour la sécurité européenne, cela signifie un nouveau déséquilibre et un risque accru. Au moment où il faut chercher des opportunités pour réduire les menaces communes, l’Allemagne, au contraire, est en passe d’aggraver la situation politique et militaire sur le continent européen, dépensant des dizaines de milliards d’euros pour augmenter la masse critique de armes au lieu de s’attaquer aux problèmes socio-économiques.
Cela pose la question : n’est-ce pas la raison pour laquelle Berlin a joué un rôle inactif, voire inhibiteur, dans le format Normandie, ne contribuant pas à une solution à la situation interne autour du conflit ukrainien de manière diplomatique, par un processus de négociation ? Peut-être que la vérité sur leurs objectifs et ce qu’ils attendaient de la situation sur le continent européen est maintenant claire ? Si c’est le cas, c’est une étrange logique. L’Europe a déjà eu assez de guerres maintenant, assez pour tirer des conclusions globales pour elle-même.
Question 2 : Le chef de la diplomatie étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, dit essentiellement que la crise ukrainienne a montré à l’UE que le « soft power » n’est pas suffisant et qu’il parle d’augmenter les dépenses militaires. Peux-tu commenter ceci?

https://atalayar.com/sites/default/files/styles/foto_/public/noticias/josep-borrell-alto-representante-exteriores-uni%C3%B3n-europea.jpg?itok=3EUJEgRI  Josep Borrell


Maria Zakharova : Je pense que l’expression « Josep Borrell, chef de la diplomatie étrangère européenne » est devenue un mème. Quand vous l’entendez, vous savez instantanément qu’il sera suivi de « gagner la bataille sur le champ de bataille », qu’il n’y a pas de règlement pacifique de cette crise et qu’il est préférable de continuer à se battre. C’est vrai, je vois ces déclarations absurdes tous les jours et je crois qu’elles sont devenues un mème.
Savez-vous quel est le problème? Le « soft power » de l’UE vise à créer une série de révolutions de couleur dans diverses parties de l’Europe, y compris l’Ukraine, ainsi qu’à organiser des coups d’État anticonstitutionnels, à soutenir les forces politiques qui travaillent dans l’intérêt du bloc occidental, et non dans l’intérêt de la population locale. Ensuite, le soft power ne suffit pas car il est utilisé par l’Union européenne et l’OTAN dans le mauvais sens. Si le « soft power » dans son sens originel était utilisé par l’UE et l’OTAN pour, par exemple, développer des relations bilatérales et multilatérales, soutenir des processus éducatifs là où c’est nécessaire et quand cela correspond aux intérêts nationaux d’un État, alléger les exigences de visa avec des pays et des personnes et pour surmonter les crises, il suffirait alors de faire tout ce que l’UE et l’OTAN ont écrit dans leurs doctrines. Mais le soft power a été utilisé de manière tordue, comme le soutien aux organisations non gouvernementales qui affectent l’agenda politique national, les personnalités publiques qui promeuvent des idées, la mentalité et la philosophie des pays avec lesquels ils n’ont rien à voir plutôt que leur parcours national et les intérêts de leur peuple. Cet argent est dépensé pour soutenir, promouvoir et finalement patronner les médias pour distribuer la propagande de l’UE et de l’OTAN dans le but d’influencer la situation intérieure (et non de développer des relations) dans divers autres pays. Dans les pays où ils n’ont pas réussi à le faire, ils ont utilisé le soft power pour changer de régime afin de changer le cours d’un pays en leur faveur et celle de leurs entreprises. Nous l’avons vu à plusieurs reprises en Ukraine, et cela a maintenant abouti à remplacer le soft power par le hard power.
Je voudrais ajouter que nous avons publié une déclaration élargie sur les dernières poursuites conflictuelles de l’UE à la suite de la réunion du Conseil européen des 30 et 31 mai 2022.
Ils poursuivent la rhétorique belliqueuse de Josep Borrell ces derniers temps. Dans cette déclaration, nous voyons le manque d’intérêt de l’Occident à rechercher des moyens diplomatiques de résoudre la crise et de résoudre les problèmes chroniques de sécurité européenne qui ont conduit à la « crise chaude » actuelle en Europe. Au lieu de cela, Bruxelles s’appuiera sur la militarisation de l’UE, pour compléter les réserves d’équipements militaires et d’armes fournies au régime de Kiev en violation de leurs propres réglementations européennes et internationales en matière de contrôle des exportations. Tout ce sur quoi ils insistaient a été abandonné et oublié pour que la guerre puisse continuer. Ils le font sans tenir compte de ce qui se passe dans leur propre pays où le bien-être des Européens ordinaires a plongé. Ce n’est pas notre problème, c’est le leur. Ils sont constamment préoccupés par les droits de l’homme mais ne voient pas ce qui se passe dans leur propre pays à cause de leur propre politique.
Cette dégradation drastique de « l’agenda pacifique et rassembleur » du projet d’intégration européenne est saisissante. Hier encore, ils ont promu la paix et construit un avenir pacifique, puis ils ont commencé à le démolir. Maintenant, ils parlent de militarisation. Les successeurs des fondateurs d’une « Europe unie » comprennent-ils la gravité des conséquences de leurs actes ? J’aimerais que cette question soit plus que purement rhétorique.
Je veux croire que le pragmatisme et le bon sens prévaudront. Nous l’avons dit à maintes reprises. Malheureusement, la situation n’a pas changé pour le mieux. J’espère que les armes de l’UE ne seront pas utilisées pour tuer les enfants et les personnes âgées du Donbass qui protègent leurs maisons. Je voudrais également espérer que ceux qui protègent les civils de la Russie, de la RPD et de la RPL ne seront pas tués par les armes de l’UE. Mais ce qui se passe, c’est le contraire. J’espère que l’Union européenne reprendra ses esprits et cessera d’être un appendice veule de l’OTAN. Mais encore une fois, mes espoirs sont probablement vains.
Cette question doit leur être adressée. Nous comprenons les tendances. Notre analyse continue au fil des ans a confirmé nos pensées. Encore une fois, nous voyons leurs véritables objectifs et politiques.
Question 3: Vous avez déclaré aujourd’hui que le Mémorandum sur la coopération dans les domaines de la culture, de la science, de l’éducation et des médias avec les États-Unis a été résilié. Cela signifie-t-il que tous les programmes culturels et scientifiques sont gelés, y compris ceux entre l’Académie des sciences de Russie et l’Académie nationale des sciences des États-Unis ? Comment la fin du mémorandum pourrait-elle affecter les étudiants russes étudiant aux États-Unis ?

https://photos.tf1info.fr/images/1280/720/universite-covid-france-57cd6b-0@1x.jpeg

Maria Zakharova : Il est intéressant que vous liiez le mémorandum aux étudiants et que vous vous demandiez comment la fin de celui-ci pourrait les affecter. N’aviez-vous pas remarqué ce qui arrivait à nos étudiants aux États-Unis avant cela ? Il a été impossible d’obtenir un visa pendant des années. Beaucoup se sont tout simplement vu refuser la possibilité de revenir et de poursuivre leurs études même s’ils avaient un visa ou d’autres documents leur permettant de rester ou de revenir et d’étudier là-bas. Cette situation n’a depuis longtemps plus rien à voir avec ce qui est écrit dans le mémorandum. C’est le problème. Il n’y a aucun moyen de joindre les Américains pour leur montrer en quoi leur politique envers les étudiants et les autres programmes humanitaires diffère de ce qui est écrit dans ce mémorandum.
Je suis étonné que vous ayez formulé la question comme ça, comme si tout allait bien jusqu’à hier. S’agissait-il d’un document pleinement mis en œuvre de votre point de vue ? C’était le contraire. Nous avons documenté ce qui a longtemps cessé de fonctionner. Le fait est que le document ne doit pas être en contradiction avec la pratique suivie par les États-Unis.
Je sais que même pendant la pandémie, alors qu’il y avait de nombreux problèmes dans le monde en matière de logistique, de voyage, de libre circulation, de restrictions liées au COVID, de certification des vaccins, etc., notre pays a fait tout ce qu’il pouvait pour garantir que les processus éducatifs et les étudiants étrangers l’accès n’étaient pas affectés ou du moins que les coûts étaient minimes. Pourtant, même en temps normal, les États-Unis ont fait des choses incompréhensibles à l’égard des étudiants étrangers, ceux qui y ont étudié. Une personne a passé un examen et a reçu la confirmation d’une université là-bas. Pourtant, il ou elle n’a pas pu obtenir de visa dans notre pays. Cet étudiant a été chargé de se rendre dans un pays tiers où le visa pouvait être délivré, mais il n’a pas été possible de traverser la frontière vers ce pays en raison des restrictions COVID. C’est une moquerie.
En ce qui concerne les universités spécifiques, je pense que vous feriez mieux de les contacter. Ils vous diront quels programmes sont en cours, et comment ils sont gérés et s’ils continueront, s’ils fonctionnent du tout.
À suivre…

https://mid.ru/en/press_service/spokesman/briefings/1816106/

https://previews.123rf.com/images/ratru/ratru1712/ratru171200019/92515569-minist%C3%A8re-des-affaires-%C3%A9trang%C3%A8res-%C3%A0-moscou-en-russie.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s