3279 – Le courant nucléaire, l’éléphant dans la pièce… & Le traité Euratom doit être modifié …

Le courant nucléaire, l’éléphant dans la pièce …

 

18/01/2019 – Forum Nucléaire Suisse – Matthias Rey

L’énergie atomique, pauvre en CO2, bénéficie d’un soutien croissant.

On le sait: la production d’électricité d’origine nucléaire est particulièrement pauvre en CO2. Pour cette raison, de nombreuses organisations et comités voient en elle une solution pour réduire les gaz à effet de serre dans le cadre de la production d’électricité.
De plus en plus de leaders d’opinion connus tels que Steven Pinker et Bill Gates encouragent l’utilisation et le développement de l’énergie nucléaire, pauvre en carbone. Des études internationales et nationales soutiennent cette opinion.
COP21 2018-12-05t180822z_1359023708_rc18a87e1ae0_rtrmadp_3_climate-change-accord_0  Sur le site de la COP24 à Katowice en Pologne, en décembre 2018. REUTERS/Kacper Pempel

La dernière conférence sur le climat, qui s’est déroulée à Katowice, en Pologne, a donné un nouveau souffle au débat sur les émissions de gaz à effet de serre, pour lequel se mobilise aussi la jeunesse.

L’espace germanophone, notamment, ne tient pas compte d’un facteur majeur: l’énergie nucléaire constitue une technologie centrale si l’humanité souhaite abandonner rapidement et à moindres frais les énergies fossiles. C’est ce qu’ont démontré des organisations spécialisées telles que l’Agence internationale de l’énergie [1] de l’OCDE ou le Conseil mondial de l’énergie[2]. La Commission européenne estime, elle aussi, désormais que l’énergie nucléaire constituera, avec les énergies renouvelables, «le cœur d’un système énergétique décarboné en Europe[3]».

 
Des voix célèbres en faveur du nucléaire

De plus en plus de personnalités de divers horizons s’engagent pour cette source d’énergie pauvre en carbone et respectueuse du climat.

Steven Pinker url-35-362a4lp76kgep67owlpips

C’est le cas par exemple de Steven Pinker, professeur de psychologie renommé à l’Université d’Harvard. Sa conception selon laquelle nous serons dépendants du nucléaire à l’avenir a fait des vagues dans certains médias suisses[4].

USA BILL GATES EOY_2018_TGN_Article_Hero_v2

Avant cela, le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, avait lui aussi fait part de son soutien moral et financier au développement de réacteurs innovants. Ainsi, dans sa rétrospective 2018[5], il avait indiqué que l’énergie éolienne et solaire ne permettraient pas de résoudre le problème énergétique de l’humanité, et ce même combinées à des batteries, et avait appelé à investir dans le développement de la technologie nucléaire.

MITEI-Report-SL-ANI-optimized_0

MM. Pinker et Gates sont donc arrivés à la même conclusion qu’une étude interdisciplinaire publiée en automne dernier par le célèbre Massachusetts Institute of Technology [6] (MIT).

Des études similaires ont aussi été réalisées en Suisse. Ainsi, l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) a publié en novembre 2017 les dernières données de l’institut Paul-Scherrer (PSI)[7] (PSI) relatives à la perspective globale des émissions de CO2: l’hydraulique arrive en tête des technologies, suivie de près par l’éolien et le nucléaire. Ces deux dernières sont clairement mieux placées que le photovoltaïque, qui nécessite un matériel important, et bien plus propres que les centrales à gaz à cycle combiné.

LIENS

  1. https://www.iea.org/newsroom/news/2018/october/phased-nuclear-exit-presents-challenges-for-maintaining-electricity-security-in-s.html
  2. https://trilemma.worldenergy.org/#!/country-profile?country=Switzerland&year=2018
  3. http://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2018/FR/COM-2018-773-F1-FR-MAIN-PART-1.PDF    COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ DES RÉGIONS, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL ET À LA BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT – 30 PAGES
  4. https://www.bazonline.ch/kultur/diverses/haesslicher-retter/story/27134495
  5. https://www.gatesnotes.com/About-Bill-Gates/Year-in-Review-2018
  6. Potentiels, coûts et impact environnemental des installations de production d’électricité 9PAGES >> https://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/50281.pdf
  7. https://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/50281.pdf
Contact: 

Matthias Rey, Media Relations
Nuklearforum Schweiz, Frohburgstrasse 20, 4600 Olten
Tél.: 031 560 36 50    E-Mail: matthias.rey@nuklearforum.ch

Le Forum nucléaire suisse est une association qui s’attache à promouvoir une information objective sur l’utilisation civile de l’énergie nucléaire. Il soutient depuis 60 ans, en tant qu’organisation technico-scientifique spécialisée, les processus de formation de l’opinion dans le domaine de l’énergie nucléaire.
Le Forum nucléaire suisse a pour but de promouvoir l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire et la poursuite de son développement en Suisse. Il s’engage pour la coordination des activités menées dans ce domaine. Il soutient par ailleurs l’application des techniques nucléaires dans la médecine, l’industrie et la recherche.
Le Forum nucléaire suisse entend contribuer à une professionnalisation du débat. Il s’adresse notamment aux spécialistes de l’enseignement, de la science, de l’économie et de l’administration; aux représentants politiques de la Confédération, des cantons et des communes; aux médias spécialisés et aux médias tous publics, ainsi qu’à toute personne intéressée en Suisse.
Fondé en 1958 sous le nom d’«Association suisse pour l’énergie atomique» (ASPEA), le Forum nucléaire suisse est une association au sens des articles 60 ss du Code civil suisse. Son siège est à Olten. L’association regroupe des membres individuels et des membres collectifs. Elle est ouverte à toute personne ou institution qui s’intéresse d’une quelconque manière à ses objectifs et qui est prête à l’assister dans l’accomplissement de ses tâches.
Vous trouverez plus de détails dans les statuts de l’association.

SOURCE/ https://www.atomenergie.ch/fr/actualites/medias/communiques-de-presse/le-courant-nucleaire-lelephant-dans-la-piece


Le traité Euratom doit être modifié

15.04.2019

La Commission européenne a demandé aux chefs d’États et de gouvernements des pays membres de l’UE de participer activement à une modification du traité Euratom (Communauté européenne de l’énergie atomique) en date de 1957, qui réglemente la collaboration européenne dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

D’après un communiqué publié le 9 avril 2019, la Commission européenne souhaite étudier la manière dont le rôle du Parlement pourrait être renforcé afin «d’améliorer la légitimité démocratique du processus décisionnel dans le cadre du traité Euratom».

Pour ce faire, la Commission européenne mettra en place, dans les mois à venir, un groupe d’experts à haut niveau qui sera chargé d’évaluer la situation actuelle du traité Euratom. Elle a toutefois souligné qu’il s’agirait d’un projet à long terme qui ne déploiera ses effets qu’à partir de 2025.

«Le traité Euratom n’en constitue pas moins le cadre juridique le plus avancé au monde dans les domaines de la sûreté nucléaire, de la gestion des déchets et de la radioprotection.», précise le communiqué. Il est toutefois admis que le traité Euratom doit évoluer dans la droite ligne d’une UE plus unis, plus forte et plus démocratique. «La responsabilité démocratique d’Euratom et, en particulier, la participation du Parlement européen et des parlements nationaux est ici un aspect central.»

D’après la Commission, certains États membres auraient constaté que les dispositions centrales du traité de création d’Euratom n’avaient pas été modifiées de manière sensible depuis l’entrée en vigueur du texte, et devaient donc être mises à jour.

 

Source: 
M.A./C.B. d’après un communiqué de presse de la Commission européenne du 9 avril 2019