3575 – Conférences de presse du 29/11 & 02 et 03/12/19 tenue par les Porte-paroles du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang & Hua Chunying

chinese_new_year_2020_rat_postcard-rff1cca47ec8a4b7b863f322f16a0200c_vgbaq_8byvr_307

Conférence de presse du 29 novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 1/Q : Selon des reportages, la Chine et la Russie ont tenu des consultations sur la stabilité stratégique le 27 novembre. Pourriez-vous donner plus de détails ?
  2. 2/Q : Une question sur la promulgation par les États-Unis de la Loi sur les droits de l’Homme et la démocratie de Hong Kong. Vous avez dit hier que la Chine prendrait de fortes contre-mesures. Quel genre de contre-mesures allez-vous prendre ?
  3. 3/Q : Le gouvernement australien a récemment annoncé sa décision d’accorder des prêts préférentiels d’un montant de 440 millions de dollars australiens à la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour soutenir son budget et sa croissance économique, au taux d’intérêt de 2,5%. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  4. 4/Q : Le 28 novembre, heure locale, Daniel Martinez, candidat à la présidentielle de la coalition au pouvoir de l’Uruguay, le Front large, a félicité Luis Lacalle Pou, candidat du Parti national, parti d’opposition, pour son élection en tant que président. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  5. 5/Q : L’ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone est décédé aujourd’hui. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  6. 6/Q : Les élections présidentielles se sont tenues en Guinée-Bissau le 24 novembre. Les premiers résultats du premier tour sont connus et le second tour aura lieu le 29 décembre. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  7. 7/Q : Un média officiel chinois a déclaré que la Chine envisageait d’empêcher tous les législateurs américains ayant rédigé la loi relative à Hong Kong d’entrer en Chine, y compris Hong Kong et Macao. Est-ce une option que vous envisagez ?
  8. 8/Q : La Chine a annoncé aujourd’hui la prochaine visite du Président du Salvador Nayib Bukele en Chine. Pourriez-vous nous donner plus de détails ?

Conférence de presse du 2 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

  1. 9/Q : Pourquoi la Chine a-t-elle décidé de sanctionner ces ONG basées aux États-Unis ?
  2. 10/Q : Le 1er décembre marque le premier anniversaire de l’incident Meng Wanzhou. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  3. 11/Q : Selon des reportages, la Déclaration d’Asie-Pacifique sur la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes : examen de Beijing + 25 a été adoptée, le 29 novembre, à la dernière session de la Commission de la condition de la femme qui s’est achevée à Bangkok, par 37 voix contre 1. L’annonce des résultats du vote a été suivie d’acclamations et d’applaudissements prolongés. Les États-Unis sont le seul pays à avoir voté non. Certains pays, y compris les alliés des États-Unis, ont ouvertement exprimé leur déception face à la position obstinée des États-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  4. 12/Q : Le 29 novembre, un homme vêtu d’un gilet kamikaze factice a tué deux personnes avec un couteau près de London Bridge et a ensuite été abattu par la police. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?
  5. 13/Q : L’Australie a annoncé aujourd’hui la création d’un nouveau groupe de renseignements pour lutter contre l’espionnage et les ingérences étrangères. Quel est le commentaire de la Chine au sujet de cette décision australienne ? La Chine se mêlera-t-elle des affaires intérieures australiennes ? Par ailleurs, la Ministre australienne des Affaires étrangères a qualifié d’« inacceptable » le traitement du chercheur australien détenu en Chine. Quelle est votre réponse à cela ?
  6. 14/Q : Nous avons remarqué que le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu et le Vice-Ministre iranien des Affaires étrangères Araghchi ont tenu des consultations sur le dossier nucléaire iranien hier à Beijing. Pouvez-vous présenter plus d’informations à ce sujet ?
  7. 15/Q : Le Président du Salvador Nayib Bukele effectue une visite d’État en Chine. Un responsable des affaires publiques de l’ambassade américaine au Salvador a déclaré que les États-Unis étaient en train d’évaluer si la coopération entre les États-Unis et le Salvador serait en partie affectée si le gouvernement salvadorien acceptait l’accord formulé par la Chine. Bon nombre de pays qui avaient été attirés par les offres proposées par la Chine ont ensuite regretté leurs décisions. Selon lui, les États-Unis doivent avertir et aider le Salvador pour qu’il ne tombe pas dans le même piège. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  8. 16/Q : Pouvez-vous nous donner plus de détails sur la suspension de l’examen des demandes de visites de récupération des navires et avions militaires américains à Hong Kong ? Cette sanction concerne-t-elle uniquement les navires de guerre ? Y a-t-il une date limite pour les sanctions ?
  9. 17/Q : La Ministre australienne des Affaires étrangères a affirmé que le traitement réservé par la Chine à l’encontre de Yang Jun est « inacceptable ». Selon des sources d’information, une récente visite consulaire montre que Yang a été torturé. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  10. 18/Q : Votre Ministère peut-il confirmer si des citoyens de Belize et des habitants de Taiwan ont récemment été arrêtés pour leur implication dans les manifestations à Hong Kong ?
  11. 19/Q : Pouvez-vous nous en dire plus sur les sanctions imposées aux ONG américaines que vous avez annoncées aujourd’hui ?

Conférence de presse du 3 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

  1. 20/Q : Dans un article publié par Politico, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a écrit qu’« il est essentiel que les pays européens ne confient pas le contrôle de leurs infrastructures cruciales aux géants chinois de la technologie tels que Huawei ou ZTE », que Huawei « entretient des liens avec l’Armée populaire de Libération de Chine », est « impliquée dans l’espionnage » de certains pays et « aurait volé des droits de propriété intellectuelle » dans des pays comme l’Allemagne, Israël et le Royaume-Uni. Pompeo affirme également que la Loi sur le renseignement national de la Chine indique clairement que le Parti communiste chinois peut contraindre tout fournisseur 5G ayant son siège social en Chine à communiquer des données secrètement. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?
  2. 21/Q : Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré à l’Université du Kentucky de Louisville que la Déclaration commune sino-britannique était un traité ratifié enregistré aux Nations unies, espérant faire en sorte que ces promesses ne soient pas vaines. Les Etats-Unis demandent à la partie chinoise de trouver une solution qui respecte la politique « un pays, deux systèmes ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  3. 22/Q : La 25e Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 25) s’est ouverte à Madrid, en Espagne, et plus de 29 000 participants de 196 pays ont assisté à la réunion, qui visait à conclure les négociations sur les lignes directrices relatives à la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Comment la Chine va-t-elle jouer son rôle dans la lutte contre le changement climatique ?
  4. 23/Q : La Présidente de la Chambre des Représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, a déclaré lors de la COP 25 à Madrid, en Espagne, que la délégation américaine était là pour montrer que le Congrès américain était déterminé à agir pour le climat. Voulez-vous commenter cela ?
  5. 24/Q : Hier, la Chine a annoncé des sanctions à l’encontre de plusieurs ONG américaines, dont la Fondation nationale pour la démocratie (NED), pour leur soutien par divers moyens aux émeutiers antichinois qui ont provoqué des perturbations à Hong Kong. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il préciser à quoi font référence ces « divers moyens » ?
  6. 25/Q : La police britannique a abattu le coupable à bout portant lors du dernier attentat terroriste à Londres. Mais nous avons remarqué précédemment que le Royaume-Uni avait critiqué l’application normale de la loi par la police de Hong Kong contre les émeutiers, révélant ainsi leur pratique du « deux poids deux mesures ». Selon un reportage du Guardian, le gouvernement britannique a mis en œuvre le DDP, un programme de renoncement et de désengagement, qui vise à mener une surveillance obligatoire des terroristes reconnus coupables. Mais ce programme n’a pas empêché les attaques terroristes, l’auteur de l’attaque terroriste du 29 novembre ayant été inscrit au programme pendant huit ans. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  7. 26/Q : La Représentante permanente des Etats-Unis auprès de l’Otan, l’Ambassadrice Hutchison, a déclaré dans une interview avec les médias américains que la Chine était désormais une menace développée dans le monde et qu’il était temps de l’introduire « dans l’ordre fondé sur des règles ». Elle a également déclaré que les Etats-Unis recherchaient juste le commerce équitable et que toute personnalité travaillant dans le commerce international et ayant eu des échanges commerciaux avec la Chine soutenait la position ferme du Président Donald Trump vis-à-vis de la Chine. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
  8. 27/Q : Les résultats des élections générales en Namibie ont été publiés le 30 novembre. Le Président Hage Geingob a remporté un nouveau mandat avec 56,3% des voix. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  9. 28/Q : Le rédacteur en chef du Global Times a déclaré aujourd’hui sur son compte Twitter que, d’après ce qu’il sait, puisque le Congrès américain envisage de faire adopter un projet de loi relatif au Xinjiang, la Chine envisage d’imposer des restrictions de visa aux fonctionnaires et aux législateurs américains qui se sont comportés odieusement sur les problèmes liés au Xinjiang. Il a également ajouté que la Chine pourrait également interdire à tous les détenteurs d’un passeport diplomatique américain d’entrer dans le Xinjiang. Pourriez-vous confirmer cela ? Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  10. 29/Q : La Belgique, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Suède et la Norvège ont déclaré dans une déclaration commune le 2 décembre qu’ils rejoindraient le mécanisme INSTEX pour les échanges commerciaux avec l’Iran. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  11. 30/Q : Wang Yi se rendra en République de Corée cette semaine. Ce sera la première visite du Ministre chinois des Affaires étrangères dans le pays depuis cinq ans. Pourriez-vous présenter le but de sa visite ?

chinese_new_year_2020_rat_postcard-rff1cca47ec8a4b7b863f322f16a0200c_vgbaq_8byvr_307

CHINE 1 Conférence de presse du 29 novembre 2019 W020191204510929619497

I. Le Vice-Président Wang Qishan assistera sur invitation à la cérémonie d’ouverture de l’Imperial Springs International Forum 2019 le 1er décembre à Guangzhou.

Chinese Vice-President Wang Qishan. Photo Bloomberg Chinese Vice-President Wang Qishan. Photo Bloomberg34068721_H1125689-l Chinese Vice-President Wang Qishan. Photo: Bloomberg

II. Sur invitation de la partie finlandaise, le Vice-Premier ministre du Conseil des Affaires d’Etat, Mme Sun Chunlan, assistera à la cérémonie de clôture de l’Année des sports d’hiver Chine-Finlande 2019 en Finlande, du 2 au 5 décembre.

CHINE Sun-Chunlan Mme Sun Chunlan

III. Sur invitation de Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, et Guo Shengkun, membre du Bureau politique du Comité central du PCC, membre du Secrétariat du Comité central du PCC et Secrétaire de la Commission des Affaires politiques et juridiques du Comité central du PCC, le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolai Patrushev, se rendra en Chine pour le 15e cycle de consultations sur la sécurité stratégique Chine-Russie et la 6e réunion du mécanisme sino-russe de coopération en matière d’application de la loi et de sécurité du 1er au 4 décembre.

Yang Jiechi, Guo Shengkun, Nikolai Patrushev

Lors de la visite du Secrétaire Patrushev en Chine, les dirigeants chinois le rencontreront, le Directeur Yang tiendra avec lui le 15e cycle de consultations sur la sécurité stratégique Chine-Russie, et le Secrétaire Guo tiendra avec lui la 6e réunion du mécanisme sino-russe de coopération en matière d’application de la loi et de sécurité. Ce sera la première fois que les deux parties tiendront les réunions de ces deux mécanismes depuis l’entrée des relations bilatérales dans une nouvelle ère. Ce sera une étape importante pour la mise en œuvre du consensus atteint par les chefs d’Etat des deux pays lors de multiples réunions au cours de l’année. Dans le contexte actuel caractérisé par la situation de la sécurité internationale complexe et changeante, la Chine et la Russie, grands pays et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, assument une plus grande responsabilité dans la sauvegarde de la paix et de la stabilité mondiales. Nous sommes convaincus que ces deux réunions consolideront davantage la position identique des deux parties dans le domaine de la sécurité, promouvront une coopération plus fructueuse et contribueront à la promotion de la paix et de la tranquillité mondiales.
Q 1 : Selon des reportages, la Chine et la Russie ont tenu des consultations sur la stabilité stratégique le 27 novembre.

  • Pourriez-vous donner plus de détails ?

Sergei Ryabkov & Ma Zhaoxu

R : Je pense que vous avez lu notre communiqué de presse à ce sujet. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères, Ma Zhaoxu, a échangé des points de vue avec le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, sur des questions d’intérêt commun, notamment la situation sécuritaire internationale, le contrôle multilatéral des armements, le désarmement et les missiles à portée intermédiaire. Les deux parties sont parvenues à un large consensus sur le renforcement de la coordination stratégique et le maintien de la stabilité stratégique mondiale. Elles ont également mené des activités de communication et de coordination sur la question du nucléaire iranien.
Q 2 : Une question sur la promulgation par les États-Unis de la Loi sur les droits de l’Homme et la démocratie de Hong Kong. Vous avez dit hier que la Chine prendrait de fortes contre-mesures.

  • Quel genre de contre-mesures allez-vous prendre ?

USA DONALD TRUMP NOV 2019 ... 608b10ffa03f0ed037222ce6f80ca  Donald Tump à Austin, au Texas, le 20 novembre 2019 – Mandel Ngan / POOL / AFP

R : J’ai répondu à des questions similaires hier. Le gouvernement et le peuple chinois s’opposent fermement à la promulgation par la partie américaine de la soi-disant Loi sur les droits de l’Homme et la démocratie de Hong Kong. Nous avons fait des représentations sévères et de fortes protestations auprès de la partie américaine. Cette pratique de la partie américaine constitue une ingérence grave dans les affaires de Hong Kong, qui sont les affaires intérieures de la Chine. Elle viole également gravement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales.

C’est une pratique hégémonique pure et simple.

La Chine prendra des mesures énergiques en riposte au comportement de la partie américaine, qui s’immisce dans les affaires intérieures de la Chine et porte atteinte aux intérêts de la Chine.

Personne ne doit sous-estimer la détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté, la sécurité nationale et les intérêts de développement du pays.

Personne ne doit non plus sous-estimer la détermination de la Chine à appliquer le principe « un pays, deux systèmes » et à préserver la prospérité et la stabilité à Hong Kong.

CHINE 2 Conférence de presse du 29 novembre 2019 W020191204510929620421

Q 3 : Le gouvernement australien a récemment annoncé sa décision d’accorder des prêts préférentiels d’un montant de 440 millions de dollars australiens à la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour soutenir son budget et sa croissance économique, au taux d’intérêt de 2,5%.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

index

D95_Carte-Papouasie

R : La Chine se réjouit de voir d’autres pays donner un coup de pouce aux pays insulaires du Pacifique. C’est notre position cohérente. Tant que cela profitera aux pays insulaires et à leurs populations, toutes les parties pourront participer à une coopération gagnant-gagnant dans un esprit ouvert et inclusif. La Chine donne la priorité aux besoins et aux intérêts des pays insulaires et de leurs populations au cours de la coopération. Nous nous félicitons de l’accroissement des fonds offerts par les autres parties et du respect de leurs engagements.
Q 4 : Le 28 novembre, heure locale, Daniel Martinez, candidat à la présidentielle de la coalition au pouvoir de l’Uruguay, le Front large, a félicité Luis Lacalle Pou, candidat du Parti national, parti d’opposition, pour son élection en tant que président.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Luis Lacalle lacalle-20foto-20afp  Luis Lacalle

carte-uruguay

R : La Chine félicite M. Lacalle pour son élection en tant que président de l’Uruguay. Nous pensons que, sous sa direction, l’Uruguay réalisera de nouveaux progrès dans le développement national.
La Chine et l’Uruguay sont des partenaires stratégiques. Depuis l’établissement des relations diplomatiques il y a 31 ans, les relations entre nos deux pays ont connu un développement exceptionnel, avec une coopération pragmatique fructueuse dans divers domaines.
La Chine attache de l’importance au développement des relations sino-uruguayennes et souhaite travailler avec l’Uruguay pour consolider l’amitié et la confiance mutuelle, approfondir la coopération mutuellement bénéfique et faire davantage progresser le partenariat stratégique sino-uruguayen afin d’apporter plus d’avantages à nos deux peuples.

CHINE 3 Conférence de presse du 29 novembre 2019 W020191204510929630199

Q 5 : L’ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone est décédé aujourd’hui. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

L'ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone est décédé 2019 92210  L’ancien Premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone est décédé

R : L’ancien Premier ministre Yasuhiro Nakasone fut un homme politique japonais chevronné et visionnaire. Il s’est enthousiasmé pour promouvoir les échanges amicaux et la coopération pragmatique avec la Chine, apportant une contribution importante au développement des relations sino-japonaises. Nous pleurons sa perte et exprimons nos sincères condoléances à sa famille.
Q 6 : Les élections présidentielles se sont tenues en Guinée-Bissau le 24 novembre. Les premiers résultats du premier tour sont connus et le second tour aura lieu le 29 décembre.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Guinee-Bissau

3guinees-map

R : Nous avons noté que le premier tour de l’élection présidentielle en Guinée-Bissau s’est déroulé sans heurts. Les principaux candidats ont tous accepté les premiers résultats. En tant que bon ami de la Guinée-Bissau, la Chine espère que le deuxième tour de scrutin se déroulera sans heurts également. Nous voudrions continuer à travailler avec la communauté internationale pour aider autant que possible la Guinée-Bissau à réaliser la stabilité et le développement.
Q 7 : Un média officiel chinois a déclaré que la Chine envisageait d’empêcher tous les législateurs américains ayant rédigé la loi relative à Hong Kong d’entrer en Chine, y compris Hong Kong et Macao.

  • Est-ce une option que vous envisagez ?
 R : Vous assistez fréquemment à notre conférence de presse. Je pense que vous savez que nous ne commentons généralement pas les reportages et commentaires des médias, des groupes de réflexion, des experts et des universitaires.
Ce que je peux vous dire, c’est que la délivrance de visas est un droit souverain. Le gouvernement chinois a parfaitement le droit d’accorder ou de refuser l’entrée à quiconque. Les personnes indésirables ne seront sûrement pas autorisées à entrer dans notre pays.
Q 8 : La Chine a annoncé aujourd’hui la prochaine visite du Président du Salvador Nayib Bukele en Chine.

  • Pourriez-vous nous donner plus de détails ?

 

SALVADOR CHINE 1c0f8313b1d757a034f8c943eb33f2628ef2e974  Nayib Bukele et Xi Jinping

final_564463fd5b27a8.74976720

R : Sur invitation du Président Xi Jinping, le Président du Salvador, Nayib Bukele, effectuera une visite d’Etat en Chine du 1er au 6 décembre.
Au cours de la visite, le Président Xi organisera une cérémonie et un banquet de bienvenue en l’honneur du Président Bukele. Les deux présidents s’entretiendront et assisteront à la cérémonie de signature de documents de coopération.
Le Premier ministre, Li Keqiang, et le Président du Comité permanent de l’APN, Li Zhanshu, rencontreront également le Président Bukele. Hormis Beijing, le Président Bukele se rendra également à Shanghai.
Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Salvador il y a plus d’un an, nos échanges et notre coopération dans divers domaines se sont développés rapidement, avec des résultats fructueux qui accroissent le bien-être de nos deux peuples.

La Chine attache une grande importance aux relations avec le Salvador.

Nous espérons travailler avec le nouveau gouvernement dirigé par le Président Bukele pour renforcer les échanges et la coopération dans divers domaines sur la base des principes du respect mutuel, du traitement d’égal à égal, de la coopération gagnant-gagnant et de la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, afin de profiter constamment à nos deux peuples.
Nous sommes convaincus que la visite du Président Bukele aboutira à de nombreux résultats et donnera un nouvel élan au développement constant, sain et stable de nos relations bilatérales.

*******

Pour des raisons de calendrier, le lundi 2 décembre, la conférence de presse régulière du Ministère des Affaires étrangères commencera plus tôt, à 14h30, au même endroit.

CHINE 4 Conférence de presse du 29 novembre 2019 W020191204510929634296


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1721413.shtml

chinese_new_year_2020_rat_postcard-rff1cca47ec8a4b7b863f322f16a0200c_vgbaq_8byvr_307

Conférence de presse du 2 décembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 1 Conférence de presse du 2 décembre 2019 W020191205356347987656

Récemment, les États-Unis ont ratifié, au mépris de la ferme opposition chinoise, la « Loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». Ceci constitue une grave violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales, et une grave ingérence dans les affaires intérieures de la Chine.
La Chine a exprimé sa position ferme à ce sujet.

En réponse aux actes déraisonnables des États-Unis,

le gouvernement chinois a décidé de suspendre, à compter d’aujourd’hui, l’examen des demandes de visites de récupération des navires et des avions militaires américains à Hong Kong,

et de sanctionner les ONG ayant joué un rôle ignoble dans l’amendement de la loi à Hong Kong, dont

  • la Fondation nationale pour la démocratie (NED),

  • l’Institut national démocratique pour les affaires internationales (NDI),

  • l’Institut républicain international (IRI),

  • Human Rights Watch et Freedom House.

La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs actes erronés et à cesser de s’immiscer dans les affaires de la Chine, y compris celles de Hong Kong.

La Chine prendra d’autres actions nécessaires en fonction de l’évolution de la situation pour préserver résolument la stabilité et la prospérité de Hong Kong, ainsi que la souveraineté de la Chine, ses intérêts de sécurité et de développement.
Q 9 : Pourquoi la Chine a-t-elle décidé de sanctionner ces ONG basées aux États-Unis ?

1426_ong-web

R : Bon nombre de faits et de preuves montrent que ces ONG soutiennent par divers moyens les émeutiers anti-chinois et les perturbateurs à Hong Kong, les incitent par tous les moyens à perpétrer des actes criminels extrêmes et violents, et à mener des activités séparatistes pour l’« indépendance de Hong Kong ». Ils sont tenus pour responsables du chaos à Hong Kong. Ces organisations doivent être sanctionnées et payer le prix de ce qu’elles ont fait.
Q 10 : Le 1er décembre marque le premier anniversaire de l’incident Meng Wanzhou. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

huawei-meng-wanzhou-arrestation-chine

R : Le 1er décembre 2018, Meng Wanzhou, citoyenne chinoise et vice-présidente du Conseil d’administration de Huawei, a été détenue sans raison valable par le Canada à la demande des États-Unis.

Un an est passé. La position de la Chine sur cette affaire est constante et claire. Les États-Unis et le Canada, en abusant de leur traité d’extradition bilatéral, ont pris arbitrairement des mesures contraignantes à l’encontre d’une citoyenne chinoise, sans aucune raison valable.

Il s’agit d’un incident politique grave qui viole de manière flagrante les droits et intérêts légitimes d’une citoyenne chinoise. Le gouvernement chinois est fermement déterminé à protéger les droits et intérêts légitimes des citoyens et des entreprises chinois. Une fois encore, nous exhortons le Canada à prendre au sérieux la position et les préoccupations solennelles de la Chine, à libérer immédiatement Mme Meng et à assurer son retour en Chine en toute sécurité.
À propos, j’ai aussi lu la lettre intitulée « Votre chaleur est un phare qui éclaire mon chemin en avant », écrite par Mme Meng à l’occasion du premier anniversaire de sa détention injustifiable.
J’ai été profondément touchée par sa lettre. Mme Meng est une citoyenne chinoise innocente détenue sans motif. Mère de jeunes enfants et fille de ses parents âgés, elle est toujours capable de faire face, avec un courage et une élégance exceptionnels, après avoir connu tant de douleurs, de déceptions et d’impuissance. Son comportement est admirable.
Nous espérons sincèrement qu’elle sera bientôt de retour chez elle en sécurité. Nous espérons également qu’il y aura plus de justice et de chaleur pour éclairer son chemin vers chez elle.
Q 11 : Selon des reportages, la Déclaration d’Asie-Pacifique sur la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes : examen de Beijing + 25 a été adoptée, le 29 novembre, à la dernière session de la Commission de la condition de la femme qui s’est achevée à Bangkok, par 37 voix contre 1. L’annonce des résultats du vote a été suivie d’acclamations et d’applaudissements prolongés. Les États-Unis sont le seul pays à avoir voté non. Certains pays, y compris les alliés des États-Unis, ont ouvertement exprimé leur déception face à la position obstinée des États-Unis.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

banner-new-beijing

R : Ce reportage me rappelle une scène qui s’est passée à la 37e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, en mars 2018, lorsque la résolution Promouvoir une coopération mutuellement bénéfique dans le domaine des droits de l’homme a été adoptée par 28 voix contre 1. Les États-Unis étaient le seul pays à avoir voté non. Cette fois-ci, lors la dernière session de la Commission de la condition de la femme qui a adopté la Déclaration d’Asie-Pacifique sur la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes : examen de Beijing + 25, les États-Unis ont été à nouveau le seul pays à voter contre.

Cela montre bien que les États-Unis sont totalement isolés au sein de la communauté internationale.

Quelle pourrait donc être l’amertume secrète derrière le vote américain contre la déclaration concernée ?

Des statistiques convaincantes révèlent qu’il existe aux États-Unis une grave discrimination sexiste qui empêche les femmes de jouir de leurs droits fondamentaux.

Les données de Gallup montrent que 46% des Américaines interrogées sont déçues ou extrêmement déçues de leur statut social.
En janvier 2018, des millions de personnes ont pris part à la manifestation des femmes 2018 pour exprimer leur vive protestation contre les politiques sexistes.
En outre, les États-Unis ont également contrecarré les efforts internationaux visant à protéger et à renforcer les droits des femmes.

Comme nous le savons tous, les États-Unis n’ont pas encore ratifié la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, une convention fondamentale de l’ONU sur les droits de l’homme.

CEDAW_Participation.svg

Participation des États

  • Signé et ratifié   
  • Ratifié par accession ou succession
  • État non reconnu lié
  • Signé et non ratifié
  • Non signé

Les droits de l’homme ne sont pas un slogan à déclamer, mais doivent être concrets et tangibles. Les actions américaines en matière de droits de l’homme contrastent fortement avec ce que prêchent les États-Unis.

C’est un comble. Les États-Unis ne sont nullement le « défenseur des droits de l’homme » qu’ils prétendent être, mais un violateur ou un agresseur des droits de l’homme.

Les États-Unis devraient vraiment consacrer plus d’efforts à la protection des droits de l’homme chez eux, au lieu d’interférer dans les affaires intérieures des autres pays sous le prétexte des droits de l’homme.

CHINE 2 Conférence de presse du 2 décembre 2019 W020191205356347998060

Q 12 : Le 29 novembre, un homme vêtu d’un gilet kamikaze factice a tué deux personnes avec un couteau près de London Bridge et a ensuite été abattu par la police.

  • La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

LONDRE 20521285

R : Nous avons noté les reportages concernés. C’est une tragédie. Nous exprimons notre compassion aux familles endeuillées et aux blessés. Nous comprenons et soutenons les mesures énergiques prises par la police britannique.
Dans le même temps, je me demande, comme beaucoup d’autres, comment les médias britanniques et américains auraient interprété cet événement si cet attentat terroriste avait eu lieu en Chine. Sur la base de l’expérience passée, on estime qu’ils auraient embelli la situation du meurtrier en le faisant passer pour un « combattant » opprimé qui avait dû résister, et auraient accusé la police de « recours excessif à la violence » pour avoir tiré à bout portant.
Par ailleurs, les médias ont révélé que le coupable a des antécédents liés au terrorisme. En 2012, il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement pour avoir projeté de faire sauter un bâtiment phare de Londres. Il a ensuite été relâché sous conditions et est sorti de prison plus tôt que prévu à la fin de l’année dernière.
De même, l’auteur de l’attaque terroriste à Strasbourg, en France, en décembre dernier, avait purgé une peine de prison et était fiché S par la police française. Après sa libération, il a perpétré un attentat terroriste au marché de Noël de Strasbourg, causant une autre tragédie irréversible.

Tout cela montre encore une fois que le terrorisme est un défi commun à tous les pays du monde. Les terroristes ne se distinguent jamais par leur nationalité, leur religion, leur sexe ou leur âge. Il ne faut donc jamais pratiquer « deux poids deux mesures » dans la lutte contre le terrorisme.

Les différents pays doivent renforcer leur coopération et explorer conjointement des mesures préventives plus efficaces de lutte antiterroriste et de déradicalisation, afin de préserver la sécurité commune de tous les pays.

Q 13 : L’Australie a annoncé aujourd’hui la création d’un nouveau groupe de renseignements pour lutter contre l’espionnage et les ingérences étrangères.

  • Quel est le commentaire de la Chine au sujet de cette décision australienne ?
  • La Chine se mêlera-t-elle des affaires intérieures australiennes ?

Par ailleurs, la Ministre australienne des Affaires étrangères a qualifié d’« inacceptable » le traitement du chercheur australien détenu en Chine.

  • Quelle est votre réponse à cela ?

AUSTRALIE la Ministre australienne des Affaires étrangère decembre 2019 s27082019_australie_chine_espionnage_marise_payneMarise PAYNE, Ministre australienne des affaires étrangères et des droits des femme

R : Votre question me rappelle quelque chose que j’ai remarqué. Vous avez peut-être aussi noté que des représentants de secteurs gouvernementaux, des médias et du monde académique australiens ont récemment remis en cause le « cas d’espionnage » de Wang Liqiang, hautement médiatisé en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Wang Liqiang, hautement médiatisé en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis.a-man-wearing-a-suit-and-tie-defector-wang-liqiang-is-now-in-hiding-in-sydney__472389_  Wang Liqiang

J’ai lu des informations selon lesquelles les départements australiens de la sécurité ont expliqué au Comité ministériel de la sécurité nationale que les informations fournies par Wang manquaient de précisions et qu’il utilisait très probablement l’espionnage comme prétexte pour demander l’asile ou un permis de séjour.
J’ai également pris note d’un article intitulé China Spy Farce publié par le journal australien The Daily Telegraph, affirmant que Wang tentait de faire de fausses dépositions en échange de l’asile ou d’un permis de séjour. Des chercheurs australiens estiment qu’en ce qui concerne les questions liées à la Chine, les conclusions en Australie sont toujours tirées en l’absence de preuves solides.
Tout cela confirme que, depuis un certain temps, quelques médias et organismes australiens insistent sur le prétendu « cas d’espionnage chinois » et les prétendues allégations sur l’« infiltration chinoise » ou l’« ingérence chinoise ». Quelle que soit l’intrigue étrange et quel que soit le nouveau mode utilisé, ce ne sont que des farces ridicules ou des feuilletons de basse qualité.

Ces phénomènes sont vraiment inimaginables. Certaines personnes préfèrent croire les menteurs ayant des desseins inavouables que les informations faisant autorité publiées par la partie chinoise. Le cas de Wang Liqiang n’est qu’un exemple parmi d’autres. Il peut paraître stupide, mais reflète des problèmes très graves qui doivent faire l’objet de l’attention et de la vigilance de chacun.

Nous espérons que les parties concernées en tireront des leçons profondes, abandonneront les préjugés, respecteront les faits et cesseront de commettre de telles erreurs. Tous doivent réfléchir et rester vigilants face à ce qui se cache derrière de tels actes stupides et absurdes. Nous exhortons les parties concernées à en tirer les leçons, à éliminer les préjugés, à respecter les faits et à éviter de répéter de telles erreurs élémentaires.
Q 14 : Nous avons remarqué que le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu et le Vice-Ministre iranien des Affaires étrangères Araghchi ont tenu des consultations sur le dossier nucléaire iranien hier à Beijing. Pouvez-vous présenter plus d’informations à ce sujet ?
chine iran d6d84537273d4912ae11c38100339176 Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu et le Vice-Ministre des Affaires étrangères Iranien Araghchi
R : Le retrait des États-Unis du JCPOA et la pression maximale exercée sur l’Iran ont entraîné une tension persistante et un risque d’effondrement total de l’accord. Dans de telles circonstances, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu et le Vice-Ministre des Affaires étrangères Araghchi ont tenu des consultations le 1er décembre à Beijing.
  • Ils ont procédé à un échange de vues approfondi sur des questions telles que la situation nucléaire iranienne et la mise en œuvre globale du JCPOA, et ont dégagé un large consensus.
  • Les deux parties sont convenues de renforcer leur coopération, de continuer à œuvrer pour une mise en œuvre intégrale et effective du JCPOA, de maintenir l’ordre international fondé sur le droit international, de rester attachées à la résolution politique et diplomatique et de défendre la paix et la stabilité régionales et internationales.
La Chine et l’Iran sont des partenaires stratégiques globaux. Les deux parties mettront en œuvre le consensus réalisé par les deux Chefs d’État, renforceront sans discontinuer la confiance politique mutuelle, approfondiront la coopération pragmatique dans différents domaines, enrichiront leur partenariat stratégique global pour le mieux-être des deux pays et des deux peuples.

La question nucléaire iranienne étant une partie importante de la coopération stratégique Chine-Iran, les deux parties poursuivront leurs efforts pour faire respecter le JCPOA.

Q 15 : Le Président du Salvador Nayib Bukele effectue une visite d’État en Chine. Un responsable des affaires publiques de l’ambassade américaine au Salvador a déclaré que les États-Unis étaient en train d’évaluer si la coopération entre les États-Unis et le Salvador serait en partie affectée si le gouvernement salvadorien acceptait l’accord formulé par la Chine. Bon nombre de pays qui avaient été attirés par les offres proposées par la Chine ont ensuite regretté leurs décisions. Selon lui, les États-Unis doivent avertir et aider le Salvador pour qu’il ne tombe pas dans le même piège.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

en CHINE avec XI Jinping Le Président du Salvador Nayib Bukele 5de6ec43a310cf3e97a9c551Xi Jinping & Le Président du Salvador Nayib Bukele

R : En effet, le Président salvadorien Bukele est arrivé en Chine. Une série d’activités officielles avec les dirigeants chinois sont prévues pour demain. Nous souhaitons saisir l’occasion offerte par la visite du Président salvadorien pour faire avancer sans discontinuer les relations bilatérales.
J’ai aussi remarqué les propos du responsable américain que vous avez mentionné. Ce sont des menaces ouvertes, flagrantes, tout à fait arrogantes et insensées sur la coopération normale entre la Chine et le Salvador.
Les États-Unis ont établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine il y a quarante ans et coopèrent avec elle dans de larges domaines depuis. Cela n’a ni rime ni raison que les États-Unis fassent obstacle aux autres pays souverains qui souhaitent mener une coopération normale avec la Chine.

C’est un geste ignoble conduit par une logique hégémonique.

Je tiens à souligner que la Chine coopère toujours avec les autres pays sur la base de l’égalité et du respect mutuel. Une telle coopération gagnant-gagnant n’affecte ni ne vise la coopération avec une tierce partie.

Nous espérons que les États-Unis pourront envisager le développement de relations ou de coopérations entre la Chine et les autres pays sur la base d’une attitude objective, rationnelle, ouverte et inclusive, en faisant preuve de la largeur d’esprit d’un pays normal et en se comportant comme il le faut.

CHINE 3 Conférence de presse du 2 décembre 2019 W020191205356348006522

Q 16 :

  • Pouvez-vous nous donner plus de détails sur la suspension de l’examen des demandes de visites de récupération des navires et avions militaires américains à Hong Kong ?
  • Cette sanction concerne-t-elle uniquement les navires de guerre ? Y a-t-il une date limite pour les sanctions ?
 R : Comme je l’ai dit, le gouvernement chinois a décidé de suspendre, à compter de ce jour, l’examen des demandes de visites de récupération des navires et des avions militaires américains à Hong Kong. Quant à la durée de la suspension, cela dépendra de la manière dont les États-Unis se comporteront.
Q 17 : La Ministre australienne des Affaires étrangères a affirmé que le traitement réservé par la Chine à l’encontre de Yang Jun est « inacceptable ». Selon des sources d’information, une récente visite consulaire montre que Yang a été torturé. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

AUSTRALIE CHINE Yang Jun 9987ab241c10411c4ae65c99722ca355  Yang Jun

R : En fait, j’ai déjà répondu à une question similaire posée par le Wall Street Journal. Dernièrement, il y a eu tellement d’informations sur des cas d’« espionnage », mais elles se sont toutes révélées fausses. Concernant les cas de Wang Liqiang et de Simon Cheng, pour lequel n’a-t-il pas été attesté qu’il s’agissait de mensonges ? Ne devrait-on pas en tirer des leçons ?
En ce qui concerne le cas spécifique que vous avez mentionné, nous avons exposé notre position à plusieurs reprises. L’organe de sécurité nationale de la Chine traite les affaires conformément à la loi et garantit pleinement les droits de ceux qui sont en cause. À ma connaissance, l’individu dont vous parlez est en bonne condition physique. La soi-disant « torture » n’existe pas.
J’espère que les médias auront le savoir-faire élémentaire pour bien discerner les fausses informations. Il est affreux et très dangereux de croire les menteurs plutôt que les informations publiées par un pays ou un gouvernement responsable.
Q 18 : Votre Ministère peut-il confirmer si des citoyens de Belize et des habitants de Taiwan ont récemment été arrêtés pour leur implication dans les manifestations à Hong Kong ?

 R : Vous devez vous renseigner auprès des départements compétents chinois pour des détails.

Q 19 : Pouvez-vous nous en dire plus sur les sanctions imposées aux ONG américaines que vous avez annoncées aujourd’hui ?
 R : Comme je viens de le dire, le gouvernement chinois a décidé de suspendre, à partir d’aujourd’hui, l’examen des demandes de visites de récupération des navires et avions militaires américains à Hong Kong, et de sanctionner la Fondation nationale pour la démocratie et d’autres ONG qui ont joué un mauvais rôle dans les émeutes à Hong Kong.
La raison est très simple. Un grand nombre de faits et de preuves montrent que ces ONG soutiennent par différents moyens les émeutiers anti-chinois qui ont provoqué les perturbations à Hong Kong, en les incitant vivement à se livrer à des actes criminels extrêmes et violents, et en les encourageant à mener des activités séparatistes pour l’« indépendance de Hong Kong ».

Ils sont tenus pour responsables du chaos à Hong Kong. Ces organisations doivent être sanctionnées et payer le prix de ce qu’elles ont fait. C’est ce que la Chine doit faire pour défendre sa souveraineté nationale, ses intérêts de sécurité et de développement.

CHINE 4 Conférence de presse du 2 décembre 2019 W020191205356348013274

CHINE 5 Conférence de presse du 2 décembre 2019 W020191205356348013458


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1721743.shtml


chinese_new_year_2020_rat_postcard-rff1cca47ec8a4b7b863f322f16a0200c_vgbaq_8byvr_307

Conférence de presse du 3 décembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 1 Conférence de presse du 3 décembre 2019 W020191206532717488559

Q 20 : Dans un article publié par Politico, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a écrit qu’« il est essentiel que les pays européens ne confient pas le contrôle de leurs infrastructures cruciales aux géants chinois de la technologie tels que Huawei ou ZTE », que Huawei « entretient des liens avec l’Armée populaire de Libération de Chine », est « impliquée dans l’espionnage » de certains pays et « aurait volé des droits de propriété intellectuelle » dans des pays comme l’Allemagne, Israël et le Royaume-Uni. Pompeo affirme également que la Loi sur le renseignement national de la Chine indique clairement que le Parti communiste chinois peut contraindre tout fournisseur 5G ayant son siège social en Chine à communiquer des données secrètement.

  • Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

usa pompeo 2019-06-02t111647z_709263071_rc1e65ff3090_rtrmadp_3_us-pompeo_0  Mike Pompeo

R : Dans « Le Sacrifice du Nouvel An », une nouvelle écrite par le célèbre écrivain chinois Lu Xun, il y a un personnage connu sous le nom de Tante Xianglin qui raconte la même histoire encore et encore. M. Pompeo se comporte comme elle. Mais contrairement au monologue inoffensif de cette dernière, M. Pompeo continue de répéter des mensonges malveillants.
Il a écrit que Huawei « aurait volé des droits de propriété intellectuelle » dans des pays comme l’Allemagne, Israël et le Royaume-Uni. Nous avons posé des questions à ce sujet et les Etats-Unis ont éludé les questions, car ils n’ont pas la réponse. Jusqu’à présent, aucun pays, entreprise ou individu ne peut présenter de preuves concluantes démontrant que Huawei constitue une menace pour la sécurité.

Au contraire, le journal allemand Der Tagesspiegel a déclaré en mai dernier qu’après des années d’examen, le gouvernement britannique, l’Office fédéral de la sécurité des technologies de l’information de l’Allemagne et la Commission européenne n’avaient pas trouvé de porte dérobée dans les équipements de Huawei.

Maintenant, si nous regardons les États-Unis, il est évident que le Patriot Act, adopté après les attentats du 11 septembre 2001, demande aux cyberentreprises de fournir régulièrement des informations sur leurs utilisateurs.

Des failles de sécurité ont toutefois été détectées dans les équipements de l’américain Cisco, et de nombreux cas de portes dérobées ont été révélés.

En 2014, Apple avait admis dans une déclaration qu’il pouvait accéder aux données personnelles des utilisateurs, telles que les SMS, les contacts et les photos, via une porte dérobée de l’iPhone.
En 2018, une porte dérobée de Facebook a été dévoilée. Selon des révélations dans l’affaire PRISM, des appels téléphoniques aux données vocales en passant par la correspondance et les fichiers, les citoyens américains ne bénéficient d’aucune protection de leur vie privée devant les agences de renseignement américaines.
Le programme de surveillance à long terme couvrait également les appels téléphoniques des dirigeants de 35 pays étrangers, y compris les plus proches alliés des Etats-Unis. Le Ministre allemand de l’Economie en a également parlé il y a quelques jours. Et ceux qui ont aidé à exécuter le programme sont, comme le révèlent des reportages accessibles au public, des entreprises américaines telles que Cisco et Apple.

Pompeo affirme que la Loi sur le renseignement national de la Chine stipule clairement que le PCC peut contraindre tout fournisseur 5G ayant son siège social en Chine à communiquer des données secrètement.

Je me demande dans quelle clause M. Pompeo a vu une telle disposition.

Vous pouvez faire une recherche en ligne.

Vous constaterez que cette loi stipule que « toute organisation ou tout citoyen doit soutenir, assister et appuyer les activités de renseignement national conformément à la loi ».
Elle stipule également que « les activités de renseignement national doivent être menées conformément à la loi, respecter et protéger les droits de l’Homme et protéger les droits et intérêts légitimes des individus et des organisations ».

La Chine n’a jamais demandé et ne demandera jamais à une entreprise ou à un individu de violer les lois locales et d’installer des portes dérobées afin de recueillir des données, des informations ou des renseignements stockés dans des pays étrangers pour le gouvernement chinois ou de lui fournir de telles informations.

Nous avons répété ce point à maintes reprises. Cependant, certaines personnes semblent simplement être endormies et ne veulent pas écouter. Nous ne pouvons rien y faire.
Vous vous souvenez peut-être encore que M. Pompeo avait déclaré ceci dans un discours ouvert en avril dernier : « Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. Et c’est la gloire de l’expérience américaine. »

Que pouvons-nous, en tant que personnes avec des valeurs décentes, dire à quelqu’un qui est fier plutôt que d’avoir honte de mentir, de tricher et de voler ? Le dialogue est impossible.

Ma réponse se résumera à ces mots : présentez les preuves.

Q 21 : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré à l’Université du Kentucky de Louisville que la Déclaration commune sino-britannique était un traité ratifié enregistré aux Nations unies, espérant faire en sorte que ces promesses ne soient pas vaines. Les États-Unis demandent à la partie chinoise de trouver une solution qui respecte la politique « un pays, deux systèmes ». Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
la-premiere-ministre-britannique-margaret-thatcher-et-son-homologue-chinois-zhao-ziyang-d-signent-la-declaration-conjointe-sur-hong-kong-le-19-decembre-1984-a-pekin_6195764  la-premiere-ministre-britannique-margaret-thatcher-et-son-homologue-chinois-zhao-ziyang-d-signent-la-declaration-conjointe-sur-hong-kong-le-19-decembre-1984-a-pekin
R : Je me demande s’il a lu la Déclaration commune sino-britannique.
  • Connaît-il toutes les clauses et dispositions de la Déclaration commune ?
  • Sait-il que le contenu essentiel de la Déclaration commune consiste à stipuler que la Chine reprend l’exercice de la souveraineté sur Hong Kong et que le Royaume-Uni rétrocède Hong Kong à la Chine ?
Les politiques fondamentales de la Chine vis-à-vis de Hong Kong et leurs explications inscrites dans la Déclaration commune constituent la déclaration de politique de la Chine, qui est une affaire intérieure et ne fait pas partie d’un accord bilatéral. La base juridique de l’application de la politique « un pays, deux systèmes » à Hong Kong est la Constitution de la Chine et la Loi fondamentale, et non la Déclaration commune.
  • Là encore, qu’est-ce que la déclaration a à voir avec les États-Unis ?
  • Y avait-il quelconque démocratie pendant la domination coloniale britannique à Hong Kong ?
  • Peut-être pourrions-nous demander au dernier gouverneur britannique à Hong Kong, Christopher Francis Patten… Les Hongkongais avaient-ils le droit de descendre dans la rue ? …NON
  • Un quelconque membre du Conseil législatif de l’époque avait-il été élu par les Hongkongais ?NON.

Les Hongkongais n’ont pas joui de l’égalité des droits civiques et de la participation politique pendant longtemps.

Ce n’est qu’après la rétrocession de Hong Kong que les Hongkongais ont commencé à bénéficier de libertés et de droits démocratiques sans précédent, alors que le gouvernement chinois appliquait réellement les principes d’« un pays, deux systèmes », d’« administration de Hong Kong par les Hongkongais » et de haut degré d’autonomie, conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale.

Les États-Unis poussent le soi-disant « mouvement démocratique » dans le monde entier par le biais de la Fondation nationale pour la démocratie (NED).

Je suis curieuse de savoir, alors qu’ils propagent ailleurs la prétendue démocratie, la prétendue liberté et les prétendus droits de l’Homme, pourquoi ils ferment les yeux sur des problèmes de démocratie, de liberté et de droits de l’Homme chez eux.

M. Pompeo est-il vraiment inconscient de ces problèmes ?

c692e0aa54db0bf3e93fc86b1c81d58b

Voici les chiffres que j’ai trouvés. Jusqu’en août dernier,

  • il y a eu 34 916 fusillades aux États-Unis, faisant 9 214 morts.
  • Et il y a un mur frontalier avec le Mexique,
  • la séparation forcée entre les réfugiés et leurs familles,
  • des dizaines de milliers d’enfants détenus dans des pièces sales et étroites, mourant parfois l’un après l’autre.
  • Les États-Unis sont également le seul pays développé
    • sans loi sur le congé de maternité payé
    • et la seule économie développée qui ne garantisse pas les congés des travailleurs.
Certains fonctionnaires et législateurs américains dépensent l’argent durement gagné des contribuables pour faire avancer la prétendue « liberté »
  • d’une poignée d’éléments violents et radicaux antichinois
  • de perturber Hong Kong
tout en négligeant les graves problèmes de démocratie, de liberté et de droits de l’Homme chez eux.
  • Le peuple américain n’a-t-il pas besoin de démocratie, de liberté et de droits de l’Homme ?

Les politiciens américains devraient se préoccuper davantage de leurs propres affaires.

Q 22 : La 25e Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 25) s’est ouverte à Madrid, en Espagne, et plus de 29 000 participants de 196 pays ont assisté à la réunion, qui visait à conclure les négociations sur les lignes directrices relatives à la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

  • Comment la Chine va-t-elle jouer son rôle dans la lutte contre le changement climatique ?

(COP 25) s'est ouverte à Madrid, en Espagne,138600684_15753154506851n

R : La Chine a déployé des efforts considérables et apporté d’importantes contributions pour lutter contre le changement climatique, un défi commun auquel tous les êtres humains sont confrontés. Pour y répondre, nous devons nous en tenir au multilatéralisme et à la coopération internationale.
La COP 25 à Madrid est une réunion importante. La communauté internationale doit respecter les principes d’équité, de responsabilités communes mais différenciées et de capacités respectives, définis dans la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique et l’Accord de Paris, œuvrer pour la mise en œuvre intégrale et efficace de l’Accord de Paris et poursuivre un développement vert, sobre en carbone et durable. La Chine voudrait travailler avec toutes les parties pour le succès de la COP 25 à Madrid.

La Chine applique le nouveau concept de développement axé sur un développement innovant, coordonné, écologique, ouvert et partagé.

Nous prenons activement des mesures pour lutter contre le changement climatique. Nous nous sommes engagés à mettre en œuvre l’Accord de Paris, à tenir nos promesses et à nous en tenir au développement vert et durable pour un meilleur environnement.
Nous avons beaucoup travaillé pour atteindre cet objectif. Le 27 novembre dernier, nous avons publié un rapport annuel sur les politiques et les mesures prises par la Chine pour lutter contre le changement climatique.

En 2018, les émissions de dioxyde de carbone de la Chine par unité de PIB ont diminué de 45,8% par rapport à celles de 2005, ce qui équivaut à une réduction d’émissions de 5,26 milliards de tonnes de dioxyde de carbone.

  • Notre consommation de combustibles non fossiles dans la consommation totale d’énergie s’élevait à 14,3%.
  • L’investissement de la Chine dans les énergies renouvelables est plus important que tout autre pays, avec 30% de la capacité totale d’énergie renouvelable installée dans le monde.
  • Dans la même catégorie, notre augmentation est de 44% par rapport à celle du monde.
  • Nous disposons de plus de la moitié des voitures électriques du monde.

Telles sont nos contributions à la lutte contre le changement climatique.

En tant que pays en développement, la Chine a toujours des problèmes intérieurs, tels qu’un développement déséquilibré et insuffisant. Il existe toujours un écart de développement entre la Chine et les pays développés.
Confrontée à des tâches difficiles telles que l’amélioration du bien-être de la population, la Chine travaille toujours de concert avec le reste du monde pour lutter contre le changement climatique. Nous poursuivrons les politiques et les objectifs déterminés, continuerons d’assumer activement des responsabilités internationales compatibles avec notre stade de développement et nos conditions nationales, et mettrons en œuvre les mesures de lutte contre le changement climatique afin de contribuer à l’environnement écologique mondial.

CHINE 2 Conférence de presse du 3 décembre 2019 W020191206532717493652

Q 23 : La Présidente de la Chambre des Représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, a déclaré lors de la COP 25 à Madrid, en Espagne, que la délégation américaine était là pour montrer que le Congrès américain était déterminé à agir pour le climat. Voulez-vous commenter cela ?

USA Nancy Pelosi, a la COP 25 à Madrid,2019-12-02t140702z_1104115416_rc22nd9ojbna_rtrmadp_3_climate-change-accord-pelosi_0USA Nancy Pelosi, a la COP 25 à Madrid,2019

R : Comme vous le savez tous, l’Accord de Paris incarne les engagements mondiaux pris pour lutter contre le changement climatique. Alors que les Etats-Unis s’en sont retirés, je ne sais pas à quoi Mme Pelosi a fait référence en affirmant que les Etats-Unis étaient déterminés à agir pour le climat. Nous nous féliciterions bien sûr d’un tel engagement s’il était vrai.
  • Pourquoi les Etats-Unis n’honorent-ils pas leur engagement et ne reviennent-ils pas dans l’Accord de Paris ?

Q 24 : Hier, la Chine a annoncé des sanctions à l’encontre de plusieurs ONG américaines, dont la Fondation nationale pour la démocratie (NED), pour leur soutien par divers moyens aux émeutiers antichinois qui ont provoqué des perturbations à Hong Kong.

  • Le Ministère des Affaires étrangères peut-il préciser à quoi font référence ces « divers moyens » ?

index

R : De nombreux faits et preuves montrent que les ONG sanctionnées, dont la NED, soutiennent par divers moyens les émeutiers antichinois qui ont provoqué des perturbations à Hong Kong, par exemple en offrant un soutien financier, logistique, organisationnel et en matière de formation, en incitant à des actes criminels extrêmement violents et en attisant les activités séparatistes pour l’« indépendance de Hong Kong ». Ils sont responsables du chaos à Hong Kong. Les sanctions sont imposées à juste titre car ces organisations doivent payer le prix de ce qu’elles ont fait.
Votre question sur les « divers moyens » est très bonne. Mais pour des raisons de temps, je ne peux pas entrer dans les détails pour l’instant, car cela prendrait probablement plus d’une demi-heure. J’aimerais beaucoup avoir une conversation à ce sujet avec Kyodo News très bientôt, si vous le souhaitez.
Q 25 : La police britannique a abattu le coupable à bout portant lors du dernier attentat terroriste à Londres. Mais nous avons remarqué précédemment que le Royaume-Uni avait critiqué l’application normale de la loi par la police de Hong Kong contre les émeutiers, révélant ainsi leur pratique du « deux poids deux mesures ».

Selon un reportage du Guardian, le gouvernement britannique a mis en œuvre le DDP, un programme de renoncement et de désengagement, qui vise à mener une surveillance obligatoire des terroristes reconnus coupables. Mais ce programme n’a pas empêché les attaques terroristes, l’auteur de l’attaque terroriste du 29 novembre ayant été inscrit au programme pendant huit ans.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

(4)CHINA-XINJIANG-URUMQI-VIOLENCE (CN)Xinjiang, 2009

R : Nous avons constaté que de nombreux médias chinois couvraient ce sujet et faisaient sensation. Comme je l’ai dit hier, le terrorisme est un défi commun auquel tous les pays sont confrontés et il n’y a pas de place pour le « deux poids deux mesures » sur cette question.
Malheureusement, certains pays pratiquent en réalité le « deux poids deux mesures ». Nous espérons qu’ils pourront en tirer des leçons.
Comme l’a révélé le Guardian, le Royaume-Uni a mis en place le DDP pour les terroristes reconnus coupables. Si j’ai bien compris, plus de 20 autres pays ont adopté des programmes obligatoires similaires pour les criminels terroristes.
Par exemple, la France a établi des centres de déradicalisation dans les principales régions du pays et les Etats-Unis ont également mis en place des mesures de « correction communautaire ».
Je crois que l’objectif et la logique d’initier ces mesures de lutte préventive contre le terrorisme et de déradicalisation sont identiques à ceux des centres d’enseignement et de formation professionnels du Xinjiang. L’approche du Xinjiang est juste plus systématique et complète, donc plus efficace.

Le Xinjiang a mis en place des centres d’enseignement et de formation professionnels afin d’éradiquer les pensées extrêmes, de raffermir la conscience de l’Etat de droit par le biais d’une éducation systématique, d’améliorer les compétences professionnelles et de créer des possibilités d’emploi, de sorte que les personnes touchées par des idées extrêmes et terroristes puissent réintégrer la société dès que possible et vivre une vie normale et heureuse.

Nous savons tous que pendant plus de 20 ans, jusqu’à la fin de 2016, le Xinjiang a subi de plein fouet des attaques terroristes violentes.

L’incident du 5 juillet au Xinjiang, qui a bouleversé le monde en 2009, a causé 197 morts et plus de 1 700 blessés. Mais aucun incident terroriste violent n’a eu lieu au Xinjiang depuis trois ans.

Cela montre que les mesures de déradicalisation et de lutte préventive contre le terrorisme adoptées là-bas ont produit des résultats tangibles et ont considérablement amélioré le sentiment de sécurité et de bonheur des populations de tous les groupes ethniques du Xinjiang.
Des agriculteurs font sécher des jujubes dans une cour du district de Ruoqiang, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), le 29 octobre 2019. (Photo Zhao Ge)138605851_15754702507781n  Des agriculteurs font sécher des jujubes dans une cour du district de Ruoqiang, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), le 29 octobre 2019. (Photo : Zhao Ge)  http://french.xinhuanet.com/2019-12/04/c_138605851.htm
L’enseignement et la formation professionnels dans le Xinjiang sont précisément une étape et une manifestation concrètes de la mise en œuvre par la Chine des initiatives de la communauté internationale en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation, notamment de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies et du Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent.
Depuis la fin de l’année dernière, plus de 1 000 personnes de plus de 90 pays et régions, y compris le Secrétaire général adjoint et directeur du Bureau de lutte contre le terrorisme de l’ONU, se sont rendues dans le Xinjiang et ont toutes constaté de leurs propres yeux les résultats remarquables des mesures de lutte préventive contre le terrorisme et de déradicalisation dans la région.

Lors de la troisième session du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, les Etats-Unis ont tenté d’agir de connivence avec leurs alliés pour diffamer la Chine, mais aucun pays musulman ne les a rejoints. Plus de 60 pays, dont de nombreux musulmans, ont applaudi les efforts de la Chine en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation au Xinjiang.

Tous ceux qui se sont rendus dans le Xinjiang ont vu de leurs yeux les habitants du Xinjiang jouir d’une vie heureuse et de leurs droits à la liberté de religion et à l’éducation conformément à la loi, et les divers groupes ethniques vivent dans l’harmonie et la solidarité. Ce sont des faits clairs.

La Chine est disposée à partager ses expériences réussies avec d’autres pays et à continuer de contribuer à la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme en renforçant les échanges et la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation. Nous espérons que la récente tragédie survenue au London Bridge ne se reproduira plus.

CHINE 3 Conférence de presse du 3 décembre 2019 W020191206532717501131

Q 26 : La Représentante permanente des Etats-Unis auprès de l’Otan, l’Ambassadrice Hutchison, a déclaré dans une interview avec les médias américains que la Chine était désormais une menace développée dans le monde et qu’il était temps de l’introduire « dans l’ordre fondé sur des règles ».

Elle a également déclaré que les Etats-Unis recherchaient juste le commerce équitable et que toute personnalité travaillant dans le commerce international et ayant eu des échanges commerciaux avec la Chine soutenait la position ferme du Président Donald Trump vis-à-vis de la Chine.

  • Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

USA Amb-Hutchison-photo-1140x684  l’Ambassadrice Hutchison,

R : Ces remarques sont très intéressantes. L’Ambassadrice Hutchison a tellement confiance en elle !
A propos de menace, les résultats d’un sondage international réalisé par Pew au début de l’année montrent que 45% des personnes interrogées pensent que les Etats-Unis représentent une menace sérieuse pour leur pays. Même certains alliés n’aiment pas le rôle actuel des Etats-Unis dans le monde. En Allemagne et en France, 49% des personnes interrogées considèrent les Etats-Unis comme une menace. La proportion pour le Japon et la République de Corée est respectivement de 66 et 67%. Qui constitue une menace ? La réponse est évidente.

A propos de règles, les Etats-Unis sont devenus les champions du retrait de leurs engagements.

  • Ils se sont retirés d’organisations internationales telles que l’UNESCO et le CDH.
  • Ils se sont également retirés de traités internationaux tels que l’Accord de Paris, le JCPOA et le traité FNI.
  • Ils refusent de ratifier d’importants instruments relatifs aux droits de l’Homme, tels que la Convention relative aux droits de l’enfant et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.
  • De nombreux dirigeants du monde se sont exclamés : dans un monde confronté à la lutte entre le multilatéralisme et l’unilatéralisme, il est bon que la Chine soit du côté du multilatéralisme et des règles internationales.

A propos de commerce, les Etats-Unis sapent l’ordre commercial international en menant des guerres commerciales et en imposant des droits de douane de manière injustifiée.

  • Cela nuit non seulement aux intérêts des Américains,
    • mais c’est également devenu la principale source d’incertitude et de risques pour la reprise de l’économie mondiale.
  • Je n’ai jamais rencontré personne qui soutienne l’unilatéralisme et le protectionnisme commercial des Etats-Unis,
    • pas même les hommes d’affaires américains.
  • Si vous n’êtes pas convaincu, il suffit de demander à des hommes d’affaires américains basés ou en visite en Chine.
  • Il n’y a pas si longtemps, d’anciens dirigeants et hommes d’affaires du monde entier se sont rendus en Chine pour le Forum de la nouvelle économie de 2019.

Un consensus fort au sein du Forum a consisté à exprimer ses préoccupations et son opposition aux actes unilatéraux des Etats-Unis.

Nous espérons que cette ambassadrice aura une compréhension lucide de son pays et du monde entier, ce qui est de sa responsabilité.
Les Etats-Unis peuvent avoir des raisons de se sentir anxieux, mais ils doivent être raisonnables.
Q 27 : Les résultats des élections générales en Namibie ont été publiés le 30 novembre. Le Président Hage Geingob a remporté un nouveau mandat avec 56,3% des voix.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Le Président Hage Geingob Hage GeingobNamibie – Le Président Hage Geingob

R : La Chine se réjouit de voir les élections générales se dérouler sans heurt en Namibie et félicite M. Geingob pour sa réélection. Nous sommes convaincus que, sous sa direction, le gouvernement et le peuple namibiens iront de l’avant pour obtenir de meilleurs résultats.

le-nord-de-la-namibie-carte

namibie-mapS

 

La Chine et la Namibie entretiennent une profonde amitié traditionnelle. La partie chinoise attache de l’importance aux relations avec la Namibie et se tient prête à poursuivre la coopération amicale et mutuellement bénéfique avec elle afin de faire progresser les relations bilatérales.

Q 28 : Le rédacteur en chef du Global Times a déclaré aujourd’hui sur son compte Twitter que, d’après ce qu’il sait, puisque le Congrès américain envisage de faire adopter un projet de loi relatif au Xinjiang, la Chine envisage d’imposer des restrictions de visa aux fonctionnaires et aux législateurs américains qui se sont comportés odieusement sur les problèmes liés au Xinjiang.

Il a également ajouté que la Chine pourrait également interdire à tous les détenteurs d’un passeport diplomatique américain d’entrer dans le Xinjiang.

  • Pourriez-vous confirmer cela ?
  • Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

e-paper

R : Le gouvernement chinois est pleinement déterminé à s’opposer à toute ingérence de forces extérieures dans les affaires intérieures de la Chine et à sauvegarder la souveraineté, la sécurité nationale et les intérêts de développement. Nous prendrons des mesures nécessaires à mesure que la situation évolue.
Q 29 : La Belgique, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Suède et la Norvège ont déclaré dans une déclaration commune le 2 décembre qu’ils rejoindraient le mécanisme INSTEX pour les échanges commerciaux avec l’Iran.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

images

R : Nous avons pris note des reportages concernés. L’INSTEX marque un effort important de la partie européenne pour sauvegarder le JCPOA. Cela reflète une détermination de la partie européenne à défendre le multilatéralisme et l’ordre international fondé sur le droit international.
La Chine l’apprécie hautement. Nous nous félicitons de cette décision prise par les six pays et appuyons les efforts pour faire progresser l’INSTEX. Cela contribuera à promouvoir la coopération entre la partie européenne et l’Iran et à assurer la mise en œuvre du JCPOA.
Nous espérons que ce mécanisme couvrira bientôt davantage de domaines et s’ouvrira aux pays non-membres de l’UE afin de faciliter la coopération économique et commerciale normale entre l’Iran et la communauté internationale.
Q 30 : Wang Yi se rendra en République de Corée cette semaine. Ce sera la première visite du Ministre chinois des Affaires étrangères dans le pays depuis cinq ans.

  • Pourriez-vous présenter le but de sa visite ?
CHINE ET COREE SUD Kang Kyung-wha191205083201_69Wang Yi & Kang Kyung-wha
R : Le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, se rendra en République de Corée les 4 et 5 décembre.
La Chine et la République de Corée sont des voisins et des partenaires importants. Les relations bilatérales maintiennent un bon élan de développement. Les deux parties maintiennent une coordination et une coopération étroites sur les questions internationales et régionales.
Au cours de sa visite, M. Wang rencontrera les dirigeants de la République de Corée et s’entretiendra avec la Ministre des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, afin d’échanger des points de vue sur les relations bilatérales et les questions d’intérêt commun. Nous publierons les informations concernées en temps voulu.

CHINE 4 Conférence de presse du 3 décembre 2019 W020191206532717518202

CHINE 5 Conférence de presse du 3 décembre 2019 W020191206532717529928


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1722181.shtml

 

 

 

Une réflexion au sujet de « 3575 – Conférences de presse du 29/11 & 02 et 03/12/19 tenue par les Porte-paroles du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang & Hua Chunying »

Les commentaires sont fermés.