4068 – Conférences de presse des 22, 23 et 26 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

CHINE ZHAO PH 1 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

1/ AFP : L’accord provisoire entre la Chine et le Vatican sur la nomination des évêques a expiré aujourd’hui. Pourriez-vous nous dire si l’accord a été renouvelé ?

accord_chine-vatican

Zhao Lijian : Le 22 octobre, à l’issue des consultations amicales, la Chine et le Vatican ont décidé de renouveler l’accord provisoire portant sur la nomination des évêques pour deux ans. Les deux parties continueront de maintenir des échanges et des consultations étroits et de faire avancer le processus de l’amélioration de leurs relations.
2/ Le Quotidien du Peuple : En ce qui concerne les données sur l’économie chinoise, le Directeur adjoint du Département Asie-Pacifique du Fonds monétaire international (FMI) Kenneth Kang a récemment indiqué que la reprise rapide de l’économie chinoise s’expliquait principalement par deux facteurs : premièrement, les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie ; deuxièmement, les mesures et politiques macroéconomiques de soutien à la reprise. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
le Directeur adjoint du Département Asie-Pacifique du Fonds monétaire international (FMI) Kenneth Kang  le Directeur adjoint du Département Asie-Pacifique du Fonds monétaire international (FMI) Kenneth Kang

Zhao Lijian : Ces derniers jours, j’ai déjà présenté plusieurs fois les données économiques de la Chine pour les trois premiers trimestres. Le passage « du négatif au positif » des données économiques chinoises est constaté dans les aspects suivants.
Premièrement, la croissance. La situation de la croissance négative au premier semestre a été inversée.
Deuxièmement, les investissements en immobilisations. Pour la première fois de l’année, la croissance du secteur a été positive. Les investissements en immobilisation des trois premiers trimestres ont augmenté de 0,8% en glissement annuel.
Troisièmement, les ventes au détail des articles de consommation. Pour la première fois de l’année, la croissance trimestrielle en a été positive. La consommation de la population continue de rebondir.
Quatrièmement, le volume total des importations et des exportations de marchandises. Pour la première fois de l’année, la croissance en a été positive.
Cinquièmement, l’utilisation des investissements étrangers s’est progressivement stabilisée en Chine. De janvier à septembre, l’utilisation réelle des investissements étrangers par la Chine a augmenté de 2,5% sur un an.
Pour la première fois de l’année, nous avons enregistré une croissance positive cumulée libellée en dollar dans ce secteur.
Les chocs majeurs permettent de mieux examiner la vraie qualité du développement économique d’un pays. Les faits ont prouvé que la primauté donnée au peuple et la planification intégrale de la réponse à l’épidémie et du développement économique et social étaient des décisions tout à fait correctes, ce qui avait permis de protéger au maximum la sécurité et la vie de la population et de créer les conditions propices à la reprise stable de l’économie chinoise.
Nous avons mis en œuvre une série de politiques macroéconomiques pour promouvoir de façon ordonnée la reprise du travail et de la production, et atténuer les difficultés des entreprises, dont les résultats se manifestent progressivement. Les principaux indices économiques de la Chine s’améliorent trimestre après trimestre, et la réalisation d’une croissance positive annuelle est quasi certaine. La Chine entend continuer de travailler avec tous les pays pour promouvoir de manière coordonnée la prévention et le contrôle de l’épidémie, et le développement économique, afin de vaincre la pandémie dans les meilleurs délais et de réaliser une reprise stable de l’économie mondiale.
3/ Shenzhen TV :Selon des reportages, aujourd’hui, le premier lot de don de moutons vivants de Mongolie est entré en Chine par le port d’Erenhot pour être acheminé vers le Hubei après quarantaine, examen et traitement. Le Ministère des Affaires étrangères pourra-t-il donner plus d’informations en la matière ?

mongolie-carte1

moutons de Mongolie 2020 offerts à la Chine

Zhao Lijian : Merci de votre attention à ce sujet. Après l’apparition de la COVID-19, les peuples de Chine et de Mongolie ont fait preuve de solidarité dans la lutte contre l’épidémie.
MONGOLIE Le Président de la Mongolie Khaltmaagiin Battulga  Le Président de la Mongolie Khaltmaagiin Battulga
Le Président de la Mongolie Khaltmaagiin Battulga a effectué une visite spéciale en Chine fin février pour exprimer son ferme soutien à la Chine dans sa lutte contre l’épidémie et a fait don de 30 000 moutons au nom du peuple mongol. Après plus de six mois de préparation minutieuse, la partie mongole a officiellement commencé le transfert des moutons pour soutenir la Chine dans sa lutte contre la COVID-19. À l’heure actuelle, les 30 000 moutons ont été mis en quarantaine dans la zone exempte d’épidémie de Dzamyn-ude en Mongolie.
Aujourd’hui, les 4 000 premiers moutons donnés par la Mongolie sont entrés en Chine par le port d’Erenhot. Tout en assurant la sécurité en matière de prévention de l’épidémie, la Chine et la Mongolie ont organisé une cérémonie de transfert au port d’Erenhot-Dzamyn-ude. Selon le plan convenu entre les deux parties, les 30 000 moutons seront arrivés en Chine par lots avant la mi-novembre. Ils seront traités à Erenhot et puis transportés dans la province du Hubei, afin de transmettre les émotions du gouvernement et du peuple mongols au peuple du Hubei, qui a grandement contribué à la lutte contre l’épidémie.
Comme le dit un proverbe mongol, une aiguille donnée dans les mauvais moments est plus précieuse qu’un chameau offert dans les bons moments. Le don de 30 000 moutons par la Mongolie à la Chine témoigne du ferme soutien de la partie mongole au gouvernement et au peuple chinois. Il traduit de manière vivante le concept de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité et fait ressortir l’amitié sincère entre la Chine et la Mongolie ainsi qu’entre les deux peuples.

CHINE ZHAO PH 2 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

4/ Global Times : Selon les médias de la République de Corée, le 21 décembre, l’Ambassadeur de la République de Corée au Japon Nam Gwan-pyo, en réponse à des questions à l’Assemblée nationale du pays, a dit que les trois « non », c’est-à-dire que la République de Corée ne déploiera pas davantage le système de défense antimissile à haute altitude THAAD, ne participera pas au système de défense antimissile des États-Unis, et ne transformera pas la coopération sécuritaire trilatérale entre la République de Corée, les États-Unis et le Japon en alliance militaire tripartite, n’étaient que la position ouverte de la République de Corée lors des discussions sur le THAAD avec la Chine en 2017, mais pas un engagement pris devant la Chine, et qu’aucun accord n’avait été conclu entre les deux parties. L’Ambassadeur Nam Gwan-pyo, alors Directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale de la République de Corée, était directement responsable des consultations avec la Chine sur le problème du THAAD. En outre, le Ministère de la Défense de la République de Corée compte transporter le 22 octobre du matériel de construction à la base du THAAD à Seongju. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

matériel de construction à la base du THAAD à Seongju. matériel de construction à la base du THAAD

Zhao Lijian : En octobre 2017, la Chine et la République de Corée sont parvenues à un accord sur le règlement par étapes du problème THAAD, ce qui a contribué à faire retourner les relations bilatérales sur la bonne voie de l’amélioration et du développement. Le processus en est clair et correspond aux intérêts communs des deux parties. La position de la Chine sur cette question est constante et claire : nous nous opposons fermement au déploiement du système THAAD par les États-Unis en République de Corée au détriment des intérêts de sécurité stratégique de la Chine et de l’équilibre stratégique dans la région. Nous espérons que la République de Corée traitera ce problème adéquatement en suivant le consensus entre les deux parties, afin d’éviter que les relations entre les deux pays soient perturbées ou affectées. Nous sommes disposés à travailler avec la République de Corée pour faire avancer les relations bilatérales.
5/ O Globo : Le Président du Brésil Jair Bolsonaro, en réponse à l’annonce du Ministre brésilien de la Santé selon laquelle les vaccins achetés de l’entreprise chinoise Sinovac feraient partie du programme national de vaccination, a déclaré mercredi qu’il n’achèterait pas de vaccins chinois. Comment cela affectera les relations sino-brésiliennes ?

Président du Brésil Jair Bolsonaro  Président du Brésil Jair Bolsonaro

Zhao Lijian : La Chine occupe une position avantageuse au monde en ce qui concerne les recherches et le développement autonomes des vaccins contre le nouveau coronavirus.
Quatre vaccins sont à la phase III d’essais cliniques, et les recherches et le développement de vaccins chinois sont hautement appréciés par différents pays.
La Chine a aussi participé au mécanisme COVAX, et respectera sérieusement l’engagement de faire des vaccins chinois un bien public mondial une fois qu’ils seront mis au point et au service, pour contribuer à l’accessibilité et à l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement.
Depuis le début de l’épidémie, la Chine et le Brésil ont mené une bonne coopération dans le domaine de la lutte contre l’épidémie. La phase III d’essais cliniques des vaccins contre la COVID-19 menée conjointement par des entreprises et des institutions concernées des deux pays se déroule dans d’heureuses conditions au Brésil.
Nous sommes convaincus que notre coopération en la matière contribuera à la victoire définitive des peuples chinois et brésilien contre l’épidémie, ainsi que de tous les autres peuples du monde.
6/ RCI : Cela fait plus d’un mois depuis l’ouverture des négociations de paix intra-afghanes. Selon des reportages, les deux parties aux négociations de paix ne sont pas encore parvenues à un accord sur des questions essentielles telles que la base et le fondement des négociations, et les négociations officielles n’ont pas encore été lancées. En outre, les guerres et les conflits en Afghanistan se sont accrus au lieu de diminuer. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ? Que pensez-vous des rôles des États-Unis et de la communauté internationale dans la question de l’Afghanistan?

1200px-Afghanistan_(orthographic_projection).svg

unnamed

Zhao Lijian : Les négociations de paix intra-afghanes sont une fenêtre d’opportunité pour l’Afghanistan de parvenir à la paix et à la stabilité.
La Chine soutient toujours le processus de paix et de réconciliation inclusif en Afghanistan « par et pour les Afghans ». Elle préconise que les deux parties aux négociations résolvent la question de l’Afghanistan sur la table de négociation plutôt que dans les champs de bataille. Nous espérons que les deux parties aux négociations s’attacheront aux intérêts primordiaux de leur pays et de leur nation, saisiront les opportunités et chercheront un terrain d’entente en mettant de côté leurs divergences pour trouver leur plus grand diviseur commun. Nous les appelons également à renforcer leur confiance et leur sincérité l’une envers l’autre et à faire preuve de patience et de retenue pour aboutir à des résultats le plus tôt possible.
La Chine est d’avis que la communauté internationale, dont les États-Unis, devra jouer un rôle constructif dans la promotion des négociations de paix intra-afghanes, et qu’elle soutienne les parties concernées pour déployer des efforts en fonction de leurs moyens pour promouvoir davantage la paix et les négociations.
Dans le même temps, nous sommes d’avis qu’aucune partie ne doit s’ingérer arbitrairement dans le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan pour servir ses propres intérêts égoïstes.
Le maintien et la promotion de la sécurité et de la stabilité en Afghanistan sont une condition préalable importante pour faire avancer la paix, la réconciliation, la reconstruction et le développement en Afghanistan. La question de l’Afghanistan est complexe et difficile à résoudre. Ainsi, les facteurs internes et externes doivent aller dans le même sens et travailler de concert, faute de quoi les efforts déployés dans ce sens ne pourront qu’aboutir à des résultats opposés.
Les États-Unis sont le plus grand facteur externe de la question de l’Afghanistan. Ils doivent retirer leurs troupes de manière ordonnée et responsable, afin d’empêcher une nouvelle escalade de la violence interne en Afghanistan et de créer un environnement extérieur favorable aux négociations intra-afghanes, au lieu de faire le contraire.

CHINE ZHAO PH 3 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

7/ CNR : Selon des sources, l’équipe d’experts médicaux anti-épidémiques du gouvernement chinois a quitté l’Angola hier après avoir fini ses missions au Lesotho et en Angola. Pouvez-vous présenter les informations concernées ?

south-africa-map-2   Lesotho inclu en Afrique du Sud

images

angola

Zhao Lijian : Pour aider le Lesotho et l’Angola à lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus, le gouvernement chinois a envoyé aux deux pays une équipe d’experts médicaux antiépidémiques formée par la Commission nationale de la Santé, et dont les membres ont été sélectionnés par la Commission provinciale de la Santé du Hubei.
Au Lesotho, l’équipe d’experts du gouvernement chinois s’est rendue au Ministère de la Santé, aux hôpitaux désignés pour les patients atteints de la COVID-19, au Laboratoire national pour le test d’amplification des acides nucléiques (TAAN) et au Bureau de la représentation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Lesotho, pour mener des échanges et partager leurs expériences antiépidémiques ainsi que former les agents de prévention et de contrôle des quartiers d’habitation et les personnels soignants.
L’équipe d’experts a également donné des conseils concrets au Lesotho en termes d’isolement social, de dépistage dans les quartiers d’habitation, de TAAN, de surveillance de l’épidémie, et de diagnostic et de traitement des patients. Elle a aussi aidé à mettre au point les plans et organisations des consultations pour fièvre, et des programmes de suivi et de gestion des groupes prioritaires.
Le Ministre de la Santé du Lesotho Motlatsi Maqelepo a remercié l’équipe d’experts chinoise pour avoir partagé avec son pays des connaissances et des compétences en matière de lutte contre la COVID-19, affirmant que cela aiderait le Lesotho à mettre en place un système médical fiable doté d’une capacité de réaction rapide, et que les personnels soignants lesothans vaincraient certainement l’épidémie en mettant en pratique ce qu’ils avaient appris.
En Angola, l’équipe d’experts chinoise a visité nombre d’hôpitaux désignés pour les patients atteints de la COVID-19, et a mené des échanges avec les personnels soignants locaux en les guidant autour des sujets tels que les soins aux patients, la prévention et le contrôle parmi les personnels soignants, le TAAN, et la prévention et le contrôle dans les quartiers d’habitation.
L’équipe d’experts s’est également rendue au Ministère angolais de la Santé et à des établissements pour le TAAN, et a organisé des formations relatives à la prévention et au contrôle de l’épidémie.
Les départements de la santé et les personnels médicaux de l’Angola ont tous indiqué que le partage des expériences des experts chinois leur avait beaucoup bénéficié et contribuerait de façon significative à la lutte contre l’épidémie en Angola.

La Ministre angolaise de la Santé Silvia Lutucuta   La Ministre angolaise de la Santé Silvia Lutucuta

La Ministre angolaise de la Santé Silvia Lutucuta a hautement apprécié les résultats du travail de l’équipe d’experts, et a sincèrement remercié le gouvernement chinois pour son soutien énergique et l’équipe d’experts pour son travail diligent. Elle a déclaré que l’Angola étudierait sérieusement les conseils importants donnés par l’équipe d’experts, et s’est dite convaincue qu’avec l’avancement constant de la coopération antiépidémique Angola-Chine, les départements de la santé de son pays amélioreraient efficacement leurs capacités dans les domaines de la prévention et du contrôle de l’épidémie et de la prise en charge des patients atteints de la COVID-19.
Le 21 octobre, après avoir rempli ses missions avec succès, l’équipe d’experts chinoise a quitté l’Angola pour rentrer en Chine.
8/ South China Morning Post : Les États-Unis ont annoncé la désignation de 6 médias chinois comme étant des « missions étrangères ». Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

chine russie

Zhao Lijian : Ces dernières années, l’administration américaine a imposé des restrictions et difficultés injustifiées aux agences et aux personnels des médias chinois aux États-Unis dans leur travail normal de reportages, et n’a cessé de les soumettre à une discrimination et à une répression politique croissantes.
En décembre 2018, les États-Unis ont demandé à certaines agences des médias chinois aux États-Unis de s’enregistrer en tant qu’« agents étrangers ».
Le 18 février 2020, les États-Unis ont désigné cinq agences de médias chinoises comme étant des « missions étrangères », à savoir l’Agence de presse Xinhua, le distributeur américain du China Daily, China Global Television Network (CGTN), la Radio Chine Internationale, et le distributeur américain du Quotidien du Peuple, édition d’outre-mer (Hai Tian Development USA).
Le 22 juin dernier, la partie américaine a annoncé une nouvelle décision désignant quatre médias chinois comme étant des « missions étrangères », à savoir la Télévision centrale chinoise (CCTV), le Quotidien du Peuple, le Global Times et l’agence de presse China News Service.
Le 21 octobre, les États-Unis ont annoncé qu’ils désigneraient six autres médias chinois comme étant des « missions étrangères ». Il s’agit de leur répression politique et stigmatisation les plus récentes contre des médias et des journalistes chinois aux États-Unis. La Chine s’oppose résolument aux mesures insensées prises par les États-Unis et les condamne fermement.
Les mesures prises par les États-Unis, ciblant spécifiquement les médias chinois, sont basées sur la mentalité de guerre froide et les préjugés idéologiques.
Elles sabotent gravement la réputation et l’image des médias chinois, entravent sérieusement le fonctionnement normal des médias chinois aux États-Unis, et perturbent fortement les échanges culturels et humains normaux entre les deux pays.
Cela révèle pleinement l’hypocrisie de la prétendue « liberté de la presse » que les États-Unis se vantent partout d’avoir bien protégé. La Chine y donnera des réactions justes et nécessaires.
La Chine exhorte les États-Unis à se réengager sur la bonne voie, à corriger leurs erreurs et à mettre fin à la répression politique et à la restriction injustifiée à l’encontre des médias chinois.
9/ China Daily : Selon des reportages, un grand nombre de collèges, lycées et universités du Canada ayant des liens avec l’Institut Confucius ont indiqué qu’il n’y avait aucune raison de réévaluer leur coopération. Selon eux, la coopération avec l’Institut Confucius leur a permis d’organiser des formations culturelles et linguistiques de bonne qualité, et l’Institut Confucius n’a pas participé à leurs programmes clés. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

L'Institut Confucius 2

Zhao Lijian : Les personnalités canadiennes du milieu éducatif ont donné une réponse fondée sur la réalité. Je tiens à les saluer.
L’Institut Confucius sert de ponts et de traits d’union pour aider les peuples des différents pays du monde à apprendre le chinois, à connaître la Chine, et à renforcer les échanges humains et culturels avec la Chine.
La coopération sino-canadienne dans la construction de l’Institut Confucius est saluée par les populations locales, car elle correspond aux besoins des Canadiens d’apprendre le chinois et de connaître la Chine. Nous espérons que les personnalités de différents milieux canadiens pourront voir les projets d’échanges éducatifs entre la Chine et le Canada de manière objective et rationnelle.
10/ The Paper : En ce qui concerne l’annonce du Département d’État américain sur la désignation de six médias chinois aux États-Unis comme étant des « missions étrangères », la porte-parole du Département d’État américain Morgan Ortagus a dit que les médias libres dans le monde entier avaient la responsabilité de relater la vérité, alors que les médias chinois ne réjouissaient pas de la « liberté de la presse ». Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Morgan Ortagus
State Department spokeswoman Morgan Ortagus stands as Secretary of State Mike Pompeo speaks with reporters at the State Department, Tuesday, Nov. 26, 2019 in Washington. (AP Photo/Alex Brandon)
Zhao Lijian : Les États-Unis parlent tout le temps de la « liberté de la presse », alors voyons ensemble comment se comportent-ils en réalité :
Selon un reportage du Washington Post en 2019, le classement des États-Unis sur la liste annuelle de l’indice de la liberté de la presse était descendu depuis trois ans consécutifs.
Selon les statistiques de U.S Press Freedom Tracker, seulement en 2019, 28 cas de refus de l’accès des journalistes aux événements ouverts au public du gouvernement ont été enregistrés aux États-Unis.
Depuis cette année, 223 incidents d’attaques contre les journalistes ont eu lieu aux États-Unis, et 73 journalistes ont été arrêtés. Lors des manifestations intitulées « Black Lives Matter », ont eu lieu plus de 868 cas de violation de la liberté de la presse.
Des journaux américains comme New York Times et The Hill ainsi que le journal britannique The Guardian ont tous relaté les attaques et arrestations à l’encontre des journalistes au cours de l’événement susmentionné.
Rien qu’entre le 26 mai et le 2 juin 2020, 148 journalistes ont subi de telles expériences. Parmi eux, 40 journalistes ont été attaqués par balles, 34 journalistes ont été agressés physiquement par la police, 33 journalistes ont été arrêtés ou détenus, et une femme photographe a même été abattue par une balle en caoutchouc dans l’œil gauche, ce qui lui a entraîné une perte de vision permanente.
En janvier dernier, selon la révélation de la Radio publique nationale (NPR) des États-Unis, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a lancé des attaques personnelles pleines de provocations et de mépris contre une journaliste de la NPR qui avait posé une question qu’il n’aimait pas, et puis a grossièrement retiré la NPR de la liste des médias participant à ses visites.
L’administration américaine qualifie tous les reportages qu’elle n’aime pas de « fausses nouvelles ». Je crois que le New York Times et d’autres médias américains en ont une profonde compréhension. The Guardian du Royaume-Uni a cité des commentaires des médias américains disant que la présente administration américaine « lance les attaques les plus persistantes dans l’histoire contre la liberté de la presse ».
Je me demande, comment une telle administration américaine a-t-elle le droit de parler de la liberté de la presse ? Elle s’ingère arbitrairement dans les reportages des médias américains et étrangers, et déshonore et réprime à son gré les journalistes américains et étrangers.
Si nous discutons vraiment de la liberté de la presse, c’est les États-Unis qui sont les vrais coupables de la répression grossière contre des médias et de la restriction de la liberté de la presse. L’image de phare dont les États-Unis se vantent n’existe plus que de nom.

CHINE ZHAO PH 4 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

11/ NOVA : Sur la prolongation de l’accord sur la nomination des évêques entre la Chine et le Vatican, le Secrétaire d’État du Saint-Siège Pietro Parolin a indiqué hier que les sujets abordés par les deux parties ne couvraient pas l’établissement des relations diplomatiques. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ? Est-ce que la Chine et le Vatican sont en train de discuter de l’établissement des relations diplomatiques dans le futur ?
le Secrétaire d'État du Saint-Siège Pietro Parolin le Secrétaire d’État du Saint-Siège Pietro Parolin
Zhao Lijian : Je viens de présenter la situation concernée. Le renouvellement de l’accord provisoire a permis de poursuivre la tendance à l’amélioration des relations sino-vaticane. La Chine et le Vatican continueront de maintenir des échanges et consultations étroits et de promouvoir le processus de l’amélioration de leurs relations.
12/ Beijing Daily : Le Conseiller à la sécurité nationale du Président Donald Trump Robert O’Brien, a publié le 21 octobre un article sur le site web Foreign Affairs des États-Unis, indiquant que l’agenda idéologique du communisme de la Chine avait dépassé largement les frontières chinoises et s’étendait désormais vers le monde entier, menaçant donc la démocratie. Quelle est la réponse de la Chine là-dessus ?
Robert O'Brien

U.S. National Security Adviser Robert O’Brien speaks during a press conference on the sidelines of the 35th Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) summit in Nonthaburi, Thailand, Monday, Nov. 4, 2019. Seven Southeast Asian leaders skipped an important meeting with the United States on Monday after President Donald Trump decided not to attend their regional summit in Thailand. (AP Photo/Aijaz Rahi)


Zhao Lijian : Robert O’Brien juge maladroitement la Chine selon les critères des États-Unis. Ses mots, au mépris de l’histoire et de la réalité, sont pleins de préjugés idéologiques forts et de la mentalité de guerre froide. Une poignée de politiciens américains incitent la confrontation idéologique, et visent délibérément à conduire le monde entier vers une « nouvelle guerre froide ». Cet acte impopulaire, qui fait revenir le maccarthysme, va à l’encontre du courant historique et est voué à l’échec.
La Chine a souligné maintes fois que toute voie choisie par un pays est basée sur ses propres traditions culturelles et sa propre histoire. Aucune force n’a le droit de nier la voie choisie par d’autres pays, et aucun pays ne changera son propre système selon les critères d’autrui.
La Chine n’exporte jamais d’idéologie, ne s’immisce jamais dans les affaires intérieures des autres pays, ne cherche jamais à changer le système des autres pays, et n’a pas l’intention de procéder à une confrontation idéologique avec les États-Unis ou tout autre pays. Ces engagements sont bien traduits dans nos actions.
Si les États-Unis sont francs et ouverts, ils pourront suivre l’exemple du gouvernement chinois et déclarer au reste du monde ce qui suit : les États-Unis ne cherchent pas à exporter l’idéologie au reste du monde, ne cherchent pas à changer le système politique des autres pays, et ne s’ingèrent jamais dans les affaires intérieures des autres pays. Je suis convaincu qu’un tel engagement pris par l’administration américaine sera chaleureusement salué par les différents pays du monde.
13/ Reuters : Le Département de la Défense des États-Unis a affirmé mercredi que les États-Unis avaient approuvé les plans de vente de trois systèmes d’armement à Taiwan, dont la valeur totale est de 1,8 milliard de dollars. Quels sont vos commentaires là-dessus ?
les États-Unis avaient approuvé les plans de vente de trois systèmes d'armement à Taiwan les États-Unis avaient approuvé les plans de vente de trois systèmes d’armement à Taiwan
Zhao Lijian : Les ventes d’armes des États-Unis à Taiwan violent gravement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, notamment le communiqué du « 17 août », s’ingèrent gravement dans les affaires intérieures de la Chine, compromettent sérieusement la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine.
Cette décision a envoyé des signaux profondément erronés aux forces sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taiwan » et a porté gravement atteinte aux relations Chine-États-Unis, ainsi qu’à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. La Chine s’y oppose fermement.
Nous exhortons la partie américaine à se faire une idée claire de l’éventuel impact hautement préjudiciable des ventes d’armes à Taiwan, à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser les ventes d’armes à Taiwan et les liens militaires avec Taiwan, et à retirer les plans de vente d’armes concernés, afin d’éviter de nouveaux dommages aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité à travers le détroit de Taiwan. La Chine réagira de façon légitime et nécessaire en fonction de l’évolution de la situation.
14/ Globe and Mail : Un sous-comité du Parlement canadien accuse la Chine d’avoir commis un génocide au Xinjiang et a appelé à des sanctions liées aux droits de l’homme. Si le Canada adopte ledit conseil, la Chine le punira-t-elle ?

arton2140

Zhao Lijian : Le sous-comité du Parlement canadien a fabriqué une déclaration en dépit de la réalité au Xinjiang marquée par la stabilité politique, le développement économique, l’unité interethnique et l’harmonie sociale. Cette déclaration, sans le moindre fondement, est pleine de mensonges et de fausses nouvelles. Il s’agit d’une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine et a pleinement démontré l’ignorance et les préjugés des personnes concernées au Canada. La Chine exprime son fort mécontentement et s’y oppose résolument.
La Chine a mainte fois exprimé sa position solennelle sur les questions liées au Xinjiang, qui ne sont en aucun cas des questions liées aux droits de l’homme. Le prétendu « génocide » au Xinjiang est une rumeur fabriquée délibérément par des forces antichinoises et une farce pour salir et noircir la Chine.
La réalité est que, de 2010 à 2018, la population ouïgoure du Xinjiang est passée de 10,17 millions à 12,72 millions, soit une augmentation de 25% en pourcentage ou de 2,55 millions en chiffre. Cette augmentation démographique des Ouïgours est supérieure à celle de la population du Xinjiang toutes ethnies confondues, qui est de 14%, et nettement supérieure à celle de l’ethnie Han, qui est de 2%. Par conséquent, comment l’on peut inventer un « génocide » ?
Nous exhortons fortement le Canada à rejeter ses préjugés idéologiques, à cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte des questions liées au Xinjiang, et à faire preuve de prudence dans ses propos et actes, afin de ne pas nuire davantage aux relations sino-canadiennes.
15/ FSN : Une question sur les ventes d’armes des États-Unis à Taiwan. Taiwan a indiqué qu’il n’avait pas l’intention de poursuivre une course aux armements avec la partie continentale de la Chine, et voulait simplement développer des capacités de défense fiables. Quelle est votre réponse là-dessus ?
Zhao Lijian : S’il ne veut pas importer des armes, il devra donc concrétiser cet engagement dans les actions, au lieu d’agir contrairement à ses mots.

CHINE ZHAO PH 5 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

16/ Reuters : Reuters a appris que l’Union européenne (UE) avait appelé à la réforme de l’OMS dans un projet de proposition, demandant aux différents pays d’accroître la transparence au début des crises sanitaires. Le projet a exhorté l’OMS à adopter des mesures pour accroître la transparence de l’application par différents pays du Règlement sanitaire international (RSI) et a demandé aux États membres de partager rapidement les informations sur les crises sanitaires. Quels sont vos commentaires sur la promotion de la réforme de l’OMS ? Croyez-vous que les réformes concernées soient justifiées ?

réforme de l'OMS

Zhao Lijian : La Chine soutient les réformes nécessaires et raisonnables de l’OMS pour améliorer ses capacités de réponse aux urgences de santé publique de portée internationale (USPPI), et mieux faire jouer son rôle clé dans la gouvernance mondiale de la santé.
Nous pensons que des efforts doivent être consentis dans les aspects suivants.
Premièrement, écarter les ingérences politiques par des réformes au niveau des institutions et des règles, respecter la science et les opinions des professionnels, et rejeter la politisation et la stigmatisation.
Deuxièmement, accorder à l’OMS des ressources plus importantes pour accroître ses capacités à répondre aux USPPI.
Troisièmement, rester fidèle au concept d’une communauté de la santé pour l’humanité et intensifier le soutien et l’investissement à la cause de la santé publique dans des pays en développement.
La réforme doit avancer sur la base d’un consensus dégagé entre les États membres grâce à une large consultation, au lieu de servir les intérêts politiques égoïstes de quelque pays que ce soit.
État membre important de l’OMS, la Chine soutient fermement le rôle de l’OMS et le multilatéralisme. Nous sommes prêts à participer activement au processus de réforme et à travailler avec différentes parties pour parfaire conjointement la gouvernance mondiale de la santé.
17/ Globe and Mail : Au début du mois, un officiel principal de la région autonome ouïgoure du Xinjiang a appelé à renforcer la sensibilisation à l’esprit de l’unité nationale chinoise. Est-ce que cela suggère le renforcement du travail de « rééducation » au Xinjiang ? Combien de personnes restent toujours dans ces centres d’éducation et de formation ?

https://img.src.ca/2016/05/03/1250x703/160503_sx9xu_ouighour-chine-hommes_sn1250.jpg

Zhao Lijian : J’aimerais vous présenter la situation sécuritaire et antiterroriste actuelle au Xinjiang. Le Xinjiang a réalisé d’importants progrès d’étape dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Il n’y a pas eu de cas violent ou terroriste depuis près de quatre ans consécutifs.
Les habitants du Xinjiang, toutes ethnies confondues, ont un sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité nettement renforcé. Les déclarations que vous avez mentionnées ont été prononcées dans ce contexte. Cependant, les « trois fléaux » (terrorisme, extrémisme et séparatisme) et leur impact sont loin d’être éliminés.
Les forces du « Turkestan oriental » cherchent toujours des occasions de provoquer des troubles. La situation de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation au Xinjiang est toujours sérieuse et complexe.
Compte tenu des réalités de la région, le Xinjiang continuera d’approfondir la lutte contre le terrorisme et la radicalisation et s’efforcera à la fois de les combattre et de les prévenir. Nous luttons fermement contre les crimes violents et terroristes selon la loi et accordons une importance au traitement de leur cause profonde. En améliorant le bien-être social, en sensibilisant les habitants à l’État de droit et en renforçant les aides et l’éducation pour eux, nous ferons tout notre possible pour protéger au maximum les droits de l’homme fondamentaux des citoyens, et les mettre à l’abri du terrorisme et de l’extrémisme.
Les centres d’éducation et de formation que vous avez mentionnés offrent aux personnes ayant commis des délits sous l’influence de l’extrémisme religieux des cours en matière de langue courante nationale, de connaissances juridiques, de compétences professionnelles et de déradicalisation.
L’objectif est d’éliminer le terreau du terrorisme et de l’extrémisme. Grâce à l’éducation et à la formation, les capacités générales des apprenants ainsi que leur adhésion à la nation, à la citoyenneté et à l’État de droit ont été considérablement améliorées. Ils ont également connu clairement la nature et la nuisance du terrorisme et de l’extrémisme, et réussi à se libérer du joug mental du terrorisme et de l’extrémisme, et peuvent désormais vivre une vie normale.
Nous avons répété à maintes reprises que les apprenants dans ces centres ont tous fini leur formation et vivent une vie normale. À l’heure actuelle, ils sont des membres de la société comme toute autre personne, et aucune mesure spéciale ne leur est imposée.

CHINE ZHAO PH 6 Conférence de presse du 22 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian


https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1827930.shtml

Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

CHINE LIJIAN PH 1 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

18/ CRI : Ces derniers jours, des politiciens américains ont poursuivi leurs attaques et diffamations contre la coopération en matière d’infrastructures entre la Chine et d’autres pays. Vous y avez répondu en citant le Laos comme exemple. Nous avons constaté que la première section du chemin de fer Hongrie-Serbie a été récemment achevée et mise en service. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

la section Belgrade-Zemun en Serbie du chemin de fer Hongrie-Serbie,

Zhao Lijian :
Le 21 octobre, la ligne gauche de la section Belgrade-Zemun en Serbie du chemin de fer Hongrie-Serbie, construite par le consortium de China Railway International Corporation et de China Communications Construction Company, a été achevée et mise en service avec succès malgré l’impact de l’épidémie de COVID-19.
La section Belgrade-Zemun, d’une longueur totale de 6,9 km est le premier segment mis en chantier du projet de chemin de fer Hongrie-Serbie, dont les travaux ont commencé en juin 2018. Sa mise en service revêt une grande importance pour la promotion du projet dans son ensemble.
Le chemin de fer Hongrie-Serbie, une fois entièrement mis en service, permettra de réduire le temps de trajet de Belgrade à Budapest à moins de trois heures. Cela facilitera considérablement le déplacement des populations locales et réduira la distance de voyage entre la Serbie et le centre de l’Europe, permettant ainsi d’améliorer l’interconnexion entre les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et de mieux contribuer à la construction économique et sociale des pays le long du chemin de fer.
Le développement dans d’heureuses conditions des projets phares comme le chemin de fer Hongrie-Serbie renforcera certainement la coopération entre la Chine et les PECO, favorisera l’approfondissement et le développement des relations sino-européennes, réalisera des avantages réciproques, et apportera aux différents peuples davantage de bénéfices tangibles.
corridor
Je tiens aussi à souligner que les États-Unis, s’ils se préoccupent vraiment du développement des autres pays, devront donc y faire une plus grande contribution concrète, et cesser de diffuser des rumeurs et de créer des obstacles.
19/ CCTV : Ce matin, la Réunion célébrant le 70e anniversaire de l’entrée des Volontaires du peuple chinois (VPC) en République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour combattre dans la Guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée s’est tenue solennellement à Beijing. Quelle est la signification de la commémoration de la Guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée ?

BEIJING, 23 octobre (Xinhua) -- Des vétérans des Volontaires du peuple chinois (VPC) marquant le 70e anniversaire de l'entrée des VPC en Corée (RPDC)  Les Vétérans de la Guerre …

les 70 ans de la fin de la guerre

Zhao Lijian : Ce matin, la Réunion célébrant le 70e anniversaire de l’entrée des VPC en RPDC pour combattre dans la Guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée s’est tenue solennellement à Beijing.
Le Secrétaire général du Comité central (CC) du Parti communiste chinois (PCC), Président du pays et Président de la Commission militaire centrale du PCC Xi Jinping y a prononcé un discours important.
Dans son discours, M. Xi a passé en revue intégralement la grande victoire de la Guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée et dressé le bilan global de ses énormes contributions, expliqué de manière approfondie la portée historique et l’importance contemporaine de l’esprit de cette guerre, mis en lumière éloquemment sa révélation historique, et déclaré solennellement la position et la détermination fermes de la Chine pour défendre sa souveraineté territoriale et son unité, sauvegarder la paix et la stabilité régionales et mondiales, et promouvoir l’établissement d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.
Le Président Xi Jinping a souligné qu’il fallait graver dans l’esprit la grande victoire de cette guerre, oser combattre et savoir combattre, de sorte à faire avancer constamment la grande cause du socialisme aux couleurs chinoises.
La grande victoire de la Guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée revêt une signification majeure et profonde pour la Chine et le monde.
Elle a prouvé avec des faits indéniables que les pays et les armées, aussi puissants soient-ils, ne pourront éviter la défaite cuisante s’ils se placent à l’opposé de la tendance du développement du monde, oppriment les faibles en abusant de leur puissance, et se livrent à des agissements pervers, agressifs et expansionnistes.
Cette guerre a prouvé une fois de plus que le plus juste vaincra certainement le plus fort, et que la paix et le développement sont une tendance historique irrésistible !
Comme l’a souligné le Président Xi Jinping dans son discours, le monde appartient aux peuples de tous les pays, les difficultés et défis auxquels est confronté le monde exigent la solidarité et la coopération des peuples, et le développement pacifique et la coopération gagnant-gagnant demeurent la voie juste à suivre.
Dans le monde d’aujourd’hui, l’unilatéralisme, le protectionnisme et l’égoïsme extrême sous toutes leurs formes n’aboutiront à rien ! Toute approche de chantage, d’embargo et de pression maximale est absolument inutile ! L’égocentrisme, le « moi d’abord », l’hégémonie, l’oppression et l’intimidation sont tous voués à l’échec ! Tout cela est oiseux, et mènera inévitablement à une impasse sans issue !
En tant que grand pays responsable, la Chine défend résolument les valeurs universelles de l’humanité de la paix, du développement, de l’équité, de la justice, de la démocratie et de la liberté. Elle reste fidèle au concept de la gouvernance mondiale dit « concertation, synergie et partage », et poursuit indéfectiblement la voie du développement pacifique, ouvert, coopératif et commun.
20/ Bloomberg : Lors de son débat avec le candidat démocrate à l’élection présidentielle Joe Biden, le Président américain Donald Trump a dit « regarde la Chine, elle est tellement polluée. » Quels sont vos commentaires là-dessus ?
Zhao Lijian : Vous venez d’entrer de l’extérieur. Je ne sais pas si vous avez remarqué à quel point le ciel est bleu aujourd’hui. Nous ne nous intéressons pas à l’élection présidentielle américaine et n’espérons non plus être instrumentalisés dans les campagnes présidentielles américaines.

CHINE LIJIAN PH 2 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

21/ Beijing Youth Daily : Selon des reportages, une enquête publiée par l’Australian Institute of Company Directors (AICD) le 22 octobre a révélé que la proportion des personnes interrogées appelant le gouvernement australien à améliorer ses relations avec la Chine avait doublé au cours des six derniers mois. Parmi les plus de 1700 administrateurs de sociétés australiens participant à l’enquête, un quart d’entre eux estiment que le contact et les échanges avec l’Asie, en particulier avec la Chine, devront être l’une des principales priorités du gouvernement australien. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

grd_1590761545_91803

Zhao Lijian : Récemment, de plus en plus de personnalités clairvoyantes en Australie ont appelé, en partant des intérêts nationaux, le gouvernement australien à réajuster sa politique envers la Chine et à améliorer les relations sino-australiennes. Ces voix objectives et raisonnables méritent l’attention et la réflexion du gouvernement australien.
Nous croyons depuis toujours que le maintien d’un développement sain et régulier des relations sino-australiennes correspond aux intérêts fondamentaux des deux peuples. Les faits ont également prouvé à maintes reprises que de bonnes relations politiques constituent une base et une garantie pour une coopération pragmatique entre les pays.
Nous espérons que l’Australie travaillera dans le même sens que la Chine et fera plus de choses qui favorisent la confiance mutuelle et la coopération entre les deux pays, afin de remettre les relations sino-australiennes sur la bonne voie dans les meilleurs délais.
22/ Global Times : Le 22 octobre, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré lors de la 17e réunion annuelle du Club de discussion Valdaï que la Russie et la Chine avaient théoriquement la possibilité d’établir une alliance militaire, mais qu’en fait, le niveau de confiance mutuelle et de coordination stratégiques entre les deux pays avait atteint un niveau si élevé que les deux parties n’avaient pas besoin d’une telle alliance en principe. Il a également indiqué que la Russie continuerait de développer ses relations avec la Chine dans l’esprit de bon voisinage, d’amitié et de respect mutuel pour apporter des bénéfices tangibles aux deux peuples. Quelle est votre réponse là-dessus ?

poutine-valdai-2020-1200x675  Vladimir Poutine

Zhao Lijian : Ces dernières années, le Président russe Vladimir Poutine a fait à plusieurs reprises des commentaires positifs sur les relations sino-russes lors des réunions annuelles du Club de Discussion Valdaï. Cela a pleinement démontré le haut niveau et le caractère exceptionnel des relations entre les deux pays.
Il n’y a pas de fin pour promouvoir l’amitié traditionnelle entre la Chine et la Russie, ni de zone interdite pour élargir la coopération entre les deux pays.
Sous la direction stratégique des dirigeants des deux pays, le niveau de confiance politique mutuelle et de coordination stratégique entre la Chine et la Russie n’a cessé de s’élever, et les deux pays ont résisté aux aléas de la situation internationale pour ériger un exemple du nouveau type de relations entre grands pays.
La Chine est disposée à travailler avec la Russie pour mettre en œuvre de manière intégrale les consensus dégagés par les deux chefs d’État et enrichir constamment le contenu stratégique des relations bilatérales, de sorte à contribuer au développement et au renouveau communs des deux pays. Nous continuerons également d’intensifier la communication et la coordination stratégiques avec la Russie en vue d’apporter plus d’énergie positive à la paix et à la stabilité du monde.
23/ Ria Novosti : Ma question concerne également la déclaration faite hier par le Président russe Vladimir Poutine lors de la réunion annuelle du Club de discussion Valdaï. Le Président Vladimir Poutine a déclaré hier que la Russie ne s’opposait pas à l’adhésion de la Chine au nouveau traité de réduction des armements stratégiques (nouveau Traité START), mais qu’il ne fallait pas oublier que le Royaume-Uni et la France avaient également des armes nucléaires et devraient également y adhérer si nous voulions que la Chine y adhère. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

5cf94e0309fac2de088b4567

Zhao Lijian : La Chine n’a pas l’intention de participer à la prétendue « négociation trilatérale sur le contrôle des armements entre la Chine, les États-Unis et la Russie », cette position est claire et constante. La position chinoise est également largement comprise et soutenue par la communauté internationale, dont la Russie.
L’impératif de ce moment est que les États-Unis cessent de rejeter la responsabilité sur autrui et répondent effectivement à l’appel de la Russie à une prolongation du nouveau Traité START, afin de la réaliser dans d’heureuses conditions. Et il leur faut, sur cette base, continuer à réduire drastiquement leurs arsenaux nucléaires pour créer des conditions favorables aux autres États dotés d’armes nucléaires de participer aux négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire.
Je tiens à souligner que le refus de la Chine de se joindre aux négociations trilatérales ne signifie pas que nous refusons de participer aux efforts internationaux de désarmement nucléaire. La Chine est disposée à échanger des points de vue de façon approfondie avec toutes les parties sur de vastes sujets touchant à la stabilité stratégique et au désarmement nucléaire dans le cadre des mécanismes de cinq États dotés d’armes nucléaires et de la Conférence du désarmement.
24/ Shenzhen TV : Récemment, des élections présidentielles et législatives ont eu lieu en Bolivie. Selon les statistiques préliminaires officielles, le candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS) et ancien ministre de l’Économie et des Finances publiques Luis Arce a remporté l’élection présidentielle. Quels sont vos commentaires là-dessus ?
M. Luis Arce pour sa victoire aux élections présidentielles.  M. Luis Arce pour sa victoire aux élections présidentielles.

Bolivia_(orthographic_projection).svg BOLIVIE

Zhao Lijian : La Chine adresse ses sincères félicitations à la Bolivie pour le bon déroulement des élections et à M. Luis Arce pour sa victoire aux élections présidentielles. La Chine et la Bolivie entretiennent depuis longtemps de bonnes relations de coopération. Nous espérons, et nous en sommes convaincus, que les relations sino-boliviennes obtiendront un meilleur progrès et bénéficieront davantage aux deux peuples.
25/ Agence de presse Xinhua : Récemment, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo et certains autres officiels américains ont attaqué le Parti communiste chinois (PCC) à plusieurs reprises, affirmant que le PCC était la plus grande menace pour le monde. Quelle est votre réponse à cela ?

Mike Pompeo Mike Pompeo

Zhao Lijian : Depuis un certain temps, Mike Pompeo et certains autres politiciens américains ont fabriqué toutes sortes de mensonges pour lancer des attaques venimeuses contre le PCC et inciter à la confrontation idéologique.
L’hystérie de Mike Pompeo et de ses semblables ne fera que renforcer le soutien du peuple chinois au PCC et au gouvernement chinois. Selon des enquêtes menées par des institutions internationales qui font autorité, le taux de satisfaction et de confiance du peuple chinois envers le gouvernement chinois dirigé par le PCC dépasse 90%, un taux record pour tous les gouvernements du monde.
Comme vous l’avez constaté, cette année, sous la forte direction du PCC, le peuple chinois a fait preuve d’une grande solidarité et a remporté une victoire stratégique dans la lutte contre la COVID-19. Selon un sondage singapourien, la satisfaction et la confiance du peuple chinois envers le PCC et le gouvernement chinois ont atteint un niveau historique après ce combat.
Je suis convaincu que la communauté internationale ne se laissera pas tromper par les mensonges de Mike Pompeo et de ses semblables.
Peu avant, à l’occasion du 99e anniversaire de la fondation du PCC, plus de 100 partis politiques du monde ont envoyé des lettres et des messages de félicitations à la partie chinoise. Ils ont donné des évaluations objectives et positives sur le PCC, disant que depuis sa fondation, le PCC avait fait des efforts ardus et des sacrifices immenses pour réaliser l’indépendance de la nation, la libération du peuple, la prospérité du pays ainsi que le bonheur des populations.
Le PCC a revitalisé le vieux pays qu’est la Chine. De nombreuses personnalités étrangères estiment que sous la direction du PCC, la Chine porte haut levé le drapeau de la paix, du développement, de la coopération et du gagnant-gagnant, respecte scrupuleusement le principe des politiques diplomatiques de sauvegarde de la paix mondiale et de promotion du développement commun, participe activement aux affaires internationales et régionales et apporte des contributions majeures au développement mondial.
Qui est du côté de la justice et qui ne l’est pas, le cœur de chacun tranchera. Certains politiciens américains doivent écouter avec courage et attention la voix rationnelle et objective de la communauté internationale, et voir de manière objective les réalisations de développement et les contributions au monde de la Chine sous la direction du PCC. Ils ne doivent pas rester dans leur bulle antichinoise et devenir des oubliés du temps

CHINE LIJIAN PH 3 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

26/ Beijing Youth Daily : Le Conseil municipal de Brisbane du Queensland, Australie, a récemment adopté à une écrasante majorité la motion portant sur la célébration du 15e anniversaire de l’établissement du jumelage entre Brisbane et Chongqing. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Brisbane BRISBANE AUSTRALIE

carte-australie
Zhao Lijian : La Chine salue et apprécie l’adoption de la motion commémorative par le Conseil municipal de Brisbane en Australie.
Depuis l’établissement de leurs relations de jumelage en 2005, Chongqing et Brisbane ont mené de nombreux échanges amicaux et coopération pragmatique, et ont obtenu des résultats fructueux. L’amitié entre les deux villes s’est profondément enracinée dans les cœurs des habitants. À ce que je sache, les deux villes ont organisé une série d’événements pour célébrer le 15e anniversaire de leur jumelage depuis le début de cette année, attirant une participation active du public.
La coopération mutuellement bénéfique entre les collectivités locales chinoises et australiennes ainsi que l’amitié entre leurs populations ont jeté une base solide pour le développement des relations sino-australiennes. Nous soutenons les efforts concertés des collectivités locales et des personnalités de divers milieux des deux pays pour continuer à améliorer les connaissances mutuelles, à cultiver l’amitié et à approfondir la coopération, afin de réunir plus d’« énergies positives » pour l’amélioration et le développement des relations bilatérales.
27/ China Daily : Selon un documentaire publié il y a quelque temps par China Daily, les prétendues recherches sur la Chine de l’Institut australien de stratégie politique (ASPI) sont financées par l’administration américaine et des fabricants d’armes américains, ce qui a attiré beaucoup d’attention de la partie australienne. L’ASPI a répondu qu’il était un institut de recherche indépendant et que la Chine voulait faire taire toute critique du monde extérieur. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
L’Institut australien de stratégie politique (Australian Strategic Policy Institute (ASPI)) est un organisme public australien de réflexion créé en 2001. Son rôle est de développer les idées sur la défense de l'Australie  L’Institut australien de stratégie politique (Australian Strategic Policy Institute (ASPI)) est un organisme public australien de réflexion créé en 2001. Son rôle est de développer les idées sur la défense de l’Australie et ses options stratégiques et de contribuer à informer le public sur les questions de défense et de politique stratégique. Ses bureaux sont situés à Barton, dans le territoire de la capitale australienne. CF/  https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_australien_de_strat%C3%A9gie_politique

Zhao Lijian : La réponse de ce soi-disant « institut de recherche » est totalement injustifiée. L’institut doit sa survie à la fabrication de toutes sortes de fausses informations sur la Chine, et il s’est déjà fait gifler à maintes reprises par les faits. Il se dit être un « institut de recherche indépendant », mais aujourd’hui je dois le démentir : il n’est ni « indépendant » ni un institut de « recherche », et il est par ailleurs très impopulaire en Australie.
L’ASPI n’est pas « indépendant », parce qu’il est depuis longtemps financé par les autorités américaines de la défense et diplomatique, ainsi que des trafiquants d’armes américains.
Il est de ce fait teinté d’une forte idéologie antichinoise et s’adonne à fabriquer et à répandre toutes sortes d’allégations mensongères antichinoises. Il se dit « indépendant », mais a en fait un culte de l’argent. Il jure obéissance à ses sponsors et est prêt à monter au front et y jouer le rôle de marionnettes en faveur des forces antichinoises américaines. Australian Financial Review a publié un article dénonçant les commanditaires de cet « institut » et critiquant de manière satirique sa manipulation par les forces antichinoises aux États-Unis et d’autres forces. Le Parti des citoyens australien (ACP) a publié un article dans son journal officiel, dénonçant et critiquant la coopération de l’Institut avec les services de renseignement américain et australien pour attaquer la Chine sous le couvert « académique et neutre ».
L’ASPI n’est pas un institut de « recherche », parce que les rapports dits « sur la Chine » qu’il a fabriqués sont sans fondement, sans aucune valeur académique, et totalement contraires à l’éthique professionnelle qui aurait été celle de la recherche académique.
Dans ses rapports, les opinions et les réflexions proviennent
soit des ONG américaines réactionnaires,
soit des « témoignages » qui ne peuvent être ni prouvés ni retracés.
Ils ont même pris des cartes interactives pour des photos satellites.
Prenons l’exemple de son rapport sur le prétendu « génocide culturel au Xinjiang ». Il considère ridiculement tous les bâtiments avec des murs extérieurs au Xinjiang comme des « centres de détention », et les 380 « centres de détention » qu’il a identifiés sont en réalité tous des établissements civils. Par exemple, le prétendu « centre de détention » à Turpan est en fait un bâtiment administratif, et les « centres de détention » à Kashgar sont des établissements d’enseignement locaux comme des lycées. Ces lieux sont tous indiqués sur Google Map ou Baidu Map, vous pouvez les consulter.
L’ASPI est impopulaire, parce qu’il est méprisé par de nombreuses personnalités clairvoyantes en Australie. L’ancienne Consule générale d’Australie à Hong Kong Jocelyn Chey a critiqué le chercheur de l’Institut Clive Hamilton pour son manque de connaissance de base du système politique chinois. L’ancien Ambassadeur d’Australie en Chine Geoff Raby a critiqué l’Institut comme étant « l’architecte en chef de la théorie de la menace chinoise en l’Australie ». L’ancien Ministre australien des Affaires étrangères Bob Carr, quant à lui, a critiqué l’Institut pour avoir une « vision du monde partiale et proaméricaine ».
Cet « institut » est depuis longtemps de triste renom en Chine et est devenu la risée de la communauté internationale en raison de sa déformation des faits et de ses mensonges habituels. Je suis sûr que vous redoublerez votre vigilance, ferez la distinction entre le vrai et la faux et rejetterez conjointement ce « fabricant de rumeurs » et « propagateur de rumeurs ».

CHINE LIJIAN PH 4 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

28/ Beijing Daily : Selon les dernières données, la croissance mensuelle des investissements étrangers en Chine a été positive depuis six mois consécutifs. Les analystes sont tous d’avis que cela reflète l’attente de la communauté internationale à la reprise de l’économie chinoise. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

La reprise économique de la Chine s'accélère, montrent les principaux indicateurs

Zhao Lijian : C’est vraiment une bonne nouvelle. Dans le contexte de la propagation de l’épidémie de COVID-19 à l’échelle mondiale et de la morosité persistante des investissements directs transfrontaliers, cela reflète pleinement la résilience et la dynamique de l’économie chinoise.
Un grand nombre d’entreprises étrangères ont choisi la Chine comme le « port de refuge » de leurs investissements transfrontaliers, et ont augmenté leurs investissements dans ce sens. Par exemple, BMW, Daimler, Siemens, Toyota, LG, ExxonMobil, BASF et beaucoup d’autres ont renforcé leurs investissements Chine et augmenté la production de leurs projets. De janvier à septembre, les bénéfices réinvestis des entreprises d’investissements étrangers ont augmenté de 25,5%, libellés en dollars, en glissement annuel.
Cela démontre pleinement l’attractivité du marché géant de la Chine pour les investissements étrangers ainsi que la bonne prévision et la confiance des investisseurs étrangers dans leurs investissements et opérations à long terme en Chine, révélant que de plus en plus d’investisseurs internationaux sont optimistes sur les perspectives de la croissance économique de la Chine et espèrent partager les dividendes du développement de l’économie chinoise. La Chine continuera de renforcer sur tous les plans la qualité de son ouverture afin de fournir un marché vaste et de grandes opportunités de développement aux différents pays, et de contribuer à la reprise et à la croissance de l’économie mondiale.
29/ Bloomberg : Ma question concerne les entreprises étrangères en Chine. L’Association des industries de l’énergie solaire (SEIA) aux États-Unis a appelé les entreprises à déplacer leurs chaînes d’approvisionnement hors du Xinjiang sous prétexte que Xinjiang violait les droits de l’homme. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?
Zhao Lijian: La Chine s’oppose depuis toujours à la politisation de la coopération économique et commerciale. Si ces entreprises ne veulent pas faire des affaires au Xinjiang ou ailleurs en Chine, c’est leur propre perte.
30/ CNR : Depuis un temps, certains politiciens et think-tanks occidentaux ont à plusieurs reprises agité le chiffon rouge de la question du « travail forcé » au Xinjiang. Nous avons remarqué que le Centre de recherche sur le développement du Xinjiang avait récemment publié un Rapport d’enquêtes sur le travail et l’emploi des minorités ethniques au Xinjiang. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

xingxian-map-lng

POUR EN SAVOIR PLUS CF / https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/chine-region-auto-ouigoure-Xinjiang.htm

Zhao Lijian : J’ai noté le rapport que vous aviez mentionné, et j’espère que tous les amis journalistes présents porterez et attirerez plus d’attention sur ce rapport. Le Centre de recherche sur le développement du Xinjiang a rédigé ce rapport sur la base de visites sur le terrain et d’enquêtes approfondies, en estimant que les minorités ethniques au Xinjiang choisissent leur emploi de manière autonome, volontaire et libre. Ce rapport présente la situation réelle du travail et de l’emploi des minorités ethniques au Xinjiang sur la base d’informations, de données et de faits authentiques et fiables. Je peux vous en citer quelques exemples :
Selon les résultats d’une enquête menée par le Département des Ressources humaines et de la Sécurité sociale de la région autonome du Xinjiang sur les intentions de travail des minorités ethniques dans les quatre départements du sud du Xinjiang, la main-d’œuvre excédentaire urbaine et rurale de ces régions montre une forte volonté d’aller chercher de l’emploi hors de leur région d’origine. Par exemple, le village d’Aybagh de la commune de Gulbagh du district de Yarkand, département de Kashgar, compte 1 509 actifs, dont 1 288 sont disposés à partir ailleurs pour un emploi, ce qui représente 85% de la population active locale. Les 3 villages de la commune de Baghchi du district de Hotan, département de Hotan, regroupent 1 699 actifs au total, dont 1 493 sont disposés à partir ailleurs pour un emploi, ce qui représente 88% de la population active locale.
D’après un sondage mené auprès de 100 agriculteurs d’ethnies minoritaires respectivement à Kashgar et à Hotan, la plupart d’entre eux souhaitent voir le gouvernement organiser le travail et l’emploi pour la population locale. « Ce n’est pas facile pour nous de trouver un emploi par nous-mêmes. J’espère que le gouvernement nous aidera à trouver du travail et à nous former », a déclaré Tashi Memet, agriculteur du canton de Yingawat du district de Shule, département de Kashgar.
Erkin Ublikasim est agriculteur du canton de Puchakechi, district de Moyu, département de Hotan. Ses deux fils ont trouvé de l’emploi dans une entreprise à Nanjing avec l’aide du gouvernement. « Mes deux fils gagnent plus d’argent à Nanjing que dans notre région natale. Ils envoient de l’argent à la famille chaque mois. Notre famille est déjà sortie de la pauvreté. J’espère que le gouvernement aidera plus de personnes à travailler ailleurs », a-t-il dit.
En outre, les diverses mesures pour promouvoir l’emploi et augmenter les revenus par l’emploi ont donné des effets de démonstration et stimulé l’enthousiasme des minorités ethniques à chercher un emploi en dehors de leur région natale. Pashagul Keram du district de Wuqia du département autonome kirghiz de Kizilsu travaille à Dongguan dans la province du Guangdong depuis plusieurs années. Elle s’est non seulement enrichie, mais a également motivé près de 600 habitants de son village natal à travailler en dehors du village. Tursun Ali et Aygulsen Jamik, un jeune couple d’ethnie kazakhe, ont été présentés pour travailler dans une entreprise de coton à Shihezi, au Xinjiang. Hormis leurs dépenses mensuelles d’environ 500 yuans, le couple touche un revenu mensuel net de près de 10 000 yuans. Au bout de 3 ans de travail, ils ont acheté une maison de plus de 100 mètres carrés dans la ville de Yining et ont présenté plus de dix habitants de leur village natal à un travail dans leur entreprise.
Le rapport que je vous présente contient de nombreux autres exemples similaires. Je ne vous les citerai pas tous. Ce rapport contraste fortement avec les soi-disant rapports liés au Xinjiang concoctés par des think-tanks et des chercheurs antichinois avec des mensonges sans fondement, des données falsifiées et des soupçons malveillants. Il s’agit d’une ferme réponse aux mensonges du soi-disant « travail forcé » au Xinjiang. Nous espérons et croyons que de plus en plus de personnes clairvoyantes de la communauté internationale choisiront de se tenir fermement aux côtés des faits et de la vérité et de rejeter résolument les mensonges.
31/ CCTV : Le 22 octobre, le Sous-Secrétaire d’État adjoint principal des États-Unis Dean Thompson a dit à la presse que le Secrétaire d’État Mike Pompeo effectuerait une visite au Sri Lanka la semaine prochaine. Selon lui, les États-Unis encouragent le Sri Lanka à prendre en considération les options qu’ils ont offertes pour un développement économique transparent et durable au lieu de choisir des pratiques discriminatoires et opaques. Les États-Unis estiment qu’il est temps pour le Sri Lanka de faire le choix et l’exhortent à faire des décisions difficiles mais impératives, notamment sur l’influence chinoise au Sri Lanka. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Dean-Thompson Dean Thompson

Zhao Lijian : Les propos de l’officiel américain sont pleins de mentalité de guerre froide et d’obsession à l’hégémonie, illustrant pleinement la pratique constante des États-Unis de s’ingérer arbitrairement dans les politiques intérieures et extérieures des autres pays et de forcer les petits et moyens pays à prendre parti.
La Chine et le Sri Lanka sont des pays voisins amicaux traditionnels. Depuis longtemps, les deux pays développent leurs relations bilatérales sur la base des Cinq principes de la coexistence pacifique, et mènent une coopération amicale dans le respect des consultations d’égal à égal et des avantages réciproques, permettant de créer des bénéfices tangibles pour les deux peuples. Nous travaillerons avec le Sri Lanka pour étendre et approfondir inébranlablement le partenariat stratégique entre les deux pays.
La Chine estime que tous les pays, grands ou petits, ont le droit de développer indépendamment et conformément aux intérêts nationaux leurs relations avec l’extérieur. Toutes tentatives visant à menacer d’autres pays par la pression, ou à empêcher leurs échanges et coopération normaux, sont vouées à l’échec et seront finalement et certainement rejetées par l’histoire en devenant des risées de la communauté internationale.

CHINE LIJIAN PH 5 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

32/ The Paper : Récemment, le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo a publié son nouveau livre intitulé American Crisis. Dans ce livre, il a passé en revue la lutte difficile de l’État de New York contre la COVID-19 depuis mars dernier et a critiqué les États-Unis pour avoir attribué leurs propres erreurs dans la lutte contre la pandémie à la Chine et à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il a déclaré que le nouveau coronavirus n’était pas « un virus chinois », et a condamné la discrimination et la violence à l’encontre des personnes d’origine asiatique. M. Cuomo a aussi fait l’éloge des réalisations de la Chine dans la lutte contre la pandémie, et a remercié la Chine d’avoir fait don d’une grande quantité de fournitures antiépidémiques aux États-Unis en temps de crise. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

le gouverneur de l'État de New York Andrew Cuomo  le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo

Zhao Lijian : M. Cuomo a bien raison ! Depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19, la Chine a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus rigoureuses et les plus approfondies pour sauvegarder la vie et la santé de la population.
Attachée au principe d’ouverture, de transparence et de responsabilité, la Chine n’a pas tardé à tenir la communauté internationale, dont les États-Unis, au courant des informations concernées tout en déployant avec elle une communication de politiques et une coopération anti-épidémique, ce qui a été pleinement reconnu et hautement apprécié par l’OMS et de nombreux pays.
Au début de l’épidémie en Chine, tous les milieux de la société américaine ont apporté un soutien et une aide précieux à la Chine.
À mesure que la pandémie se propageait aux États-Unis, de nombreuses provinces, villes, entreprises et organisations chinoises ont également fait don de matériels anti-épidémiques aux États-Unis. La Chine a activement aidé les États-Unis à se procurer des matériels anti-épidémiques en Chine. Je pourrais vous présenter les derniers chiffres.
Selon les statistiques des douanes chinoises, du 1er mars au 18 octobre, la Chine a exporté un total de 37,7 milliards de masques vers les États-Unis, ce qui signifie plus de 100 masques pour chaque Américain.
En outre, la Chine a aussi exporté vers les États-Unis 740 millions de paires de gants chirurgicaux, 560 millions de combinaisons de protection, 41,54 millions de lunettes de protection et 11 701 respirateurs.
Les personnalités des différents milieux des États-Unis ont salué le soutien accordé par la Chine dans la lutte contre la COVID-19 et des dizaines de gouverneurs, de maires et de parlementaires américains, y compris le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo, ont remercié, à travers de nombreuses façons, la Chine d’avoir fourni des matériels antiépidémiques et ont exprimé leur soutien à la coopération amicale entre la Chine et les États-Unis. C’est une véritable illustration de l’entraide entre les peuples chinois et américain et de leur lutte commune contre la pandémie.
Je tiens à souligner une fois de plus que le virus est un ennemi commun à l’humanité. Stigmatiser les autres pays ou rejeter sa propre faute sur autrui ne permet pas d’éradiquer le virus ni de sauver des vies.
La Chine et les États-Unis devraient s’unir pour lutter contre la pandémie et pour préserver conjointement la vie et la santé des deux peuples et aussi celles des autres populations du monde. La Chine espère sincèrement que les États-Unis réussiront à contenir la pandémie le plus tôt possible. Nous sommes prêts à continuer à accorder de l’aide et du soutien au combat du peuple américain contre la COVID-19 dans la mesure de nos forces.
33/ Reuters : le 22 octobre, l’assistant au procureur général au Département de la Justice des États-Unis John Demers a accusé la Chine d’aider la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à éviter les sanctions américaines et à blanchir de l’argent. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

secretaire-adjoint-justice-john-demers-responsable-securite-nationale Département de la Justice des États-Unis John Demers

Zhao Lijian : Je ne sais pas quel est le fondement de la déclaration de ce responsable américain. A-t-il des preuves ? En ce qui concerne l’application des résolutions du Conseil de Sécurité, la Chine s’acquitte toujours pleinement et sérieusement de ses obligations internationales. Cela ne fait aucun doute.
34/ RIA Novosti : Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré hier que le conflit au Haut-Karabakh avait fait environ 5 000 morts. En tant que membre du Conseil de Sécurité des Nations unies, quelle est la position de la Chine sur la situation du Haut-Karabakh ? La Chine souhaite-t-elle offrir ses bons offices ?
Zhao Lijian : La position de la Chine sur les questions concernées est constante et claire. La partie chinoise estime que le maintien de la paix et de la stabilité de la région sert les intérêts de toutes les parties, dont l’Azerbaïdjan et l’Arménie.
Nous espérons que toutes les parties concernées garderont leur sang-froid et feront preuve de retenue, qu’elles respecteront le consensus de cessez-le-feu chèrement acquis, qu’elles prendront des mesures pour éviter une nouvelle escalade et qu’elles résoudront les différends par le dialogue politique.
35/ Bloomberg : Le Consul général britannique à Hong Kong a déclaré que la voie de demande d’immigration pour les détenteurs du passeport britannique d’outre-mer (BNO) à Hong Kong serait ouverte à partir du 31 janvier 2021. Quelles seront les mesures prises par la Chine pour empêcher les Hongkongais de quitter Hong Kong ? La Chine prendra-t-elle des mesures de rétorsion contre le Royaume-Uni à cet égard ?
Zhao Lijian : La Chine a déjà exprimé à plusieurs reprises sa position juste et ferme sur cette question. Le Royaume-Uni a obstinément fait du tapage sur la question du passeport BNO, violant son engagement et s’ingérant dans les affaires de Hong Kong qui sont des affaires intérieures de la Chine. Cela ne fera que nuire à ses propres intérêts.
Puisque c’est le Royaume-Uni qui a violé en premier son engagement, la partie chinoise envisagera de ne plus reconnaître les passeports BNO comme documents de voyage valides et se réserve le droit de prendre davantage de mesures.

CHINE LIJIAN PH 6 Conférence de presse du 23 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian


https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1827032.shtml
Conférence de presse du 26 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

PEKIN PH 1 Conférence de presse du 26 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

36/ The Paper : Le 21 octobre, l’Agence de coopération de sécurité et de défense (DSCA) du Département de la Défense des États-Unis a publié une déclaration, confirmant l’approbation donnée par le Département d’État à une vente d’armes à Taiwan, d’une valeur totale de quelque 1,8 milliard de dollars. Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a indiqué le 22 octobre que la Chine réagirait de façon légitime et nécessaire en fonction de l’évolution de la situation. Est-ce que la Chine a déjà adopté des mesures ?
vue-aerienne-du-pentagone-a-whasington-aux-etats-unis-le-11-juillet-2018 l’Agence de coopération de sécurité et de défense (DSCA) du Département de la Défense des États-Unis
Zhao Lijian : Comme nous l’avons indiqué maintes fois, les ventes d’armes des États-Unis à la région de Taiwan violent gravement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, et sabote terriblement la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine. La partie chinoise s’y oppose fermement et les condamne fortement.
Pour protéger ses intérêts nationaux, la Chine a décidé de prendre des mesures nécessaires pour sanctionner les entreprises américaines impliquées dans cette vente d’armes à Taiwan, dont Lockheed Martin, Boeing Defense et Raytheon, ainsi que les individus et entités ayant joué un rôle exécrable dans la vente.
La Chine exhorte une fois de plus les États-Unis à honorer scrupuleusement leur engagement à l’égard du principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser les ventes d’armes à Taiwan, et à couper tous les liens militaires avec Taiwan.
Nous continuerons de prendre des mesures nécessaires pour sauvegarder la souveraineté et les intérêts de sécurité du pays.
37/ CCTV : Selon des reportages, les Casques bleus chinois ont accompli la mission d’aide à la reconstruction après les explosions au port de Beyrouth du Liban. Pourriez-vous présenter les informations concrètes ?

Casques bleus chinois ont accompli la mission à Beyrouth

Zhao Lijian : Du 30 septembre au 23 octobre, le contingent multifonctionnel du génie du 19e groupe de maintien de la paix chinois a effectué, ensemble avec des Casques bleus de nombreux pays tels que la France, l’Espagne et le Cambodge, une mission d’aide à la reconstruction après les explosions au port de Beyrouth.
En moins d’un mois, ils ont déblayé et réparé près de 60 000 mètres carrés de ruines au port de Beyrouth, trois rues dans la ville et le bâtiment du Ministère libanais des Affaires étrangères, et accompli des tâches telles que la récupération des matériaux réutilisables, la recherche des reliques culturelles et la protection et le renforcement des vestiges historiques endommagés.
Ils travaillaient 6 jours par semaine et près de 10 heures par jour. Les Casques bleus chinois ont achevé leurs tâches avec succès et à l’avance tout en veillant à la qualité et à l’efficacité de leur travail, démontrant les fortes compétences et le niveau professionnel des soldats chinois qui ont été très appréciés par la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), les troupes libanaises ainsi que le gouvernement et le peuple locaux.
En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine, qui est le deuxième contributeur financier de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de ses opérations de maintien de la paix, et le premier pourvoyeur de Casques bleus parmi les membres permanents du Conseil de sécurité, est déjà devenue une force clé dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU.
La contribution active de la Chine aux opérations de maintien de la paix de l’ONU est une illustration importante de ses efforts déployés en faveur de l’établissement d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. La Chine soutiendra comme toujours par des actions concrètes les opérations de maintien de la paix de l’ONU, afin d’injecter plus d’énergie positive à la sauvegarde de la paix et de la stabilité du monde.
38/ Agence de presse Xinhua : Selon des sources d’informations, des ambassadeurs et envoyés diplomatiques d’États arabes en Chine viennent de terminer leur visite au Xinjiang. Pourriez-vous nous présenter les informations concernées ?
Zhao Lijian : Du 19 au 22 octobre, des ambassadeurs et diplomates de 20 États arabes et de la Ligue des États arabes en Chine ont effectué une visite dans le Xinjiang.
Shohrat Zakir, président de la région autonome ouïgoure du Xinjiang. VCG photo  Shohrat Zakir – président de la région autonome ouïgoure du Xinjiang. / VCG photo
Au cours de leur visite, le Président de la région autonome ouïgoure du Xinjiang Shohrat Zakir a rencontré la délégation. Les membres de la délégation ont visité des entreprises, des écoles, des projets de lutte contre la pauvreté et des quartiers résidentiels de base, et mené des échanges en face à face avec des villageois dans leurs foyers, ce qui leur a permis de comprendre en profondeur la situation dans le Xinjiang marquée par la stabilité sociale, l’égalité et l’unité ethniques, l’amélioration du bien-être social et le développement économique.
La délégation s’est également rendue à des instituts islamiques et des mosquées pour s’informer sur la protection de la liberté de croyance religieuse au Xinjiang.
Les ambassadeurs et diplomates ont salué les réalisations du Xinjiang en matière de développement socio-économique et de promotion de la cause des droits de l’homme. Certains envoyés diplomatiques ont fait remarquer que les mensonges sur les droits de l’homme au Xinjiang et dans toute la Chine fabriqués par certains à l’étranger étaient sans le moindre fondement.
Selon eux, l’expérience du Xinjiang dans la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation peut servir d’exemple et ils se sont dits prêts à contribuer au renforcement de la coopération pragmatique entre les États arabes et le Xinjiang.
Mieux vaut voir par soi-même que d’apprendre par les autres, et tout le monde sait bien de quel côté se trouve la vérité. Les réalisations du Xinjiang en matière de développement économique et social et de lutte décisive contre la pauvreté sont évidentes pour tous.
L’unité et l’harmonie ethniques ainsi que les progrès dans la cause des droits de l’homme au Xinjiang sont connus de tous. Ses résultats dans la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation sont clairs pour tous.
La Chine invite les amis de tous les pays, dont les États arabes et islamiques, à visiter davantage le Xinjiang afin de raconter au monde entier un Xinjiang réel et beau possédant de multiples facettes attractives.
39/ Kyodo News : Le Premier Ministre japonais Yoshihide Suga a annoncé aujourd’hui à la Diète que le Japon atteindrait la neutralité carbone d’ici 2050. Le Président Xi Jinping a également annoncé précédemment que la Chine s’efforcerait d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Quels sont les commentaires de la Chine sur l’objectif du Japon ? Envisagez-vous de coopérer avec le Japon pour lutter contre le changement climatique ?

Le Premier Ministre japonais Yoshihide Suga Le Premier Ministre japonais Yoshihide Suga

Zhao Lijian : La Chine apprécie et salue l’objectif annoncé par le Japon d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. La décision du Japon contribuera à renforcer les efforts conjoints de la communauté internationale pour relever les défis du changement climatique.
Comme nous le disons souvent, la coopération fait la force, et la division affaiblit.
Le changement climatique est un défi majeur auquel toute l’humanité est confrontée. Nous devons adhérer au multilatéralisme, rassembler les forces de tous les pays et travailler ensemble pour y faire face. La Chine et le Japon maintiennent de bons échanges dans le domaine de la lutte contre le changement climatique.
La Chine est prête à multiplier les discussions avec le Japon sur la relance verte après l’épidémie.
Cette année marque le cinquième anniversaire de la conclusion de l’Accord de Paris. La Chine entend travailler avec toutes les parties, y compris le Japon, pour promouvoir conjointement la mise en œuvre globale et effective de l’Accord de Paris et construire ensemble un mécanisme de gouvernance climatique coopératif, gagnant-gagnant, juste et raisonnable.
PEKIN PH 2 Conférence de presse du 26 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
40/ Shenzhen TV : Le 25 octobre est la « Journée contre les sanctions » établie par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Hier, plusieurs pays africains ont appelé l’Occident à lever les sanctions illégales contre le Zimbabwe le plus tôt possible. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

1200px-Zimbabwe_(orthographic_projection).svg

1306161-Zimbabwe.HD
Zhao Lijian : L’année dernière, le 39e Sommet de la SADC a désigné le 25 octobre comme la « Journée contre les sanctions », et a exhorté les États-Unis ainsi que d’autres pays et organisations à lever rapidement les sanctions illégales contre le Zimbabwe. C’était hier la deuxième « Journée contre les sanctions ». Nous avons remarqué que les pays africains ont de nouveau appelé à la justice. La Chine soutient cette action.
Certains pays et organisations, dont les États-Unis, imposent depuis longtemps des sanctions unilatérales au Zimbabwe, ce qui a gravement nui à la capacité du Zimbabwe à développer l’économie et à améliorer le bien-être de la population, a entravé les efforts de l’Afrique australe pour approfondir la coopération et parvenir à un développement commun, et a également frappé l’ordre politique et économique international ainsi que le système de gouvernance mondiale.
La Chine soutient toujours fermement le Zimbabwe et d’autres pays africains dans leur lutte contre l’ingérence extérieure et leur voie de développement autonome. Nous estimons que la communauté internationale doit jouer un rôle constructif pour aider l’Afrique à maintenir la stabilité et à réaliser le développement.
Les pays et organisations tels que les États-Unis devront lever les sanctions illégales contre le Zimbabwe dans les plus brefs délais et prendre des mesures concrètes pour aider le Zimbabwe à lutter contre l’épidémie et à relancer le développement économique.
41/ China Daily : Selon des reportages, une partie du matériel pour lutter contre la COVID-19 fournie par la Chine à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) est arrivée en Palestine, en Jordanie et au Liban. Pourquoi la Chine choisit d’entreprendre des actions aussi importantes en ce moment ?
réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) Le statut de « réfugié palestinien » menacé cf/ https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Le-statut-refugie-palestinien-menace-2018-09-09-1200967394

Zhao Lijian : Le weekend dernier, des avions chargés de kits de santé personnels fournis par la Chine aux réfugiés palestiniens qui se trouvent aussi bien sur le territoire du pays qu’au-delà des frontières sont arrivés dans les pays concernés.
L’UNRWA se chargera de les distribuer à la diaspora palestinienne dans les quatre pays que sont la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Libye. D’autres matériels antiépidémiques fournis également par la Chine aux établissements de santé affiliés à l’UNRWA dans ces pays sont déjà partis et seront acheminés vers leur destination par voie maritime fin octobre ou au courant du mois de novembre.
L’UNRWA bénéficie depuis toujours du soutien actif de la partie chinoise qui revoit plusieurs fois à la hausse le montant de sa contribution annuelle à cette organisation.
Cette année avec l’éclatement et la propagation de la pandémie dans ces quatre pays, la diaspora palestinienne se retrouve dans une situation particulièrement difficile. La Chine s’inquiète profondément des réfugiés qui ont beaucoup de mal à recevoir de l’aide de l’UNRWA suite à la suspension de financement à l’organisation promis par certains pays. Étant elle aussi lourdement frappée par la pandémie qui laisse des impacts importants, la Chine s’efforce toujours d’apporter de l’aide à ces réfugiés et à l’UNRWA.
Inscrite dans la lignée des précédentes aides et opérations telles que la fourniture des quantités importantes de matériels envers des pays dont la Palestine, l’envoi d’un groupe d’experts de santé au Pakistan, et le don annuel promis par le gouvernement chinois à l’UNRWA, cette nouvelle action d’aide démontre le soutien ferme de la Chine aux pays arabes dont notamment la Palestine pour faire face à la COVID-19 et le soutien inébranlable qu’elle accorde aux agences de l’Organisation des Nations unies (ONU) et au multilatéralisme.
Elle traduit également le soutien ferme de la Chine à la justice et l’équité internationales. Nous continuerons à appliquer le concept de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité, et ne ménagerons pas nos efforts pour aider les pays et les régions dont la Palestine en fonction de leur besoin, et souhaitons voir rapidement une solution complète, juste et dans la durée du dossier palestinien, en y apportant notre part active de contribution.
42/ Associated Press de Pakistan : Le premier projet de métro pakistanais dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) est finalisé et est devenu opérationnel hier à Lahore. Sa capacité est de 250 000 passagers par jour. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?
Une photo de l'Orange line, prise le 26 octobre 2020 à Lahore (Est), jour de l'entrée en service de la première ligne de métro du Pakistan.  Une photo de l' »Orange line », prise le 26 octobre 2020 à Lahore (Est), jour de l’entrée en service de la première ligne de métro du Pakistan. AFP – Arif ALI
Zhao Lijian : J’ai remarqué aussi cette bonne nouvelle. Ayant moi-même passé beaucoup d’années au Pakistan, je tiens à féliciter la mise en service de ce projet très vivement.
le Ministre en chef du Punjab Sardar Usman Buzdar le Ministre en chef du Punjab Sardar Usman Buzdar
La ligne orange du métro de Lahore au Pakistan figure parmi les premières réalisations du CECP. La mise en service de ce projet marque le début de l’ère du métro du pays. Lors de la cérémonie d’inauguration, le Ministre en chef du Punjab Sardar Usman Buzdar a indiqué :
« La ligne orange figure parmi les projets ferroviaires urbains les plus modernes dans toute l’Asie du Sud. Elle permettra aux habitants de Lahore de bénéficier d’un mode de transport moderne, hautement efficace, sûr et respectueux de l’environnement, et de réduire la pollution de l’air de la ville. La construction de la ligne a permis de créer plus de 7000 postes de travail et à ma connaissance, près de 2000 postes supplémentaires seront créés pour l’opération et la maintenance de la ligne. »
L’achèvement de la ligne orange constitue un nouveau succès important de la mise en œuvre du CECP. La Chine est prête à joindre ses efforts à ceux du Pakistan pour faire avancer la construction du CECP et pour faire de celui-ci un projet phare qui incarne le développement de haute qualité de l’Initiative « la Ceinture et la Route ».
43/ Beijing Daily : Le Président de la commission électorale des Seychelles a annoncé le 25 octobre que le candidat Wavel Ramkalawan du parti Linyon Democratik Seselwa (LDS, Union démocratique seychelloise) était élu Président des Seychelles avec 54,9% des voix. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

M. Wavel Ramkalawan pour son élection au poste de Président des Seychelles M. Wavel Ramkalawan  Président des Seychelles

Zhao Lijian : La Chine exprime ses sincères félicitations à M. Wavel Ramkalawan pour son élection au poste de Président des Seychelles. Nous sommes convaincus que sous sa direction, le gouvernement et le peuple seychellois remporteront un plus grand succès dans la voie du développement national.

Seychelles_on_the_globe_(Madagascar_centered).svg

seychelles Q
les Seychelles
Les Seychelles sont un bon ami et un bon partenaire de la Chine en Afrique. L’amitié traditionnelle entre les deux pays possède une base profonde et solide. La Chine est disposée à travailler avec les Seychelles pour renforcer l’amitié bilatérale et la confiance mutuelle, approfondir la coopération mutuellement bénéfique, resserrer la coordination internationale et porter les relations entre les deux pays à un niveau plus élevé.
PEKIN PH 3 Conférence de presse du 26 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1827289.shtml

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s