4595 – Kremlin – V.Poutine – Trois jours du 4 au 6 inclus, axés sur les « Savoirs » et sur le développement à « L’Heure Verte » avec une analyse du prix de l’energie en Union Européenne…

  1. Alexander Avdeyev nommé gouverneur par intérim de la région de Vladimir – 4 octobre 2021- 16h15
  2. Rencontre avec Maxim Yegorov – 4 octobre 2021 – 16h30
  3. Maxim Yegorov nommé chef par intérim de l’administration de la région de Tambov 4 octobre 2021 16H35
  4. Rencontre avec le leader du LDPR Vladimir Zhirinovsky – 5 octobre 2021 – 19h00
  5. Rencontre avec les gagnants et les finalistes du concours du « Professeur de l’Année en Russie » – 5 octobre 2021 – 14h50
  6. Rencontre avec les membres du gouvernement – 5 octobre 2021 – 16H50
  7. Réunion sur le développement de l’industrie de l’énergie – 6 octobre 2021 – 15h00
  8. Rencontre avec le chef du Parti communiste Gennady Ziuganov – 6 octobre 2021 – 19h30

%%%%%%%%%%%%%%%%

1/Alexander Avdeyev nommé gouverneur par intérim de la région de Vladimir – 4 octobre 2021- 16h15

Le président de la Russie Vladimir Poutine a signé le décret sur la cessation anticipée des pouvoirs du gouverneur de la région de Vladimir.

4 octobre 2021 – 16h15

The Russian ambassador: dialogue with the Vatican proceeds, we feel the Pope  close  Alexander Avdeyev

+ Région de Vladimir

Le président a décidé d’accepter la démission anticipée du gouverneur de la région de Vladimir Vladimir Sipyagin et de nommer Alexander Avdeyev gouverneur par intérim de la région de Vladimir jusqu’à ce qu’un gouverneur élu entre en fonction.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66849

2/Rencontre avec Maxim Yegorov – 4 octobre 2021 – 16h30

Vladimir Poutine a eu une réunion par vidéoconférence avec Maxim Yegorov. Le président a signé un décret nommant M. Yegorov gouverneur par intérim de la région de Tambov.

4 octobre 2021- 16h30 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Rencontre avec Maxim Yegorov – 4 octobre 2021 – 16h30

la région de Tambov.


Vladimir Poutine a déclaré que dans son précédent poste de vice-ministre de la Construction, du Logement et des Services publics, Maxim Yegorov avait été à l’avant-garde, considérant que le ministère est l’une des agences gouvernementales les plus importantes et les plus actives dont les performances ont un effet direct sur le bien-être des du pays et des individus. En outre, Maxim Yegorov a également une expérience régionale, car il avait été conseiller du gouverneur de la région de Tioumen.

Maxim Yegorov a déclaré au président qu’en sa qualité de vice-ministre de la Construction, du Logement et des Services publics, il était responsable du logement et des services publics et de quatre projets fédéraux : eau potable, récupération environnementale de la Volga, environnement urbain confortable et réinstallation des personnes. d’un logement délabré. Vladimir Poutine a noté que la région de Tambov avait les mêmes priorités.

Maxim Yegorov a remercié le président de lui avoir fait confiance et a déclaré que l’offre était un défi pour lui, compte tenu de son expérience. Il a dit qu’il était conscient des problèmes de la région et qu’il était prêt à essayer d’atteindre tous les objectifs qui lui étaient fixés.

Vladimir Poutine a exprimé l’espoir que Maxim Yegorov travaillerait avec énergie pour développer la région, en appliquant les compétences et les connaissances qu’il a accumulées dans ses emplois précédents, et lui a souhaité plein succès.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66851

3/Maxim Yegorov nommé chef par intérim de l’administration de la région de Tambov 4 octobre 2021 16H35

Le président de la Russie Vladimir Poutine a signé le décret sur la cessation anticipée des pouvoirs du chef de l’administration de la région de Tambov.

4 octobre 2021 – 16h35

Le président a décidé d’accepter la démission anticipée du chef de l’administration de la région de Tambov, Alexander Nikitin, et de nommer Maxim Yegorov chef par intérim de l’administration de la région de Tambov jusqu’à l’entrée en fonction d’un élu.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66850

4/Rencontre avec le leader du LDPR Vladimir Zhirinovsky – 5 octobre 2021 – 19h00

Vladimir Poutine a tenu une réunion de travail avec le président du Parti libéral-démocrate de Russie Vladimir Zhirinovsky, par visioconférence.

5 octobre 2021 – 19h00 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Réunion de travail avec le leader du LDPR Vladimir Zhirinovsky (par visioconférence).

Le président et M. Zhirinovsky ont discuté des résultats des élections de septembre à la Douma d’Etat et des projets futurs de la faction parlementaire LDPR.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66865

5/Rencontre avec les gagnants et les finalistes du concours du « Professeur de l’Année en Russie » – 5 octobre 2021 – 14h50

Le président a rencontré les lauréats et finalistes du concours national,« Professeur de l’Année en Russie » de 2021.

5 octobre 2021- 14h50 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Pas moins de 85 enseignants représentant toutes les régions russes ont participé à la ronde fédérale, qui a débuté le 25 septembre à Rostov-sur-le-Don. Quinze concurrents qui ont marqué le plus de points dans le tour ont été déclarés finalistes, et cinq d’entre eux lauréats.

Le gagnant a été déterminé par un tour final qui a eu lieu à Moscou la veille et a impliqué une conférence de presse, Question pour l’enseignant de l’année. Yekaterina Kostyleva, professeur de physique au gymnase n°16 de Tioumen, a remporté le titre national.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, mes amis.

Aujourd’hui, nous tous, tout le pays, célébrons une bonne fête, la Journée des enseignants. Je souhaite tout le meilleur à vous et à tous les professeurs de Russie en cette merveilleuse journée. Elle est toujours pleine de joyeuses émotions, positives et remplie de paroles aimables, des sourires de vos élèves, de leurs parents, de vos collègues, et de sincères sentiments de gratitude pour votre noble travail, pour vos efforts, pour ce que vous faites pour le pays, pour son futur – tout ce que vous faites, qui sans aucun doute, influe directement sur son avenir, et cette contribution ne peut pas être sous estimée.

En plus de transmettre des connaissances, vous façonnez la vision du monde de vos élèves ainsi que leur système de valeurs, ce qui est extrêmement important. Vous établissez littéralement un lien entre les générations, vous incitez les enfants à réfléchir, à éveiller leur intérêt pour l’histoire russe et pour notre grande culture. Vous les aidez à comprendre les complexités du monde moderne, à se comprendre et à comprendre ce sur quoi ils ont mis leur préférence, leurs capacités et leurs talents.

Tout cela est extrêmement important pour chaque enfant, pour chaque adolescent, et encore plus pour les élèves du secondaire qui choisissent leur chemin dans la vie. L’avenir de nos enfants est l’avenir de la Russie. Ce sera à eux – les enfants et les adolescents d’aujourd’hui – de construire, de développer, de faire avancer leur pays, et le rôle d’un enseignant dans la formation de scientifiques, d’hommes politiques et de citoyens russes compétents et responsables, est vraiment énorme et inestimable.

Dans les écoles, une génération se succède, obligeant les enseignants à acquérir de nouvelles connaissances, maîtriser de nouvelles méthodes et à évoluer professionnellement, notamment en apprenant à utiliser le numérique pour une expérience pédagogique plus enrichissante. La promesse que la technologie nous apporte est réelle, et nous en discuterons probablement, bien que brièvement, lors de la réunion d’aujourd’hui. Tout cela contribue à garantir que le processus d’apprentissage est en phase avec ce à quoi aspirent les écoliers d’aujourd’hui.

C’est ce que demandent les élèves chaque fois que je les rencontre, même si cela n’arrive pas très souvent. Soit dit en passant, ils ont tendance à suggérer des solutions intéressantes pour, disons, des cours d’histoire ou d’autres disciplines, et vous l’avez probablement vu aussi. En parlant d’histoire, la technologie numérique nous offre de nombreuses opportunités pour reconstituer des événements historiques ou nous immerger dans des époques passées. Nous avons eu une discussion assez détaillée sur ce sujet lors de la leçon ouverte du 1er septembre.

Je suis certain que le parc multimédia Russie – Mon Histoire, où vous êtes maintenant réunis, pour autant que je sache, vous incitera à trouver de nouvelles idées.

Cependant, nous comprenons tous que peu importe à quel point la technologie utilisée dans le processus d’apprentissage est avancée et de pointe, elle ne peut jamais remplacer la communication directe du face à face. Après tout, nous sommes tous des humains, pas des machines ou des robots. La personnalité, les émotions, la sagesse, la chaleur, l’attention et le pouvoir de conviction d’un enseignant a une influence considérable sur le développement intellectuel et moral des élèves, comme nous l’avons vu une fois de plus lorsque les écoles ont dû passer à l’enseignement à distance.

Pour souligner l’importance du métier d’enseignant pour notre société, 2023, année où nous marquerons le 200e anniversaire de la naissance de Konstantin Ushinsky, le père fondateur de la pédagogie russe, sera l’année des enseignants et des mentors. Ce sera l’année de l’enseignant. Les préparatifs vont bientôt commencer, et je vous demande, à vous, lauréats et finalistes du principal concours national d’excellence pédagogique, de contribuer à ces préparatifs et de partager vos points de vue et vos idées avec vos collègues du ministère de l’Éducation.

Photo Konstantin Dmitrievich Ushinsky (russe : Konstantin Dmitrievich Ushinsky) (2 mars [OS 19 février] 1823 – 3 janvier 1871 [OS 22 décembre]) était un professeur et écrivain russe, crédité comme le fondateur de la pédagogie scientifique en Russie. [1] [ 2] [3] sur Wikipédia


Je tiens à vous adresser mes plus chaleureuses félicitations pour avoir atteint un niveau professionnel aussi élevé qu’aujourd’hui. Le concours a duré une année entière et vous avez réussi à obtenir des résultats, à devenir le meilleur enseignant de votre région, à atteindre les finales et à démontrer votre talent pédagogique au niveau fédéral.

Votre victoire au concours est également un excellent exemple pour vos élèves. Il montre comment afficher ses capacités, ne pas avoir peur de la compétition et comment devenir un leader. Les écoliers et les jeunes en général ont de bonnes opportunités de se démarquer et de faire carrière dans les arts, les sciences ou le sport. C’est formidable qu’ils puissent admirer des gens comme vous et conquérir avec audace de nouveaux sommets.

Je sais que tous les participants au concours « Enseignant de l’année » sont de brillants spécialistes, des personnes exceptionnelles et intéressantes que tout le pays devrait connaître. En fait, vous n’arrêtez pas de vous dire qu’il faut rehausser le prestige de l’enseignement, le prestige des enseignants.

Par conséquent, nous avons déjà pris une décision : à partir de l’année prochaine, les concours auront lieu dans un nouveau format, avec une large couverture médiatique pour maintenir l’attention du public sur les meilleurs représentants de la profession et pour permettre aux meilleurs enseignants d’établir une référence pour toute la communauté nationale des enseignants.

Cependant, la vraie reconnaissance professionnelle pour tous les enseignants est la réussite de leurs élèves, la formation des personnes qui cherchent et trouvent leur chemin dans la vie. Ils marchent avec confiance sur ce chemin, aidant et faisant du bien à leurs familles et amis, à la société et à leur patrie. Je vous souhaite de telles réalisations pédagogiques. Je suis sûr que vous les atteindrez.

Bonnes vacances encore une fois à vous tous .

Chers Amis, si vous avez des questions, des propositions ou des commentaires, je serais heureux de les écouter. Allez-y, s’il vous plaît.


Les sujets

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66859

6/Rencontre avec les membres du gouvernement – 5 octobre 2021 – 16H50

Le Président a rencontré des membres du Gouvernement de la Fédération de Russie, par vidéoconférence.

5 octobre 2021 – 16H50 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

L’ordre du jour de la réunion qui portait sur la mise en œuvre de la politique climatique comprenait également plusieurs autres questions d’actualité.

Des rapports sur la situation actuelle du coronavirus ont été présentés par

    • la vice-première ministre Tatyana Golikova,
    • le ministre de la Santé Mikhail Murashko,
    • le chef du Service fédéral de surveillance de la protection et du bien-être des consommateurs – la médecin hygiéniste en chef de l’État Anna Popova
    • et le maire de Moscou Sergueï Sobianine.

Le ministre du Travail et de la Protection sociale Anton Kotyakov a informé les participants à la réunion des mesures de soutien à l’emploi des jeunes.

Le ministre de l’Éducation, Sergueï Kravtsov, a rendu compte de la performance de l’équipe nationale russe au concours EuroSkills, qui s’est tenu du 23 au 26 septembre 2021 à Graz, en Autriche.

Les lauréates d’or Diana Bagautdinova et Sagdiana Rustamova, ainsi que le directeur général de WorldSkills Russie Robert Urazov, ont parlé des préparatifs du concours et de la possibilité d’appliquer ses méthodes pour former de jeunes professionnels à travers le pays.

La vice-première ministre Viktoria Abramchenko a rendu compte de l’élimination des décharges non autorisées à l’intérieur des limites de la ville.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Chers collègues, bonjour.

Nous avons un point très sérieux et important à notre ordre du jour aujourd’hui. Cela a à voir avec le changement climatique et notre réponse à ce qui se passe dans le monde, dans l’économie mondiale et dans la nôtre.

Mais avant tout, nous devons considérer plusieurs sujets d’actualité, qui ne sont pas moins importants. Le plus important d’entre eux est, naturellement, l’effort de réponse au coronavirus, je demanderais donc à Mme Golikova, puis à M. Murashko et Anna Popova de nous faire le point.

Allez-y, s’il vous plaît.

https://cdnfr2.img.sputniknews.com/images/104133/55/1041335527.png

Vladimir Poutine : Concernant le climat, nous avons convenu d’avoir une discussion approfondie sur cette question lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Nous parlerons de la transformation du secteur de l’énergie lors d’une réunion distincte demain ; c’est une question très importante. Nous l’avons abordé plusieurs fois auparavant, et demain nous en parlerons plus en détail.

Et maintenant, nous allons discuter de nos actions dans le cadre de l’agenda climatique. Le changement climatique est un problème mondial commun. Comme de nombreux autres pays, nous pouvons voir et ressentir toutes les menaces et tous les risques dans ce domaine, y compris la désertification, l’érosion des sols et le dégel du pergélisol, qui occupe plus de 60% de notre territoire. De plus, la température annuelle moyenne augmente en Russie 2,5 fois plus vite que la moyenne mondiale, comme nous le savons tous et comme je l’ai déjà mentionné à plusieurs reprises. Au cours des 10 dernières années, il a augmenté de près de 0,5 degré. La vitesse du réchauffement dans l’Arctique est encore plus élevée.

Cela explique notre approche éclairée et sérieuse du problème du réchauffement climatique. Nous veillons et continuerons de garantir le respect constant par la Russie de toutes ses obligations et son soutien aux initiatives internationales pertinentes, en premier lieu le protocole de Kyoto et l’accord de Paris.

L’objectif formulé dans mon discours à l’Assemblée fédérale est de réduire les émissions cumulées en Russie au cours des 30 prochaines années à un niveau inférieur à celui de l’UE, ce qui est un objectif ambitieux. Cependant, sur notre chemin vers cet objectif, nous devons également faire face à une tâche supplémentaire : tout en réduisant les effets négatifs de l’économie russe sur le climat mondial, nous devons en même temps assurer le rythme le plus élevé de notre croissance économique. À première vue, cela ressemble à deux objectifs différents, mais c’est ce résultat que nous devons atteindre en mettant en œuvre la stratégie de développement socio-économique de la Russie avec un faible niveau d’émission de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Le gouvernement a déjà préparé un projet pertinent, et le prochain à notre ordre du jour est un plan d’action détaillé pour réduire l’intensité carbone de l’économie nationale. Je voudrais vous demander de nous parler de l’élaboration de ce plan et du calendrier concret de sa mise en œuvre.

J’aimerais discuter spécifiquement des moyens de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre. Il y a beaucoup d’options ici. Nous n’avons pas besoin de choisir aveuglément des solutions établies ou standard. Nous devons sélectionner des plans ayant l’effet économique cumulatif le plus important par tonne d’émissions réduite. Nous devons certainement agir avec compétence et tirer pleinement parti des opportunités ouvertes par les changements actuels et futurs de l’économie mondiale, en particulier les projets qui apportent des avantages directs à l’économie nationale et conduisent en même temps à une réduction notable des émissions de gaz à effet de serre. émissions de gaz.

La Russie met actuellement en œuvre de tels plans. L’un d’eux concerne l’utilisation connexe du gaz de pétrole dans l’industrie pétrolière. Je tiens à le souligner une fois de plus, même si je l’ai déjà dit à maintes reprises – à cet égard, nous pouvons affirmer avec certitude que nous sommes en avance sur la planète entière, car à ma connaissance, aucun autre pays n’a jamais signalé une telle volume élevé d’utilisation de l’APG.

https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_940/public/illustrations/thumbnails/webrussiegazoduc2019.png?itok=DyNnRivf

D’où une autre question sur laquelle nous travaillons, et je veux parler de l’électrification des infrastructures de transport du pétrole et du gaz, et des investissements importants dans l’industrie pétrochimique et chimique du gaz, des choses extrêmement importantes. Un programme de modernisation globale du secteur de l’énergie thermique est mis en œuvre dans la production d’électricité. Des projets d’amélioration de l’efficacité et de l’efficacité énergétique ont également été lancés.

Nous introduisons de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux dans la construction. Un domaine très important – nous modernisons le système d’approvisionnement en chaleur, en convertissant les transports publics en électricité et en gaz. Je demande au gouvernement d’intensifier ce travail.

Vous le savez tous, et nous en avons parlé à maintes reprises : nous devons investir dans le développement d’une infrastructure appropriée. Supposons qu’il n’y ait pas d’infrastructure de ravitaillement, disons, pour les véhicules à essence – alors, cela le fait, tout va geler. Les plans d’action doivent être mis à jour avec des objectifs plus ambitieux. Les projets les plus efficaces se concentrent précisément dans ces domaines, à la fois en termes de résultats économiques et d’impact climatique positif.

Il est important de prendre en compte l’évolution de la structure de l’économie mondiale, qui pousse à la hausse la demande de certains produits de base tels que le cuivre et les métaux des terres rares. Cela devrait se refléter dans les plans à long terme de notre industrie d’exploration géologique et d’extraction.

Une autre priorité est la poursuite du développement de l’énergie verte. Le modèle de production d’énergie russe est passé au premier plan dans le monde à cet égard. La part de l’électricité produite par les centrales nucléaires, les centrales hydroélectriques, les éoliennes et les centrales électriques solaires a dépassé 37% en Russie. Nous devons certainement utiliser ces avantages technologiques compétitifs pour accélérer la mise en œuvre des projets dans l’industrie nucléaire, développer de manière proactive les petites centrales hydroélectriques et utiliser le potentiel des marées hautes et basses. Cela fait l’objet de discussions actives partout dans le monde et nous avons quelque chose sur quoi travailler dans ce domaine. Nous avons même certains avantages concurrentiels à cet égard. Nous en parlerons probablement demain. La Russie a le potentiel de devenir un leader sur le marché mondial naissant de l’hydrogène et de l’ammoniac.

En dehors du nucléaire et d’autres sources traditionnelles, il existe, comme je l’ai dit, des solutions non standard, comme tirer l’énergie des marées. Le cas d’espèce doit être principalement l’Extrême-Orient russe, mais d’autres régions ont également un potentiel à cet égard. Toutes ces possibilités doivent être soigneusement calculées et analysées.

Nous ne devons pas non plus oublier [assurer] le développement durable de l’industrie pétrolière et gazière et de l’industrie houillère.

Vous pouvez voir ce qui se passe en Europe, où règnent l’hystérie et la confusion sur les marchés. Pourquoi donc ? Parce que personne ne veut prendre ça au sérieux. Certaines personnes essaient de parier sur les problèmes du changement climatique, d’autres ont tendance à sous-estimer ceci ou cela, d’autres encore commencent à réduire les investissements dans les industries extractives. La transition doit être ordonnée. Ordonné! Il est tout à fait certain que nous, dans ce pays, avons toutes les chances d’éviter ces erreurs. Nous voyons à quoi peuvent conduire certaines décisions déséquilibrées, un développement déséquilibré et des demi-tours. Aujourd’hui, comme je l’ai dit, cela se voit clairement sur le marché européen de l’énergie. Comme je l’ai dit, nous discuterons de ce sujet demain.

Il est évident que réduire les émissions ne suffirait pas à résoudre le problème du réchauffement climatique. Les projets d’élimination des gaz à effet de serre sont tout aussi importants, comme nous en avons discuté à maintes reprises, et la Russie dispose d’un immense potentiel pour mener à bien ces initiatives. Nos forêts, la toundra, les terres agricoles, les marais et les océans possèdent une énorme capacité d’absorption des gaz à effet de serre. Afin de libérer ce potentiel, nous devons nous assurer que les forêts et les terres sont utilisées beaucoup plus efficacement qu’elles ne le sont aujourd’hui. C’est là qu’intervient la lutte contre les incendies de forêt.

Nous devons étendre les zones soumises au reboisement, étendre la nature sauvage vierge et maîtriser les nouvelles technologies agricoles.

J’ai déjà donné une instruction en ce sens : promulguer un cadre juridique global d’ici juillet 2022 pour assurer la mise en œuvre de projets liés au climat qui soient reconnus mondialement, et s’engager dans cette activité en Russie, bien sûr. Compte tenu de l’étendue de la Russie, ainsi que de sa position et de son rôle dans le monde, les projets russes liés au climat offrent de nombreuses opportunités de coopération internationale pour les décennies à venir. Ne vous y trompez pas, ils peuvent jouer un rôle de premier plan dans les efforts mondiaux de prévention du changement climatique.

Il est clair que les entreprises ont besoin d’incitations efficaces pour lancer des projets de ce type. Il est prévu de créer des marchés dits du carbone, et un projet pilote pour en créer un sur Sakhaline est déjà en cours. Cette région peut atteindre la neutralité carbone dès 2026, et servir de point de départ pour développer le marché national d’échange d’unités carbone.

Les rapports sur les émissions et l’élimination des gaz à effet de serre sont également essentiels, il ne faut donc pas tarder à créer un système de surveillance national à cette fin. Les chercheurs peuvent jouer un rôle essentiel en veillant à ce que les données liées au climat soient exactes. Des efforts pour déployer un réseau de gammes dites carbone en Russie sont déjà en cours. Ils seront utilisés pour tester des solutions de contrôle et d’élimination des émissions de dioxyde de carbone et étudier la capacité d’absorption dans tous les écosystèmes.

Aujourd’hui, je demande au Gouvernement de remettre un rapport d’étape sur l’élaboration d’un programme scientifique et technique sur le développement respectueux de l’environnement et le changement climatique à l’horizon 2030.

Chers collègues, tous les domaines que je viens de souligner nécessitent non seulement notre attention, mais nous obligent à prendre des décisions éclairées et à comprendre où cela nous mènera et combien cela coûtera. Le fait que j’aie mis un accent particulier sur la compréhension des conséquences des initiatives que nous entendons entreprendre n’est pas un hasard.

Permettez-moi de réitérer que la réduction des impacts climatiques négatifs ne devrait pas devenir un fardeau onéreux pour les entreprises et les ressortissants russes. Au contraire, toutes les décisions que nous prenons doivent être conçues pour servir de moteurs de la croissance économique et du développement technologique de l’économie russe.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66863

7/Réunion sur le développement de l’industrie de l’énergie – 6 octobre 2021 – 15h00

Vladimir Poutine a organisé une réunion sur le développement de l’industrie de l’énergie par vidéoconférence.

6 octobre 2021- 15h00 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

. Réunion sur le développement de l’industrie de l’énergie – 6 octobre 2021 – 15h00


La réunion a été suivie par

  • le vice-Premier ministre Alexander Novak,
  • les assistants présidentiels Igor Levitin et Maxim Oreshkin,
  • le ministre des Ressources naturelles et de l’Environnement Alexander Kozlov,
  • le ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov,
  • le ministre du Développement économique Maxim Reshetnikov,
  • le ministre des Finances Anton Siluanov,
  • le ministre de l’Énergie Nikolai Shulginov,
  • le chef du service fédéral antimonopole Maxim Shaskolsky,
  • les gouverneurs et les chefs de grandes entreprises énergétiques.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, chers collègues.

Hier, nous avons passé en revue les plans à long terme liés à la politique climatique mondiale et aujourd’hui, je propose de discuter plus en détail de la situation actuelle du marché de l’énergie et des perspectives de son développement.

Un certain nombre de gouverneurs de régions russes participent à notre rencontre. Je pense que c’est une bonne occasion d’analyser conjointement les aspects régionaux des principaux processus qui se produisent sur le marché mondial de l’énergie.

Aujourd’hui, l’économie mondiale se redresse bien après la crise de l’année dernière. La demande d’énergie augmente et, par conséquent, les prix montent en flèche.

Comme vous le savez, le marché mondial de l’énergie ne tolère pas les mouvements trépidants et les caprices. Les plans d’investissement dans ce domaine sont à long terme. Par conséquent, toute action brusque et téméraire peut entraîner et, à en juger par la situation actuelle du marché, entraîne déjà de graves déséquilibres comme ceux que nous observons sur le marché européen qui a été affecté cette année par plusieurs facteurs défavorables à la fois.

Premièrement, la reprise rapide de l’économie après la crise a « réchauffé » la demande d’énergie.

Deuxièmement, les réserves de gaz dans les stockages souterrains de nombreux pays européens ont diminué en raison de l’hiver rigoureux du début de 2021. Je fais précisément référence à leurs installations de stockage de gaz souterraines, les installations de stockage souterraines de nos partenaires européens.

Troisièmement, la production d’énergie éolienne a sensiblement diminué plus tard au cours de l’été en raison du temps chaud et sans vent. Il faut également tenir compte du fait que le bilan énergétique a radicalement changé en Europe au cours des dix dernières années. De nombreux pays de la région ont abandonné leurs centrales à charbon et nucléaires au profit d’une production éolienne fortement dépendante des conditions météorologiques.

Et, enfin, quatrièmement, les pratiques de nos partenaires européens [sont à blâmer]. Ces pratiques ont réaffirmé qu’elles avaient commis des erreurs à proprement parler. Nous discutions avec l’ancienne Commission européenne ; toutes ses activités visaient à réduire les contrats dits à long terme et à passer au négoce en bourse du gaz.

Il s’est avéré – et c’est aujourd’hui une évidence absolue – que cette politique est erronée, erronée parce qu’elle ne prend pas en compte les spécificités du marché du gaz dépendant d’un grand nombre de facteurs d’incertitude. Les consommateurs, y compris, par exemple, les producteurs d’engrais, perdent toutes les références de prix. Tout cela conduit à des échecs et, comme je l’ai dit, à des déséquilibres.

https://i1.wp.com/mindthemap.fr/wp-content/uploads/2019/05/Carte-Conflits-Gaz_1400.jpeg

En conséquence, le prix du gaz a battu tous les records historiques. Aujourd’hui, il approche les 2 000 $ par millier de mètres cubes de gaz, soit plus de dix fois le prix moyen de l’an dernier. Je voudrais demander à mes collègues de faire rapport en détail sur les développements.

En attendant, je voudrais souligner que la Russie a toujours été un fournisseur fiable de gaz [naturel] pour ses consommateurs partout dans le monde, tant en Asie qu’en Europe. La Russie remplit toujours intégralement toutes ses obligations – toutes ses obligations, je tiens à le souligner.

Juste avant cette réunion, j’ai consulté un document de référence de Gazprom. Nos exportations en dehors des anciennes républiques soviétiques, principalement vers l’Europe, bien sûr, ont atteint un niveau record en 2018, écrasant les livraisons vers l’Asie qui n’ont pas eu d’impact sérieux sur ces chiffres.

Ainsi, en 2018, nous avons atteint un record de 201,7 milliards de mètres cubes. En 2019, nos partenaires ont demandé moins, donc les livraisons ont été légèrement inférieures à 199,4 milliards de mètres cubes. Marquée par la pandémie, 2020 a vu une baisse de la fabrication européenne, ramenant les exportations de gaz à 179,35 milliards de mètres cubes. L’économie s’est redressée en 2021. Au cours des neuf premiers mois, les livraisons ont augmenté de 18,8 milliards de mètres cubes, soit de 15 % en glissement annuel. Si cette dynamique se poursuit, nos exportations de combustibles vers l’Europe, dont le gaz naturel, peuvent très bien établir un nouveau record.

Soit dit en passant, les contrats d’exportation de gaz à long terme de Gazprom fixent des niveaux d’approvisionnement minimum et maximum, et Gazprom n’a jamais refusé les demandes d’approvisionnement supplémentaires de ses consommateurs, tant qu’ils ont déposé les demandes correspondantes. Il n’y a pas eu un seul cas où Gazprom a refusé une candidature.

La République fédérale d’Allemagne est le plus gros consommateur européen de la Russie. Au cours des neuf premiers mois de 2021, elle a augmenté ses importations de gaz naturel en provenance de Russie de 10,12 milliards de mètres cubes à 131,8% par rapport à la même période l’année dernière. Même en 2020, lorsque les livraisons globales vers l’Europe ont diminué d’une année sur l’autre, nous avons quand même augmenté nos exportations vers l’Allemagne de 4,7 milliards de mètres cubes, ce qui nous donne 112,9 %.

Je dois dire qu’il y a eu toutes sortes de spéculations sur le système de transit du gaz de l’Ukraine et les livraisons à travers ce pays. Je voudrais réitérer qu’en vertu du contrat, nous devons pomper 40 milliards de mètres cubes de gaz par an via le système de transit de gaz de l’Ukraine. Au cours des neuf premiers mois de 2021, Gazprom a augmenté ses approvisionnements, ou devrais-je dire les volumes de transit à travers l’Ukraine, de plus de 8%. Nous avons le droit de croire que nous dépasserons nos obligations contractuelles en matière de transit du gaz à travers l’Ukraine.

Augmenter encore ces volumes n’a pas de sens économique pour Gazprom, car les coûts seront également plus élevés. Il est beaucoup moins cher de fournir du gaz en utilisant les nouveaux gazoducs, ce qui nous permet d’économiser environ 3 milliards de dollars par an pour les volumes d’approvisionnement en question.

En outre, je voudrais informer ceux qui se soucient réellement de la préservation de l’environnement, au lieu de simplement l’utiliser comme une arme politique, que les nouveaux pipelines qui ont été lancés au cours des dernières années ou sont sur le point de devenir opérationnelles peuvent réduire les émissions de CO2 de 5,6 fois grâce à leur nouvel équipement. En conséquence, les volumes d’approvisionnement augmentent, tandis que les émissions diminuent. Cela est dû aux caractéristiques supérieures de ces pipelines leur permettant de pomper du gaz à une pression plus élevée.

Tout le monde doit le savoir.

Néanmoins, chers collègues, je voudrais aujourd’hui que vous présentiez vos propositions sur ce qui peut être fait d’autre pour stabiliser le marché mondial de l’énergie. Nous sommes prêts pour ce travail et souhaitons qu’il s’agisse d’un projet entièrement commercial, dans le respect des intérêts de tous les participants à ce processus.

Je voudrais souligner que la situation actuelle sur le marché européen de l’énergie est un autre exemple clair du fait que les décisions hâtives, sans parler d’influence politique, sont inacceptables dans n’importe quel domaine, mais surtout lorsqu’il s’agit de l’approvisionnement énergétique sur lequel le fonctionnement durable de entreprises et le bien-être et la qualité de vie de millions de personnes en dépendent.

Par conséquent, nos décisions concernant le développement du complexe combustible et énergétique de notre pays, la Russie, doivent être prudentes, en tenant compte de nos intérêts nationaux et, surtout, des besoins de nos citoyens, et, bien sûr, elles doivent être durables dans le long terme. Nous devons essayer de regarder au-delà de l’horizon non seulement d’une décennie, mais de deux ou trois décennies.

Selon des experts internationaux, dont l’OPEP, la demande de pétrole commencera à ralentir à partir de 2035, mais la consommation globale de pétrole augmentera jusqu’en 2045, d’environ 0,7% par an.
La demande de gaz naturel continuera de croître plus rapidement, de plus de 1 % par an, principalement parce que le gaz, en tant que combustible plus propre, remplacera le charbon dans le bilan énergétique mondial.

Les experts internationaux estiment que la demande de charbon augmentera légèrement au cours des cinq prochaines années, notamment en Asie du Sud-Est, puis, selon leurs prévisions, elle atteindra un plateau dans 10-15 ans avant de baisser.

Mais nous devons faire une analyse complète de l’impact des changements potentiels dans le secteur de l’énergie, de leur influence sur notre économie, et considérer de manière approfondie tous les scénarios de développement possibles.

Nos actions, telles que la transition vers les orientations budgétaires et la poursuite de la reconstitution du Fonds national de la richesse, assurent la stabilité à long terme de notre économie indépendamment de toute évolution de la politique étrangère ou de l’activité économique étrangère, comme l’année dernière l’a amplement démontré.

Parallèlement, nous devons diversifier notre économie, investir activement dans les infrastructures et créer de nouvelles entreprises. Une attention particulière doit être accordée à nos régions charbonnières, où de nouveaux emplois doivent être créés en dehors du secteur charbonnier. J’ai déjà émis ces instructions.

https://img.youtube.com/vi/ZqM87JPDinU/0.jpg

Aujourd’hui, je voudrais entendre un rapport complet sur ce qui a déjà été fait à cet égard, et je propose également que nous discutions aujourd’hui du développement de nouvelles sphères énergétiques prometteuses, y compris les petites centrales nucléaires, l’hydrogène et les sources d’énergie renouvelables, telles que l’énergie marémotrice, qui pourrait avoir un potentiel énorme.

Nous n’en avons parlé qu’hier. Oui, il y a beaucoup de questions non résolues dans ce domaine, mais nous devons absolument y penser, lancer les études nécessaires, y compris la recherche scientifique, et le faire très sérieusement et à fond, en pensant, comme je l’ai déjà mentionné, plusieurs décennies à l’avance.

Venons-en à notre ordre du jour. Le vice-premier ministre Alexander Novak a la parole.

https://cdnuploads.aa.com.tr/uploads/Contents/2021/07/30/thumbs_b_c_ec2ed79b93347deb5a30e6632bd65a39.jpg?v=180018  Le vice-premier ministre Alexander Novak


Vice-Premier ministre Alexander Novak : En parlant du marché du gaz, il a également rebondi au niveau d’avant la crise. Vous avez parlé en détail de la crise qui se déroule en Europe et en Asie. Les prix y ont grimpé de 500 $ en une journée. Il est évident que cela résulte non seulement de facteurs fondamentaux liés au choix par les politiques européens de contrats au comptant plutôt que de contrats à long terme et d’une mauvaise prévision de l’équilibre de l’offre et de la demande dans leurs pays, qui est liée, en partie, à une augmentation de la consommation et une baisse de la production de gaz en Europe. Par exemple, nous savons que depuis 2013, la production de gaz a chuté de 10 % en Norvège et de 70 % aux Pays-Bas, qui étaient autrefois un fournisseur majeur en Europe. Cependant, ces facteurs n’auraient pas eu une influence aussi importante sur la croissance des prix sans la spéculation actuelle du marché et l’hystérie générale.

En fait, tout a commencé l’été dernier, alors qu’il faisait extrêmement chaud en Amérique latine, qu’il y avait une canicule, et que les États-Unis réorientaient leurs approvisionnements en GNL vers l’Amérique latine. Cela a créé une pénurie de GNL en Europe et en Asie. Une croissance rapide de la consommation d’énergie en Asie, principalement en raison de la pénurie d’installations de production d’électricité, a créé une pénurie d’approvisionnement. Par conséquent, la pénurie de gaz dans les stockages souterrains de gaz en Europe, compte tenu de l’hiver dernier, comme vous l’avez mentionné, est d’environ 25 milliards de mètres cubes.

Ce sont en effet des facteurs graves. Cependant, je dirais aussi que la spéculation du marché, qui fait monter les prix, est également très forte. Cela nécessite très probablement une enquête sur les activités des spéculateurs boursiers, car objectivement, le prix actuel ne reflète pas la situation actuelle.

Globalement, je dirais que de tels prix ne sont pas bons pour le marché du gaz. Bien sûr, les entreprises de fourniture de gaz réalisent des bénéfices, mais fondamentalement, de nombreuses entreprises, en particulier celles de la chimie du gaz, pourraient devoir fermer dans ces circonstances, ce qui est déjà en cours, comme nous pouvons le voir en Grande-Bretagne et dans plusieurs autres pays d’Europe. et ailleurs. Ces prix ont accéléré la transition vers les énergies renouvelables et, bien sûr, une volonté d’investir dans des projets de production, en réalité moins performants. Par conséquent, le marché doit être stabilisé dès que possible.

Monsieur le Président, comme vous l’avez souligné, dans ce cas, la Russie honore pleinement ses engagements contractuels en ce qui concerne les volumes de livraison, qui sont, historiquement, supérieurs au volume de livraison à l’Europe.

À mon avis, il y a deux facteurs qui pourraient refroidir la situation actuelle. Il s’agit tout d’abord d’une finalisation anticipée de la certification et de la délivrance d’un permis de pompage de gaz via le gazoduc Nord Stream 2 achevé. Cela donnerait un signal positif.
Deuxièmement, si possible et pratique, du gaz supplémentaire, même en petites quantités, devrait être négocié sur le marché boursier électronique de Saint-Pétersbourg, ce qui réduirait l’effet de la spéculation sur le marché.

Rappelons toutefois que le pompage de gaz dans nos stockages souterrains est toujours en cours. Il durera encore 10 à 14 jours. Il est important d’en tenir compte, car nous devons avant tout assurer un approvisionnement suffisant pour la saison d’automne et d’hiver dans notre pays.

Vladimir Poutine : Monsieur Novak, vous avez proposé d’augmenter l’approvisionnement en gaz sur le marché et de vendre davantage sur les bourses de matières premières afin de refroidir la demande spéculative et de surmonter la frénésie commerciale en Europe. Cela peut et doit être fait, mais pas sur le marché au comptant européen, mais, comme vous l’avez dit, sur les bourses de Saint-Pétersbourg.

Dans l’ensemble, comme je l’ai dit dans mes remarques liminaires, la proposition de passer à un système d’échange de gaz naturel est venue des experts de la Commission européenne sous le mandat précédent, principalement des experts britanniques. Où sont ces experts britanniques avec leurs propositions maintenant ? Nous savons où ils se trouvent, mais les consommateurs d’Europe continentale ont pâti de ces initiatives.

Nous devons discuter encore une fois des échanges commerciaux, et nous le ferons. Si cela peut aider à refroidir une demande fébrile, cela peut être une option, mais bien sûr, cela ne devrait pas nous nuire. Je fais référence aux clients qui achètent du gaz à partir d’installations de stockage de gaz souterraines pendant les pics d’automne et d’hiver en Russie, comme vous l’avez dit. Dans l’ensemble, la bourse du gaz n’est pas efficace car elle comporte de multiples risques, et nous le leur avons toujours dit. Après tout, ce n’est pas comme le commerce de montres, de slips ou de cravates, ou de voitures ; ce n’est même pas comme le pétrole, qui peut être produit et stocké n’importe où, y compris dans des pétroliers, en attendant que la situation du marché s’éclaircisse. Le gaz est différent, car il ne peut pas être stocké de cette façon. Même le GNL doit être produit, liquéfié, chargé dans des pétroliers, livré puis reconverti à l’état gazeux. Il s’agit d’un processus coûteux et complexe. Ça ne marche pas comme ça.

Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat de leurs actions persistantes ou, pour le dire crûment, imprudentes, pour le moins, avec des conséquences désastreuses pour le marché. L’augmentation des approvisionnements en gaz via le système de transport de gaz de l’Ukraine est possible, mais cela générerait des pertes pour Gazprom.
Comme je l’ai déjà dit, Gazprom économise environ 3 milliards de dollars par an sur ses nouveaux gazoducs car il utilise les derniers équipements de pompage et de nouveaux tuyaux, donc la pression peut être plus élevée, ce qui est impossible pour le système de transport de gaz de l’Ukraine. Il n’a subi aucune mise à niveau depuis des décennies, et n’importe lequel de ses tuyaux peut éclater à tout moment ou un autre accident peut se produire.

Si cela devait arriver, tout le monde en souffrirait, y compris l’opérateur de transit et les consommateurs.

Pour cette raison, nous devons examiner les opportunités d’augmentation de l’offre sur le marché, mais nous devons faire preuve de prudence. Je vous demande d’en discuter avec Gazprom et de faire les calculs nécessaires. Je suis d’accord avec vous qu’une demande fiévreuse n’est pas ce dont nous avons besoin, car une telle agitation ne promet rien de bon.

Je me souviens des discussions au sein de la Commission européenne et je suis moi-même allé à Bruxelles. Je ne m’en souviens pas, mais je pense que tu étais là pour ça. Parler aux soi-disant experts n’a pas été facile, car ils ont tendance à adopter une attitude quelque peu snob et croient que leur opinion est la seule bonne, et ne veulent rien entendre d’autre. J’espère que cette fois quelque chose va changer.
En même temps, je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que nous devons regarder vers l’avenir et, bien sûr, garder un œil sur ce qui se passe dans le monde.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2021/03/meeting-with-head-of-rushydro-nikolai-shulgino.jpg During a working meeting with Chairman of the Management Board and General Director of RusHydro Nikolai Shulginov.11/01/2019


Vladimir Poutine : Monsieur Shulginov, je dois malheureusement revenir sur les questions du gaz, car il y a tellement de spéculations.

Voyez-vous, Gazprom pense qu’il serait économiquement plus opportun, plus rentable pour elle de payer l’amende imposée par l’Ukraine afin de pouvoir augmenter le volume de débit de gaz via les nouveaux systèmes pour les raisons que j’ai mentionnées : la pression dans le [nouveau] tuyau est plus élevé, les émissions de CO2 sont plus faibles et les coûts globaux sont inférieurs d’environ 3 milliards de dollars par an.

Mais je leur ai demandé de ne pas le faire. Nous devons respecter pleinement les obligations contractuelles concernant le transit de notre gaz via l’Ukraine, via le système de transit du gaz ukrainien.

Tout d’abord, personne, y compris l’Ukraine, ne doit être placé dans une situation difficile malgré tous les facteurs en jeu dans les relations russo-ukrainiennes aujourd’hui. Et deuxièmement, nous ne devons pas saper la confiance dans Gazprom en tant que partenaire fiable et absolument fiable à tous égards.
Je voudrais vous demander, en tant que ministre de l’Énergie, de surveiller personnellement ces questions et de veiller à ce que Gazprom respecte toutes ses obligations contractuelles concernant le transit du gaz russe vers l’Europe à travers l’Ukraine.

https://i1.wp.com/24smi.org/public/media/2018/5/21/02.jpg

Gouverneur de la zone autonome de Yamal-Nenets Dmitry Artyukhov


Gouverneur de la zone autonome de Yamal-Nenets Dmitry Artyukhov : Monsieur le Président, je voudrais revenir sur la question du gaz. Il y a un problème sur lequel je voudrais attirer votre attention.

Jusqu’à 70 % du gaz russe est produit dans la région de Nadym-Pur-Taz. C’est le cœur de notre industrie gazière, où tout le nécessaire a été créé au cours des 50 dernières années, y compris les chemins de fer, les autoroutes, les installations de production d’électricité et des villes entières. Nous avons près d’un demi-million de professionnels de l’industrie du gaz, dont beaucoup sont des dynasties professionnelles, et des équipes très solides qui assurent aujourd’hui la production de gaz.

Cependant, c’est un fait que les ressources gazières faciles – le gaz cénomanien – s’épuisent progressivement, et ainsi un nombre croissant de nouveaux projets dont nous discutons aujourd’hui se situent plus au nord. L’expression « plateau de l’Arctique » sonne déjà comme notre prochain objectif.

D’autre part, notre région traditionnelle, qui dispose de toutes les infrastructures nécessaires, a encore un potentiel considérable pour la poursuite de la production de gaz. Mais l’affaire concerne des gisements de gaz difficiles, principalement les formations Achimov et Jurassic.

Monsieur le Président, je voudrais dire, à titre d’exemple, que le premier gaz a coulé sur Yamal en 1962, lors de la découverte du gisement de Tazovskoye. La production commerciale y a débuté il y a seulement trois mois : il nous a fallu 50 ans depuis la découverte du premier gisement de la région jusqu’à la production commerciale. Ce domaine difficile a attendu 50 ans pour que cela se produise.

En fait, nous avons beaucoup de gisements de gaz clairs mais difficiles avec une production potentielle de milliers de milliards de mètres cubes. Bien entendu, un vaste ensemble de mesures devrait être mis en œuvre pour commencer à les utiliser, telles que des actes réglementaires, des solutions technologiques et, bien sûr, des incitations économiques et fiscales.

Une autre chose importante est que les gisements de gaz difficiles ont toujours, ce qui est un fait, de grands volumes de condensats de gaz, de WLHF (large fraction d’hydrocarbure léger) et d’éthane. Cela répond, bien entendu, aux objectifs de développement de l’industrie pétrochimique et gazière. À l’avenir, ces matières premières seront utilisées à bon escient à Tobolsk et dans la région de la Volga.

Monsieur le Président, vous avez présidé une réunion ici à Yamal en 2009 sur le développement de la péninsule de Yamal, et un certain nombre de décisions clés ont été adoptées. Plus de dix ans se sont écoulés depuis lors, et en regardant en arrière, nous pouvons voir que tout a été accompli et que toutes les décisions qui ont été prises ont été respectées. Le champ de Bovanenkovskoye a commencé à fonctionner et le Yamal LNG a également été lancé encore plus tôt que prévu.

À mon avis, nous sommes maintenant confrontés à la même tâche importante, et nous aimerions vous demander de publier une instruction sur la rédaction d’un programme complet de développement des gisements de gaz difficiles à extraire de Yamal. Cela, bien sûr, créerait beaucoup de demande dans le secteur, générerait d’énormes recettes fiscales et soutiendrait un équilibre de production de gaz, ce qui est un aspect très important, comme vous l’avez mentionné au tout début.
Je voudrais vous demander d’émettre cette instruction sur les gisements de gaz difficiles à extraire. L’industrie pétrolière a largement emprunté cette voie et il est grand temps que l’industrie gazière se mette en marche.

Vladimir Poutine : Monsieur Artyukhov, vous avez soulevé une question très importante. Parlez-vous ici d’anciens gisements qui s’épuisent progressivement ?

Dmitry Artyukhov : Je parle des anciens dépôts et des dépôts de réserve qui restent jusqu’à présent inexploités. A titre d’exemple, je voudrais citer le champ de Tazovskoye qui est resté en sommeil pendant 50 ans.

Vladimir Poutine : Je vois, c’est effectivement une question importante. Merci de l’avoir élevé.

Le fait est que l’Union soviétique a développé ces gisements il y a des décennies et a établi la célèbre route Ourengoï-Pomary-Uzhgorod qui s’étendait plus loin en Europe. Tout comme en Norvège et en Hollande, ces gisements s’épuisent progressivement et Gazprom en développe de nouveaux plus au nord.

Le gouverneur vient d’évoquer la région voisine de Nadym-Pur-Tazovsky. Il s’agit néanmoins d’un endroit différent, et les nouveaux systèmes de canalisations le reliant aux principaux consommateurs européens sont plus courts de 2 000 kilomètres. Par conséquent, Gazprom trouve beaucoup plus rentable de livrer du gaz via ces systèmes, via les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2. C’est plus rentable, plus court et donc moins cher, pour le fournisseur, Gazprom, et le client final européen, à savoir les ménages et les consommateurs industriels.

Mais je suis d’accord avec M. Artyukhov pour dire que nous ne devons pas oublier les gisements que nous développons depuis des décennies et que nous devons prendre les mesures nécessaires pour assurer une production plus équilibrée. Nous le noterons également dans la décision d’aujourd’hui.

PDG d’Inter RAO PJSC Boris Kovalchuk : Monsieur le Président, merci de me donner la parole.

Le Groupe Inter RAO étant un opérateur unique d’import/export d’électricité, permettez-moi de citer quelques données sur ce qui se passe sur les marchés européens.

Mais commençons par la Russie. Au cours des huit premiers mois de cette année, la valeur totale du marché de gros de l’électricité/de l’électricité de la Fédération de Russie (l’ensemble de notre marché de l’électricité) a augmenté de 3,7% dans un contexte d’inflation de près de 6%. Tout cela (avec beaucoup à revendre) fait partie des instructions que vous avez données à la suite de la réunion de la Commission du secteur des combustibles et de l’énergie à Kemerovo.

Revenons maintenant à ce qui se passe en Europe. Nous avons pris les marchés du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la France, de la Finlande et des États baltes, où nous opérons. Au cours des huit premiers mois de 2021, les prix ont augmenté de 100 % par rapport à la même période en 2020, et de 100 % supplémentaires en septembre de cette année. À l’heure actuelle, j’ai les données des transactions à terme pour demain, et encore une fois, la hausse des prix s’élève à 100 à 150 %. À ce jour, la croissance globale des prix de l’électricité en Europe est pratiquement de 1 000 %. Cela se compare à 4 pour cent en Russie. En Russie, le prix total de l’électricité est d’environ 20 euros pour 1 mégawattheure.

https://www.kindpng.com/picc/m/452-4527587_inter-rao-logo-png-transparent-png.png

Permettez-moi de citer les prix de demain en Europe :

  • Lituanie – 256 euros ;
  • Lettonie – 347 euros,
  • Allemagne – 302,5 euros,
  • France – 298,3 euros
  • Royaume-Uni – 320 euros.
Comme on peut le voir, les marchés étrangers sont presque dix fois plus chers que le marché russe. Tout cela était conforme aux décisions que vous avez approuvées lors de la réunion de la commission à Kemerovo.

https://www.francetvinfo.fr/pictures/o5jHuLwF-4fj8bZ-pCXC1r_H1r8/640x360/2021/10/01/eltVideoWs-526793-61575a781a6fb.jpeg PRIX AU 01.10.2021 CF/ https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/energie-l-electricite-moins-chere-en-france-que-dans-la-majorite-de-l-europe_4791779.html


Je voudrais juste citer quelques exemples.

  • En Italie, par exemple, il a été décidé d’augmenter les prix de l’électricité à la consommation de 29,8%, au 1er octobre, et les prix du gaz de 14,4%, une chose absolument impossible en Russie.

  • L’Espagne a approuvé le 14 septembre une loi spéciale d’urgence limitant l’indexation tarifaire sur trois mois de 4,4 %.

  • Dans la Fédération de Russie, les tarifs augmentent de 4 à 5 % par an et, en outre, des efforts constants sont déployés pour lutter contre cette augmentation.

  • La France a gelé la croissance des prix avant son élection [présidentielle], consciente de ce que cela pourrait conduire après la hausse des prix du gaz de 13% d’Engie.

Telles sont les réalités. Grâce à vos efforts et au travail du Gouvernement, l’industrie énergétique russe assure une production d’électricité à la fois fiable et compétitive. C’est notre avantage, surtout compte tenu de notre solde.

En ce qui concerne les taxes carbone aux frontières, nous soutenons pleinement ce que vous avez dit pour garantir que ces approches soient douces et fluides.

Voici un fait curieux cependant. L’Allemagne est à la pointe des efforts visant à réduire les émissions de CO2. Cependant, que se passe-t-il réellement ?
Le prix en Allemagne est 10 fois plus élevé, tandis que les centrales au charbon représentent 27% du mix énergétique du pays, contre 13% en Russie. Pour cette raison, il est étrange de se battre pour la neutralité carbone avec des prix aussi élevés et deux fois la part du charbon dans le mix énergétique par rapport à la Fédération de Russie. Par exemple, seuls 3% des 60 GW obtenus à partir d’énergies renouvelables, principalement éoliennes, seront disponibles demain sur la bourse allemande de l’électricité. En fait, un quart du système énergétique allemand ne fonctionne pas. C’est pourquoi cela se produit.

Juste à titre de comparaison, regardez les prix en Ukraine. Aujourd’hui, les prix oscillent entre 67 et 70 euros, même si l’économie ukrainienne est loin de l’Union européenne, et est majoritairement alimentée par des centrales nucléaires, et leurs coûts ont déjà été amortis. Pourtant, c’est un prix insupportable pour les entreprises.

Monsieur le Président, je ne donnerai pas d’autre exemple que celui-ci. En Allemagne, les agences gouvernementales produisent des clips vidéo expliquant aux gens comment passer l’hiver sans éclairage ni chauffage, comment mettre des bougies dans des pots de fleurs pour réchauffer une pièce et comment rendre les fenêtres étanches aux courants d’air avec du ruban adhésif et du film alimentaire. Il y a quelques années à peine, cela aurait été impossible à imaginer, comme si l’âge de pierre était de retour.

Vladimir Poutine : Merci, Monsieur Kovalchuk.

Oui, vous aviez bien raison de demander comment ils peuvent lutter pour la neutralité carbone, si la part du charbon dans le bilan énergétique en Europe, et dans ce cas nous parlons de l’Allemagne, est deux fois plus élevée qu’en Russie ? Eh bien, il s’avère qu’ils le peuvent. C’est ce qu’ils, je veux dire les Européens, font et essaient de faire aux dépens de quelqu’un d’autre. Dans ce cas, ils essaient de le faire à nos dépens, aux dépens de la Fédération de Russie. J’espère vraiment que nous pourrons lancer un dialogue sur ce sujet, en prenant en considération les intérêts de toutes les parties sur le marché mondial de l’énergie.

Les sujets

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66866

8/Rencontre avec le chef du Parti communiste Gennady Ziuganov – 6 octobre 2021 – 19h30

Vladimir Poutine a tenu, par vidéoconférence, une réunion de travail avec Gennady Ziuganov, le chef de la faction du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) à la Douma d’État.

6 octobre 2021 – 19h30 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Rencontre avec le chef du Parti communiste Gennady Ziuganov (par visioconférence).

Les plans à long terme pour le travail de la nouvelle Douma d’Etat ont été discutés.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66869

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s