4634 – Russie – 17e Réunion des agences de sécurité de la Communauté des États Indépendants – 13.10.2021

 

Vladimir Poutine a rencontré, par vidéoconférence, les chefs de délégation lors de la 17e réunion des chefs des agences de sécurité et des services de renseignement des pays membres de la Communauté des États indépendants (CEI).

13 octobre 2021 – 20h10 – Le Kremlin, Moscou

La réunion a été suivie par

  • le chef du service de renseignement extérieur de la République d’Azerbaïdjan Orkhan Sultanov,
  • le chef du service de sécurité de l’État de la République d’Azerbaïdjan Ali Nagiyev,
  • le directeur du service de sécurité nationale de la République d’Arménie Armen Abyazyan,
  • le président du Comité de la sécurité de l’État de la République du Bélarus Ivan Tertel,
  • le président du Comité de la sécurité nationale de la République du Kazakhstan Karim Masimov,
  • le premier vice-président du Comité d’État de la sécurité nationale de la République kirghize Rustam Mamasadykov,
  • le directeur du Service des renseignements étrangers de la Fédération de Russie Sergueï Narychkine,
  • le président du Comité d’État pour la sécurité nationale de la République du Tadjikistan Saimumin Yatimov
  • le vice-ministre de la sécurité nationale de la République du Turkménistan Guvanch Ovezov.

* * *

https://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1011337-La_CEI_Communaut%c3%a9_d%c3%89tats_ind%c3%a9pendants.jpg

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, chers collègues, participants à la réunion.

Je vous souhaite la bienvenue à vous tous, chefs des services de sécurité et de renseignement des pays de la CEI, dans la capitale de la Russie.
La pratique de réunions régulières sous ce format a prouvé sa pertinence. Cette fois, au cours de la réunion, vous discuterez en détail de la situation dans la région et dans le monde, identifierez l’éventail des défis internes et externes pour nos pays et l’ensemble du Commonwealth, et déterminerez les moyens de neutraliser les menaces potentielles.

Cette année, le SIC fête ses 30 ans. Tout au long de cette période, notre organisation a inévitablement fait face à des épreuves difficiles dans un monde en évolution rapide. Dans le contexte de nombreux facteurs qui ont contribué à l’incertitude, il a cherché à fonctionner selon les principes d’égalité et de considération mutuelle des intérêts.

En nombre de membres, elle reste la plus grande association régionale de l’espace post-soviétique. Je tiens à souligner qu’il constitue un lieu faisant autorité et parfois irremplaçable pour que nos pays s’engagent dans un dialogue et une coopération constructifs sur de nombreux fronts.

Les nations du Commonwealth sont liées par un passé commun, une expérience séculaire d’amitié et de coopération productive, et des millions de destins humains entrelacés. Nous, en Russie, chérissons et sommes fiers de cet héritage.

Nous comprenons qu’en unissant leurs efforts et leurs capacités aujourd’hui, au 21e siècle, les pays de la CEI sont mieux placés pour atteindre leurs objectifs les plus ambitieux, agissant en tant que partenaires et alliés et travaillant ensemble vers un avenir prospère et prospère pour nous tous.

Notamment, au cours des dernières décennies, les services de sécurité et de renseignement de la CEI se sont toujours efforcés de coordonner étroitement leurs activités pour assurer la sécurité de l’État et de la société et protéger les droits et libertés des citoyens, et ont réalisé des progrès significatifs sur cette voie.

Aujourd’hui, votre principal objectif commun reste de sauvegarder la stabilité, la souveraineté et le développement pacifique de nos pays et de faciliter les processus d’intégration multidimensionnelle au sein de la CEI.

Comme auparavant, il est important que vos agences surveillent de près la situation et tous les défis ou risques, d’analyser et de prévoir de manière approfondie leur impact sur la sécurité dans notre région commune, de comprendre les implications qu’ils peuvent avoir pour le monde international, politique, économique et culturel sphères, et de réagir en conséquence.

Au cours des dernières années, nous avons constaté que le partenariat étroit de vos agences a sensiblement renforcé la sécurité dans le Commonwealth et aidé à lutter plus efficacement contre les menaces communes, qui comprennent le terrorisme international, l’extrémisme, le trafic d’armes et de drogue, la criminalité transnationale et la migration illégale.

Cependant, nous devons aller de l’avant et promouvoir l’interaction dans tous les domaines clés.

La neutralisation des menaces potentielles émanant de l’Afghanistan revêt une importance particulière pour la sécurité de la CEI. Nous sommes bien conscients du fait que les développements dans ce pays peuvent avoir un impact important sur la situation en Asie centrale, dans le Caucase du Sud et dans d’autres régions.

Ces questions ont été discutées en détail lors des sommets de l’OTSC et de l’OCS en septembre. Bien entendu, nous examinerons également ces questions lors du prochain sommet de la CEI.

La situation en Afghanistan est assez difficile, comme vous le savez. Après le retrait des troupes américaines, le pouvoir est passé aux mains des talibans, qui établissent leurs propres règles et règlements. Cependant, un certain nombre de groupes terroristes internationaux associés à l’EIIS continuent d’opérer dans ce pays. Des militants expérimentés dans la guerre en Syrie et en Irak y sont attirés.

Ainsi, il est possible que des terroristes tentent de déstabiliser la situation dans les pays voisins, y compris les pays de la CEI, et aillent jusqu’à commencer à s’étendre carrément.

À cet égard, il est important de surveiller en permanence la situation à la frontière afghane et d’être prêt à contrer les militants.

Pour ce faire, il est important de coordonner le travail des agences de sécurité et, si nécessaire, de mener des opérations spéciales conjointes, d’autant plus que vous avez une expérience réussie de travail dans ce domaine, y compris dans le cadre de la CEI Anti-Terrorisme. Centre.
L’une de vos priorités est d’assurer la sécurité de l’information des pays du Commonwealth.
L’espace de l’information et le Web mondial se sont rapidement développés ces dernières années, créant de nouvelles opportunités pour les affaires, l’éducation et la communication.
Cependant, dans le même temps, les technologies de l’information sont de plus en plus souvent utilisées à des fins criminelles – des intrigues économiques et du trafic de drogue à la propagande extrémiste et au recrutement de terroristes.
Toutes ces activités criminelles illégales nécessitent certainement l’attention particulière de vos services.

Je voudrais noter que les processus d’intégration avancent dans l’espace du Commonwealth. Les flux commerciaux, d’investissement, financiers et de transport augmentent en ampleur et en intensité. Il faut comprendre que ce travail productif – utiliser nos avantages compétitifs et conjuguer nos capacités pour relever des défis communs – rencontre une réponse mitigée, parfois une envie de s’immiscer et de nous faire trébucher.

C’est pourquoi vos services doivent continuer à contribuer à protéger les intérêts économiques des États de la CEI, en travaillant ensemble pour rendre la CEI plus compétitive, pour promouvoir un développement dynamique et défendre les intérêts légitimes de nos entrepreneurs et entreprises.
Il est également important de développer davantage l’échange d’informations, y compris l’analyse et la prévision, d’améliorer les méthodes et les formes de coopération et de les rendre plus à jour et plus efficaces.
Bien entendu, les États de la CEI devraient continuer à former conjointement du personnel et à améliorer régulièrement les qualifications des professionnels de la sécurité et du renseignement. Vous avez une bonne expérience de ce travail et vous devriez en faire un meilleur usage. Il est important de ne pas oublier que l’avenir de vos services dépend d’avoir des spécialistes prometteurs et talentueux.

Chers Collègues, participants à la réunion,

Je suis convaincu que cette réunion et, surtout, les efforts conjoints continus de nos services nous aideront à nous acquitter des tâches essentielles de la sécurité et de la stabilité de la CEI et à promouvoir le développement pacifique et la prospérité de nos pays et peuples.

Je vous souhaite du succès dans votre service et tout le meilleur.

Merci pour votre attention. Comme nous en étions convenus, M. Narychkine va maintenant prendre la parole. Allez-y, s’il vous plaît.

Directeur du Service de renseignement étranger Sergueï Narychkine : Au nom de tous mes collègues, chefs des services de renseignement et des services spéciaux des pays de la CEI, je voudrais vous remercier pour cette rencontre, ainsi que pour le soutien et la compréhension dont notre communauté a bénéficié de votre part  pour répondre aux objectifs poursuivis par nos services : identifier et prévenir toutes sortes de menaces extérieures pour nos États et nos citoyens et suivre en permanence de près les développements dans diverses régions du monde, principalement dans les zones dites d’instabilité.

https://imgsrv2.voi.id/skCdccNOpDpErOh1PkENgMuAROnQmAjEo3sMZElTcYc/auto/1200/675/sm/1/bG9jYWw6Ly8vcHVibGlzaGVycy81MjIwMi8yMDIxMDUxODEyNDgtbWFpbi5jcm9wcGVkXzE2MjEzMTY4OTQuanBn.jpg  Directeur du Service de renseignement étranger Sergueï Narychkine


Je voudrais vous signaler que nous avons tenu aujourd’hui la 17e réunion ordinaire des chefs des services de sécurité et de renseignement de nos pays. Mes collègues et moi avons eu une conversation assez détaillée, et demain nous continuerons à discuter des sujets d’actualité liés à notre coopération dans le contexte des nouvelles menaces hybrides auxquelles nos pays sont confrontés, comme nous le savons, de la part d’un groupe d’États occidentaux.
Ce qui cause ces menaces, c’est principalement le fait que les États-Unis et leurs alliés persistent dans leurs tentatives d’exporter, si je puis dire, leurs valeurs occidentales, ou les valeurs totalitaires-libérales, comme je les appelle, afin d’influencer nos pays à changer notre politique intérieure et étrangère. Bien sûr, nous avons accumulé une grande quantité de preuves montrant que les États-Unis coordonnent ces efforts destructeurs.
Dans le même temps, à la suite de tous les développements dramatiques en Afghanistan, nous comprenons que le rejet de la force par les États-Unis dans leurs efforts pour promouvoir la démocratie n’est qu’une réponse à la défaite subie par les États-Unis et sa coalition occidentale en Afghanistan.

Bien sûr, nous comprenons que le retrait rapide a porté un coup dur à la réputation de Washington en tant que leader du monde libéral. Les Etats-Unis masqueront difficilement les ramifications destructrices de cette démarche sur leur réputation en organisant le Sommet pour la démocratie, prévu pour la fin de cette année. Aux yeux des Américains, de la Maison Blanche, cette initiative vise à convaincre la communauté internationale que les États-Unis sont forts et prêts à diriger le monde entier.

Selon les informations reçues par nos services spéciaux de diverses chaînes, alors qu’ils se remettent encore de la défaite et du retrait précipité d’Afghanistan, qui ont causé de graves dommages politiques et moraux à Washington, les États-Unis non seulement travaillent mais mettent en œuvre d’autres plans destructeurs. Cela comprend les efforts visant à étendre la présence américaine en Asie centrale, la récente alliance militaire et politique entre la Grande-Bretagne, l’Australie et les États-Unis, ainsi que les plans nourris par Washington et ses alliés pour inciter à l’instabilité avant les élections à différents niveaux qui se tiendront en nos pays dans les années à venir.
Bien sûr, nous ne pouvions pas fermer les yeux sur le contexte afghan. Nous comprenons la menace croissante pour tous les pays de la CEI qui émane de l’Afghanistan, qui comprend le terrorisme, les migrations et le trafic de drogue. Cette menace est particulièrement évidente dans les pays d’Asie centrale.

Vladimir Poutine : Je voudrais m’adresser à mes collègues et leur rappeler une fois de plus que toutes les questions, dans lesquelles vous êtes impliqué professionnellement, sont constamment sous le feu des projecteurs au niveau gouvernemental, au niveau des chefs d’État.

Ils sont constamment dans notre champ de vision, en particulier, bien sûr, en lien avec les derniers développements en Afghanistan. Je l’ai déjà mentionné dans mes remarques liminaires, et nos collègues du Tadjikistan et du Kazakhstan viennent de le dire. C’est certainement une question qui nous préoccupe beaucoup. Il va sans dire que c’est notre espace de sécurité commun, nous avons des frontières transparentes, et nous ne sommes pas indifférents à ce qui se passe dans nos pays et dans la CEI. C’est pourquoi nous nous concentrerons constamment sur cela au plus haut niveau gouvernemental également.

Vous n’êtes pas sans savoir que les ministères de la défense sont également engagés dans une coopération, tant informationnelle qu’en termes de livraisons d’armes et d’équipements et de formation du personnel. Mais ce travail ne peut être efficace que si vous fournissez un soutien en matière d’information et une assistance des services secrets. Beaucoup dépend de vos efforts pour assurer la sécurité de nos pays et de nos peuples.
Je vous assure que nous attendons tous une performance efficace de votre part. Nous comptons sur vous et votre personnel. Je tiens à vous remercier d’être venu à Moscou et de mettre en commun vos efforts. Ce n’est que sur cette voie, en fusionnant nos potentiels, que nous pouvons atteindre les résultats dont nous avons tous besoin.

Merci beaucoup encore une fois. Je vous souhaite un travail productif. Veuillez transmettre mes meilleurs vœux et mes salutations aux chefs d’État et de gouvernement de vos pays.

Merci beaucoup.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66919