3399 – France … Emmanuel Macron … Pourquoi tient-il à célébrer Georges Pompidou ? … Macron derrière un bureau pour son allocution comme De Gaulle et Pompidou … en 4 articles 4 auteurs

1/ Pourquoi Emmanuel Macron tient-il tant à célébrer Georges Pompidou? 15/06/2019 – Par Alexandre Boudet

2/  Ce que Pompidou a eu de séduisant pour les Français et que Macron veut imiter 20/06/2019 – Par  Christine Clerc

3/  Pourquoi Emmanuel Macron a choisi la conférence de presse, ce format emblématique de la Ve République 25/04/2019 – Par Thierry Herrant

4/  Macron derrière un bureau pour son allocution comme De Gaulle et Pompidou 25/04/2019 – Par Geoffroy Clavel

france elysee-coulisses-palais-presidence-republique-sark-493887-jpg_337274_660x281

1/  Pourquoi Emmanuel Macron tient-il tant à célébrer Georges Pompidou?

Deux historiens expliquent le sens du triple hommage rendu par le président de la République à son lointain prédécesseur, élu il y a 50 ans jour pour jour.

Georges Pompidou a été élu il y a exactement 50 ans, le 15 juin
Charles Platiau / Reuters /Georges Pompidou a été élu il y a exactement 50 ans, le 15 juin 1969.

 

POLITIQUE – En avril, l’Élysée évoquait “un devoir moral et politique”. Pour “souligner la continuité [1] entre présidents de la République”, Emmanuel Macron avait tenu à assister à une messe célébrée à Paris en l’honneur de Georges Pompidou.

L’entourage de l’ancien chef de l’État expliquait alors que l’actuel président ne pourrait pas être présent au colloque organisé le 15 juin pour commémorer le 50e anniversaire de son élection. Sauf qu’entre-temps, Emmanuel Macron a réussi à dégager du temps dans son agenda.

Il sera donc bien présent à cette journée organisée au centre Pompidou, comme il a préfacé un ouvrage publié début juin sur les années Pompidou. Dans ce texte, le chef de l’État présente le successeur du général de Gaulle comme

“un réformateur inlassable qui fit de la France une avant-garde, lettré et visionnaire aux commandes d’une nation embrassant les défis de la modernité avec confiance”.

“Cela tombe bien que ce soit Pompidou”

france le-specialiste-d-histoire-politique-jean-garrigues-invite-au-congres-des-maires-des-hautes-alpes-a-tenu-une-conference-sur-l-histoire-de-la-commune-et-son-avenir-1538209597  l’historien Jean Garrigues,

Ce triple hommage et les mots employés par Emmanuel Macron ne peuvent qu’interpeller même si, comme souligne l’historien Jean Garrigues,

“il n’est pas illogique qu’un président de la République honore un lointain prédécesseur”.

Mais le professeur à Sciences Po ajoute aussi que

“cela tombe bien que ce soit Georges Pompidou”.

Car la personnalité de l’ancien président et l’époque qu’il représente trouvent un écho dans ce qu’Emmanuel Macron aimerait désormais incarner. Entre les deux hommes, il y a bien sûr le parallèle de la trajectoire:

deux personnalités attachées aux belles lettres, passées par la même banque d’affaires (Rothschild) et pas forcément destinées à devenir présidents de la République.

Mais ce n’est pas cela que l’actuel titulaire du poste va tenter de capter.

france christian-delporte-specialiste-de-lhistoire-des-medias Christian Delporte

“Pompidou a une image de modernité et il représente l’époque où la France allait bien, la France d’avant la crise”, rappelle Christian Delporte, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles.

https://s.france24.com/media/display/c36cb45a-1372-11e9-96dd-005056bff430/w:1024/p:16x9/ENTRETIEN%20CLEAN%200704.jpg  Jean Garrigues

“Il incarnait le miracle français et un certain optimisme que Macron veut projeter dans un contexte plus difficile”, abonde Jean Garrigues.

Après une première partie de quinquennat marquée par un exercice jupitérien du pouvoir, l’acte II engagé après les gilets jaunes doit également être incarné dans une nouvelle méthode.

france Christian Delporte.delporte  Christian Delporte.

“Alors que son premier modèle était plus de Gaulle ou Mitterrand, Pompidou marque la stratégie de proximité qu’Édouard Philippe a encore définie dans son discours de politique générale”, note Christian Delporte.
Emmanuel Macron lui-même a évoqué un nouveau moment “plus humain”[2], une qualité reconnue à Georges Pompidou, surtout dans la première partie de son mandat.

“Casser la droite en deux”

france Pompidou 1er Ministre et Chaban Président de l'Assemblée Nationale encadrant De Gaulle ob_3789df_gp-6 Georges Pompidou 1er Ministre, De Gaulle Président, Chaban Delmas Président du Parlement

Les deux historiens s’accordent aussi pour déceler des intentions politiques, voire politiciennes derrière cet hommage.

“Pompidou c’est le dernier gaulliste et le gaullisme c’est un peu ce que, dans la rhétorique macronienne, on appelle le rassemblement. Mais le gaullisme c’est aussi la droite sociale qu’il veut mettre en avant aujourd’hui et qui peut lui permettre de casser la droite en deux”, avance Christian Delporte.

Alors que les élections européennes ont marqué un basculement de l’électorat de LREM vers la droite, cette référence pompidolienne peut effectivement lui permettre d’enfoncer un coin supplémentaire en vue des prochaines échéances.

“Cette filiation à Pompidou peut servir à séduire un électorat conservateur de droite mais d’une droite humaniste et libérale. C’est d’autant plus notable que Macron reste un président venu de la gauche. Qu’il se réfère à un prédécesseur de droite est un signe fort même s’il aurait aussi intérêt à célébrer Chaban-Delmas qui, avec son discours sur la nouvelle société, est plus en symbiose avec l’acte II du quinquennat”, note Jean Garrigues.

Mais l’historien appelle tout de même à rester très prudent sur l’incidence d’une telle célébration.

“Tout ça, c’est une symbolique qui passe sans doute au-dessus de la tête de beaucoup de gens. Dans un paysage saturé de commémorations, cela a beaucoup moins d’impact que l’attitude qu’a eue Macron au cours de la crise des gilets jaunes avec une certaine autorité qui a séduit une partie de l’électorat”, veut croire Jean Garrigues.


LIENS

  1. https://www.huffingtonpost.fr/entry/emmanuel-macron-signe-la-preface-dun-livre-sur-georges-pompidou_fr_5ca1ec3ee4b0bc0dacab708d
  2. https://www.huffingtonpost.fr/entry/emmanuel-macron-veut-un-acte-ii-plus-humain-merkel-juncker_fr_5d0092dce4b0e7e7816f59cf?utm_hp_ref=fr-emmanuel-macron

SOURCE/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-emmanuel-macron-tient-il-tant-a-celebrer-georges-pompidou_fr_5d03a950e4b0985c419c6023


france georges pompidou Georges-et-Claude-Pompidou-1024x682  Georges & Claude Pompidou

2/  Ce que Pompidou a eu de séduisant pour les Français et que Macron veut imiter

Quelle raison à l’hommage si appuyé de Macron? Après l’austérité de De Gaulle et avant la crise sous Giscard, les années Pompidou sont une parenthèse enchantée de liberté pour les Français

 Actualité du 20/06/2019 – Christine Clerc – .Huffington post – Les Blogs

Georges Pompidou prend un bain de foule le 10 juin 1972 au Mans, à l'occasion du départ...

AFP
Georges Pompidou prend un bain de foule le 10 juin 1972 au Mans, à l’occasion du départ de la course automobile des 24 heures du Mans.

 

On comprend qu’Emmanuel Macron ait oublié, voilà bientôt deux mois, de rendre hommage au fondateur et premier président de la Ve République, lors du 50ème anniversaire de son départ volontaire, le 28 avril 1969, au lendemain d’un référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat auquel 52% des Français répondirent “Non”.

FRANCE DE GAULLE president-francais-Charles-Gaulle-adresse-paysd-allocution-radio-televisee-Paris-24-1968la-premiere-foisle-debut-evenements-1968-AFP-PHOTO_0_631_420

Parler de référendum perdu et de démission d’un Président aurait pu porter malchance… et en tout cas, faire bien trop plaisir aux Gilets Jaunes[1] et à tous les opposants de gauche et de droite qui réclamaient, précisément, un référendum et une démission.

  • Mais pourquoi le Président de la République, qui avait déjà préfacé un ouvrage sur Georges Pompidou, a-t-il choisi de célébrer avec tant de faste[2] –une réception à l’Élysée, un grand discours- le cinquantenaire de l’élection de Georges Pompidou[3] ?

(le 20 juin 1969 par 58% des suffrages, face au président centriste du Sénat, Alain Poher)?

  • Cette date aurait-elle à ses yeux une signification symbolique, à l’égal de l’élection de François Mitterrand, qui marqua pour la gauche et particulièrement pour les socialistes, le 10 mai 1981,  l’avènement d’un nouveau monde?

Même si, durant sa campagne de 1969, il proclama sur tous les tons sa fidélité au Général, après avoir défendu sur toutes les tribunes le “Oui” à son référendum, Pompidou incarne en effet une “rupture”, ou en tout cas une nouvelle phase de la Ve République:

  • après la fin de la guerre d’Algérie,
  • après le rude effort de reconstruction de l’économie, de la défense et du moral du pays,
  • après, surtout, le règne “jupitérien” de onze années de l’austère Général en uniforme pour les grandes occasions, en costume croisé cravate tous les jours (même en vacances en famille dans sa maison de Colombey-les-Deux-Eglises)

voici venu le temps de jouir enfin des fruits de la croissance: les Français travaillent encore en moyenne 45 heures par semaine, mais il découvrent le Club Med et la “libération sexuelle”, facilitée par le vote, en 1967, sous de Gaulle, de la loi autorisant la pilule, et devenue, en mai 1968 dans la bouche de Dany Cohn-Bendit et de ses amis, un leitmotiv.

  • Ils mangent encore trop de plats en sauce, mais ils commencent, nombreux, à s’adonner au sport et lisent Comment maigrir”, un best-seller à l’égal du Défiaméricain” de Jean-Jacques Servan-Schreiber.
  • Ils achètent des téléviseurs et des machines à laver, mais ils se plaignent du manque de lignes téléphoniques (7 pour 100 habitants!) et du manque d’autoroutes pour circuler dans leurs nouvelles voitures.
  • Ils veulent avoir plus de temps libre et ils mettent en cause les hiérarchies verticales autoritaires dans les entreprises, mais ils restent attachés à l’équilibre d’une société encore fortement rurale et aux valeurs familiales.

france georges pompidou la-vie-politique-de-georges-pompidou-ne-se-conjugue-pas-sans-la-presence-intelligente-et-discrete-de-sa-femme-claude  Claude & Georges Pompidou

Georges Pompidou, qui se fait photographier avec sa femme Claude au balcon  et dans les canapés du palais de l’Élysée, réussit à incarner à la fois ces aspirations contraires: modernisateur affiché, il clame

“Chère vieille France! La bonne cuisine, les Folies bergères, c’est terminé! Notre révolution industrielle est largement entamée.”

france georges pompidou Pompidou-les-années-heureuses

Afin que cela se manifeste clairement, il ne se contente pas de lancer le grand projet sidérurgique des hauts fourneaux de Fos-sur-Mer.

france pompidou amateur d'art 1-tt-width-918-height-630-fill-0-crop-1-bgcolor-ffffff

Il affiche son goût de l’art moderne. Il veut incarner aussi la nouvelle société des loisirs:

FRANCE POMPIDOU image-quay-39803536Si le général de Gaulle a fort peu profité des charmes du fort de Brégançon, le président Pompidou, élu le 20 juin 1969, va beaucoup aimer

l’été, au Fort de Brégançon, le nouveau président ne craint pas de se laisser photographier en caleçon de bain aux commandes d’un hors-bord comme lorsque,

france pompidou 1969 Claude et Georges Pompidou en week-end chez les Bettencourt dans l'Arcouest -ob_e45030_georges-pompidou

Premier ministre, il passait ses vacances en Bretagne avec Claude. On ne le voit plus au volant de la Porsche qu’il a offerte à sa femme et avec laquelle il passait prendre ses dossiers le samedi matin à Matignon avant de gagner leur maison de campagne. Mais le couple donne des dîners d’artiste et des soirées cinéma. En robe courte dévoilant ses longues jambes et même une fois en long short de satin rose, Claude affiche une élégance française jugée d’avant-garde et qui suscite, comme les robes de Brigitte Macron[4], beaucoup de commentaires admiratifs ou agacés.

Les premières nuits à l’Élysée, les Pompidou accrochent aux murs de leur nouvelle demeure des toiles de Soulages et d’Alechinsky, en attendant de confier à des designers contemporains comme Paulin la création d’un petit salon, d’une chambre et d’une salle de bains. Ensemble, tous deux vont créer, en plein cœur de Paris, le Centre d’Art contemporain qui portera le nom de Pompidou. Voilà pour la symbolique du changement.

ffrance musée beaubourg centre pompidou 1.-Pompidou

Mais la force de Georges Pompidou, c’est aussi de savoir rassurer. Le fils d’instituteur et petit-fils d’agriculteur natif de Montboudif (Cantal), le brillant normalien fou de poésie n’a pas eu besoin de lire les ouvrages à la mode de sociologues américains comme Laurence Wylie, auteur d’un autre best-seller de l’époqueUn village en Vaucluse” pour savoir que la France demeure un peuple de paysans, attaché, tout autant qu’

  • à la fameuse “libération sexuelle”,
  • à “la bagnole”
  • à la modernisation de leur maison,
  • à la vie de famille,
  • à la sécurité
  • et même à l’autorité.

Doté d’un physique solide (on ne sait pas encore que la maladie qui l’emportera s’est déclarée dès 1968), il est décrit ainsi par le baron Guy de Rothschild qui, durant quatre ans, lui a fait découvrir le monde de la finance et des affaires:

“L’œil droit est celui du bon vivant qui aime l’argent, le plaisir et la douceur de l’existence… le gauche, froid, dur, impérieux, est celui de l’homme qui ne cède pas”.

FRANCE montboudif-vue-aerienne-

Pompidou le moderne tient à montrer son attachement à la société paysanne traditionnelle en faisant servir à l’Élysée du petit salé aux lentilles et en retournant parfois à Montboudif. Pompidou l’autoritaire, jugeant que la nouvelle révolution industrielle secoue bien assez les Français, met en garde son premier Ministre Jacques Chaban-Delmas et ses ministres contre des réformes de société trop brutales:

“Arrêtez d’emmerder les Français!”

  • Pressent-il que la mondialisation et la financiarisation de l’économie vont leur imposer des changements encore plus violents et douloureux?

La croissance de ces années dites “glorieuses” entamées sous le règne du Général atteint encore, comme on va le rappeler ces jeudi et vendredi à l’occasion du colloque organisé au Centre Pompidou[5], 4% à 5% l’an. Le chômage ne dépasse pas 400.000 inscrits.

Mais déjà, les mutations économiques et sociales font des victimes:

les petits commerçants, menacés par le développement des supermarchés, vont se révolter derrière Gérard Nicoud et Pierre Poujade.

Le nombre de suicides chez les agriculteurs, dont les exploitations disparaissent ou sont regroupées à grande vitesse, va se multiplier…

Si la parenthèse heureuse des années Pompidou, devenue légendaire, a vraiment existé, elle n’aura donc duré que peu de temps.

FRANCE GISCARD D'ESTAING Part-PAR-APP2001083189841-1-0-1 Valéry Giscard d’Estaing 1974

Valéry Giscard d’Estaing, le jeune successeur du président malade (mort en 1974 avant la fin de son septennat) connaîtra, à peine élu,

  • un second, puis un troisième “choc pétrolier”.
  • Il devra gérer une inflation galopante,
  • une violente crise de la sidérurgie et du textile et la montée continue du chômage.

Désormais, le mot de “crise” va s’installer à la Une des journaux et dans le vocabulaire français habituel pour n’en plus disparaître.

  • En tentant d’apparaître comme un nouveau Pompidou -plus jeune, plus mince, mais non moins modernisateur, “et en même temps” humain, au bras d’une “Première dame” en mini-jupe, qui reprend aujourd’hui, justement, la présidence d’une Fondation créée naguère par Claude Pompidou -Macron espère-t-il exorciser ce mal?

france macron nouveau pompidou ... 15448554


LIENS

  1. https://www.huffingtonpost.fr/news/gilets-jaunes/
  2. https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-emmanuel-macron-tient-il-tant-a-celebrer-georges-pompidou_fr_5d03a950e4b0985c419c6023
  3. https://www.huffingtonpost.fr/entry/en-quoi-georges-pompidou-peut-etre-un-modele-pour-emmanuel-macron_fr_5d09d915e4b06ad4d2585a5d
  4. https://www.huffingtonpost.fr/news/brigitte-macron/
  5. https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-ca89738243c71b23c65846f18d149e&param.idSource=FR_E-ca89738243c71b23c65846f18d149e

SOURCE/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/ce-que-pompidou-a-eu-de-seduisant-pour-les-francais-et-que-macron-veut-imiter_fr_5d0b5f3fe4b09f5a54b6c363


france élysée 5beafe71488c7bce148b4567

3/  Pourquoi Emmanuel Macron a choisi la conférence de presse, ce format emblématique de la Ve République

Thierry Herrant  – 25/04/2019 – .Huffington post – Les Blogs

« La conférence de presse du général de Gaulle est une œuvre d’art » disait Raymond Aron. L’exercice favorise l’explication longue, la hauteur de vue. Et la prise de risques est minimale.

Emmanuel Macron aura donc choisi un vieux format, très ancien monde, celui de la conférence de presse, pour conclure cette longue séquence du Grand débat[1]. Le problème posé à l’Élysée constituait, il faut le souligner, une problématique de communication politique inédite.

  • Comment mettre en scène et créer la surprise avec une prise de parole dont le contenu a été éventé[2] depuis plus d’une semaine?

Disons-le, le choix d’autres formes de protocoles de communication était finalement assez limité.

  • Une nouvelle allocution télévisuelle?

Inenvisageable si c’est juste pour dire la même chose autrement. D’autant que ce format ne sied pas très bien à Emmanuel Macron, qui a tendance à surjouer la lecture d’un texte sur prompteur[3].

  • Un rendez-vous “Face aux Français”?

Hors de propos puisqu’il s’agit ici de présenter des décisions.

  • Une lettre aux Français[4]?

Déjà fait récemment et pas vraiment à la hauteur de l’enjeu quand on cherche un rapport incarné avec eux.

  • Un entretien face à deux ou trois journalistes reconnus pour leur compétence et leur “impartialité”?

C’était une solution tout à fait envisageable, mais elle n’a pas été retenue. Sans doute parce qu’Emmanuel Macron[5] et son entourage ont préféré envoyer un signal positif à l’ensemble de la corporation des journalistes politiques. Corporation qui en avait bien besoin, tant les relations ont été houleuses avec le Président depuis son élection et les marques de défiance nombreuses, comme en témoigne l’exemple récent de la suppression de la salle de presse du Palais.

La prise de risques est minimale car la contradiction n’est en général pas acharnée, c’est donc un avantage. Politiquement, il s’agit d’un moment fort de réaffirmation de la parole et de la stature présidentielles.

Considérer que le format de la conférence de presse n’est qu’un choix par défaut serait néanmoins réducteur, car celui-ci présente de nombreux avantages.

En premier lieu, la conférence de presse s’inscrit naturellement dans le prolongement de la séquence de communication du Grand débat. Ce dernier a permis au Président d’adopter une “stratégie du coucou”, en se glissant dans ses modalités d’organisation, en multipliant les performances à travers de longs monologues et donc, en occupant une large partie de l’espace réservé à ce moment démocratique.

Toutes les composantes de la Nation étaient à peu près ciblées dans ce long road show du Président: citoyens, maires, enfants, intellectuels… D’une certaine manière, la conférence de presse de jeudi vient boucler la séquence avec une communauté de journalistes qui, comme les autres publics, n’aura guère que la possibilité de poser des questions puis, sans réel droit de suite, d’écouter les monologues érudits de l’orateur élyséen.

Deuxième point, la conférence de presse est un format emblématique, un outil de communication incontournable dans l’histoire de la Ve République. Elle remonte au général de Gaulle, qui excellait dans l’exercice. Ce qui faisait dire à Raymond Aron:

“La conférence de presse du général de Gaulle est une œuvre d’art…”

Il faut dire que le format présente de nombreux avantages: il favorise la mise en perspective, l’explication longue si nécessaire, la hauteur de vue. La prise de risques est minimale car la contradiction n’est en général pas acharnée, c’est donc un avantage. Politiquement, il s’agit d’un moment fort de réaffirmation de la parole et de la stature présidentielles. De plus, c’est un exercice dans lequel Emmanuel Macron est à son meilleur: connaissance des dossiers, aisance oratoire. Enfin, la conférence de presse lui permettra peut-être d’éclairer et de structurer autour d’une vision les premières annonces qui ont fuité, voire peut-être d’en annoncer de nouvelles.

Les différents présidents de la Ve République ont toujours entretenu une histoire complexe avec la conférence de presse.

Les différents présidents de la Ve République ont toujours entretenu une histoire complexe avec la conférence de presse. Le format a émaillé, avec plus ou moins de régularité, la communication présidentielle.

Le Général de Gaulle en tenait deux par an,  Georges Pompidou était à peu près sur le même rythme, François Mitterrand en tint quatre durant son premier septennat puis dix pendant le second. Jacques Chirac ne tiendra que trois points presse durant son septennat, un seul durant son quinquennat. Nicolas Sarkozy trois, François Hollande quatre. Les deux avaient promis de tenir des points presse réguliers, les deux ont renoncé bien avant la fin de leur mandat.

Le principe de la conférence de presse est donc un rituel classique dans l’histoire de la Ve, mais finalement suffisamment rare pour permettre encore de créer un certain effet de surprise. Par ailleurs les différents éléments du rituel qui composent ce moment ont eux aussi leur importance.

En règle générale, le gouvernement est présent, pour soutenir et écouter religieusement les propos du chef de l’État. Une façon de rappeler symboliquement qui est aux commandes. Il n’y a pas de durée vraiment arrêtée, ce qui peut rendre parfois l’exercice quelque peu soporifique. On se souvient des micro-siestes de Laurent Fabius lors des premières conférences de presse de François Hollande. Ce temps étiré peut représenter aussi un écueil pour le président actuel, qui a du mal à faire court.

Le rituel est aussi intéressant côté journalistes. C’est très souvent la foire d’empoigne pour être le plus près des micros, ou être situé aux endroits les plus stratégiques de la Salle des Fêtes de l’Élysée. Il y règne une atmosphère un peu potache, où chacun lutte pour les meilleures places. L’image que ce spectacle renvoie n’est pas forcément très valorisante pour la profession.

 

On se souvient plutôt des conférences de presse par les petites phrases. Le général De Gaulle s’en était fait le spécialiste, à l’instar de son célèbre “Je ne vais pas mal, mais rassurez-vous, un jour je ne manquerai pas de mourir”.

La conférence de presse constitue de ce point de vue un moment à double tranchant pour les journalistes. Une sorte de cadeau empoisonné offert par Emmanuel Macron.

Elle les repositionne certes un court moment en corps intermédiaire dans le jeu politique.

Pour autant, les questions étant convenues et filtrées –il faut envoyer les questions par SMS au responsable de la communication-, le droit de suite étant inexistant, l’ensemble laisse un sentiment d’entre soi et de connivence. C’est souvent ce qui a été reproché à ce format ces dernières années. Pas certain que les médias et les politiques aient vraiment besoin de cela en ce moment. Autant dire que les Gilets Jaunes, dont la défiance est à peu près aussi grande envers les journalistes qu’envers le Président, ne seront pas massivement présents devant leur écran jeudi à 18h.

Enfin, les formats longs ne sont pas toujours les plus à même de générer de l’attention. On se souvient plutôt des conférences de presse par les petites phrases.

Le général De Gaulle s’en était fait le spécialiste, à l’instar de son célèbre

“Je ne vais pas mal, mais rassurez-vous, un jour je ne manquerai pas de mourir”.

Nicolas Sarkozy est lui aussi, à sa manière, entré dans l’histoire avec un

Carla et moi, c’est du sérieux”.

Une autre époque. Difficile de marquer les esprits aujourd’hui, surtout quant les temps ne sont plus vraiment aux petites phrases.

Les conférences de presse n’ont jamais vraiment permis de relancer un mandat ou d’inverser les courbes de popularité. Et pour Emmanuel Macron, la marge de manœuvre est étroite.

Plus sérieusement, les conférences de presse n’ont jamais vraiment permis de relancer un mandat ou d’inverser les courbes de popularité.

Et pour Emmanuel Macron, la marge de manœuvre est étroite: soit il se contente de mettre en perspective le catalogue des mesures qui ont fuité avec le risque d’un “tout ça pour ça”, soit il joue l’effet de surprise avec une mesure forte et dans ce cas, on lui reprochera de céder à la pression de l’opinion. Ce président détestant qu’on lui impose son agenda, on peut parier que c’est plutôt la première hypothèse qui prévaudra. Au risque de voir cette conférence de presse tomber, comme beaucoup avant elle, aux oubliettes de l’histoire politique.

FRANCE CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT 2019 D5AlUBiXoAEGxql

LIENS

  1. https://www.huffingtonpost.fr/news/grand-debat/
  2. https://www.huffingtonpost.fr/entry/grand-debat-les-annonces-que-macron-avait-prevu-de-faire_fr_5cb5c277e4b082aab08c4246
  3. https://www.huffingtonpost.fr/entry/notre-dame-emmanuel-macron-annonce-la-reconstruction-dici-5-annees_fr_5cb616ece4b098b9a2db65f8?utm_hp_ref=fr-emmanuel-macron
  4. https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/14/la-lettre-de-macron-aux-francais-a-mis-les-gilets-jaunes-daccord_a_23641743/
  5. https://www.huffingtonpost.fr/news/emmanuel-macron/

SOURCE/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-emmanuel-macron-a-choisi-la-conference-de-presse-ce-format-emblematique-de-la-ve-republique_fr_5cc084c5e4b01b6b3efb8de7?ncid=other_huffpostre_pqylmel2bk8&utm_campaign=related_articles


4/  Macron derrière un bureau pour son allocution comme De Gaulle et Pompidou

Contrairement à François Hollande et Nicolas Sarkozy qui s’exprimaient debout, Emmanuel Macron a décidé de renouer avec le format cher au général.

Emmanuel Macron a choisi, pour sa première grande conférence de presse, de faire son allocution...

Le HuffPost /Emmanuel Macron a choisi, pour sa première grande conférence de presse, de faire son allocution et de s’adresser aux journalistes assis et derrière un bureau.

 

POLITIQUE – Premières images, première surprise. Contrairement à ses prédécesseurs François Hollande[1] et Nicolas Sarkozy[2] qui s’exprimaient debout pendant leurs conférences de presse, Emmanuel Macron a choisi, pour sa première, de s’adresser aux journalistes assis et derrière un bureau.

Un choix de pure forme que le jeune président affectionne lorsqu’il s’adresse aux Français à la télévision, mais plus inhabituel dans le cadre d’une conférence de presse où la position debout est désormais privilégiée en France comme à l’étranger.

Cette manière de s’adresser à la presse était pourtant en vogue au tout début de la Ve République. Le général de Gaulle, qui donnait une conférence de presse deux fois par an, parlait assis derrière un bureau. Tout comme son successeur George Pompidou.

 

Outre la volonté de renouer avec cette tradition présidentielle, à une époque où la parole du chef de l’État était rare, le choix de l’Élysée pourrait aussi s’expliquer par la durée de cette conférence de presse. Programmée à partir de 18h, celle-ci pourrait jouer les prolongations au-delà de 20h. Comme a prévenu Daniel Cohn-Bendit, 

“amenez vos sandwich parce que ça va durer longtemps”.

LIENS

  1. https://www.huffingtonpost.fr/news/francois-hollande/
  2. https://www.huffingtonpost.fr/news/nicolas-sarkozy/

SOURCE/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/pour-son-allocution-macron-derriere-un-bureau-comme-de-gaulle_fr_5cc1d453e4b01b6b3efe246c?ncid=other_huffpostre_pqylmel2bk8&utm_campaign=related_articles


SOURCE / Qui sommes-nous?

Fondatrice: Anne Sinclair
Directeur de la rédaction: Paul Ackermann
Rédactrice en chef: Lauren Provost
Cheffe du pôle desk: Sara Taleb
Chef du service Politique: Geoffroy Clavel
Cheffe du service « C’est la vie »: Sandra Lorenzo
Chef du service Techno, science, conso: Grégory Rozières
Cheffe du service Culture, média, divertissement: Louise Wessbecher
Chefs d’édition: Maxime Bourdier, Maxime Bourdeau

Journalistes Techno, science, conso: Matthieu Balu, Antoine Engels, Jeanne Massé

Journalistes généralistes : Paul Guyonnet, Bénédicte Magnier, Morgane Guillou, Anthony Berthelier, Claire Digiacomi, Vincent Gibert, Jade Toussay, Claire Tervé, Lucie Oriol

Journalistes Culture, médias, divertissement : Clément Vaillant, Maxime Birken

Journalistes « C’est la vie »: Annabel Benhaiem, Marine Le Breton, Valentin Etancelin, Esther Degbe, Myriam Roche, Mélina Loupia

Journalistes Politique : Pierre Tremblay, Lucie Hennequin, Hortense de Montalivet, Alexandre Boudet, Romain Herreros, Catherine Laurent

FIN

france pompidou georges 5ca204bd1f00001c017f0bef

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s