4140 – Chine – Conférences de presse du 21,22,23 décembre 2020 tenue par les porte-paroles du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin et Zhao Lijian

Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

CHINE N° 1 Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

CCTV : Une vidéoconférence des Ministres des Affaires étrangères des pays participants au Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA) se tiendra aujourd’hui. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à cette réunion, comme l’a annoncé la Chine vendredi dernier.
Quelles sont les attentes de la Chine pour cette réunion ?

Wang Yi N° 1 avance une proposition en quatre points sur la question nucléaire iranienne 21.12.2020

Wang Wenbin : Actuellement, la question nucléaire iranienne est hautement complexe et sensible. Nous espérons que la réunion des Ministres des Affaires étrangères permettra à toutes les parties de consolider davantage le consensus sur la préservation et la mise en œuvre du PAGC-JCPOA et de la résolution 2231 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, ce qui donnera un élan politique au règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne. La Chine continuera à travailler avec toutes les parties à déployer des efforts inlassables pour préserver le régime international de non-prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité au Moyen-Orient.
VOIR https://sansapriori.net/2020/12/27/4137-wang-yi-avance-une-proposition-en-quatre-points-sur-la-question-nucleaire-iranienne-21-12-2020/
Reuters : Selon certains reportages, une nouvelle souche de la COVID-19 est apparue au Royaume-Uni, et de nombreux pays d’Europe et d’autres régions ont suspendu l’entrée des vols en provenance du Royaume-Uni dans leur territoire.
La Chine a-t-elle déjà pris des mesures pour restreindre les vols en provenance du Royaume-Uni ?

Covid_19_wqc_nouv_730x350

Wang Wenbin : La Chine a remarqué des reportages concernés, et elle étudiera sérieusement la situation et la gérera adéquatement sur la base de la science, afin d’assurer une mobilité humaine saine et ordonnée entre la Chine et les pays étrangers.

CHINE N° 2 Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

AFP : La première question, le Président américain Donald Trump a tweeté samedi en insinuant que la Chine aurait pu être impliquée dans la cyber-attaque massive contre les départements gouvernementaux américains.

Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

La deuxième question, selon des reportages, des officiels de l’Union européenne (UE) ont informé les ambassadeurs des États membres de l’UE lors d’un briefing que 95% des négociations de l’accord d’investissement Chine-UE étaient terminées.

Pourriez-vous nous présenter les derniers progrès réalisés ?

TRUMP DONALD  Donald Trump Dcembre 2020

Wang Wenbin : Pour votre première question, la Chine est un fidèle défenseur de la cybersécurité et aussi une des plus grandes victimes des attaques de hackers.
La Chine s’oppose toujours résolument à toutes sortes de cyber-attaques et de cybercriminalités et les combat fermement. Nous sommes opposés fermement à la politisation et à la stigmatisation des questions de cybersécurité, ce qui non seulement n’aidera pas à résoudre le problème des attaques de hackers, mais aussi affaiblira la confiance mutuelle entre les pays et affectera leur coopération normale dans ce domaine.
Sur la question de la cybersécurité, les États-Unis, avec leur gros bilan de méfaits notoires, sont les moins bien qualifiés pour montrer du doigt les autres pays. La Chine a proposé l’Initiative mondiale sur la sécurité des données. Nous espérons que toutes les parties travailleront ensemble pour construire conjointement un cyberespace pacifique, sûr, ouvert et coopératif.
En ce qui concerne votre deuxième question, la Chine et l’UE maintiennent toujours une communication étroite sur les négociations de l’accord d’investissement.
Depuis le début de cette année, les deux parties ont surmonté l’impact de la pandémie de COVID-19 et ont tenu au total dix tours de négociations sur l’accord d’investissement Chine-UE, réalisant ainsi d’importants progrès. Les négociations sont entrées maintenant en phase finale. Nous sommes convaincus que tant que les deux parties tiendront bien compte des préoccupations réciproques et continueront à aller dans le même sens, nous serons en mesure d’atteindre les objectifs de négociation fixés par les dirigeants des deux parties.
Beijing Youth Daily : Récemment, le Président américain Donald Trump a signé et promulgué l’Acte sur la responsabilité des entreprises étrangères, qui avait été précédemment adopté par le Congrès américain. Cette loi stipule une obligation plus stricte de divulgation d’informations par les sociétés étrangères cotées en bourses américaines aux autorités de régulation américaines. Les parlementaires américains concernés ont déclaré que cette loi ciblait principalement la Chine.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

1355025-le-president-americain-donald-trump-le-5-decembre-2020-a-valdosta-en-georgie

Wang Wenbin : Au mépris des efforts agissants déployés par les autorités de régulation chinoises pour coopérer avec la partie américaine en matière d’audit et de supervision, les États-Unis se sont obstinés dans la signature et la promulgation du prétendu Acte sur la responsabilité des entreprises étrangères qui contient des dispositions clairement discriminatoires à l’égard des entreprises chinoises.
La Chine y exprime sa ferme opposition. Cette décision de la partie américaine constitue purement une répression politique injustifiée à l’encontre des entreprises chinoises cotées aux États-Unis et entravera sérieusement la cotation normale des entreprises chinoises aux États-Unis, faussera gravement les normes fondamentales de l’économie de marché dont les États-Unis se targuent depuis toujours, privera également les investisseurs et le public américains de la possibilité de partager les dividendes du développement des entreprises chinoises, et affaiblira la confiance des investisseurs du monde entier dans le marché des capitaux américain.
Au final, cela ne fera que nuire au statut international et à la réputation du marché des capitaux américain.
Nous exhortons la partie américaine à s’abstenir d’appliquer les dispositions discriminatoires et relatives à la Chine dans cette loi, à mettre fin à la mauvaise pratique consistant à politiser la régulation des valeurs mobilières, et à travailler ensemble avec les autorités de régulation chinoises pour promouvoir la coopération entre les deux pays en matière d’audit et de supervision sur la base du respect mutuel, de manière à fournir un environnement réglementaire équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays, y compris les entreprises chinoises, qui souhaitent être cotées en bourses américaines.

CHINE N° 3 Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Global Times : Nous avons noté que la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » avait continué de progresser pendant l’épidémie, avec comme exemple la Réunion de 2020 du Comité consultatif du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale qui s’est tenue vendredi dernier. Dans le même temps, certains disent toujours que l’Initiative « la Ceinture et la Route » a créé des « pièges de la dette ».
Quels sont vos commentaires à ce sujet ? Quelle est la vision de la Chine pour la prochaine étape de la coopération sur « la Ceinture et la Route » ?
https://i0.wp.com/geoconfluences.ens-lyon.fr/images/articles/img-rouiai/obor-route-de-la-soie.png        CF/ https://aphglyon.wordpress.com/2018/09/26/le-coup-de-coeur-geoconfluences-du-mois-de-septembre/
Wang Wenbin : L’Initiative « la Ceinture et la Route » est une initiative sur la coopération économique internationale visant à réaliser le développement commun de tous les pays par la promotion de la connectivité. Au cours des sept années qui ont suivi son lancement, l’initiative a reçu un accueil enthousiaste et obtenu le soutien de la communauté internationale.
Aujourd’hui, plus de 100 pays et plusieurs dizaines d’organisations internationales ont signé plus de 200 documents de coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », et un grand nombre de projets de coopération importants ont été mis en œuvre.
Dans le contexte de la pandémie mondiale de COVID-19, la coopération internationale dans le cadre de « la Ceinture et la Route » ne s’est jamais arrêtée et a fait preuve de ténacité face aux risques et joué un rôle important dans la lutte contre l’épidémie, la stabilisation de l’économie et la sauvegarde du bien-être social de différents pays.
La Route de la Soie sanitaire – numérique et verte est désormais devenue un nouveau point phare de la coopération.
Depuis le début de cette année, les partenaires de coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » ont tenu plus de 30 réunions internationales multilatérales par liaison vidéo, ce qui a envoyé un signal positif pour poursuivre l’approfondissement de la coopération sur « la Ceinture et la Route ».
Lors de la Réunion de 2020 du Comité consultatif du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale qui s’est tenue avec succès la semaine dernière, tous les participants ont positivement apprécié la coopération internationale sur « la Ceinture et la Route », déclarant que l’initiative avait permis de fournir un soutien au multilatéralisme et apporté une contribution à la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’Organisation des Nations Unies (ONU).
De quel côté se trouvent la vérité et la justice, le cœur de chacun tranchera.

Nouvelles_routes_de_la_soie_1-_@stratfor_2019

Jusqu’à présent, aucun des pays partenaires de « la Ceinture et la Route » n’a accepté la notion du prétendu « piège de la dette ».
Certains pays en développement sont en effet confrontés à des difficultés à rembourser leur dette à cause de l’impact de l’épidémie et de la récession économique mondiale.
Le gouvernement chinois a déjà exonéré les dettes pour des pays africains concernés s’agissant des prêts sans intérêt qui arriveraient à échéance fin 2020, ce qui a fait de la Chine le plus grand contributeur à l’initiative du G20 sur la suspension du service de la dette.
Lorsque l’on regarde la structure de la dette des pays débiteurs, on voit que la plupart de leur dette provient des institutions financières multilatérales et des créanciers commerciaux des pays développés, qui doivent, quant à eux, participer aux initiatives relatives à la suspension du service de la dette.
Le problème de la dette est essentiellement un problème de sous-développement. Nous sommes convaincus que la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » contribuera à promouvoir la construction des infrastructures et l’industrialisation des pays concernés et à les aider à s’attaquer aux racines profondes du problème de la dette.

CHINE N° 4 Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Prasar Bharati : La Chine et le Pakistan sont en train de mener un exercice militaire aérien conjoint dont la durée est d’un mois. Certains experts ont estimé qu’il s’agissait d’une nouvelle position stratégique prise par la Chine et le Pakistan face à l’Inde, ce qui avait suscité des inquiétudes de cette dernière.
Compte tenu des préoccupations de la Chine concernant la participation de l’Inde à l’exercice militaire « Malabar », comment la partie chinoise voit-elle les préoccupations indiennes ?

142-carte-Pakistan-Chine-Un-pas-régalien-pour-Pékin-1024x600  VOIR/Pakistan – Chine : Un pas régalien pour Pékin DU 

Wang Wenbin : En tant que partenaires de coopération stratégique à toute épreuve, la Chine et le Pakistan mènent des échanges et coopérations amicaux dans les domaines politique, économique, militaire et sécuritaire, et s’engagent à maintenir ensemble la paix et la stabilité régionales. La coopération que vous avez mentionnée est un agenda régulier entre les armées des deux pays, et ne vise aucun tiers. Nous espérons que toutes les parties pourront l’interpréter de manière objective.
China Daily : Selon des médias, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo et l’Ambassade des États-Unis à Cuba ont exercé des pressions sur Cuba concernant les prétendues questions des droits de l’homme, et en ont fait une condition préalable aux échanges avec Cuba.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

mike-pompeo-1_6281682

Wang Wenbin : La Chine estime toujours que les États-Unis doivent respecter la souveraineté et l’indépendance de Cuba, mettre fin au blocus et aux sanctions contre Cuba et cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de Cuba.
La Chine s’oppose fermement à la politisation de la question des droits de l’homme et à la pratique de « deux poids deux mesures », et s’oppose aux accusations infondées et à l’immixtion grossière dans les affaires intérieures d’autres pays sous prétexte des droits de l’homme.
Nous estimons que les États-Unis doivent développer des relations normales d’État à État avec Cuba sur la base de l’égalité et du respect mutuel, ce qui non seulement correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples, mais aussi est favorable au maintien de la paix et de la stabilité dans la région de l’Amérique latine.
Bloomberg : Le Président américain Donald Trump a suggéré sur Twitter que la Chine aurait participé à la cyberattaque.
La Chine nie-t-elle son éventuelle participation à la cyberattaque concernée ?

1027049822_0 103 3188 1828_1000x541_80_0_0_7ccddda2f54cab33ebaa19a32e433d16

Wang Wenbin : Je tiens à vous dire que les accusations concernées de la partie américaine sur la question de la cyberattaque sont frivoles, et qu’elles sont en contradiction avec elles-mêmes. Ces accusations de la partie américaine contre la Chine ont été inventées pour servir des objectifs politiques, discréditer la Chine et lui faire porter des responsabilités. La partie chinoise s’y oppose fermement.
Depuis longtemps, les États-Unis, en l’absence de preuve solide, ont politisé la question de la cybersécurité, et n’ont cessé de diffuser de fausses informations et de diffamer le gouvernement chinois, afin d’abîmer l’image de la Chine et de tromper la communauté internationale. De telles assertions et actions ne correspondent point au statut international des États-Unis. Nous espérons que la partie américaine prendra une attitude plus responsable en matière de cybersécurité.
The Paper : Selon des reportages, le célèbre sinologue des États-Unis et professeur émérite à l’Université de Harvard Ezra Vogel, est décédé le 20 décembre, heure locale, à l’âge de 90 ans.
Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
a78a06d_295882264-ezravogelinbeijing-1000x500  Le professeur Ezra Vogel
Wang Wenbin : Le professeur Ezra Vogel est un expert américain renommé pour les questions chinoises et un vieil ami du peuple chinois. La Chine exprime ses profondes condoléances face à son décès et sa sincère sympathie à sa famille.
Le Professeur Vogel a déployé des efforts inlassables pour promouvoir la communication et les échanges entre la Chine et les États-Unis et améliorer la compréhension mutuelle entre les deux peuples. Nous nous souviendrons de sa contribution à la promotion du développement des relations sino-américaines.
Beijing Daily : Depuis la fin de l’élection présidentielle bélarussienne, certains pays et organisations internationales ont adopté successivement des sanctions contre le Bélarus.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
https://images.laprovence.com/media/afp/2020-08/2020-08-10/08d247c0e7c6752d7d09994e3b8081d6e354d66e.jpg?twic=v1/focus=0x0/cover=870x485 Le président bélarusse Alexandre Loukachenko vote à Minsk durant l’élection présidentielle, le 9 août 2020 Photo – POOL/AFP – Sergei GAPON
Wang Wenbin : L’élection présidentielle du Bélarus est une affaire intérieure de la partie bélarussienne.
La Chine soutient fermement les efforts du Bélarus pour sauvegarder l’indépendance, la souveraineté, la sécurité et le développement du pays, et s’oppose résolument à la création de divisions et d’instabilités dans la société bélarussienne par des forces extérieures. La Chine s’oppose toujours à l’utilisation arbitraire de sanctions unilatérales et aux menaces de sanctions dans les relations internationales.
Nous croyons que le gouvernement et le peuple bélarussiens ont la capacité et la sagesse de bien gérer leurs propres problèmes et de restaurer la stabilité politique et la paix sociale.

PEKIN 5 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Shenzhen TV : Selon des reportages, le super cyclone YASA a frappé les Fidji le 17 décembre, causant de lourdes pertes.
La Chine a-t-elle offert une aide aux Fidji suite à la catastrophe ?

7d67ff90-3779-44ce-8752-b5f44ed846a0-jpeg

Wang Wenbin : La Chine et les Fidji sont des partenaires stratégiques globales.
La Chine témoigne de la sympathie sincère aux Fidji pour leurs lourdes pertes causées par le cyclone YASA.
Après la catastrophe, la partie chinoise a agi en toute urgence et s’est dépêchée pour donner son assistance.
La Croix-Rouge chinoise a offert une aide humanitaire d’urgence de 100 000 dollars US à la Croix-Rouge des Fidji. Selon des reportages des médias fidjiens, c’était le premier don de secours d’un pays étranger reçu par les Fidji par voie bilatérale après la catastrophe. En plus, le gouvernement chinois a décidé d’offrir 200 000 dollars supplémentaires d’aide humanitaire d’urgence au gouvernement des Fidji et de fournir davantage d’assistance dans la mesure de ses capacités en fonction de la situation et des besoins des Fidji. Nous sommes convaincus que le gouvernement et le peuple fidjiens pourront certainement surmonter la catastrophe et reconstruire leur beau foyer à une date rapprochée.
AFP : Un article publié dans le New York Times le 19 décembre a parlé de la censure des médias en Chine au début de l’épidémie de COVID-19.
Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

the-new-york-times-650x405

Wang Wenbin : Nous avons présenté plus d’une fois la situation sur des questions connexes. Nous espérons que tout le monde pourra respecter les faits. Je peux vous rappeler brièvement les faits concernés :
Depuis l’apparition de la COVID-19, la Chine a
1/informé sans délai l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de la survenue de l’épidémie,
2/immédiatement partagé la séquence génétique du nouveau coronavirus avec tous les pays et développé la collaboration internationale des experts en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie sans perdre une seconde.
La Chine a mis en place des mécanismes stricts de diffusion des informations, garantissant que les informations sur l’épidémie soient publiées en temps opportun, et de manière ouverte et transparente.
Des réglementations strictes ont été adoptées pour éviter la dissimulation, le retard et l’omission en matière de signalement des cas.
À partir du 31 décembre 2019, la ville de Wuhan a commencé à annoncer les informations sur l’épidémie conformément à la loi et a progressivement augmenté la fréquence de l’annonce.
Depuis le 3 janvier 2020, la Chine a régulièrement, ponctuellement et activement informé l’OMS, les régions et les pays concernés, y compris les États-Unis, des informations de l’épidémie.
À partir du 21 janvier, la Commission nationale de la Santé s’est mise à publier quotidiennement les informations nationales sur l’épidémie du jour précédent sur son site officiel et ses plateformes de nouveaux médias pour les affaires administratives.
Parallèlement, tous les départements provinciaux de la santé ont quotidiennement publié les informations du jour précédent sur l’épidémie dans la province.
Depuis le 3 février, la version anglaise du site Web de la Commission nationale de la Santé a publié les mêmes données en même temps que la version en chinois.
La chronologie concernée est très claire et les faits et les données sont évidents, ce qui pourra résister à l’épreuve de l’histoire et du temps.
Les allégations propagées par certains médias occidentaux, telles que la prétendue « dissimulation » de l’épidémie par la Chine, sont indéfendables devant les faits.
C’est précisément parce que le gouvernement chinois est toujours resté attaché à la vision de primauté du peuple et de la vie, et qu’il a adopté les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie les plus globales, les plus strictes et les plus drastiques, que la Chine a pu être le premier pays à endiguer l’épidémie et à réaliser la reprise du travail et de la production.
PIB-comparaison-T2 Avril-Juin 2020 : le trimestre noir de l’économie mondiale… sauf en Chine  – VOIR SUR/ https://www.devizu.news/avril-juin-2020-le-trimestre-noir-de-leconomie-mondiale-sauf-en-chine/

L’économie chinoise a rebondi pour passer d’une croissance négative à une croissance positive au deuxième trimestre de cette année, et réalisé la reprise dans la stabilité et la tendance à la croissance, faisant de la Chine la seule économie majeure à enregistrer une croissance positive pour cette année.
Nous espérons que certains médias et institutions pourront respecter les faits ainsi que la science et faire des reportages sur la Chine et la situation de la lutte anti-épidémique en Chine d’une manière objective et impartiale au lieu de propager de fausses informations.
Agence de Presse Xinhua : Récemment, Reuters a rapporté qu’un groupe de hackers chinois aurait piraté le siège de l’Union africaine (UA), et a cité un reportage publié il y a deux ans par le journal français Le Monde selon lequel la Chine aurait mis sur écoute le siège de l’UA.
Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

15501610884326

Addis-Abeba-copie-e1581245169755-650x366        Siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie

Wang Wenbin : Le porte-parole de la mission chinoise auprès de l’UA a répondu aux questions des journalistes sur les reportages sans fondement des médias concernés.
La prétendue « mise sur écoute du siège de l’UA par la Chine » est une nouvelle complètement fausse et une absurdité jetée il y a longtemps à la « poubelle » par les amis africains, y compris la Commission de l’UA et les dirigeants de nombreux pays africains.
Je tiens à souligner que la coopération sino-africaine ne sera pas perturbée par ces bruits et que l’amitié sino-africaine ne sera pas affaiblie par ces fausses nouvelles.
En juin dernier, sous l’initiative conjointe du Président Xi Jinping et de dirigeants de la partie africaine, s’est tenu le Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19, lors duquel a été adopté une Déclaration conjointe, ce qui a envoyé un fort signal selon lequel la Chine et l’Afrique soutiennent conjointement le multilatéralisme et travaillent main dans la main pour lutter contre la COVID-19, et a donné un exemple à la coopération internationale dans la lutte contre la COVID-19.
Aux moments difficiles de la lutte chinoise contre l’épidémie de COVID-19, l’UA, les gouvernements de pays africains et les peuples africains ont accordé un appui précieux à la Chine.
Depuis le début de l’épidémie en Afrique, la Chine a donné rapidement et plusieurs fois des matériels antiépidémiques à l’Afrique, envoyé des groupes d’experts médicaux dans 15 pays africains, signé des accords sur la suspension du service de la dette avec 12 pays africains, exonéré les prêts sans intérêt de 15 pays africains qui arriveraient à échéance fin 2020, et respecté effectivement son engagement en commençant à construire avant la fin de cette année le siège du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) avant la date prévue.
La Chine et l’Afrique se prêtent mutuellement soutien et confiance sur les questions touchant à leurs intérêts vitaux respectifs, ce qui a fortement défendu les intérêts communs des pays en développement.
Cette année marque le 20e anniversaire de l’établissement du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA).
La Chine a surmonté les difficultés causées par la COVID-19 pour s’efforcer de mettre en œuvre les acquis issus du Sommet de Beijing du FCSA, et a canalisé plus de ressources vers la santé, la reprise des activités économiques et l’amélioration du bien-être du peuple afin de fournir un soutien important à la partie africaine dans sa lutte contre la pandémie, la stabilisation de son économie et la protection du bien-être des populations.
On peut dire que le partenariat de coopération stratégique global Chine-Afrique a résisté à l’épreuve de la COVID-19 tout en écrivant un nouveau chapitre historique.
L’amitié est le thème principal de la relation sino-africaine et la coopération sino-africaine se développe sans cesse.
À l’heure actuelle, la Chine accélère la création d’une nouvelle dynamique de développement où le circuit domestique est le pilier principal et que le circuit domestique et le circuit international se renforcent mutuellement.
Les pays africains s’efforcent de mettre en œuvre le premier plan décennal de l’Agenda 2063 de l’UA et mettront bientôt en place la zone de libre-échange continentale africaine.
Les relations sino-africaines connaîtront de nouvelles opportunités historiques. La Chine continuera à rester fidèle aux principes de « sincérité, résultats réels, amitié et bonne foi » et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés, travaillera avec la partie africaine pour bien se préparer aux réunions du FCSA de l’année prochaine, renforcera la synergie entre les stratégies de développement chinoises et africaines, favorisera un développement solide et en profondeur de la coopération sur « la Ceinture et la Route », encouragera les entreprises chinoises à élargir leurs investissements en Afrique, redoublera d’efforts pour augmenter l’importation des produits africains, et formera des résultats phares de coopération dans des domaines tels que la zone de libre-échange, l’économie numérique, la réduction de la pauvreté et la réponse au changement climatique, afin de porter constamment la coopération sino-africaine à de nouveaux paliers.
Chine News Service : Selon des reportages, sous les efforts de parties comme l’Arabie saoudite, le Président du Yémen Abdrabbo Mansour Hadi a déclaré la formation d’un nouveau gouvernement de coalition le soir du 18 décembre, heure locale.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

le Président du Yémen Abdrabbo Mansour Hadi le Président du Yémen Abdrabbo Mansour Hadi

Wang Wenbin : La Chine se félicite de voir la formation du gouvernement de coalition au Yémen, et salue le rôle positif joué par les parties concernées comme l’Arabie saoudite là-dedans. La Chine est d’avis qu’il s’agit d’une étape cruciale dans la mise en œuvre de l’Accord de Riyad, et espère que les différentes parties au Yémen en profiteront pour continuer à régler adéquatement les divergences à travers le dialogue et les consultations, faire avancer le processus de transition politique et rétablir le plus tôt possible la stabilité et l’ordre du pays.

CHINE N° 6 Conférence de presse du 21 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1842269.shtml

Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

CHINE N° 7 Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Agence de presse Xinhua : Selon des reportages, la Chine – le Japon et la République de Corée ont conjointement dévoilé les villes culturelles de l’Asie de l’Est 2021. Shaoxing et Dunhuang en Chine, Kitakyushu au Japon, et Suncheon en République de Corée ont été élus. L’événement « Villes culturelles de l’Asie de l’Est » est un projet important dans la coopération sur le plan culturel entre les trois pays.
Pourriez-vous nous présenter plus d’informations sur la coopération entre la Chine, le Japon et la République de Corée dans divers domaines dont la culture pendant l’épidémie ?
https://images.theconversation.com/files/337390/original/file-20200525-106828-1jcx7rv.jpg?ixlib=rb-1.1.0&rect=1%2C1%2C1020%2C740&q=45&auto=format&w=926&fit=clip  Le président sud-coréen Moon Jae-in, le premier ministre chinois Li Keqiang et le premier ministre japonais Shinzo Abe lors du sommet réunissant les trois pays à Chengdu, Chine, le 24 décembre 2019. STR/Japan Pool via Jiji Press /AFP
North Korea South Korea Japan China Russia Mongolia Map - Vector Illustration
North Korea South Korea Japan China Russia Mongolia Map – Detailed Vector Illustration
Wang Wenbin : Depuis le début de cette année, face à l’épidémie de COVID-19 survenue avec une grande soudaineté, la coopération pragmatique dans divers domaines entre la Chine, le Japon et la République de Corée a avancé sans cesse et a porté des fruits encourageants grâce aux efforts conjoints des trois pays.
Nous avons successivement tenu
1/la Réunion extraordinaire des Ministres des Affaires étrangères sur la COVID-19,
2/la Réunion extraordinaire des Ministres des Transports et de la Logistique, 3/la Réunion des Ministres des Finances et des Gouverneurs des Banques centrales,
4/la Réunion des Directeurs chargés de la propriété intellectuelle,
5/ainsi que deux Réunions des Ministres de la Santé,
lors desquelles de nombreux consensus ont été dégagés sur le renforcement de la coopération antiépidémique, le maintien de la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement dans la région, et la promotion de la reprise économique.
En même temps, des projets de marque tels que la sélection de « Villes culturelles de l’Asie de l’Est », le Forum sur les industries culturelles et le Concours de bande dessinée Wukong Cup pour les jeunes en Chine, au Japon et en République de Corée ont été mis en œuvre dans d’heureuses conditions comme prévu, ce qui a énergiquement favorisé les échanges et l’amitié entre les peuples des trois pays.
La coopération Chine-Japon-République de Corée constitue une composante importante et un moteur pour la coopération en Asie de l’Est.
La Chine attache une grande importance à la coopération entre les trois pays et est prête à maintenir une communication étroite avec la République de Corée et le Japon pour promouvoir de nouveaux progrès dans la coopération tripartite, insuffler un nouvel élan à la reprise économique post-épidémique et apporter une nouvelle contribution à la paix, à la stabilité, au développement et à la prospérité de la région et du monde.

CHINE N° 8 Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

New York Times : Premièrement, en ce qui concerne les négociations sur l’Accord d’investissement Chine-UE (Union européenne),
quels sont les objectifs diplomatiques plus larges que la Chine espère atteindre en concluant cet accord ? Cela fait-il partie de la quête de la Chine pour développer des liens sino-européens plus étroits ?
Deuxièmement, concernant l’engagement déclaré du Président élu américain Joe Biden à améliorer les relations entre les États-Unis et l’UE,
la Chine est-elle pressée de parvenir à un accord avec la partie européenne avant l’entrée en fonction de Joe Biden pour améliorer les relations Chine-UE ?
Troisièmement, le Parlement européen et d’autres parties ont appelé la Chine à prendre des engagements sur les questions liées au « travail forcé » au Xinjiang, sinon, ils empêcheraient l’adoption de cet accord.
Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

EU & Chinese Flags (China European politics debt)

Wang Wenbin : Concernant la première question, la Chine a déjà présenté sa position sur les questions liées aux négociations de l’Accord d’investissement Chine-UE que vous pouvez consulter.
En ce qui concerne les relations Chine-UE, je peux vous dire qu’entre la Chine et l’UE, la coopération l’emporte de loin sur la concurrence et les consensus sont beaucoup plus nombreux que les divergences. La Chine et l’UE sont partenaires de coopération mutuellement bénéfique et les relations entre les deux parties possèdent une forte vitalité.
Quelle que soit l’évolution de la situation internationale, la Chine et l’UE devront suivre la direction générale du dialogue et de la coopération ainsi que le principe général des avantages mutuels, et gérer adéquatement les divergences afin de promouvoir un développement solide et durable du partenariat stratégique global Chine-UE et d’injecter plus de stabilité dans le monde.
En ce qui concerne la deuxième question,
je viens d’exposer la position de la Chine sur les questions liées aux relations Chine-UE, qui est claire et constante.
Quant à la troisième question, il n’y a point de « travail forcé » au Xinjiang.
Les allégations concernées sont un dénigrement et des calomnies sans fondement. Hier, le Ministère des Affaires étrangères a tenu une conférence de presse de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang sur les questions liées au Xinjiang. Je vous propose de lire les reportages concernés.
Reuters : Human Rights Watch a publié aujourd’hui une lettre ouverte au Président du Comité international olympique (CIO), l’appelant à mener une enquête sur la situation des droits de l’homme en Chine, et a exprimé l’inquiétude sur la situation des droits de l’homme en Chine lorsque les Jeux Olympiques (JO) d’hiver de Beijing de 2022 auront lieu.
Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?
ud0cb-thomas-bach           Thomas Bach – président du CIO, ne semble pas ouvert à revoir l’article 50 de la Charte olympique.Photo : Getty Images / Fabrice Coffrini
Wang Wenbin : La politisation des sports va à l’encontre de l’esprit de la Charte olympique.
La Chine la rejette fermement. Certaines prétendues organisations des droits de l’homme font du tapage autour de la prétendue question des droits de l’homme de la Chine en instrumentalisant les JO d’hiver de Beijing, ce qui sert simplement des fins politiques. Finalement, ce sont les JO internationaux et les intérêts des athlètes des différents pays qui seront compromis.
Je tiens à réitérer que les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing de 2022 seront une autre contribution importante de la Chine aux JO internationaux, et que les amateurs des sports d’hiver des JO de différents pays attendent impatiemment les JO d’hiver de Beijing.
Actuellement, les préparatifs des JO d’hiver de Beijing se déroulent dans d’heureuses conditions, et ont été hautement appréciés par la communauté internationale, y compris le CIO. Nous continuerons de travailler avec les différentes parties pour faire du JO d’hiver de Beijing un grand événement olympique merveilleux, extraordinaire et excellent.

CHINE N° 9 Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

China Daily : Une visioconférence des Ministres des Affaires étrangères sur le Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA) s’est tenue le 21 décembre.
Pourriez-vous présenter les informations sur la participation chinoise à l’événement ? Quels sont les résultats importants obtenus à l’issue de la réunion ?

https://sansapriori.files.wordpress.com/2020/12/wang-yi-nc2b0-2-avance-une-proposition-en-quatre-points-sur-la-question-nucleaire-iranienne-21.12.2020.jpg Le Conseiller d’État Wang Yi

Wang Wenbin : Le 21 décembre, les parties prenantes au PAGC-JCPOA ont tenu une visioconférence des Ministres des Affaires étrangères,
à laquelle le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé. L’événement est une réunion importante tenue au point critique de la situation nucléaire iranienne. Les Ministres des Affaires étrangères ont mené d’amples échanges sur la situation actuelle et la voie à suivre dans la prochaine étape du nucléaire iranien.
Le Conseiller d’État Wang Yi a avancé lors de la visioconférence une proposition en quatre points à l’égard de la remise sur les rails du PAGC-JCPOA.
Premièrement, nous avons à défendre inébranlablement le PAGC-JCPOA. Les différentes parties doivent s’opposer sans la moindre ambiguïté à la pression extrême imposée par l’administration Trump, et préserver plus activement le PAGC-JCPOA.
Elles doivent être plus proactives dans la coordination avec les parties concernées pour gagner du temps et de l’espace à l’amélioration de la situation.
Deuxièmement, nous avons à promouvoir le retour rapide de la partie américaine au PAGC-JCPOA.
Les États-Unis doivent revenir au PAGC-JCPOA dans les meilleurs délais et sans condition, et lever les sanctions imposées à l’Iran ainsi qu’aux entités et individus tiers.
Sur cette base, l’Iran devra reprendre totalement l’application de ses engagements dans le domaine nucléaire.
La partie chinoise propose aux parties prenantes d’engager rapidement des consultations en la matière et, après la conclusion d’un consensus, d’envisager de tenir une conférence internationale entre les parties prenantes de l’accord et les États-Unis pour ouvrir le processus du retour des États-Unis au PAGC-JCPOA.
Troisièmement, nous avons à résoudre de manière impartiale et objective les différends autour de l’accomplissement des engagements.
La réduction par l’Iran de ses engagements a eu lieu pour des raisons.
Toutes les parties doivent rester unies, gérer les divergences et assurer les intérêts économiques légitimes de l’Iran.
Quatrièmement, nous avons à traiter adéquatement les questions de sécurité régionale.
La Chine appelle à établir une plateforme de dialogue multilatéral dans la région du Golfe pour discuter des questions de sécurité régionale dont se préoccupent les différentes parties à condition de préserver le PAGC-JCPOA, afin de fédérer les esprits en commençant par des points moins épineux.
Toutes les parties sont d’avis qu’il faut promouvoir un retour rapide des États-Unis au PAGC-JCPOA et une reprise de la mise en œuvre de leurs engagements dans le cadre de l’accord, et qu’aucune condition préalable ne doit être imposée à cet égard.
À l’issue de la conférence, les Ministres des Affaires étrangères ont publié une déclaration conjointe. Ils ont réitéré leur engagement de préserver le PAGC-JCPOA pour en assurer une application intégrale et efficace.
Ils ont exprimé leur regret face au retrait des États-Unis de l’accord, et souligné que la résolution 2231 du Conseil de Sécurité demeurait totalement valide. Les différentes parties ont reconnu les perspectives du retour des États-Unis à l’accord et sont convenues de déployer des efforts conjoints pour y répondre activement.
La Chine continuera d’intensifier la coopération avec les parties prenantes de l’accord, de mettre en œuvre activement la déclaration conjointe des Ministres des Affaires étrangères, de s’efforcer de stabiliser la situation du nucléaire iranien et de favoriser la remise sur les rails du PAGC-JCPOA afin de sauvegarder la paix et la stabilité au Moyen-Orient.
Associated Press de Pakistan : La semaine dernière, l’entreprise chinoise chargée de la construction de l’autoroute Sukkur-Multan, le plus grand projet d’infrastructures de transport réalisé dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP), a livré ce projet à la partie pakistanaise.
Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

maxresdefault

Lahore-Karachi-Motorway-Plan-Pakistan

Wang Wenbin : J’ai remarqué cette bonne nouvelle.
L’autoroute Peshawar-Karachi est l’un des projets de récolte précoce et le plus grand projet d’infrastructures de transport dans le cadre du CECP. La Section Sukkur-Multan de ce projet a été récemment achevée et officiellement livrée à la partie pakistanaise.
Ce projet d’autoroute relie deux villes importantes du Pakistan, à savoir Sukkur et Multan, réduisant le temps du trajet de 11 heures à environ 4 heures. D’après des informations, quelque 29 000 emplois ont été créés pour les habitants locaux pendant l’exécution du projet.
Le projet traverse les principales zones de production de cultures industrielles du Pakistan et donne une impulsion directe au développement socio-économique le long de son tracé.
L’entreprise chinoise chargée de la construction a également mis en œuvre des projets de bien-être social tels que la construction d’écoles, de routes, de ponts, de puits et de canaux qui facilitent la vie des habitants dans les villages le long de la route.
La livraison avec succès du projet est un exemple parfait de l’édification du CECP en surmontant l’impact de la COVID-19.
La Chine est disposée à travailler avec la partie pakistanaise pour mettre pleinement en œuvre le consensus des dirigeants des deux pays et, tout en poursuivant les projets existants, à mettre davantage l’accent sur la coopération dans des domaines tels que le bien-être du peuple, l’industrie et l’agriculture, de manière à faire du CECP un projet de démonstration de la coopération de qualité dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et à apporter davantage de bénéfices aux peuples des deux pays et de la région.

CHINE N° 10 Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

AFP : Selon des reportages, l’« activiste pro-démocratie » de Hong Kong Nathan Law Kwun-chung, a affirmé avoir demandé l’asile auprès du gouvernement britannique. Il a déclaré avoir quitté Hong Kong en raison de la mise en œuvre de la nouvelle Loi sur la sécurité nationale. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Nathan-Law-Kwun-Chung                   Nathan Law Kwun-chung

Wang Wenbin : La Chine est un État de droit, et Hong Kong une société de droit, tous les droits et intérêts des Hongkongais sont pleinement protégés en vertu de la loi.
Toutefois, dans le même temps, tout acte illégal ou criminel sera sûrement puni par la loi.
La personne mentionnée par les médias concernés est un suspect criminel recherché par la police hongkongaise. Nous nous opposons fermement à ce que tout pays, organisation ou individu s’immisce de quelque manière que ce soit dans les affaires de Hong Kong, s’ingère dans les affaires judiciaires hongkongaises ou abrite des délinquants criminels à des fins politiques.
Quels que soient les moyens auxquels les perturbateurs antichinois à Hong Kong recourent pour demander un refuge extérieur, ils ne finiront que d’une seule façon : la défaite totale.
Bloomberg : Première question, le Département du Commerce des États-Unis a ajouté 58 entreprises chinoises dans une liste d’entreprises qui ont « des liens avec l’armée chinoise », en affirmant que toute entité doit obtenir une autorisation avant de leur vendre des articles destinés à des fins militaires.
Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
Deuxième question, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé des restrictions supplémentaires de visas américains pour les officiers chinois, en affirmant que ceux-ci étaient considérés comme responsables de violations des droits de l’homme ou soupçonnés d’y avoir participé.
Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Département du Commerce des États-Unis Département du Commerce des États-Unis

Wang Wenbin : Concernant votre première question, depuis quelque temps, les États-Unis ont recouru au pouvoir d’État, généralisé le concept de sécurité nationale et abusé continuellement des mesures telles que le contrôle des exportations afin de réprimer et de contraindre des entreprises spécifiques d’autres pays.
Il s’agit d’une violation grave des règles du libre-échange, d’une menace sérieuse contre la sécurité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, et d’une atteinte grave au bien-être et aux intérêts des peuples de tous les pays, y compris les États-Unis.
La Chine y exprime sa ferme opposition et exhorte les États-Unis à mettre fin immédiatement à leur pratique erronée et à offrir un traitement équitable aux entreprises de tous les pays, dont celles de la Chine.
La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre résolument les droits et intérêts légaux des entreprises chinoises.
Concernant votre deuxième question, au cours des quatre dernières années, sur ordre de M. Pompeo, la partie américaine a transformé leur politique de visa en une « arme », et imposé constamment des sanctions de visa au personnel chinois sous prétexte de prétendues questions liées à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet, à la religion et aux droits de l’homme.
Les actes concernés constituent une interférence grave dans les affaires intérieures de la Chine, entravent les échanges normaux entre les peuples des deux pays et nuisent aux relations sino-américaines. La Chine s’y oppose résolument et le condamne fortement.
En réponse à la pratique erronée américaine, la Chine a pris des contre-mesures réciproques sur les Américains qui portent les responsabilités principales de l’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, de l’atteinte aux intérêts de la Chine et des dommages aux relations sino-américaines ces derniers jours, ainsi que sur leur famille.
La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs erreurs et à lever les prétendues sanctions de visa visant le personnel chinois. La Chine continuera de prendre les mesures légitimes et nécessaires en fonction des démarches des États-Unis et de défendre résolument ses intérêts légitimes.
NHK : Le Congrès américain a adopté un projet de loi de financement global pour l’exercice fiscal 2021 et un projet de loi d’allègement de la COVID-19, qui contiennent des contenus sur les droits de l’homme et la liberté religieuse au Tibet.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/73/33/20190406/ob_c487b3_tibet-map-prefectures.gif

Wang Wenbin : La Chine a remarqué les reportages concernés.
Nous nous opposons fermement aux projets de loi concernés que le Congrès américain a approuvés qui avaient des contenus négatifs liés à la Chine.
Les questions liées au Tibet, à Taiwan, à Hong Kong concernent la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, et relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, dans lesquels aucune ingérence des forces étrangères ne peut être tolérée.
La détermination du gouvernement chinois à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays est inébranlable. Nous exhortons la partie américaine à cesser de profiter des questions concernées pour s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, de signer ou d’appliquer les contenus et les dispositions négatifs visant la Chine et nuisant aux intérêts chinois dans les projets de loi concernés, pour éviter de compromettre davantage l’intérêt général de la coopération et des relations sino-américaines.

CHINE N° 11 Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1842501.shtml

https://i1.wp.com/www.chine-horizons.fr/s/cc_images/cache_31867618.png

La République populaire de Chine compte 22 provinces.
Taiwan, île à l’est de la Chine, dont la capitale est Taipei, compte une population d’environ 22,5 millions. Bien que Taïwan soit un Etat indépendant, le gouvernement chinois considère l’île comme sa 23ème province. La séparation entre la République populaire de Chine et Taïwan a lieu en 1949 lorsque le Kuomintang (nationalistes chinois) s’installe à Taïwan après avoir perdu la guerre civile contre le Parti communiste.
En outre, 5 régions autonomes ont été définies: Guangxi, Mongolie intérieure, Ningxia, Xinjiang et du Tibet. Une région autonome est l’équivalent d’une province, à la différence qu’elle compte de nombreuses minorités ethniques.
La Chine dispose également de 4 municipalités autonomes : Chongqing, Beijing, Shanghai et Tianjin sont.  Ces municipalités autonomes sont directement liées au gouvernement central à Pékin et ont le même statut que les provinces.
Enfin, la Chine compte 2 régions administratives spéciales (RAS) : Hong Kong et Macao. Ces régions administratives spéciales ont un degré d’autonomie élevé et une économie capitaliste.  Le statut de Région administrative spéciale a été offert à Taiwan, mais le gouvernement de Taiwan a rejeté l’offre !

SITE/ http://www.chine-horizons.fr/accueil/la-chine/organisation-administrative/

Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

PEKIN 1 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Global Times : Récemment, la section Vientiane-Vang Vieng de l’autoroute Chine-Laos, première autoroute du Laos et projet financé et construit conjointement par la Chine et le Laos, a été achevée et mise en service 13 mois avant la date prévue, mettant fin à l’histoire de l’absence d’autoroute au Laos.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
LAOS AUTOROUTE PREMIERE DECEMBRE 2020  La première tranche de l’autoroute Chine-Laos, qui relie la capitale du Laos Vientiane à la ville touristique de Vangvieng, a été officiellement ouverte à la circulation le 20 décembre. C’est la première du genre dans le pays CF/ http://french.peopledaily.com.cn/Economie/n3/2020/1221/c31355-9801328.html

Zhao Lijian : Comme le dit un adage chinois, pour s’enrichir, il faut d’abord construire des routes. Nous sommes heureux de voir le Laos réaliser une percée dans le domaine de l’autoroute.
La longueur totale conçue de l’autoroute Chine-Laos est d’environ 440 kilomètres.
La première phase du projet qui relie Vientiane, capitale du Laos, et la ville touristique de Vang Vieng, est d’une longueur de quelque 110 kilomètres.
Après la mise en service de ce tronçon, le temps du trajet de Vientiane à Vang Vieng a été raccourci de 3 heures et demie à 1 heure, ce qui a aussi permis de sortir le pays de son histoire de l’absence d’autoroute.
Nous croyons que la mise en service de la section Vientiane-Vang Vieng apportera une nouvelle contribution à l’amélioration du bien-être des populations locales, à la stimulation du développement économique et social et à la promotion de la coopération commerciale et des échanges humains et culturels transfrontaliers.
Yonhap News : Hier, des avions militaires chinois et russes sont entrés la zone d’identification de défense aérienne (ZIDA) de la République de Corée. La partie chinoise a déclaré dans un communiqué qu’il s’agissait d’un exercice de routine, et le Ministère des Affaires étrangères de la République de Corée a exprimé son regret à ce sujet.
Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

unnamed

Zhao Lijian : Sur votre question, le Ministère chinois de la Défense nationale a publié des informations, selon lesquelles cette opération était un agenda du plan de coopération annuel entre les armées chinoise et russe et ne visait aucun tiers.
Il est à noter que la ZIDA n’est pas un espace aérien territorial et que tous les pays jouissent de la liberté de survol conformément au droit international. Au cours de l’exercice, les avions militaires chinois et russes ont strictement respecté les dispositions concernées du droit international et ne sont pas entrés dans l’espace aérien territorial d’autre pays.
CNR : Nous avons remarqué qu’hier, l’Institut des Études internationales de Chine (CIIS) a tenu un séminaire international sur la « Réponse commune au terrorisme dans les nouvelles circonstances », auquel ont participé des officiels, des responsables d’institutions d’études antiterroristes et des universitaires venant de 12 pays.
Pourriez-vous en donner plus d’informations ?

unnamed Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui

Zhao Lijian : Hier, la CIIS a tenu un séminaire international sur la « Réponse commune au terrorisme dans les nouvelles circonstanHces ».
Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui y a participé et a prononcé un discours. Au cours du séminaire, des universitaires chinois ont présenté les expériences et les pratiques de la Chine en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation. Les participants ont eu un échange franc et approfondi, et sont parvenus à fédérer les esprits, à renforcer la confiance mutuelle, à partager les expériences et à promouvoir la coopération.
Lors du séminaire, la Chine a indiqué que les menaces sécuritaires non traditionnelles nécessitaient des réponses transnationales.
La réponse aux questions de sécurité non traditionnelles doit être basée sur une approche constante et durable et une vision à long terme plutôt qu’une réaction de réflexe.
En poursuivant l’unilatéralisme et les actes d’intimidation, certains pays ont politisé et instrumentalisé l’anti-terrorisme.
Cela a gravement perturbé la coopération internationale anti-terroriste, et doit être suivi avec une haute vigilance.
Dans la coopération internationale contre le terrorisme, nous devons défendre fermement le consensus international, adopter activement des actions efficaces, adhérer à une norme unifiée et éradiquer résolument les terrains propices au terrorisme.
Tous les participants estiment que la pandémie actuelle a rendu la situation internationale anti-terroriste plus complexe et plus grave, mais la communauté internationale doit s’en tenir comme toujours au multilatéralisme, renforcer la solidarité et faire face conjointement aux défis sécuritaires non traditionnels, y compris le terrorisme.
Nous devons adhérer à une norme unifiée et rejeter sans équivoque les « deux poids deux mesures ».
Nous devons sauvegarder fermement le consensus international et nous opposer à la politisation et à l’instrumentalisation de la lutte contre le terrorisme pour des intérêts égoïstes.
Nous devons nous engager à adopter des mesures globales pour traiter à la fois les symptômes et la cause profonde du terrorisme, attacher de l’importance à la prévention du terrorisme et aux efforts de déradicalisation, et nous efforcer d’éliminer les terrains propices au terrorisme.
Nous devons garder toujours un esprit ouvert et inclusif et nous opposer à établir des liens entre le terrorisme et des pays, des ethnies ou des religions spécifiques.
Les participants de la Chine – du Pakistan – du Kazakhstan et de l’Afghanistan estiment tous que les forces terroristes du Mouvement islamique du Turkestan oriental constituent une grave menace pour la paix, la sécurité et le bien-être des populations des pays et régions concernés dont la Chine, et qu’il faut renforcer la coopération pour combattre le Mouvement islamique du Turkistan oriental afin de préserver ensemble la sécurité régionale et mondiale.

PEKIN 2 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

RIA Novosti : Encore une question sur les avions militaires chinois et russes qui ont volé dans la ZIDA de la République de Corée. Le gouvernement japonais a déclaré qu’il n’avait pas été informé de cette opération.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Zhao Lijian : J’ai déjà clairement présenté la position de la Chine sur cette question. Les avions militaires chinois et russes respectent strictement les dispositions pertinentes du droit international et n’ont pas pénétré l’espace aérien territorial d’autre pays.
China News Service : Selon la conférence de presse du Ministère de l’Éducation hier, 70 pays à travers le monde ont intégré la langue chinoise dans leur système d’éducation national. Plus tôt, certains officiels et médias occidentaux ont prétendu que la Chine élargissait son influence mondiale par l’enseignement du chinois comme langue étrangère.
Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

M. CHEN Baosheng, Ministre de l’Éducation chine  M. CHEN Baosheng, Ministre de l’Éducation

Zhao Lijian : La langue sert d’outil et de base de communication. Apprendre et maîtriser des langues de différents pays revêt une signification positive pour promouvoir la coopération économique et commerciale et dans les investissements, les échanges et l’enrichissement mutuel entre les civilisations, ainsi que les échanges amicaux entre les peuples.
Peu importe la distance physique entre les pays ou entre les individus, la langue permet de resserrer rapidement les liens entre les cœurs.
Tout comme beaucoup de Chinois apprennent des langues étrangères dont l’anglais, de nombreux étrangers montrent également un intérêt croissant pour l’apprentissage du chinois.
À l’heure actuelle, il y a environ 25 millions de personnes étudiant la langue chinoise en dehors de la Chine, et au cours du 13e plan quinquennal, 40 millions de personnes dans le monde ont participé à l’examen HSK (Test d’évaluation de chinois). Ces chiffres montrent que l’enseignement de la langue chinoise dans le monde a une base large et solide.
L’enseignement du chinois à l’échelle internationale a joué un rôle important dans le renforcement de la compréhension mutuelle et de l’amitié entre la Chine et les autres pays et est apprécié et salué par tous les peuples.
Pour les échanges et la coopération humains et culturels normaux, nous devrions tous être heureux de les voir et y contribuer activement au lieu de les politiser ou même de les diaboliser.
La Chine est prête à travailler avec tous les pays du monde afin de renforcer les échanges et coopération humains et culturels dans tous les domaines, y compris les échanges linguistiques, et de contribuer de nouvelles forces à la promotion de l’amitié et de la coopération entre la Chine et les autres pays du monde, au renforcement des échanges et de l’enrichissement mutuel entre les civilisations diversifiées du monde et à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

PEKIN 3 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Bloomberg : Selon des reportages, le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau a bloqué le plan d’achat par Shandong Gold Group d’une entreprise minière canadienne qui exploite l’or dans les régions arctiques du Canada.
Quels sont les commentaires de la Chine sur cette décision de la partie canadienne ?
FILE PHOTO: Canada's Prime Minister Justin Trudeau attends a news conference in Ottawa
FILE PHOTO: Canada’s Prime Minister Justin Trudeau attends a news conference at Rideau Cottage, in Ottawa, Ontario, Canada July 13, 2020. REUTERS/Blair Gable/File Photo
Zhao Lijian : La coopération économique et commerciale entre la Chine et le Canada est mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant de par sa nature.
Le gouvernement chinois demande toujours aux entreprises chinoises d’effectuer la coopération en matière d’investissement avec l’étranger sur la base du respect des règles internationales, ainsi que des lois et des règlements des pays d’accueil. Toute pratique de politisation de la coopération commerciale normale et d’interférence politique au nom de la sécurité nationale est erronée. La partie canadienne doit offrir un environnement de marché équitable, ouvert et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays, y compris la Chine, pour leurs investissements au Canada.

South China Morning Post : Le Ministre sortant australien du Commerce Simon Birmingham a déclaré devant la presse australienne qu’il souhaitait voir la Chine avoir de meilleurs échanges avec son successeur et montrer la volonté d’échanger et de négocier. Il a critiqué que la Chine n’avait pas présenté une telle volonté ces derniers temps.

Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Quelles sont ses attentes pour le prochain Ministre australien du Commerce ?

Le Ministre sortant australien du Commerce Simon Birmingham  Le Ministre sortant australien du Commerce Simon Birmingham

Zhao Lijian : Nous avons souligné à plusieurs reprises que les canaux diplomatiques entre la Chine et l’Australie restaient ouverts. Nous tenons à indiquer une fois de plus que le respect mutuel est la base et la condition préalable des dialogues et de la coopération pragmatique entre tous les pays. Si la partie australienne espère vraiment mener des contacts et dialogues avec la Chine, elle devra faire preuve de sincérité par des actes concrets.
Shenzhen TV : Selon des reportages, un navire sierra-léonais dont le nom est DONG YANG a été en détresse près des îles Nansha le 21 décembre, et l’équipage a été sauvé par la partie chinoise après avoir abandonné le navire pour s’échapper. Pourriez-vous présenter plus d’informations concernées ?

navire sierra-léonais dont le nom est DONG YANG navire sierra-léonais dont le nom est DONG YANG

Zhao Lijian : Le 21 décembre à 17 heures, le Centre de recherche et de sauvetage maritime de Hainan a reçu un bulletin d’urgence, selon lequel un cargo sierra-léonais s’était sérieusement incliné dans les eaux au large de Wan’an Tan des îles Nansha, le capitaine avait décidé d’abandonner le navire, et puis les dix membres d’équipage s’étaient échappés dans un radeau de sauvetage.
Après avoir confirmé l’urgence, le Ministère chinois des Transports et la province de Hainan ont mobilisé des forces et mis tout en œuvre pour le sauvetage.

M. LI Xiaopeng, Ministre des Transports M. LI Xiaopeng Ministre des Transports Chine

Ils ont envoyé trois navires pour la recherche, et l’un d’entre eux a réussi à sauver les dix membres d’équipage à bord du radeau de sauvetage à 14h30 du 22 décembre. D’après ce que je sais, les signes vitaux des 10 membres d’équipage sont normaux, et le sauvetage international qui avait duré presque un jour et une nuit a été couronné d’un plein succès.
Le sauvetage de la vie en mer est une opération humanitaire internationale.
Ce sauvetage réussi a été un test de la capacité de la Chine à maintenir la sécurité de la navigation des navires internationaux en Mer de Chine méridionale, et a pleinement illustré le sens des responsabilités de la Chine dans ses engagements à sauver la vie en Mer de Chine méridionale. Toujours fidèle à l’esprit humanitaire, la Chine continuera d’assurer en temps utile la recherche et le sauvetage nécessaires aux navires et aux marins en difficulté en Mer de Chine méridionale.
PEKIN 4 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Reuters : Dans une lettre aux États insulaires du Pacifique, les sénateurs américains Ted Cruz et Marco Rubio ont averti que la Chine avait financé Huawei Marine dans les appels d’offres du projet de câbles sous-marins du Pacifique, dans le but d’en profiter pour mener des activités d’« espionnage » et exercer de la « coercition géopolitique ».

Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.kxan36news.com/wp-content/uploads/2020/07/httpscdni.rt_.comfiles2020.07xxl5f0c268985f5402f1a03fb5e.jpg-1024x576.jpg

 

Zhao Lijian : Les quelques sénateurs que vous avez mentionnés ne ratent aucune occasion pour dénigrer la Chine, et se donnent pour mission de concocter toutes sortes de mensonges pour discréditer la Chine et servir leurs propres intérêts politiques.
Ils n’ont aucune crédibilité politique. L’assertion concernée est complètement une calomnie et une diffamation à l’encontre de l’entreprise chinoise, et un prétexte inventé par les États-Unis en vue de réprimer de façon injustifiée les entreprises chinoises de haute technologie.
Le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à mener des coopérations et des investissements à l’étranger conformément aux principes du marché et aux règles internationales et sur la base du respect des lois et règlements locaux.
Ce sont justement les États-Unis, depuis la révélation du Prism jusqu’à aujourd’hui, qui ont mené des opérations de cyber-espionnage à grande échelle à travers le monde, y compris dans leurs pays alliés, devenant un véritable « Empire de hackers » et « Empire d’espionnage ».
Peu avant, un média danois a révélé la surveillance des services gouvernementaux danois par des agences américaines concernées et leur collecte des données et des informations privées passant par les câbles de communication danois. Le monde voit clairement la machination des États-Unis visant à calomnier les autres et embellir eux-mêmes.
Prasar Bharati : De nombreux navires sont ancrés au Port de Jingtang depuis plusieurs mois. À notre connaissance, la Chine et l’Inde sont en communication constante concernant la rotation d’équipage des navires indiens. La partie chinoise a précédemment déclaré que la rotation d’équipage ne pouvait pas être effectuée pour des raisons de prévention de l’épidémie. Les armateurs ne permettent pas non plus aux navires de quitter le port.
Ma question est la suivante : maintenant, existe-t-il une base scientifique pour ne pas autoriser la rotation d’équipage après la quarantaine ? Vu que les membres d’équipage ont été confinés depuis plusieurs mois, est-il possible d’autoriser leur rotation après la quarantaine ? Est-il possible de le faire pour des raisons humanitaires ?

Covid_19_wqc_nouv_730x350

Zhao Lijian : La Chine a fixé des règles claires pour la prévention et le contrôle de l’épidémie dans les ports ainsi que l’obligation de quarantaine des personnes à bord, lesquelles sont fondées sur la science.
Les départements concernés locaux de la Chine maintiennent toujours une communication étroite avec la partie indienne pour répondre à ses revendications concernées en temps opportun et lui donner des facilités et de l’assistance nécessaires sous réserve du respect des règlements concernés sur la prévention de l’épidémie.
China Daily : Selon des reportages, l’ancien Gouverneur général d’Australie Michael Jeffery est décédé il y a quelques jours.
Comment évaluez-vous son rôle dans la promotion des relations sino-australiennes ?

l'ancien Gouverneur général d'Australie, M. Jeffery l’ancien Gouverneur général d’Australie  M. Jeffery

Zhao Lijian : De son vivant, l’ancien Gouverneur général d’Australie, M. Jeffery a accordé une attention et un soutien de longue date au développement des relations sino-australiennes.
Il a effectué plusieurs visites en Chine et a apporté une contribution importante à la promotion des échanges et de la coopération entre les deux pays.
Nous exprimons nos profondes condoléances pour le décès de M. Jeffery et présentons notre sympathie à ses proches et à sa famille.
Reuters : Le sénateur Marco Rubio et le représentant Michael McCaul des États-Unis ont appelé mardi l’administration Trump à continuer de renforcer les nouvelles règles adoptées vendredi dernier dans le but d’empêcher la Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC) d’acquérir des technologies avancées américaines.
Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
En outre, selon des reportages du site d’information américain Axios, le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis lancera un avertissement aux entreprises américaines, affirmant que l’utilisation d’équipements et de services de télécommunications de sociétés liées à la Chine entraînerait des risques de la sécurité des données.
Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Michael-McCaul-China-1280x853  Michael McCaul

Zhao Lijian : Comme je l’ai déjà dit tout à l’heure, les parlementaires dont vous avez parlé se sont déjà discrédités et n’ont aucune honnêteté.
La Chine s’oppose fermement à ce que les États-Unis répriment sans raison les entreprises chinoises et a explicité plusieurs fois sa position solennelle.
La politisation des questions économiques et commerciales par la partie américaine viole les principes de l’économie de marché et de concurrence loyale dont elle se vante depuis tout le temps ainsi que les règles du commerce international.
Cela non seulement mine les intérêts légaux des entreprises chinoises, mais ne sert pas non plus les intérêts des entreprises américaines, et perturbera gravement les échanges scientifiques, technologiques et commerciaux normaux entre les deux pays et même dans le monde entier, et sabotera les chaînes industrielles, d’approvisionnement et de valeurs mondiales.
Les entreprises chinoises développent depuis toujours leurs activités en vertu de la loi et des règlements, et observent strictement la loi et les règlements des pays d’accueil dans leurs activités internationales. La partie américaine doit arrêter ses actes erronés d’abuser du pouvoir d’État et de généraliser le concept de sécurité nationale dans le but de restreindre des entreprises étrangères.
Une poignée de politiciens américains s’obstinent dans la mentalité de guerre froide et les préjugés idéologiques, et s’adonnent à faire du tapage et à prôner les prétendus « défis chinois » et la « théorie de la menace chinoise ».
La Chine s’y oppose fermement. Je voudrais souligner que les restrictions et répressions, au lieu d’endiguer le développement et la croissance de la Chine, ne feront qu’abîmer la confiance mutuelle et la coopération sino-américaines et aggraver les problèmes et frictions entre la Chine et les États-Unis.
Elles ne pourront que rendre le peuple chinois plus uni dans la construction d’une Chine plus forte. Si les États-Unis n’en font qu’à leur tête, la Chine prendra définitivement des mesures sérieuses pour défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.
Reuters : Le citoyen australien Yang Jun a déclaré dans une lettre à un ami qu’il avait subi des « tortures », de multiples interrogatoires et des « violences verbales » lorsqu’il était détenu à Beijing.
Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Le citoyen australien Yang Jun

Zhao Lijian : Nous avons exprimé à maintes reprises la position de la Chine sur le cas de Yang Jun. Actuellement, l’affaire est traitée en première instance. Je tiens à souligner encore une fois : la Chine est un État de droit, et les autorités judiciaires chinoises traitent les affaires de manière indépendante et conformément à la loi. Tous les droits légaux de Yang Jun sont pleinement garantis. Il n’existe pas de soi-disant « torture » ou « violence ».

PEKIN 5 Conférence de presse du 23 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1842717.shtml

calligraphie-chinoise-ann-e-du-rat-conception-de-vecteur-nouvelle-bannières-culturelles-année-la-nombres-tirés-par-main-pour-155498641

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s