4608 – Session plénière du Forum international de la Semaine russe de l’énergie – 13 octobre 2021 – 16h40

Vladimir Poutine a participé à la session plénière du Forum international de la Semaine russe de l’énergie. Le sujet de la table ronde est Énergie mondiale : transformation pour le développement.

13 octobre 2021 – 16h40 – Moscou

Discours à la session plénière de la Semaine russe de l’énergie

Président de la Russie Vladimir Poutine : Chers Amis,

Mesdames et Messieurs,

Je souhaite la bienvenue à tous les participants et invités de la Semaine russe de l’énergie. Moscou accueille à nouveau les dirigeants des principales sociétés et sociétés énergétiques, des experts et des spécialistes faisant autorité, afin qu’ils discutent ensemble de l’état actuel et des perspectives du secteur énergétique mondial et de ses tendances les plus importantes, et, bien sûr, de proposer des mécanismes pour la stabilisation à long terme du marché de l’énergie, qui revêt une importance particulière au milieu des défis actuels que notre modérateur vient d’évoquer.

Le secteur de l’énergie a ressenti le plein impact de la crise causée par la pandémie de COVID-19, lorsque des restrictions forcées, un ralentissement des activités, des arrêts de production et des perturbations des transports dans le monde entier ont considérablement réduit la demande de ressources énergétiques. Les personnes présentes dans cette salle le savent bien car ces problèmes ont affecté leurs entreprises.

Les résultats de l’année dernière montrent que la consommation mondiale d’énergie primaire a diminué de 4,7%, ce qui a été le choc le plus lourd pour le secteur au cours des 70 dernières années.

Les prix ont été ajustés à la baisse de la demande. L’année dernière, par exemple,

  • le prix du gaz naturel en Europe a baissé de 60 % à 113 dollars le millier de mètres cubes
  • contre 159 dollars en 2019
  • et 282 dollars en 2018.

La situation dans le secteur pétrolier était tout à fait unique. Aucun d’entre vous ou nous ne pourrait même y croire. Personne ne pouvait même imaginer que le pétrole au printemps dernier enregistrerait des prix négatifs pour la première fois de l’histoire. Il est devenu plus cher de stocker du pétrole que de l’acheter. Cette situation est tout simplement unique.

Les accords OPEP+ ont joué un rôle clé dans la stabilisation du marché pétrolier à cette époque. Les pays de l’OPEP et non-OPEP ont réussi à développer une coopération efficace, à assurer la stabilité du secteur pétrolier pendant la pandémie et, surtout, à créer des conditions pour l’activité d’investissement Si les investissements dans de nouveaux gisements et la production future de pétrole avaient été suspendus, le marché aurait rapidement fait face à une énorme pénurie critique. Nous voyons certaines de ces choses aujourd’hui.

Aujourd’hui au stade de la reprise économique mondiale et de la demande croissante de pétrole, nos pays stabilisent également le marché et ses cotations. Ils augmentent rapidement la production et l’expédition de pétrole.

La Russie est un membre responsable de l’OPEP+. Nous supposons que l’accord restera valable jusqu’à la fin de l’année prochaine – 2022.

Dans le même temps, les résultats actuels montrent que la coopération entre nos pays a toutes les chances de se développer davantage. Il peut englober des domaines supplémentaires, notamment le développement de nouvelles technologies respectueuses de l’environnement pour la production et le traitement des hydrocarbures, et un échange des meilleures pratiques pour mesurer et réduire l’empreinte carbone.

Le directeur général de la State Atomic Energy Corporation Rosatom Alexei Likhachev et le président de Transneft Nikolai Tokarev (à droite) lors de la session plénière du Forum international de la Semaine de l’énergie russe. Photo : TASS


A la différence du pétrole, la situation du marché du gaz, principalement en Europe, ne semble pas encore équilibrée et prévisible. La principale raison en est que tout sur ce marché ne dépend pas des producteurs : les consommateurs de gaz jouent un rôle égal et encore plus important.

Je vais dire quelques choses qui peuvent sembler des vérités évidentes et banales dans ce public professionnel, mais divers responsables ont récemment choisi de les oublier ou de les taire, remplaçant une analyse de la situation par des slogans politiques creux.

Voici de quoi je parle. Au cours des 10 dernières années, la part des sources d’énergie renouvelables dans le bilan énergétique européen a explosé, ce qui, à première vue, semble être une bonne chose – et elles jouent désormais un rôle important et notable. Que peux tu dire? C’est une bonne chose de n’importe quel point de vue.

Cependant, ce secteur est connu pour sa production d’électricité erratique. Il nécessite de grandes capacités de réserve. En cas de pannes majeures de production, principalement dues aux intempéries, cette réserve n’est tout simplement pas suffisante pour couvrir la demande.

C’est exactement ce qui s’est passé cette année, lorsque, en raison d’une diminution de la production des parcs éoliens – il y a eu une pénurie d’électricité sur le marché européen. Les prix se sont envolés, ce qui a déclenché une flambée des prix du gaz naturel sur le marché spot.

Il est important de noter que la consommation de gaz est saisonnière. Ses réserves sont traditionnellement reconstituées en été pour répondre à la demande hivernale. Cependant, cette année, même après un hiver froid en Europe, de nombreux pays ont choisi de ne pas le faire, s’appuyant sur les approvisionnements en gaz au comptant et la «main invisible» du marché, mais une augmentation de la demande a fait grimper les prix encore plus haut.

Pour rappel – la hausse des prix du gaz naturel en Europe est due à des pénuries d’électricité et non l’inverse.
Il n’est pas nécessaire de rejeter la faute sur les autres, ce que tentent de faire certains de nos partenaires. Parfois, vous êtes abasourdi par ce qui est dit à ce sujet, comme si ces personnes ne connaissaient pas les chiffres – j’en dirai plus à ce sujet plus tard – comme si elles ne voyaient pas la réalité et ne faisaient que dissimuler leurs propres erreurs. Des failles systémiques se sont progressivement introduites dans l’énergie européenne au cours de la dernière décennie, ce qui a conduit à une crise majeure du marché en Europe.
Pour rappel – lorsque le nucléaire et le gaz naturel étaient les principales sources d’énergie – il n’y avait pas de telles crises et il n’y avait aucune raison pour qu’elles soient.

Heureusement, les problèmes de ce genre n’ont pas leur place en Russie. Une approche à long terme du complexe combustible et énergétique nous permet de fixer les tarifs d’électricité résidentiels et industriels les plus bas d’Europe. Pour mettre cela en perspective, le prix moyen de l’électricité

      • en Russie est d’environ 20 euros par mégawattheure ;
      • en Lituanie, il est de 256 euros,
      • en Allemagne et en France 300 euros
      • au Royaume-Uni. 320 euros

La croissance des tarifs dans notre pays est limitée et strictement réglementée, ce qui n’est pas le cas dans les pays européens, où, en raison de l’augmentation du coût de la production d’électricité, les factures des services publics ont augmenté presque tous les mois ces derniers temps. J’ai ces chiffres sur ma fiche d’information, mais je ne vais pas vous ennuyer avec les détails maintenant.

Le PDG de Gazprom Neft, Alexander Dyukov, lors de la session plénière du Forum international de la Semaine de l’énergie russe. Photo : TASS


Je voudrais dire encore quelques mots sur la situation du marché du gaz. Vous entendez souvent que les listes élevées sont bonnes pour les producteurs de matières premières, leur permettant de voir des super-profits sans faire aucun effort visible.

Cependant, ceux qui défendent cette position ne comprennent pas de quoi ils parlent ; ils préfèrent ne pas regarder vers l’avenir et sont lents à prendre en considération les implications à long terme. Mais ces implications sont claires, y compris pour l’industrie : la flambée spectaculaire et répétée des prix de l’énergie influence les entreprises, l’économie et le secteur des services publics pendant les périodes de coûts considérablement accrus ; de nombreuses entreprises sont contraintes de réduire leur consommation d’énergie et leurs volumes de production. Cela signifie que des prix élevés peuvent finalement avoir des conséquences négatives pour tout le monde, y compris les producteurs. Les producteurs russes, y compris ceux présents dans cette salle, en sont bien conscients.

La stabilité et la prévisibilité sont importantes sur tout marché. La Russie remplit pleinement ses obligations contractuelles envers nos partenaires, y compris ses partenaires européens, en garantissant un approvisionnement en gaz garanti et ininterrompu dans cette direction. Nous constatons des conditions qui se traduiront par des volumes record de distribution de gaz sur le marché mondial d’ici la fin de l’année. De plus, nous sommes toujours prêts à rencontrer nos partenaires à mi-chemin et sommes prêts à discuter d’actions supplémentaires.

Nous travaillons constamment à renforcer la sécurité énergétique de l’ensemble du continent européen. Des projets d’infrastructure majeursTurk Stream, Balkan Stream, Nord Stream 1 et Nord Stream 2 – sont mis en œuvre conjointement avec des entreprises européennes, nos partenaires et amis. Leur mission est d’assurer, pour les années à venir, la stabilité et la prévisibilité de la disponibilité du gaz dans les quantités nécessaires aux pays européens. Je voudrais ajouter que la mise en œuvre de ces projets conduit à une réduction considérable – de plusieurs ordres de grandeur – des émissions de gaz à effet de serre.

Juste pour votre information – l’intensité carbone de la distribution de gaz naturel russe le long du gazoduc Nord Stream 1 est inférieure de 66.7% à celle du GNL américain. Je dis ça juste pour comparer.

Dans le même temps, il s’agit désormais de s’entendre sur les mécanismes mondiaux d’équilibre du marché de l’énergie. Nous devrions lancer un dialogue significatif et substantiel entre les producteurs d’énergie et les consommateurs sur cette question, un dialogue exempt de préjugés politiques et de clichés imposés. Nous parlons de questions extrêmement importantes, qui influencent directement le fonctionnement des entreprises et des organisations, ainsi que le bien-être des ménages et de millions de personnes tant en Russie que dans nos pays partenaires, y compris ceux d’Europe. Je suis convaincu que ce dialogue peut aider à trouver des solutions qui prennent en compte les tendances du marché et les intérêts de toutes les parties.

À suivre.

Publié dans les sections : Actualités, Transcriptions – Date de parution : 13 octobre 2021, 16h40 –

Version texte

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66916

Une réflexion au sujet de « 4608 – Session plénière du Forum international de la Semaine russe de l’énergie – 13 octobre 2021 – 16h40 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s