3698 – Kremlin – V.Poutine – Rencontre avec le PDG de Gazprom Alexei Miller – 27/03/2020

Rencontre avec le PDG de Gazprom Alexei Miller

Le président du conseil d’administration de Gazprom a informé le président des performances de l’entreprise en 2019 et de ses plans pour 2020. Alexei Miller a également fait état de la possibilité de fournir du gaz aux consommateurs en Sibérie orientale et en Chine.

13:45 – The Kremlin, Moscow

RUSSIE PH 1 LE 29.03.2020 AVEC Gazprom CEO Alexei Miller. V.POUTINE Mv00hiVSWdtTfAJu2I13A2SlWHPeNyaM

Président de la Russie Vladimir Poutine:

Bonjour, M. Miller. Comment allez vous?

PDG de Gazprom Alexei Miller:

Monsieur le Président, nous terminons la saison de chauffage automne-hiver. Comme toujours, nous avons pu répondre à la demande de nos consommateurs russes et étrangers.

Depuis le début de la saison, Gazprom a injecté 72,232 milliards de mètres cubes de gaz naturel dans ses installations de stockage souterraines. La production journalière depuis le début de la saison a établi un record: 843,3 millions de mètres cubes de gaz.

À ce jour, la capacité de production de Gazprom est de 545 milliards de mètres cubes de gaz, ce qui signifie que, y compris le gaz stocké sous terre…

Vladimir Poutine: Est-ce la capacité annuelle?

Alexei Miller: Oui, notre capacité de production annuelle. Compte tenu de cette capacité et du gaz dans nos installations de stockage souterraines, nous pouvons doubler les livraisons de gaz aux clients russes au premier trimestre. C’est notre facteur de sécurité. Et, sans aucun doute, avant la fin de la saison automne-hiver, nous remplirons entièrement nos obligations envers nos consommateurs.

Quant à la production de l’année dernière, elle s’élevait à 500,1 milliards de mètres cubes de gaz; 199,3 milliards ont été exportés. C’est un peu moins qu’en 2018, qui a été une année record: nous avons exporté 201,8 milliards de [mètres cubes de gaz] et préservé notre part sur le marché européen à 35,6%.

Concernant les tendances actuelles du marché, le marché a légèrement baissé. Nous sommes toujours optimistes quant aux troisième et quatrième trimestres. Nous pensons que les préparatifs hivernaux se dérouleront également comme prévu, il est donc probablement trop tôt pour tirer des conclusions préliminaires, même pour les premiers mois.
Lors d’une réunion avec le PDG de Gazprom, Alexei Miller.

RUSSIE PH 2 LE 29.03.2020 V. POUTINE 53WjvJDeqERIJS3BUQld3phrNUCOADH9

Quant à nos plans pour 2020, le programme d’investissement devrait totaliser 1 billion de 80 milliards de roubles. Les opportunités financières et la stabilité financière de l’entreprise nous permettront de la mettre pleinement en œuvre. Le ratio dette nette / EBITDA est de 1,3, ce qui est un très bon ratio de notation des investissements. Et aujourd’hui, nous disons qu’il n’y aura aucun problème à respecter nos obligations de financement du programme d’investissement en 2020.

Nous prévoyons de construire 1 942 kilomètres de gazoduc principal et de mettre en service 114 puits. Les travaux débuteront, avec trois unités intégrées de traitement du gaz d’une capacité de 27,5 millions de mètres cubes de gaz et 114 puits à mettre en ligne. Nous prévoyons d’augmenter le volume de stockage souterrain de 180 millions de mètres cubes de gaz.

mod_article23555694_1

Et, sans aucun doute, la section de la ligne impliquera la construction d’un gazoduc pour fournir du gaz au Nord Stream 2 (station de compression Gryazovets – Volkhov – Slavyanskaya) et la poursuite du développement du nouveau champ de Kharasaveisky à Yamal, qui est maintenant notre prochain grand projet site pour créer une nouvelle province de gaz à Yamal.

En septembre 2019, vous avez émis des instructions pour étudier la question des approvisionnements en gaz de la région d’Irkoutsk, du territoire de Krasnoïarsk, de la zone autonome de Yamalo-Nenets et de Yamal pour les consommateurs de la Sibérie orientale. Monsieur le Président, les travaux sont terminés et je suis prêt à signaler que, tout d’abord, sur la base des ressources

  • de Yamal et de la région Nadym-Pur-Tazovsky de la zone autonome de Yamalo-Nenets,
  • ainsi que sur les ressources de le champ de Kovyktinsky et les ressources du territoire de Krasnoïarsk,

nous pouvons pleinement répondre aux besoins en gaz de certaines régions de la Sibérie orientale comme le territoire de Krasnoïarsk, la région d’Irkoutsk, la République de Bouriatie et le territoire transbaïkalien. Et, sans aucun doute, nous serons en mesure de résoudre les problèmes environnementaux que certains des grands centres industriels de la Sibérie orientale ont encore.

Le volume des livraisons de gaz naturel sur le marché intérieur avec l’utilisation des ressources matérielles qui nous ont été fournies nous permet de répondre pleinement à la demande dans ces régions de la Russie.

En ce qui concerne l’instruction d’examiner les possibilités de livraison de gaz de transit à travers la Mongolie vers la Chine via le gazoduc Power of Siberia 2, les volumes peuvent atteindre 50 mètres cubes par an. Nous sommes prêts à poursuivre le travail.

RUSSIE PH 3 LE 29.03.2020 Gazprom CEO Alexei Miller. HEqUxbfMt9GgZHG1xsbIvwbSjAU7fEsE

Vladimir Poutine: En Chine occidentale, non?

Alexei Miller: Oui, dans l’ouest de la Chine, pour les principales zones de consommation de gaz naturel en Chine.

Pour poursuivre le travail, je vous demande de donner une instruction de procéder à la phase de pré-investissement en ce qui concerne à la fois le tronçon de ligne et le programme de développement des ressources du projet, puis de commencer les travaux de prospection et d’exploration.

En ce qui concerne le tronçon de ligne, vous avez toujours défini la tâche – qui est une priorité absolue en soi – de connecter la capacité de transport de gaz naturel actuellement disponible en Sibérie occidentale avec les capacités de transport de gaz et les systèmes d’approvisionnement dans la partie européenne de la Russie. Cela permettra certainement des approvisionnements en flux inverse et en sens inverse dans les deux sens, et améliorera la fiabilité des livraisons de gaz naturel dans les régions russes.

Vladimir Poutine: Et comment se passe le travail de connexion des capacités en Sibérie occidentale avec celles de la partie européenne du pays?

Alexei Miller: Une étude technique et économique a été menée, qui a montré qu’il s’agit d’un projet raisonnable et économiquement efficace. Je vous demande de donner une instruction pour procéder à la phase de pré-investissement, qui implique la réalisation d’une étude de faisabilité et le démarrage de travaux de prospection et d’exploration pour le gazoduc Power of Siberia 2.

Vladimir Poutine: Oui, bien sûr. D’accord.


SOURCE/http://en.kremlin.ru/events/president/news/63075