4571 -Chine – Conférences de presse des 17 & 16 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Conférence de presse du 17 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/09/17

1/25

CCTV : Le Président Xi Jinping participera aujourd’hui par liaison vidéo à la 21e réunion du Conseil des chefs d’États de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et à un sommet conjoint des dirigeants des États membres de l’OCS et de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur la question de l’Afghanistan. Y a-t-il un représentant chinois qui y participera sur place ?

https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/W020210919816963188150.jpg

Zhao Lijian : Pour soutenir la participation par vidéo du Président Xi Jinping au Sommet de l’OCS, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, en tant que représentant spécial du Président Xi Jinping, participera sur place à la réunion à Douchanbé, au Tadjikistan.

2

AFP : Premièrement, une enquête a révélé que la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva avait demandé à son personnel de modifier un rapport de la Banque mondiale pendant son mandat de Directrice générale de la Banque mondiale, pour éviter de fâcher la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, qui représentera la Chine à la prochaine Assemblée générale des Nations Unies ?

https://www.challenges.fr/assets/img/2020/01/26/cover-r4x3w1000-5e2d91cb1a106-31507275c12db75d0e6890fe76d627265b5b9016-jpg.jpg

la Bulgare Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), le 20 janvier 2020 au Forum économique de Davos, en Suisse – AFP – Fabrice COFFRINI


Zhao Lijian : Concernant votre première question, Mme Kristalina Georgieva a déjà publié une déclaration sur le site Web du FMI, je vous conseille de vous informer auprès des parties concernées.
Nous avons remarqué que la Banque mondiale avait récemment publié une déclaration sur la suspension de la publication du Rapport Doing Business.
Le gouvernement chinois attache une grande importance à l’amélioration de l’environnement d’affaires, et ses réalisations en la matière sont évidentes pour tous.
Nous espérons que la Banque mondiale mènera une enquête approfondie sur les questions concernées en se basant sur des faits et des règles, dans le respect des principes de professionnalisme, d’objectivité, d’impartialité et de transparence et en stricte conformité avec ses procédures d’examen internes, afin de mieux préserver le professionnalisme et la crédibilité du Rapport Doing Business ainsi que la réputation de la Banque mondiale elle-même et de ses pays membres.
Concernant votre deuxième question, je n’ai pas d’information à publier pour le moment.

3

PTI : Aujourd’hui, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar et le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi se sont entretenus en marge des réunions de l’OCS. Avez-vous un bulletin d’information sur leur entretien ? Pourriez-vous en fournir plus d’informations ?

https://i0.wp.com/french.xinhuanet.com/2019-08/12/138304049_15656518808631n.jpg

BEIJING, 12 août (Xinhua) — Le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est entretenu lundi avec le ministre indien des Affaires extérieures Subrahmanyam Jaishankar, en visite à Beijing.


Zhao Lijian : Le 16 septembre, heure locale, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré sur invitation, à Douchanbé, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar.
Le Conseiller d’État Wang Yi a indiqué que la Chine avait toujours une attitude positive pour traiter adéquatement les questions frontalières sino-indiennes.
Les échanges récents entre les départements chargés des affaires étrangères et militaires des deux pays ont été sérieux et efficaces, et la situation frontalière entre les deux pays s’est atténuée dans son ensemble. Wang Yi a exprimé l’espoir que l’Inde travaillerait dans le même sens que la Chine, ferait avancer continuellement l’apaisement de la situation, et passerait du traitement d’urgence à une gestion régulière.
Il faut consolider les acquis du désengagement des troupes en première ligne, respecter scrupuleusement les accords et le consensus conclus entre les deux pays, sauvegarder ensemble la paix et la tranquillité dans les zones frontalières et éviter que des incidents frontaliers ne se reproduisent.
Le Conseiller d’État Wang Yi a souligné que la Chine et l’Inde, deux économies émergentes, devraient continuer de rester attachées au consensus stratégique, selon lequel elles ne constituent pas une menace l’une pour l’autre mais représentent des opportunités de développement, et faire en sorte que les relations bilatérales et la coopération pragmatique entre les deux pays entrent dans un rail de développement sain et régulier. Cela correspond aux intérêts communs des deux pays et favorise la paix et le développement de la région et du monde.
Le Ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a dit que l’Inde et la Chine avaient enregistré des progrès dans le traitement de la situation frontalière mais qu’il restait pour elles des questions à résoudre.
La partie indienne est prête à travailler avec la Chine pour observer les accords conclus entre les deux parties, promouvoir des résultats encourageants dans le prochain cycle de réunion au niveau des commandants d’armée des deux pays, et défendre réellement la paix et la tranquillité dans les zones frontalières.
Subrahmanyam Jaishankar a dit espérer que les deux parties travailleront ensemble pour remettre les relations bilatérales sur le bon rail et guideront les différentes parties dans l’élaboration d’une perception plus active et mutuellement bénéfique des relations bilatérales.
La partie indienne ne croit pas à la théorie de « choc de civilisations » et estime que le maintien de la solidarité entre les pays asiatiques est très important. Pour réaliser la solidarité entre les pays asiatiques, la coopération entre l’Inde et la Chine est indispensable. L’Inde entend conjuguer ses efforts avec ceux de la Chine pour renforcer la communication et la coordination dans des cadres tels que les BRICS et l’OCS et relever les défis planétaires tels que le terrorisme.

4

Bloomberg : La Chine a demandé à adhérer à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP). La partie chinoise est-elle prête à mener des consultations avec les départements australiens en matière d’adhésion à cet accord ? Et si oui, quand cela aurait-il lieu ?

https://www.acte-international.com/upload/docs/image/jpeg/2018-11/cptpp-ptpgp.jpg.associated/th-1000x375-cptpp-ptpgp.jpg.jpg

Zhao Lijian : Il y a près d’un an, la Chine a exprimé la volonté d’envisager activement de rejoindre le CPTPP. Au cours de l’année écoulée, la Chine a eu des contacts informels avec les membres de l’accord conformément aux règlements du CPTPP.

https://c8.alamy.com/zoomsfr/9/521f2c9df513434a89d9b1e9fd7d8277/2em2aak.jpg

le Ministre chinois du Commerce Wang Wentao


Sur la base des études et d’une évaluation approfondies des termes de l’accord et en fonction des procédures et étapes concernées, le Ministre chinois du Commerce Wang Wentao a soumis récemment la demande officielle de la Chine pour rejoindre le CPTPP dans une lettre adressée au Ministre néo-zélandais du Commerce Damien O’Connor, le dépositaire de l’accord.

https://www.rnz.co.nz/assets/news_crops/90644/eight_col_2410-2019-0915192118352482724174.jpeg?1572514478

Biosecurity Minister Damien O’Connor. Photo: RNZ / Dom Thomas


Nous sommes d’avis que sur la base de la conclusion de l’Accord de partenariat économique régional global (RCEP), l’adhésion de la Chine au CPTPP contribuerait à l’intégration économique dans la région Asie-Pacifique et faciliterait la reprise économique, le développement du commerce et la croissance des investissements dans le monde dans la période post-COVID-19.
Concernant votre question spécifique, la Chine suivra, dans la prochaine étape, les procédures concernées du CPTPP pour avoir les consultations nécessaires avec les membres.

5

Agence de presse Yonhap : Premièrement, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a tenu une réunion sur le lancement de missiles balistiques par la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Quelle est la position de la Chine là-dessus ? Deuxièmement, les pourparlers à six sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne n’ont pas eu lieu depuis plus de dix ans. Comment la Chine envisage-t-elle la perspective d’une reprise de ces pourparlers ?

https://resize-lejdd.lanmedia.fr/f/webp/r/620,310,forcex,center-middle/img/var/europe1/storage/images/lejdd/international/tirs-de-missiles-nord-coreens-un-nouveau-dossier-a-gerer-pour-la-presidence-biden-4033867/56910018-1-fre-FR/Tirs-de-missiles-nord-coreens-un-nouveau-dossier-a-gerer-pour-la-presidence-Biden.jpg

A Seoul, des habitants Sud-Coréens apprennent à la télévision le lancement de missiles balistiques nord-coréens, jeudi matin. (Sipa)


Zhao Lijian : Pour votre première question, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a discuté de ce dossier lors de ses consultations internes, au cours desquelles la Chine a réitéré sa position de principe.
Nous pensons que la stabilité générale dans la Péninsule coréenne n’a pas été obtenue facilement. Toutes les parties doivent garder à l’esprit l’intérêt général, faire preuve de sang-froid, de retenue et de prudence dans leurs paroles et leurs actions, afin d’éviter la détérioration et l’escalade de la situation et de veiller à ce que la question de la Péninsule coréenne reste sur la voie du règlement politique.
Nous espérons que les parties concernées s’en tiendront à la bonne voie du dialogue et du contact, abandonneront l’ancienne voie de l’hostilité et de la confrontation, et rechercheront une solution politique efficace à la question de la Péninsule coréenne en suivant effectivement l’approche à double voie et le principe d’actions échelonnées et synchronisées.
La Chine est toujours d’avis que le Conseil de Sécurité doit jouer un rôle positif et constructif dans la promotion du processus de règlement politique de la question de la Péninsule coréenne.
La Chine et la Russie ont appelé à plusieurs reprises le Conseil de Sécurité à déclencher dès que possible les dispositions réversibles des résolutions relatives à la RPDC et à apporter des ajustements nécessaires aux sanctions concernées, notamment les dispositions dans les secteurs humanitaire et de bien-être du peuple de la RPDC, afin de créer les conditions et l’atmosphère nécessaires pour sortir de l’impasse actuelle et reprendre le dialogue. La Chine continuera de déployer des efforts agissants à cette fin.
En ce qui concerne votre deuxième question, les pourparlers à six sont un mécanisme efficace pour promouvoir la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule et en Asie du Nord-Est, ainsi qu’une plateforme importante pour améliorer les relations entre les parties.
Les objectifs fixés dans le cadre des pourparlers à six et les principes consistant à répondre aux préoccupations de toutes les parties de manière synchronisée, réciproque et équilibrée ont jusqu’à aujourd’hui une portée directrice. Bien entendu, la reprise des pourparlers à six est confrontée à de nombreuses difficultés, ce qui exige que toutes les parties aillent dans la même direction.
Actuellement, la situation de la Péninsule coréenne se trouve à un moment important et sensible. Toutes les parties doivent faire preuve de prudence dans leurs paroles et leurs actions et continuer de promouvoir fermement le processus de règlement politique de la question de la péninsule.

6

Beijing Youth Daily : Le 16 septembre, la Chine, la Russie, le Pakistan et l’Iran ont tenu une réunion informelle sur la question afghane. Pourriez-vous présenter brièvement la réunion ?

https://newsfr.cgtn.com/n/BfJEA-CEA-EEA/BaCDBAA.jpg

Les chefs de la diplomatie chinoise Wang Yi – russe Sergueï Lavrov – pakistanaise Shah Mahmood Quereshi et le ministre adjoint iranien des Affaires étrangères Seyed Rasoul Moussavi sont parvenus à ce consensus lors d’une réunion informelle sur l’Afghanistan dans la capitale tadjike, Douchanbé.


Zhao Lijian : Le 16 septembre, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a tenu une réunion à Douchanbé avec le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le Ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi et le Représentant de haut niveau du Ministre iranien des Affaires étrangères Rasoul Mousavi en marge des sommets de l’OCS et de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) pour discuter de la situation en Afghanistan. Le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a présidé la réunion.
Toutes les parties ont réaffirmé leur engagement à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Afghanistan et dans la région. Elles ont souligné que la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan devaient être respectées, que le principe de base d’un « processus de paix conduit et pris en charge par les Afghans » devait être mis en œuvre et que le droit du peuple afghan à rechercher la paix, la tranquillité, le développement et la prospérité devait être défendu.
Toutes les parties ont souligné que les États-Unis et leurs alliés assumaient les principales responsabilités de la reconstruction sociale et économique de l’Afghanistan, et devaient fournir à l’Afghanistan des aides économique, humanitaire et de bien-être social dont il avait un besoin urgent.
Toutes les parties estiment que l’Afghanistan doit réaliser la réconciliation nationale et mettre en place un gouvernement inclusif qui tienne compte des intérêts de tous les groupes ethniques. Notant les défis auxquels l’Afghanistan est confronté en matière de sécurité, elles ont souligné la nécessité de coordonner les efforts pour faire face à des menaces telles que le terrorisme et le trafic de drogue, afin de préserver la stabilité régionale ainsi que les préoccupations et les intérêts légitimes des pays voisins.
Toutes les parties ont exprimé leurs préoccupations face à l’incertitude de la situation humanitaire et socio-économique en Afghanistan et au risque éventuel de flux de réfugiés, ont fait remarquer la nécessité pour l’Afghanistan de retrouver la paix et la reprise économique, et ont appelé la communauté internationale à continuer de fournir une aide humanitaire à l’Afghanistan.
Toutes les parties sont convenues de poursuivre la coordination et de convoquer des réunions à différents niveaux aux moments opportuns.

7

NHK : Premièrement, l’élection à la présidence du Parti libéral-démocrate japonais commence aujourd’hui. Le résultat de cette élection aura un grand impact sur le candidat au poste de nouveau Premier Ministre du Japon. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, l’Union européenne (UE) a publié la stratégie indo-pacifique, déclarant qu’elle renforcera les relations économiques avec Taiwan et s’efforcera d’envoyer des navires des États membres dans la région indo-pacifique. Quels sont les commentaires de la Chine en la matière ?

https://img.lemde.fr/2020/09/01/0/0/3500/2057/664/0/75/0/4ce71ab_5242207-01-06.jpg

Les candidats à la succession de Shinzo Abe – de gauche à droite … Fumio Kishida – Yoshihide Suga et Shigeru Ishiba.


Zhao Lijian : Votre première question est une affaire intérieure du Japon, et la Chine n’a aucun commentaire à faire.
En ce qui concerne votre deuxième question, la participation de la région chinoise de Taiwan à la coopération économique doit être traitée conformément au principe d’une seule Chine. Nous nous opposons résolument à la discussion et à la signature des accords avec des implications de souveraineté et de nature officielle entre n’importe quel pays et la région chinoise de Taiwan. Sur cette question, la position de la Chine est claire et résolue. Concernant l’envoi dans la région Asie-Pacifique de navires par les pays extérieurs, la Chine espère que les pays extérieurs respecteront l’aspiration des pays de la région au maintien de la paix et de la stabilité et à la promotion de la coopération et du développement, et s’abstiendront de prendre des mesures qui pourraient compliquer la situation.

8

Reuters : Cette semaine, l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont annoncé la mise en place d’une nouvelle alliance. Peu après, la Chine a déposé une demande d’adhésion au CPTPP. Quelle est la signification de l’adhésion de la Chine au CPTPP annoncée en ce moment ?

https://i1.wp.com/www.fr24news.com/fr/a1/wp-content/uploads/2021/09/1631779431_Les-Etats-Unis-la-Grande-Bretagne-et-lAustralie-forment-une-nouvelle-alliance.jpg?fit=720%2C379&ssl=1

Zhao Lijian : Je viens de présenter le contexte de la demande officielle d’adhésion de la Chine au CPTPP, qui n’a aucun lien avec l’accord entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie.
Je tiens à souligner que la Chine est un défenseur ardent de la libéralisation et de la facilitation du commerce et un participant important à la coopération et à l’intégration économique dans la région Asie-Pacifique. La demande officielle de la Chine à adhérer au CPTPP démontre une fois de plus la ferme détermination de la Chine à élargir son ouverture sur l’extérieur et à promouvoir la coopération économique régionale.

https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/morland-js680931622-web.jpg?itok=3VXdaEyg

Un coup d’œil sur la carte du monde et le constat de la naissance de l’alliance Aukus le confirment : la France a de bonnes raisons d’être en colère, les États-Unis n’ont pas d’alliés, ils n’ont que des vassaux. Et Emmanuel Macron ne s’est pas trompé sur la mort de l’Alliance atlantique, écrit ce journaliste britannique CF/ https://www.courrierinternational.com/article/vu-du-royaume-uni-le-pacte-aukus-montre-que-macron-raison-sur-lotan

Vous venez de relier ces deux choses. Tout le monde peut voir que la Chine promeut la coopération économique et l’intégration économique régionale, alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie promeuvent la guerre et la destruction.

9

Prasar Bharati : Vous venez de mentionner la prise de position du Ministre indien des Affaires étrangère Subrahmanyam Jaishankar lors de sa rencontre avec le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi à Douchanbé. M. Jaishankar a également dit que les relations entre l’Inde et la Chine devaient être fondées sur le respect mutuel. Selon lui, par conséquent, il faut éviter de considérer les relations bilatérales sous l’angle des relations avec des pays tiers. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.globalindiafoundation.org/5ksm%20d.JPG

Ministre indien des Affaires étrangère Subrahmanyam Jaishankar

Zhao Lijian : La Chine est d’accord avec la position indienne selon laquelle« il faut éviter de considérer les relations entre la Chine et l’Inde sous l’angle des relations avec des pays tiers ». La Chine et l’Inde sont toutes deux des pays importants en Asie. Le développement des relations sino-indiennes a sa propre logique. Les relations Chine-Inde n’ont jamais visé une tierce partie.

10

HRTN : Le vaisseau spatial habité Shenzhou-12 est revenu sur Terre il y a un peu plus d’une heure. D’après nos informations, le Shenzhou-13 est déjà bien préparé pour être lancé dans l’univers en octobre prochain. Le développement rapide de la cause spatiale chinoise a suscité une grande attention en Chine comme à l’étranger. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://www.cite-espace.com/content/uploads/2021/09/shenzhou12-retour-titre.001.jpeg

Le 17 septembre, le vaisseau Shenzhou-12 s’est posé avec succès dans le désert de Gobi. Nie Haisheng, Liu Boming et Tang Hongbo reviennent ainsi de la station spatiale chinoise après une mission de 92 jours, la plus longue pour leur pays.   CF/ https://www.cite-espace.com/actualites-spatiales/shenzhou12-retour-2021/

https://mobile-img.lpcdn.ca/lpca/924x/r3996/831c28d29ae63dd2802a0aa6955db117.jpeg

PHOTO GREG BAKER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE – Les astronautes Tang Hongbo, Nie Haisheng et Liu Boming avant leur départ pour la station spatiale chinoise. CF/ https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2021-09-17/mission-shenzhou-12/les-premiers-astronautes-de-la-station-chinoise-de-retour-sur-terre.php


Zhao Lijian : Peu avant la conférence de presse d’aujourd’hui, j’ai regardé avec enthousiasme sur la télévision le moment historique du retour sur Terre du vaisseau spatial habité Shenzhou-12, comme beaucoup d’entre vous. Nous nous félicitons du retour du Shenzhou-12, et accueillons la rentrée triomphale de nos trois astronautes héros !
Depuis son lancement et entrée dans l’espace réussis le 17 juin, l’équipage du Shenzhou-12 a travaillé et vécu dans le complexe de station spatiale pendant 90 jours, au cours desquels il a effectué avec succès une série de tâches opérationnelles, dont la réparation et l’entretien extravéhiculaires, le remplacement d’équipements et l’exploitation scientifique de charges, et a établi un nouveau record de durée de séjour dans l’espace en un seul vol pour les astronautes chinois.
Hier, le vaisseau Shenzhou-12 s’est séparé avec succès du module de la station spatiale Tianhe, et a effectué avec le complexe de station spatiale des essais de circumnavigation et de rendez-vous radial, ce qui a permis de vérifier avec succès la technologie de rendez-vous radial et de jeter des bases technologiques importantes pour les futures missions habitées.

Alors que nous accueillons et célébrons le retour du Shenzhou-12, nous ne pouvons nous empêcher de nous rappeler du lancement réussi du vaisseau spatial habité Shenzhou-5 en 2003.

Dix-huit ans se sont écoulés depuis que la Chine a commencé à effectuer des missions habitées de manière indépendante.
Au cours de ces 18 années, le projet des vols spatiaux habités de la Chine a continué de progresser, passant d’un équipage à un seul homme pour un seul jour de mission à un équipage à plusieurs hommes pour plusieurs jours de mission, du travail à l’intérieur de la capsule à la marche dans l’espace, et du séjour de court terme au séjour de moyenne et de longue durée dans l’espace.
Chacune de ces avancées a été fruit du courage et de la persévérance des astronautes chinois dans la poursuite du rêve spatial, et apporte la sagesse et la force de la Chine à l’utilisation pacifique de l’espace par l’humanité.

L’exploration spatiale est une cause commune de toute l’humanité.

Le gouvernement chinois s’engage toujours à utiliser l’espace de manière pacifique et mène une coopération et des échanges avec les pays concernés dans le domaine des vols habités conformément aux principes dit « utilisation pacifique, égalité, bénéfice mutuel et développement commun ».
La station spatiale chinoise est entrée dans la phase de construction complète. La Chine continuera d’accroître la profondeur et l’ampleur de la coopération et des échanges internationaux, afin de faire de la station spatiale chinoise un laboratoire dans l’espace qui apporte des bénéfices à toute l’humanité, et de contribuer activement à l’exploration de l’univers mystérieux par l’homme, à l’utilisation pacifique de l’espace et à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

11

TASS : La réunion « 2+2 » entre les Ministres des Affaires étrangères et les Ministres de la Défense des États-Unis et de l’Australie a publié une déclaration conjointe, dont les contenus liés à la Chine comprenaient la Mer de Chine méridionale, le Xinjiang, Hong Kong et Taiwan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://img1.yna.co.kr/photo/yna/YH/2021/09/13/PYH2021091320950088400_P4.jpg

Réunion 2+2 entre ministres Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de la Corée du Sud et de l’Australie sont réunis à Séoul le lundi 13 septembre 2021 au siège du ministère des Affaires étrangères à Séoul. Chung Eui-yong (2e depuis la g.), ministre des Affaires étrangères, et Suh Wook (à g.), ministre de la Défense, accueillent leurs homologues australiens respectifs, Marise Payne (2e depuis la dr.) et Peter Dutton (à dr.) à cette réunion 2+2.


Zhao Lijian : La position de la Chine sur les questions de la Mer de Chine méridionale, de Taiwan, et les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang est constante et claire.
Les États-Unis et l’Australie, en tant que complices, ont noirci délibérément l’image de la Chine, se sont immiscés dans les affaires intérieures de la Chine et ont semé la discorde dans les relations entre les pays de la région pour leur intérêt géopolitique égoïste. La Chine y exprime son fort mécontentement et son opposition résolue.
Les faits ont prouvé que la Chine est non seulement le principal moteur de la croissance économique dans la région Asie-Pacifique, mais aussi un ferme défenseur de la paix et de la stabilité régionales.
Le développement de la Chine est une croissance des forces pour la paix dans le monde et une bonne nouvelle pour la prospérité et le développement dans la région.
La Chine estime toujours que la coopération entre tous les pays doit suivre la tendance de l’époque, celle de la paix et du développement, contribuer au renforcement de la confiance mutuelle et de la coopération entre les pays, et s’abstenir de viser de tierces parties ou de nuire à leurs intérêts.
Les États-Unis et l’Australie doivent suivre la tendance du développement de l’époque, respecter les aspirations communes des pays de la région, rejeter la mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle et les concepts géopolitiques étroits, appréhender correctement le développement de la Chine, et cesser d’interférer dans les affaires intérieures de la Chine et de créer des troubles dans la région Asie-Pacifique.

12

Prasar Bharati : Une autre question concernant la rencontre entre les Ministres des Affaires de l’Inde et de la Chine. La Chine évaluera-t-elle les relations sino-indiennes sur la base des relations entre l’Inde et d’autres pays ?

https://www.fmprc.gov.cn/fra/wjdt/wjhd/W020210918825849238541.jpg

Le 16 septembre 2021, heure locale, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré sur invitation, à Douchanbé, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar.


Zhao Lijian : Je viens de l’expliquer très clairement. Le développement des relations sino-indiennes a sa propre logique. Les relations sino-indiennes ne visent pas de tierces parties, et ne sont pas dictées par de tierces parties.

13

Prasar Bharati : Plus tôt cette semaine, vous avez dit que si l’Inde avait besoin de discuter du retour des citoyens indiens en Chine, elle pourrait le demander à la Chine. Cependant, à ma connaissance, l’Ambassade et les Consulats indiens ont soulevé à plusieurs reprises la question du retour en Chine auprès des départements compétents chinois, mais la Chine a rejeté la demande indienne en raison de la pandémie de COVID-19. Pourriez-vous confirmer que la Chine et l’Inde sont en contact sur cette question ?

https://img.huffingtonpost.com/asset/5fe1e84e260000e9060c5d8b.png?ops=scalefit_630_noupscale

Capture carte SkyscannerLa carte interactive des destinations accessibles par Skyscanner CF/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/comment-voyager-en-2021-pandemie_fr_5fe0b3adc5b6a7df666672df

Zhao Lijian : À l’heure actuelle, la situation épidémique dans le monde reste complexe et grave. En fonction de la situation épidémique, de ses propres réalités et de son jugement scientifique, la Chine applique des mesures non discriminatoires de prévention épidémique pour l’entrée dans le pays de toute personne, y compris les citoyens chinois. L’entrée en Chine des personnes nécessaires de l’Inde est toujours assurée. Nous espérons que l’Inde pourra également traiter les ressortissants chinois se rendant en Inde sans discrimination, leur créer un environnement sanitaire nécessaire pour leur travail et leur vie en Inde, et travailler ensemble pour mener à bien les affaires liées à la mobilité humaine entre les deux parties.

14

Question de suivi : Pourriez-vous confirmer que la Chine et l’Inde sont en consultations à ce sujet ?
Zhao Lijian : Nous avons des canaux de communication diplomatique ouverts à Beijing et à New Delhi. Les deux parties maintiennent toujours des contacts.

**********************************

Selon le calendrier des jours fériés pour la Fête de la mi-automne de 2021, la conférence de presse régulière du Ministère des Affaires étrangères sera suspendue les 20 et 21 septembre et reprendra le 22 septembre. Pendant ce temps, vous pourrez toujours poser vos questions par fax, email ou WeChat au Bureau des porte-parole du Ministère comme d’habitude. À l’approche de la Fête de la mi-automne, j’aimerais partager avec vous quelques mots : Hauts dans les cieux sont les vaisseaux Shenzhou, profond dans les eaux est le sous-marin Jiaolong. Au clair de la lune de la mi-automne, j’attends un rendez-vous et qu’en dites-vous ? Encore une fois, souhaitons une bonne et heureuse Fête de la mi-automne à nos héros de Shenzhou-12 qui viennent de rentrer dans la patrie ! Bonne Fête de la mi-automne à vous tous par avance !

**********************************

15

Question posée après la conférence de presse : En juillet 2019, l’Envoyé spécial du gouvernement vénézuélien Alex Saab a été accusé de blanchiment d’argent par le Département américain de la Justice, et il a été arrêté au Cap-Vert en juin 2020 lorsque son avion s’y est arrêté pour une escale technique. Selon des reportages, le tribunal du Cap-Vert a récemment décidé d’extrader Alex Saab vers les États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://guiadenoticias.net/wp-content/uploads/2018/08/362887_182728_1.jpg

Zhao Lijian : Les États-Unis jouent toujours un rôle honteux sur la question vénézuélienne, abusant sans cesse des manœuvres politiques et judiciaires telles que les sanctions et les extraditions, dans le but de s’ingérer dans les affaires intérieures du Venezuela.
Un tel acte d’intimidation politique des États-Unis a un impact sur la mobilité humaine internationale normale et met en danger la confiance mutuelle et la coopération entre les pays. La Chine s’y oppose fermement. La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs mauvaises habitudes, à écouter attentivement la voix de la justice dans la communauté internationale et à faire davantage pour respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1908288.shtml

« red Chinese dragon, illustration for 2012 new year »

Related News:

Conférence de presse du 16 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/09/16

16

CCTV : Cette année marque le 20e anniversaire de la fondation de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Dans ce contexte, le Président Xi Jinping participera à ce sommet commémoratif et y prononcera un discours important. Quelles sont les attentes de la Chine pour ce sommet ?

https://www.leconomiste.eu/images/ocs1.jpg

Composé de huit États-membres (la Chine, la Russie et quatre États d’Asie centrale, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan), quatre pays observateurs et six partenaires de dialogue, l’OCS couvre près de la moitié de la population mondiale et s’étend sur plus de 60% du territoire continental eurasien …. & CF/ https://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/702-l-ocs-nous-regarde.html


Zhao Lijian : Cette année marque le 20e anniversaire de l’établissement de l’OCS. Depuis 20 ans, les pays membres ont toujours suivi l’« esprit de Shanghai », transcendé les différences en matière de système social, d’histoire et de culture, réussi à trouver un nouveau type de voie de coopération et de développement pour les organisations régionales, joué un rôle agissant dans les affaires régionales et internationales, et fait une importante exploration théorique et pratique pour la construction d’un nouveau type de relations internationales et d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

Actuellement, les changements inédits et une épidémie jamais vue depuis un siècle se sont entremêlés, ce qui a apporté des changements complexes et profonds à la situation internationale et régionale.

L’OCS a une mission plus importante de maintenir la sécurité et la stabilité régionales et de promouvoir le développement et le redressement de tous les pays concernés.
Lors du prochain sommet de l’OCS, le Président Xi Jinping et les dirigeants des pays participants dresseront un bilan complet de l’expérience réussie de l’OCS, procéderont à un échange de vues approfondi sur la coopération dans divers domaines de l’OCS et sur les questions internationales et régionales majeures dans le contexte de la nouvelle situation, approuveront une série de documents de coopération importants et définiront la voie à tracer pour le développement futur de l’organisation.
Nous sommes convaincus que sous l’impulsion des dirigeants des pays membres, l’OCS connaîtra certainement un nouveau développement à partir d’un nouveau point de départ, continuera à s’engager dans la construction d’une communauté d’avenir partagé plus étroite et mieux bénéficiera aux peuples de tous les pays de la région.

17

TASS : Aujourd’hui, selon des sources diplomatiques de la République de Corée, les pourparlers à six sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne reprendraient à la fin de l’année. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : J’ai remarqué que nous sommes à quelques jours du 19 septembre. Franchement, je n’ai pas encore remarqué l’information que vous aviez mentionnée. Je vais me renseigner auprès de mes collègues après la conférence de presse.

18

Agence de Presse Xinhua : Pourriez-vous fournir des informations sur le sommet conjoint des dirigeants des États membres de l’OCS et de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) sur la question de l’Afghanistan ?

https://i0.wp.com/fondation-france-chine.com/wp-content/uploads/2018/05/PACORY-30.jpg

Zhao Lijian : Le Tadjikistan assume la présidence tournante de l’OCS et de l’OTSC. Sur la proposition du Tadjikistan et d’autres parties, les deux organisations sont convenues de tenir le 17 septembre un sommet conjoint des dirigeants des États membres sur la question de l’Afghanistan à la suite du Sommet de l’OCS.
La situation en Afghanistan met en jeu la stabilité et la sécurité régionales. Les États membres de l’OCS et de l’OTSC sont tous voisins proches de l’Afghanistan qui soutiennent activement le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan.
En tant qu’État membre de l’OCS, la Chine est disposée à mener des échanges et une coordination étroits avec les pays concernés pour que l’Afghanistan mette en place une structure politique ouverte et inclusive, poursuive des politiques intérieures et extérieures modérées et prudentes, rompe définitivement les liens avec toutes sortes d’organisations terroristes et vive en bonne entente avec les pays voisins. La Chine entend continuer de développer les relations de bon voisinage et de coopération d’amitié avec l’Afghanistan et jouer un rôle constructif dans la paix et la reconstruction de l’Afghanistan

19.

MASTV : Première question, le Premier Ministre de la Slovénie, pays qui assume la présidence de l’Union européenne (UE), a écrit il y a quelques jours aux dirigeants des États membres de l’UE, accusant la Chine d’avoir « expulsé » l’Ambassadeur de Lituanie. Il a dit que cela avait un impact sur les relations Chine-UE dans leur ensemble et a appelé tous les pays concernés à s’unir pour prévenir la menace venant de la Chine sur tout pays. Quels sont vos commentaires à ce sujet ? Deuxième question, selon des médias indiens, l’Inde prévoit de lancer le 23 septembre son missile balistique intercontinental Agni-V avec une portée d’environ 5 000 km, couvrant beaucoup de villes de la partie intérieure de la Chine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://www.euractiv.fr/wp-content/uploads/sites/3/2021/07/Janez-Jansa-800x450.jpg

Janez Janša le Premier Ministre de la Slovénie assume la Présidence de l’UE


Zhao Lijian : Concernant votre première question, les tenants et les aboutissants de la question liée à Taiwan qui implique la Lituanie sont très clairs et la responsabilité incombe totalement à la Lituanie.
La Chine exhorte la Slovénie et l’UE à prendre une position correcte et objective sur la question liée à Taiwan, à cesser de trouver des excuses et à ne pas créer de nouveaux obstacles dans les relations sino-européennes. La Slovénie doit reconnaître pleinement le caractère extrêmement sensible de la question de Taiwan, respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et traiter la question liée à Taiwan de façon prudente et appropriée pour ne pas perturber de manière non nécessaire les relations sino-slovènes.
S’agissant de votre deuxième question, il est dans l’intérêt commun de toutes les parties de maintenir la paix, la sécurité et la stabilité en Asie du Sud. La Chine souhaite que toutes les parties fassent des efforts constructifs à cet égard. Quant à savoir si l’Inde peut développer des missiles balistiques pouvant emporter des armes nucléaires, la résolution 1172 adoptée par le Conseil de Sécurité de l’ONU a donné des dispositions claires.

20

China Daily : Le 15 septembre, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a effectué une visite en République de Corée. Pourriez-vous fournir des informations sur cette visite ? Et quelles sont les attentes de la Chine sur le développement futur des relations Chine-République de Corée ?

https://www.fmprc.gov.cn/fra/wjb/zzjg/yzs/gjlb/1236/1238/W020210407666341936061.jpg

Le 3 avril 2021, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a eu un entretien avec le Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée Chung Eui-yong à Xiamen dans le Fujian. CF/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/wjb/zzjg/yzs/gjlb/1236/1238/t1867381.shtml


Zhao Lijian : Les 14 et 15 septembre, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a effectué une visite officielle en République de Corée. Il a rencontré le Président Moon Jae-in et s’est entretenu avec le Ministre des Affaires étrangères Chung Eui-yong.
Le Conseiller d’État Wang Yi a déclaré que la Chine et la République de Corée étaient des voisins proches inséparables et des partenaires mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant. La Chine est prête à travailler avec la République de Corée, en saisissant l’opportunité offerte par la commémoration du 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques, pour poursuivre les échanges de haut niveau, approfondir la coopération dans des domaines tels que l’économie, le commerce, la culture et la protection de l’environnement, élargir les échanges amicaux entre les peuples et œuvrer pour un plus grand développement des relations entre les deux pays.
La Chine soutient fermement la République de Corée et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) dans leurs efforts pour surmonter les difficultés, écarter les perturbations et améliorer les relations, et continuera de jouer un rôle constructif dans le maintien de la paix et de la stabilité dans la péninsule afin qu’une paix et une stabilité durables y soient réalisées. La Chine et la République de Corée peuvent intensifier leur coopération dans des cadres multilatéraux tels que l’ONU, le G20 et l’OMC (Organisation mondiale du Commerce) et sur des questions mondiales telles que le changement climatique et la réforme du Conseil de Sécurité et apporter leur sagesse et leur force à la promotion de la paix et du développement dans la région et dans le monde.
La République de Corée a exprimé sa volonté de saisir l’opportunité offerte par le 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays et l‘« Année des échanges culturels entre la République de Corée et la Chine » pour renforcer les interactions de haut niveau avec la Chine, élargir les échanges humains et culturels, et œuvrer à une coopération plus fructueuse dans les domaines de l’économie, du commerce et de la protection de l’environnement et développer davantage les relations République de Corée-Chine tournées vers l’avenir.
La République de Corée apprécie la contribution de la Chine au maintien de la paix dans la péninsule, soutient la Chine dans l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing et désapprouve la politisation de l’identification des origines du nouveau coronavirus. Elle souhaite renforcer la coordination et la coopération avec la Chine dans des enceintes multilatérales afin de relever ensemble les défis mondiaux tels que la pandémie de COVID-19 et le changement climatique.

21

Shenzhen TV : Selon des reportages, le Bureau fédéral d’Investigation (FBI) des États-Unis a récemment publié un rapport déclarant qu’un total de 7 759 cas de crimes de haine ont eu lieu aux États-Unis en 2020, soit une augmentation de 6 % en glissement annuel et un niveau record depuis 2008. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://envahis.com/wp-content/webp-express/webp-images/uploads/2021/08/Haine.jpg.webp

https://www.fbi.gov/news/pressrel/press-releases/fbi-releases-2020-hate-crime-statistics


Zhao Lijian : Le rapport de la partie américaine montre que de 2019 à 2020, le nombre de cas de crimes contre les Afro-Américains aux États-Unis est passé de 1 930 à 2 755, que le nombre d’attaques contre les Asiatiques est passé de 158 à 274, et que le racisme est devenu la cause des crimes de haine qui augmente le plus rapidement.
Par ailleurs, la Major Cities Chiefs Association (MCCA) des États-Unis a récemment publié un rapport montrant que le nombre de crimes violents dans les grandes villes américaines reste élevé en 2020 et que la violence par armes à feu est encore plus grave. Jusqu’à présent, plus de 200 fusillades de masse ont eu lieu aux États-Unis, et le nombre d’enfants et d’adolescents qui y ont perdu la vie s’élève à 1 079.
Ces statistiques sont choquantes, mais elles ne représentent qu’un seul aspect des graves problèmes de droits de l’homme aux États-Unis. Le racisme systémique est si profondément ancré aux États-Unis que des gens comme George Floyd ne peuvent pas respirer, de nombreuses minorités ethniques vivent dans la discrimination et la peur, et plus de 40 millions de personnes se débattent dans la pauvreté. Les États-Unis se sont livrés à un massacre horrible contre les Amérindiens dans l’histoire et un grand nombre d’enfants autochtones dans des pensionnats se sont soumis à des mauvais traitements. Les États-Unis ont eu recours à la détention arbitraire de longue durée d’immigrants étrangers, causant d’innombrables tragédies pour les familles séparées. Les États-Unis ont également un bilan déplorable en matière de crimes liés au travail des enfants et au travail forcé.

1,08 k abonnés
« La réponse est soufflée par le vent » … GRAEME ALLWRIGHT … moment extraordinaire … je n’ai que çà à dire … et pourtant … pour une chanson qui reste d’actualité … Barjac … Chansons de Parole … 2013 … Graeme Allwright, qui, ce soir-là, était accompagné par deux musiciens venus tout droit de Madagascar … une chanson dont l’origine remonte au célèbre « Blowing in te Wind », de Bob Dylan
Il existe une chanson bien connue aux États-Unis intitulée La réponse est dans le vent, dont les paroles disent : « Combien de fois un homme peut-il tourner la tête, en prétendant qu’il ne voit rien ; combien d’oreilles doit avoir un seul homme, avant de pouvoir entendre pleurer les gens ; et combien de morts faut-il pour qu’il comprenne que beaucoup trop de gens sont morts ? » Les États-Unis doivent écouter attentivement les pleurs et les cris de leur peuple.

22

AFP : Premièrement, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont annoncé la mise en place d’un nouveau partenariat militaire et vont fournir (dans ce cadre) des sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie. Certains disent que cet acte a pour objectif de contrebalancer l’influence de la Chine dans la région Indo-Pacifique. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, selon un nouveau livre, le Chef d’état-major de l’armée des États-Unis Mark Milley a appelé l’armée chinoise, soulignant que les États-Unis ne lanceraient pas d’attaque militaire contre la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

https://fr.news-front.info/wp-content/uploads/2021/09/sans-titre-304.jpg

« Bien que le partenariat de l’Australie – du Royaume-Uni et des États-Unis – AUKUS, semble étrange avec tous ces acronymes, nos pays renouvelleront et renforceront notre capacité commune à faire face aux menaces du XXIe siècle tout comme nous l’avons fait au XXe siècle : ensemble» , a déclaré Biden lors de la présentation conjointe de la nouvelle alliance. CF/ https://fr.news-front.info/2021/09/16/les-etats-unis-le-royaume-uni-et-laustralie-forment-une-nouvelle-alliance-militaire/

https://www.leparisien.fr/resizer/W5eHsfTE28hr3yomxWYJl-rfvZw=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/PIKF6T2JINBCPENRU7ZT4TO4X4.jpg

Le général Mark Milley, ici le 18 août 2021, a pris secrètement des mesures pour éviter une guerre avec la Chine. REUTERS/Yuri Gripas


Zhao Lijian : La coopération en matière de sous-marins nucléaires entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales, exacerbe la course aux armements et sape les efforts internationaux de non-prolifération nucléaire.
L’exportation de technologies hautement sensibles de sous-marin nucléaire vers l’Australie par les États-Unis et le Royaume-Uni prouve une fois de plus qu’ils utilisent les exportations nucléaires comme un outil dans les jeux géopolitiques et adoptent le « deux poids deux mesures ».

C’est un acte extrêmement irresponsable. Si l’Australie, en tant qu’État partie non doté d’armes nucléaires au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et partie au Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud, introduit des technologies de sous-marin nucléaire ayant une valeur militaire stratégique, la communauté internationale, y compris ses pays voisins, a toutes les raisons de mettre en doute la sincérité de l’Australie dans le respect scrupuleux de ses engagements en matière de non-prolifération. La Chine suivra de près l’évolution de la situation.

La Chine considère depuis toujours que tout mécanisme régional doit suivre la tendance de l’époque, à savoir la paix et le développement, permettre de favoriser la confiance mutuelle et la coopération entre les pays de la région, et ne doit pas cibler une partie tierce ou nuire aux intérêts de partie tierce. La création de « petits clans » et de « petites cliques » fermés et exclusifs va à l’encontre de la tendance de l’époque et de l’aspiration des pays de la région. Cet acte impopulaire est voué à l’échec.

Les pays concernés doivent rejeter leur vieille mentalité de la guerre froide et du jeu à somme nulle, ainsi que leur vision géopolitique étroite, et doivent respecter l’opinion populaire dans la région et faire davantage de choses favorables à la paix, à la stabilité et au développement de la région, sinon ils finiront par nuire à leurs propres intérêts.

En ce qui concerne votre deuxième question, je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous mentionniez. Je peux vous dire qu’en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et deux plus grandes économies du monde, la Chine et les États-Unis ont tout à gagner à coopérer et tout à perdre à se battre.

23

Associated Press du Pakistan : Le 13 septembre, le Premier Ministre pakistanais Imran Khan s’est entretenu avec les présidents de plusieurs entreprises chinoises au Pakistan, soulignant que le gouvernement pakistanais les assurerait de sa coopération et de son soutien dans leurs opérations au Pakistan. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.fdesouche.com/wp-content/uploads/2021/06/119001699_hi067834265.jpg

le Premier Ministre Imran Khan PAKISTAN


Zhao Lijian : La Chine apprécie la grande importance que le Premier Ministre Imran Khan lui-même et le gouvernement pakistanais attachent à la coopération pragmatique sino-pakistanaise ainsi que les efforts agissants qu’ils ont déployés à cet égard.
La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégique de tout temps. Ces dernières années, leur coopération bilatérale économique et commerciale s’est approfondie constamment.
La Chine est restée le premier investisseur et le plus grand partenaire commercial du Pakistan depuis de nombreuses années consécutives.
La Chine est prête à travailler avec le Pakistan pour promouvoir le développement de qualité du Corridor économique sino-pakistanais et approfondir et élargir continuellement la coopération bilatérale. La Chine espère que le Pakistan continuera de créer un bon environnement favorable aux investissements et au développement des entreprises chinoises au Pakistan, afin de parvenir au bénéfice mutuel, au gagnant-gagnant et au développement commun.

24

Agence de presse Sputnik : Toujours sur le partenariat trilatéral de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. Selon des médias australiens, le Premier Ministre australien a dit que l’Australie avait déjà mené des consultations et des échanges avec la Chine et d’autres pays de la région Asie-Pacifique sur cette question, et qu’elle avait adressé une invitation ouverte à Beijing pour discuter de cette question. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de la situation que vous mentionniez. Je voudrais réaffirmer que le respect mutuel et une bonne confiance mutuelle sont les conditions préalables au dialogue et à la coopération entre les pays. La situation difficile actuelle des relations Chine-Australie est entièrement causée par la partie australienne. L’urgence pour le moment est que l’Australie doit regarder en face les racines des difficultés dans les relations entre les deux pays, réfléchir attentivement si la Chine est un partenaire ou une menace, appliquer effectivement les principes de respect mutuel et de traitement d’égal à égal et l’esprit du partenariat stratégique global dans la gestion des relations bilatérales, et faire davantage pour renforcer la confiance mutuelle et promouvoir la coopération pragmatique entre les deux pays.

25

Reuters : Premièrement, un porte-parole du Ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré que la Chine avait refusé l’entrée d’un navire de guerre allemand dans un port local. Quels ont les commentaires de la Chine à cet égard ? Deuxièmement, Taiwan a proposé jeudi d’augmenter ses dépenses de « défense » de près de 9 milliards de dollars américains au cours des 5 prochaines années, avertissant que la Chine constituait une grave menace. Quels sont les commentaires de la Chine en la matière ?

https://cdnuploads.aa.com.tr/uploads/Contents/2020/12/07/thumbs_b_c_7a105d21b43a79dcc1535c28596d91d1.jpg?v=205840

le ministre allemand des affaires étrangères- Heiko Maas


Zhao Lijian : Concernant votre première question, grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), la situation en Mer de Chine méridionale est restée stable dans l’ensemble. Mais ces dernières années, en vue de sauvegarder son hégémonie,  certain grand pays a fréquemment envoyé des avions militaires et des navires de guerre en Mer de Chine méridionale sous le drapeau du maintien de la liberté de navigation pour étaler sa force, provoquer des troubles, et créer délibérément des différends sur les questions maritimes.
La détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté territoriale nationale et les droits et intérêts maritimes est inébranlable, elle continuera de gérer adéquatement les divergences avec les pays concernés par le biais de consultations et de négociations. Nous espérons également que les pays hors de la région respecteront les efforts des pays de la région pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale et joueront un rôle constructif à cet égard.
La Chine attache une importance au développement du partenariat stratégique tous azimuts Chine-Allemagne, dont la coopération entre les deux armées. Elle est prête à engager des échanges amicaux sur la base du respect mutuel et de l’amélioration de la confiance mutuelle, et espère que les parties concernées créeront une atmosphère favorable à cet égard.
Concernant votre deuxième question, elle n’est pas une question diplomatique. Je tiens à souligner que Taiwan fait partie intégrante de la Chine. La Chine doit être et sera réunifiée. Cette tendance générale historique ne peut être freinée par personne ni par aucune force. Nous avertissons sévèrement les autorités de Taiwan que toute tentative de rechercher l’indépendance par la force ou de résister à la réunification par la force, est gonflée d’arrogance et est vouée à l’échec.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1908204.shtml