4618 – St Petersbourg – Réunion du Conseil économique suprême eurasien & Troisième Forum des femmes eurasiennes – 14 octobre 2021

Réunion du Conseil économique suprême eurasien – 14 octobre 2021

Vladimir Poutine a participé à la réunion du Conseil économique suprême eurasien, par visioconférence.

14 octobre 2021 – 15h05 – Saint-Pétersbourg

  • Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan,
  • le président biélorusse Alexandre Loukachenko,
  • le président du Kazakhstan Kasym Jomart Tokayev,
  • le président du Kirghizistan Sadyr Japarov,

les chefs des États observateurs de l’EAEU –

  • le président d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev
  • le président de Cuba Miguel Diaz-Canel Bermudez

ont également participé à la réunion.

  • Président du conseil d’administration de la Commission économique eurasienne Mikhail Myasnikovich,
  • président du comité exécutif et secrétaire exécutif de la Communauté des États indépendants Sergueï Lebedev,
  • président du conseil d’administration de la Banque eurasienne de développement Nikolai Podguzov.

Les participants ont discuté des problèmes actuels liés aux activités de l’Union économique eurasienne, y compris les efforts conjoints pour lutter contre
  • la propagation du coronavirus et faire face aux conséquences socio-économiques de la pandémie,
  • la coopération énergétique et la formation de marchés unifiés du pétrole et du gaz,
  • et la collaboration sur l’agenda climat et environnement.
Les participants à la réunion ont approuvé une série de documents, dont une déclaration sur la coopération économique entre les États membres de l’Union économique eurasienne dans le cadre de l’agenda climatique et une résolution sur la transition vers la deuxième étape de la formation de marchés unifiés du pétrole et les produits pétroliers dans l’Union économique eurasienne.

* * *

Discours à la réunion du Conseil économique suprême eurasien

Président de la Russie Vladimir Poutine : Chers Amis et collègues,

Comme vous tous, je voudrais exprimer ma satisfaction du fait que malgré certains défis liés au COVID, nos efforts d’intégration se poursuivent et continuent de s’approfondir. Les remarques de nos collègues confirment que nous sommes tous intéressés à voir l’Union économique eurasienne progresser encore et que nous coopérons étroitement et obtenons des résultats dans les domaines les plus divers, principalement le commerce et l’économie.
Un important projet conjoint intitulé Orientations stratégiques pour le développement de l’intégration économique à l’horizon 2025, que nous avons approuvé à la fin de l’année dernière, est mis en œuvre avec succès.
La croissance économique a repris dans presque toutes les économies de l’UEE. En particulier,
  • le PIB de la Russie a augmenté de 4,8% au cours des six premiers mois de 2021.
  • La production industrielle dans l’ensemble de l’UEE a augmenté de 4,4%
  • et la production agricole de 0,6%.

Le commerce mutuel se porte plutôt bien, les échanges entre les membres de l’UEE ayant augmenté de près d’un tiers (31,9 %) en janvier-juin, et le commerce extérieur de l’UEE avec les pays tiers en hausse d’un quart.

Ces chiffres ont été atteints malgré le fait que certains États membres de l’UEE soient soumis – nous en sommes conscients et en avons déjà parlé – à des sanctions illégitimes imposées par certains pays. Ce n’est un secret pour personne que ces sanctions sont utilisées non seulement comme un outil de concurrence déloyale, mais aussi comme un moyen de saper les gouvernements légitimes en créant des problèmes sociaux, économiques et politiques ou en exacerbant les problèmes existants, que tout pays a en abondance.
Nous pensons que de telles conditions extérieures défavorables devraient conduire à une coopération plus étroite au sein de notre union. L’importance d’une interaction étroite devient encore plus importante alors que nous nous préparons à passer aux monnaies nationales et à réduire l’utilisation du dollar et de l’euro dans les règlements mutuels, à prendre des dispositions pour le remplacement des importations et le développement d’industries de pointe de haute technologie, et à fournir de la nourriture aux gens.
Soit dit en passant, la Russie a acquis une vaste expérience dans le soutien à la croissance économique dans le cadre des restrictions occidentales, et nous sommes prêts à la partager avec nos partenaires de l’EAEU.

https://www.rfj.ch/Htdocs/Images/Pictures/20190609181315228.jpg Le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev


La mise en œuvre de grands projets économiques est plus facile et plus rapide si elle est réalisée en collaboration. Je ne peux qu’être d’accord avec notre président Kassym-Jomart Tokayev qu’il y a une pénurie de tels projets. Bien sûr, nous devons les rechercher et les mettre en œuvre, introduire des technologies innovantes et répondre à la demande croissante de biens et services de haute qualité et ainsi résister efficacement aux pressions extérieures.
Dans ce contexte, nous pensons qu’il est important pour l’UEE de continuer à travailler systématiquement pour développer la coopération dans l’industrie manufacturière et l’agriculture et pour assurer une liberté maximale pour la circulation des biens, des services, des capitaux et du travail afin de former un véritable -marché commun à part entière et stable.
Il est important de noter que beaucoup a été accompli dans ces domaines. Récemment, les États membres de l’EAEU ont fait des progrès significatifs dans l’unification des réglementations régissant le commerce de détail des marchandises. Un processus d’harmonisation des réglementations nationales en matière de protection des consommateurs a été lancé et des principes généraux et des approches visant à garantir la sécurité alimentaire ont été approuvés.

Une résolution sur le démarrage de la deuxième phase de formation des marchés communs de l’UEE pour le pétrole et les produits pétroliers a été soumise à notre approbation aujourd’hui.

Une déclaration commune sur la coopération dans le domaine de l’environnement a également été rédigée. Ce document reflète une compréhension de l’importance fondamentale de la lutte contre le changement climatique et de la préservation de l’environnement pour tous nos États.
L’ordre du jour comprend l’intensification de l’interaction sur les questions environnementales et, en particulier, le développement d’un système harmonisé de régulation climatique afin que les entreprises de nos pays puissent être guidées par des règles claires et convenues en matière de protection de l’environnement.
Notamment, la Russie déploie actuellement des efforts concertés pour réduire l’intensité carbone de son économie, réduire les émissions de gaz à effet de serre et promouvoir l’énergie verte. Notre proposition est qu’en agissant au sein de l’EAEU, nous devrions commencer à unifier les normes de déclaration du carbone, mettre en œuvre des projets climatiques mutuellement bénéfiques et créer conjointement nos propres technologies basées sur l’utilisation de sources d’énergie sans carbone, y compris, bien sûr, l’énergie nucléaire et l’hydroélectricité.
La numérisation est un autre domaine d’interaction entre les États de l’UEE qui, selon nous, mérite une attention particulière. Nous en discutons également aujourd’hui. Les travaux dans ce domaine prennent de l’ampleur, ce qui, bien entendu, répond à la fois aux intérêts des milieux d’affaires et des citoyens de nos pays, car il simplifie les affaires et augmente la mobilité et la disponibilité des services.
Le lancement le 1er juillet d’un projet numérique commun dans l’espace eurasien, le système de recherche unifié Travail sans frontières en est un exemple. Ce service électronique permet d’accéder aux informations sur les postes vacants et les CV des candidats dans toute l’Union eurasienne.
Les technologies numériques contribuent grandement à adapter les économies de nos pays et nos vies en général aux circonstances créées par la propagation du coronavirus. L’application mobile Voyager sans COVID-19 développée en Russie aide beaucoup à restaurer la liberté de mouvement dans les États membres de l’UEE. Il est fiable et pratique, et les gens en sont venus à apprécier sa valeur. Nos voisins – l’Azerbaïdjan, la Moldavie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan – ont également rejoint ce projet.

Chers Collègues,
Je ne peux que constater que l’intégration en cours de l’UEE retient l’attention d’un certain nombre de pays étrangers, que vous avez déjà mentionnés.
Il est important de noter que les États observateurs sont de plus en plus impliqués dans les opérations de l’EAEU. Ils peuvent participer aux activités des organismes d’intégration à tous les niveaux et se familiariser avec le processus d’élaboration des documents d’intégration et de mise en œuvre des décisions adoptées.
Un système flexible de relations entre l’EAEU et d’autres États, ainsi que des entités d’intégration telles que l’OCS ou l’ANASE, est effectivement mis en œuvre dans la pratique.

En juillet, un accord de libre-échange avec la Serbie est entré en vigueur et des accords similaires sont en cours de négociation avec l’Égypte et l’Iran. Les pourparlers avec l’Inde ont reçu le feu vert. Des groupes de recherche étudient la faisabilité de créer des zones de libre-échange avec l’Indonésie et la Mongolie.

Tout cela est très utile du point de vue de l’expansion potentielle de l’intégration eurasienne et de la mise en œuvre de l’initiative de création d’un grand partenariat eurasien.
Il est important de noter que plus les réalisations réelles de l’EAEU seront indéniables dans les domaines économique, commercial et social et, surtout, dans l’amélioration du bien-être des citoyens, plus notre association bénéficiera évidemment de poids et d’influence au niveau international.
Pour conclure, je voudrais exprimer ma gratitude à nos partenaires du Kazakhstan, qui ont présidé l’EAEU cette année et, compte tenu des circonstances difficiles, ont contribué de toutes les manières possibles à faire avancer les processus d’intégration.

Merci.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66927


Troisième Forum des femmes eurasiennes – 14 octobre 2021 – 12H40

Vladimir Poutine a participé à l’ouverture du troisième Forum des femmes eurasiennes. Le thème principal du forum est Les femmes : une mission globale dans une nouvelle réalité.
14 octobre 2021 – 12H40 – Saint-Pétersbourg

Président de la Russie Vladimir Poutine : Cher(e)s Ami(e)s,
Je suis sincèrement heureux de vous souhaiter la bienvenue à Saint-Pétersbourg et au troisième Forum des femmes eurasiennes.
Comme vous le savez, il s’est tenu pour la première fois en 2015, et s’est assuré une place parmi les plateformes internationales réputées, ce que confirme la représentation actuelle du forum.

Il a réuni des femmes leaders : des politiciennes, des entrepreneurs et des militantes publiques de plus de 100 pays, ce qui est incroyable dans les conditions d’aujourd’hui.

La coopération et l’interaction du Forum avec des associations telles que les BRICS, l’APEC, l’ONUDI et le W20 se développent.

Le monde moderne en évolution dynamique fixe de nouveaux objectifs pour la société et les États. Et, bien sûr, les femmes jouent un rôle de plus en plus important pour y faire face. Il s’agit notamment du développement économique durable, de l’agenda climatique mondial, de l’écologie et de la protection de l’environnement, ainsi que de nouvelles approches de l’éducation en tant que processus qui accompagne les personnes tout au long de leur vie, et l’ambition de la construire sur des principes plus justes et équilibrés du système de soutien social. .
Bien entendu, la pandémie de coronavirus et la maîtrise de ses conséquences sont également devenues un défi mondial. Partout dans le monde, les femmes médecins et travailleurs médicaux sont venus au premier plan de la lutte contre la pandémie, assumant le travail le plus dur. Des millions de personnes, sans aucune exagération, des millions de personnes dans le monde leur sont reconnaissantes d’avoir sauvé leur vie.
Les femmes, avec leur compréhension approfondie de la valeur de la vie, de la compassion et de la miséricorde, ont toujours eu une mission particulière dans le domaine de la santé. Je suis convaincu qu’il restera le même à l’avenir, y compris pour déterminer de nouvelles actions dans le secteur de la santé, de la pharmacie et de la protection de la santé en général, en tenant dûment compte des enseignements de la pandémie.
Les activités des femmes dans la recherche de réponses aux défis mondiaux et locaux, ainsi que leur implication active dans toutes les sphères de la vie servent des intérêts communs et aident à découvrir le potentiel humain à son meilleur. Aujourd’hui, il semble être le facteur clé du progrès et de l’avancement, ainsi que des changements spécifiques pour le mieux partout dans le monde : au sein de pays séparés et, comme je l’ai déjà dit, sur toute la planète.

Cher(e)s Ami(e)s,

Les valeurs familiales traditionnelles sont d’une grande importance pour notre pays, pour l’ensemble de la société russe. Curieusement, cela suscite souvent la controverse, et nous sommes même critiqués à cet égard. Bien sûr, avec l’absolue nécessité de garantir les libertés de chaque personne, y compris la liberté d’auto-identification, je reste néanmoins convaincu que les valeurs familiales traditionnelles sont le soutien moral le plus important et la garantie d’un développement réussi à la fois dans le présent et à l’avenir.
Les femmes ont un rôle particulier dans les familles russes. La générosité avec laquelle ils se consacrent à élever des enfants et à prendre soin de leurs proches mérite la plus sincère gratitude. Mais en même temps, je dirais que la Russie respecte traditionnellement les compétences commerciales et professionnelles des femmes. Et le fait qu’ils soient d’excellents spécialistes dans diverses industries, des collègues responsables et fiables n’a besoin d’aucune preuve supplémentaire pour nos concitoyens.
Encore une fois : les choses qui sont presque des percées pour certains pays, accompagnées de campagnes bruyantes sur les droits et libertés des femmes, sont une pratique et une tradition de longue date pour notre pays. Et nous sommes fiers de ces caractéristiques modernes de notre société. Soit dit en passant, nous évaluons – souvent à juste titre – de manière critique la période soviétique de notre histoire moderne, mais il faut admettre que, en grande partie à cause de la période soviétique, une telle atmosphère s’est développée dans la société en ce qui concerne les femmes.
En Russie, nous pouvons voir une présence généralisée des femmes dans les organes gouvernementaux et des histoires exceptionnelles de leur succès commercial. Elles sont majoritaires dans le secteur de l’industrie créative à croissance rapide – plus de 58 pour cent, ainsi que dans la science russe, où la part des femmes est de près de 40 pour cent parmi les chercheurs.
Il est bien évident que dans les conditions d’aujourd’hui, une femme ne devrait pas avoir à choisir si elle se consacrera à ses enfants et à sa famille ou se concentrera sur ses ambitions professionnelles. Nous partons précisément de cette compréhension. C’est pourquoi la Russie crée constamment toutes les conditions pour qu’après la naissance d’un enfant, une femme puisse commencer ou reprendre sa carrière professionnelle à tout moment, réussir et évoluer dans le travail qu’elle aime.
Nous avons beaucoup fait pour augmenter la disponibilité des jardins d’enfants et des crèches. Bien sûr, nous devrions peut-être faire encore plus pour améliorer cette situation. Nous continuerons car il est important de résoudre le problème de chaque famille.
De plus, il existe des programmes de formation professionnelle et de perfectionnement auxquels peuvent accéder les femmes en congé de maternité.
Nous soutenons également les familles avec enfants qui ont des difficultés financières. Permettez-moi de vous rappeler que cette année un certain nombre de nouvelles décisions ont été adoptées, telles que l’aide aux femmes enceintes et les paiements aux parents isolés, qui, en règle générale, sont des femmes, des mères dans la plupart des cas, et il ne sert à rien de prétendre le contraire .
Au cours des dernières années, nous avons considérablement réajusté l’ensemble du système de paiements pour les familles avec enfants, l’avons rendu plus efficace et entendons poursuivre ce travail afin d’adopter toute une gamme de mesures sociales compréhensibles et conviviales pour soutenir les familles jusqu’à leur les enfants finissent l’école. Cette aide et ce soutien de l’État permettront aux femmes de planifier leur avenir avec plus de confiance.

Cher(e)s Collègues,
Bien sûr, à l’échelle mondiale, beaucoup plus devrait être fait pour la pleine mise en œuvre des droits des femmes, afin d’assurer la possibilité de leur participation libre et non discriminatoire dans toutes les sphères de la vie partout. Même dans les pays économiquement développés – nous suivons ces discussions et les voyons – même là, des déséquilibres et des inégalités dans la planification de carrière et dans les salaires sont souvent enregistrés. Je suis de près ces discussions dans les économies dites développées, et il y a suffisamment de problèmes là-bas.
Le Forum des femmes eurasiennes, en tant que plate-forme de dialogue international, de nouvelles initiatives et de développement d’approches communes aux problèmes mondiaux, rend plus proche la réalisation réaliste des objectifs dont vous discutez lors de ce forum. Et je suis sûr que votre exemple personnel, l’exemple des leaders, des femmes qui jouissent de leur reconnaissance bien méritée dans tous les domaines, inspire beaucoup de gens dans divers pays, des millions de personnes sans exagération.
Je vous souhaite du succès et un travail fructueux, ainsi que du bonheur, de la santé et de la joie pour vous et vos familles.
Merci pour votre attention.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66924