4466 – 4 Allocutions/Réponses de S.Lavrov du 6, 9, 16 & 19 Juillet 2021 – Russie/Asean, Inde, Asie Centrale et du Sud & Nicaragua

  1. Allocution d’ouverture du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la réunion ministérielle spéciale Russie-ASEAN, Jakarta, le 6 juillet 2021

  2. Allocution et réponses à la presse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, en conférence de presse conjointe avec Subrahmanyam Jaishankar, Ministre des Affaires étrangères de l’Inde, à l’issue de leurs pourparlers, Moscou, 9 juillet 2021

  3. Allocution du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une session plénière de la conférence internationale Asie centrale et du Sud : connectivité régionale. Défis et opportunités, Tachkent, 16 juillet 2021

  4. Déclaration du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et réponses aux questions des médias lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de la République du Nicaragua Denis Ronaldo Moncada Colindres, Moscou, 19 juillet 2021

Москва. Российская Федерация. Здан

1/Allocution d’ouverture du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la réunion ministérielle spéciale Russie-ASEAN – Jakarta – le 6 juillet 2021

ПК АСЕАН

Chère Madame la Coprésidente,

Cher Monsieur le Secrétaire Général,

Chers collègues et amis,

Je suis vraiment heureux de vous accueillir tous et d’être personnellement présent à Jakarta en ces temps pas très faciles, où la pandémie de coronavirus limite notre interaction et nos contacts directs. Tout d’abord, je tiens à remercier nos coordinateurs indonésiens pour l’excellente organisation de cette réunion hybride, y compris cette visioconférence, et mes remerciements vont également à la présidence de Brunei de l’ASEAN pour le soutien que nous avons ressenti tous ces jours.

https://img.freepik.com/vecteurs-libre/illustration-du-batiment-asean_23-2148726155.jpg?size=626&ext=jpg

2021 est une année particulière. C’est l’année du 30e anniversaire de l’établissement des relations Russie-ASEAN et du 25e anniversaire de notre partenariat de dialogue à grande échelle, qui en 2018 a été élevé au niveau de partenariat stratégique. Au cours de cette période, nous avons pu construire un système et un réseau de mécanismes de coopération assez considérables, ce qui nous permet d’avancer dans la coopération dans diverses directions – dans le domaine de la politique et de la sécurité, de l’économie et des liens socioculturels, etc. .

Malgré le fait que la dernière année et demie n’ait pas été très facile, nous avons réussi non seulement à maintenir le niveau existant de notre coopération, mais aussi à prendre des mesures pour l’étendre et créer de nouveaux canaux d’interaction.

Les contacts humanitaires ont continué à se développer, y compris les activités du Réseau des groupes de réflexion Russie-ASEAN, qui se sont concentrés sur des questions d’actualité telles que l’architecture régionale, la reprise économique post-crise, la lutte contre le terrorisme, etc. Nous espérons que la situation épidémiologique nous permettra éventuellement de convoquer, dans un avenir prévisible, le 6e Sommet de la jeunesse Russie-ASEAN dans la capitale de la République du Tatarstan de la Fédération de Russie, dans la ville de Kazan.

Aujourd’hui, nous sommes censés évaluer les progrès réalisés au cours des trois dernières décennies de nos relations et discuter des perspectives de leur développement ultérieur.

Dans la situation dans le monde, qui est géopolitiquement très instable, qui est affectée par l’aggravation des menaces et des défis traditionnels et nouveaux, nous considérons l’Association comme un partenaire très fiable et prévisible, un partenaire stratégique dans les affaires internationales. Nous sommes prêts pour un dialogue ouvert sur tout l’éventail des problèmes d’actualité à l’ordre du jour mondial et régional. Nous pensons qu’il est particulièrement important ces jours-ci d’essayer de développer des approches communes de la Russie et de l’ASEAN pour les tâches inscrites à cet ordre du jour.

Je compte aujourd’hui sur un dialogue très franc et constructif dans l’esprit de notre partenariat stratégique et je vous remercie encore une fois.

https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4808378

Москва. Российская Федерация. Здан
Ministry of Foreign Affairs buiding in Moscow, Russia
2/Allocution et réponses à la presse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, en conférence de presse conjointe avec Subrahmanyam Jaishankar – Ministre des Affaires étrangères de l’Inde, à l’issue de leurs pourparlers, Moscou, 9 juillet 2021

ПК С.В.Лаврова и С.Джайшанкара INDE avec Subrahmanyam Jaishankar, Ministre des Affaires étrangères de l'Inde, à l'issue de leurs pourparlers, Moscou, 9 juillet 2021

Mesdames et messieurs,

Nous avons eu un bon échange sur tout le spectre de notre ordre du jour bilatéral, sur les affaires régionales et internationales. Nous avons confirmé que les liens solides et multidimensionnels entre nos deux pays s’appuyaient sur les fondations solides de notre confiance mutuelle et possédaient une puissante immunité contre l’impact de la conjoncture politique internationale.

Nous sommes d’accord sur le fait que malgré les problèmes provoqués par le coronavirus, le dialogue s’est progressivement développé ces dernières années. Nous avons organisé des contacts non seulement en ligne mais également en présentiel, notamment lors de ma visite en Inde au printemps. Cette fois, le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar est en visite à Moscou.

Nous sommes entièrement d’accord pour dire que les relations entre la Russie et l’Inde, qualifiées de partenariat stratégique privilégié par nos dirigeants, se renforcent et ont de très bonnes perspectives. Une attention particulière a été accordée au développement du dialogue politique, à la préparation d’un contenu substantiel pour le prochain sommet russo-indien prévu cette année. La date concrète sera déterminée par les chefs d’État en fonction de l’évolution de la situation liée à la pandémie de coronavirus.

Beaucoup de choses ont déjà été faites dans la lutte contre la Covid-19. Le Fonds russe des investissements directs a déjà signé avec de grandes compagnies pharmaceutiques indiennes des accords pour la fabrication du vaccin russe. La production d’essai en phase expérimentale a déjà été approuvée. Les structures compétentes s’entendent actuellement sur la mise en place de sa production à l’échelle industrielle. Je suis certain que la production du vaccin russe sur le territoire de l’Inde apportera une grande contribution aux efforts mondiaux pour lutter contre cette infection.

Nous avons également parlé de la coordination de nos actions étant donné que les citoyens ont tout de même besoin de se déplacer et de visiter d’autres pays. Nous avons quelques idées à ce sujet, que nous avons proposées à nos amis indiens. Nous y travaillerons en profondeur.

1036924017_0 203 2437 1573_1200x0_80_0_1_5671d79dd9ee80966c0731cd4733f81e  vice-Premier ministre russe Iouri Borissov.

Nous avons échangé nos avis sur la coopération commerciale et économique. Ce thème était au cœur de la rencontre d’hier entre le Ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar et le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov. Ils coprésident la Commission intergouvernementale pour la coopération commerciale et économique. Nous espérons que les mécanismes actuels de la commission intergouvernementale élaboreront des mesures supplémentaires pour stimuler la coopération commerciale, économique et d’investissement. La hausse des échanges, de presque 12% au cours des quatre premiers mois de cette année, sont un bon signe. Il faut renforcer cette tendance.

Nous avons réaffirmé la nécessité de signer un accord mis à jour sur la protection des investissements avant la mise au point du programme de coopération commerciale, économique et d’investissement d’ici 2030, et de terminer le travail sur plusieurs autres documents qui pourraient réellement faire passer notre coopération au niveau supérieur.

Nous souhaitons que les négociations entre l’Inde et la Commission économique eurasiatique sur la création d’une zone de libre-échange commencent au plus vite. Le groupe de travail à cet effet a été créé. Nous espérons que la date de sa première réunion sera bientôt fixée.

7a8c929e6ce6f2d5de8572342d96f9d3v2_max_755x566_b3535db83dc50e27c1bb1392364c95a2  la centrale nucléaire de Kudankulam.

Je rappelle que le 29 juin a eu lieu un événement marquant pour notre coopération dans le secteur du nucléaire civil: les premières fondations ont été coulées pour le bloc 5 de la centrale nucléaire de Kudankulam. C’est un autre exemple de réalisation réussie de plans conjoints dans l’un des principaux secteurs du partenariat russo-indien.

La coopération militaro-technique occupe une place importante dans nos relations. Nous avons échangé les informations dont nous disposions sur la réalisation des contrats actuels dans l’industrie de l’armement, sur le travail pour élargir la base contractuelle dans ce secteur. Nous avons réaffirmé notre disposition à participer aux projets pour localiser la fabrication de produits militaires russes et à créer des coentreprises sur le territoire indien dans le cadre de la réalisation des programmes de substitution aux importations « Fabrique en Inde » et « Une Inde autosuffisante » annoncés par nos collègues indiens. Nous sommes certains que le renforcement des efforts en ce sens correspond entièrement aux intérêts nationaux de nos pays et de la sécurité régionale.

gaganyaan_01657369la mission indienne habitée Gaganian par la compagnie Roskosmos.

Nous avons noté le développement positif de la coopération dans la conquête pacifique de l’espace, notamment dans le cadre du soutien de la mission indienne habitée Gaganian par la compagnie Roskosmos.

Nous avons constaté la proximité ou la coïncidence de nos approches sur les principaux problèmes de notre époque et l’ordre du jour régional: le règlement de la situation très difficile en Afghanistan, la situation en Syrie, la situation autour du programme nucléaire iranien et d’autres thèmes.

Nous tenons en grande estime la qualité et l’ampleur de la coopération étroite entre Moscou et New Delhi, notamment à l’Onu où l’Inde est actuellement membre du Conseil de sécurité, ainsi que dans le cadre du G20, de l’OCS et des Brics.

CARTE-ASEAN-ETATS-FONDATEURS-MEMBRES-OBSERVATEURS-1280x853

Les contacts à venir au format RIC semblent prometteurs. Nous prévoyons une nouvelle réunion au niveau ministériel dans un avenir proche. Nous avons parlé en détail des processus dans la région Asie-Pacifique. Des deux côtés a été confirmée la disposition à maintenir et à renforcer le rôle central de l’ANASE dans l’architecture de sécurité qui s’y est établie au cours des dix dernières années, y compris le Sommet de l’Asie orientale, le forum régional de l’ANASE pour la sécurité, les rencontres des ministres de la Défense de l’ANASE et des partenaires, entre autres formats.

Nous remercions les collègues indiens pour leur disposition constructive et leur volonté de poursuivre la coordination étroite des actions sur la scène internationale. Les pourparlers ont été très fructueux. Je remercie mon collègue et je lui laisse la parole.

Question: Des représentants des talibans ont déclaré aujourd’hui à Moscou qu’ils contrôlaient 85% du territoire de l’Afghanistan, notamment certains postes de contrôle à la frontière iranienne. Quelles mesures supplémentaires pourraient être prises par la Russie et le Tadjikistan pour renforcer la frontière, dont les deux tiers sont contrôlés par les talibans? Le monde pourrait-il se résigner au fait que l’Afghanistan se retrouve de nouveau sous le contrôle des talibans sans aucun accord avec le gouvernement de Kaboul?

afg-1

Sergueï Lavrov: Il faut poser cette question aux Afghans. Avec la médiation des États-Unis ont été déterminées des démarches pour normaliser la situation, entamer le processus politique, passer des accords sur la période de transition, puis sur les paramètres définitifs de la vie future de l’Afghanistan. Il est évident que seuls les Afghans peuvent régler ces problèmes. Mais les accords conclus entre Washington et les talibans ont été salués par tous. Nous prônons leur mise en œuvre.

En ce qui concerne les activités militaires qui perdurent sur le territoire afghan en l’absence de processus de paix, cela nous préoccupe du point de vue d’une éventuelle projection des problèmes sur le territoire de nos alliés.

Les talibans ont occupé les postes de contrôle à la frontière avec l’Iran et le Tadjikistan. Tant que cela se déroule sur le territoire de l’Afghanistan, nous n’avons pas l’intention de prendre d’autres mesures que répéter nos appels insistants pour que le processus de paix, soutenu par tous les Afghans en paroles, soit lancé au plus vite.

Nous parlerons de l’Afghanistan la semaine prochaine à Douchanbé où se tiendra la réunion ministérielle de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). S’y tiendra également la réunion du groupe de contact OCS-Afghanistan. Nous écouterons nos amis afghans pour savoir quels sont leurs projets pour faire avancer le processus de paix.

La semaine prochaine à Tachkent se déroulera la conférence internationale « L’Asie centrale et du Sud: interconnexion régionale. Défis et opportunités », où le thème afghan occupera une place importante. Nous espérons que tous les participants aux deux activités enverront un signal puissant à tous les Afghans concernant la nécessité de s’entendre sérieusement.

Question (traduite de l’anglais): Que pensez-vous des relations russo-indiennes dans le cadre de la lutte contre le coronavirus? Les médias utilisent ces derniers temps un nouveau terme: la « diplomatie vaccinale ». D’après vous, quelles sont les perspectives d’interaction entre nos pays dans ce secteur?

putin_modi

Sergueï Lavrov: Je trouve que les relations entre la Russie et l’Inde sont exemplaires dans ce secteur également, avec l’union des efforts pour lutter contre le coronavirus. Nous avons pour objectif de protéger notre population et de participer activement aux efforts mondiaux pour garantir la vaccination la plus large, notamment dans les pays émergents qui ne possèdent pas de telles possibilités. C’est précisément sur ces positions que nous nous sommes orientés pendant les récents forums, notamment lors de la discussion à ce sujet dans le cadre du G20.

Nous coopérons actuellement à la mise en place de la production du Spoutnik V en Inde. La production expérimentale d’une quantité réduite de doses a déjà eu lieu. Actuellement, les spécialistes mettent au point les processus à venir pour atteindre une qualité irréprochable.

Nous sommes prêts à évoquer les possibilités de coordonner nos actions par rapport aux citoyens vaccinés, la certification des personnes vaccinées. Je pense qu’une entente est tout à fait possible. Elle serait un exemple pour les autres pays qui, dans le cadre de ce que vous avez qualifié de « diplomatie vaccinale », tentent de discriminer tels ou tels vaccins, notamment russe et chinois. De telles idées sont exprimées par certains pays de l’UE, même si la Commission européenne souhaite coopérer avec la Russie et d’autres producteurs de vaccins mondiaux clés.

N’oublions pas qu’hormis le G20, où ce thème est abordé, nous planchons également  sur la possibilité d’utiliser les paramètres de l’OCS, des Brics et d’autres structures dont la Russie et l’Inde font partie ensemble.

Je souligne de nouveau que l’Inde et la Russie s’opposent aux tentatives de politiser cette situation, de recourir à la concurrence déloyale. Je suis convaincu que la plupart des pays partagent cette approche.

Question: Vous avez mentionné les négociations sur la mise en place d’une zone de libre-échange entre l’UEE et l’Inde. Comment progressent-elles à vos yeux? Y a-t-il du concret sur les délais pour la signature d’un tel accord?

55cb59f1c461882a438b4580

Sergueï Lavrov: Il y a du concret sur les délais pour entamer les négociations. Un groupe de travail a été créé à cet effet. Ses membres s’entendront sur la première réunion dès que la situation liée au coronavirus le permettra. Il est clair que les négociations de ce genre en ligne ne sont pas confortables. Il faut des réunions en présentiel. Comme nos amis indiens, nous souhaitons que le processus soit le plus rapide possible pour déboucher sur un accord.

Dans le contexte de ces négociations, nous tiendrons également compte du fait qu’en UEE (aussi bien à l’intérieur de ce groupe d’intégration que dans les relations avec les partenaires avec lesquels des accords de libre-échange ont déjà été conclus) la question relative aux paiements réciproques occupe une place importante compte tenu des problèmes sur les marchés mondiaux et des tentatives d’étendre les sanctions contre l’usage du dollar. Nous introduisons activement dans nos échanges avec les partenaires de l’UEE et d’autres collègues sur les thématiques commerciales des discussions sur le passage vers les paiements en monnaies nationales.

A cet égard, je voudrais dire que les positions de départ de nos collègues indiens sont plutôt bonnes. En 2018 déjà, le Système national russe de paiement par carte et la Corporation nationale indienne de paiement ont signé un mémorandum de coopération dans l’exploitation des capacités réciproques dans ce secteur. J’estime que cela facilitera en grande partie les négociations sur la signature d’un accord de libre-échange et son fonctionnement.


https://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4811262

Москва. Российская Федерация. Здан
Ministry of Foreign Affairs buiding in Moscow, Russia
3/Allocution du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une session plénière de la conférence internationale Asie centrale et du Sud : connectivité régionale. Défis et opportunités, Tachkent, 16 juillet 2021

Sergueï Lavrov lors d'une session plénière de la conférence internationale Asie centrale et du Sud ... connectivité régionale. Défis et opportunités, Tachkent, 16 juillet 2021

Monsieur le Président, Chers Collègues, Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord, je voudrais me joindre à mes collègues pour exprimer ma gratitude au Président de la République d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev pour avoir initié cette conférence. Le caractère représentatif de cet événement est une preuve éclatante de la demande croissante d’un programme d’unification en Eurasie et dans le reste du monde.

ouzbekistan-president-coronavirus-mirziyoyev  au Président de la République d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev

Malheureusement, nous avons assisté à une aggravation rapide de la situation en Afghanistan ces derniers jours. Le retrait précipité des troupes américaines et de l’OTAN a considérablement accru l’incertitude militaire et politique dans et autour de ce pays.

La crise afghane aggrave la menace du terrorisme et du trafic de drogue, qui a atteint un niveau sans précédent. Il est évident que la situation actuelle est lourde du danger d’un débordement de l’instabilité dans les États voisins. Le risque de ce scénario est un obstacle majeur aux efforts visant à impliquer l’Afghanistan dans la coopération régionale.

asie-couverture

Nous pensons que les plans de promotion des projets de transport, de logistique et d’énergie, qui relient l’Asie centrale et l’Asie du Sud, doivent pleinement tenir compte de la situation sécuritaire sur le terrain. Seul un règlement global du conflit afghan interne créera les conditions nécessaires à la mise en œuvre réussie des projets et initiatives économiques concernant Kaboul. Par conséquent, nous pensons que l’instauration d’une paix forte en Afghanistan doit rester une priorité collective tant dans la région que sur la scène internationale.

Je voudrais réaffirmer l’intérêt de la Russie à promouvoir le dialogue entre les parties afghanes en conflit en vue de mettre fin à des années de guerre et d’aider l’Afghanistan à devenir un État pacifique, indépendant et neutre.

Seuls des pourparlers intra-afghans directs et inclusifs tenus avec le soutien de partenaires internationaux peuvent conduire à une paix durable. Les conditions nécessaires pour cela peuvent être créées grâce aux mécanismes éprouvés du format de Moscou, du groupe de contact SCO-Afghanistan et de la troïka élargie comprenant des représentants de la Russie, de la Chine, des États-Unis et du Pakistan. D’autres acteurs externes influents sont invités à rejoindre la Troïka. Nous discutons de cette possibilité avec nos collègues.

Bien entendu, nous sommes prêts à une large coopération internationale sur tous les aspects du règlement afghan. Nous sommes particulièrement reconnaissants à nos amis ouzbeks et à tous les autres collègues pour leur contribution au processus de paix.

1045090955_117 -1 3021 2048_638x450_80_0_0_ac3c04485365f8fcab910132b249979f
Mesdames et Messieurs,

Nous considérons la question de la connectivité entre l’Asie centrale et l’Asie du Sud principalement à travers le prisme des processus d’intégration qui ont pris un grand dynamisme dans toute la région eurasienne.

La Russie a toujours été en faveur de la formation du Grand partenariat eurasien, un contour d’intégration congrégation dans tout l’espace de l’océan Atlantique au Pacifique, qui est au maximum libre pour la circulation des marchandises, des capitaux, de la main-d’œuvre et des services et ouvert, sans exception, à tous les pays de notre continent commun, l’Eurasie, et aux unions d’intégration qui y sont créées, y compris l’Union économique eurasienne (EAEU), l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est.

Ils ont manifesté leur intérêt pour l’initiative russe. La mise en œuvre de ce projet à long terme permettra non seulement d’accélérer le développement économique de tous les participants mais aussi de créer une base matérielle fiable de sécurité, de stabilité et de prospérité communes.

L’intensification et l’élargissement de la collaboration en matière d’intégration dans le cadre de l’Union économique eurasienne est une partie inaliénable du processus d’émergence du Grand partenariat eurasien. Je voudrais noter avec satisfaction que l’Ouzbékistan a rejoint l’EAEU en tant qu’État observateur en décembre 2020.

Ouzbekistan-mapS
17391743lpw-17391741-article-jpg_5659517  V.Poutine & M. Mirzioïev

La coordination entre les syndicats d’intégration opérant en Eurasie se poursuit, entre autres, dans le cadre des efforts visant à aligner les plans de l’EAEU et le projet ‘la Ceinture et la Route’ mis en œuvre par la République populaire de Chine. Conjointement avec nos partenaires, nous travaillons à créer un espace interconnecté entre la Communauté des États indépendants (CEI) et l’OCS, via la mise en œuvre d’un ensemble de mesures coordonnées dans les domaines du commerce, des transports, du numérique, de l’énergie et autres.

1024px-3TE25K2M-0001_with_train-800x516  Locomotive diesel 3TE25K2M-0001 avec train de marchandises au chemin de fer Baïkal-Amour.

Les initiatives de transit et de logistique sont menées conformément au plan. Je pense principalement à la création du corridor de transport international Nord-Sud reliant l’Europe, le Caucase du Sud et l’Asie centrale à la côte de l’océan Indien, ainsi qu’à la route de transport transcontinentale Europe-Chine occidentale. Une refonte à grande échelle des lignes ferroviaires Baïkal-Amour et Transsibérien bat son plein pour augmenter leur efficacité. Les infrastructures portuaires de la Russie dans l’Arctique, sur les mers Baltique, Caspienne et Noire et sur la côte du Pacifique sont en cours de modernisation.

Dans ce contexte général, une connectivité accrue entre l’Asie centrale et l’Asie du Sud ouvre de nouvelles perspectives pour le développement des processus commerciaux, économiques et d’investissement sur le continent eurasien.

Premièrement, cela implique une expansion des voies de transport, notamment ferroviaires, entre les deux régions. Cela deviendrait un élément important dans la création d’un espace logistique homogène et uni qui relierait les ports du sud de l’Iran et de l’Inde aux villes du nord de la Russie et des pays de l’UE. Les chemins de fer russes, conjointement avec ses partenaires, sont prêts à participer à la réalisation d’études de faisabilité pour les projets concernés.

Nous avons accepté avec intérêt la proposition du président de la République d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev d’aligner le Transsibérien et le corridor Europe-Chine occidentale avec de nouveaux projets régionaux. Nous sommes prêts à discuter de cette initiative en détail.

L’idée d’aligner les infrastructures énergétiques de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud est très prometteuse.

light-bulbs-1875384_960_720

L’EAEU s’emploie à former un marché uni de l’électricité. Ce processus pourrait être synchronisé avec des projets d’alimentation électrique en Asie centrale et du Sud.

Les opérateurs économiques russes contribuent largement au renforcement du secteur énergétique dans les pays d’Asie centrale. Permettez-moi de souligner en particulier notre coopération dans l’utilisation pacifique de l’énergie atomique avec l’Ouzbékistan, où le premier projet de centrale nucléaire d’Asie centrale est mis en œuvre. Nous sommes également intéressés à participer à la construction de nouvelles installations de transport de gaz, dont le gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde).

images
Il est de plus en plus prioritaire d’introduire des technologies avancées de l’information et des communications.

La Russie met en œuvre un programme national intitulé Économie numérique, dont un élément important consiste à créer un ensemble de plates-formes électroniques pour le secteur des transports. Nous sommes prêts pour un échange de bonnes pratiques avec des partenaires régionaux à cet égard.

L’EAEU présente des applications mobiles Travailler sans frontières et Voyager sans COVID-19. Les deux visent une reprise rapide de l’activité commerciale. Un plan visant à établir un écosystème de corridors de transport numérique de l’EAEU a été élaboré et approuvé.

Nous mettons également en œuvre des projets de ce type sur une base bilatérale, y compris avec l’Ouzbékistan. Nous sommes également prêts à collaborer avec d’autres partenaires.

243957_vignette_serguei-lavrov

Chers Collègues,

La mise en œuvre de nos plans de développement économique nécessite la mobilisation de notre volonté politique et une action commune pour assurer la sécurité régionale.

Je ne parle pas seulement de l’Afghanistan, mais aussi des tendances militaires et politiques générales en Asie, où de nouvelles stratégies et concepts émergent, visant non pas à unir les efforts vers un travail collectif mais à contenir et isoler les rivaux. Il est peu probable que de telles stratégies contribuent à créer une atmosphère favorable à la réalisation des objectifs ambitieux fixés avant cette conférence, dont l’importance pour la prospérité des pays de la région a été soulignée par le président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev dans ses remarques.

Nous pensons qu’il est nécessaire de dépasser de tels schémas géopolitiques, afin de travailler ensemble à la création des conditions les plus favorables possibles pour le développement de nos liens économiques historiques, avec l’utilisation de la technologie moderne et dans l’intérêt de créer un espace eurasien commun fondée sur l’égalité, le respect mutuel et l’équilibre des intérêts.

Dans le même temps, la poursuite du développement de liens mutuellement avantageux entre les États d’Asie centrale et du Sud et leurs voisins dans les domaines de l’investissement, des infrastructures, de l’aide humanitaire et autres contribuera à promouvoir les processus d’unification en Eurasie et également dans un contexte politique plus large. La Russie souhaite promouvoir cet agenda constructif. Je suis convaincu que les résultats de cette conférence y contribueront également.


https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4814877


Москва. Российская Федерация. Здан
Ministry of Foreign Affairs buiding in Moscow, Russia

4/Déclaration du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et réponses aux questions des médias lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de la République du Nicaragua Denis Ronaldo Moncada Colindres, Moscou, 19 juillet 2021

le ministre des Affaires étrangères de la République du Nicaragua Denis Ronaldo Moncada Colindres, Moscou, 19 juillet 2021

Mesdames et Messieurs,

Nous avons eu de bonnes discussions. Nous accordons une importance particulière au fait que nos amis nicaraguayens célèbrent avec nous à Moscou le 42e anniversaire de la Révolution populaire sandiniste. La révolution était un symbole de lutte pour l’indépendance, l’égalité et la justice sociale. Nous félicitons nos amis nicaraguayens en cette occasion mémorable. Nos félicitations vont également à la capitale du Nicaragua, Managua.

managua  MANAGUA

Nous sommes solidaires du Nicaragua dans la défense de son indépendance et de sa souveraineté. Nous rejetons catégoriquement toute tentative d’ingérence dans les affaires intérieures de ce pays ainsi que de tout autre pays. Nous condamnons résolument l’utilisation de méthodes d’« ingénierie politique » contre le Nicaragua dans le cadre des élections législatives prévues en novembre. Nous sommes convaincus que le peuple nicaraguayen a le droit légitime et qu’il est tout à fait capable de déterminer lui-même son propre destin.

Nous voudrions mettre en garde ceux qui comptent utiliser la « mainmise des sanctions » et cherchent à saper le développement économique du Nicaragua et d’autres pays indésirables, dans l’espoir de provoquer le mécontentement populaire.

Ce genre de politique destructrice n’est pas seulement inhumain; elle conduit également à l’émergence de foyers de tension régionaux. Nous savons bien comment se terminent les « révolutions de couleur » en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans d’autres régions, y compris celles proches des frontières russes. Les initiateurs de ces actions illégitimes et inacceptables sont pleinement responsables de l’effondrement du statut d’État des pays cibles, qui fait généralement suite à ce genre d’initiatives, et de milliers de vies et de souffrances.

Aujourd’hui, nous et nos amis nicaraguayens avons réaffirmé notre engagement à défendre le droit international, à respecter la Charte des Nations Unies et son rôle central, et à promouvoir un ordre international polycentrique, juste et plus démocratique. Ces principes sous-tendent les relations entre nos pays. Nous les avons discutés en détail.

Aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Nicaragua Denis Ronaldo Moncada Colindres, la délégation comprend également le ministre des Finances et du Crédit public Ivan Acosta et le Représentant spécial du Président du Nicaragua pour la coopération avec la Russie Laureano Ortega Murillo. Nous avons eu l’occasion d’envisager la coopération bilatérale de manière détaillée et globale. Nous pouvons voir à quel point il est important d’assurer la poursuite de l’avancement de notre partenariat stratégique dans tous les domaines dès maintenant.

Une attention particulière a été accordée au renforcement de la coopération dans les efforts de réponse à la pandémie de coronavirus et dans les soins de santé en général. Nous exploiterons plus vigoureusement le potentiel de notre coentreprise, Mechnikov, qui fournit des produits pharmaceutiques et des vaccins demandés au Nicaragua et dans d’autres pays de la région.

word-image-27

Nous avons salué la mise en œuvre d’un certain nombre d’autres initiatives conjointes. Un centre de formation (branche) de l’Institut de droit sibérien du ministère de l’Intérieur du Nicaragua est actif dans la formation des agents chargés de l’application des lois d’Amérique centrale et des Caraïbes. Il y a une station au sol GLONASS. Un centre russe a ouvert ses portes à l’Université nationale autonome sous le patronage de la Fondation Russky Mir. Les partenaires discutent de la fourniture de céréales et d’équipements automobiles russes au marché nicaraguayen et d’une aide au développement des infrastructures. Nous travaillons intensivement ensemble pour développer une réponse nationale et un système de secours pour les catastrophes naturelles et autres urgences au Nicaragua. C’est un sujet très pertinent compte tenu de la situation climatique de la planète.

Nous avons parlé d’autres domaines prometteurs pour le commerce et l’investissement. Nous avons convenu de tirer davantage parti du potentiel de la Commission intergouvernementale russo-nicaraguayenne de coopération commerciale, économique, scientifique et technologique. Le ministre des Finances et du Crédit public Ivan Acosta en est le coprésident. Nous espérons que cette Commission se réunira en personne dans un avenir prévisible (au moins cette année) ; il ne s’est pas réuni depuis quelques années en raison de la pandémie de coronavirus.

index

Nous venons de signer un accord intergouvernemental sur la sécurité internationale de l’information. La pertinence de ce sujet augmente dans les relations bilatérales avec nos partenaires ainsi que dans le contexte multilatéral à l’ONU. La Russie a lancé l’initiative d’élaborer des règles de conduite juridiquement contraignantes et généralement acceptées dans le domaine des technologies de l’information et de la communication afin d’assurer la sécurité et la stabilité militaro-techniques, ainsi que l’initiative de commencer à préparer une convention universelle contre la cybercriminalité.

Nous nous sommes félicités du niveau élevé de coordination de la politique étrangère entre nos pays. Nous soutenons toujours les initiatives de chacun à l’Assemblée générale des Nations Unies et dans d’autres agences des Nations Unies. Nous défendrons les idéaux du droit international et de la Charte des Nations Unies. La Russie et le Nicaragua sont devenus les fondateurs, aux côtés de nombreux autres États, d’un groupe d’amis en faveur de la Charte des Nations Unies, qui s’est constitué il y a quelques jours maintenant à New York à l’initiative du Venezuela.

hr_council_low_bandeau
Nous poursuivrons le dialogue de la Russie avec les associations d’intégration régionale en Amérique latine. Il s’agit de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), du Système d’intégration centraméricaine (SICA) et du Parlement centraméricain (PARLACEN). Nos amis nicaraguayens partagent nos vues sur l’Amérique latine comme l’un des centres en développement rapide d’un ordre international multipolaire. Nous soutenons en particulier le désir de nos amis et partenaires de la région de devenir indépendants dans les affaires internationales.

Nos discussions ont été vraiment utiles. Nous allons maintenir un dialogue très étroit dans tous les domaines.

La-Russie-n-a-pas-l-intention-de-reintegrer-le-G8-selon-Serguei-Lavrov

Question (retraduite de l’espagnol) : avez-vous abordé la coopération dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 lors de vos entretiens ? Avez-vous conclu des accords spécifiques dans ce domaine, par exemple en termes de calendrier d’envoi de vaccins russes au Nicaragua ? Avez-vous discuté de la production de vaccins russes au Nicaragua ?

061616680623-web-tete
FILE PHOTO: Vials of the Sputnik V (Gam-COVID-Vac) vaccine are seen at the Del-Pest Central Hospital in Budapest, Hungary, February 12, 2021. Zoltan Balogh/MTI/MTVA/Pool via REUTERS/File Photo

Sergey Lavrov (s’exprimant après Denis Ronaldo Moncada Colindres) : Je peux confirmer que nous avons parlé en détail de la coopération dans la lutte contre l’infection à coronavirus. Le Nicaragua a été l’un des premiers pays à enregistrer le vaccin Spoutnik V. En mai, il a également enregistré Spoutnik Light avec le Venezuela.

Nous envoyons des fournitures. Nous avons déjà livré plus de la moitié des fournitures discutées et contractées, ce qui représente environ 300 000 doses. Maintenant, nos agences discutent du calendrier pour d’autres fournitures.

Demain, M. Colindres et sa délégation auront une réunion avec le Fonds russe d’investissement direct (RDIF). Nous considérons comme notre priorité absolue d’achever les fournitures conformément aux accords que nous avons conclus.

En plus de cela, il y a plusieurs mois maintenant, les dirigeants nicaraguayens ont proposé de lancer la production du vaccin CoviVac à partir du Centre scientifique fédéral RAS Chumakov pour la recherche et le développement de produits immunitaires et biologiques dans notre joint-venture Mechnikov.

Ce n’est pas simple. Tout d’abord, cette société se concentre sur la production de vaccins antigrippaux. Elle travaille à pleine capacité, fabriquant ce médicament qui est envoyé non seulement au Nicaragua mais aussi au Venezuela, en Équateur et à Cuba. Elle produit environ 30 millions de doses de ces vaccins lors d’une épidémie de grippe. La deuxième chose est que les capacités de production du Centre Chumakov ne sont pas très importantes. La Russie n’a pas encore pleinement satisfait sa demande pour ce vaccin.

Compte tenu de ces circonstances, nous étudions la possibilité de développer la production d’un vaccin russe au Nicaragua. Je pense que cette question sera éclaircie dans un proche avenir. Politiquement, nous le soutenons jusqu’au bout.

Question (retraduite de l’espagnol) : Pouvez-vous nous parler de l’accord de coopération concernant la sécurité internationale de l’information que vous venez de signer ? Quelles mesures prévoit-il ?

index
Sergueï Lavrov : L’accord signé sur la sécurité internationale de l’information reflète notre volonté de ne pas limiter cette question urgente de l’agenda international actuel à un niveau multilatéral. Des pourparlers sérieux sur l’élaboration des règles de conduite des États sont lancés à notre initiative. Nous soutenons ces efforts multilatéraux par des accords intergouvernementaux bilatéraux avec de nombreux pays. Le Nicaragua a rejoint leur club. Je crois que c’est un processus positif. Nous allons continuer avec ça.


https://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/4816379

Москва. Российская Федерация. Здан
Ministry of Foreign Affairs buiding in Moscow, Russia