4590 – Chine – Conférences de presse des 27, 28, 29 septembre 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Résumé des questions

  1. Canada Mme Meng Wanzhou
  2. Canada Michael Kovrig et de Michael Spavor
  3. Canada Ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau
  4. Allemagne Elections
  5. Canada L’Ambassadeur de Chine au Canada Cong Peiwu
  6. Canada
  7. Chine Forum du développement durable 2021- Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi
  8. Hong Kong Ingérence USA
  9. ONU Conseil des droits de l’homme des Nations Unies
  10. Canada Michael Kovrig et Michael Spavor ont été libérés
  11. Russie Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov
  12. Divers un navire de guerre britannique a traversé le détroit de Taiwan
  13. Inde Visas l’Ambassadeur d’Inde en Chine Vikram Misri
  14. Canada
  15. USA budget de la défense nationale pour l’année 2022 + Sanctions sur les Russes
  16. Russie Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a commanté le « Sommet pour la démocratie » des USA
  17. USA – premier sommet hors ligne des dirigeants du Quad (les États-Unis, le Japon, l’Australie et l’Inde)
  18. Chine – l’ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies Sha Zukang et l’ arme nucléaire
  19. Inde Chine … visas
  20. Wang Yi discours « le rôle de la Chine à l’ONU »
  21. Hong Kong Rapport sur l’environnement d’affaires de Hong Kong
  22. Australie déclaration Premier Ministre australien Scott Morrison
  23. USA la diplomatie « des Otages » dont un français pour Alstom
  24. La République Tchèque exclue les entreprises Chinoises et Russes
  25. Otan inquiet de l’armement « nucléaire » Chinois
  26. Iles Salomons – Essais Nucléaires et pollutions nucléaires atteignant les populations
  27. La RPDC et la République de Corée déclaration
  28. Japon – le gouvernement japonais a publié un projet de stratégie de cyber-sécurité
  29. Pakistan – Zone côtière de Karachi
  30. Inde Chine – Les étudiants indiens en médecine
  31. Conseilde Sécurité – 25 ans du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE).
  32. Corée Nord La RPDC a lancé un autre missile
  33. USA Chine Protection des droits des cityens + Chine ONU
  34. AIEA Rafael Grossi et l’Alliance USA – RU- Australie … réactions du voisinage dont Rodrigo Duterte
  35. USA CHINE sur les achats de Pétrole
  36. JAPON élections
  37. ONU 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, les Missions permanentes de la Chine, du Bélarus, de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et du Venezuela ont tenu conjointement une vidéoconférence à Genève sur la violation des droits des peuples autochtones par les États-Unis,
  38. USA CHINE Rencontre ?
  39. Chine Pakistan Forum des Médias
  40. USA Attaques de drones / Afghanistan
  41. Corée du Nord Missile Hypersonique
  42. Chine Inde frontière entre la Chine et l’est du Ladakh.
  43. USA Huwaï
  44. USA Un universitaire US dénonce la « coercition économique » des USA
  45. USA Chine Panneaux Solaires et « travail forcé »
  46. Chine USA sur le « rapatriement forc é » des étudiants chinois
  47. USA achat de d’avions « Boeing » par la Chine
  48. USA Chine avion « Boeing » voir « Ministère du Commerce»
https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 27 septembre 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

2021/09/27

Comme convenu par la Chine et l’Union européenne (UE),le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi tiendra le 28 septembre le 11e cycle de dialogue stratégique de haut niveau Chine-UE avec le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell. Dans le contexte actuel marqué par l’accroissement des instabilités et des incertitudes sur l’échiquier mondial, il est nécessaire pour la Chine et l’UE de mener des échanges stratégiques et de renforcer la coordination et la coopération. Les deux parties échangeront leurs points de vue sur les relations Chine-UE, le dialogue et la coopération dans divers domaines ainsi que les questions internationales et régionales, pour promouvoir le développement sain et régulier des relations Chine-UE et relever ensemble les défis planétaires. Ce dialogue stratégique se tiendra par liaison vidéo.

1/48

CCTV : Grâce aux efforts inlassables du gouvernement chinois, Mme Meng Wanzhou est enfin retournée en Chine le soir du 25 septembre. Les Chinois en sont tous excités et les médias internationaux y ont également prêté une grande attention, croyant généralement que c’est une victoire de la Chine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Hua Chunying :L’affaire Meng Wanzhou est un piège et une persécution politiques contre une citoyenne chinoise dans le but de réprimer les entreprises chinoises de haute technologie représentées par Huawei. Grâce aux efforts inlassables du gouvernement chinois, Mme Meng a enfin pu retourner en Chine en toute sécurité. Nous nous en félicitons de tout cœur.

Après que Meng Wanzhou a été détenue de façon injustifiée début décembre 2018, le Parti et le gouvernement chinois ont attaché une grande importance à l’affaire et le Président Xi Jinping a pris un engagement personnel. Le Ministère chinois des Affaires étrangères, les Ambassades de Chine aux États-Unis et au Canada et

Cong-Peiwu-l’Ambassadeur-de-Chine-au-Canada


le Consulat général de Chine à Vancouver ont travaillé énergiquement à tout niveau et en toutes circonstances pour fournir la protection et l’assistance consulaires à Mme Meng, et ont fait des représentations solennelles auprès des États-Unis et du Canada, demandant à ces derniers de lever l’accusation erronée contre Mme Meng et d’assurer son retour en toute sécurité en Chine.

D’autres départements concernés ont aussi déployé d’énormes efforts approfondis et minutieux. Le peuple chinois nous a fourni son plein soutien et nous a donné une aide morale. En peu de temps, 15 millions de personnes se sont rejointes à la campagne de signature en ligne pour demander à la partie canadienne de libérer immédiatement et sans conditionMeng Wanzhou.Le 25 septembre au soir, la nouvelle du retour de Meng Wanzhou en Chine a obtenu 400 millions de « j’aime » seulement sur les plateformes de nouveaux médias de China Media Group, un nombre supérieur au total des populations des États-Unis et du Canada.

Ces derniers jours, des jeunes étudiants sont venus au Ministère des Affaires étrangères déposer des fleurs, exprimant leur gratitude au gouvernement chinois pour les efforts déployés pour sauver Mme Meng Wanzhou et la faire retourner en Chine, et leur sincère fierté de leur patrie. Cela est émouvant. Comme Mme Meng l’a dit, elle n’aurait pas de liberté sans la patrie puissante. C’est grâce aux efforts inlassables du Parti et du gouvernement chinois et au soutien énergique de tout le peuple chinois que Mme Meng a pu retourner en Chine en toute sécurité.

La justice peut être en retard, mais jamais absente. Cela prouve pleinement et une fois de plus que la Chine puissante sous la direction ferme du Parti communiste chinois (PCC) soutient toujours solidement chaque citoyen chinois. Le Parti et le gouvernement chinois ont une ferme volonté et une forte capacité de sauvegarder résolument les droits et intérêts légitimes et légaux des citoyens et des entreprises chinois, et de défendre résolument les intérêts et la dignité du Parti et du pays. Aucune force ne peut empêcher le développement et le progrès de la Chine.

2

CNN : La Chine a souligné à plusieurs reprises que la nature des cas de Michael Kovrig et de Michael Spavor était complètement différente de celle de l’affaire Meng Wanzhou. Le jour même où Meng Wanzhou a recouvré la liberté, Michael Kovrig et Michael Spavor ont été autorisés à rentrer au Canada.
La partie chinoise pense-t-elle que ce timing est une pure coïncidence ?
Certaines personnes pensent que le timing de la libération des deux Canadiens prouve que la Chine mène une « diplomatie d’otages » et une « diplomatie de coercition ». Que répondez-vous à cela ? Certains universitaires chinois affirment que l’arrestation des deux Canadiens, après celle de Meng Wanzhou, est une pratique courante dans les jeux entre grands pays, et constitue la réponse de la Chine aux États-Unis et à leurs alliés d’une manière qu’ils peuvent appréhender. Comment réagissez-vous à cela ?
Hua Chunying : J’ai remarqué que vous aviez dit vous-même que la nature des cas des deux Canadiens était complètement différente de celle de l’affaire Meng Wanzhou. C’est tout à fait exact. L’affaire Meng Wanzhou est, par essence, totalement différente des cas de Michael Kovrig et de Michael Spavor.
Cette affaire est un cas de persécution politique contre une citoyenne chinoise, dont le but est de réprimer les entreprises chinoises de haute technologie. Meng Wanzhou est rentrée saine et sauve dans sa patrie il y a quelques jours.
Michael Kovrig et Michael Spavor, soupçonnés d’avoir commis des crimes contre la sécurité d’État de la Chine, ont demandé la mise en liberté sous caution à cause de maladies. Après la confirmation des départements compétents et le diagnostic des instituts médicaux professionnels, et sous la garantie de l’Ambassadeur du Canada en Chine, les tribunaux chinois concernés ont décidé de les libérer sous caution conformément à la loi et les autorités chargées de la sécurité nationale ont appliqué cette décision.

Nous avons remarqué qu’après la publication d’informations concernées le 25 septembre, de nombreux médias canadiens estimaient également que l’affaire Meng Wanzhou, empreinte de politique et d’intérêts égoïstes, ne respectait pas l’État de droit, et que le Canada n’aurait pas dû faire le « sale boulot » pour les États-Unis. La partie canadienne doit en tirer des leçons et agir dans son propre intérêt. Quant au moment choisi, je tiens à souligner que la détention déraisonnable de Meng Wanzhou est une grave erreur commise par les États-Unis et le Canada, et qu’ils auraient dû la corriger depuis longtemps.

Vous venez de citer l’opinion de certains universitaires chinois. Je pense que les universitaires chinois sont libres d’exprimer leurs opinions dans les médias. Leurs points de vue expriment en fait le désir de voir le gouvernement et la diplomatie chinois devenir plus compétents et mieux protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens et des entreprises de la Chine.

Felix Plasencia Ministre des Affaires Étrangères Venezuela


Le Conseiller d’État Wang Yi vient de s’entretenir par téléphone avec le Ministre des Affaires étrangères du Venezuela. Wang Yi a souligné que le gouvernement chinois était déterminé dans sa position de défendre les droits et intérêts légitimes des Chinois et ne reculait jamais dans cette position.

Les actes consistant à détenir arbitrairement des citoyens d’autres pays dans le monde, poussés par des motifs politiques et avec des excuses inventées, représentent purement et simplement la coercition et l’intimidation, et lancent un défi flagrant contre les règles internationales et la conscience de l’humanité.
Nous sommes convaincus que de plus en plus de pays rejetteront fermement, comme la Chine, les diverses sortes de sanctions unilatérales illégales, de pratiques d’extraterritorialité et de dénigrement politique, pour sauvegarder ensemble l’équité et la justice internationales et préserver les normes fondamentales régissant les relations internationales.
Ces jours-ci, de jeunes étudiants sont venus au Ministère des Affaires étrangères déposer des fleurs. Avec ces roses en pleine floraison, le Bureau des porte-parole du Ministère s’est transformé maintenant en une mer de belles fleurs. Mes collègues et moi sommes très touchés. Ces fleurs représentent le soutien sincère et la reconnaissance du peuple chinois envers le Parti et le gouvernement chinois pour leur capacité à défendre fermement les droits et intérêts légitimes et légaux des citoyens et des entreprises chinois, et reflètent le sentiment populaire et l’opinion publique du peuple chinois.

Je souhaite également profiter de cette occasion pour remercier tous ceux qui se soucient de Mme Meng Wanzhou et la soutiennent, et mes profonds remerciements vont à tous les amis qui s’intéressent à la diplomatie chinoise et la soutiennent. J’espère que vous pourrez transmettre l’aspiration du peuple chinois aux peuples des autres pays à travers vos reportages.

3

Beijing Daily : Selon des reportages, le Ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau a déclaré le 26 septembre dans une interview que le gouvernement canadien « ouvrirait grands ses yeux » et adopterait une quadruple stratégie à l’égard de la Chine, à savoir « la coexistence, la compétition, la coopération et le défi ». Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Hua Chunying : Les relations inter-étatiques ne peuvent être construites que sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages réciproques, et les relations sino-canadiennes ne font pas exception.
Nous espérons que la partie canadienne gardera les yeux grands ouverts, se mettra au courant de la situation et adoptera une politique rationnelle et pragmatique à l’égard de la Chine.

4

MASTV : Les sondages de médias allemands montrent que le Parti social-démocrate (SPD) est arrivé en tête des élections de la chambre basse du Parlement allemand. La Chancelière allemande Angela Merkel est sur le point de quitter ses fonctions. Quels sont les commentaires de la Chine sur les relations sino-allemandes pendant le mandat d’Angela Merkel ? Quelles sont les attentes de la Chine pour le développement futur des relations entre la Chine et l’Allemagne ?

Hua Chunying : Ces dernières années, les relations sino-allemandes ont connu un bon développement dans leur ensemble. La Chine attache une grande importance au développement de ses relations avec l’Allemagne et est d’avis que le développement stable et sain des relations sino-allemandes répond aux intérêts communs des deux pays. La partie chinoise a pris note de l’annonce des résultats préliminaires des élections fédérales allemandes et entend travailler avec le nouveau gouvernement allemand pour maintenir les relations Chine-Allemagne ainsi que le dialogue et la coopération entre les deux pays, continuer à promouvoir la coopération pragmatique bilatérale dans un esprit d’ouverture et de bénéfices mutuels, et faire en sorte que les relations bilatérales se développent de manière stable et durable conformément aux principes de respect mutuel et de recherche d’un terrain d’entente par-delà les divergences.

La Chancelière Merkel est très attachée au développement des relations avec la Chine. Elle a effectué 12 visites en Chine au cours de son mandat, et a initié et coprésidé les six cycles de consultations intergouvernementales sino-allemandes avec la partie chinoise. Elle a promu un développement approfondi et solide de la coopération pragmatique et des échanges amicaux entre les deux pays dans divers domaines, ce qui a apporté des avantages tangibles aux peuples des deux pays. Elle a également déployé des efforts énergiques et apporté une contribution agissante à la promotion des contacts et de la coopération entre la Chine et l’Europe.
La Chine apprécie hautement cela. Les faits prouvent que, tant que la Chine et l’Allemagne persévèrent dans la consolidation et l’approfondissement de la confiance mutuelle, se traitent mutuellement sur un pied d’égalité, se concentrent sur la coopération et œuvrent pour des résultats mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, les relations bilatérales pourront enregistrer sans cesse de nouveaux progrès. Nous espérons que le nouveau gouvernement allemand poursuivra sa politique pragmatique et équilibrée à l’égard de la Chine et consolidera le thème majeur de la coopération des relations sino-allemandes.

5

Bloomberg : Vous venez d’énumérer les efforts déployés par le gouvernement chinois pour assurer la libération de Meng Wanzhou. L’implication du gouvernement chinois a assuré sa libération de la détention canadienne. L’Ambassadeur de Chine au Canada l’a accompagnée à son retour en Chine. Quand elle est arrivée en Chine le week-end dernier, les médias chinois ont fait beaucoup de reportages. Tout cela affaiblit-il l’argument selon lequel Huawei est indépendant du gouvernement chinois ?

https://images.omerlocdn.com/resize?url=https%3A%2F%2Fgcm.omerlocdn.com%2Fproduction%2Fglobal%2Ffiles%2Fimage%2F60d5353c-7950-40d0-9334-7c7d42df0e17.JPG&width=1024&type=jpeg   L’Ambassadeur de Chine au Canada Cong Peiwu


Hua Chunying : Le PCC et le gouvernement chinois attachent toujours une grande importance à la sauvegarde des droits et intérêts légitimes et légaux des citoyens et des entreprises chinois. L’Ambassadeur de Chine au Canada Cong Peiwu a accompagné Mme Meng Wanzhou dans son retour en Chine en toute sécurité.

Vous venez de mentionner que les efforts de la Chine semblent conduire les autres à remettre en cause l’indépendance de Huawei. En tant que média américain, vous devez savoir que les dirigeants américains ont dit, à différentes occasions, à la Chine qu’ils espéraient voir les entreprises américaines, une entreprise spécifique souvent, bénéficier de plus de facilités et d’un meilleur environnement dans leurs opérations en Chine et leur coopération avec la Chine.

Cela signifie-t-il qu’aucune entreprise américaine n’est indépendante ? Quelle est la relation entre les entreprises américaines et l’administration américaine ?

Je pense que le gouvernement de tout pays a la responsabilité et l’obligation de protéger les droits et intérêts légitimes et légaux des entreprises et des citoyens de son pays.

6

The Paper : Certains médias étrangers pensent que le retour réussi de Meng Wanzhou en Chine marque une victoire majeure dans la lutte diplomatique résolue de la Chine sur l’affaire Meng Wanzhou. Êtes-vous d’accord avec cela ?
Hua Chunying : Grâce aux efforts inlassables du gouvernement chinois et au ferme soutien du peuple chinois, Mme Meng Wanzhou est rentrée en Chine en toute sécurité après avoir être détenue déraisonnablement pendant plus de 1 000 jours. Si nous devons utiliser le mot « victoire », c’est une victoire du peuple chinois et de la force de la justice.

7

HRTN : Nous avons remarqué que le Forum du développement durable 2021 s’était ouvert le 26 septembre. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé à la cérémonie d’ouverture et y a prononcé un discours. Pourriez-vous présenter davantage les informations concernées ?

Le-26-septembre-2021-le-conseiller-detat-et-ministre-des-affaires-etrangeres-wang-yi-a-participe-par-liaison-video-a-la-ceremonie-douverture-du-forum-du-developpement-durable-2021


Hua Chunying :Merci pour votre attention au Forum du développement durable organisé par la partie chinoise. Comme vous l’avez dit, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé, par liaison vidéo, à la cérémonie d’ouverture du Forum du développement durable 2021 et y a prononcé un discours, dans lequel il a présenté davantage les implications profondes de l‘« Initiative pour le Développement Mondial » avancée par le Président Xi Jinping lors du débat général de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, ainsi que la position et les propositions sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et la promotion de la coopération internationale pour le développement.

L’« Initiative pour le Développement Mondial » avancée par la partie chinoise appelle la communauté internationale à accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, à promouvoir un développement mondial plus fort, plus vert et plus sain, et à construire une communauté d’avenir partagé pour le développement mondial.

Cette Initiative importante a fixé le cap pour faire avancer la cause du développement mondial et la coopération internationale pour le développement. La mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 est confrontée actuellement à de nouveaux défis causés par des changements et une pandémie jamais connus depuis un siècle.

Dans ce contexte, l’« Initiative pour le Développement Mondial » défend le concept clé de placer le peuple au cœur de tous les efforts, et prend comme point de départ et champ de travail l’amélioration du bien-être du peuple et la réalisation du plein épanouissement de l’homme, et comme objectif d’efforts la satisfaction de l’aspiration des peuples des divers pays à une vie meilleure.
L’Initiative fait de la coopération pragmatique son guide d’action et préconise l’esprit de partenariat ouvert et inclusif. Elle nous encourage à nous attacher fermement au développement qui, comme une clé passe-partout, permet de résoudre tous les problèmes, et à nous efforcer de résoudre les problèmes de développement, de créer plus d’opportunités de développement, et de faire en sorte qu’aucun pays et aucune personne ne soit en retard.

La Chine appelle à saisir l’opportunité offerte par la mise en œuvre de l’« Initiative pour le Développement Mondial » pour approfondir la coopération anti-épidémique, renforcer la coordination des politiques macro-économiques, s’attacher au développement vert et bas carbone, poursuivre l’équité et la justice et persévérer dans le véritable multilatéralisme afin de faire progresser la cause du développement international.

La Chine est prête à travailler avec toutes les parties pour ouvrir des perspectives radieuses à la coopération internationale pour le développement et à continuer de déployer des efforts inlassables pour la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

8

Shenzhen TV : Selon des reportages, en réponse à la publication par le Ministère chinois des Affaires étrangères de la Fiche d’information sur l’ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong et leur soutien aux forces anti-chinoises et déstabilisatrices à Hong Kong, le Département d’État américain a déclaré que les actes des États-Unis étaient en parfaite conformité avec le droit international et que la fiche d’information n’était qu’une tentative de la Chine de détourner l’attention, ce qui, selon lui, a sapé les efforts de Hong Kong en tant que centre d’ouverture et d’échanges libres. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?

Hua Chunying : Je voudrais demander à la partie américaine :

Parmi les 102 alinéas énumérés dans la Fiche d’information sur l’ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong et leur soutien aux forces anti-chinoises et déstabilisatrices à Hong Kong publiée par la Chine, lequel n’est pas basé sur des faits clairs et des preuves solides ?

Les remarques faites par la partie américaine prouvent une fois de plus que le soi-disant droit international dont elle parle n’est rien d’autre qu’une couverture pour son ingérence arbitraire dans les affaires intérieures d’autrui et sa tentative de poursuivre l’hégémonie et l’intimidation en fonction de ses propres préférences et intérêts et sous la bannière de la « liberté » et de la « démocratie ». Ces « habits neufs de l’empereur » sont aperçus par de plus en plus de personnes.

Hong Kong est une société de droit, et les droits légaux et la liberté des résidents de Hong Kong y sont pleinement protégés conformément à la loi.

Dans le rapport récemment publié sur l’Indice des centres financiers mondiaux, Hong Kong se classe au troisième rang mondial. Cela démontre une fois de plus que le degré de liberté et d’ouverture de Hong Kong en tant que centre financier international est largement reconnu. Toutefois, si les États-Unis tentent de rechercher la liberté de s’immiscer arbitrairement dans les affaires intérieures de la Chine et de saper la sécurité et la stabilité de Hong Kong, je peux leur dire clairement : Pas question !

9

Chine Daily : Le 24 septembre, plus de 60 pays ont fait une déclaration commune au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, soutenant la position de la Chine sur les questions liées au Xinjiang, à Hong Kong et au Tibet et s’opposant à l’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de droits de l’homme. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

Hua Chunying :Le 24 septembre, lors de la 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Pakistan a fait une déclaration commune au nom de 65 pays.

 Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan


Il a souligné que les affaires de Hong Kong, du Xinjiang et du Tibet sont des affaires intérieures de la Chine qui ne permettent aucune ingérence extérieure, et a exprimé le soutien à la mise en œuvre par la Chine du principe d’« un pays, deux systèmes » dans la Région administrative spéciale de Hong Kong, et l’opposition à la politisation et au « deux poids deux mesures » sur les questions des droits de l’homme, aux accusations sans fondement contre la Chine politiquement motivées et basées sur de fausses informations ainsi qu’à l’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de droits de l’homme.

Plus de 30 autres pays ont également soutenu la position légitime de la Chine par des déclarations à titre national ou des lettres conjointes. Près de 100 pays se sont prononcés une fois de plus en faveur de la justice au Conseil des droits de l’homme, ce qui démontre pleinement que la justice se trouve dans le cœur de chacun.

Une poignée de pays occidentaux, au mépris des faits et de la vérité, ont concocté des rumeurs et des mensonges et se sont immiscés dans les affaires intérieures de la Chine, ce à quoi les pays en développement ont conjointement résisté.

Ils tentent de prendre les droits de l’homme comme prétexte pour réprimer et contenir d’autres pays et fouler aux pieds l’État de droit international, ce qui a fait l’objet d’une riposte vigoureuse.

Les faits prouvent encore une fois que le peuple chinois ne permettra jamais aucune tentative de politiser les questions des droits de l’homme et de pratiquer le « deux poids deux mesures » pour nuire aux droits de l’homme fondamentaux des peuples d’autres pays, et que tous les pays et les peuples qui défendent l’équité et la justice dans le monde ne l’accepteront jamais. Nous exhortons ces pays concernés à réfléchir sérieusement sur eux-mêmes, à changer de cap et à revenir sur la bonne voie du dialogue et de la coopération.

10

FSN : Selon des reportages, Michael Kovrig et Michael Spavor ont été libérés sous caution pour des raisons de santé, et la Chine pourrait reprendre leurs procès s’ils violent les conditions de libération sous caution. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il préciser ces raisons de santé et les conditions de leur mise en liberté sous caution ? Pouvez-vous expliquer si les États-Unis ou le Canada ont pris leur retour au Canada comme condition de la libération de Meng Wanzhou ?

Hua Chunying : Vous devez savoir à travers des médias que ces deux Canadiens ont demandé leur libération sous caution pour des raisons de santé et que les tribunaux compétents chinois ont approuvé leur libération sous caution conformément à la loi après la vérification des départements compétents et le diagnostic des instituts médicaux professionnels, et sous la garantie de l’Ambassadeur du Canada en Chine.

Des reportages concernés ont également cité les faits criminels des deux personnes soupçonnées d’avoir mis en danger la sécurité nationale de la Chine. Les deux accusés ont avoué tous leurs crimes. Pendant la période de leur libération sous caution, ils doivent respecter strictement les décisions de mise en liberté sous caution prises par les tribunaux chinois conformément à la loi. En cas de violation, la partie chinoise pourra reprendre, conformément à la loi, le procès de leurs actes criminels présumés à tout moment pendant la libération sous caution. Vous pouvez vous renseigner auprès des départements compétents pour plus de détails.
Vous avez également mentionné la question de la condition. Comme je l’ai dit tout à l’heure, la détention déraisonnable de Meng Wanzhou est une grave erreur commise par les États-Unis et le Canada, et ils auraient dû la corriger depuis longtemps.

11

China News Service : Le 25 septembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les sous-marins à propulsion nucléaire utilisaient de l’uranium enrichi de qualité militaire, ajoutant que si l’Australie acquiert des sous-marins à propulsion nucléaire par le biais du partenariat trilatéral entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie en matière de sécurité (AUKUS), la Russie pourrait demander la surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Mon collègue a déjà exposé la position de la Chine auparavant. Nous estimons que la coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie sur les sous-marins à propulsion nucléaire pose de graves risques de prolifération nucléaire et viole l’esprit du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires(TNP). Les préoccupations exprimées par la Russie sont totalement légitimes et raisonnables.

L’exportation de sous-marins à propulsion nucléaire par les États-Unis et le Royaume-Uni vers l’Australie, État non doté d’armes nucléaires, impliquera le transfert de matières nucléaires sensibles dont l’uranium hautement enrichi de qualité militaire, ainsi que de technologies et d’équipements concernés.

Il existe des lacunes dans le système de garanties et de surveillance de l’AIEA, qui ne peut ainsi empêcher efficacement l’Australie de se servir des matières nucléaires concernées pour fabriquer des armes nucléaires.

https://www.meretmarine.com/objets/1056.jpg

La Chine s’oppose résolument à l’exploitation malveillante par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie des lacunes du TNP et du système de garanties et de surveillance de l’AIEA, et défendra fermement l’autorité et l’efficacité du système international de non-prolifération nucléaire.

En parallèle, la Chine tient à rappeler à toutes les parties les graves préjudices du « deux poids deux mesures » pratiqué par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie sur la question de la non-prolifération.
Les États-Unis et le Royaume-Uni placent les intérêts géopolitiques au-dessus des règles internationales de non-prolifération et aident l’Australie à devenir le premier État non doté d’armes nucléaires à acquérir des sous-marins nucléaires, ce qui incitera inévitablement les autres États non dotés d’armes nucléaires à faire de même et entraînera des effets négatifs et profonds pour la résolution de points chauds de non-prolifération dans la région.
En outre, l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire par l’Australie portera atteinte au Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud et aux efforts des pays de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) dans la construction d’une zone dénucléarisée en Asie du Sud-Est et compromettra gravement la paix et la stabilité régionales.

La Chine exhorte une fois de plus les trois pays à écouter l’appel de la communauté internationale, à rejeter leur mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle et leurs concepts géopolitiques étroits, à retirer leur décision erronée, à remplir fidèlement leurs obligations internationales de non-prolifération et à faire davantage de choses favorables à la paix et à la stabilité régionales.

12

Reuters : Premièrement, je voudrais confirmer que selon vous, le retour des deux Canadiens dans leur pays et la libération de Meng Wanzhou sont purement une coïncidence ? Deuxièmement, un navire de guerre britannique a traversé le détroit de Taiwan aujourd’hui. Quels sont vos commentaires ?

Hua Chunying : Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’affaire Meng Wanzhou est, par essence, totalement différente des cas de Michael Kovrig et de Michael Spavor. De nombreux médias, dont des médias canadiens, ont tous considéré que le Canada n’aurait pas dû faire le « sale boulot » pour les États-Unis, et qu’il devait en tirer des leçons. La détention déraisonnable de Meng Wanzhou est une grave erreur commise par les États-Unis et le Canada, ils auraient dû la corriger depuis longtemps.

Quant à votre deuxième question, la position de la Chine à cet égard est très claire. Nous espérons que certain pays pourra contribuer davantage à l’amélioration de la confiance mutuelle entre les pays et au maintien véritable de la paix et de la stabilité régionales.

13

Prasar Bharati : La semaine dernière, l’Ambassadeur d’Inde en Chine Vikram Misri a déclaré que malgré les divergences dans les relations des deux pays, l’Inde continuait de délivrer des visas aux hommes d’affaires chinois. Il s’est dit déçu du fait que la Chine ne donne toujours pas de visas aux étudiants, hommes d’affaires, membres d’équipage de bateaux indiens et aux Indiens qui ont des familles en Chine, le qualifiant d’approche « non scientifique ». Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet, notamment à l’approche « non scientifique » ?

https://img.i-scmp.com/cdn-cgi/image/fit=contain,width=1098,format=auto/sites/default/files/styles/1200x800/public/d8/images/methode/2021/09/28/49844534-2028-11ec-83d0-b8338c7f9150_image_hires_175210.jpeg?itok=lOfow2w8&v=1632822739   Vikram Misri, ambassadeur de l’Inde en Chine, a exhorté Pékin à adopter une ‘approche plus équilibrée et sensible’ sur des questions telles que les restrictions de voyage. Photo : Xiaomei Chen


Hua Chunying : Depuis l’apparition de la COVID-19, la Chine, tout en restant attachée à une lutte scientifique contre le virus conformément à la loi, a déployé des efforts dans la mesure du possible pour garantir la santé, la sécurité, la production et la vie du peuple.

Compte tenu de la propagation continue du nouveau coronavirus à l’échelle mondiale, pour lutter contre l’épidémie, le gouvernement chinois est obligé de prendre une série de mesures de gestion, qui sont réajustées en temps utile en fonction de l’évolution de la situation épidémique, afin de garantir une mobilité humaine sûre, saine et ordonnée entre la Chine et l’étranger. Les mesures anti-épidémiques de la Chine sont scientifiques, professionnelles et appropriées. Je tiens à souligner que la Chine applique les mesures anti-épidémiques non discriminatoires pour l’entrée en Chine de toutes les personnes, y compris ses propres citoyens.

Dans la condition préalable de la mise en œuvre effective de la prévention et du contrôle de la COVID-19, la Chine est disposée à travailler avec tous les pays du monde, dont l’Inde, pour organiser adéquatement la mobilité humaine bilatérale sur fond d’épidémie.

14

Bloomberg : Vous venez de dire que Michael Kovrig et Michael Spavor avaient avoué tous leurs crimes et avaient été libérés sous caution. Ont-ils reconnu leurs crimes ? Je n’en ai jamais entendu parler avant.

Hua Chunying : Peut-être que vous ne l’avez pas lu, mais des médias l’ont déjà rapporté. Michael Kovrig et Michael Spavor ont avoué leurs faits criminels et ont écrit des documents exprimant leurs aveux et leurs remords.

15

Beijing Youth Daily : Le 23 septembre, la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé l’amendement du projet de loi du budget de la défense nationale pour l’année 2022, qui recommandait d’imposer des sanctions contre 35 hauts fonctionnaires et hommes d’affaires russes soupçonnés d’avoir violé les droits de l’homme en vertu de la Loi Magnitski. Le Secrétaire de presse du Président russe Dmitri Peskov et la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova y ont donné de réponses fermes. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/img/103760/33/1037603336_0:0:5054:3525_1000x697_80_0_0_36a98c7ce4a36bc9f97d7eb1188538e5.jpg

Hua Chunying : J’ai noté les reportages concernés et la forte réaction de la Russie.

La Chine s’oppose fermement aux commentaires irresponsables des États-Unis sur d’autres pays et à leurs sanctions unilatérales sous prétexte des droits de l’homme.

Nous préconisons que tous les pays respectent le véritable droit international et nous opposons à l’utilisation de sanctions unilatérales ou de menaces de sanctions à tout bout de champ. Nous préconisons que tous les pays règlent leurs différends par voie de consultations d’égal à égal et nous opposons au recours arbitraire aux ultimatums.

Les États-Unis méprisent totalement les buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi que le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales. De telles pratiques d’hégémonie et d’intimidation sont impopulaires. Ce n’est pas seulement la Russie et la Chine qui s’y opposent, de plus en plus de pays les boycotteront et s’y opposeront.

16

Global Times : Selon des reportages, le 26 septembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que le « Sommet pour la démocratie » organisé sous l’initiative des États-Unis relevait d’une mentalité de la guerre froide et constituait une nouvelle « croisade » lancée contre les pays qui ne partagent pas les idées américaines. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://static.timesofisrael.com/fr/uploads/2018/09/063_1042595078-e1538170389413.jpg

Hua Chunying : Je suis tout à fait d’accord avec le point de vue du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les États-Unis, en échafaudant ce soi-disant « Sommet pour la démocratie », tentent essentiellement de tracer des lignes idéologiques et de se livrer arbitrairement à la politique des blocs. Cet acte qui va à l’encontre de la tendance de l’époque, ne conduira qu’à la division et à l’affrontement, et n’obtiendra aucun soutien du peuple.

https://lycee.clionautes.org/wp-content/uploads/lycee/2019/08/logo-democratie-clionautes.jpg

Le critère crucial pour évaluer la démocratie est de voir si elle répond aux attentes, aux besoins et aux aspirations du peuple, et si elle peut apporter des avantages tangibles au peuple. Au lieu de nous contenter de crier des slogans, nous devons nous attacher aux résultats réels.

Aux États-Unis, les 1 % des plus riches possèdent tout, gouvernent tout et bénéficient de tout.

Est-ce la démocratie ?

Les États-Unis sont politiquement divisés et polarisés, et c’est « une Amérique contre une autre Amérique ». Le gouvernement ne peut pas obtenir le soutien de la moitié du peuple.

Est-ce la démocratie ?

Tromper le peuple, abuser de la confiance des électeurs, et faire des promesses vaines sans les tenir.

Est-ce la démocratie ?

Fabriquer des mensonges et des rumeurs pour déclencher des guerres à l’étranger, faire perdre la vie et tomber dans la pauvreté à des gens ordinaires tout en permettant aux entreprises de défense nationale et aux grands capitalistes de s’enrichir.

Est-ce la démocratie ?

Une administration qui reste indifférente et inactive face à d’innombrables George Floyd qui ne peuvent pas respirer et à d’innombrables civils innocents qui sont morts de la violence armée.

Est-ce la démocratie ?

Vivre seul une bonne vie et épuiser tous les moyens pour réprimer les droits au développement normal d’autres pays et empêcher leurs peuples de vivre une meilleure vie.

Est-ce la démocratie ?

https://business.lesechos.fr/medias/2014/06/17/100770_affaire-bnp-paribas-le-droit-a-l-heure-de-la-mondialisation-affaire-bnp-paribas-le-droit-a-lheure-de-la-mondialisation-web-tete-0203569091222-1013562.jpg

Les États-Unis doivent réfléchir sérieusement sur eux-mêmes, et procéder à une évaluation correcte et objective d’eux-mêmes.

Ils ne doivent pas se poser toujours en porte-parole de la démocratie, ni recourir au « deux poids deux mesures » ou même aux « normes multiples » sur la question de la démocratie, et encore moins tenter d’instrumentaliser la question de la démocratie pour réprimer d’autres pays.
Nous espérons que les États-Unis abandonneront leur mentalité de la guerre froide, rejetteront leurs mauvaises pratiques consistant à créer des cliques et le jeu à somme nulle et travailleront de concert avec les autres pays pour mettre en pratique le concept des relations internationales marqué par le respect mutuel, l’équité et la justice, et la coopération gagnant-gagnant et faire rayonner ensemble les valeurs communes de toute l’humanité, à savoir la paix, le développement, l’équité et la justice, la démocratie et la liberté.

17

TASS : Hier, le premier sommet hors ligne des dirigeants du Quad (les États-Unis, le Japon, l’Australie et l’Inde) s’est conclu à la Maison Blanche. Selon des informations, tous les sujets de discussion sont axés sur la Chine. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?

https://s.france24.com/media/display/aa26220e-1d17-11ec-af1e-005056a90284/w:1280/p:16x9/FR_20210924_101019_101438_CS.webp

Hua Chunying : Nous suivons le sommet du Quad tenu par les États-Unis, le Japon, l’Inde et l’Australie.

Depuis quelque temps, ces pays s’adonnent à insinuer la Chine avec le soi-disant « ordre fondé sur des règles », à créer des histoires et à faire du tapage autour de la soi-disant « menace chinoise », et à semer la discorde entre les pays de la région et la Chine. La partie chinoise s’y oppose fermement. En réponse à votre question, je voudrais souligner trois points.
Premièrement, ceci a été prouvé depuis longtemps par les faits : la Chine est un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde, un défenseur de l’ordre international et un fournisseur de biens publics. Le développement de la Chine signifie la croissance de la force de la paix mondiale et constitue une bonne chose pour la prospérité et le développement régionaux. Les soi-disant étiquettes de « coercition », de « violation des règles » et de « perturbation de l’ordre » ne peuvent jamais être collées à la Chine.
Deuxièmement, ce qui est reconnu universellement et accepté par la grande majorité des pays du monde, c’est le système international centré sur les Nations Unies, l’ordre international fondé sur le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales fondées sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies, ce n’est pas le soi-disant « ordre » défini unilatéralement par un ou quelques pays. De nombreux faits montrent que l’ordre que veulent les États-Unis est un ordre dans lequel ils calomnient, contraignent et interfèrent dans, à leur gré, les autres pays sans en payer le moindre prix ; c’est aussi un ordre dans lequel les États-Unis exercent l’hégémonie, l’intimidation et les actes arbitraires, tandis que le reste du monde se prosterne devant eux. Cet « ordre » qui va à l’encontre du courant de l’époque marqué par la paix, le développement et la coopération et de l’aspiration commune des peuples de tous les pays du monde, ne sera ni populaire ni réussi.
Troisièmement, la Chine est toujours d’avis que tout mécanisme multilatéral doit être conforme au courant de l’époque marqué par la paix et le développement, contribuer à renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre les pays, et ne doit pas cibler des tiers ou nuire à leurs intérêts. Les pays concernés sont appelés à rejeter leurs mentalités de la guerre froide et du jeu à somme nulle ainsi que leurs préjugés idéologiques, à cesser de s’engager dans de « petits clans » fermés et exclusifs et à faire davantage pour promouvoir la solidarité et la coopération des pays de la région ainsi que la paix et la stabilité régionales.

18

RIA Novosti : Récemment, l’ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies Sha Zukang a déclaré que la Chine devrait reconsidérer sa politique de non-recours en premier à l’arme nucléaire pour répondre à la soi-disant nouvelle alliance de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ? La Chine envisage-t-elle de modifier cette politique ?

https://www.aubedigitale.com/wp-content/uploads/2021/09/nucleaire-chine-2.jpg

Chine – l’ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies Sha Zukang

Hua Chunying : La politique nucléaire de la Chine est claire et constante. La Chine est un partisan actif de l’interdiction complète et de l’élimination totale des armes nucléaires. Nous nous sommes engagés clairement à ne jamais utiliser en premier les armes nucléaires, à aucun moment et en aucune circonstance, et à ne pas employer ni menacer d’employer, en aucun cas, les armes nucléaires contre les pays et zones exempts d’armes nucléaires.

La Chine est le seul État doté d’armes nucléaires qui a pris un tel engagement et qui le respecte toujours.

Chaque Chinois patriotique a le droit d’exprimer son point de vue sur la sécurité nationale. Nombre de leurs opinions révèlent en fait leur inquiétude sur les politiques unilatérales et hégémoniques des États-Unis dans le domaine de la sécurité stratégique. Nous espérons que l’administration américaine tiendra compte de la voix des Chinois ordinaires, atténuera effectivement le rôle des armes nucléaires dans les politiques de sécurité nationale, respectera les préoccupations légitimes des autres pays en matière de sécurité et jouera le rôle qui lui revient dans le maintien de l’équilibre et de la stabilité stratégiques mondiaux.

19

Prasar Bharati : Vous venez de dire que la Chine est prête à prendre des dispositions appropriées avec l’Inde pour la mobilité humaine bilatérale dans le contexte de la pandémie. Mais pour autant que je sache, la Chine n’a pas délivré de visas aux Indiens pour l’instant. Donc, voulez-vous dire que la Chine prévoit de relancer bientôt la mobilité humaine avec l’Inde ? Pouvez-vous nous expliquer davantage ?

Hua Chunying : Je pense que vous n’avez pas bien compris ce que j’ai dit.

Sur la question des visas chinois pour les Indiens, question qui vous intéresse, les mesures de prévention et de contrôle que la Chine a dû adopter dans le contexte de la COVID-19 ne visent pas uniquement l’Inde, mais s’appliquent à tout le monde.
Nous appliquons les politiques de prévention et de contrôle de la même manière pour toutes les personnes entrant en Chine, y compris nos propres concitoyens.

Comme je l’ai dit tout à l’heure, la Chine est prête à travailler avec tous les pays, dont l’Inde, pour prendre des dispositions appropriées afin de bien régler la question de la mobilité humaine dans le contexte de la COVID-19, à condition que la pandémie soit efficacement prévenue et contrôlée. Les mesures anti-épidémiques de la Chine sont scientifiques, professionnelles et appropriées. Nous procéderons à des réajustements en temps utile et prendrons des dispositions appropriées en fonction de l’évolution de la situation et des besoins en matière de lutte contre la pandémie.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1911192.shtml

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 28 septembre 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

2021/09/28

20

CCTV : Le 27 septembre, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a adressé un discours à la visioconférence intitulée « Le rôle de la Chine à l’ONU ». Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies. Pourriez-vous présenter le rôle joué par la Chine dans le maintien du statut et du rôle de l’ONU ?

https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/W020210924836864308671.jpgle Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi


Hua Chunying : Cette année revêt une grande signification pour les relations entre la Chine et l’ONU car elle marque le 50e anniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies. Au cours des cinq dernières décennies, la Chine a respecté scrupuleusement son engagement solennel pour la Charte des Nations Unies, sauvegardé fermement le système international centré sur l’ONU et les normes fondamentales régissant les relations internationales basées sur la Charte des Nations Unies, et préservé le rôle central de l’ONU dans les affaires internationales.

https://i0.wp.com/www.crif.org/sites/default/fichiers/images/ca_sest_passe_un_26_juin.jpg

Au cours des cinq dernières décennies, la Chine a continué d’apporter sa contribution à la cause de l’ONU. En tant que plus grand pourvoyeur de force de maintien de la paix parmi les membres permanents du Conseil de Sécurité, la Chine a, jusqu’à présent, participé à 29 missions de maintien de la paix de l’ONU en envoyant au total plus de 50 000 soldats. En tant que plus grand pays en développement, la Chine soutient activement l’agenda du développement durable des Nations Unies, et a atteint les objectifs de réduction de la pauvreté fixés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies avec 10 ans d’avance.

https://solidariteetprogres.fr/local/cache-vignettes/L844xH552/17-08-27-world-poverty_orig-16ac5.png?1611210221

Depuis les réformes de 1978 de Deng Xiaoping, 700 millions de Chinois sont sortis de l’extrême pauvreté. La Chine a vu son PIB augmenter de manière fulgurante  CF/https://solidariteetprogres.fr/documents-de-fond-7/politique/combat-contre-la-pauvrete-la-chine.html


La population chinoise sortie de la pauvreté représente plus de 70 % de la population mondiale sortie de la pauvreté au cours de la même période.

https://lepetitjournal.com/sites/default/files/styles/main_article/public/2020-12/sinopharm.jpg?itok=nEbW44dM

Face à la survenue de la pandémie de COVID-19, nous avons lancé la plus grande campagne humanitaire d’urgence à l’échelle mondiale dans l’histoire de la Chine nouvelle, activement honoré notre engagement de faire des vaccins contre la COVID-19 un bien public mondial et soutenu les efforts de l’ONU en la matière.

https://global.unitednations.entermediadb.net/assets/mediadb/services/module/asset/downloads/preset/assets/2018/04/08-04-2018-SC_ChinesePrez_P1V8335+%281%29.jpg/image1024x768.jpg

En se tenant à un nouveau point de départ historique, la Chine promouvra activement la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, continuera de participer pleinement aux affaires de l’ONU, s’efforcera de défendre le statut de l’ONU et de promouvoir les buts et principes de la Charte des Nations Unies, poursuivra le principe d’amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfices partagés, s’attachera au véritable multilatéralisme et restera un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde, un défenseur de l’ordre international et un fournisseur de biens publics. Nous sommes prêts à travailler avec le reste du monde pour apporter une plus grande contribution à favoriser la paix et le développement de l’humanité tout entière.

21

Agence de presse Xinhua : Le 27 septembre, le gouvernement de la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a publié le Rapport sur l’environnement d’affaires de Hong Kong : avantages uniques et opportunités illimitées. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

https://i0.wp.com/images.china.cn/site1002/2021-09/28/9179b4a6-6f81-4c89-8898-4430b242b31a.jpg   La ville peut prospérer grâce aux objectifs de développement du 14e Plan quinquennal, selon un rapport


Hua Chunying : Nous saluons et soutenons la publication par le gouvernement de la RAS de Hong Kong du Rapport sur l’environnement d’affaires de Hong Kong. Ce rapport a passé en revue de manière systématique des conséquences négatives des émeutes, ainsi que de la répression et des sanctions des États-Unis sur l’environnement d’affaires de Hong Kong depuis les « émeutes liées à l’amendement de la loi d’extradition », et a expliqué en profondeur la grande importance de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong et du perfectionnement du système électoral de la RAS pour l’économie et la société de Hong Kong.
Le rapport donne un aperçu global sur les perspectives prometteuses et les opportunités précieuses commerciales du développement de Hong Kong, et une réponse convaincante aux préoccupations de la communauté internationale concernant l’environnement d’affaires de Hong Kong. Avec un contenu précis et détaillé et des opinions objectives et justes, le rapport mérite la lecture attentive de tous ceux qui s’intéressent à Hong Kong et s’en soucient.

Depuis le retour de Hong Kong à la mère patrie, grâce au plein soutien du gouvernement central, son statut de place financière, de centre de transport maritime et de hub commercial international n’a cessé de se consolider et de se renforcer.

Et Hong Kong reste toujours l’une des économies les plus libres du monde et l’un des lieux d’affaires les plus prisés par les investisseurs internationaux, ce qui démontre pleinement les avantages du système d’« un pays, deux systèmes ».
La Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong et le nouveau système électoral de la RAS ont rendu l’État de droit de Hong Kong plus complet et plus perfectionné, la société plus sûre et plus stable, la gouvernance plus efficace et plus fluide, et les entreprises étrangères et institutions internationales prestigieuses à Hong Kong plus confiantes dans l’environnement d’affaires de Hong Kong. Le gouvernement central continue de mettre en place des politiques préférentielles en faveur de Hong Kong pour apporter des avantages majeurs au développement économique et social de la ville. Nous sommes convaincus que dans le processus d’intégration dans l’intérêt général du développement du pays, les atouts uniques de Hong Kong se feront davantage ressortir, la dynamique de son développement se renforcera davantage et cette « Perle de l’Orient » donnera des lumières encore plus brillantes.
Je tiens à réitérer que Hong Kong appartient à la Chine et que les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, et qu’aucune ingérence extérieure n’y sera permise. Comme les faits l’ont prouvé, les tentatives de certains pays visant à déstabiliser Hong Kong et à contenir le développement de la Chine en encourageant et en soutenant les forces anti-chinoises et déstabilisatrices à Hong Kong et en dénigrant de façon malveillante l’environnement d’affaires de Hong Kong n’aboutiront qu’à une impasse. Aucune perturbation ni pression extérieure ne pourra freiner la tendance historique de Hong Kong à passer du chaos à l’ordre, et de l’ordre à la prospérité, ni empêcher le système d’« un pays, deux systèmes » de progresser de manière solide et durable et de se tourner vers un avenir radieux !

22

Shenzhen TV : Selon des reportages, le Premier Ministre australien Scott Morrison a dit hier dans une interview que du côté de l’Australie, il n’y avait aucun obstacle au dialogue direct avec la Chine au niveau politique, mais que la Chine n’avait manifesté aucun intérêt à cette opportunité. Dans le même temps, les médias australiens ont commenté que, compte tenu d’une marge de manœuvre suffisante entre la Chine et les États-Unis, et du fait que l’Australie avait épuisé toutes les « balles » au nom des « principes de la démocratie » ces dernières années, l’Australie pourrait se retrouver dans une situation délicate où elle n’aurait plus de « carte à jouer » contre la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://i.la-croix.com/x/smart/2021/04/28/1201153074/premier-ministre-Scott-Morrison-avril-2021_0.jpg

le Premier Ministre australien Scott Morrison

Hua Chunying :La Chine est toujours d’avis que les relations d’État à État devraient et doivent se fonder sur le respect mutuel et le traitement d’égal à égal, et que les pays doivent respecter les intérêts vitaux, les préoccupations majeures et les droits et intérêts légitimes en matière de développement de part et d’autre. Que l’Australie veuille sincèrement améliorer et développer ses relations avec la Chine, ou qu’elle fasse le contraire de ce qu’elle dit, ou qu’elle aille même jusqu’à poignarder ouvertement la Chine dans le dos, la Chine a son propre jugement.
La situation difficile actuelle des relations sino-australiennes est entièrement causée par la partie australienne. Ce n’est pas ce que la Chine souhaite voir et l’Australie le sait bien. L’urgence pour le moment est que l’Australie doit regarder en face les racines des difficultés dans les relations entre les deux pays, et réfléchir sérieusement à la question de savoir si elle considère la Chine comme un partenaire ou une menace. L’Australie doit traiter la Chine et son développement de manière objective et correcte, suivre effectivement les principes de respect mutuel et de traitement d’égal à égal dans la gestion des relations Chine-Australie, et faire davantage pour renforcer la confiance mutuelle et promouvoir la coopération pragmatique entre les deux pays. Nous espérons que l’Australie corrigera ses paroles et actes erronés sur les relations avec la Chine depuis un certain temps, et prendra des mesures concrètes pour créer des conditions propices au rétablissement et à l’amélioration des relations entre les deux pays.

23

Global Times : Nous avons noté que certains médias américains avaient déclaré qu’après la libération et le retour au Canada des citoyens canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig, les Occidentaux travaillant en Chine avaient été informés qu’ils pourraient être arrêtés pour des accusations « fabriquées » et pris en « otage » par la Chine à tout moment à l’avenir. C’est justement le message de la reddition humiliante des États-Unis à la Chine dans la « diplomatie des otages » suite à l’affaire Meng Wanzhou. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Hua Chunying : Ces déclarations semblent familières. Tout comme certaines personnes aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux ont l’habitude de fabriquer et d’alimenter des rumeurs sensationnelles et absurdes sur les questions liées à la Chine, ceux qui font de telles déclarations ne font que « crier au loup » dans le but de salir la Chine en diffusant de fausses informations.
Nous avons déclaré à plusieurs reprises que Michael Kovrig et Michael Spavor étaient soupçonnés d’avoir commis des crimes mettant en danger la sécurité d’État de la Chine, avec des preuves concluantes. Les deux hommes ont avoué leurs crimes et ont rédigé de leurs propres mains des documents d’aveux et de repentir.
Il est notoire que les États-Unis sont l’inventeur de la « diplomatie des otages » et de la « diplomatie coercitive », dont le lieu de naissance et le siège se trouvent à Washington. Par leurs propres politiques et actions, les États-Unis ont fourni au monde de nombreux exemples classiques de diplomatie coercitive.

Alstom, l’entreprise française tombée aux mains des États-Unis d’une manière similaire, figure parmi les victimes.

https://cdni.rt.com/french/images/2019.07/article/5d2c78b309fac238748b456d.JPG

Frédéric Pierucci, lors de son entretien sur la chaîne YouTube Thinkerview.

sur RT France : https://francais.rt.com/international/63920-affaire-alstom-apres-25-mois-prison-etats-unis-frederic-pierucci-s-exprime-sans-filtre


 J’ai remarqué ce que l’ancien dirigeant d’Alstom Frédéric Pierucci avait franchement dit dans une récente interview accordée à CGTN. Il a dit :
« Je n’ai pas eu la chance d’avoir le soutien de mon entreprise comme Meng Wanzhou, et je n’ai pas eu la chance d’avoir le soutien de mon pays comme elle. J’ai vu dans l’affaire Huawei que toute l’entreprise était derrière elle du début à la fin. Et diplomatiquement aussi, la Chine a probablement fait beaucoup de choses pour arriver à ce genre d’accord. En fin de compte, aucun pays européen ne le dira, mais tout le monde au fond devrait être reconnaissant de ce qui se passe ici, car c’est vraiment l’une des premières fois qu’un pays tient vraiment tête aux États-Unis pour arrêter cette faute de la juridiction au bras long. En fait, cela profitera à beaucoup d’autres pays à condition qu’ils aient le courage de faire la même chose, de s’élever et de riposter. Voyons ce qui s’est passé, mais cela va probablement être un tournant. »

24

TASS : La première question, selon des médias étrangers, la République tchèque a signé une loi excluant les entreprises russes et chinoises de la participation à la construction d’une nouvelle unité à la centrale nucléaire de Dukovany. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères ?
Deuxièmement, le 28 septembre, le Ministre français des Affaires étrangères a appelé à la tenue d’un sommet des cinq membres permanents (P5) du Conseil de Sécurité. Il a indiqué que la France souhaitait que le Conseil de Sécurité ait la capacité d’exercer tout son mandat et d’engager le dialogue sur les sujets clés du contrôle des armements et de la sécurité collective. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?
Hua Chunying :En ce qui concerne votre première question, il est dans l’intérêt commun des deux parties que les entreprises chinoises et tchèques coopèrent sur la base de principes commerciaux et mutuellement bénéfiques. Nous espérons que la partie tchèque adhérera scrupuleusement aux principes de la concurrence loyale et de l’économie de marché et fournira un environnement d’affaires ouvert, équitable, transparent et non discriminatoire pour les entreprises étrangères dans leurs investissements et affaires en République tchèque.
Sur votre deuxième question, la Chine soutient l’initiative de tenir un sommet des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Nous estimons que dans les circonstances actuelles, le renforcement de la coordination des dirigeants des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité sur la situation internationale, les questions majeures et la promotion de la coopération internationale anti-épidémique est d’une signification importante pour préserver le multilatéralisme et l’ordre international post-guerre, sauvegarder l’autorité des

25

AFP : Le Secrétaire général de l’OTAN (Organisation du Nations Unies et du Conseil de Sécurité, et maintenir la paix et la stabilité internationales.traité de l’Atlantique Nord) a exprimé son inquiétude face à l’expansion de l’arsenal nucléaire de la Chine et a appelé à tenir des négociations sur la maîtrise des armements avec la Chine. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

https://i.ytimg.com/vi/49kYVMBZcFs/maxresdefault.jpg

Hua Chunying :La Chine exprime ses graves préoccupations et son opposition résolue à la « théorie de la menace nucléaire chinoise » autour de laquelle l’OTAN n’a cessé de faire du tapage ces derniers jours.

La Chine poursuit toujours une stratégie nucléaire d’autodéfense. Elle adhère au principe de non-recours en premier aux armes nucléaires à tout moment et en toutes circonstances, et s’engage clairement à ne pas employer ni menacer d’employer, en aucun cas, les armes nucléaires contre les pays et zones exempts d’armes nucléaires.
La Chine n’a jamais participé à une course aux armements nucléaires, quelle que soit la forme, et n’a jamais déployé d’armes nucléaires à l’étranger. Tout pays qui n’a pas l’intention de menacer ou de compromettre la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale de la Chine ne sera pas menacé par les forces de défense chinoises et ne devrait pas se sentir menacé.
Ce qui devrait réellement préoccuper la communauté internationale, c’est la politique de partage nucléaire de l’OTAN. Nous espérons que l’OTAN exhortera la partie américaine à assumer effectivement ses responsabilités spéciales et prioritaires en matière de désarmement nucléaire, et à continuer de réduire drastiquement et réellement son arsenal nucléaire, afin de créer des conditions propices à la réalisation finale du désarmement nucléaire global et complet.

26

Beijing Youth Daily : Nous avons remarqué que le Premier Ministre des Îles Salomon Manasseh Sogavare avait déclaré le 26 septembre dans son discours prononcé lors de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies que les Îles Salomon, en tant qu’État partie du Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud, soutenaient fermement la dénucléarisation de la région et ne souhaitaient pas voir la répétition de l’histoire de la pollution nucléaire dans la région. L’océan est l’artère vitale pour l’existence et le développement des pays insulaires du Pacifique, dont les Îles Salomon. Compte tenu de la conclusion récente de l’accord de coopération sur les sous-marins à propulsion nucléaire entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, il est probable que cela posera des risques similaires pour la région du Pacifique Sud. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://d2t3awir4hhcxt.cloudfront.net/images/news/cb43f3fb-39fa-40b0-bf56-4629524ac952_big.webp le Premier Ministre des Îles Salomon Manasseh Sogavare


Hua Chunying :La région du Pacifique Sud est victime et une zone gravement touchée de la pollution nucléaire. Beaucoup parmi vous ne savent peut-être qu’entre 1946 et 1958, les États-Unis ont effectué 67 essais nucléaires dans les Îles Marshall, causant des dégâts considérables, irrémédiables et irrévocables à la vie et à la santé des habitants locaux ainsi qu’à l’environnement biologique local.
Les États-Unis ont déversé 63 fois des déchets nucléaires dans le Pacifique, faisant subir de plein fouet des conséquences aux habitants des Îles Marshall, et causant l’augmentation nette du taux de cancers, de leucémie et d’anomalies congénitales parmi les habitants locaux.

La teneur en plutonium-239 et plutonium-240 des échantillons de sol de l’atoll de Bikini est 1 000 fois supérieure à celle de Tchernobyl et de Fukushima.

https://img.over-blog-kiwi.com/1/97/38/92/20160829/ob_034b9c_carte.gif

La coopération en matière de sous-marins à propulsion nucléaire entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie porte atteinte au Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud, jetant une fois de plus une ombre de prolifération sur la région du Pacifique Sud.
Cela entraîne naturellement des préoccupations et des doutes des pays de la région et même de la communauté internationale. Les populations de la région du Pacifique Sud ne doivent pas devenir une fois de plus les victimes de la politique des blocs et de la confrontation militaire poursuites par certains pays.
Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie doivent rejeter leur mentalité obsolète de la guerre froide, retirer leur décision erronée concernée dans une attitude responsable et s’abstenir de porter une fois de plus préjudice aux populations des pays insulaires du Pacifique Sud.

27

Beijing Daily : Selon des reportages, la Directrice adjointe de département du Comité central du Parti des Travailleurs de Corée Kim Yo Jong a dit le 25 septembre que la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et la République de Corée ne pourraient avoir des échanges heureux et régler des questions comme le sommet des dirigeants qu’à condition que l’équité et le respect mutuel soient assurés. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://resize-parismatch.lanmedia.fr/img/var/news/storage/images/paris-match/actu/international/kim-yo-jong-la-soeur-de-kim-jong-un-a-nouveau-promue-1760686/28967070-1-fre-FR/Kim-Yo-Jong-la-soeur-de-Kim-Jong-Un-a-nouveau-promue.jpg

La Directrice adjointe de département du Comité central du Parti des Travailleurs de Corée Kim Yo Jong

Hua Chunying : La RPDC et la République de Corée sont de même origine ethnique et ont les liens de sang. En tant que voisin proche, la Chine soutient depuis toujours la RPDC et la République de Corée dans leurs efforts visant à améliorer leurs relations et à faire progresser la réconciliation et la coopération par le dialogue et les consultations. Nous souhaitons que les deux parties fassent preuve de bonne volonté, déploient des efforts conjoints et continuent de créer une atmosphère et des conditions favorables au règlement politique de la question de la péninsule.

28

CCTV : Le 27 septembre, le gouvernement japonais a publié un projet de stratégie de cyber-sécurité pour les trois prochaines années, considérant pour la première fois la Chine, la Russie et la RPDC comme des cyber-menaces. Selon le projet, ces trois pays pourraient être impliqués dans des cyber-activités hostiles, et le Japon prendra des mesures diplomatiques et les poursuites pénales pour y riposter vigoureusement. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.francetvinfo.fr/pictures/ttc8i9o0eEeCD2jp8Pk2cuSxZdM/0x23:3765x2146/944x531/filters:format(webp)/2018/11/15/php5u9J5x.jpg

Le ministre japonais chargé de la cyber-sécurité Yoshitaka Sakurada lors d’une conférence de presse à Tokyo, le 2 octobre 2018. (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)


Hua Chunying: Au mépris des faits de base, la partie japonaise a calomnié et attaqué la Chine de manière déraisonnable sur la question de la cybersécurité, et a fait du tapage mal intentionné autour de la « menace des pays voisins ». La Chine s’y oppose résolument.
Quel pays du monde s’engage dans des activités de cyber vols et quel pays est le plus grand « empire de hackers » qui se livre à toutes sortes de vols et d’écoute, sans épargner même ses alliés ? Je crois que vous en avez une idée claire. La partie japonaise comprise. La partie japonaise a dénigré la Chine sur la question des cyber attaques. A-t-elle reçu un ordre de quelqu’un pour l’aider à détourner l’attention ?
Nous espérons que la partie japonaise engagera une réflexion profonde sur elle-même, partira de ses propres intérêts et fera davantage pour renforcer la confiance politique mutuelle avec les pays voisins et favoriser la paix et la stabilité régionales. La Chine continuera de prendre des mesures nécessaires pour défendre sa propre cybersécurité et riposter résolument à tout acte erroné visant à politiser la cybersécurité.

29

Associated Press du Pakistan : Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a qualifié dans un tweet l’inclusion de la zone côtière de Karachi dans le Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) de point tournant et a dit espérer voir Karachi devenir ainsi une ville portuaire développée. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://i0.wp.com/www.fr24news.com/fr/a1/wp-content/uploads/2021/09/Le-Premier-ministre-pakistanais-Imran-Khan.jpg?fit=650%2C400&ssl=1 Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan


Hua Chunying : Lors de la 10e réunion du Comité de coopération conjoint du CECP qui s’est tenue il y a quelques jours, les parties chinoise et pakistanaise ont convenu d’inclure le projet de Zone côtière de développement intégral de Karachi (KCCDZ) dans le cadre du CECP et dans la liste des acquis de la réunion

.https://www.asie21.com/wp-content/uploads/2020/12/Axe-majeur-et-les-2-re%CC%81gions-proble%CC%81matiques-du-CPEC-1320x741.png

L’avancement des différents programmes qui composent l’initiative chinoise du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC*) fléchit. Les raisons en sont multiples. Celle de la corruption a pris de telles proportions que même Pékin s’en alarme ! Si l’on excepte les projets ponctuels comme les centrales électriques, les difficultés que rencontre celui de l’axe ferré central sont préoccupantes tant pour Pékin qu’Islamabad. Sans la réalisation complète de cet axe, la raison d’être du CPEC, après avoir miroité, disparaîtrait comme une bulle de savon. Les deux régions situées à ses extrémités constituent de redoutables obstacles : le Baloutchistan au sud, le Gilgit-Baltistan au nord cf/ https://www.asie21.com/2020/12/19/pakistan-chine-le-cpec-axe-et-obstacles/

La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégique de tout temps, et le CECP est un projet phare de l’Initiative « la Ceinture et la Route ».
La Chine est disposée à travailler avec le Pakistan pour mettre en œuvre consciencieusement l’important consensus atteint par les dirigeants des deux pays et les acquis du Comité de coopération conjoint du CECP, mener à bien la construction et l’exploitation des projets existants, mettre en valeur les caractéristiques saine, verte et numérique du corridor, renforcer la coopération dans des domaines tels que l’industrie, la technologie, l’agriculture et le bien-être social, et faire avancer la construction conjointe de qualité du CECP, afin de donner un nouvel élan au développement des relations sino-pakistanaises ainsi qu’à la construction économique et sociale et à l’amélioration du bien-être de la population des deux pays.

30

Prasar Bharati : Hier, des étudiants indiens spécialisés dans la médecine se sont rendus à l’Ambassade de Chine en Inde, exprimant leur volonté de retourner en Chine dans le plus bref délai. Que pense la Chine de leur demande ?

Hua Chunying : J’ai déjà donné hier une réponse très détaillée à la question que vous avez posée.

Compte tenu de la propagation continue de la COVID-19 à l’échelle mondiale, le gouvernement chinois a dû adopter une série de mesures de gestion en réponse à la pandémie, qui seront réajustées en temps opportun en fonction de l’évolution de la situation, afin d’assurer une mobilité humaine sûre, saine et ordonnée entre la Chine et l’étranger sur fond d’épidémie. Je tiens à souligner que les mesures de prévention et de contrôle pour les entrées en Chine s’appliquent à toutes les personnes qui entrent dans le pays, y compris les citoyens chinois.

31

The Paper : Selon des reportages, le Conseil de Sécurité tiendra une réunion aujourd’hui pour commémorer le 25e anniversaire de la conclusion du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Toutes les parties appelleront à poursuivre des efforts en vue d’une entrée en vigueur rapide du traité et de la réalisation rapide de l’objectif d’un monde sans armes nucléaires. Mais en même temps, l’accord sur les sous-marins à propulsion nucléaire entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie a choisi d’aller dans la direction inverse. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://global.unitednations.entermediadb.net/assets/mediadb/services/module/asset/downloads/preset/Libraries/Production+Library/21-01-2021_ICAN_nuclear-ban.jpg/image1170x530cropped.jpg Des manifestants demandent l’interdiction des armes nucléaires.


Hua Chunying : Cette année marque le 25e anniversaire de la conclusion du TICE, qui est devenu un pilier essentiel du régime international de désarmement et de non-prolifération nucléaires et a joué un rôle important dans la limitation de la course aux armements et le maintien de la stabilité stratégique mondiale. L’interdiction des essais nucléaires est devenue un consensus international.
La Chine soutient fermement les buts et objectifs du TICE et a été parmi les premiers pays signataires. Au cours des 25 dernières années, nous avons toujours respecté scrupuleusement notre engagement en faveur d’un moratoire sur les essais nucléaires. La Chine soutient l’entrée en vigueur rapide du traité et continuera d’y apporter sa part de contribution, en déployant des efforts inlassables pour atteindre le noble objectif de l’interdiction totale et de la destruction complète des armes nucléaires.
Le TICE et le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) sont des piliers importants du régime international de désarmement et de non-prolifération nucléaires. Tout en favorisant une entrée en vigueur prompte du TICE, la communauté internationale doit aussi défendre effectivement l’autorité, l’universalité et l’efficacité du TNP.
La coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie en matière de sous-marins à propulsion nucléaire présente de graves risques de prolifération nucléaire et viole l’esprit du TNP. Elle créera un mauvais précédent et encouragera d’autres pays à faire de même, ce qui nuira au régime international de non-prolifération nucléaire et aggravera la course aux armements dans la région. La communauté internationale doit s’unir ensemble pour s’opposer à cette coopération trilatérale sur les sous-marins nucléaires et ne jamais rester les bras croisés.

32

NHK : La RPDC a lancé un autre missile ce matin. Elle a testé avec succès un missile de croisière à longue portée vers le 10 septembre et a tiré deux autres missiles le 15 septembre. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Hua Chunying : La partie chinoise a noté les reportages concernés. La Chine préconise que toutes les parties avancent dans le même sens, suivent l’approche à double voie et le principe d’actions échelonnées et synchronisées, pour discuter des solutions équitables aux préoccupations de toutes les parties et promouvoir conjointement le processus de règlement politique de la question de la Péninsule coréenne.

33

Beijing Youth Daily : La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a déclaré hier que les Chefs d’État de la Chine et des États-Unis avaient évoqué l’affaire Meng Wanzhou lors de leur entretien téléphonique début septembre. Selon elle, la politique américaine à l’égard de la Chine n’a pas changé, et les États-Unis ne cherchent pas le conflit, mais maintiennent une relation de concurrence avec la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://i.f1g.fr/media/madame/1900x1900/sites/default/files/img/2021/09/jen-psaki_0.jpg    La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki


Hua Chunying : Le Parti et le gouvernement chinois attachent toujours une grande importance à la protection des droits et intérêts légitimes et légaux de chaque citoyen chinois. Depuis que Mme Meng Wanzhou avait été détenue de manière déraisonnable au début du mois de décembre 2018, le Président Xi Jinping y a accordé une attention personnelle, et le gouvernement chinois a œuvré à tous les niveaux et à diverses occasions pour fournir une protection et une assistance consulaires à Mme Meng, a déposé des représentations solennelles auprès des États-Unis et du Canada, et leur a demandé d’abandonner les accusations erronées contre Mme Meng et d’assurer son retour en toute sécurité en Chine le plus rapidement possible.
Lors de l’entretien Chine-États-Unis qui s’est tenu à Tianjin il y a peu, la partie chinoise a présenté deux listes à la partie américaine, à savoir une liste des propos et des actes erronés que la partie américaine doit arrêter, et une liste des cas prioritaires qui préoccupent la partie chinoise.
Les deux listes exigent clairement que les États-Unis annulent les accusations erronées contre Meng Wanzhou et garantissent son retour en Chine en toute sécurité au plus tôt. Lors de leur entretien téléphonique, les Chefs d’État de la Chine et des États-Unis ont mené une communication et des échanges stratégiques francs, approfondis et vastes sur les relations sino-américaines et des questions d’intérêt commun.

Le Président Xi Jinping a spécialement évoqué l’affaire Meng Wanzhou, en a exposé la position de la Chine et a demandé la partie américaine de la résoudre adéquatement dans les meilleurs délais.

La résolution appropriée de l’affaire Meng Wanzhou revêt une signification positive. J’ai pris note que des médias avaient fait des commentaires selon lesquels la résolution de cette affaire a permis d’enlever une épine profondément enfoncée dans les relations sino-américaines.
Cependant, à cause de la politique erronée envers la Chine mise en œuvre par la partie américaine depuis un certain temps, il existe encore de nombreuses autres épines, petites ou grandes, dans les relations bilatérales sino-américaines.
Nous espérons que la partie américaine y accordera une grande importance et prendra des actions concrètes pour vider ces deux listes.
Comme l’a souligné le Président Xi Jinping, lorsque la Chine et les États-Unis coopèrent, les deux pays et le monde entier en profitent, et lorsqu’ils s’affrontent, les deux pays et le monde entier en subissent les lourdes conséquences.
Nous espérons que la partie américaine ira dans la même direction que la Chine, renforcera le dialogue et la coopération à la lumière de l’esprit de l’entretien téléphonique des deux Chefs d’État, gérera adéquatement les divergences et ramènera les relations sino-américaines sur la bonne voie du développement régulier le plus tôt possible.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/W020210929801389478527.jpg

J’ai également remarqué que le Conseiller d’État Wang Yi et le Secrétaire générale des Nations Unies António Guterres avaient échangé leurs points de vue sur les relations sino-américaines lors de leur récent entretien par liaison vidéo.
Wang Yi a brièvement présenté les tenants et les aboutissants de la situation actuelle des relations entre la Chine et les États-Unis, affirmant qu’il est très évident de savoir qui a raison et qui a tort. Face aux répressions déraisonnables, aux rumeurs et aux calomnies de la part des États-Unis, la Chine n’a pas d’autre choix que de s’élever et de riposter résolument pour défendre sa souveraineté et sa dignité nationale et sauvegarder le droit légitime au développement de son peuple.
La partie américaine a récemment déclaré qu’elle ne voulait pas la confrontation et la guerre froide et avait exprimé l’espoir de voir les relations américano-chinoises revenir sur les rails.
Nous espérons que les États-Unis traduiront leurs paroles en actions concrètes et remettront la politique américaine à l’égard de la Chine sur une voie rationnelle et pragmatique. Si les États-Unis honorent leurs engagements, la Chine travaillera dans le même sens avec eux pour répondre conjointement à la question du siècle de savoir où iront les relations sino-américaines et donner une réponse à la hauteur des attentes des peuples des deux pays à la question de savoir comment bien développer les relations sino-américaines, question que personne ne peut éviter.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1911663.shtml

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 29 septembre 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

2021/09/29

34

CCTV : Le 28 septembre, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a dit que la coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie sur les sous-marins à propulsion nucléaire était une « question très délicate » pour les garanties et la surveillance de l’AIEA.
Ce sera la première acquisition de sous-marin à propulsion nucléaire par un État non doté d’armes nucléaires au sens du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), ce qui signifie que l’uranium hautement enrichi contenu dans les réacteurs des sous-marins nucléaires se soustraira aux garanties et à la surveillance de l’AIEA.
L’agence mènera des négociations techniques complexes avec les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie et s’engagera à assurer que le système de non-prolifération international ne s’affaiblira pas.
Le même jour, un porte-parole du Président philippin a dit que le Président philippin Rodrigo Duterte s’inquiétait que le partenariat trilatéral en matière de sécurité (AUKUS) noué entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie susciterait une éventuelle « course aux armements nucléaires ». Quels sont les commentaires de la Chine ?

https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/article_detail_desktop/public/media/2021/09/27/file7hmd0tuitc6lcz5nmoe.jpg?h=852447d8&itok=l3A7v7HL  le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi


Hua Chunying : Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont noué un partenariat trilatéral en matière de sécurité et envisagent de mener une coopération sur les sous-marins à propulsion nucléaire, ce à quoi la communauté internationale accorde une grande attention et prend garde, et de nombreux pays expriment leurs préoccupations et doutes. La partie chinoise a également remarqué les déclarations du Directeur général Rafael Grossi et du Président Rodrigo Duterte.

https://cdn.unitycms.io/image/ocroped/1200,1200,1000,1000,0,0/Xuc0Ayj-DgA/EQr2s6iSKCrBk_ssHlBsTi.jpg  Rodrigo Duterte, ici à Manille le 22 septembre 2021, n’a pas précisé à quelle date il compte quitter la vie politique. KEYSTONE


Hier, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a indiqué, lors du dialogue stratégique de haut niveau Chine-Union européenne (UE) qu’il a coprésidé avec le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell, que cet acte des trois pays poserait trois risques pour la paix et la stabilité régionales ainsi que l’ordre international.

https://i0.wp.com/be.chineseembassy.org/fra/zxxx/W020210930691871326380.jpg

Le 28 septembre 2021, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell ont coprésidé, par liaison vidéo, le 11e cycle de dialogue stratégique de haut niveau Chine-UE.


Premièrement, le risque de la recrudescence de la guerre froide. Les trois pays ont tracé une ligne idéologique pour créer un nouveau bloc militaire, ce qui accentuera les tensions géopolitiques. Alors que la communauté internationale s’oppose généralement à la guerre froide et à la division, la partie américaine a ouvertement violé sa déclaration politique de ne pas engager une nouvelle guerre froide et a formé un « petit clan » anglo-saxon, en plaçant ses intérêts géopolitiques égoïstes au-dessus de la solidarité internationale, ce qui relève d’une mentalité typique de la guerre froide.
Deuxièmement, le risque de la course aux armements. Cet acte incitera certains pays de la région à accélérer leur développement militaire, même à chercher à franchir le seuil nucléaire, et aggravera le risque de conflit militaire. Les États-Unis, d’une part, sanctionnent et répriment d’autres pays sous prétexte de développement de technologies nucléaires, et d’autre part, transfèrent eux-mêmes ouvertement des technologies nucléaires à un État non doté d’armes nucléaires. Il s’agit là d’une pratique typique du « deux poids deux mesures ».
Troisièmement, le risque de la prolifération nucléaire. Fournir des matières nucléaires permettant de fabriquer des armes nucléaires à un État non doté d’armes nucléaires sous prétexte de la construction de sous-marins à propulsion nucléaire laissera l’uranium hautement enrichi de qualité militaire se soustraire à la surveillance nécessaire et engendrera un énorme risque de prolifération. Cette pratique ébranlera le système de non-prolifération et portera atteinte au Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud et aux efforts des pays de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) dans la construction d’une zone dénucléarisée en Asie du Sud-Est. Il s’agit d’une méprise typique de règles.

La communauté internationale doit accorder une attention particulière à la question de savoir si la matière nucléaire dans les réacteurs des sous-marins nucléaires, invérifiables par le système de garanties et de surveillance de l’AIEA, sera utilisée pour des armes nucléaires.

L'édifice qui abrite les bureaus de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, en Autriche.
L’édifice qui abrite les bureaus de l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne, en Autriche. Photo : AP Photo/Ronald Zak

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTPs-Poz9P2Brlq2oV-xXSKXF5ODFcq8r4TdveVSHvuoYAPgfgLf7El1mbc0oynmduQZMs&usqp=CAU

Comme le dit le Directeur général Rafael Grossi, la coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie sur les sous-marins à propulsion nucléaire conduira à la première acquisition de sous-marin nucléaire par un État non doté d’armes nucléaires, ce qui laissera l’uranium hautement enrichi se soustraire aux garanties et à la surveillance de l’AIEA.

Bref, les trois pays ont profité, de façon malintentionnée, de lacunes des règles internationales pour mener ouvertement des activités de prolifération.

L’AIEA créera un précédent pour les garanties et la surveillance des sous-marins nucléaires de l’Australie, ce qui implique les droits et obligations de tous les États membres de l’AIEA, surtout des États parties au TNP, et exercera un profond impact sur le système de non-prolifération international. Cela n’est en aucun cas une question entre le Secrétariat de l’AIEA, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, mais nécessite les consultations et la gestion communes de tous les États membres de l’AIEA. La Chine communiquera avec le Secrétariat de l’AIEA et les autres États membres pour défendre fermement l’autorité et l’efficacité du système de non-prolifération international.

35

TASS : Selon Reuters, les États-Unis ont eu des échanges diplomatiques avec la Chine pour réduire les achats de pétrole brut iranien. Selon des informations, il s’agit d’une des questions soulevées par la Secrétaire d’État adjointe américaine Wendy Sherman lors de sa visite en Chine à la fin du mois de juillet dernier. Quels sont vos commentaires à cet égard ?
Hua Chunying : Sur la question de la coopération économique et commerciale normale entre la Chine et l’Iran, la position de la Chine est très claire et constante. La Chine et l’Iran respectent toujours les principes d’égalité, de bénéfices mutuels, de coopération gagnant-gagnant et commerciale, et mènent une coopération dans le cadre du droit international. Nous nous opposons fermement à toute sanction unilatérale et exhortons les États-Unis à lever rapidement la soi-disant « exterritorialité » judiciaire visant les entités et individus tierces.

36

NHK : L’élection présidentielle du Parti libéral-démocrate (PLD), au pouvoir au Japon, a eu lieu aujourd’hui. L’ancien Ministre des Affaires étrangères Fumio Kishida est sorti gagnant. Il succèdera à Yoshihide Suga pour occuper le poste de Premier Ministre. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Hua Chunying : Nous avons remarqué le résultat de l’élection qui vient d’être annoncé. La Chine est disposée à travailler avec la nouvelle équipe dirigeante du Japon, tout en respectant scrupuleusement les principes et l’esprit énoncés dans les quatre documents politiques entre la Chine et le Japon, pour approfondir la coopération pragmatique dans divers domaines et promouvoir le développement sain et stable des relations sino-japonaises sur la bonne voie.

37

HRTN : Selon des reportages, le 27 septembre, en marge de la 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, les Missions permanentes de la Chine, du Bélarus, de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et du Venezuela ont tenu conjointement une vidéoconférence à Genève sur la violation des droits des peuples autochtones par les États-Unis, le Canada et l’Australie. Des représentants des peuples autochtones canadiens et australiens et des universitaires chinois ont révélé lors de la conférence les crimes graves commis par les trois pays à l’encontre des peuples autochtones. Les représentants de nombreux pays ont exhorté les trois pays à prendre des mesures concrètes pour améliorer la situation des droits de l’homme des peuples autochtones. Pourriez-vous présenter davantage les informations concernées ? Quels sont vos commentaires à cette conférence ?
https://ise.unige.ch/isdd/IMG/arton264.jpg      L’article 43 stipule que les droits reconnus dans cette déclaration établissent des “normes minimales nécessaires à la survie, à la dignité et au bien-être des populations autochtones du monde.” CF/ https://www.jinxgeneve.ch/declaration-des-nations-unies-sur-les-droits-des-peuples-autochtones/

Hua Chunying : Cette vidéoconférence, organisée conjointement par les Missions permanentes de la Chine et des trois autres pays à Genève, a vu la participation des Missions permanentes, des représentants d’organisations non-gouvernementales et des journalistes de nombreux pays.
Les représentants chinois ont indiqué lors de la conférence que les droits des peuples autochtones aux États-Unis, au Canada et en Australie étaient devenus un « trou noir » en matière des droits de l’homme.
Cette conférence est tenue pour les peuples autochtones dans ces trois pays, parce que leurs voix doivent être entendues davantage et que leurs droits doivent être valorisés par plus de personnes. La communauté internationale doit porter une plus grande attention à la question de droits de l’homme des peuples autochtones aux États-Unis, au Canada et en Australie, mener des enquêtes sur les violations des droits de l’homme des peuples autochtones et traduire les auteurs en justice. Les trois pays doivent réfléchir sur eux-mêmes, enquêter à fond sur l’histoire des pensionnats autochtones, rendre la justice et la vérité aux peuples autochtones et résoudre réellement leurs graves problèmes de droits de l’homme.
Lors de la conférence, des représentants des communautés autochtones et des descendants des peuples autochtones au Canada et en Australie ont indiqué l’un après l’autre que depuis des siècles, pour s’emparer des intérêts, les colonisateurs s’étaient approprié les terres où les peuples autochtones avaient vécu pendant des générations, et avaient pillé arbitrairement diverses ressources. Par conséquent, les peuples autochtones ont été soumis à la discrimination raciale et à l’exploitation économique pendant longtemps et même aux risques du génocide ethnique et culturel. Les colonisateurs ont obligé des enfants autochtones à quitter leurs parents et à entrer dans des « pensionnats autochtones » sous le couvert de la protection. Cependant, leur but réel est d’éradiquer les langues parlées et écrites, les systèmes de connaissances et les identités des peuples autochtones afin de les assimiler. Des siècles sont passés. Aujourd’hui, les lois et politiques discriminatoires à l’encontre des peuples autochtones sont encore en vigueur dans ces trois pays. Les peuples autochtones restent le groupe le plus opprimé et le plus touché par la pauvreté dans la société des trois pays.
Les diplomates de tous les pays participant à la conférence ont aussi déclaré que les États-Unis, le Canada et l’Australie se prenaient pour des « pionniers des droits de l’homme », mais leurs propres situations des droits de l’homme étaient « criblées de trous ».
La communauté internationale doit condamner les violations arbitraires des droits de l’homme par ces pays. Tous les participants ont remercié les Missions permanentes de la Chine et d’autres pays pour avoir tenu cette conférence et exprimé leur admiration à ceux qui avaient le courage de se prononcer pour les peuples autochtones.

Ils ont émis le souhait que la communauté internationale agisse pour éradiquer l’injustice sociale et historique et exhorte les États-Unis, le Canada et l’Australie à donner une explication aux peuples autochtones.

38

Kyodo News : Le règlement de l’affaire Meng Wanzhou a permis d’enlever une épine enfoncée dans les relations sino-américaines. Alors sera-t-il possible que le Président Xi Jinping et le Président américain Joe Biden se rencontrent en marge du Sommet du G20 qui se tiendra en Italie en novembre ? Une éventuelle rencontre entre les dirigeants des deux pays est-elle plus probable qu’avant ?
Hua Chunying : À travers votre question, je peux ressentir votre vif souhait de voir les relations sino-américaines s’améliorer le plus tôt possible et de voir toutes les grandes et petites épines qui existent encore dans les relations sino-américaines s’enlever grâce aux contacts continus entre les deux parties. Nous vous remercions pour ce bon souhait. Cependant, les contacts et les échanges entre les Chefs d’État doivent être déterminés par les consultations entre les deux parties. Je n’ai aucune information à cet égard pour le moment.
Comme je l’ai dit hier, nous avons présenté deux listes à la partie américaine lors des pourparlers sino-américains à Tianjin. Nous espérons que les États-Unis prêteront attention aux préoccupations de la Chine et prendront des mesures concrètes pour raccourcir ces deux listes jusqu’à néant dès que possible.

39

Associated Press du Pakistan : Le 27 septembre, le Forum des médias Chine-Pakistan s’est tenu par liaison vidéo. Les participants ont appelé les médias des deux pays à renforcer leur coopération et à lutter ensemble contre les fausses nouvelles afin de promouvoir la paix, la stabilité et le développement régionaux. Quelle est votre réponse ?
Hua Chunying : Merci pour votre attention à ce forum. Le Forum des médias Chine-Pakistan a été organisé le 27 septembre par liaison vidéo par l’Institut des études sur la paix et la diplomatie (IPDS), un think-tank pakistanais. L’Ambassadeur de Chine au Pakistan Nong Rong a également participé au forum et y a prononcé un discours.
https://i1.wp.com/cpecinfo.com/wp-content/uploads/2020/10/c5d648eb-8972-42ad-a085-cdcc5d4412ae-845x475.jpg  La Chine a nommé S.E. Nong Rong comme premier ambassadeur sans carrière du Pakistan. Il a pris ses fonctions à Islamabad et a tenu d’importantes réunions avec des hauts fonctionnaires, dont celui du ministère des Affaires étrangères depuis son arrivée. Il livrerait un message spécial de la bonne volonté du président Xi pour le Pakistan au président pakistanais la semaine prochaine. De plus, il présentera ses lettres de créance au président lors de la cérémonie. cf/ http://cpecinfo.com/pakistan-warmly-welcomes-the-new-chinese-ambassador-h-e-nong-rong/

Comme vous l’avez mentionné, tous les invités participant à ce forum ont appelé les médias des deux pays à renforcer la coopération et à lutter ensemble contre les fausses nouvelles. Je pense que cela est très nécessaire et très urgent dans la situation actuelle, car nous avons vu que certains pays et individus avaient fabriqué et diffusé beaucoup de fausses informations malveillantes à des fins politiques de s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays, de mettre en danger la sécurité et de discréditer l’image d’autrui.
Ces fausses informations malveillantes créent le chaos, minent la solidarité, nuisent à la confiance mutuelle et entravent la coopération, constituant l’ennemi commun de tous les pays du monde. Par conséquent, non seulement la Chine et le Pakistan devraient travailler ensemble pour lutter contre les fausses informations, mais nous espérons également que de plus en plus de pays se rendront compte des dangers des fausses informations, travailleront ensemble pour lutter contre les fausses informations et créeront un environnement médiatique international sain, rationnel, objectif et amical pour les reconnaissances mutuelles correctes, les échanges amicaux et la coopération mutuellement bénéfique entre les peuples de divers pays.

40

MASTV : Le chef du Commandement central des États-Unis Frank McKenzie a récemment déclaré qu’il assumait toute la responsabilité de l’attaque de drone qui a tué 10 civils afghans en août dernier. Dans le même temps, le porte-parole des Talibans afghans Zabihullah Mujahid a affirmé que les États-Unis avaient violé la souveraineté de l’Afghanistan ainsi que les normes du droit international en envoyant des drones dans son espace aérien. Il a averti les États-Unis des « conséquences » qu’ils subiraient s’ils poursuivaient leurs activités illégales en utilisant les drones dans l’espace aérien afghan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.24newshd.tv/digital_images/large/2021-09-18/general-kenneth-mckenzie-1631934509-3136.jpg      General Kenneth McKenzie


Hua Chunying : Tout d’abord, je tiens à souligner que l’Afghanistan est un pays indépendant et souverain. La partie américaine doit respecter effectivement la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan.
Les 20 ans pendant lesquels les États-Unis sont restés en Afghanistan ont été marqués par d’innombrables tragédies, dont la mort de civils et leur déplacement. Comme vous l’avez mentionné, le 29 août dernier, l’armée américaine a envoyé un drone tuer 10 civils à Kaboul, dont plusieurs enfants, et ce n’est que la partie émergée de l’immense iceberg des innombrables tragédies et crimes commis par les États-Unis en Afghanistan.
J’ai vu des reportages selon lesquels, en 2008, les forces américaines ont lancé une frappe aérienne dans un village de la province d’Hérat, tuant près de 100 civils, dont 50 enfants et 19 femmes. J’ai également vu des reportages indiquant que durant leur présence en Afghanistan, les militaires américains ont mis en œuvre un projet mondial de laboratoires de production de drogue, ce qui a entraîné l’augmentation de plus de 40 fois de la production d’opiacés en Afghanistan pendant cette période.
La Cour pénale internationale (CPI) a également souligné qu’entre 2003 et 2014, l’armée américaine avait commis de graves violations des droits de l’homme telles que des méthodes cruelles et violentes pour extorquer des aveux, des tortures et de mauvais traitements, ce qui pourrait constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Comme nous le savons tous, c’est pour cette raison que l’administration américaine a annoncé l’année dernière des sanctions sur le personnel de la CPI impliqué dans l’enquête sur les crimes en question, ce qui a suscité le mécontentement de la communauté internationale.

https://mobile-img.lpcdn.ca/lpca/924x/r3996/f6aa872b-6fa8-11eb-a88b-02fe89184577.jpg

Les troupes américaines se sont retirées de l’Afghanistan de manière irresponsable et précipitée. Elles sont parties, mais ont laissé au peuple afghan innocent le désastre et la souffrance, ainsi que de graves défis liés à la condition de vie et à l’épidémie. Aujourd’hui, alors que le peuple afghan a finalement retrouvé une opportunité pour la paix et la reconstruction de son pays, la communauté internationale doit soutenir le peuple afghan pour qu’il prenne en main son propre destin et l’aider à maintenir la stabilité, à prévenir le chaos et à s’orienter vers un bon développement, tout en respectant la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan.

https://cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/O5W5SQHC7JE43LJ6SS6LHOHEDU.jpg

En tant qu’auteur de la question afghane, les États-Unis, face aux accusations et condamnations de la communauté internationale, doivent faire preuve de sens des responsabilités en tant que grand pays, présenter des excuses sincères, mener une enquête sérieuse et approfondie, réfléchir en profondeur sur eux-mêmes et offrir une compensation complète. Et plus important encore, les États-Unis doivent corriger leurs défauts chroniques qui consistent à s’ingérer militairement et arbitrairement dans d’autres pays et à imposer leur volonté à d’autres pays, afin de ne plus laisser les tragédies historiques se reproduire.

41

Agence de presse Yonhap : Selon des reportages de Korean Central News Agency du 29 septembre, l’Académie des sciences de la défense de la RPDC a lancé avec succès dans la matinée du 28 septembre un missile hypersonique nouvellement développé. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://newsfr.cgtn.com/v/BfJEA-CEA-HEA/EedDBAA/EedDBAA.jpg la RPDC a lancé avec succès dans la matinée du 28 septembre un missile hypersonique nouvellement développé.


Hua Chunying : La Chine a noté les reportages concernés et les nouvelles tendances récentes dans tous les aspects liés à la Péninsule coréenne. Nous espérons que les parties concernées prendront en compte l’intérêt général de la paix et de la stabilité dans la péninsule, garderont leur sang-froid et feront preuve de retenue, iront dans la même direction et rechercheront des solutions réalisables pour répondre de manière équilibrée aux préoccupations de chacun conformément à l’« approche à double voie » et au principe d’actions échelonnées et synchronisées, et faire progresser conjointement le règlement politique de la question de la péninsule.
Concernant la situation dans la Péninsule coréenne, car l’Agence de presse Yonhap y accorde toujours une grande attention, j’aimerais en dire quelques mots de plus. Nous avons remarqué qu’un haut fonctionnaire du Département d’État des États-Unis avait récemment déclaré que les États-Unis avaient exprimé directement à la RPDC leur volonté d’entamer un dialogue et d’organiser une rencontre sans conditions préalables.
Le Représentant permanent de la RPDC auprès des Nations Unies a également appelé les États-Unis à annuler définitivement les exercices militaires conjoints et les déploiements stratégiques autour de la Péninsule coréenne, et à prendre des mesures concrètes pour renoncer à leurs politiques hostiles à la RPDC. Quelle que soit l’évolution de la situation, la Chine préconise toujours que toutes les parties concernées doivent faire preuve de retenue et aller dans le même sens, établir une confiance mutuelle et régler la question par le dialogue et la consultation.
Dans les circonstances actuelles, la clé pour sortir de l’impasse dans la péninsule et relancer le dialogue est de prendre au sérieux et de résoudre les préoccupations légitimes et raisonnables de la RPDC. Au lieu de crier des slogans vides pour le dialogue, les États-Unis doivent faire preuve de sincérité et présenter un plan de dialogue attirant. Il est impératif d’activer dès que possible les clauses réversibles des résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la RPDC et de faire des réajustements nécessaires pour les mesures de sanctions pertinentes, notamment celles liées aux aspects humanitaires et au bien-être de la RPDC. Cela contribue à relancer le dialogue dans la péninsule et à y maintenir la paix et la stabilité, et constitue également une obligation pour la mise en œuvre complète des résolutions du Conseil de Sécurité relatives à la RPDC.

42

TASS : Selon Times of India, l’armée indienne a déployé une artillerie plus sophistiquée le long de la ligne de contrôle réel (LAC) sur la frontière entre la Chine et l’est du Ladakh. Selon des informations, trois régiments d’obusiers M777 auraient été déployés. Quels sont vos commentaires à cet égard ?
Hua Chunying : L’Inde poursuit depuis longtemps une « politique d’avancement » et traverse illégalement la LAC pour grignoter le territoire chinois, ce qui est la cause profonde des tensions dans la situation frontalière Chine-Inde. La Chine s’oppose à toute course aux armements dans les zones frontalières contestées à des fins de compétition militaire pour le contrôle et sauvegarde toujours fermement la souveraineté et la sécurité territoriales nationales, tout en s’engageant à maintenir la paix et la stabilité dans les zones frontalières avec l’Inde.

43

Beijing Daily : Selon des reportages, la Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis a déclaré le 27 septembre qu’elle lancera un programme de 1,9 milliard de dollars américains pour rembourser les opérateurs de télécommunications américains des régions rurales qui désinstallent les équipements fabriqués par des entreprises chinoises telles que Huawei. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
https://www.investopedia.com/thmb/BYduZrVbk6ZQmNZKYrpTVt4Stl8=/3000x2000/fcc-holds-vote-on-repeal-of-net-neutrality-rules-892859738-065ab3c8f8c34ddfb5d17d98ef83afcd.jpg  Le terme Federal Communications Commission (FCC) fait référence à une agence gouvernementale américaine indépendante qui supervise toutes les communications interétatiques et internationales. CF/ https://thepressfree.com/definition-de-la-commission-federale-des-communications-fcc/

Hua Chunying : Alors que la pandémie et la situation économique aux États-Unis sont toutes très graves, ces 1,9 milliard de dollars américains pourraient être utilisés là où les besoins sont plus urgents.
Les États-Unis ne cessent de diffamer et de salir Huawei et d’autres entreprises chinoises, sans jamais montrer des preuves factuelles. La soi-disant « sécurité nationale » n’est qu’une excuse maladroite des États-Unis pour imposer l’« intimidation nationale » à des entreprises chinoises de haute technologie et pratiquer le protectionnisme commercial. Nous ne nous intéressons point à ce que les États-Unis font chez eux. Mais ils doivent corriger leurs erreurs et cesser d’abuser du pouvoir d’État, arrêter d’inventer des accusations infondées ainsi que de recourir à toutes sortes de moyens pour réprimer les entreprises chinoises. Le gouvernement chinois continuera de défendre fermement les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

44

Beijing Youth Daily : Daniel Drezner, professeur à l’Université Tufts des États-Unis et chercheur senior de l’Institution Brookings, a récemment publié un article dans le magazine Foreign Affairs, dans lequel il a critiqué les administrations américaines pour avoir abusé de la coercition et de la violence économiques et avoir pris les sanctions pour la solution de prédilection aux problèmes diplomatiques, ce qui, selon lui, non seulement n’a pas donné de résultats mais a causé des catastrophes humanitaires. Il a écrit que « les États-Unis d’Amérique » étaient déjà devenus « les États-Unis des sanctions ». Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://assets.website-files.com/5c6da46343f791fb0eb3479f/5d4d8cae313d9a0f8665c967_Daniel-Drezner-sq-sm.jpg

Daniel Drezner, professeur à l’Université Tufts des États-Unis

Hua Chunying : Je pense que ce professeur de l’Université Tufts que vous avez mentionné est d’une grande ingéniosité. « Les États-Unis des sanctions » est un nom taillé sur mesure et bien mérité pour les États-Unis.
Depuis longtemps, les États-Unis ont adopté de façon fréquente des pratiques d’intimidation unilatérales en abusant de leur hégémonie financière et de leurs avantages technologiques. Ils ont imposé des sanctions à long terme à des pays tels que Cuba, la RPDC, l’Iran et le Venezuela, ont provoqué des « guerres commerciales » contre de nombreux pays à leur gré et ont arbitrairement réprimé les entreprises étrangères de hautes technologies au nom de la sécurité nationale. Les États-Unis ne se contentent pas de sanctionner les pays qu’ils considèrent comme ennemis ou rivaux, mais ils ont également adopté des pratiques d’extraterritorialité illégales et unilatérales contre les tierces parties ayant des échanges avec ces pays, sans même épargner les entités et les individus de leurs alliés.
Les sanctions et les actes arbitraires des États-Unis sans discernement ont gravement porté atteinte à la souveraineté et à la sécurité des autres pays, ont sévèrement impacté les économies et les conditions de vie des pays concernés, ont sérieusement violé les principes de l’économie de marché et les règles économiques et commerciales internationales, et ont sapé la sécurité et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Dans le même temps, cela nuit également à leurs propres intérêts.
Puisque certaines personnes aux États-Unis continuent toujours de parler de « coercition », il faut souligner que la « coercition économique » trouve son origine et son siège à Washington, et que la « coercition » a toujours été un point fort et une caractéristique des États-Unis. L’administration américaine elle-même n’a jamais hésité à utiliser le terme « diplomatie de coercition » et en est même très fière. Les États-Unis ont donné au monde des exemples typiques de diplomatie coercitive par leurs politiques et actions, à savoir la réalisation de leurs objectifs stratégiques à travers notamment la menace militaire, l’isolement politique, les sanctions économiques et le blocus technologique.

Les étiquettes de « coercition économique » et de « diplomatie de coercition » conviennent, sans aucun doute, le plus aux États-Unis.

En tant que membre de la communauté internationale, l’administration américaine doit tenir compte des conseils des personnalités clairvoyantes tant dans le pays qu’à l’étranger, abandonner l’ancienne voie consistant à imposer des sanctions et des pressions à tout bout de champ, et renoncer à l’hégémonie, à l’intimidation et aux actes arbitraires. En tant que grand pays majeur dans le monde, les États-Unis doivent vraiment jouer un rôle constructif pour la paix, la stabilité et le développement du monde.

45

CCTV : Des acheteurs de panneaux solaires et des développeurs d’énergie solaire américains ont déclaré le 27 septembre lors d’une séance de promotion industrielle qu’en raison des inquiétudes à l’égard de la surveillance de l’administration américaine, en particulier d’une proposition d’augmentation des droits d’importation, certains fabricants chinois de panneaux solaires avaient déjà cessé d’exporter des panneaux solaires vers les États-Unis, ou menaçaient de le faire. Selon eux, cela pourrait saper les objectifs de l’administration Biden en matière d’énergie verte et provoquer un chômage massif pour les ouvriers américains engagés dans l’installation de panneaux. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Hua Chunying : Comme nous le savons tous, les États-Unis utilisent le soi-disant « travail forcé » au Xinjiang qui est purement un gros mensonge comme excuse pour réprimer de manière déraisonnable les entreprises photovoltaïques du Xinjiang et imposer des sanctions sur leurs produits photovoltaïques. Cet acte américain sans aucun fondement moral viole les principes de l’économie de marché et les règles régissant le commerce international, perturbe et sape les chaînes d’approvisionnement et industrielles internationales. Comme l’Histoire et les pratiques l’ont prouvé à maintes reprises, ceux qui soulèvent la pierre finiront par la laisser tomber sur leurs pieds, et les sanctions illégales unilatérales, tout comme des boomerangs, finiront par revenir sur eux-mêmes et par nuire à leurs propres intérêts. Nous en avons vu de nombreux exemples. Nous espérons que les États-Unis auront une compréhension claire de cela et s’abstiendront de faire des choses qui nuisent à la fois à autrui et à eux-mêmes, sinon ce sera le peuple américain qui paie les tributs.

46

The Paper : Nous avons remarqué aujourd’hui que l’Ambassade de Chine aux États-Unis a tenu une conférence de presse pour le rapatriement injustifié d’un étudiant chinois par les États-Unis. Pourriez-vous fournir des informations à ce sujet ?
https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/610268b9d286c24acf4bb476/1280x720-webp/0611463556995-web-tete.webp  Nommé ambassadeur pour la toute première fois, Qin Gang ne manque néanmoins pas d’expérience. (Liu Jie/XINHUA/Xinhua via AFP CF/ https://www.lesechos.fr/monde/chine/qin-gang-3-choses-a-savoir-sur-le-nouvel-ambassadeur-de-chine-a-washington-1335617

Hua Chunying : Récemment, des étudiants chinois aux États-Unis ont subi des interrogatoires et des rapatriements injustifiés par les forces de l’ordre américaines. Le cas rendu public par le porte-parole de l’Ambassade de Chine aux États-Unis en est un exemple.
Un étudiant chinois titulaire d’un visa légal délivré par l’administration américaine a récemment été interrogé et harcelé sans raison valable par la partie américaine à l’entrée de la frontière. Après avoir été confiné dans une petite pièce pendant plus de 50 heures sans nourriture ni repos convenables, il a été expulsé par la partie américaine via un pays tiers pour des accusations gratuites.
L’action des États-Unis a gravement porté atteinte aux droits et intérêts légitimes de l’étudiant chinois et a causé de graves dommages physiques et mentaux à lui et à sa famille. Ce n’est pas un cas isolé.
Par exemple, il n’y a pas longtemps, une étudiante chinoise a été interrogée sans raison pendant près d’une heure par la partie américaine à l’aéroport de San Francisco avant de quitter les États-Unis pour la Chine, et a donc failli manquer son voyage de retour. En outre, moins d’un mois après que trois étudiants chinois ont été interrogés à leur entrée aux États-Unis puis rapatriés en août dernier, plusieurs autres cas similaires se sont produits.

https://marketing-chine.com/wp-content/uploads/2015/06/chinese_students_graduating.jpg

les étudiants internationaux chinois de 2015

Les actions arbitraires des États-Unis sont illégales, injustes et immorales. Dans chaque cas, la Chine a déposé des représentations solennelles auprès des États-Unis en première instance et leur a demandé de corriger immédiatement leurs erreurs.

L’administration américaine actuelle prétend accueillir les étudiants chinois. Mais en réalité, elle poursuit les pratiques erronées de l’administration précédente et restreint ou supprime les études ou les recherches des étudiants chinois aux États-Unis. Dernièrement, la situation est allée de mal en pis. Sous le prétexte de l’application de la loi, les États-Unis ont utilisé des excuses intenables pour harceler, interroger ou même rapatrier des étudiants chinois. À notre connaissance, au cours de ces interrogatoires, les États-Unis n’ont cessé d’interroger les étudiants pour savoir s’ils ont adhéré au Parti communiste chinois (PCC) et s’ils servent le gouvernement chinois. Les États-Unis ont insisté pour examiner la question sous l’angle idéologique et pour lier les échanges humains, culturels et universitaires à la politique. Parfois ils ont fini par admettre qu’il n’y avait pas assez de preuves pour soutenir le rapatriement. En d’autres termes, il s’agit d’une persécution, d’une manipulation et d’une arnaque politiques visant à créer artificiellement des confrontations et des conflits. Étant donné que certains aux États-Unis accusent sans fondement la Chine de maltraiter les ressortissants étrangers en Chine, l’hypocrisie et l’insolence des États-Unis sont ainsi mises à nu.
Les échanges entre les peuples constituent le fondement social des relations sino-américaines. Les étudiants chinois aux États-Unis jouent un rôle positif dans la promotion de la compréhension mutuelle et de l’amitié entre les deux pays.

Une coopération éducative et culturelle normale sert les intérêts des deux parties. Nous exhortons la partie américaine à honorer son engagement d’accueillir favorablement les étudiants chinois, à cesser immédiatement d’abuser du concept de sécurité nationale, à ne plus rapatrier, harceler et interroger les étudiants chinois, à arrêter de porter atteinte aux droits et intérêts légitimes des citoyens chinois.

Les États-Unis doivent veiller à ce que de tels incidents ne se reproduisent plus. La partie chinoise continuera de soutenir les étudiants chinois dans la sauvegarde de leurs droits et intérêts légitimes conformément à la loi, et rappelle également aux étudiants chinois de prendre conscience de leur sécurité et de se prémunir contre des incidents similaires.

47

Reuters : Nous avons beaucoup parlé des États-Unis aujourd’hui. La Secrétaire américaine au Commerce a déclaré hier que le gouvernement chinois continuait d’empêcher les entreprises chinoises d’acheter des avions Boeing américains, dont la valeur s’élève jusqu’à des dizaines de milliards de dollars américains. Est-ce vrai ?

https://static.latribune.fr/full_width/1604335/joe-biden-va-nommer-gina-raimondo-gouverneure-de-rhode-island-au-commerce-selon-une-source.jpg

Gina Raimondo – secrétaire au Commerce des États-Unis

Hua Chunying: Veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes sur les détails du commerce entre la Chine et les États-Unis. Toutefois, je tiens à souligner que les relations économiques et commerciales sino-américaines sont par nature mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, et qu’une guerre commerciale n’entraînera qu’une situation perdant-perdant. La Chine a toujours fermement défendu le système commercial multilatéral avec l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en son centre, et s’est toujours comportée en conformité avec les règles commerciales internationales. Je pense que la communauté internationale voit très clairement qui a politisé, idéologisé et militarisé les questions économiques et commerciales ces dernières années en brandissant le bâton de sanctions. Nous espérons que la partie américaine respectera effectivement les principes de l’économie de marché et les règles économiques et commerciales internationales, et travaillera avec la Chine pour promouvoir le développement sain et stable des relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis.

48

Question de suivi : À votre connaissance, la Secrétaire américaine au Commerce dit-elle la vérité en ce qui concerne les avions Boeing ?
Hua Chunying : La question que vous avez mentionnée est de savoir si les entreprises chinoises vont acheter des avions Boeing. C’est une affaire entre les entreprises, et le Ministère des Affaires étrangères ne s’ingère pas dans des questions commerciales et économiques spécifiques entre les entreprises. Nous espérons que les deux parties développeront des relations économiques et commerciales saines, normales et mutuellement bénéfiques dans le respect des principes de l’économie de marché et des règles commerciales.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1912240.shtml

Voir le point 37

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s