3549 – Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Moscou, 14 novembre 2019

  1. Sur la visite de travail du Ministre des Affaires étrangères de la République de Biélorussie, Vladimir Makeï, en Fédération de Russie
  2. Sur l’entretien de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, avec Sigmar Gabriel, ancien vice-Chancelier et Ministre fédéral des Affaires étrangères de l’Allemagne
  3. Sur l’entretien de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, avec Khalid ben Ahmed al-Khalifa, Ministre des Affaires étrangères du Royaume de Bahreïn
  4. Sur la participation de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, à la soirée en hommage à Anatoli Dobrynine
  5. Sur la situation actuelle en Syrie
  6. Sur l’évolution de la situation en Irak
  7. Sur l’accord de cessez-le-feu entre Israël et le mouvement palestinien Jihad islamique
  8. Sur la situation en Bolivie
  9. Sur les recommandations à l’attention des citoyens russes compte tenu de l’instabilité sociopolitique en Bolivie
  10. Sur la situation au Chili
  11. Sur le voyage pilote de touristes japonais dans les Kouriles du Sud
  12. Sur le développement de la coopération russo-japonaise
  13. Sur les résultats de la réunion du Groupe de contact à Minsk le 12 novembre 2019
  14. Sur l’ouverture en Ukraine d’une affaire pénale visant le journaliste Vladimir Soloviev
  15. Sur les déclarations de Geoffrey Pyatt, Ambassadeur des États-Unis en Grèce, concernant la thématique religieuse

russie maria zakharova   2019 NOVEMBRE 14  МВЗ Брифинг.jpg

1

Sur la visite de travail du Ministre des Affaires étrangères de la République de Biélorussie, Vladimir Makeï, en Fédération de Russie

RUSSIE Vladimir Makeï bielorussie-le-ministre-bic3a9lorusse-des-affaires-c3a9trangc3a8res-vladimir-makec3af.-bealrus-vladimir-makec3af.-amp-serguec38f-lavrov-1022779932bealrus-vladimir-makec3af-serguec3af-lavVladimir Makeï &  Sergueï Lavrov

Lundi 18 novembre 2019, le Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï se rendra en visite de travail en Russie à l’invitation du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Dans le cadre de ce déplacement se tiendra la réunion annuelle conjointe des cabinets des ministères des Affaires étrangères de la Russie et du Belarus.

Cette visite se déroule en prévision de la célébration du 20e anniversaire de la signature du Traité sur l’État de l’Union.

Il est prévu d’aborder un large éventail de questions relatives à la coopération bilatérale en politique étrangère. Les deux chefs de diplomatie analyseront les résultats de la mise en œuvre des programmes d’actions mutuelles dans le domaine de la politique étrangère depuis la création de l’État de l’Union.

Les deux ministres accorderont une attention particulière à la sécurité, notamment à l’activité militaro-politique de l’Otan en Europe de l’Est, et coordonneront leurs approches des relations avec l’Alliance et de la maîtrise des armements.

Les deux interlocuteurs évoqueront les domaines d’actualité de la coopération russo-biélorusse à l’Onu, notamment pour lutter contre les mesures unilatérales transgressant les prérogatives du Conseil de sécurité.

A l’issue de la réunion des cabinets des ministères des Affaires étrangères de la Russie et du Belarus, il est prévu de signer le Programme d’actions mutuelles en politique étrangère des États membres du Traité sur la création de l’État de l’Union pour 2020-2021, et le Plan de consultations interministérielles pour 2020.

2

Sur l’entretien de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, avec Sigmar Gabriel, ancien vice-Chancelier et Ministre fédéral des Affaires étrangères de l’Allemagne
RUSSIE ALLEMAGNE Sergueï Lavrov, avec Sigmar Gabriel, ancien vice-Chancelier et Ministre fédéral des Affaires étrangères de l'Allemagne1051402561Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, avec Sigmar Gabriel, ancien vice-Chancelier et Ministre fédéral des Affaires étrangères de l’Allemagne
Lundi 18 novembre 2019 se déroulera une brève rencontre entre le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Sigmar Gabriel, ancien vice-Chancelier et ancien Ministre allemand des Affaires étrangères.
Il se trouvera à Moscou du 18 au 19 novembre 2019 pour participer au 5e forum russo-allemand de jeunesse « Rencontres de Potsdam », qui existe depuis 2018 sous le patronat des ministres des Affaires étrangères de la Russie et de l’Allemagne, et qui est organisé par l’ONG allemande Forum russo-allemand et le Fonds Gortchakov de soutien de la diplomatique publique.

3

Sur l’entretien de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, avec Khalid ben Ahmed al-Khalifa, Ministre des Affaires étrangères du Royaume de Bahreïn
ROYAUME DU BAHREIN CHEICK KHALID BIN AHMED BIN MOHAMED AL KHALIFA, Ministre des affaires étrangères du Royaume de Bahreïn, 647747CHEICK KHALID BIN AHMED BIN MOHAMED AL KHALIFA, Ministre des affaires étrangères du Royaume de Bahreïn
Mercredi 20 novembre à Moscou se déroulera un entretien entre le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le Ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Khalid ben Ahmed al-Khalifa, présent en visite de travail  dans notre pays.
Cet entretien entre les chefs de diplomatie contribuera au maintien d’un dialogue politique de confiance entre Moscou et Manama, et permettra d’évoquer en détail les questions d’actualité relatives au développement global des relations bilatérales.
Une attention particulière sera accordée à l’augmentation des indices quantitatifs et à l’élargissement de la nomenclature des échanges, à la poursuite du travail au niveau de la Commission intergouvernementale russo-bahreïnie pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique, ainsi que des institutions et des compagnies intéressées. Les deux ministres parleront également du renforcement du partenariat d’investissement, des contacts interrégionaux et socioculturels.

1200px-Bahrain_map-fr.svg

Une grande place sera accordée à l’échange de points de vue sur les problèmes centraux du Moyen-Orient, avec un accent sur la nécessité d’un règlement politique des conflits qui perdurent dans cette région stratégique, d’un respect rigoureux des termes du droit international et de la Charte de l’Onu, ainsi que d’une lutte résolue contre le terrorisme.

Il est également prévu d’aborder les principaux aspects de la coopération russo-bahreïnie dans le cadre de l’Onu et d’autres structures multilatérales.

4

Sur la participation de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, à la soirée en hommage à Anatoli Dobrynine

RUSSIE la soirée en hommage à Anatoli Dobrynine 1HY767_002_lt  Anatoli Dobrynine

Mercredi 20 novembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera à une soirée consacrée à l’éminent diplomate russe Anatoli Dobrynine, qui a été à la tête de l’Ambassade de l’URSS aux États-Unis pendant près d’un quart de siècle. Le 16 novembre, il aurait eu 100 ans.
Je voudrais rappeler que cette année, sous l’égide du Ministère russe des Affaires étrangères et de nos établissements diplomatiques à l’étranger, ont eu lieu plusieurs activités autour de cette date. Un grand travail a été accompli par les historiens, les documentalistes et les journalistes. Un film a été préparé avec l’agence de presse TASS, qui sera présenté prochainement et montrera un grand nombre d’informations, de documents et d’archives.
Parmi les invités à cette soirée commémorative:
  • des représentants de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie,
  • des dirigeants des principales institutions académiques,
  • des vétérans, des jeunes diplomates,
  • des anciens camarades militaires d’Anatoli Dobrynine.

Dans le cadre de cette rencontre sera dressé le bilan du concours d’essais sur le patrimoine diplomatique de l’éminent diplomate russe.

5

Sur la situation actuelle en Syrie

SYRIE NOVEMBRE 2019 ob_435199_7-11-syrie

Dans l’ensemble, la situation en Syrie s’est stabilisée. Nous continuons de travailler à la prévention de nouvelles percées de tensions sur les territoires non contrôlés par le gouvernement syrien, notamment dans le Nord-Est et à Idleb.

Le Mémorandum russo-turc du 22 octobre est mis en œuvre progressivement.

Les formations kurdes se sont retirées de la frontière turco-syrienne.

Des unités des forces gouvernementales syriennes se déploient dans les régions libérées, la Russie et la Turquie ont lancé des patrouilles communes dans la zone frontalière, sur une bande de 10 km dans les environs de Qamichli et de Kobané. Toutes ces mesures ont permis d’arrêter l’effusion de sang et les souffrances de la population locale, kurde comme arabe.
A Idleb, malgré le « régime de silence » établi depuis le 31 août par l’armée syrienne avec le soutien russe, les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham continuent de tirer contre les positions des troupes gouvernementales et les localités voisines.
On enregistre chaque jour 20 à 30 attaques de ce genre de la part des combattants. Qui plus est, on constate dans la zone de désescalade une hausse des contestations des civils, qui protestent contre l’emprise des terroristes. Plus précisément, des manifestations ont eu lieu à Sarakib, à Bunich, à Tantanaz, à Kafrouma et à Maaret Nuuman. Les terroristes tentent de mettre fin à ces contestations civiles, les dispersent et y résistent agressivement.

Nous constatons que les foyers de tensions isolés sur le terrain en Syrie n’ont pas empêché le lancement efficace et planifié du Comité constitutionnel à Genève.

Sa première séance plénière, qui a réuni ses 150 membres, a eu lieu fin octobre-début novembre. Cela a permis de lancer le travail de la Commission de rédaction réunissant 45 membres (15 représentants de chaque groupe: le gouvernement, l’opposition et la société civile).
Cette commission est chargée des propositions concernant la réforme constitutionnelle en Syrie. Sa prochaine session devrait avoir lieu au cours de la dernière semaine de novembre.
Nous considérons la formation et la convocation du Comité constitutionnel comme un acquis commun de tous les Syriens, qui ont enfin la possibilité de débattre de l’avenir de leur pays de manière directe, sans aucun intermédiaire. Il est désormais important d’assurer que les membres du comité puissent travailler dans une atmosphère normale et calme sans aucune ingérence extérieure, surtout sans pression ou tentatives d’imposer des recettes et des délais artificiels.
Qui plus est, il est nécessaire de soutenir ce progrès dans le processus politique par l’intensification de l’aide humanitaire complexe à la Syrie sans aucune discrimination ni conditions préalables. Une telle aide favorisera la formation des conditions du retour volontaire, sécurisé et digne des réfugiés et des personnes déplacées dans leur foyer.

Nous constatons que le rapatriement des Syriens revêt un caractère stable: plus de 464 000 réfugiés et plus de 1 300 000 déplacés internes sont revenus depuis le lancement de l’initiative russe en ce sens en juillet 2018.

Dans le contexte du règlement stable et durable de la crise syrienne, nous accordons une importance considérable à la normalisation de la situation autour de la Syrie et à la levée de l’isolement international artificiel du pays.

C’est pourquoi nous vous parlons des visites régulières de différentes délégations à Damas.

Geographic-map-of-Kazakhstan-The-black-circle-indicates-the-area-of-Semey-where-the

Début novembre, des représentants du Ministère kazakh des Affaires étrangères ont été accueillis dans la capitale syrienne, qui ont évoqué avec leurs collègues syriens les perspectives du développement de la coopération bilatérale dans le domaine de l’économie, de la politique et de la culture, notamment la possibilité de relancer le travail du centre kazakh de culture et d’histoire à Damas.

Nous avons également noté la décision du Conseil de l’Union des chambres de commerce arabes d’organiser en 2020 sa 132e session à Damas. Nous saluons le rétablissement progressif des relations de la Syrie avec le monde arabe, et promouvons le retour de Damas au sein de la Ligue arabe. Nous estimons que cela favoriserait le renforcement de la sécurité et de la stabilité dans la région.

6

Sur l’évolution de la situation en Irak
IRAK NOVEMBRE 2019 ae8afd509fe3633958f1ca72ee4784c7-768x490 Depuis le début le 1er octobre de ce mouvement spontané, plus de 270 personnes –en majorité des manifestants– ont été tuées, selon un bilan compilé par l’AFP. … Les autorités ont proposé des réformes sociales et une commission chargée de rédiger des amendements constitutionnels a entamé ses travaux mardi, mais les manifestants continuent de réclamer le départ de tous les responsables et un nouveau système politique…. https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/en-proie-aux-violences-l-irak-de-nouveau-prive-d-internet-62e23c1a09fceccdbc443bd81dee54f3
Comme l’Irak reste l’un de nos partenaires prioritaires au Moyen-Orient, nous suivons attentivement les événements dans ce pays.
Nous sommes très préoccupés par les troubles massifs qui se poursuivent dans le pays depuis le début du mois d’octobre et se sont soldés par des centaines de morts et des milliers de blessés, selon les dernières informations.

Nous comprenons que les racines des contestations sont sociales et économiques. Il est néanmoins absolument évident qu’il est impossible de résoudre rapidement le nombre énorme de problèmes accumulés depuis les années d’« établissement de la démocratie » et de lutte contre le terrorisme international.

Nous notons que la déstabilisation future de la situation en Irak pourrait se solder par la résurrection de Daech. Il ne s’agit pas de paroles creuses ou d’une belle métaphore. Malgré la victoire sur cette organisation terroriste, annoncée par les dirigeants irakiens en 2017, des groupes armés de Daech continuent de mener une activité dissimulée de sabotage et de recrutement dans certaines régions du pays. Qui plus est, suite à la défaite de Daech en Syrie, on constate l’aggravation du problème de la fuite des terroristes vers d’autres États de la région, tout d’abord sur le territoire de l’Irak voisin.
Dans ce contexte, nous soutenons les initiatives des autorités irakiennes visant la stabilisation la plus rapide possible de la situation. Il est important que les autorités irakiennes confirment leur volonté de lancer un dialogue national élargi, mènent des consultations actives avec les leaders des forces politiques principales afin de concerter un programme anticrise. Certaines mesures visent également l’amélioration de la situation sociale et économique de la population.

7

Sur l’accord de cessez-le-feu entre Israël et le mouvement palestinien Jihad islamique
ISRAEL PALESTINE l'accord de cessez-le-feu entre Israël et le mouvement palestinien Jihad islamique 800 Des Palestiniens se regroupent pour inspecter le cratère engendré par une frappe israélienne à Khan Younès, à Gaza, hier matin.16/11/2019  Saïd Khatib/AFP
Nous saluons l’accord de cessez-le-feu entre Israël et le mouvement palestinien Jihad islamique, conclu grâce aux efforts de l’Égypte et entré en vigueur ce matin 13/11/2019. Nous espérons qu’il sera le prologue à une désescalade durable.
Nous appelons les Israéliens et les Palestiniens à faire preuve de retenue et à empêcher de nouveaux éclats de violence. Les événements tragiques des derniers jours ont confirmé une nouvelle fois la nécessité de relancer au plus vite les négociations approfondies et productives afin de déboucher sur une paix juste et durable au Proche-Orient en s’appuyant sur les résolutions bien connues du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies, et l’Initiative de paix arabe.

8

Sur la situation en Bolivie

bolivie-2-1354637155

La situation en Bolivie reste tendue et risque de se compliquer davantage.

Les affrontements entre les partisans et les opposants au renversement de l’ancien chef de l’État se poursuivent, hélas. Nous condamnons fermement le recours à des méthodes violentes pour régler des questions politiques. Cela n’entraîne que le chaos, des victimes humaines et l’instabilité socioéconomique, vous l’avez vu.
BOLIVIE 1269925-bolivian-senator-jeanine-anez-declares-herself-as-interim-president-of-bolivia-at-the-presidential-p  Jeanine Añez après sa déclaration comme présidente par intérim de Bolivie le 12 novembre 2019. Photo Henry Romero. Reuters
Nous avons remarqué les communiqués indiquant que la seconde vice-présidente du Sénat Jeanine Anez s’était proclamée présidente par intérim. Nous partons du principe que la nomination et surtout la légitimité du chef de l’État doivent s’inscrire rigoureusement dans les normes législatives de la Constitution du pays et servir à unir, et non à désunir, la nation.

La Bolivie a besoin de calme et d’un dialogue pacifique. Il est important de relancer le travail des institutions étatiques dans le champ constitutionnel. Nous espérons que tous les membres de la communauté internationale feront également preuve d’une approche responsable, aussi bien dans la région latino-américaine qu’en dehors.

Nous réaffirmons clairement que la Russie souhaite une Amérique latine politiquement et économiquement stable, ce qui vaut également pour la Bolivie avec laquelle nous avons des liens étroits d’amitié et de coopération mutuellement bénéfique. Vous le savez, c’est notre position fondamentale.

9

Sur les recommandations à l’attention des citoyens russes compte tenu de l’instabilité sociopolitique en Bolivie

https://lesplusbeauxdrapeauxdumonde.files.wordpress.com/2016/06/flag-1040536_1280.png?w=602&h=402

Je voudrais partager les recommandations pour les citoyens russes compte tenu de l’instabilité sociopolitique en Bolivie. En raison de la situation compliquée dans ce pays, de l’aggravation en termes de sécurité – qui restreint notamment la possibilité d’apporter une aide consulaire – les voyages dans ce pays et la circulation sur son territoire comportent un très haut niveau de risque.
A cet égard, nous préconisons aux citoyens russes de reporter les voyages prévus jusqu’à ce que la tension diminue, et de faire preuve d’une extrême prudence dans leurs actions et déplacements sur le territoire bolivien, notamment à La Paz, Cochabamba, Santa Cruz, Sucre, Potosi, et Tarija.
Nous suggérons de tenir compte des éventuels problèmes de transport, notamment avec les vols aériens nationaux et internationaux, et d’être en contact avec les représentants des compagnies aériennes concernées. Il convient de se renseigner préalablement sur les changements dans le fonctionnement des transports publics.
Il faut savoir que des protestations peuvent éclater de nouveau, y compris spontanément, comme nous l’avons vu ces derniers temps. Il faut éviter les lieux de manifestations et toute implication dans ces dernières.
Nous vous prions de suivre les informations publiées sur les réseaux sociaux et les pages officielles du Ministère russe des Affaires étrangères, et notamment sur le site de l’Ambassade russe en Bolivie, ainsi que les publications des autorités locales et des médias.

10

Sur la situation au Chili
 CHILI carte_parcs_chiliNous avons reçu beaucoup de questions et notamment une, très développée, de la chaîne de télévision RT, sur la situation dans ce pays. Elle était formulée de la manière suivante:
« Les contestations au Chili, dans lesquelles une prétendue « trace russe » avait déjà été trouvée par le passé, se sont de nouveau transformées en troubles avec des incendies et des vols. La tension n’est pas retombée depuis un mois. S’agit-il d’une ingérence étrangère ou d’un problème intérieur, que les parties n’arrivent pas toujours à résoudre? »
En répondant de manière complexe à toutes les questions à ce sujet, je peux dire que la situation au Chili reste compliquée. Les contestations antigouvernementales de grande envergure qui se poursuivent dans ce pays s’expliquent par des problèmes intérieurs profonds, accumulés depuis l’époque de Pinochet.

En ce qui concerne la prétendue « implication russe » dans les événements au Chili, les spéculations à ce sujet sont évoquées, pour une certaine raison, uniquement par l’establishment américain.

Quant aux Chiliens, ils n’ont jamais eu aucune question ni prétention par rapport à la Russie sur ce thème.

Nous sommes au courant de certaines tentatives de provocations antirusses dans le segment chilien des réseaux sociaux, de cas de création de pages sur internet contenant des informations dans une langue russe à la grammaire étrange en soutien aux troubles. Cela est évidemment fait pour accuser ensuite la Russie d' »ingérence ». A mon avis, ces tentatives ne font que discréditer ceux qui les entreprennent ou ceux qui les citent. Nous réagissons naturellement aux publications de ce genre. Nous attirons – dans le cadre des modalités établies – l’attention des organes compétents du Chili afin de prévenir les malentendus, compte tenu du développement de nos relations bilatérales, car l’un des objectifs principaux de ces fake news réside sans doute dans l’aggravation des relations entre nos pays.

Comme nous l’avons déjà souligné à plusieurs reprises, la Russie, contrairement à certains représentants de la communauté internationale, ne pratique pas l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres États.

Nous développons la coopération avec tous les pays d’Amérique latine sur la base de l’égalité et du respect mutuel en conformité absolue avec les clauses de la Charte de l’Onu et d’autres normes du droit international. La Russie a intérêt à ce que l’Amérique latine soit stable et durable d’un point de vue politique et économique. C’est seulement dans ces conditions que la région pour s’affirmer en tant que l’un des piliers du monde multipolaire en formation.

11

Sur le voyage pilote de touristes japonais dans les Kouriles du Sud

JAPON RUSSIE image

Nous recevons traditionnellement beaucoup de questions, notamment de la part des médias japonais, concernant les voyages touristiques dans les Kouriles du Sud. Nous soulignons chaque fois que nous annoncerons les événements de ce type et présenterons nos estimations à leur issue.

Conformément à l’entente entre le Président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais Shinzo Abe obtenue en marge du sommet du G20 d’Osaka en juin 2019, un voyage pilote d’un groupe de citoyens japonais (44 personnes) s’est déroulé avec succès sur les îles de Kounachir et d’Itouroup du 30 octobre au 2 novembre 2019.

Les touristes ont visité les musées locaux, les sources d’eau chaude et les sites naturels d’intérêt (on ne peut que les envier!). Les mauvaises conditions météorologiques – qui avaient déjà obligé par le passé à reporter ce voyage ou à modifier ses dates – ont malheureusement entraîné la réduction de la durée et du programme du déplacement. Dans tous les cas, la Russie et le Japon sont satisfaits des résultats de ce dernier.
JAPON RUSSIE 773x435_russia-unsure-if-japan-us-treaty-revision-will-affect-islands-dispute Russian Deputy Foreign Minister Igor Morgulov walks with Japanese Deputy Foreign Minister Takeo Mori ahead of peace treaty talks in Moscow, Russia March 21, 2019. REUTERS/Maxim Shemetov Copyright MAXIM SHEMETOV(Reuters)– https://www.euronews.com/2019/06/29/russia-unsure-if-japan-us-treaty-revision-will-affect-islands-dispute
Le bilan de ce voyage pilote a été dressé le 6 novembre à Moscou, lors de la 6e étape des consultations russo-japonaises au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères – Igor Morgoulov et Takeo Mori –  sur l’établissement de l’activité économique commune dans les Kouriles du Sud. Les deux pays se sont accordés pour continuer, au niveau des experts, l’examen de nouvelles perspectives de partenariat dans ce domaine, y compris l’établissement des paramètres juridiques et logistiques nécessaires.

Je me suis arrêtée sur ce thème avec tant de détails parce qu’il intéresse traditionnellement les médias japonais.

12

Sur le développement de la coopération russo-japonaise
JAPON RUSSIE SHINZO ABE ET VLADIMIR POUTINE 12 Septembre 2018 sipa_ap22246561_000001 – Mercredi 12 septembre, Vladimir Poutine a proposé au Premier ministre japonais Shinzo Abe de conclure un traité de paix d’ici la fin de l’année. Le président russe a lancé l’idée lors du forum économique annuel de Vladivostok… https://www.lopinion.fr/edition/international/russie-propose-japon-faire-paix-161881
Pour répondre à une question des médias japonais, plus exactement de la chaîne NHK, je voudrais dire quelques mots au sujet du développement de la coopération bilatérale.
La question était formulée ainsi:
« Que pense la Russie de la coopération entre nos pays, notamment compte tenu de la coopération avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe dont le mandat marque un record dans toute l’histoire des gouvernements japonais? Comment le gouvernement russe envisage-t-il l’avenir de la coopération bilatérale entre nos pays? »
Moscou estime que le dialogue intensif entre le Président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais Shinzo Abe (selon nos calculs, ils se sont déjà rencontrés 27 fois dans différents formats), les relations de confiance établies entre eux donnent une forte impulsion et déterminent les grands axes de développement des relations russo-japonaises dans le domaine politique, commercial, économique, socioculturel, et d’autres.
Nous remarquons avec satisfaction que cette année, les deux dirigeants ont organisé des pourparlers constructifs en janvier à Moscou, en marge du sommet du G20 en juin à Osaka et pendant le Forum économique oriental en septembre à Vladivostok, où le Premier ministre japonais Shinzo Abe se rend régulièrement. Malheureusement, la rencontre prévue dans le cadre du sommet de l’APEC à Santiago n’a pas eu lieu pour des raisons objectives que vous connaissez. Cependant, nous espérons que l’an prochain se présenteront de nombreuses occasions pour les contacts à différents niveaux, dont nous vous informerons.

La Russie reste attachée à son approche fondamentale soulignant la nécessité de promouvoir globalement et de manière mutuellement bénéfique les liens entre les deux pays afin de les faire passer au niveau supérieur, ce qui serait dans l’intérêt national de la Russie et du Japon et contribuerait au renforcement de la paix et de la stabilité dans la région Asie-Pacifique.

Je voudrais souligner en particulier qu’il y a de grandes perspectives de développement de la coopération commerciale et économique dont la réalisation est évoquée dans le cadre de la Commission intergouvernementale russo-japonaise pour les questions commerciales et économiques et du Groupe de travail de haut niveau pour concrétiser le Plan de coopération sur huit projets.

Nous sommes prêts à développer avec le Japon une coopération non seulement dans les domaines traditionnels, mais également dans les hautes technologies. Nous pensons qu’il existe un grand potentiel de croissance dans ce secteur.

La réalisation de grands projets économiques tels que l’organisation du passage de transport entre le continent et Sakhaline avec une perspective de prolongement jusqu’à Hokkaido, la construction d’un gazoduc entre la Russie et le Japon et la création d’un « pont énergétique », contribuerait grandement à l’amélioration des relations bilatérales et à trouver des solutions mutuellement acceptables, notamment sur les questions sensibles.

  • Nous avons l’intention de poursuivre la coopération qui se développe dans le domaine culturel, de contribuer à la facilitation des voyages réciproques.
  • Nous avons proposé plusieurs fois à Tokyo de lever réciproquement les formalités de visa.
    • Nous avons adopté plusieurs mesures unilatérales en la matière, notamment élargi la validité des visas électroniques pour les citoyens japonais dans plusieurs régions de la Fédération de Russie (actuellement il est question de l’Extrême-Orient, de la Bouriatie et de Kaliningrad), et à partir de 2021 ce régime sera en vigueur sur tout le territoire du pays. Je rappelle qu’il est en cours de mise au point.

13

Sur les résultats de la réunion du Groupe de contact à Minsk le 12 novembre 2019
bielorussie-minsk-ville-panorama  Minsk demeure pourtant l’une des métropoles les plus élusives et recluses au monde. 
Je voudrais commenter les résultats de la réunion du Groupe de contact pour l’Ukraine à Minsk le 12 novembre 2019. Dans l’ensemble, nous les trouvons positifs.
Le résultat principal a été le constat, par la Mission spéciale d’observation (MSO) de l’OSCE, de la séparation des forces et du matériel des parties à Petrovskoe le 11 novembre 2019. De cette manière, on peut enfin parler de l’accomplissement des accords conclus par les dirigeants du « quartet de Normandie » à Berlin en 2016 concernant la fixation par écrit de la « formule Steinmeier » et la séparation des forces et du matériel des parties dans trois zones d’essai à Stanitsa Louganskaïa, Zolotoe et Petrovskoe.
Nous pouvons constater que c’est une dynamique positive pour la préparation d’un sommet au « format Normandie ».
En même temps, nous voudrions indiquer qu’étant donné qu’il reste de moins en moins de temps jusqu’à la fin de l’année, la tâche de prolonger la loi sur le statut particulier (l’autonomie locale dans certaines zones des régions de Donetsk et de Lougansk) est de plus en plus pertinente. Elle expire le 31 décembre 2019. La mise en application de cette loi, y compris l’incorporation de la « formule Steinmeier » et sa fixation à titre permanent dans la Constitution ukrainienne, est un élément clé de toute la structure du processus de paix dans le Sud-Est de l’Ukraine.

Malheureusement, il a été impossible d’obtenir de la partie ukrainienne une position claire à ce sujet pendant la réunion du Groupe de contact.

 

ukraine JIQLI4ZNT43DAGMHY7C6LQIVTM

Restent d’actualité les tâches de faire respecter rigoureusement le cessez-le-feu conformément à l’accord de trêve du 21 juillet 2019 entre Donetsk et Lougansk, d’un côté, et Kiev, de l’autre

(je rappelle que sa violation majoritairement commise par Kiev, y compris la destruction d’immeubles, de sites sociaux, des victimes parmi les civils, se poursuit),

la séparation des forces et du matériel dans de nouvelles zones, le règlement des problèmes liés à la libération et à l’échange de détenus, ainsi que la mise en œuvre des Accords de Minsk concernant la levée du blocus ukrainien contre certaines zones des régions de Donetsk et de Lougansk.

14

Sur l’ouverture en Ukraine d’une affaire pénale visant le journaliste Vladimir Soloviev
orig-15627231599569ee74f348df1aa8fa598f7bc74fb5 Président de l’Union des journalistes de la Fédération de Russie, Vladimir Soloviev
Agence de presse fédérale / Evgenia Avramenko
Nous avons appris l’ouverture en Ukraine de deux enquêtes pénales visant le journaliste russe Vladimir Soloviev. Selon la version du Service de sécurité ukrainien (SBU), le journaliste aurait commis un crime menaçant l’intégrité territoriale du pays passible d’une peine de 3 à 12 ans d’emprisonnement.
Il faut remarquer que la décision du SBU a été annoncée par le député ukrainien Alexeï Gontcharenko sur un réseau social, qui avait déjà publié sur YouTube des vidéos avec des insultes et des menaces envers le journaliste russe.
Nous considérons l’ouverture d’une enquête pénale contre le journaliste comme un nouvel exemple de persécution de journalistes en Ukraine et de renforcement de la pression illégale sur eux. Il est évident qu’il s’agit d’une nouvelle démarche des autorités ukrainiennes visant à nettoyer l’espace médiatique et à déclencher une nouvelle persécution contre un journaliste.

Nous avons envoyé les informations sur ce cas au Représentant de l’OSCE pour la liberté des médias Harlem Désir. La communauté journalistique russe a déjà exprimé sa préoccupation quant à la décision du SBU et a préparé, au niveau de l’Union russe des journalistes, une requête pour le Parquet ukrainien. Nous suivrons l’évolution de la situation. Nous attendons une réaction claire des structures internationales compétentes.

15

Sur les déclarations de Geoffrey Pyatt, Ambassadeur des États-Unis en Grèce, concernant la thématique religieuse

USA Geoffrey Pyatt, Ambassadeur des États-Unis en Grèce,usambassadorGeoffrey R. Pyatt est l’ambassadeur américain en Grèce.

VOIR http://www.ekathimerini.com/222356/article/ekathimerini/comment/us-ambassador-greece-a-pillar-of-stability
Nous avons remarqué les déclarations du fameux Ambassadeur des États-Unis en Grèce, Geoffrey Pyatt, selon qui la Russie utiliserait la religion dans sa stratégie de guerre hydride, en tant qu’instrument à des fins politiques et de propagation de fausses informations. Bien évidemment, nous partageons sa préoccupation concernant l’inadmissibilité d’une ingérence de certains États dans le domaine confessionnel, mais il me semble que l’Ambassadeur américain s’est clairement trompé de cible pour ses reproches.

C’est d’un grand cynisme, de la part d’un représentant américain.

Je rappelle que l’ex-chef de la mission diplomatique américaine à Kiev, Geoffrey Pyatt, parmi d’autres « exploits », s’est fait remarquer en Ukraine par son implication personnelle et celle des organes publics américains dans la scission de l’orthodoxie en Ukraine. Nous avons déjà accumulé des archives à ce sujet. Je trouve qu’il serait juste de rappeler les principales déclarations de Geoffrey Pyatt et des représentants de l’Ambassade des États-Unis en Ukraine, et d’autres diplomates américains. Nous le ferons obligatoirement.

Nous voudrions rappeler que les États-Unis ont rempli à différentes occasions leurs tâches géopolitiques sans le moindre attachement aux normes actuelles de l’ordre mondial, en jouant notamment la « carte religieuse » directement dans différentes régions, en provoquant la tension interconfessionnelle, et parfois en confrontant ouvertement les représentants de différentes confessions – ce qui a conduit les problèmes vers une phase ouverte de conflit. Washington ne l’a jamais caché.

Je voudrais rappeler à Geoffrey Pyatt qu’il existe au Département d’État américain un poste de représentant spécial pour la liberté religieuse. Tout cela s’est déroulé dans le cadre de la conception d’un « ordre basé sur des règles », qui est imposé aujourd’hui par les États occidentaux en contrepoids aux normes universelles du droit international.

Pour rappeler les régions dont il est question: il s’agit des pays

  • de l’ex-Yougoslavie,
  • du Moyen-Orient,
  • de l’Afrique du Nord
  • et, encore une fois, de l’Ukraine.

La liste est longue.

eglise-orthodoxe-ukraine-17211abf-97f2-43b9-bbc3-58b8aff5673f  eglise orthodoxe, Ukraine

Les exploits de la diplomatie américaine dans le domaine confessionnel sont conséquents.

Nous voyons des diplomates américains appeler ouvertement à soutenir la structure scissionniste créée en Ukraine, sans oublier de consulter les prêtres et les représentants des autorités laïques sur des questions purement théologiques dans les pays où se trouvent des églises locales.
Le plus intéressant est que nous n’avons jamais entendu le moindre reproche de la part de Washington envers l’ex-président ukrainien compte tenu de son étrange implication dans le thème confessionnel. Tout cela est précisément une ingérence directe dans la sphère religieuse.

Russia Greece Nikos Dendias. Sergueï Lavrov

Le 6 novembre 2019, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a également commenté ce thème à l’issue des pourparlers avec son homologue grec Nikos Dendias. En particulier, il a déclaré:
« Si je comprends bien, c’était également l’objectif des diplomates américains qui se sont rendus sur le mont Athos. Et le chef de l’Église orthodoxe scissionniste ukrainienne, le métropolite Épiphanie, a déclaré publiquement que la création de cette structure aurait été impossible sans le soutien direct des États-Unis. » Voici la source originale, la déclaration d’Épiphanie en personne qui désavoue tous les reproches de Geoffrey Pyatt envers la Russie.

Cela donne vraiment l’impression que les traditions spirituelles et morales des religions mondiales, tout comme le droit à la liberté de religion, ne sont respectés par le Département d’État américain que dans la mesure où cela ne va pas à l’encontre des intérêts du moment de la politique étrangère de Washington.

Réponses aux 2 questions:

 A

Question: Que pouvez-vous dire de la provocation organisée par les partisans de Juan Guaido contre l’Ambassade vénézuélienne à Brasilia au cours du sommet des Brics qui se déroulait dans la ville?

VENEZUELA AU BRESIL AMBASSADE 19703373lpw-19704637-article-jpg_6673031

Réponse: Nous considérons la tentative de provocation, de prise de contrôle, menée par les partisans du leader autoproclamé (on ne comprend pas en quelle qualité) Juan Guaido contre l’Ambassade vénézuélienne sur le territoire brésilien comme une action liée notamment à cet événement international de grande envergure qui se déroule actuellement dans ce pays, comme une tentative d’utiliser l’instabilité générale de la région à des fins politiques. Tout cela visait beaucoup d’objectifs.
Nous estimons que la situation a été maîtrisée et que de nouvelles provocations de ce genre seront désormais prévenues sur la base de toutes les normes existantes du droit international censées garantir et protéger les sites immobiliers diplomatiques et consulaires, les missions diplomatiques et consulaires.

Chaque pays qui accueille les missions diplomatiques d’un autre État a des engagements qu’il est obligé de respecter en raison des conventions appropriées. Personne n’a annulé ces textes.

Dans le monde d’aujourd’hui, qui traverse visiblement une crise de compréhension et d’éthique, il reste un lien reconnu… probablement pas par tout le monde, mais par la majorité écrasante de pays…  avec les normes du droit international qui gèrent les relations entre les États, le fonctionnement des missions diplomatiques et les normes de comportement par rapport aux collaborateurs diplomatiques et consulaires.

Tous les engagements pris par les États doivent être strictement respectés. Je suis complément d’accord avec votre estimation: il s’agit d’une provocation.

Autre chose: ce n’est pas la première tentative de l’« anti-pouvoir » vénézuélien autoproclamé de prendre le contrôle de sites de ce genre. Il le fait pour des raisons évidentes: il s’agit d’une tentative de légaliser son existence absolument illégale en tant qu’organe gouvernemental autoproclamé, de nommer des personnes comme des représentants prétendument officiels, de mener une certaine politique via ces derniers.

C’est de la piraterie du XXIe siècle.

Malheureusement, le chemin que les opposants vénézuéliens ont emprunté a été tracé par Washington.
Vous vous souvenez sans doute de la saisie, par les autorités américaines, des sites diplomatiques et consulaires russes, de la Représentation commerciale, malgré le fait que ces bâtiments faisaient partie de la propriété de la Fédération de Russie qui versait des paiements appropriés et avait respecté pendant des décennies tous ses engagements. Tous ces sites immobiliers ont été pris et se trouvent toujours entre les mains des services secrets américains de manière absolument illégale: je ne peux pas le caractériser autrement. En grande partie, tout cela a servi d’exemple aux autres.

Si les uns ont le droit d’agir de manière illégale, les autres le feront eux aussi. Nous sommes au courant de l’« effet boomerang », quand certains lancent des actions de ce genre dans leurs propres intérêts, mais font plus tard face à leurs répercussions.

B

Question: Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a confirmé que la Russie reconnaissait la Présidente bolivienne par intérim Jeanine Áñez. Comment pouvez-vous le commenter?

RUSSIE Sergueï Riabkov e04025ee-0be7-487f-9586-48259fdbc762RUSSIE Sergueï Riabkov  

Réponse: En répondant à une question de la presse, Sergueï Riabkov a en effet dit que la Russie considérerait Jeanine Áñez comme la « dirigeante de la Bolivie », mais « jusqu’aux élections ». Les formules doivent être clairement présentées. Il ne s’agit pas de reconnaître ce qui s’est passé en Bolivie dans le cadre d’un processus légal. Ce n’est pas le cas.
Nous avons déjà présenté nos estimations à l’opinion publique mondiale. Je voudrais rappeler que nous avons exprimé notre préoccupation vis-à-vis des événements en Bolivie. Au cours de la crise politique intérieure dans le pays, la volonté du gouvernement de rechercher des solutions constructives sur la base de dialogue a été tout simplement écrasée dans le cadre du scénario d’un coup d’État dirigé. Nos estimations sont toujours d’actualité.
Nous avons également présenté nos estimations de l’évolution de la situation, car les représentants du pouvoir ont malheureusement été renversés, ont quitté le territoire bolivien.

Comme vous le savez également, la Russie a appelé toutes les forces politiques boliviennes à faire preuve de raison et de responsabilité, à trouver une solution constitutionnelle à la situation dans l’intérêt de la paix, du calme, du rétablissement de la gestion des institutions publiques, de la protection des droits de tous les citoyens et du développement socioéconomique du pays.

C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter les propos de Sergueï Riabkov.

à suivre


SOURCE/ https://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/3899676

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s