4737 – L’énergie nucléaire considérée comme durable… Le Forum nucléaire suisse salue la décision de l’UE… 03.01.2022… Mais…

La Commission européenne a décidé de classer les investissements dans le nucléaire comme durables. Le Forum nucléaire suisse estime que cette nouvelle étape est la conséquence logique de faits scientifiquement prouvés, l’énergie nucléaire étant l’un des mode de production d’électricité les plus pauvres en CO2.
3 janv. 2022

Foratom demande à l’UE de reconnaître l’énergie nucléaire comme une solution abordable qui contribuera à la réalisation des objectifs climatiques ambitieux qu’elle s’est fixés et à la sécurité de son approvisionnement électrique. – Source: UE 2018
Les investissements dans l’énergie nucléaire ont été classés comme durables dans le projet d’acte délégué complémentaire de la taxonomie de l’UE, présenté le 31 décembre. «Nous nous en réjouissons, et ce n’est que pure logique au regard des avantages reconnus des centrales nucléaires. L’énergie nucléaire est extrêmement pauvre en CO2, elle nécessite un encombrement réduit par rapport aux autres formes d’énergie et consomme comparativement peu de matières premières», a déclaré Hans-Ulrich Bigler, président du Forum nucléaire suisse.
Les investissements dans de nouvelles centrales nucléaires doivent donc pouvoir être considérés comme durables dès lors que les installations correspondent au dernier état de la technique et que les États concernés présenteront au plus tard en 2050 un plan concret pour l’exploitation d’une installation de gestion des déchets hautement radioactifs. Seront par ailleurs concernées par la classification les nouvelles centrales nucléaires pour lesquelles un permis de construire aura été délivré avant 2045. La Commission européenne a mentionné les dépôts en couches géologiques profondes comme la meilleure solution de gestion des déchets nucléaires, encourageant ainsi la voie choisie par la Suisse dans le cadre de son plan sectoriel. «La Commission européenne suit ainsi les prescriptions de la science et, en fondant sa décision sur les faits, elle s’oppose aux interdictions de penser idéologiques», a estimé M. Bigler.

https://www.nuklearforum.ch/fr/communique-de-presse/lenergie-nucleaire-consideree-comme-durable

Mais…

FUITE … l’UE prépare un plan pour étiqueter les investissements gaziers et nucléaires comme verts

Par Frédéric Simon et Kira Taylor | EURACTIV.com avec Reuters 1 janv. 2022 (mis à jour : 3 janv. 2022)
L’Union européenne a élaboré des plans pour qualifier certaines centrales électriques au gaz naturel et à énergie nucléaire d’investissements « de transition » ou « verts » à condition qu’elles répondent à des critères spécifiques tels que le déplacement de centrales au charbon plus polluantes.
La Commission européenne devrait proposer des règles en janvier. décider si les projets gaziers et nucléaires seront inclus dans la « taxonomie de la finance durable » de l’UE.
Il s’agit d’une liste d’activités économiques et des critères environnementaux qu’elles doivent remplir pour être labellisées en tant qu’investissements verts. En limitant le label « vert » aux projets véritablement respectueux du climat, le système vise à rendre ces investissements plus attrayants pour les capitaux privés et à mettre fin au « greenwashing », où les entreprises ou les investisseurs exagèrent leurs références écologiques. Bruxelles a également pris des mesures pour appliquer la taxonomie à certains financements de l’UE, ce qui signifie que les règles pourraient décider quels projets sont éligibles à certains financements publics.

Un projet de proposition de la Commission, obtenu par EURACTIV, qualifierait les investissements dans les centrales nucléaires de verts si le projet a un plan, des fonds et un site pour éliminer en toute sécurité les déchets radioactifs.

Pour être considérées comme vertes, les nouvelles centrales nucléaires doivent recevoir des permis de construire avant 2045. L’extension de la durée de vie des centrales électriques existantes sera également considérée comme verte « compte tenu des longs délais d’investissement dans de nouvelles capacités de production nucléaire », indique le projet. Pour être considérés comme verts, ceux-ci devront cependant « inclure des modifications et des améliorations de sécurité » afin de garantir qu’ils sont conformes aux « normes de sécurité les plus élevées possibles », selon le projet.
Les investissements dans les centrales électriques au gaz naturel seraient également considérés comme verts s’ils produisent des émissions inférieures à 270 g d’équivalent CO2 par kilowattheure, remplacent une centrale à combustible fossile plus polluante et reçoivent un permis de construire d’ici le 31 décembre 2030.
Ces centrales doivent remplir d’autres conditions, notamment qu’ils sont techniquement équipés pour brûler des gaz à faible teneur en carbone. La production de gaz et d’énergie nucléaire serait étiquetée verte au motif qu’il s’agit d’activités « de transition » – définies comme une activité qui n’est pas entièrement durable, mais qui a des émissions inférieures à la moyenne de l’industrie et ne ne pas enfermer l’Europe dans des actifs polluants pendant le passage à l’énergie propre.
« Compte tenu des avis scientifiques et des progrès technologiques actuels ainsi que des défis de transition variables selon les États membres, la Commission considère que le gaz naturel et le nucléaire ont un rôle à jouer pour faciliter la transition vers un avenir principalement basé sur les énergies renouvelables », a déclaré la Commission européenne dans un communiqué, ajoutant que les consultations sur un projet a commencé vendredi.
Pour aider les États ayant des antécédents énergétiques variés à effectuer la transition, ‘sous certaines conditions, des solutions peuvent avoir du sens qui ne semblent pas exactement’ vertes ‘à première vue’, a déclaré à Reuters une source de la Commission.
Le nucléaire sera soumis à des conditions strictes, a ajouté le responsable. Les pays de l’UE et un groupe de conseillers experts examineront le projet de proposition, qui pourrait changer avant sa publication prévue plus tard en janvier. Les États membres de l’UE avaient jusqu’au 12 janvier pour donner leur avis, selon EURACTIV. Une fois publiée, la proposition peut faire l’objet d’un veto par une majorité de pays de l’UE ou par le Parlement européen, mais elle ne peut pas être modifiée.

La politique est embourbée dans le lobbying des gouvernements depuis plus d’un an et les pays de l’UE ne sont pas d’accord sur les carburants vraiment durables.

Le gaz naturel émet environ la moitié des émissions de CO2 du charbon lorsqu’il est brûlé dans les centrales électriques, mais l’infrastructure gazière est également associée à des fuites de méthane, un puissant gaz à effet de serre.
Les conseillers experts de l’UE avaient recommandé que les usines à gaz ne soient pas étiquetées comme des investissements verts à moins qu’elles n’atteignent une limite d’émissions inférieure de 100 g de CO2/kwh, sur la base des réductions d’émissions importantes que les scientifiques jugent nécessaires pour éviter un climat désastreux changement.
L’énergie nucléaire produit de très faibles émissions de CO2, mais la Commission a demandé cette année l’avis d’experts sur la question de savoir si le combustible devait être considéré comme vert compte tenu de l’impact environnemental potentiel de l’élimination des déchets radioactifs.
Bruxelles a terminé l’année dernière les règles pour certaines parties de la liste verte, y compris des secteurs tels que les bâtiments et les transports et à partir de ce mois-ci, les investissements non inclus dans la taxonomie ne peuvent pas être commercialisés comme respectueux du climat dans l’UE.
Les règles sur le gaz et le nucléaire entreront en vigueur plus tard.
Les pays de l’UE, dont la République tchèque, la Finlande et la France, qui tire environ 70 % de son électricité de l’énergie nucléaire, considèrent qu’il est crucial d’éliminer progressivement l’énergie à base de charbon émettant du CO2.
Cependant, d’autres pays, comme le Luxembourg, l’Allemagne et l’Autriche, sont fermement opposés à l’énergie nucléaire.
Samedi, le ministre luxembourgeois de l’énergie, Claude Turmes, a déclaré sur Twitter que la proposition risquait d’autoriser le greenwashing. Il a ajouté que lui et les ministres allemand et autrichien examineraient la proposition en détail et discuteraient des prochaines étapes.

Les députés verts l’ont également critiquée, le législateur allemand Michael Bloss écrivant sur Twitter : Malheureusement, la Commission européenne dirigée par Ursula von der Leyen a fait exactement cela. Nous, les Verts/ALE, nous y opposons clairement. [Une] vraie transition énergétique européenne n’est possible qu’avec du 100 % renouvelables !


https://www.euractiv.com/section/energy-environment/news/leak-eu-drafts-plan-to-label-gas-and-nuclear-investments-as-green/?fbclid=IwAR3IOFmnhly4jeDm4KfdqfT76UUCCprWUWWTdQZiBb7GhtC4YvGc9XxQeoE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s